Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 29 novembre 2022

Comment les États-Unis poussent l'Inde vers la multipolarité

7UGTUDDAPBPRJJIGCCNC6K3K6Y.jpg

Comment les États-Unis poussent l'Inde vers la multipolarité

par Katehon Editor

Source: https://www.ideeazione.com/come-gli-stati-uniti-stanno-spingendo-lindia-verso-il-multipolarismo/

Depuis quelques mois, les États-Unis ont tenté à plusieurs reprises de forcer l'Inde à rompre ses liens avec la Russie, abandonnant ainsi ses intérêts nationaux. New Delhi continue toutefois de résister aux tentatives américaines de soumettre son économie aux diktats de Washington.

La dernière controverse concernait la tentative du G7 d'imposer un contrôle des prix du pétrole russe et les interdictions de l'UE et du Royaume-Uni frappant le transport maritime et les services liés au pétrole russe.

L'Inde n'est pas intéressée à rejoindre l'initiative menée par les États-Unis, car elle bénéficie d'une réduction importante sur le pétrole en provenance de Russie et souhaite maintenir des relations avec un partenaire stratégique de longue date. Le ministre indien des Affaires étrangères, Subramaniam Jaishankar, s'est rendu à Moscou le 8 novembre pour discuter de la poursuite des ventes de pétrole. Il a déclaré que l'Inde avait l'intention de continuer à acheter du pétrole russe, ignorant une nouvelle fois les appels lancés par les États-Unis à leurs alliés et partenaires pour isoler la Russie des marchés mondiaux.

Les projets du G7 risquent de faire grimper les prix du pétrole (malgré les déclarations contraires de la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen) et de réduire la disponibilité des pétroliers, mettant ainsi en péril la sécurité énergétique de l'Inde et portant atteinte à son économie, qui est le troisième consommateur et importateur de pétrole au monde.

La Russie a déclaré qu'elle ne vendrait pas de pétrole à un pays impliqué dans le système de plafonnement des prix, et Jaishankar a répété à plusieurs reprises que l'Inde ne peut pas se permettre d'acheter du pétrole à des prix élevés, du moins pas sans nuire à sa croissance économique, qui devrait être de 6,1 % en 2023, faisant de l'Inde la grande économie à la croissance la plus rapide du monde. Selon Energy Intelligence, la Russie est devenue le premier fournisseur de pétrole brut de l'Inde en octobre, avec plus de 900.000 barils par jour, ce qui représente environ un cinquième des exportations de pétrole de l'Inde.

La principale préoccupation des deux pays est de s'assurer que le brut russe continue à circuler après les interdictions imposées par l'UE et le Royaume-Uni le 5 décembre et les plafonds de prix connexes du G7.

En raison de cette attitude attentiste, il n'y a toujours pas de clarté. Bruce Paulsen, expert en sanctions et partenaire du cabinet d'avocats Seward & Kissel, estime que "si les orientations sur la conformité [au plafonnement des prix] n'arrivent pas rapidement, certains acteurs de l'industrie pourraient être laissés en plan jusqu'à ce qu'ils soient en mesure de déterminer si les prix affectent la sécurité de l'approvisionnement".

india-aseanflaf.jpg

Les États-Unis ont temporairement cessé de faire pression sur l'Inde pour qu'elle respecte les plafonds de prix, et Mme Yellen déclare maintenant que Washington est "heureuse" si New Delhi continue à acheter tout le pétrole russe qu'elle souhaite, même à des prix supérieurs aux plafonds de prix du G7. Même si l'Inde ne peut pas utiliser les services d'assurance, financiers ou maritimes occidentaux pour transporter le pétrole.

Les raffineries indiennes peuvent traiter 600.000 bpj supplémentaires de brut russe, à condition qu'elles battent les principaux grades du Moyen-Orient, qui constituent la base de raffinage du pays, soit 5 millions de bpj. Mais la disponibilité de la livraison et de l'assurance, ainsi que des canaux de paiement, est cruciale. À partir du 5 décembre, les pétroliers et les compagnies d'assurance maritime liés aux pays de l'UE et du G7, qui dominent les expéditions mondiales de pétrole, se verront interdire le commerce du brut russe, à moins que ces volumes ne soient vendus à un prix maximum, qui n'a pas encore été déterminé. En outre, 90 % du commerce liquide de l'Inde est assuré par des pétroliers étrangers, ce qui crée des problèmes. L'assurance en elle-même ne semble pas si problématique et les entreprises russes et chinoises pourraient être en mesure de s'en charger.

Cela pourrait rendre la Russie dépendante d'une flotte fantôme de vieux pétroliers qui ne s'échangent pas en dollars. Récemment, Braemar, une société de courtage, a signalé que 33 pétroliers qui transportaient des exportations iraniennes ou vénézuéliennes, transportent depuis avril des exportations russes, principalement vers la Chine et accessoirement vers l'Inde.

Cette "flotte fantôme" représente les pétroliers qui ont transporté du pétrole iranien ou vénézuélien au moins une fois au cours de l'année écoulée. Le nombre total de ces pétroliers s'élève désormais à 240, pour la plupart de petite et moyenne taille, dont 74 % sont âgés de 19 ans ou plus. Quatre-vingts de ces navires sont de très gros transporteurs de brut (VLCC, pétroliers de 2 millions de barils), qui ne pourraient pas faire escale dans les ports russes, mais pourraient être utilisés pour transporter des cargaisons russes d'un navire à l'autre.

Dans le même temps, Washington fait pression sur New Delhi pour qu'elle respecte les plafonds de prix et importe davantage de gazole sous vide de l'Inde, qui est utilisé dans les raffineries pour produire d'autres produits tels que l'essence et le diesel. La Russie était un fournisseur clé de gazole sous vide pour les raffineries américaines jusqu'en février 2022.

Les sanctions américaines et européennes ne s'appliquent pas aux produits raffinés fabriqués à partir de pétrole russe exporté depuis un pays tiers, car ils ne sont pas d'origine russe. En Inde, les raffineurs ont augmenté leurs importations de brut russe à 793.000 bpj entre avril et octobre, contre seulement 38.000 bpj sur la même période un an plus tôt, selon les données commerciales.

Dans le contexte où les États-Unis tentent de construire leur stratégie indo-pacifique pour affronter la Chine, les actions de New Delhi causent clairement des problèmes à Washington. La possibilité que l'Inde poursuive ses propres intérêts nationaux ne semble pas avoir été prise en compte dans cette stratégie.

Les tensions sur la limitation des prix du pétrole en provenance de Russie ne sont que les dernières d'une série de désaccords entre New Delhi et Washington. Les sanctions américaines sur les exportations de pétrole iranien privent également l'Inde du pétrole iranien bon marché et l'obligent à acheter des exportations énergétiques plus chères aux États-Unis. L'Inde est actuellement le plus grand exportateur de pétrole des États-Unis.

Tout comme Washington arme la Grèce et Chypre dans le but de forcer la Turquie à couper ses liens avec la Russie, les États-Unis font de même au Pakistan pour faire pression sur l'Inde. Après avoir renversé l'ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan, qui accuse les États-Unis de lui avoir fait perdre le pouvoir lors d'un vote de défiance, Washington tente de trouver des approches pour le nouveau gouvernement. En septembre, le département d'État américain a provoqué la colère de l'Inde en approuvant un contrat de 450 millions de dollars pour moderniser la flotte d'avions de chasse F-16 du Pakistan. Peu après, l'ambassadeur américain au Pakistan a fait monter la tension lors d'une visite de la partie du Cachemire contrôlée par le Pakistan, qu'il a appelée "Cachemire administré par le Pakistan" au lieu du "Cachemire administré par le Pakistan" approuvé par l'ONU.

62243269_7.png

1422079_body_512736_handelsweg_russland_iran_indien_grafik_karte_body_o.png

Le 8 novembre, le porte-parole du département d'État américain, Ned Price, a même fait la leçon à l'Inde sur ce qui est dans son intérêt : "Nous avons également indiqué clairement que ce n'est pas le moment de faire comme si de rien n'était avec la Russie, et les pays du monde entier ont l'obligation de faire tout leur possible pour relâcher leurs liens économiques avec la Russie. Il est dans l'intérêt collectif, mais aussi bilatéral, des pays du monde entier de mettre fin à leur dépendance vis-à-vis de l'énergie russe et, bien sûr, de s'en débarrasser au fil du temps. Plusieurs pays ont fait l'amère expérience que la Russie n'est pas une source d'énergie fiable. La Russie n'est pas un fournisseur de sécurité fiable. La Russie est loin d'être fiable dans tous les domaines. Il est donc non seulement dans l'intérêt de l'Ukraine, non seulement dans l'intérêt de la région, mais aussi dans l'intérêt collectif de l'Inde de réduire sa dépendance à l'égard de la Russie au fil du temps, mais aussi dans le propre intérêt bilatéral de l'Inde, étant donné ce que nous avons vu en Russie".

Bien sûr, ce n'est pas vrai. Et l'Inde en est bien consciente. L'Indian Observer Research Foundation a publié le 2 novembre les résultats d'un sondage montrant que 43% des Indiens considèrent la Russie comme le partenaire le plus fiable pour leur pays, loin devant les Etats-Unis (27%). Washington n'explique pas pourquoi il serait préférable pour l'Inde de réduire ses liens économiques avec la Russie.

Le commerce bilatéral de l'Inde avec la Russie a atteint le niveau record de 18,2 milliards de dollars entre avril et août de cette année fiscale, selon les derniers chiffres du ministère du Commerce. La Russie devient ainsi le septième partenaire commercial de l'Inde, contre le 25e l'année dernière. Les États-Unis, la Chine, les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite, l'Irak et l'Indonésie sont toujours devant la Russie.

L'Inde, l'Iran et la Russie ont également passé les deux dernières décennies à développer le corridor de transport international Nord-Sud pour stimuler le commerce entre les pays, ce qui a pris une importance accrue avec l'imposition de sanctions occidentales à Moscou. LoadStar rapporte que RZD Logistics, une filiale du monopole ferroviaire russe RZD, a lancé des services réguliers de trains de conteneurs de Moscou à l'Iran pour servir le commerce croissant avec l'Inde par transbordement.

L'objectif est de maximiser l'utilisation du corridor international de transport Nord-Sud (INSTC), un réseau de fret multimodal transfrontalier en Asie centrale qui aide les deux partenaires stratégiques à surmonter les défis de la chaîne d'approvisionnement causés par les sanctions occidentales contre la Russie.

Selon des sources industrielles, le temps de transit le long de la route nationale "océanique" est estimé à 35 jours, contre environ 40 pour les transports traditionnels précédents.

La pression exercée sur l'Inde ne semble qu'encourager New Delhi à chercher des moyens de s'affranchir de la dépendance au dollar. Loadstar ajoute que la Reserve Bank of India introduit également de nouvelles directives réglementaires pour aider les exportateurs à payer leurs expéditions en roupies plutôt qu'en dollars. La Fédération des organisations d'exportation indiennes fait également pression sur le gouvernement pour qu'il introduise une méthode de change alternative en dehors du marché russe. Il est intéressant de noter que le Pakistan demande au ministère russe du commerce d'introduire un mécanisme d'échange de devises afin de renforcer les liens économiques entre les deux pays.

Les États-Unis et l'Occident, par leurs actions irréfléchies, poussent l'Inde et d'autres pays à revoir leurs itinéraires logistiques et à chercher des solutions financières et économiques alternatives. 

samedi, 29 octobre 2022

L'Inde "conquiert" Downing Street: avec Sunak, l'aube d'un nouveau Royaume-Uni

_127388726_gettyimages-1244210533.jpg

L'Inde "conquiert" Downing Street: avec Sunak, l'aube d'un nouveau Royaume-Uni

Andrea Muratore & Emanuel Pietrobon

Source: https://insideover.ilgiornale.it/politica/lindia-conquista-downing-street-con-sunak-lalba-di-un-nuovo-regno-unito.html

24.10.2022: c'est la date que la postérité retiendra pour dire que l'ère post-anglo-saxonne de l'Empire britannique a officiellement commencé. Date coïncidant avec la victoire de Rishi Sunak dans la course éliminatoire pour la direction du Parti conservateur britannique, qui fait de lui, en remplacement de Liz Truss, le premier chef de gouvernement d'origine indienne de l'histoire du pays.

Plus britannique que jamais, ancien banquier de Goldman Sachs, une carrière à la City suivie d'une ascension fulgurante dans les rangs des Tories, passé le poste de Chancelier de l'Échiquier à l'ère du Covid et de l'édification de la Grande-Bretagne globale, Sunak impose un changement structurel. Car Sunak, en effet, n'est rien de moins que la personnification du Royaume-Uni en mutation, ou plutôt déjà muté car devenu post-anglo-saxon et multiracial, mais non pas post-impérial.

Indien, oui, mais britannique

Le néo-premier ministre né à Southampton le 12 mai 1980 est le fils de parents d'origine indienne, nés au Kenya et en Tanzanie, qui se sont installés au Royaume-Uni dans les années 1960. Sur tous les fronts, c'est un fils, sinon un petit-fils de l'empire d'autrefois, qui est devenu le porte-drapeau de la Grande-Bretagne globale qu'il envisageait comme centrée sur Londres, le nouveau "Singapour sur la Tamise", en tant que premier centre financier du monde.

Sunak est le premier premier ministre nommé par le roi Charles III, un souverain plus complexe que la vulgate ne le dépeint : cultivé, instruit plus qu'aucun de ses prédécesseurs, le premier roi à recevoir une éducation non pas militaire mais politique, littéraire et sociale. Dirigeant post-impérial et post-colonial par définition, Charles est né en 1948, un an après la fin de la domination coloniale de Londres sur le sous-continent indien, et est aujourd'hui le monarque sous le trône duquel le premier ministre en charge est une figure si symbolique.

Le pragmatique Sunak incarnera-t-il la Grande-Bretagne post-britannique ? La nation qui a vu la Grande-Bretagne affirmer le Brexit comme l'ultime épopée impériale aux peuples de son pays connaîtra-t-elle ses propres troubles dans sa proche banlieue ? Et comment le premier fils de l'empire parviendra-t-il à gouverner ? Sunak sera-t-il plus global que britannique dans ses choix en matière de politique économique - il n'est pas hyper-libéral, il est cependant un libre-échangiste convaincu -, d'identité - il est bien moins extrémiste que nombre de ses collègues de parti - et de politique étrangère ? Que deviendra la relation spéciale avec Washington maintenant que Londres s'est montré vulnérable sur le front intérieur en premier lieu ? Et qu'adviendra-t-il des relations avec l'Inde, maintenant qu'un descendant de l'ancienne colonie dirige le pays ? Toutes ces questions sont légitimes.

La revanche de la périphérie sur le centre

L'histoire, comme on le sait, adore se moquer de l'homme. Le 24 octobre, alors que les hindous et les jaïnistes du monde entier étaient occupés à célébrer Diwali - l'une des fêtes les plus importantes de l'Indosphère, un moment de liesse où les fidèles se souviennent que le Bien triomphe toujours du Mal - un événement capital s'est produit à Londres : un Indien naturalisé britannique, Rishi Sunak, est devenu Premier ministre. Coïncidence, ou destin, selon votre point de vue.

000_9_XZ_3_XM_12fb8486be.jpg

Il était question d'un gouvernement Sunak depuis des mois, depuis la crise de BoJo, nous ne sommes donc pas confrontés à ce que l'on appellerait habituellement un coup de tonnerre. Mais cela n'enlève rien au caractère mémorable de l'événement. Premier ministre d'origine indienne. Emblème de l'entrée du Royaume-Uni dans une nouvelle ère, d'ailleurs irréversible - car la démographie est le destin -, aux caractéristiques post-anglo-saxonnes et multiraciales. L'accomplissement de la prophétie de Macaulay.

Sunak n'est pas moins britannique que de naissance, et son CV est explicite à cet égard, mais ce qui est indéniable, c'est qu'il représente, à la fois, la revanche des périphéries sur le centre et le symbole d'une nouvelle nation multinationale, dynamisée par l'affirmation et l'activisme des fils des anciennes colonies et, bien qu'imperceptiblement, par le lobbying omniprésent et influent des membres du Commonwealth.

L'ascension de Sunak a eu lieu en plein jour, est-il écrit, et cela se rapporte directement au discours sur le pouvoir croissant des banlieues (et de leur progéniture) à influencer la dynamique interne de la métropole déconfite. Une ascension largement prédite car accompagnée de complots et de sabotages dans le dos de BoJo, dont Sunak a été l'architecte de la chute - déclenchant la crise gouvernementale en juillet - et qui n'aurait jamais été possible si le "parti minoritaire" de Downing Street, dirigé par les Pakistanais Sajid Javid et Saqib Bhatti, l'Irakien Nadhim Zahawi et les Indiennes Priti Patel et Suella Braverman (photo, ci-dessous), ne l'avait pas soutenue et popularisée. Complots et sabotages se sont ensuite redirigés au détriment de Liz Truss, qui a également été boycottée sur le plan intérieur par les primevères rouges du parti indien - en particulier le ministre Braverman - et, sur le plan extérieur, mise en difficulté par un curieux bras de fer avec New Delhi.

1666986661_1666243956_suella-braverman.jpg

Homme de Londres ou homme de New Delhi ?

Trois raisons peuvent expliquer l'ascension impétueuse de Sunak, le premier ministre britannique du Joyau de la Couronne, à la lumière de ce qui s'est passé dans les coulisses de Downing Street.

La première est la moins diégétique : Sunak a senti le potentiel du parti minoritaire, de plus en plus nombreux et influent, et l'a utilisé à son avantage pour donner le coup de grâce à ses rivaux impopulaires. La revanche (authentique et sans malice) du Commonwealth sur Londres.

La deuxième et la troisième sont similaires mais différentes : la montée en puissance de Sunak comme faisant partie d'un plan astucieux scénarisé par des esprits raffinés basés soit en Angleterre, et donc stabilisateurs, soit en Inde, et donc puissamment inquiétants.

Le premier cas. Il pourrait s'agir d'une tentative, née dans les coulisses, de restaurer le calme en Grande-Bretagne afin qu'elle puisse poursuivre le rêve post-Brexit d'une Grande-Bretagne globale, dont le couronnement serait inévitablement le scellement d'une relation spéciale avec l'Inde - une mission échouée par BoJo, perdue dès le départ par Truss et que seul un homme comme Sunak, un véritable enfant du Gange, aurait une réelle chance de mener à bien. L'entrée de Londres dans l'ère post-anglo-saxonne comme fonction préparatoire à un retour impérial.

Le deuxième cas. On serait alors confronté à un phénomène exceptionnel : la transformation de New Delhi en un acteur décisif dans les équilibres internes de la Grande-Bretagne. Un acteur capable de les consolider ou de les briser, selon l'intérêt et la contingence, avec l'aide de sa progéniture insérée aux postes économiques et politiques clés. La métropole otage de l'(ancienne) périphérie.

Quelle que soit la durée réelle du mandat de Sunak, l'intrigue qui a permis son succès ne restera pas dans l'histoire comme un épisode impromptu, mais comme un événement décisif - un tournant entre deux époques. Il y aura un avant et un après Sunak. L'après-Sunak coïncidant avec un Royaume-Uni pleinement conscient de sa multiracialité et de l'érosion progressive de l'idée même de britannicité. La question est de savoir si et dans quelle mesure cette transformation aura des répercussions internationales importantes et, surtout, au profit de qui.

lundi, 26 septembre 2022

"Vilayat Khorasan", une menace pour toute l'Asie centrale"

ISIS-Khurasan.jpg

"Vilayat Khorasan", une menace pour toute l'Asie centrale"

par le comité de rédaction de Katehon

Source: https://www.ideeazione.com/vilayat-khorasan-una-minaccia-per-tutta-lasia-centrale/

Le groupe terroriste État islamique (interdit dans la Fédération de Russie) n'a pas été complètement anéanti. Malgré quelques succès contre le terrorisme en Syrie et en Irak, nous pouvons constater une résurgence des activités de l'organisation dans d'autres régions. En particulier, une branche autonome de l'État islamique de la province du Khorasan (ISKH), également connu sous le nom de Vilayat Khorasan (interdit dans la Fédération de Russie), opère dans une vaste zone englobant l'Asie centrale, l'Afghanistan, le Pakistan et l'Iran. À cet égard, l'adhésion de l'Iran à l'OCS est importante en tant que facteur de stabilisation. En outre, les Talibans, actuellement interdits en Russie, doivent être reconnus comme un acteur légitime pour aborder conjointement les questions de sécurité dans la région. L'ISIL, comme l'ISIS, est un agent par procuration de l'Occident collectif, donc unir les forces à temps pour le combattre est un impératif clé.

Vilayat Khorasan

L'ISKH est né au cœur du Khorasan historique, entre l'Afghanistan et le Pakistan. L'unité est apparue entre mi-2014 et début 2015, lorsque d'anciens commandants du Tehreek-e-Taliban (TTP) interdit au Pakistan, provenant de différentes régions des anciennes zones tribales fédérales (FTA), ont fait défection et se sont unis autour du leadership de Hafiz Saeed Khan Orakzai, car le TTP connaissait des divergences internes à propos de la nomination de Fazlullah Khorasani comme nouvel émir du TTP. Le successeur de Fazlullah et actuel émir du TTP, Noor Wali Mehsud, qui déclare dans son livre Inkilab-e-Mehsud que les circonscriptions de Mohmand, Orakzai, Kurram, Khyber et la moitié de celle de Bajaur ont quitté le TTP pour rejoindre l'IS ainsi que la circonscription de Peshawar. Ils ont été suivis par d'autres groupes et commandants pakistanais tels que le groupe Abdul Kahir Khorasani-ul-Islam de Khorasani, comme le montre une vidéo publiée en janvier 2015.

Le groupe a officiellement prêté allégeance à l'IS en janvier 2015 et était basé dans la province de Nangarhar, dans l'est de l'Afghanistan, principalement dans les districts d'Achin, Niazan, Mahmud Dara, Chaparhar et Shinwar. Lorsque le groupe a lancé sa campagne contre le gouvernement de Kaboul et les talibans, ses zones opérationnelles se sont étendues à d'autres provinces comme Kunar, Herat, Samangan, Kunduz, Jawzjan et Kaboul. La plupart des cibles du groupe sont des soldats afghans, la minorité chiite et les talibans, y compris les universitaires et les personnalités religieuses qui les soutiennent.

Le groupe continue également à opérer au Pakistan, notamment à Orakzai, Bajaur, Peshawar et au Baloutchistan. Au départ, toutes les attaques menées en Afghanistan, au Pakistan et au Cachemire ont été revendiquées au nom de l'ISKH. Cependant, alors que le groupe perdait le contrôle de ses bastions territoriaux dans les provinces afghanes de Kunar et de Nangarhar au milieu ou à la fin de 2019, l'IS a commencé à revendiquer toutes les attaques au Pakistan sous le nom d'une nouvelle province, l'État islamique des provinces du Pakistan (ISPP). Puis, en juillet 2021, Wali Abu Mahmood de l'ISPP a publié une déclaration indiquant que la province pakistanaise de Khyber Pakhtunkhwa avait été conquise par l'ISPP sur ordre de ce dernier, ce qui a incité le groupe à revendiquer toute attaque ultérieure dans la région au nom de l'ISPP.

kHURASAN.jpg

Au Pakistan, l'ISKH a mené des attaques contre les forces de sécurité, les journalistes, les travailleurs de la santé et les groupes religieux tels que les chiites et les soufis.

Depuis le second semestre 2021, l'ISKH cherche à se régionaliser et à s'internationaliser davantage. Cela se reflète dans la propagande médiatique, l'augmentation des agressions contre les États voisins et l'expansion des activités contre les pays de la région.

L'expansion internationale marquée des activités de propagande, de recrutement et de collecte de fonds de l'ISIL, en plus de cibler un nombre croissant de pays par des menaces et des attaques, pourrait avoir des répercussions importantes sur la sécurité des États entourant l'Afghanistan et peut-être même au-delà de la région, car les activités de l'ISIL en Syrie et en Irak ont eu un impact international.

En général, les activités de l'ISIL peuvent viser directement des citoyens et des étrangers dans la région, elle peut attaquer les États voisins depuis le territoire afghan et mener des incursions transfrontalières, ainsi que diriger et fomenter des attaques à l'étranger, par exemple dans les pays de l'UE. On sait que l'ISKH a tenté de faire exploser l'ambassade turkmène en août 2021, qu'il a lancé des roquettes en Ouzbékistan en avril et au Tadjikistan en mai 2022, qu'il a attaqué des gardes-frontières alors qu'il tentait de franchir la frontière entre l'Afghanistan et l'Asie centrale en 2019, et qu'il a développé des liens avec diverses cellules, comme le groupe tadjik qui préparait des attentats en Allemagne en 2019.

Le mois d'août 2021 a vu une forte augmentation du sentiment et de la rhétorique anti-chinois de la part de publications pro-ISKH telles que Khalid Media, Khorasan Wilayah News et Al Millat Media, alors que les Talibans reprenaient le contrôle de l'Afghanistan. Depuis lors, Al Azaim a continué à développer et à amplifier des récits qui défient les talibans sur ce front, les accusant récemment d'"amitié avec la Chine, qui tue des musulmans ouïgours" et, à une autre occasion, promettant que "bientôt, les guerriers de l'État islamique attaqueront les villes chinoises modernes pour venger les musulmans ouïgours".

Plus tôt cette année, le porte-parole de la SGI, Al-Azaim, a publié une vidéo appelant les zones tribales du Pakistan et du Baloutchistan à demander à leur population d'abandonner les talibans et Islamabad et de rejoindre l'ISKH.

Le SGI tenterait également de décourager les investissements étrangers et les projets de développement en Afghanistan qui renforceraient la position des talibans et saperaient la crédibilité du gouvernement afghan actuel en matière de sécurité.

La situation en Afghanistan

En 2020, le SGI a intensifié à la fois les attaques militantes et la campagne de guerre de l'information. Immédiatement après la conquête de Kaboul par les talibans, l'organe d'information de la SGI, Al-Azaim, a publié un livre d'Abu Saad Mohammad Khorasani, un idéologue de premier plan de l'ISKH, expliquant toutes les raisons pour lesquelles les talibans sont les pires ennemis de l'Islam. Ce message avait pour but de délégitimer les talibans représentant le nouveau gouvernement. Au cours des mois suivants, presque toutes les publications de l'ISKH ont abordé la soi-disant nature anti-islamique du gouvernement taliban, en les qualifiant de "polythéistes", de partisans des enseignements supérieurs de l'Islam Deobandi/Hanafi, de laïcs et de démocrates, et de hawarij (parias de l'Islam). Dans ses publications, l'ISKH reproche aux talibans d'être des "mercenaires payés par les États-Unis" et d'introduire la démocratie. Les attaques contre les talibans et les missions diplomatiques sont attribuées à la fois aux visites internationales et au fait que d'autres pays entretiennent des relations avec les talibans. L'attentat suicide près de l'ambassade de Russie à Kaboul confirme encore cette stratégie de l'ISKH. L'acceptation de l'aide étrangère est également une question controversée pour l'ISKH, qui a récemment condamné fermement les talibans pour leur collaboration avec des organisations internationales telles que l'USAID et le Comité international de la Croix-Rouge. Les puissances régionales telles que l'Iran, l'Ouzbékistan, la Russie, la Chine et le Pakistan sont également la cible de critiques en Afghanistan.

artworks-v4NCfFEXY9G1eLfV-rVdzGQ-t500x500.jpg

L'Iran et les activités anti-chiites

La campagne de propagande contre les chiites est typique de la nature sectaire de l'État islamique, mais l'ISKH a lié la lutte contre les chiites à la concurrence avec les talibans et à l'inimitié avec l'Iran. Le groupe a mené plusieurs attaques contre les chiites depuis l'arrivée au pouvoir des talibans, non seulement en Afghanistan mais aussi au Pakistan. Toutes ces opérations ont attiré l'attention des publications locales et des grands médias IS. Dans le même temps, il a été affirmé que leur campagne contre les chiites était non sectaire, car ils ne les considéraient pas comme des musulmans.

L'ISKH a émis une fatwa les autorisant à attaquer les lieux de culte des chiites, des autres sectes islamiques et des minorités non musulmanes.

L'ISKH considère que les talibans et les chiites travaillent ensemble, affirmant que les premiers protègent et donnent du pouvoir aux seconds, soulignant souvent la nomination par les talibans d'un gouverneur hazara chiite de Sari-e-Pul (bien que relativement récemment tué par les talibans lors de l'insurrection). Dans le même temps, l'ISKH accuse les talibans de tuer des salafis innocents, comme dans le cas des érudits salafistes Obaidullah Mutawakkil, Mustafa Darwishzadeh et Sardar Wali, pointant du doigt leurs meurtres comme preuve que les talibans favorisent les chiites par rapport à leurs camarades sunnites. La rhétorique de l'ISKH tend également à associer les communautés chiites nationales à l'ennemi extérieur déclaré, l'Iran.

La propagande contre l'Iran est continue depuis la création de l'ISKH, qui accuse le gouvernement iranien d'apostasie et d'être l'hôte d'Al-Qaeda, qui est interdit en Russie. L'ISKH affirme que l'Iran est le deuxième plus grand ennemi de l'Islam (après le Royaume d'Arabie Saoudite et avant le Pakistan), tandis que d'autres textes affirment que l'Iran et la Russie ont conjointement vaincu l'État islamique en Syrie, en Irak et en Afghanistan avec l'aide des Talibans. Le célèbre magazine en langue pachtoune Khurasan Ghag publie souvent des articles contre les chiites et directement contre l'Iran et ses dirigeants.

L'intérêt de l'ISKH à diffuser sa propagande sectaire auprès des communautés sunnites parlant le farsi est démontré par la traduction en farsi du troisième numéro du Khorasan Ghag, intitulé Sadae Khorasan. Dans le même temps, à un niveau non officiel, les chaînes en farsi affiliées à l'ISKH diffusent quotidiennement une propagande anti-iranienne contre les érudits chiites et sunnites qui soutiennent le leadership iranien. Relativement récemment, l'ISKH a menacé de lancer des attaques terroristes à l'intérieur de l'Iran et, dans son message particulièrement agressif, a appelé ses partisans à commettre des violences dans le pays.

Propagande ciblée en Asie du Sud

La même haine que l'ISKH éprouve à l'égard des chiites s'étend à d'autres minorités, en particulier à la communauté sikhe, que la propagande de l'ISKH qualifie habituellement d'hindoue-sikhe. Sur le plan rhétorique, l'ISKH a refusé aux chiites et aux hindous-sikhs le statut de zimis, c'est-à-dire de minorité protégée dans un pays musulman ; par conséquent, selon l'ISKH, ils devraient être systématiquement persécutés.

Dans le cadre de sa campagne sectaire, l'ISKH a récemment mené une attaque contre un gurdwara sikh à Kaboul. Cela s'est accompagné d'une nouvelle vague de propagande contre les hindous et l'Inde, provoquée par les commentaires offensants sur le Prophète énoncés par Nupur Sharma, représentante du Bharatiya Janata Party au pouvoir, dont l'ISKH a immédiatement profité. Le groupe a immédiatement publié un livre exhortant les musulmans indiens à rejoindre la branche locale de l'État islamique IS dans la province de Hind et à lancer des attaques. La fondation Al-Azaim a également publié une vidéo promettant une vengeance contre les talibans et les sikhs en Afghanistan, avec des images d'attaques passées en Afghanistan, dont celle du militant Abu Khaled al-Hindi, qui avait mené une précédente attaque contre un gurdwara sikh à Kaboul en 2020. Les deux magazines de l'ISKH, Khurasan Ghag et Voice of Khurasan, ont profité de cette évolution et ont menacé de mener d'autres attaques en représailles, accusant les talibans de se soucier davantage de la reconnaissance internationale et de l'aide étrangère que de la religion. Dans les semaines qui ont suivi l'opération de Kaboul, les partisans de l'ISKH ont continué à échanger des messages vantant les mérites du poseur de bombe, Abu Mohammed al-Tajiki.

Cela témoigne de l'ambition du groupe de devenir le seul acteur djihadiste transnational dans la région. Ces efforts visent également, du moins en partie, à coopter des combattants potentiellement démobilisés et appartenant à d'autres organisations infiltrées par des sentiments sectaires. Compte tenu des récents développements dans la région afghano-pakistanaise au sens large, la région de l'Asie du Sud représente une excellente opportunité pour le SGI d'absorber de nouveaux terroristes potentiels.

Depuis l'année dernière, le groupe a commencé à diffuser son contenu médiatique dans les langues régionales, en soulignant notamment son intérêt pour les recrues potentielles en provenance d'Inde. Pour ce faire, ils traduisent des contenus dans des langues indiennes, comme le malayalam, parlé principalement dans l'État indien du Kerala. Dans le même temps, le magazine anglophone Voice of Khorasan a publié les biographies de combattants indiens du Kerala qui ont rejoint l'ISKH (Najib al-Hindi) et l'État islamique en Libye, qui est interdit en Russie (Abu Bakr al-Hindi). Le journal rapporte également qu'Abdur Rahman Logari, le kamikaze qui a attaqué l'aéroport international de Kaboul en 2017, s'était rendu à New Delhi pour commettre l'attentat ; il a toutefois été arrêté par les autorités indiennes dans la capitale, puis extradé vers l'Afghanistan. Le magazine Khurasan Ghag a également partagé l'histoire d'un militant indien qui a participé à une opération d'évasion de prison à Jalalabad en août 2020, organisée par l'ISKH.

Asie centrale

En plus des menées citées, en Ouzbékistan et au Tadjikistan ce printemps, l'ISKH a intensifié sa campagne de sensibilisation auprès des locuteurs de langues d'Asie centrale et ses efforts de recrutement destinés à ces communautés. Pour accroître son attrait, le groupe a produit une propagande originale en tadjik et en ouzbek et a traduit le matériel officiel de la SGI dans ces langues. La SGI a récemment introduit une nouvelle aile en langue tadjike de son appareil de propagande officiel, Al-Azaim Tajiks. Un autre groupe, Siuroson Ovozi, produit du contenu médiatique en ouzbek et recrute activement des ressortissants d'Asie centrale pour rejoindre l'ISKH.

khurasan_ancient_boundaries_-_kurasan_e_buzurg_or_greater_khurasan.jpg

L'ISKH offre également aux partisans d'Asie centrale l'opportunité de prendre les armes contre les Talibans, accusés d'être une organisation centrée sur les Pachtounes qui opprime et recourt même à la violence contre les ethnies tadjik et ouzbek. Pour attirer les sympathisants de ces communautés, la propagande de l'ISKH met de plus en plus l'accent sur les relations amicales des talibans avec les "régimes tyranniques" d'Asie centrale. Au contraire, le ISKH se présente comme un moyen de détruire les frontières étatiques arbitrairement délimitées de l'Asie centrale et de renverser les "tyrans" de la région, afin de hisser le drapeau noir et de conquérir la province de Maverannahr, adjacente à l'IS.

En général, l'ISU attire depuis longtemps des combattants étrangers d'Asie centrale. En 2015, la faction du Mouvement islamique d'Ouzbékistan (interdite en Russie) a été incorporée à l'État islamique lorsque le chef du groupe, Usman Ghazi, a juré allégeance au calife de l'époque, Abu Bakr al-Baghdadi.

L'Asie centrale a également été utilisée comme point de transit par les recrues d'ISIS pour atteindre l'Afghanistan. À l'automne 2021, un citoyen britannique et un autre Européen ont été arrêtés par les talibans suite à un tuyau fourni par le gouvernement ouzbek. Les deux suspects étaient en possession de plus de 10.000 GBP en espèces, de lunettes de vision nocturne et d'uniformes militaires. Deux ressortissants français auraient traversé l'Asie centrale il y a plusieurs années pour rejoindre IS en Afghanistan et un autre a été capturé par les autorités tadjikes en 2017.

* * *

Ces faits indiquent une menace croissante pour les pays de la région d'Asie centrale et du Sud. Par conséquent, il est nécessaire de consolider les services spéciaux des pays de la région pour les activités opérationnelles et de contre-propagande. Ce dernier point est important car Al-Azaim produit déjà des documents en pachtoun, dari, arabe, ourdou, farsi, ouzbek, tadjik, hindi, malayalam, russe, anglais et parfois ouïghour. En outre, Al-Azaim utilise diverses plateformes telles que Telegram, Facebook, TikTok, Hoop, Element, Archive.org et bien d'autres. Elle est également devenue une organisation qui fournit des documents dans la plupart des langues à la Fondation Ilam, une plateforme d'archivage et de traduction de l'État islamique en pleine expansion, dotée d'adresses Web de surface et disponible sur le Dark Web. Des groupes pro-ISKH tels que Al-Fursan Media ont également contribué à la diversification linguistique, en utilisant le crowdsourcing pour recruter des volontaires pour traduire des documents en baloutche, en talysh et en turkmène.

lundi, 19 septembre 2022

Le monde multipolaire esquissé par Xi, Poutine et Modi à Samarkand

d41586-022-00945-3_20284530.jpg

Le monde multipolaire esquissé par Xi, Poutine et Modi à Samarkand

Source: https://piccolenote.ilgiornale.it/mondo/il-mondo-multipolare-delineato-da-xi-putin-e-modi-a-samarcanda

L'assemblée de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Samarkand, en Ouzbékistan, a fait la une des journaux en raison de la rencontre entre Poutine et Xi Jinping, duo désormais identifié comme l'actuel axe du mal (avec différentes modulations).

Et il a été dit que Poutine a subi un nouveau camouflet à cette occasion, car il n'a pas bénéficié du soutien inconditionnel du président chinois, qui le condamnerait même à un abandon imminent du pouvoir.

Poutine - Xi : simul stabunt simul cadent

Cela fait partie de l'art de la guerre de présenter les adversaires comme des perdants et cette technique a été adoptée avec beaucoup d'effet dans la guerre d'Ukraine. Il suffit de penser à l'époque où, au début du conflit, tous les médias parlaient de la prétendue maladie incurable du tsar, ce qui a été démenti, mais seulement quelques mois plus tard, par le chef de la CIA.

Pourtant, malgré tout, il n'est pas courant de transformer ses espoirs en nouvelles certaines, comme c'est le cas ici. Mais, pour en revenir aux faits, il faut répéter que Xi et Poutine ont désormais un lien indissoluble, grâce aussi à la politique étrangère américaine qui les a longtemps mis tous les deux dans le collimateur, favorisant ainsi leur proximité, sachant bien que simul stabunt simul cadent.

À tel point que les deux présidents ont désormais modelé un horizon commun : renforcer l'élan vers un monde multipolaire, sortant ainsi de la sphère étroite de l'unipolarisme actuel, né après 1989 et alimenté par des guerres sans fin, qui soumet la planète à l'hégémonie et aux caprices cruels des États-Unis. Un horizon ouvertement déclaré même à Samarkand.

shos-e1663309103251.jpg

Pour donner une idée plastique de la proximité entre les deux pays, il y a eu aussi l'exercice conjoint des marines respectives dans le Pacifique, commencé, sous l'œil attentif de Poutine, dans la semaine précédant le sommet et poursuivi pendant la réunion de Samarcande.

L'Inde à l'OCS dans un monde polarisé par le conflit ukrainien

Mais, au-delà des relations entre la Chine et la Russie, il convient de souligner certains aspects de cette rencontre d'une certaine pertinence.

Tout d'abord, il s'agit certainement de la réunion la plus importante depuis sa création, comme en témoigne le fait que Xi y a assisté en personne, quittant son pays pour la première fois depuis le début de la pandémie.

Il convient également de noter que la présence de Narendra Modi est apparue plus importante à cette occasion qu'aux précédentes, précisément parce que la guerre d'Ukraine, qui polarise le monde, semble indiquer que la présence du président indien constitue une sorte de choix de camp.

Pas tant un choix pro-russe, mais un choix décisif - et on pourrait dire inébranlable (à moins d'une révolution de couleur à l'indienne) - en faveur de la perspective multipolaire soutenue par la Chine et la Russie.

Pas seulement : la présence indienne renforce cet apaisement avec la Chine qui avait déjà été mis en évidence avec le terme mis aux escarmouches entre les deux pays à la frontière himalayenne, qui avaient fait des dizaines de victimes des deux côtés. Un apaisement dans lequel les deux géants asiatiques acceptent de contenir leur rivalité - fondée sur le chevauchement de leurs projections géopolitiques respectives en Asie - afin de travailler ensemble sur la perspective multipolaire.

La relation entre l'Inde et la Chine est une question géostratégique cruciale pour le destin du monde, comme le montre la prudence avec laquelle l'Occident aborde les démentis de l'Inde à ses diktats sur l'Ukraine et autres, l'Amérique ne peut tout simplement pas risquer d'effilocher ses relations avec New Delhi, car cela jetterait les Indiens dans les bras de la Chine, ce qui ouvrirait la voie au "siècle asiatique", au détriment de l'hégémonie mondiale américaine/occidentale.

677406.1661849025.b.jpg

L'équidistance de la Russie par rapport aux grands rivaux asiatiques est également propice à l'apaisement, ce qui lui a permis de jouer un rôle de médiateur lorsque des problèmes sont survenus entre les deux pays (ce qui explique également le détachement apparent entre Xi et Poutine, qui est fonctionnel dans une perspective plus large).

La portée de l'OCS et l'Iran

Un autre point à souligner est la portée de l'OCS, qui, dans les médias grand public, est normalement abordée comme un organe géopolitique de faible importance mondiale.

Les différents participants donnent pourtant une idée de sa portée. Ses membres sont l'Inde, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Chine, la Russie, le Tadjikistan, le Pakistan et l'Ouzbékistan. Les États observateurs sont l'Afghanistan, le Belarus, l'Iran et la Mongolie, les partenaires de dialogue sont l'Azerbaïdjan, l'Arménie, le Cambodge, le Népal, la Turquie et le Sri Lanka. Et lors du sommet de 2021, la procédure a également été lancée pour accorder le statut de partenaire de dialogue à l'Égypte, au Qatar et à l'Arabie saoudite...

Un autre aspect important du sommet de Samarkand a été la signature de l'adhésion officielle de l'Iran à l'OCS, une nouvelle qui a fait le tour du monde, comme s'il s'agissait de quelque chose de sensationnel, alors qu'il ne s'agissait que d'une étape formelle, puisqu'en fait Téhéran était déjà un participant à part entière.

Téhéran avait jusqu'à présent évité cette étape, craignant qu'elle ne donne en quelque sorte à ses adversaires américains matière à renforcer leur pression contre le rétablissement de l'accord sur le nucléaire iranien. Maintenant que les États-Unis ont clairement fait savoir qu'une telle mesure n'est plus à l'ordre du jour, ils ont fait ce qu'ils voulaient faire depuis longtemps (nous reviendrons sur l'échec de la signature de l'accord nucléaire dans une autre note).

L'OCS et la détente dans l'espace post-soviétique

Aucune importance n'a cependant été accordée à trois aspects tout à fait positifs du sommet. Tout d'abord, au cours de la réunion, le Kirghizistan et le Tadjikistan ont convenu de mettre un terme aux désaccords qui avaient provoqué certains affrontements frontaliers entre les deux pays.

Samarkand-SCO-2022.jpg

La seconde est qu'avant le sommet, l'Arménie et l'Azerbaïdjan ont trouvé le moyen de mettre fin aux affrontements entre les deux pays, notamment parce qu'Erdogan, qui soutient la position de l'Azerbaïdjan, ne pouvait pas venir à la réunion, où Poutine était présent, avec ce conflit non résolu, le Tsar étant irrité par la déstabilisation qu'il produit aux frontières de son pays (ce dont se réjouissent, en revanche, les néoconservateurs américains, comme l'écrit Responsible Statecraft et comme le souligne l'annonce par Pelosi de son prochain voyage dans la région, la présidente de la Chambre étant un vecteur délirant dans la propagation de conflits).

Le dernier aspect important du sommet concerne toujours Erdogan, qui, avant de partir pour Samarkand, avait exprimé son souhait de rencontrer Assad, si le président syrien se rendait à l'assemblée, ce qu'il n'a pu faire pour des raisons de sécurité.

Ceci a été rapporté par Reuters dans une note d'agence reprise par Haaretz, qui conclut de manière significative: "Toute forme de normalisation entre Ankara et Damas remodèlerait la guerre de Syrie qui dure depuis des décennies".

En effet, la Turquie a été l'un des parrains du changement de régime en Syrie et a été utilisée comme plaque tournante par des puissances étrangères qui l'ont alimenté en envoyant des miliciens, des armes et de l'argent par son territoire (un peu comme ce qui se passe en Ukraine, où les plaques tournantes sont plus dispersées et sous le contrôle total de l'OTAN).

La Russie et le dégel syrien

Mais à Samarkand, Erdogan a apparemment réitéré son intention, disant même qu'il était prêt à se rendre en Syrie pour rencontrer Assad. Et ce serait un coup fatal pour les partisans des guerres sans fin, qui ont rencontré leur premier échec en Syrie, après leurs succès en Libye et en Irak, Assad ayant survécu à l'assaut.

169064130.jpg

Ce qui est encore plus significatif, c'est ce qui est rapporté ailleurs dans la note, qui donne une idée de la façon dont une telle perspective n'est en aucun cas aléatoire : "Le rapport [sur l'intention d'Erdogan] a été publié après que quatre sources différentes ont déclaré à Reuters que le chef des services de renseignement turcs avait eu plusieurs réunions avec son homologue syrien à Damas ces dernières semaines, un signe des efforts russes pour encourager un dégel entre les États qui se sont opposés dans la guerre en Syrie".

Un tel dégel ne serait pas de trop pour le peuple syrien, qui souffre encore des conséquences de la dévastation et des deuils causés par la guerre et par les sanctions occidentales, qui pèsent encore tragiquement et de manière tout à fait arbitraire sur lui.

Malheureusement, beaucoup (qui sont puissants) de ceux qui s'arrachent aujourd'hui les cheveux pour le salut de la pauvre Ukraine ont participé - et participent - à la légion étrangère qui a alimenté la boucherie syrienne. Et ils feront tout pour empêcher le dégel susmentionné. Nihil sub sole novum.

Ps. Alors que le Kazakhstan accueillait l'assemblée de l'OCS, le pape François se trouvait également dans ce pays asiatique, en visite apostolique. Une simple coïncidence dans le temps, bien sûr, mais qui suscite autant de curiosité que d'intérêt.

jeudi, 15 septembre 2022

L'espace instable entre l'ancien et le nouvel ordre

b65a58cdc657052e23ce3c5eb9a2cbd9.jpg

L'espace instable entre l'ancien et le nouvel ordre

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/09/13/vanhan-ja-uuden-jarjestyksen-epavakaa-valitila/

Selon le diplomate et universitaire indien Shivshankar Menon, "une sorte d'anarchie se glisse dans les relations internationales" - non pas l'anarchie au sens strict du terme, mais plutôt "l'absence d'un principe central d'organisation ou d'un hégémon".

"Les États-Unis ont mené deux ordres après la Seconde Guerre mondiale", divise Menon (photo). Premièrement, "un ordre keynésien qui ne s'intéressait pas particulièrement à la manière dont les États géraient leurs affaires internes dans un monde bipolaire de guerre froide".

Dans les années 1990, c'était le tour de "l'ordre néolibéral dans un monde unipolaire", dans lequel une Amérique puissante ignorait complètement la souveraineté nationale et les frontières nationales des autres États quand elle le voulait.

shivshankar_menon_20100830.jpg

51E8-nsBrQL._SX342_SY445_QL70_ML2_.jpg

Les deux ordres ont affirmé être "ouverts, fondés sur des règles et libéraux" et ont prétendu "défendre la démocratie", les soi-disant "valeurs du libre marché, les droits de l'homme et l'État de droit".

En réalité, ils étaient fondés sur la "domination et la coercition militaires, politiques et économiques" des États-Unis. Dans l'ère post-soviétique, la plupart des grandes puissances, y compris la Chine émergente, ont suivi, du moins dans une certaine mesure, les règles truquées de l'ordre dirigé par l'Occident.

Mais les événements de ces dernières années laissent penser que cet arrangement appartient au passé. Les grandes puissances, y compris les États-Unis, se comportent désormais, selon Menon, de manière "révisionniste", c'est-à-dire qu'elles poursuivent leurs propres objectifs au détriment de l'ordre international.

682d23a6e7687e8e8d5cd80fdda6aaee.jpg

Ce révisionnisme se manifeste souvent par des différends territoriaux, comme ceux qui opposent la Chine à ses voisins, l'Inde, le Japon, le Vietnam et d'autres pays de la région maritime asiatique, et le conflit entre la Russie et l'Ukraine, qui est renforcée par l'alliance de l'OTAN.

Selon Menon, le révisionnisme se reflète également dans les actions de nombreuses autres puissances, "comme la suspicion croissante à l'égard du libre-échange aux États-Unis, le renforcement militaire d'un Japon autrefois pacifiste et le réarmement de l'Allemagne".

De nombreux pays sont mécontents du monde tel qu'ils le voient et cherchent à le changer à leur avantage. Cette tendance pourrait conduire à une géopolitique plus conflictuelle et à des perspectives économiques mondiales plus faibles.

Menon estime qu'à l'heure actuelle, "le monde est à la dérive". Dans l'espace instable actuel entre l'ancien et le nouvel ordre, les grandes puissances n'adhèrent plus à des principes et des normes clairs (on peut se demander si elles l'ont jamais fait).

De nombreux autres pays suivent leur propre voie. Le "principe de la souveraineté des États" est désormais invoqué pour mener une politique fondée sur la préférence des États, plutôt que la politique "fondée sur les valeurs" mise en avant par l'Occident (qui est, après tout, très fausse).

Ces dernières années, les États-Unis ont cultivé la rhétorique trompeuse selon laquelle le monde serait à nouveau défini par une confrontation entre deux blocs - le "monde libre" dirigé par l'Occident et les "États autocratiques". Les États soumis aux sanctions occidentales ont formé des partenariats stratégiques entre eux.

Alors que les anciennes normes et institutions s'érodent, des caractéristiques autoritaires sont déjà évidentes dans de nombreuses démocraties. Cette tendance s'est accélérée à l'époque de la pandémie, lorsque des restrictions à la libre circulation des personnes ont été imposées en raison de la crise sanitaire. "Les lois et règlements élaborés dans les circonstances exceptionnelles de la 'nouvelle normalité' permettent de renforcer le contrôle de l'État à l'avenir.

L'économie mondiale globalisée se fragmente en blocs commerciaux régionaux et la concurrence pour les avantages économiques et politiques entre les grandes puissances s'intensifie. Les pays doivent apprendre à se débrouiller dans cet entre-deux et se préparer à un avenir incertain.

"Une solution consiste à se tourner vers l'intérieur", analyse Menon. La Chine, l'Inde, les États-Unis et bien d'autres pays l'ont fait ces dernières années, en soulignant d'une manière ou d'une autre leur autosuffisance: la "stratégie de double circulation" de la Chine, la promesse de M. Biden de "reconstruire en mieux" et l'engagement de l'Inde, sous la direction du Premier ministre Narendra Modi, en faveur de l'aatmanirbharta, ou autosuffisance, en sont des exemples.

Si les pays veulent devenir plus indépendants économiquement, ils veulent aussi être mieux préparés militairement. Toutes les grandes puissances ont cherché à étendre leurs capacités de défense. Malgré les conséquences économiques de l'ère pandémique, les dépenses mondiales de défense ont dépassé les deux mille milliards de dollars pour la première fois en 2021.

Selon un professeur indien, une autre réponse à la situation actuelle est que les États forment des "coalitions ad hoc". La dernière décennie a vu l'émergence d'un certain nombre d'arrangements multilatéraux, tels que la Quad Alliance, les BRICS, l'Organisation de coopération de Shanghai et le regroupement I2U2 de l'Inde, d'Israël, des Émirats arabes unis et des États-Unis.

2b7286b87028017f0f30bdf6105cb011.jpg

Chaque problème semble donner lieu à un nouvel acronyme. Ces arrangements servent des objectifs géopolitiques spécifiques et, bien qu'ils puissent contribuer à renforcer les relations bilatérales entre certains pays, ils ne se rapprochent pas des groupements de l'époque de la guerre froide.

De nombreux États de taille moyenne ou plus petite franchissent inévitablement les lignes de démarcation et cherchent à équilibrer leurs relations avec les grandes puissances. La réaction de l'alliance des pays d'Asie du Sud-Est (ASEAN) aux différends entre les États-Unis et la Chine et le développement des relations entre Israël et les monarchies sunnites du Golfe par le biais des "pactes abrahamiques" sont des exemples de cette tendance.

Plus récemment, de nombreux pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine ayant des liens étroits avec l'Occident ont résisté à l'envie de rejoindre le front des sanctions anti-russes, alors que le conflit gelé en Ukraine se réchauffait à nouveau. Ces pays ne manifestent pas automatiquement de la sympathie pour le jargon cynique sur les "valeurs" propagé par l'Occident.

Cet équilibrage et cette couverture encouragent la recherche de solutions locales aux problèmes locaux, qu'il s'agisse d'accords économiques et commerciaux régionaux ou de solutions négociées aux différends politiques. Le processus de mondialisation, qui estompe les frontières, est-il en train de se retourner contre nous ?

Si les grandes puissances remettent bruyamment en question la sagesse de l'ancien ordre, les pays plus faibles ont déjà perdu la foi en la légitimité et l'équité de "l'ordre international fondé sur des règles".

A1qnVEaMcpL.jpg

C'est particulièrement vrai pour les pays du Sud, qui ont vu l'ONU, le FMI, la Banque mondiale, l'OMC, le G20 et autres échouer dans leurs efforts. Aujourd'hui, plus de 53 pays sont menacés par une grave crise de la dette.

Alors que l'ancien ordre se désintègre et que le nouveau peine à émerger, le Prof. Menon estime que "les pays ayant une compréhension claire de l'équilibre des pouvoirs et une vision d'un ordre futur coopératif qui sert le bien commun auront un avantage".

Il est peu probable que l'équilibre des pouvoirs, qui évolue rapidement, fournisse la base d'un nouvel ordre stable avant un certain temps. Menon prévoit que les grandes puissances "se déplacent de crise en crise au fur et à mesure que leur insatisfaction à l'égard du système international et que la méfiance des unes à l'égard des autres grandit, comme une sorte de mouvement sans mouvement".

Le penseur indien est pessimiste quant à l'avenir. Menon note que "la capacité des grandes puissances s'est affaiblie en termes de gestion des relations étrangères, de gestion des crises, ou de capacité à résoudre les problèmes transnationaux".

Étant donné que les conclusions de Menon sont publiées dans Foreign Affairs, un journal du groupe de réflexion "Council on Foreign Relations" fondé par David Rockefeller, on peut se demander s'il ne suggère pas également que la solution réside dans une "gouvernance mondiale plus centralisée".

 

mardi, 13 septembre 2022

L'Arthashastra de Kautilya : les origines orientales du réalisme politique

Kautilya.jpg

L'Arthashastra de Kautilya : les origines orientales du réalisme politique

Le réalisme, un héritage politique et un grand aperçu de la philosophie indienne

par Matteo Borgese

Source: https://aliseoeditoriale.it/arthashastra-kautilya-india-realismo-politico/

"Une flèche tirée par un archer peut tuer un homme ou ne pas le tuer du tout, mais l'intellect utilisé par un homme compétent peut tuer même un bébé dans le ventre de sa mère".

Cette phrase attribuée à Kautilya, le premier théoricien du réalisme politique, est la preuve concrète qu'un certain type de pensée peut être la plus efficace des stratégies pour la survie d'une nation. Le réalisme politique ou 'Realpolitik' peut être résumé comme la théorie de la philosophie politique selon laquelle le maintien concret du pouvoir est central.

Pour le réalisme, les questions morales, éthiques ou religieuses ne sont pas admissibles lorsqu'il s'agit de la théorie du gouvernement d'un peuple. La signification plus large de Realpolitik est aussi claire pour ceux qui s'intéressent à la géopolitique que l'évolution que ce terme a subie tout au long de l'histoire occidentale. Les noms de Kissinger et de Bismarck vous seront sans doute familiers, mais en remontant encore plus loin dans l'histoire du réalisme, nous pouvons rencontrer des figures tout aussi connues qui se distinguent comme des précurseurs de la Realpolitik : Machiavel, à la Renaissance, et Thucydide, dans la Grèce classique.

Bien que ces grands penseurs aient défini avec leurs idées les concepts qui constituent le réalisme politique et qu'ils aient joui d'une grande considération en Occident, il faut se tourner vers l'Asie du Sud pour retrouver les origines, au moins littéraires et documentées, du courant de pensée réaliste. Kautilya, également connu sous le nom de Chanakya ou Vishnugupta, est l'auteur de l'Arthashastra, terme sanskrit traduit par le philosophe et orientaliste G. Maggi par "Code du pouvoir", un traité composé entre le 4ème et le 2ème siècle avant J.-C. sur l'art du gouvernement, couvrant des sujets tels que l'économie, la guerre, la gestion des infrastructures, la politique étrangère et, au sens moderne des termes, le renseignement et la sécurité.

717rlDDMmyL.jpg

La figure de Kautilya et le contexte historique

Kautilya vivait dans le nord de l'Inde à la fin du 4ème siècle avant Jésus-Christ. Il a étudié dans l'une des plus anciennes universités du monde antique, dans la ville de Taxila, et est considéré comme un "faiseur de roi" car il a déposé la dynastie régnante de l'époque, les Nanda, et a fait couronner le jeune Chandragupta Maurya (statue, ci-dessous), dont il est devenu le mentor, sur le trône du royaume de Magadha, ouvrant ainsi l'ère de l'Empire Maurya. Kautilya devient le conseiller du souverain Maurya, jouissant d'une influence extraordinaire sur les décisions à prendre dans la gestion de l'État.

ChandraguptaMaurya1-0173295969f7494fb1868039c5706cb9.jpg

morya-empire-og.jpg

Ce fut le premier des empires pan-indiens, grâce aux directives de Kautilya; la domination de Chandragupta s'est étendue en très peu de temps de l'actuel Pakistan au Bangladesh, englobant tout le nord de l'Inde et une partie du sud de l'Inde. C'est dans ce contexte que le conseiller de l'empereur Maurya a pu écrire l'Arthashastra. L'empire de Chandragupta comptait une population de 50 à 60 millions d'habitants, soit environ 35 % de la population mondiale de l'époque, et pouvait se targuer d'une puissance militaire hors du commun. On estime que l'armée comptait plus de 600.000 soldats et près de 10.000 éléphants.

Diadochi-640x382.jpg

Ils formaient l'épine dorsale de la puissance militaire de Maurya, et notre vision de la guerre moderne ne doit pas nous conduire à sous-estimer l'importance de ces animaux en tant qu'arme de guerre, aussi cruciale à l'époque que la marine ou l'aviation peuvent l'être pour les forces armées contemporaines aujourd'hui. Bien conscient de la puissance politique et militaire de l'empire Maurya, Kautilya s'est montré astucieux pour façonner un modèle durable en proposant à son souverain un système de gouvernement qui ne se limite pas à la guerre mais qui est complet et conforme à une pensée réaliste concrète et sans préjugés.

L'Arthashastra, le contenu du "Code du pouvoir"

La pensée de Kautilya est finement condensée dans son œuvre la plus célèbre, l'Arthashastra. Le traité est en fait la première preuve littéraire de la Realpolitik, et je n'en veux pas au Chinois Sun Tzu, dont les maximes, bien que d'une immense valeur, prennent une saveur presque philosophique lorsqu'elles sont - parfois de force - étendues hors du contexte de la guerre. Le traité était déjà connu de nombreux intellectuels du vivant de Kautilya et est devenu une lecture obligatoire pour les souverains après l'ère Maurya. Pourtant, le texte a été perdu pendant de nombreux siècles pour n'être redécouvert qu'en 1904, et peut aujourd'hui à nouveau jouir de la renommée qu'il mérite grâce aux traductions modernes.

1_HP7TqUqaQDIhem_p2rCxmQ.jpeg

Pour se faire une idée de l'Arthashastra et de ses 15 chapitres, on pourrait comparer l'œuvre à un ouvrage qui a eu une résonance extraordinaire en Occident dans le domaine du réalisme, comme Le Prince du philosophe florentin Niccolò Machiavel, déjà mentionné. Selon Weber, cependant, malgré la crudité de la pensée machiavélique, l'œuvre du Florentin est même "inoffensive" en comparaison de l'Arthashastra. Kautilya est surprenant par la modernité de son regard analytique qui voit dans "conquérir ou être conquis" la seule règle dans les jeux de politique intérieure et extérieure du gouvernement.

Dans le traité, le penseur indien construit une série de situations dans lesquelles il est nécessaire de s'attaquer à des instruments considérés, surtout dans la société de l'époque, comme "déloyaux" : cela va de l'utilisation d'espions, principalement des femmes chargées des assassinats, mais aussi des enfants et des mendiants sous couverture, à la manipulation de l'opinion publique au moyen d'activités de propagande et à la création ciblée de la dissidence et du mécontentement à l'égard des ennemis politiques. Bien que le terme "renseignement" n'apparaisse jamais dans le traité dans son sens moderne, ces types de mesures détaillées par Kautilya peuvent être définies comme des mesures actives et couvrent des actions ante litteram.

Une importance considérable est accordée à la guerre en tant qu'instrument concret de résolution des conflits qui est presque nécessaire pour atteindre la paix et le bien-être de la nation. Selon Kautilya, il existe trois types de guerre : il y a la guerre ouverte, qui est à éviter car elle est imprévisible et coûteuse ; ensuite, il y a la guérilla, qui est préférable à la guerre ouverte malgré le fait que les forces de l'ennemi sur le terrain sont inférieures ; et enfin, il y a la guerre basée sur l'utilisation d'espions, d'assassins et de propagande, qui est bien plus efficace et moins chère que les types précédents. Il convient de souligner que Kautilya, selon certains historiens, a poussé le contrôle des citoyens à l'extrême en utilisant des espions de l'Empire et que Chandragupta était un souverain craint, plutôt qu'apprécié, en raison de cette surveillance oppressive.

Un quatrième type de guerre que Kautilya expose provient de la conception culturelle hindoue qui considère l'art de la diplomatie comme un instrument de guerre inestimable. Pour le philosophe indien, en effet, dans la conclusion de pactes et de traités, les intentions des gouvernants sont dissimulées et leurs actions futures peuvent être lues. Pour prendre un exemple moderne, on pense au pacte Molotov-Ribbentrop entre l'Allemagne nazie et la Russie soviétique, dans lequel il était facile de lire entre les lignes comment le pacte était plus adapté pour gagner du temps en vue d'une rupture future plutôt que de représenter un accord solide dans le temps entre deux puissances qui étaient à l'époque en conflit idéologique et politique avéré.

L'héritage de Kautilya dans l'Inde contemporaine

Les capacités d'analyse de Kautilya, bien que peu communes pour l'époque, ne doivent pas faire oublier le contexte culturel de l'époque et l'importance de certaines valeurs religieuses dans la société hindoue. L'Arthashastra est chargé d'une composante éthique et morale qui, à première vue, sans une connaissance de l'appareil culturel complexe issu de l'hindouisme - et du bouddhisme - pourrait heurter la teneur du réalisme extrême de l'œuvre. La philosophie et la religion hindoues apparaissent puissamment dans le texte lorsque l'on arrive à la conclusion que le but ultime de la guerre, malgré les moyens "injustes", est la paix et le bien-être des citoyens.

La vision hindoue de Kautilya, dynamique et conforme à la culture hindoue, admet que la nature de l'homme est de faire la guerre puisque toute action pour la survie de la nation est un acte guerrier, plus ou moins manifeste. Dans ce conflit perpétuel, le souverain doit profiter de ses réalisations, non pas de manière hédoniste, mais plutôt en façonnant la prospérité et en aspirant à une société meilleure pour ses sujets. Kautilya est également le père de la théorie du mandala, un concept applicable en politique étrangère qui est souvent résumé par un diagramme. La théorie part de l'hypothèse que deux États voisins, ayant donc des territoires voisins, sont ennemis par nature.

EmJVdKzVcAAuQ5u.jpg

Ce concept est évoqué lorsqu'on cite le proverbe "l'ennemi de mon ennemi est mon ami", un aphorisme que l'on a cru pendant de nombreux siècles être d'origine arabe, mais qui trouve au contraire son origine et sa confirmation littéraire dans l'Arthashastra. La théorie du mandala est une évidence si l'on pense à la politique asiatique de ces dernières décennies. La menace pakistanaise a en effet poussé l'Inde à intensifier ses relations diplomatiques avec l'Afghanistan, tandis que la menace chinoise a poussé le pays vers le bloc occidental et dans QUAD, l'alliance quadrilatérale avec le Japon, l'Australie et les États-Unis. Dans cet échiquier où les cases voisines constituent une menace pour la sécurité nationale, on voit bien que l'amitié cultivée par Modi avec la Russie de Poutine est d'une importance capitale.

ggg.png

Inconnu des Occidentaux depuis des siècles, Kautilya a toujours été présent dans la culture indienne en tant que maître de la stratégie et du réalisme politique, au point qu'il est coutume de dire que "tout est Arthashastra en Inde". Son nom a été donné à une rue du centre de Delhi, où se trouve le siège des services de renseignement indiens, ce qui souligne encore l'héritage que cette figure a laissé à l'Inde contemporaine. La Realpolitik ne semble donc pas être quelque chose qui a influencé les dirigeants indiens au cours de l'histoire, mais apparaît plutôt comme un produit de la culture hindoue, de l'art de la gouvernance et de la pensée philosophique raffinée, facteurs liés par le besoin intemporel de survivre en tant que culture et nation.

Matteo Borgese

"Né à Rome en 1996. J'ai fréquenté un collège classique, puis j'ai continué sur la voie de la croissance et de l'étude des sciences humaines qui m'a rapproché de plus en plus de la philosophie orientale. Je m'intéresse au sous-continent indien et à tout ce qui a trait à la culture et à l'histoire indiennes, anciennes et contemporaines. Passionné par l'histoire des religions, le mysticisme et la relation entre l'homme et le divin dans sa globalité, j'essaie de discerner les échos des doctrines philosophiques anciennes dans la politique contemporaine".

mercredi, 07 septembre 2022

Alain Daniélou et le point de vue hindou sur le Kali-Yuga européen

alain-danielou-60ae679d-b373-4241-8aad-4aabf5b6a97-resize-750.jpeg

Alain Daniélou et le point de vue hindou sur le Kali-Yuga européen

Nicolas Bonnal

Alain Daniélou, frère du cardinal, est païen et a vécu quinze ans en Inde au beau milieu du vingtième siècle. Là, il parfait sa connaissance de l’hindouisme, des textes sacrés, de la musique traditionnelle et de la danse initiatique. Puis il revient en Europe et assiste bien placé par ses relations mondaines au déploiement de cette Europe décadente dont a parlé Raymond Aron. Au début des années 80 il publie ses mémoires, Le Chemin du labyrinthe.

livre-le-chemin-du-labyrinthe.jpg

Le livre est fabuleux, à couper le souffle, totalement passionnant. Et il va appliquer sa connaissance de la Tradition, jointe à un remarquable esprit libertarien, cet esprit libre n’ayant jamais supporté la discipline occidentale, pour analyser ce qui se passe en Europe, qui, dès les années 60 et 70, court au Reset et à la dystopie.

« C’est armé de ce bagage que j’ai commencé à reprendre contact avec l’Europe qui m’est apparue comme une région malade, atteinte d’une sorte de cancer qui fait que certaines cellules se développent de façon incontrôlée et contaminent peu à peu les autres. Ce développement à forcement une limite. L’espace vital est de plus en plus réduit pour chacun dans ces énormes termitières qui recouvrent peu à peu les campagnes et les forêts. »

Le cancer de la civilisation et la fin de l’espace vital, nous y sommes. A l’époque on en parlait, aujourd’hui on applique. Daniélou évoque son toupet habituel les origines « aryennes » (violence et pillage) de ces occidentaux toujours en guerre et colonialistes :

« La recherche de la prospérité étouffe celle de la sagesse et du bonheur de vivre. Je me suis interrogé sur les raisons qui rendaient les Occidentaux modernes si agités et en somme assez rarement heureux. Les Aryens dont sont issus la plupart des peuples qui ont dominé l’Europe, les Achéens, les Doriens, les Celtes, les Romains, les Germains, les Russes, sont des peuples prédateurs. Ayant récemment envahi une grande partie de la planète, peuplé les Amériques et l’Australie, imposé leurs langues à l’Afrique et parfois même à l’Asie, ils ont atteint une limite et leur force d’expansion se retourne contre eux-mêmes. Il semble peu probable qu’ils arrivent à se contrôler. »

61Y5e5yN5uL.jpg

Oui, la force se retourne contre soi, et avec quelle alacrité !

Daniélou attaque l’occident là où il se croit fort, sur le plan des idées et de l’intellect ; il est aussi percutant que René Guénon :

« J’ai été surpris par l’incohérence des concepts, la naïveté des croyances, le manque de rigueur des raisonnements. De soi-disant « intellectuels » s’acharnent, sur des bases plus qu’incertaines, à changer le monde sans en étudier la logique ni en rechercher la raison d’être ; et prétendent « reformer » la société en partant de postulats irréalistes qui en tiennent aucun compte de la nature et du rôle de l’animal humain dans l’ensemble de la  Création. »

9782213017624-T.jpg

Daniélou comprend comme Schopenhauer (voyez mon texte) que l’on ne peut convaincre en Occident. Alors il faut exterminer – surtout si on est le plus fort :

« Cette sorte de jeu artificiel ne peut aboutir qu’à de fausses valeurs imposées par des formes de tyrannie car, quand on arrive au bout du mensonge, on n’a plus d’autre issue que la destruction des preuves des opposants et l’annihilation physique de ceux qui les soutiennent ainsi que l’Histoire l’a trop souvent démontré. »

Il balaie la France fonctionnaire, républicaine et liquéfiée en une phrase :

« Les Français notamment apparus comme des gens particulièrement légers et irresponsables. »

La clé c’est la catastrophe bourgeoise. Taine en a très bien parlé dans son La Fontaine et les fables (voyez mon texte) ; Daniélou ajoute que le bourgeois est dangereux, surtout sur le plan culturel, car il est un snob. Cela donne les Femmes savantes, le bourgeois gentilhomme, la quête du mamamouchi et pas du Graal, ou le festival de Cannes et la sous-culture moderne qui repose sur la bêtise conformiste et le terrorisme critique :

«Le monde occidental, qu’il se prétende capitaliste ou socialiste, est entièrement dominé par la mentalité bourgeoise, c’est-à-dire par l’esprit qui caractérise la troisième caste, celle des marchands, non point tellement par suite de la puissance que donne l’argent que par l’importance attachée aux questions matérielles et surtout par le snobisme, un mot qui, selon certains, viendrait de l’italien snobile, « sans noblesse »

alain-danielou-71550219-8521-42a9-b64b-1b50ff6af62-resize-750.jpg

L’esprit libre et indépendant devient une rareté dans cet occident alors :

« Les esprits indépendants qui cherchent leur propre vérité, veulent vivre selon leurs goûts, sont suspects dans ce monde artificiel et prétentieux. Les snobes prônent les modes artistiques comme s’il s’agissait de valeurs incontestables. »

Daniélou insiste sur ce snobisme qui crée un déclin actif de l’art (visible par tous dès le dix-neuvième siècle, voyez Tolstoï ou Max Nordau) :

« Il semble qu’il n’existe plus de lien entre la cosmologie et la science, entre l’art et le sacré. Il y a des maladies et des idéologies à la mode alors qu’il s’agit de questions d’importance vitale. Le communisme de salon va de pair avec la musique aléatoire ou l’enthousiasme feint pour des toiles dépourvues d’intérêt esthétique, de talent ou même de technique. »

Et de conclure sur cette question :

« Les snobs sont des naïfs vaniteux aisément manipulés par les intérêts des puissances d’argent et des impérialismes. Les prétendus intellectuels font bien souvent partie de ce troupeau. »

41DQGVP2TPL._SX195_.jpgLe déclin de la science est évident aujourd’hui, sur fond d’épidémie, de la fin de l’énergie et d’arnaque spatiale (coucou Apollo ? Coucou Ariane ?) ; Daniélou ajoute :

« Rares sont les savants qui au bout de leur carrière osent jeter, comme le faisait Oppenheimer, un regard effrayé sur le monde qu’ils ont contribué à construire tout en sachant qu’ils sont irresponsables, que la science collective poursuit son développement aveugle vers un destin inconnu que chacun pressent, qu’en théorie nul ne désire, et qui nous terrifie tous. »

L’abrutissement téléradio en une phrase :

« Un silence inquiétant est tombé sur les hommes saturés du bruit des radios et des images publicitaires de la télévision. »

Daniélou pressent la liquidation au nom de la lutte contre le racisme de la diversité sur terre :

« Au lieu de permettre aux différentes races de coexister, on encourage un abâtardissement général comme une solution qui contredit en fait la notion d’égalité de base. Là encore, au lieu de contempler, d’admirer, d’essayer de comprendre d’œuvre divine dans sa multiplicité, on cherche à l’abolir. »

Enfin après ce bilan la solution ? Il n’y en a pas de solution :

« On m’a souvent demandé si je ne pourrais pas définir des lignes de conduite, une méthode, une « religion » qui pourrait sortir l’Occident de l’impasse ou du moins aider quelques-uns à se réaliser. Mais je ne suis ni un maître ni un prophète. Dans un monde qui court à sa perte, selon la théorie des cycles, il n’existe de salut qu’individuel. Nous approchons, selon la conception hindoue, de la fin de kali yuga, l’âge des conflits, qui doit finir par un cataclysme. »

Macron réélu impose à son lâche et débile "peuple nouveau" (son peuple prolétaire, dirait le grand roumain Vlaicu Ionescu) un totalitarisme énergétique sur fond d’effondrement intellectuel et moral. "L’homme libre au milieu des ruines" (Julius Evola) ne peut qu’espérer passer au milieu des gouttes notamment s’il développe, dirait Laborit, sa capacité de fuite et ses dons manuels. Daniélou surdoué prétendait pouvoir exercer 32 métiers dont celui d’horloger, de jardinier ou de mécanicien.

J’oubliais : sur les USA, il explique, qu’avant Roosevelt et la guerre, ce pays était un paradis avec des gens libres et de bonne humeur – noirs compris (ils constituaient une caste). Puis est venu l’empire et sa bureaucratie… On croirait lire du Rothbard. Comme je l’ai expliqué dans mon opus sur la comédie musicale cette nostalgie a créé un genre spécial : l’americana

Sources :

Alain Daniélou – Le Chemin du labyrinthe, Robert Laffont, pp.321 -341 et 75.

Nicolas Bonnal – Chroniques sur la Fin de l’Histoire

https://www.dedefensa.org/article/max-nordau-et-lart-dege...

https://www.dedefensa.org/article/taine-et-le-cretinisme-...

https://www.dedefensa.org/article/leon-tolstoi-et-les-joy...

 

 

mercredi, 17 août 2022

Inde contemporaine : identité postcoloniale

iStock-458091953.jpg

Inde contemporaine: identité postcoloniale

par l'équipe de Katehon.com

Source: https://www.geopolitika.ru/article/sovremennaya-indiya-postkolonialnaya-identichnost

La formation de l'Inde et du Pakistan

La phase post-coloniale de l'histoire de l'Inde commence le 15 août 1947, lorsque l'Inde a obtenu sa pleine indépendance de la domination britannique. Depuis lors, l'Inde est présente dans le monde en tant qu'État indépendant d'une manière qui, historiquement, n'avait jamais existé auparavant, ni en termes de forme politique, ni en termes de frontières, ni en termes de critère d'identité fondamentale. C'était une Inde entièrement nouvelle, qui clôturait l'ère de la modernisation coloniale et commençait celle de la modernisation nationale.

Les possessions britanniques en Inde et les territoires sous domination britannique jusqu'à la déclaration d'indépendance se sont retrouvés démembrés par l'administration britannique sortante en deux entités, l'Inde et le Pakistan, selon des critères religieux. Cependant, les indépendantistes nationaux eux-mêmes n'avaient pas, au départ, une position unifiée sur la partition ou l'unité - cela a fait l'objet de vifs débats, qui ont conduit à des affrontements sanglants entre hindous et musulmans lorsque la partition a commencé. Cela est principalement dû au fait que dans les deux États, l'Inde et le Pakistan, le modèle idéologique final est resté longtemps indéfini, et que tout dépendait de la situation spécifique dans laquelle les hindous et les musulmans pouvaient ou non trouver une solution commune. L'administration coloniale britannique était également complice de ce processus, cherchant à établir dans ses anciennes colonies un système sociopolitique qui lui permettrait de continuer à exercer une influence importante sur ces pays - en matière d'idéologie, de politique, d'économie, etc.

Partition_of_India_1947_en.svg.png

Ainsi, les États post-coloniaux suivants émergent dans le sous-continent indien - et plus largement, dans la zone, de la civilisation hindoue :

- L'Inde elle-même (avec la dominance religieuse de l'hindouisme, mais une importante minorité islamique - particulièrement massive et politiquement active dans l'État du Cachemire) ;

- Les États islamiques du Pakistan (avec des politiques strictement anti-indiennes) au nord et du Bangladesh (avec des politiques pro-indiennes) à l'est (qui était à l'origine une seule entité politique, le Pakistan occidental et oriental) ;

- Népal (où le bouddhisme domine) ;

- Sri Lanka.

La division en un État islamique et un État hindou, c'est-à-dire le Pakistan et l'Inde, s'est accompagnée de flambées de violence des deux côtés. Le Pakistan oriental, appelé plus tard Bangladesh, faisait partie du Bengale, artificiellement coupé de l'État indien ; les territoires du Jammu-et-Cachemire ainsi que du Pendjab avaient une population mixte, ce qui a conduit à des conflits territoriaux prolongés et à des actes de terreur récurrents. La division des territoires administratifs en territoires islamiques et hindous n'était pas stricte à l'époque de l'influence islamique maximale en Inde, ni pendant la période de colonisation britannique. Malgré toute la différence de religions, il s'agissait d'une population unique d'une civilisation commune, bien qu'avec des strates différentes. La division post-coloniale de l'Inde a représenté entorse à l'horizon indien, qui a été artificiellement et violemment démembré en plusieurs composantes. L'espace même de l'Inde pré-indépendance était polycentrique et multiethnique. Il y avait des zones dominées par l'une ou l'autre religion, des formes mixtes et intermédiaires ainsi que des enclaves de communautés archaïques ou d'entités mystico-religieuses originales. Cette polycentricité ainsi que les varnas et les jatas ont fait de l'Inde une mosaïque civilisationnelle, bien que la structure de cette mosaïque soit soumise à une logique civilisationnelle interne, largement manifestée par l'Historial indien.

Au moment de l'indépendance, ce processus subtil et naturel de dynamique civilisationnelle a été artificiellement interrompu et remplacé par le tracé rigide de plusieurs lignes de partage administratives, tracées très grossièrement et sans tenir compte de la structure indienne elle-même. Non seulement le Pakistan est devenu une création post-coloniale artificielle, mais l'Inde elle-même s'est conformée aux frontières conventionnelles sans continuité univoque avec les empires indiens du nord, les puissances islamiques ou les États du sud. Les dirigeants de l'Inde et du Pakistan ont été contraints de créer leurs nations dans des conditions totalement artificielles, en déplaçant de force d'énormes masses de population (étant donné la forte démographie de la société indienne), en procédant à des nettoyages ethniques, souvent accompagnés de violences et de bains de sang.

fullnehru.jpg

Indépendance et démocratie : Jawaharlal Nehru

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1946, des mutineries armées ont éclaté dans l'armée indienne et un mouvement de masse visant à expulser le contingent britannique et l'administration coloniale du pays a débuté. Simultanément, les frontières ethno-religieuses entre hindous et musulmans se polarisent, s'accompagnant d'un nettoyage ethnique et de pogroms dans de nombreuses villes et zones à la population traditionnellement mixte.

Lors des élections, le Congrès national indien remporte la majorité dans huit provinces, qui deviendront plus tard la base du nouvel État indien. Jawaharlal Nehru [1] (1889-1964) devient le premier Premier ministre de l'Inde. Il est le président du Congrès national indien et un proche associé et adepte de la cause de Gandhi. Nehru, contrairement à Gandhi, est né dans la Brahman varna, c'est-à-dire qu'il représentait la caste la plus élevée. Le père de Jawaharlal Nehru, Motilal Nehru (1861-1931), était également un participant actif de la lutte de libération nationale et le leader du Congrès national indien. Comme de nombreux leaders de la résistance indienne, Nehru a reçu son éducation en Angleterre. Dès sa jeunesse, il a accepté que Jawaharlal Nehru combatte les Britanniques, se retrouvant à plusieurs reprises en prison, où il a passé au total plus de dix ans.

gandhi-nehru-fb_013116074329.jpg

Au début de l'année 1947, l'Angleterre décide de se retirer définitivement du territoire de l'ancienne colonie, mais avant d'accorder l'indépendance aux Indiens, les Britanniques favorisent la partition du territoire entre les musulmans, représentés par Jinnah, qui s'unissent dans le dominion du Pakistan, qui comprend l'actuel Pakistan à l'ouest et le Bangladesh à l'est, et les hindous et les sikhs, qui forment la base de l'Inde moderne. Le 14 août 1947, l'État du Pakistan est proclamé et le 15 août 1947, l'État de l'Inde est déclaré.

Trois ans après sa création, l'Inde devient une république parlementaire totalement indépendante le 26 janvier 1950.

Jawaharlal Nehru a dirigé le pays dans la première phase et est resté à la tête du pays jusqu'en 1964.

Nehru adhère à des idées de gauche, en partie en sympathie avec le communisme et l'expérience soviétique (il se qualifie ouvertement et à plusieurs reprises de "socialiste") et en partie avec le système capitaliste de l'Ouest. C'est ainsi qu'il s'est retrouvé dans une position typique des pays qui ont créé le mouvement des non-alignés, dans lequel l'Inde a joué le rôle principal, avec la Yougoslavie de Josip Broz Tito (1892 -- 1980) et le mouvement panarabe sous la houlette de l'Egyptien Gamal Abdel Nasser (1918 - 1970).

En devenant indépendante, l'Inde a dû faire face à plusieurs défis géopolitiques :

- Problèmes avec le Pakistan au sujet du territoire contesté dans l'État du Jammu-et-Cachemire, qui compte une importante population islamique ;

- des différends territoriaux avec la Chine sur certaines parties du Tibet, que les deux pays revendiquent comme leur propriété ;

- plus tard, après la mort de Nehru, les relations avec les Sikhs, qui se sentent lésés par l'idéologie dominante de l'hindouisme et entreprennent de créer un État sikh séparé, le Khalistan, deviennent tendues ;

- parallèlement, le nationalisme et le séparatisme dravidien prenaient forme dans le sud de l'Inde, en particulier dans l'État du Mail Nadu.

gettyimages-515516530.jpg

Indira Gandhi

Bien que la première guerre indo-pakistanaise ait éclaté sous Nehru entre 1947 et 1948, les guerres se sont poursuivies même après que la fille de Nehru, Indira Gandhi (1917 -1984), ait succédé à son père comme premier ministre de l'Inde. Puisque la mère d'Indira Ghani ainsi que son père appartenaient aux varnas brahmaniques, elle était à juste titre rattachée à ces varnas en termes d'hindouisme. Mais Indira Gandhi elle-même a épousé un politicien et écrivain zoroastrien (parsa), Feroz Gandhi (1912-1960) et a commis une erreur contre les coutumes de l'hindouisme. Ainsi, la progéniture d'Indira Gandhi et de Feroz Gandhi (les fils Rajiv et Sanjay) appartenait à la catégorie hors-caste des tchandalas, dalits, intouchables par la loi hindoue.

Indira Gandhi a été élue Premier ministre en 1966 après le décès de Lal Bahadur Shastri (1904 -1966), qui n'avait occupé ce poste que pendant deux ans. Sous Shastri, la deuxième guerre indo-pakistanaise a éclaté en 1965, avec des hostilités majeures au Cachemire et au Pendjab.

Indira Gandhi, comme Lala Bahadur Shastri qui a dirigé l'Inde avant elle, et même avant son père Jawaharlal Nehru, avait des opinions de gauche et poursuivait la ligne politique du Mouvement des non-alignés [2].

1547577603_6.jpg

En 1971, une autre guerre indo-pakistanaise éclate sous Indira Gandhi, qui décide du sort du Pakistan oriental. La population du Pakistan oriental, qui n'avait pas de lien territorial direct avec le Pakistan occidental, se considérait comme un peuple distinct (principalement des Bengalis), qui éprouvait du ressentiment face à Islamabad (au Pakistan occidental) pour déni de droits et politiques visant à supprimer l'identité bengalie. Dans ce cas, le facteur islamique ne constituait pas une base assez solide pour maintenir un État unifié et, à bien des égards, une Inde hindoue mais généralement laïque semblait plus proche des habitants du Pakistan oriental. Le rejet par Islamabad de l'indépendance du Pakistan oriental a conduit à une guerre dans laquelle l'Inde, sous la direction d'Indira Gandhi, a pris le parti du Pakistan oriental.

L'armée pakistanaise a été la première à lancer une attaque de missiles sur l'Inde, visant la ville d'Agra. L'Inde a répondu par des frappes symétriques et a lancé une invasion du Pakistan oriental, défendant simultanément ses territoires à la frontière avec le Pakistan occidental.

En conséquence, les Indiens ont été victorieux, ce qui a entraîné la sécession du Pakistan oriental et son indépendance en tant que nouvel État indépendant, le Bangladesh. La guerre n'a duré que 13 jours. L'URSS a soutenu Indira Gandhi et la création de l'État indépendant du Bangladesh, avec Dhaka comme capitale. Dans le même temps, Moscou a garanti le soutien de l'Inde si la Chine et les États-Unis, qui s'étaient rangés du côté du Pakistan occidental, intervenaient dans la guerre. La victoire d'Indira Gandhi dans cette guerre a considérablement renforcé la position géopolitique de l'Inde, qui est devenue l'hégémon incontesté dans tout le sous-continent indien. Pour le Pakistan, il s'agit d'une défaite sévère, puisque le pays a perdu la moitié de sa marine, un quart de sa force aérienne et un tiers de son armée.

Néanmoins, un peu plus tard dans les années 1970, l'Inde est entrée dans une période de crise politique et Indira Gandhi s'est révélée être une dirigeante coriace en imposant une urgence nationale et en assumant des pouvoirs d'urgence (essentiellement dictatoriaux) face à des menaces croissantes. Au cours de cette période, elle a promulgué une loi de stérilisation forcée pour les hindous en raison du problème de la croissance démographique catastrophique et d'autres lois qui ont été rejetées par le public.

12960753-1620315727426-72a0dce1fd787.jpg

Par la suite, Indira Gandhi perd les élections, mais en 1980, elle redevient Premier ministre. Au cours de son deuxième mandat au pouvoir, il y a un conflit avec les Sikhs. Jarnail Singh Bindrawal (1947 - 1984) (photo), chef des Sikhs du mouvement politico-religieux Damdami Taksal, et du principal parti sikh, l'Akali Dal, a affronté les forces indiennes, s'emparant du sanctuaire le plus sacré des Sikhs, le Temple d'or (Darbar Sahid) à Armsar, au Pendjab, et y a établi un centre de défense militaire. Indira Gandhi a ordonné la prise d'assaut du sanctuaire, qui a fait un nombre important de victimes des deux côtés. Cela a tendu les relations entre les hindous et les sikhs et suscité le séparatisme sikh au Pendjab (avec un projet de création d'un État sikh séparé, le Khalistan): un problème aigu en Inde. L'opération menée par l'armée indienne pour écraser le soulèvement sikh a été appelée Opération Blue Star. Les Sikhs, vaincus dans la confrontation directe avec les troupes indiennes, ont répondu par une vague d'attaques terroristes et d'assassinats politiques. L'une des victimes était Indira Gandhi elle-même, tuée par des gardes du corps sikhs qui se vengeaient de l'assaut et de la profanation de leur sanctuaire, le Temple d'or.

main-qimg-58aaf378b621f4dd9c2e9143a3e0e0af-c.jpg

Dans les années 70, un autre mouvement séparatiste, les Tigres de libération de l'Eelam tamoul, fondé par le nationaliste tamoul Velupillai Prabhakaran (1954-2009), s'est formé dans le sud de l'Inde, tout d'abord sur l'île de Sri Lanka. La mission des Tigres de libération de l'Eelam tamoul était de construire un État dravidien indépendant de l'Eelam au Sri Lanka et, plus largement, en Inde du Sud. Ce mouvement a entamé une lutte de guérilla s'appuyant sur des méthodes terroristes. Ainsi, l'Inde a été confrontée à trois types de terrorisme : par les musulmans, les sikhs et les dravidiens.

rajiv-gandhi.jpg

Après l'assassinat d'Indira Gandhi, son fils Rajiv Gandhi (1944-1991) (photo) a occupé le poste de premier ministre pendant quatre ans, entre 1984 et 1989. Son règne inclut le soulèvement sikh à Delhi et l'invasion des Maldives par l'armée indienne en réponse à un coup d'État dans lequel les séparatistes dravidiens des Tigres de libération de l'Eelam tamoul ont joué un rôle majeur. Rajiv Gandhi décide d'envoyer des troupes aux Maldives, ce qui fait échouer le coup d'État. Des mesures punitives contre les milices terroristes tamoules suivent.

En 1991, Rajiv Gandhi est assassiné par un terroriste tamoul pendant sa campagne pour le parlement. Après sa mort, la cause de la dynastie politique Nehru/Gandhi a été poursuivie par la veuve de Rajiv Gandhi, Sonia Gandhi, qui était d'origine italienne. À partir de la fin des années 1990, Sonia Gandhi devient le leader du Congrès national indien, alors confronté à la montée de l'opposition nationaliste de droite au Parti du peuple indien (Bhairati Janati Party).

La nouvelle génération de nationalistes en Inde

Le Parti du peuple indien (Bhairati Janati Party) a été fondé en 1980 par les politiciens conservateurs Atal Bihari Vajpayee et Lal Krishna Advani. Le nouveau parti était basé sur une alliance de nombreux groupes hindous nationalistes, collectivement appelés Sangh Parivar, dont le principal est le Rashtriya Swayamsevak Sangh [3]. De manière révélatrice, l'un des assassins du "Mahatma" Gandhi était membre de cette organisation, prônant à l'origine une Grande Inde ou un Empire indien, ce qui, selon ce courant, manquait à Gandhi. Ce mouvement était populaire parmi les Marathas les plus militants. L'un de ses représentants les plus éminents était le théoricien du nationalisme indien Madhav Sadashiv Golwalkar [4] (1906 -1973) (photo, ci-dessous).

BL07GOLWALKAR.jpg

L'Hindutva a joué un rôle central dans ce courant, mais parallèlement à son interprétation dans l'esprit du nationalisme européen, on pouvait également trouver des références au traditionalisme hindou intégral dans l'esprit de l'Advaito Vedanta et de la ligne Tilak.

Alors que le Congrès national indien gravitait traditionnellement vers le socialisme et le libéralisme, le Bhairati Janati Party nouvellement formé se concentrait principalement sur le nationalisme indien. Ses slogans reposaient sur l'idée de l'Hindutva - l'identité indienne - ainsi que sur le patriotisme, la souveraineté et la protection de l'État indien, qui étaient devenus particulièrement pertinents en raison de la montée des sentiments séparatistes. Étant donné que le mariage d'Indira Gandhi avec un Parsi la plaçait en dehors du système des varnas et que, par conséquent, son fils Rajiv et le reste de la dynastie politique étaient considérés comme des tchandalas (Dalits, intouchables), les nationalistes du parti Bhairati Janati ont transféré ces propriétés à l'ensemble du parti du Congrès national indien, l'accusant d'éroder et de perdre les fondements de la culture, de la civilisation et des traditions indiennes. La popularité croissante du Bhairati Janati Party a été alimentée par les scandales de corruption du parti du Congrès, longtemps au pouvoir en Inde, et par les tensions croissantes avec la population islamique, qui sont devenues particulièrement visibles à mesure que les idées salafistes et wahhabites propagées par l'Arabie saoudite et d'autres États arabes sunnites se sont répandues parmi les musulmans indiens.

150419164401-fast-facts-atal-behari-vajpayee.jpg

Le parti Bhairati Janati insistait précisément sur l'hindouisme religieux comme base de l'identité indienne, ce qui s'est parfois traduit par un harcèlement de la population musulmane. Néanmoins, le parti a remporté une majorité de sièges au parlement en 1996 et son fondateur Atala Bihari Vajpayee (photo) est devenu Premier ministre. Cependant, le parti n'occupe pas le poste, mais devient dès lors une force importante dans la politique indienne, participant à diverses coalitions et obtenant d'importants postes gouvernementaux.

Dans les années 1990, le Bhairati Janati Party avait un nouveau leader, Narendra Modi, qui est rapidement devenu chef de l'administration de l'État du Gujarat. Modi est issu du mouvement Rashtriya swayamsevak sangh et s'appuie sur le traditionalisme hindou. Progressivement, son rôle au sein du parti s'est accru et après que le parti ait remporté les élections parlementaires en 2014, il est devenu le premier ministre de l'Inde.

81+n7IG7ZQL._SL1500_.jpg

shiv-sena-symbol.jpg

En alliance avec le Bhairati Janati Party se trouve l'organisation hindoue encore plus radicale Shiv Sena, [5] fondée par les marathas du scribe Kayastha Bal Keshav Thackeray (1926 - 2012) (photo, ci-dessus) en 1966. Les théoriciens du Shiv Sena combinent une identité indienne commune (Hindutva) dans sa version traditionaliste (avec un recours à l'Advaito Vedanta, aux varnas et au shivaïsme) avec un accent sur l'identité distincte des Marathas, d'où la grande influence dont jouit ce mouvement à Mumbai et dans l'État du Maharashtra en général.

193-1933382_shiv-sena-flags.jpg

Les militants du Shiv Sena soulignent que ce sont les Marathas qui ont été les premiers à lancer des luttes armées contre les musulmans et pour la restauration de l'ordre hindou, et qui ont résisté farouchement à l'occupation britannique. Parfois, dans les textes du Shiv Sena, on peut trouver des appels à un État Maratha séparé. Après la mort du fondateur du Shiv Sena, Bala Keshav Thackeray, il a été dirigé par son fils Uddhav Thackeray.

De manière révélatrice, il existe également des partis nationalistes indiens dans des pays qui étaient autrefois sous l'influence de la Grande Inde. Parmi eux:

- Parti de l'éveil du Dharma indonésien (Partai Kebangkitan Dharma Indonesia) en Indonésie ;

- Les partis hindous de Banga Sena et Bangabhumi au Bangladesh ;

- Rashtriya Prajatantra Parti (Parti démocratique national) et Nepal Shiv Sena au Népal ;

- Parti de la réforme progressiste (Vooruitstrevende Hervormingspartij) au Suriname.

L'Islam radical en Inde

Examinons maintenant brièvement les tendances séparatistes en Inde que nous avons déjà mentionnées à plusieurs reprises. Eux aussi sont des versions du nationalisme, mais non pas intégrateur, comme dans le cas des différents courants de l'Hindutva, mais visant à diviser l'Inde en plusieurs États-nations.

Les musulmans représentent environ 14 % de la population indienne, et au Jammu-et-Cachemire, ils constituent la majorité de la population. La majorité des musulmans sont des sunnites du madhhab Hanafi, bien que les chiites, y compris les ismaéliens (les séminaristes chiites connus sous le nom de courants Bohra et Nizarite Khoja) constituent environ 30 % de la population islamique totale. Parmi les chiites, un courant extrême particulier, l'Ahmadiyya, a émergé au cours du XIXe siècle, dont le fondateur, Mirza Guam Ahmad (1835-1908) (photo, ci-dessous), né à Qadian, dans l'État du Pendjab, s'est déclaré le Mahdi. Bien que la plupart des chiites aient rejeté cette revendication, Ahmad a gagné de nombreux partisans, qui ont formé la base d'un nouveau mouvement religieux reconnu comme une dénomination indépendante dans l'Inde moderne.

Mirza_Ghulam_Ahmad_(c._1897).jpg

Les chiites sont beaucoup plus profondément et organiquement intégrés dans la société indienne. Parmi les sunnites, le soufisme (principalement la tarikat Chishtiyya) est très répandu et sert également de pont intellectuel et spirituel entre les deux traditions. Le chiisme et le soufisme constituent un bouclier important contre la pénétration du salafisme et du wahhabisme parmi les musulmans indiens, car les structures de l'islam zahirite sont l'exact opposé de celles de l'islam bati [6]. C'est l'islam bati qui prévaut en Inde, qui découle de l'histoire de la propagation de l'islam en Inde, où l'environnement culturel iranien de la Perse et de l'Asie centrale a été un élément médiateur.

Les sunnites en Inde appartiennent à deux branches - les Barelvi, dominés par l'interprétation traditionnelle du madhhab Hanafi et acceptant pleinement le soufisme, et les Deobandi, qui ont émergé au 19ème siècle avec le soutien du zahirisme et ont été fortement influencés par le wahhabisme. Le courant Barelvi est prédominant, bien que ces dernières années, sous l'influence de la propagande arabe, le courant Deobandi ait également gagné en influence.

Dans l'ensemble, les musulmans indiens se sont facilement intégrés à l'Inde moderne et après leur séparation du Pakistan, tandis que ceux qui préféraient une identité religieuse sont partis au Pakistan, des mouvements et des partis séparatistes islamiques sont apparus dans certaines régions et certains milieux sociaux, dans le but de faire sécession de l'Inde.

Les séparatistes islamiques en Inde peuvent être divisés en deux composantes :

- Les partisans d'une union avec le Pakistan (il s'agit principalement des partis islamiques de la population musulmane de l'État du Jammu-et-Cachemire, à majorité islamique, mais dont le principal territoire est contrôlé par l'Inde),

- Les partisans de la construction d'un État islamique (califat mondial) sur la base de l'idéologie salafiste, qui s'est activement répandue au cours des dernières décennies à partir de l'Arabie saoudite et a pris racine en Afghanistan et au Pakistan.

Les deux versions ont souvent recours à la pratique du terrorisme armé, qui constitue une menace sérieuse pour la sécurité de l'Inde.

5d4c231b6125505c518b4583.jpg

L'histoire du Jammu et du Cachemire est un cas à part. Dès l'époque de la domination britannique de l'Inde, le territoire du Cachemire a été envahi par des militants sikhs dirigés par Ranjit Singh (1780 -1839), le fondateur du premier État sikh au Pendjab. Plus tard, au cours de la première guerre anglo-sikh, l'État sikh a été divisé en deux parties - la partie occidentale (Lahore) est allée aux Britanniques, et la partie orientale est devenue une principauté du Jammu-et-Cachemire. Alors que la principauté était dirigée par des sikhs, la population principale était musulmane.

Hari_Singh_1931.jpg

Au moment de la partition de l'Inde, le dernier souverain sikh du Jammu-et-Cachemire, Hari Singh (1895 - 1961) (photo, ci-dessus), a initialement déclaré l'indépendance à la fois face au Pakistan et face à l'Inde, mais par crainte d'être occupé par le Pakistan, qui bénéficiait d'un large soutien au sein de la population islamique de la principauté sikh, il a approché le gouvernement indien pour lui demander de rejoindre ce grand État. L'Inde introduit des troupes, ce qui provoque la première des trois guerres indo-pakistanaises. Les deux autres guerres, ainsi que la guerre de Kargil de 1999, ont également eu lieu pour la possession de ces terres.

Depuis lors, les sikhs, qui régnaient auparavant sur la région, n'ont pas joué un rôle décisif dans la politique, représentant l'une des minorités ethno-religieuses avec les bouddhistes, les chrétiens et les jaïns.

Les parties nord et ouest du Jammu-et-Cachemire sont tombées aux mains du Pakistan (Gilgit Baltistan), tandis que les régions du nord-est (Aksai Chin et la vallée de Shaksgam) sont passées sous la coupe de la Chine, qui les a occupées entre 1957 et 1963.

En 1987, des hostilités ont éclaté entre des séparatistes islamiques, mécontents des résultats des élections, et l'armée indienne dans la vallée du Cachemire, où la population musulmane est très majoritaire. Certains des rebelles ont appelé à l'unification avec le Pakistan, d'autres à l'indépendance et un troisième, déjà influencé par le salafisme réformiste, à l'établissement d'un État islamique. Les forces gouvernementales ont réussi à étouffer le soulèvement cette fois-ci.

Au début des années 1990, des affrontements entre musulmans et hindous ont également commencé à se produire dans l'État de Maharshartra, à Mumbai et en Uttar Pradesh. Par exemple, des hindous radicaux ont détruit la mosquée Babri à Ayodhya, le centre sacré de l'hindouisme, en 1993. En réponse, les extrémistes islamiques ont perpétré une série d'attentats à la bombe à Mumbai, la plus grande attaque terroriste avant l'attentat wahhabite contre le bâtiment du World Trade Centre à New York le 11 novembre 2001. Les enquêtes sur les attentats ont révélé que le syndicat du crime D-company, dirigé par Dawood Ibrahim, qui recevait à son tour des instructions au Pakistan et était lié aux organisations terroristes islamiques Al-Qaeda et Lashkar-e-Taiba d'Oussama ben Laden, a joué un rôle majeur dans leur organisation. Lashkari-Taiba, qui a son siège au Pakistan, proclame ouvertement la création d'un État islamique en Asie du Sud, la libération du Jammu-et-Cachemire de l'hindouisme et appelle à des actes terroristes. Lorsque la situation s'est aggravée au Jammu-et-Cachemire dans les années 1990, une grande partie des musulmans est passée sous l'influence de l'islamisme radical, ce qui a conduit à un nettoyage ethnique des hindous dans la vallée du Cachemire et à de nombreux actes de violence.

En 2001, des extrémistes islamiques ont attaqué le Parlement indien, et en 2008, de nouvelles attaques terroristes ont eu lieu à Mumbai. Le gouvernement indien a cité des preuves qu'à cette occasion également, le Lashkar-e-Taiba était l'organisateur de ces crimes, pointant directement du doigt le rôle du Pakistan.

1920xsikh1080.jpg

Khalistan : le projet politique des Sikhs

Les Sikhs, comme nous l'avons vu, sont une religion syncrétique avec des éléments de l'islam et de l'hindouisme. Les adeptes les plus répandus du sikhisme se trouvent au Pendjab (la province du Pendjab au Pakistan et l'État du Pendjab en Inde) où un État sikh avec des centres à Armsitsar et Lahore existe depuis le début du 18ème siècle, qui a également régné sur les territoires du Jammu. En termes d'échelle, il pourrait bien être considéré comme un empire, car il englobait de vastes zones du Pakistan et de l'Inde actuels.

L'État sikh a été détruit par les Britanniques lors de la deuxième guerre anglo-sikh en 1849.

Sikh.man.at.the.Golden.Temple.jpg

Le nombre total de sikhs dans le monde est de plus de 22.000.000. En Inde, ils vivent principalement dans les États du Punjab et d'Haraniya.

La communauté sikhe était à l'origine centrée sur dix grands gourous, à commencer par Nanak. Après la mort du dixième gourou Gobind Singh, le pouvoir est passé à la communauté, la Khalsa, qui devait être guidée par le "onzième gourou" -- selon les textes sacrés du sikhisme. Lors de l'établissement de l'Empire sikh, le pouvoir a été transféré du Khalsa et de ses assemblées régulières aux Serdars, qui étaient une classe d'aristocratie militaire.

WhatsApp-Image-2021-11-13-at-1.22.51-PM.jpeg

Pendant le règne de Ranjit Singh (tableau, ci-dessus), son statut parmi les autres chefs militaires des Serdars était similaire à celui de l'empereur, le roi. Mais après la chute de l'État aux mains des Britanniques, le centre du pouvoir était constitué par les Serdars individuels qui dirigeaient les possessions restantes après l'effondrement de l'Empire.

Les Sikhs ont cédé volontairement le pouvoir à l'Inde au Jammu et au Cachemire, et l'État du Pendjab, où ils constituaient un grand pourcentage de la population, fait également partie de l'Inde. Depuis les années 1970, cependant, la communauté sikh fait de plus en plus entendre ses intérêts politiques. Dans ce milieu, la théorie du séparatisme sikh devient populaire, culminant dans l'idée d'établir un État sikh indépendant, le Khalistān, centré au Pendjab, au siège historique de l'Empire sikh. L'idée a été évoquée pour la première fois par les Sikhs pendant la période de la domination coloniale britannique en 1920 avec la formation du parti politique Akali Dal, mais elle a été mise en avant pour la première fois en 1944 pour demander la création d'un État sikh. La thèse du Khalistan, littéralement "pays des purs", a été formulée par Jagjit Singh Chauhan (1929 - 2007), qui a proclamé un gouvernement du Khalistan en exil à Londres.

1340503-amritsars-golden-temple.jpg

Amritsar, ou Amrita Saras, littéralement "océan d'amrita" ou d'immortalité, et fondée par le quatrième gourou sikh, Ram Das (1534-1581), en 1577, est considérée comme la capitale de cet état. Chauhan est ensuite retourné au Pendjab en Inde et a fondé le parti Khalsa Raj, appelant à la construction du Khalistan par des moyens pacifiques.

En 1984, des combattants indépendantistes sikhs, sous la direction de Bindrawal Singh, se sont emparés du principal temple sikh, le Temple d'or, Harmandir Sahib, et ont commencé à y préparer un soulèvement armé. Indira Gandhi décide alors de lancer l'opération Blue Star, au cours de laquelle le bastion sikh est pris d'assaut avec de l'artillerie et des chars. Cela a entraîné une forte hausse des sentiments séparatistes parmi les Sikhs ainsi que l'assassinat d'Indira Gandhi.

Petit à petit, cependant, le gouvernement indien est parvenu à atténuer cette opposition. Ainsi, pendant dix ans, le Premier ministre de l'Inde issu du Parti du Congrès national indien était un Sikh, Manmohan Singh.

indexdravn.jpg

Dravida Nadu et l'Etat du Dev

Une autre forme de nationalisme séparatiste en Inde est basée sur l'identité dravidienne. Le fondateur du courant politique dravidien qui insistait sur leur identité était Erode Venkata Ramasamy (1879 - 1973) (portrait, ci-dessous), également connu sous le nom honorable de Periyar. Il était issu d'une caste spéciale de Balijas, considérée comme une branche des kshatriyas, qui se concentrait sur les activités commerciales (un analogue direct de la "thymocratie" de Platon).

Periyar_E._V._Ramasamy_20170919110931.jpeg

Au cours de la première phase de la lutte pour l'indépendance de l'Inde, Ramasamy a vivement critiqué le Congrès national indien en tant que "parti brahmane", qui, selon lui, ne cherchait l'indépendance que pour renforcer le pouvoir des "Aryens", c'est-à-dire des varnas supérieurs représentant les intérêts de l'"Aryvavarta", c'est-à-dire de l'Inde indo-européenne. Ramasamy a exigé une égalité totale pour les Dravidiens et les castes inférieures. À cette fin, il a créé le Parti de la justice, rebaptisé plus tard mouvement Dravidar Kazhagam. Les plans de Periyar Ramasamy comprenaient la création d'un état dravidien séparé - Dravidastan ou Dravida Nadu.

Periyar et son parti étaient actifs pendant l'occupation britannique, où ils formaient la majorité dans la présidence de Madras, et menaient la cause pour obtenir l'indépendance vis-à-vis d'eux après le retrait des Britanniques - comme au Pakistan musulman. 

Periyar était un athée, considérant toutes les religions comme des constructions artificielles. Cependant, il partageait l'opinion selon laquelle les premiers porteurs de la culture védique et donc du système de varnas étaient des Indo-Européens venus du nord, mais considérait la situation depuis la position du sud de l'Inde, qu'il identifiait à l'ancienne culture dravidienne. Periyar a interprété l'épopée indienne Ramayana comme une preuve historique que les territoires de l'Inde du Sud étaient autrefois gouvernés par les Dravidiens eux-mêmes sous leur propre roi, déformé dans le Ramayana en tant qu'Asur Ravana, le principal adversaire de Rama.

Il est significatif que Periyar, ainsi que son prédécesseur, le politicien tamoul Iyoti Thass (1845 - 1914), le géniteur du mouvement tamoul, ait prôné l'égalité des droits pour les intouchables de la caste inférieure, que les Tamouls appelaient "pariyar". Iyoti Thas lui-même était un pariyar de naissance. Dans la théorie de Ramasamy et Thass, les Pariyars étaient la population originelle de l'Inde, subjuguée par les Aryas védiques et placée à un niveau inférieur. Ils ont donc appelé les Pariyas "adi dravida", c'est-à-dire "les premiers Dravidiens", "les Dravidiens originels". Les paryas tamouls étaient probablement à l'origine des joueurs de tambour (les instruments de percussion sont constamment associés dans la mythologie de différents peuples aux cultes de la Grande Mère); d'où l'affinité de leur nom avec le mot signifiant en tamoul "tambour" - paṟaiyar. Les pariyas vivaient en dehors des villages dans des établissements spéciaux éloignés. Ils étaient considérés comme de dangereux magiciens, mais dans les cours tamoules, ils étaient des musiciens et des magiciens qui transmettaient leur pouvoir aux monarques tamouls.

69205052021112738iyothee.jpg

Selon Iyoti Thass (photo, ci-dessus), la religion originelle des parias tamouls était le bouddhisme. Nous avons vu qu'Ambedkar, le leader politique des Dalits, les intouchables, favorisait également cette religion particulière. Ces considérations nous renvoient à ce que nous avons dit sur l'opposition entre la tradition brahmanique et la tradition shramana, et le lien du bouddhisme originel spécifiquement avec le shramana.

Les idées de Periyar étaient partagées par son disciple, qui s'est ensuite éloigné de son professeur, le politicien dravidien Konjiwaram Natarajan Annadurai (1909 -1969), créateur du parti politique Dravida Munnetra Kazhagam. Il était le chef administratif de l'État du Tamil Nadu. Cependant, contrairement à Periyar, il était très strict sur l'idée d'une indépendance totale pour les Dravidiens, se limitant à respecter leurs droits et à développer la langue tamoule et la culture tamoule. Annadurai se considérait comme un "communiste" et ses opinions étaient proches de la faction de gauche du Congrès national indien, mais avec un accent particulier sur l'anti-brahmanisme et l'anti-aryanisme et le nationalisme tamoul par opposition au nationalisme de toute l'Inde.

À l'origine, le concept de Dravida Nadu ne comprenait que le territoire du Tamil Nadu et les zones où la population principale parlait la langue tamoule. Peu à peu, cette zone s'est étendue et les partisans du nationalisme dravidien ont inclus dans le territoire de l'État idéal (futur ?) des régions à population majoritairement dravidienne - les territoires de l'Andhra Pradesh, du Kerala et du Karnataka, ainsi que le Sri Lanka, certaines parties de l'Orissa et du Maharashtra.

Les théoriciens de cette école ont vu les origines de la doctrine du Dravida Nadu dans les légendes du pays de Kumari Kandam qui était situé sur un continent submergé dans l'océan Indien et dont le Sri Lanka (Ceylan) est la dernière partie survivante. Les nationalistes dravidiens attribuent également leurs projets politiques aux personnes et aux rois de Kumari Kandam.

Lost-Continent-of-Kumari-Kandam.jpg

L'étymologie de la combinaison Kumari Kandam n'est pas claire, mais les Tamouls eux-mêmes l'interprètent comme une référence au mot kumārī, qui signifie jeune fille, fille, vierge. Dans ce cas, l'État de Kumārī Kandam ou Kumārī Nadu peut être interprété comme l'"État des vierges". La version hindoue indique également que lorsque le maître de l'univers a réparti les territoires des mondes entre ses enfants, les huit fils ont obtenu d'autres domaines d'existence et la fille unique a obtenu la terre. Par conséquent, Kumari Kandam, c'est-à-dire la Terre de la Vierge, est la maison ancestrale de l'humanité, et les Dravidiens eux-mêmes sont le peuple élu le plus proche du berceau de la race humaine.

L'historien et homme politique tamoul Amala Arunachalam (1944 - 2004) a affirmé que dans les temps anciens, l'état de Kumari Kandam était gouverné par des reines féminines, les devas. D'après les historiens tamouls, la coutume dravidienne selon laquelle les femmes choisissaient leur futur époux existait depuis longtemps, ce qui contrastait fortement avec la tradition patriarcale hindoue. Tous ces détails soulignent la nature matriarcale de l'ancienne culture dravidienne, qui se reflète dans la nature matérialiste et souvent communiste du mouvement national dravidien.

L'organisation terroriste, les Tigres de libération de l'Eelam tamoul, qui mène la lutte armée pour un État-nation dravidien indépendant à Ceylan, adhère généralement à cette idéologie pan-dravidienne, tout comme son fondateur Velupillai Prabhakaran.

Controverse sur l'identité

L'Inde moderne, d'un point de vue civilisationnel, est une entité contradictoire : D'une part, elle continue à entretenir des liens assez étroits avec l'ancienne métropole (elle reste dans le British Commonwealth of Nations, le Commonwealth qui réunit les anciennes colonies) et, par conséquent, avec l'Europe, reconnaît l'économie de marché et le système libéral-démocratique, mais insiste d'autre part sur une distance par rapport à l'Occident capitaliste (comme en témoigne le maintien de liens étroits avec l'URSS pendant plusieurs décennies et sa participation au Mouvement des non-alignés).

Après avoir obtenu son indépendance, l'Inde a dû faire face à de nombreux problèmes techniques et sociaux, ce qui a exigé du pragmatisme de la part de ses dirigeants. Par conséquent, de nombreuses questions, y compris dans le domaine de l'idéologie, ont été traitées selon les circonstances. Cela a contribué à l'émergence d'une nouvelle forme d'archéo-modernisme indien qui était déjà appropriée aux conditions de l'indépendance, mais qui, en général, poursuivait les tendances et les trajectoires apparues à l'époque de la colonisation européenne.

Comme dans tout cas d'archéomodernité, ce phénomène complexe ne peut être résolu ou surmonté rapidement et sans ambiguïté. Une grande variété de couches de politique, de philosophie, de religion, de culture, d'art, de science et d'éducation sont contaminées par l'Archéomoderne. Par conséquent, il ne peut tout simplement pas y avoir de consensus pan-indien sur ce qui est la lignée sémantique de base de l'historique indien et sur ce qui constitue la base de l'identité indienne.

En Inde, il y a des débats sur la structure et le contenu de cette identité ainsi que sur la compréhension de la position dans le monde moderne et le choix de la voie future. Les tendances suivantes peuvent être discernées ici :

- Le nationalisme libéral modéré, représenté par le parti du Congrès national indien, orienté vers une réforme graduelle et détendue de la société indienne dans une veine libérale-démocratique et occidentale, mais tout en conservant certaines particularités historiques et culturelles (une grande partie de la société appartient à cette tendance, et c'était l'idéologie dominante de l'Inde moderne jusqu'à la fin du 20ème siècle) ;

- Les traditionalistes et les conservateurs, partisans d'une identité hindoue (Hindutva) qui insistent pour préserver et faire revivre les traditions hindoues (souvent assez durs envers les musulmans et ouvertement hostiles au Pakistan) - ils sont représentés par le plus grand parti politique de l'Inde, le Bhairati Janata Party, et dans une forme extrême par des mouvements nationalistes radicaux comme le Shiv Sena.

- l'occidentalisme indien, représenté par les modernistes et les partisans d'un développement accéléré sur le modèle occidental - libéralisme, démocratisation, démantèlement complet des structures de la société traditionnelle (formes inertielles des varnas, traditions religieuses et ethniques, etc.) - en géopolitique, cette aile préconise une orientation vers les États-Unis et l'OTAN et une alliance stratégique plus profonde avec les pays occidentaux et Israël

- Les organisations politiques dalits (intouchables) qui s'opposent durement à l'hindouisme et exigent une société aux conditions radicalement nouvelles, des réformes radicales et immédiates - jusqu'au démantèlement de l'État indien lui-même ;

- Mouvements nationalistes séparatistes - principalement des mouvements tamouls insistant sur l'autonomie d'un certain nombre de groupes ethniques indiens et, dans certains cas, sur un séparatisme pur et simple.

Naturellement, chacun des mouvements a son propre modèle de l'histoire indienne, sa propre version de la compréhension de l'identité indienne, son propre programme géopolitique et ses propres projets pour l'avenir.

Narendra_Modi_2021.jpg

L'Inde de Modi

Le dirigeant moderne de l'Inde, Narendra Modi, le leader du Bharatiya Janata Party (Parti du peuple indien) est un dirigeant conservateur qui suit la tradition du nationalisme indien moderne. Il est un adversaire idéologique du parti libéral Indian National Congress, historiquement lié à la famille Gandhi.

Sur le plan géopolitique, Modi s'oppose au Pakistan et à la Chine, en s'appuyant sur les États-Unis et les pays occidentaux pour le faire. Mais en même temps, il ne romptpas les relations avec la Russie et saisit toutes les occasions de renforcer la souveraineté de l'Inde.

Avec le début de l'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, Modi a condamné Moscou mais n'a pas soutenu les sanctions anti-russes, reconnaissant clairement dans la stratégie de la Russie une orientation de multipolarité, dont, selon Modi, l'Inde deviendrait logiquement un bénéficiaire. Depuis février 2022, la presse indienne utilise de plus en plus le terme "État-Civilisation" en référence à l'Inde elle-même, ainsi qu'en référence à un ordre multipolaire dans lequel l'Inde est destinée à devenir un pôle.

Ce faisant, le nationalisme de Modi et de son parti se concentre sur le principe de l'Hindutva, une identité associée à l'hindouisme en tant que religion, mais propose un vaste plan visant à intégrer toutes les castes et tous les courants religieux dans la société hindoue - avec reconnaissance de la domination hindoue.

Notes:


[1] Неру Дж. Открытие Индии. В 2 т. М.: Политиздат, 1989.

[2] Ганди И. Мир, сотрудничество, неприсоединение. М.: Прогресс, 1985

[3] Goyal Des R. Rashtriya Swayamsevak Sangh. Delhi: Radha Krishna Prakashan, 1979.

[4] Sharma Mahesh. Shri Guruji Golwalkar. New Delhi: Diamond Pocket Books, 2006.

[5] Vaibhav P. The Sena Story. Op. cit.

[6] Дугин А.Г. Ноомахия. Иранский Логос. Световая война и культура ожидания. Указ. соч.

 

samedi, 30 juillet 2022

Deux axes qui modifient la géopolitique mondiale : Russie-Chine-Iran et Russie-Iran-Inde

AP_282198654393-e1577450636281.jpg

Deux axes qui modifient la géopolitique mondiale: Russie-Chine-Iran et Russie-Iran-Inde

Alfredo Jalife-Rahme,

Analyste géopolitique, auteur et conférencier

Source: https://geopol.pt/2022/07/24/dois-eixos-que-deslocam-a-ge...

L'Iran se positionne désormais comme un centre (une intersection) entre deux axes futuristes, l'un de nature géopolitique (avec la Chine) et l'autre de nature géoéconomique (avec l'Inde) et entre trois superpuissances convergentes (le RIC : Russie-Inde-Chine)

Dans sa sombre oraison funèbre, au lieu de donner une conférence à la Ditchley Foundation, l'ancien Premier ministre britannique méga-polémique Tony Blair (TB), au bord de la dépression mentale et dans le cadre de son schéma bipolaire simpliste entre les États-Unis et la Chine - sans la Russie - a exposé le partenariat stratégique du binôme désormais indissoluble de la Chine et de la Russie, auquel s'ajouterait l'Iran (bit.ly/3vvn3Zl).

Tony Blair a laissé l'Inde et l'Indonésie (la plus grande population islamique du monde) flotter dans le vague, ce qui n'augure rien de bon pour eux de la part de la perfide Albion.

41yzOugMNkL.jpg

On pourrait arguer que l'axe Russie-Chine-Iran est plus géostratégique, lorsque l'Iran entretient simultanément des relations optimales avec la Chine et la Russie - sans parler de l'Inde - malgré l'épée de Damoclès tranchante des sanctions américaines et la menace permanente d'une attaque d'Israël qui, avec l'appui de Washington, exerce unilatéralement un monopole sur 250 bombes nucléaires au Moyen-Orient.

La récente visite de haut niveau du président russe Vladimir Poutine à Téhéran (sa cinquième visite, ce qui est significatif) - pour assister au sommet trilatéral avec le sultan Erdogan de Turquie dans le cadre du "format Astana (bit.ly/3czsIXB)" destiné à résoudre le conflit syrien - a marqué un accord historique de 40 milliards de dollars sur les hydrocarbures (bit.ly/3oks42G).

Le Global Times de Chine rapporte que la visite de Poutine à Téhéran est un revers majeur pour le camp occidental qui fait suite au voyage de Biden, qui est revenu du Moyen-Orient les mains vides - incapable de créer une OTAN arabe, c'est-à-dire un front contre l'Iran, et pire, incapable d'augmenter la production de pétrole des six pétromonarchies du Conseil de coopération du Golfe, dirigé par l'Arabie saoudite (bit.ly/3B9lDHi).

L'Iran vient de rejoindre le Groupe géostratégique de Shanghai (bit.ly/3IYrKQz) et a demandé à adhérer aux BRICS à l'initiative du chef suprême de la théocratie chiite, l'ayatollah Khamenei, et de son président Ebrahim Raisi.

Le très médiocre conseiller à la sécurité nationale de Biden, Jake Sullivan, affirme que l'Iran prévoit de livrer des centaines de drones de combat à la Russie (bit.ly/3yUBnLE), tandis qu'un autre conseiller accro à la russophobie incoercible, Anshel Pfeffer, exagère en affirmant que "Poutine a perdu la guerre des drones" et en expliquant "comment l'Iran peut l'aider en Ukraine (bit.ly/3yYZZ3i6)".

Deux points saillants qui ont attiré mon attention sont 1. le déclassement progressif de la Turquie, toujours membre de l'OTAN, et de l'Iran, et 2. le très importantes corridor de transport géoéconomique Nord-Sud - par terre, rail et mer (INSTC), de 7200 km reliant la Russie et l'Inde à travers l'Iran et l'Azerbaïdjan en passant par la mer Caspienne (bit.ly/3oj19EB).

Selon les évaluations du PIB nominal posées par le FMI, l'Iran se classe désormais au 14e rang, malgré les sanctions américaines dévastatrices, avec 1,74 trillion de dollars, devant l'Espagne et derrière l'Australie, tandis que la Turquie est tombée au 23e rang avec 692,38 milliards de dollars, ce qui a nui à la valeur de la livre turque.

Selon Bloomberg, la Türkye (son nouveau nom) cherche à abandonner le dollar dans ses paiements pour l'énergie russe, ce qui "pourrait ralentir le déclin de ses réserves (bloom.bg/3BbITok)".

169791052.jpg

La nouvelle route de l'Inde vers la Russie, via l'Iran et l'Azerbaïdjan, réduira de moitié le poids de la logistique actuelle.

L'INSTC (bit.ly/3Pqzqxn) offre la connectivité la plus courte entre l'Inde et la Russie, ce qui réduira leurs coûts logistiques et le temps de transport.

L'Azerbaïdjan et l'Iran ont également conclu un nouvel accord de transport (bit.ly/3v6nfxC) qui permettra de relier la Russie et l'Inde et fait donc partie de l'INSTC.

L'Iran se positionne ainsi comme un centre (un carrefour) de deux axes futuristes, l'un géopolitique (avec la Chine) et l'autre géoéconomique (avec l'Inde), avec trois superpuissances convergentes (le RIC : Russie-Inde-Chine), tandis que la Turquie, membre de l'OTAN, réfléchit à son dilemme existentiel : rester dans un bloc occidental qui la dédaigne ou renouer avec son glorieux passé de Moyen-Orient-Asie centrale.

mercredi, 27 juillet 2022

Bhoutan et Népal : les équilibres de pouvoir

1306025-Bhoutan_-_Népal.HD.jpg

Bhoutan et Népal : les équilibres de pouvoir

Groupe de réflexion Katehon

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/bhutan-e-nepal-equilibri-di-potere?fbclid=IwAR3egPEGtZoYHEpiSViEnD9z8kejrRgJa3Hhcq4ZRv0RBKmIwAPv59y2pKg

Dans le processus de rapprochement avec les grandes puissances, les deux pays de l'Himalaya ont commencé à essayer de créer un environnement diplomatique indépendant. Le Népal et le Bhoutan sont fatigués de jongler avec les grandes puissances et veulent être seuls sur la scène mondiale.

Avec la montée en puissance de la Chine et de l'Inde et la mise en œuvre de leurs plans stratégiques respectifs, les positions stratégiques du Népal et du Bhoutan sont devenues progressivement visibles. L'Inde considère l'Asie du Sud comme sa propre arrière-cour. En raison des nombreux désaccords et contradictions entre la Chine et l'Inde, cette dernière résiste fortement à la pénétration de l'influence chinoise.

traditions-bhoutan.jpg

de-punakha-aux-regions-authentiques-de-lest-202004291128.jpeg

En outre, certaines forces extraterritoriales et forces spéciales, telles que les forces d'infiltration des États-Unis, de la Grande-Bretagne et du Japon, ainsi que les forces indépendantistes tibétaines, se réunissent également ici. Bien que le Népal et le Bhoutan soient enclavés, la géographie de l'Asie du Sud les place au carrefour des forces maritimes et terrestres.

bhutan-162244_1280.png

La politique étrangère du Bhoutan : du rapprochement avec l'Inde à l'accès au monde

Le Bhoutan est situé en Asie du Sud et dans la partie nord du sous-continent sud-asiatique, sur le versant sud de l'Himalaya oriental, bordant la Chine à l'est, au nord et à l'ouest et l'Inde au sud-est. C'est l'un des plus petits pays montagneux enclavés et il est connu comme "le dernier Shangri-La du monde" et "le royaume du bonheur". Le Bhoutan est très faible en termes de territoire, d'économie, de population et de ressources. La vulnérabilité inhérente du Bhoutan limite sa capacité à défendre ses droits et à participer au système politique et économique international.

Le Bhoutan est géographiquement situé sur les contreforts sud de l'Himalaya, entre la Chine et l'Inde. La géographie unique du Bhoutan a façonné ses caractéristiques en termes de sécurité nationale, d'intégrité territoriale, de transformation politique, de développement économique et de protection culturelle. En particulier, la position géographique entre les deux grandes puissances a augmenté le poids du comportement diplomatique du Bhoutan. La formation historique complexe du Bhoutan, sa connectivité géographique, ses préoccupations en matière de sécurité, sa dépendance politique et économique et d'autres "faiblesses structurelles" font que le Bhoutan "entretient toujours une relation spéciale" avec l'Inde, toutes ces relations étant fondées sur la faiblesse du Bhoutan, qui détermine ses intérêts de sécurité nationale [1]. Pour cette raison, la préoccupation excessive du Bhoutan pour la sécurité a fait que sa diplomatie a tourné autour de l'Inde tout au long des années 1970, limitant sa diplomatie et ses relations interétatiques à la "protection" de l'Inde, ce qui l'a éloigné en permanence des pays voisins tels que la Chine et de la plupart des organisations internationales [2].

11-Figusikkimre1-1.png

La géopolitique du Bhoutan a connu des changements majeurs au milieu des années 1970, et l'Inde a finalement annexé délibérément le Sikkim en 1975 pour en faire un "État" de l'Inde [3]. Ainsi, après les années 1980, le Bhoutan a commencé à rechercher un développement et une diplomatie indépendants pour contrer les insécurités de la relation hautement asymétrique entre les pays faibles et les grandes puissances. Sur la base de la réalisation de l'indépendance économique, de l'obtention progressive de l'indépendance politique et de la diversification du pays, il a commencé à mener une coopération internationale [4]. Sur cette base, depuis les années 1980, le Bhoutan a commencé à se concentrer sur le développement des relations avec les pays voisins, l'établissement de relations diplomatiques avec d'autres pays, la participation à des organisations internationales et une diplomatie indépendante. Désormais, sa diplomatie ne se limite pas à l'Inde. La Chine a aidé le Bhoutan à établir des relations diplomatiques et à participer à des organisations internationales. L'Inde pense également avoir établi une "amitié" avec le Bhoutan sur la base de la "bonne volonté" et de la "compréhension" [5]. Le Bhoutan a progressivement adopté une politique d'expansion prudente de ses relations, en tenant compte des intérêts régionaux et de sécurité de l'Inde, en explorant activement le multilatéralisme et le bilatéralisme international, et en réduisant sa dépendance politique et économique vis-à-vis de l'Inde.

4lqyj1ccli1njl5i3mguzqxn4nbu_pxfngh66alt8mb20j83zw3953y26_1594648283_Tashichho_Dzong.jpg

Bien que le Bhoutan n'ait pas établi de relations diplomatiques avec la Chine, il a soutenu la Chine dans de nombreuses activités internationales. En 1971, le Bhoutan, qui venait de rejoindre l'ONU, a voté pour rétablir le siège légitime de la Chine à l'ONU et a voté à de nombreuses reprises contre les propositions anti-chinoises au sein de l'organisation. Le Bhoutan soutient le principe d'une seule Chine et s'oppose à toute ingérence dans les affaires intérieures de la Chine. Par exemple, en 2000, le Bhoutan a soutenu le gouvernement chinois à l'ONU et s'est opposé à la proposition de la soi-disant "participation de Taïwan à l'ONU". En 2002, le Bhoutan s'est également opposé à la candidature de Taïwan pour accueillir les Jeux asiatiques.

Le 14 octobre 2021, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Wu Jianghao et le ministre bhoutanais des Affaires étrangères Dandy Dorji ont signé un protocole d'accord sur une "feuille de route en trois étapes" visant à accélérer les négociations frontalières entre le Bhoutan et la Chine. Il s'agit d'une étape importante dans les pourparlers frontaliers entre la Chine et le Bhoutan de ces dernières années, et elle a été très appréciée par les milieux politiques des deux pays.

Flag_Of_Nepal.jpg

Népal : vers une diplomatie indépendante et la protection de la sécurité nationale

Pour des raisons géographiques, culturelles et géopolitiques, l'Inde a depuis longtemps des intérêts au Népal. Le Népal a de longues frontières avec la Chine et l'Inde, mais la frontière avec la Chine est limitée par le majestueux Himalaya. En revanche, le Népal et l'Inde ont des frontières ouvertes, ce qui est la principale raison pour laquelle le Népal est dominé par l'Asie du Sud. Sa situation géographique fait du Népal un pays d'importance stratégique tant pour l'Inde que pour l'Asie du Sud. Le Népal étant dépendant du commerce avec l'Inde, celle-ci a une plus grande influence politique dans les cercles politiques népalais. L'Inde reconnaît l'indépendance et la souveraineté du Népal, mais le considère toujours comme faisant partie de l'ancien "Bharatbarsha" (sous-continent indien). La proximité culturelle, climatique, linguistique et géographique entre le Népal et l'Inde renforce encore cette attitude. C'est le principal facteur qui détermine l'attitude de l'Inde envers le Népal ainsi que sa politique et sa stratégie.

templo-katmandu-nepal.jpg

Depuis des siècles, les caractéristiques topographiques de l'Himalaya ont créé des problèmes pour la structure énergétique de la région. La position de la politique étrangère du Népal peut-elle maintenir des relations équidistantes avec la Chine et l'Inde? Ramakant estime que le Népal cherche à maintenir une proximité étroite avec la Chine et l'Inde, ce qui constitue une question clé de la politique étrangère du Népal [6]. Selon la théorie de Ramakant, le Népal doit entretenir des relations étroites et amicales avec l'Inde afin d'étendre ses intérêts économiques et politiques, mais il ne peut être trop proche et amical pour ne pas mettre en danger sa sécurité nationale. Le Népal veut seulement s'entendre avec la Chine pour contrer l'influence indienne. Selon S. D. Mooney, le Népal a adopté les stratégies suivantes pour atteindre ses objectifs de politique étrangère: (1) capitaliser sur les différences et les conflits entre la Chine et l'Inde ; (2) diversifier les relations diplomatiques pour réduire la dépendance à l'égard de deux pays voisins; (3) accroître les contacts internationaux et maintenir la confrontation [7]. Ainsi, la politique du Népal est astucieuse, mais cela ne serait pas arrivé si la présence étatique du Népal avait été moins importante pour les intérêts sino-indiens plus larges.

HD-wallpaper-nepal-khumbu-region-lama-temple.jpg

Le Népal a essayé de créer un "équilibre des forces" entre deux voisins puissants, mais dans une certaine mesure, parier sur un côté ou sur une seule carte dans la "théorie du jeu" ne permettra pas au Népal d'atteindre un développement significatif. Déjà pendant la période Panchayat, le Népal avait souligné la nécessité d'adopter une politique d'équidistance entre ses deux puissants voisins. Après 1990, le concept d'équilibre a été utilisé pour expliquer la proximité des centres de pouvoir du Népal avec les détenteurs de pouvoir extérieurs. L'universitaire Dhurba Kumar, dans son livre Nepal's Policy Towards India, définit le terme "équidistance" comme "un concept qui garantit une relation équilibrée avec la Chine et l'Inde". Il estime que "l'égalité souveraine reste la clé du concept". Par conséquent, le Népal doit intentionnellement modifier tous les traités précédents et renoncer aux parties qui sont défavorables à l'intérêt national. Le débat indique clairement la fin de la relation spéciale avec l'Inde. Une relation spéciale avec l'Inde limite la liberté du Népal d'entretenir une relation significative avec la Chine, un sentiment rendu plus concret aujourd'hui par l'aide militaire chinoise et le blocus de l'Inde" [8].

maoist-nepal-march-2252013.jpg

Concernant les défis auxquels le Népal est confronté pour formuler une politique étrangère visant à protéger ses voisins immédiats, le professeur Sadmuk Thapa a suggéré : "La nouvelle diplomatie équidistante du Népal est plus large et plus profonde qu'auparavant. Selon les termes de la science politique, la stratégie de proximité a une orientation multidimensionnelle. Premièrement, cette politique, que le Népal utilisera, est très appropriée dans les relations avec la Chine et l'Inde. Il est tout aussi fiable et bénéfique dans le nouveau Népal pour l'interaction diplomatique. En outre, il s'agit d'une politique positive et constructive, car elle est basée sur le bénéfice mutuel, la confiance mutuelle, l'égalité et la coopération" [9].

Depuis qu'Oli a été élu Premier ministre du Népal pour la deuxième fois en février 2018, la situation intérieure et internationale à laquelle le Népal est confronté a subi des changements majeurs. Tout d'abord, le parti au pouvoir n'est plus dans un état de coalition gouvernementale lâche. Les principaux partis communistes du Népal ont officiellement fusionné pour former le "Parti communiste du Népal". Pour la première fois, le parti au pouvoir a pu conserver son droit de vote au Parlement et la base du pouvoir est devenue plus stable. Deuxièmement, le principal parti d'opposition, le "Parti du Congrès", était divisé sur la question de l'abandon et du maintien de Deuba, ce qui a affaibli sa capacité à interférer dans la politique étrangère d'Oli ; troisièmement, avec le profond développement de la coopération entre la Chine et les pays d'Asie du Sud dans le cadre de "Une ceinture, une route", l'influence de la Chine en Asie du Sud s'est considérablement accrue par rapport à il y a de nombreuses années, et l'Inde a commencé à modifier sa ligne dure initiale envers le Népal.

Prime_Minister_of_Nepal,_Mr._K.P._Sharma_Oli,_at_Hyderabad_House,_in_New_Delhi_on_April_07,_2018_(1).jpg

Avec l'augmentation du nombre de points, cela donne au Népal la possibilité de s'engager dans une diplomatie active entre la Chine et l'Inde. En conséquence, Oli (photo) a adopté une position plus active en matière de politique étrangère tout en promouvant une ligne dure au niveau national. Le Premier ministre Oli a fait de gros efforts pour équilibrer la diplomatie avec la Chine et l'Inde, il cherche à maximiser les intérêts nationaux, à promouvoir le développement de la SAARC et à participer activement à la diplomatie multilatérale.

Notes :

[1] Karma Galay, “Politica internazionale del Bhutan”, Journal of Bhutan Studies, vol. 10, Estate 2004, pp. 90-108.

[2] Geetanjali Sharma e Ajay K. Sharma, “Geopolitics of Bhutan and its Relevance in the Security of India”, International Journal of Interdisciplinary Research in Science Society and Culture, vol. 2, n. 1, 2016, pp. 365-378.

[3] 张明金 、 汤道 凯编 著: 《斯里兰卡 斯里兰卡 印度洋 上 上 上 的 尼泊尔 尼泊尔 尼泊尔 喜马拉雅山 喜马拉雅山 国 不丹 不丹 神龙 之 国 锡金 锡金 山顶 王国》 , , , 军事 , 1995 年 第 125 ~ 126页。

[4] Karma Galay, “Politica internazionale del Bhutan”, Journal of Bhutan Studies, vol. 10, Estate 2004, pp. 90-108.

[5] Dorji Penjore, “Sicurezza del Bhutan: Camminare tra i giganti,” p. 121

[6] Ramakant, Nepal-Cina e India, Delhi, India: South Asia Books, 1976, pp. 47-48.

[7] SD Muni, “The Dynamics of Foreign Policy”, in SD Muni, ed., Nepal: 1977.

[8] Sushi Raj e Pushpa Adhikari Pandey, a cura di, Nepalese Foreign Policy at the Crossroads, 2009, p. 58.

[9] Thana Sadmukh, “Nepal: Sandwiched Between Three Bounders”, Journal of International Affairs, vol. 1, n. 1(2009), p.51.

samedi, 02 juillet 2022

Naissance d'une route commerciale historique

Map-of-International-North-South-Transport-Corridor-INSTC.png

Naissance d'une route commerciale historique

Parth Satam

Source: https://katehon.com/ru/article/znakovyy-torgovyy-marshrut

L'Inde, la Russie et l'Iran font des affaires par le biais du corridor INSTC alors que New Delhi continue d'échapper à la pression américaine

Essais de transport de marchandises russes depuis Astrakhan vers un port du sud de l'Iran jusqu'à leur destination au port Jawaharlal Nehru de Mumbai. L'Autorité portuaire Jawaharlal Nehru à Mumbai (JNPA), qui fait partie du Corridor international de transport Nord-Sud (INSTC), marque les premiers pas de l'Inde, qui rejoint l'axe émergent Russie-Iran-Inde.

Ceci intervient dans un contexte de fissures dans les relations entre l'Inde et les Etats-Unis à propos du commerce croissant du pétrole avec la Russie et du refus de rejoindre le camp occidental pour critiquer Moscou ; en même temps, l'Inde est sur la même longueur d'onde que la Chine à propos de ce qui est perçu comme une pression unilatérale des Etats-Unis forçant le pays à prendre parti dans la rivalité géopolitique russo-américaine.

Hossein_Amir-Abdollahian_13950523_5533991.jpg

Le processus a débuté après la visite du ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian (photo), en Inde le 8 juin et une conversation téléphonique entre le président russe Vladimir Poutine et le président iranien Ebrahim Raisi le même jour.

Une partie du corridor international de transport Nord-Sud (INSTC) reliant les marchés de la Russie, de la Perse et de l'Asie peut être considérée dans le contexte plus large de changements d'alliances et d'arrangements pragmatiques, motivés principalement par les aléas économiques de l'ère Covid et les sanctions anti-russes.

Les cargaisons sortantes sont deux conteneurs de 40 pieds de lamelles de bois, d'un poids total de 41 tonnes, qui ont été chargés à Saint-Pétersbourg et sont destinés à Astrakhan, où ils seront rechargés dans le port de Solyanka.

Map-of-the-Caspian-Sea-and-Caspian-drainage-enclosed-by-the-red-contour-line-The.png

Ensuite, en traversant la mer Caspienne, ils atteindront le port iranien d'Enzeli avant de se diriger vers Bandar Abbas au sud et la dernière étape du voyage vers JNPA (ou Nhava Sheva), selon Dariush Jamali, directeur du terminal commun irano-russe à Astrakhan.

Khaf-Herat-rail-link.jpg

Dans le même temps, l'Iran semblait promouvoir son propre projet régional parallèle sous la forme du chemin de fer Khaf-Herat.

La réduction du voyage de 40 à 25 jours, car elle permet d'éviter le trajet plus long par le canal de Suez et de réduire les frais de transport maritime de 25 %, est importante dans le contexte actuel de forte inflation.

Le pragmatisme consistant à mettre de côté des positions différentes pour une raison plus substantielle a pu être observé dans la touche très sensible d'Amir-Abdollahan sur les questions de minorités en Inde.

"Téhéran et New Delhi s'accordent sur la nécessité de respecter les religions divines et les sanctuaires islamiques", a-t-il tweeté, ajoutant : "L'Iran et l'Inde sont déterminés à porter leurs relations à un niveau supérieur."

Jaishankar-1-1.jpg

Heureux de rencontrer le Premier ministre Modi, le ministre des Affaires étrangères Jaishankar (photo) et d'autres responsables indiens pour faire progresser notre dialogue stratégique bilatéral. Téhéran et New Delhi s'accordent sur la nécessité de respecter les religions divines et les sanctuaires islamiques et d'éviter les déclarations controversées. Nous sommes déterminés à porter les relations à un niveau supérieur.

Le même jour, lors d'un appel téléphonique entre Poutine et Raisi, des accords ont été conclus sur la mise en œuvre de "projets communs dans le domaine de l'économie et du commerce", a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

Auparavant, l'Inde avait cherché de manière contre-productive à construire des coalitions régionales. Étant à l'apogée de son alliance stratégique avec les États-Unis en 2020, elle n'a pas pu obtenir les conditions financières du projet Chabahar en raison des sanctions américaines contre l'Iran concernant l'accord nucléaire sous l'administration de Donald Trump. Cela a conduit l'Iran à exclure le pays du projet en juin 2020.

Ainsi, l'objectif déclaré de l'Inde d'atteindre l'Asie centrale (via Chabahar) n'a pu être atteint en raison de la pression occidentale. Il y a 73 ans, les Britanniques sortants ont partitionné le sous-continent, divisant l'Asie centrale, du Sud et de l'Ouest pour limiter l'influence de l'Union soviétique dans la région.

L'Inde avait une frontière terrestre avec l'Iran et l'Afghanistan, et un plan élaboré pour pénétrer en Asie centrale aurait été dangereux pour les puissances maritimes. L'intégration des terres par la continuité naturelle de la vaste masse terrestre eurasienne a sapé les routes commerciales maritimes, qui, selon les historiens, étaient un outil majeur de la domination coloniale occidentale.

Aujourd'hui, l'Inde maintient ses relations avec le Pakistan à un niveau acceptable, et la rhétorique de son soutien aux militants du Cachemire et aux acteurs terroristes non étatiques est presque absente chez ses dirigeants politiques.

Cela fait également intervenir les Talibans (interdits en Russie - Ndlr), un signe que l'Inde se rapproche des vues régionales de l'Asie centrale, de la Russie, de l'Iran et de l'Asie occidentale et accepte l'existence des Talibans comme une réalité politique. Il appelle à ignorer la doctrine ultra-conservatrice et orthodoxe du groupe au nom d'un véritable intérêt pour la stabilité en Afghanistan.

Pendant ce temps, les alliés des États-Unis considèrent que Washington développe un projet de plus en plus protectionniste, indépendamment des convictions idéologiques, républicaines ou démocrates, qui ne leur viendra pas en aide en cas de conflit et évitera toute nouvelle intervention militaire.

Le changement d'alliances mondiales provoqué par le conflit Russie-Ukraine est visible dans les positions changeantes d'Israël et de l'Iran, qui se sont déplacés entre les camps russe et américain.

Par exemple, Israël est passé du statut d'intermédiaire privilégié de Poutine, transmettant les pensées de ce dernier à l'Europe, aux États-Unis et à l'Ukraine dans les premiers jours du conflit, à celui de critique le plus sévère de Moscou en échange du blocage par les États-Unis des négociations sur le programme nucléaire iranien.

En mars, les États-Unis ont désespérément tenté de conclure l'accord pour s'assurer des approvisionnements supplémentaires en pétrole iranien et faire baisser les prix mondiaux du pétrole.

L'Iran a alors vu une opportunité et a flirté avec les États-Unis pendant un certain temps, s'éloignant de sa doctrine d'"économie de résistance" et de "pivot vers l'Est" - résister aux sanctions dévastatrices des États-Unis au détriment d'une coopération accrue avec les principales puissances eurasiennes - pour engager l'Occident dans des négociations nucléaires et obtenir un certain soulagement économique. Il est revenu à une position dure après que les États-Unis ont fait pression sur l'Iran et ont bloqué l'accord sous la pression israélienne.

scrnli_7-12-2021_11-39-13.png

L'Iran et l'Inde ont également constaté que les commentaires du président Joe Biden et de son secrétaire à la défense Lloyd Austin ("cet homme ne peut pas rester au pouvoir", "l'objectif est d'affaiblir la Russie") visaient davantage à affronter Moscou qu'à défendre l'Ukraine dans la guerre par procuration soutenue par les États-Unis.

Les succès de la Russie à Marioupol, où plus de 2000 combattants néonazis se sont rendus dans l'aciérie Azovstal, et la perte actuelle de "100 soldats ukrainiens chaque jour" dans le Donbass, selon le président Vladimir Zelensky lui-même, augurent d'un probable triomphe de la Russie.

Par ailleurs, l'Inde n'a pas encore pleinement soutenu l'axe Russie-Iran-Chine, comme le prouve son adhésion au groupement Israël-Inde-États-Unis-Émirats arabes unis (I2U2), où Israël et les EAU partagent une méfiance mutuelle à l'égard de l'Iran.

Les liens renforcés de l'Inde avec les Émirats, où ces derniers ont suscité l'indignation avec les commentaires controversés de Nupur Sharma, porte-parole suspendu du BJP, les relations tendues des Émirats avec Israël après les Accords d'Abraham de 2020, et l'apaisement désespéré de Washington envers Abu Dhabi pour augmenter la production de pétrole après qu'il ait été indigné par l'échec du premier à condamner les attaques de Husi soutenues par l'Iran, rendent la perspective plus sérieuse.

jeudi, 23 juin 2022

Une vision du monde bi-multipolaire rapproche plus que jamais l'Inde et l'ASEAN

indeasean.jpg

Une vision du monde bi-multipolaire rapproche plus que jamais l'Inde et l'ASEAN

Andrew Korybko

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/la-visione-del-mondo-bi-multipolare-avvicina-lindia-e-lasean-come-mai-prima-dora

Du point de vue de la grande stratégie, l'Inde a l'opportunité de devenir un pivot géostratégique qui peut façonner la trajectoire de la phase intermédiaire dite "bi-multipolaire" de la transition systémique mondiale vers une multipolarité plus complexe, en gérant l'émergence de la tripolarité en Eurasie parallèlement à la Russie et dans l'Indo-Pacifique avec l'ASEAN.

La semaine dernière, l'Inde a accueilli une réunion spéciale des ministres des affaires étrangères avec ses partenaires de l'ANASE pour commémorer le 30e anniversaire de leur relation de dialogue. La réunion est passée inaperçue aux yeux de la plupart des observateurs, car elle n'a pas eu d'issue spectaculaire et la seule chose substantielle qui en est ressortie est une déclaration commune sur la nécessité de continuer à étendre leur coopération, mais les remarques d'ouverture du diplomate singapourien suggèrent que les parties se sont récemment rapprochées comme jamais auparavant.

vivian_balakrishnan_in_us_working_visit.jpg

Le ministre des Affaires étrangères de l'île-Etat, Vivian Balakrishnan (photo), a déclaré que "l'escalade de la rivalité entre les superpuissances américaine et chinoise a des implications directes pour nous tous en Asie. Ces évolutions, si elles ne sont pas maîtrisées, peuvent menacer l'ancien système de paix et de stabilité, dont nous dépendons depuis de nombreuses décennies pour notre croissance, notre développement et notre prospérité". C'est un clin d'œil évident au concept de bi-multipolarité du penseur indien Sanjaya Baru (photo) d'il y a quelques années, selon lequel les superpuissances américaine et chinoise façonnent plus que quiconque l'ordre international en évolution.

Sanjaya-Baru.jpg

Au-dessous de ces deux géants, a-t-il fait valoir, se trouve un nombre croissant de grandes puissances, tandis que l'échelon inférieur de l'ordre international est occupé par des États relativement petits et moyens qui ne jouent pratiquement aucun rôle dans la transition systémique mondiale vers une multipolarité plus complexe. Baru a identifié l'Inde comme l'une des grandes puissances mondiales, alors que l'on peut affirmer que l'ANASE (ASEAN) dans son ensemble peut également être considérée comme telle. La reconnaissance par le ministre des affaires étrangères Balakrishnan de l'Amérique et de la Chine en tant que superpuissances jette les bases conceptuelles d'une coopération plus étroite avec l'Inde grâce à la vision du monde bi-multipolaire tacitement partagée.

Pour expliquer son point de vue, Baru a précisé que l'ordre international sera défini par les deuxième et troisième échelons, qu'il a placés dans sa hiérarchie théorique, lesquels s'équilibrent activement entre eux et les deux superpuissances. Le but ultime est que toutes les parties tirent un maximum de bénéfices de leurs partenaires, les grandes puissances en particulier visant à poursuivre leur ascension jusqu'à éroder progressivement l'influence des superpuissances, de sorte qu'un multipolarisme plus complexe puisse succéder à la phase transitoire du tripolarisme qui viendra après la phase intermédiaire bi-multipolaire actuelle.

À cette fin, l'Inde est intervenue de manière décisive après le début de l'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine, afin de devenir la soupape de sûreté irremplaçable pour Moscou face aux pressions occidentales et d'empêcher ainsi la dépendance potentiellement disproportionnée de son partenaire vis-à-vis de la Chine, qui aurait pu remodeler la nouvelle guerre froide en faveur de Pékin et ainsi déstabiliser le continent selon Delhi. Certains États de l'ANASE alignés sur les États-Unis, comme Singapour, sont réticents à coopérer avec la Russie de peur d'irriter leur patron, il ne faut donc pas s'attendre à ce que le bloc dans son ensemble rejoigne le Neo-NAM.

Ce concept fait référence au nouveau Mouvement des non-alignés que la Russie et l'Inde espèrent construire conjointement afin de créer un troisième pôle d'influence pour assurer la transition de la phase actuelle du bipolarisme vers le tripolarisme, facilitant ainsi l'émergence d'un multipolarisme plus complexe au fil du temps. Cependant, Delhi peut intervenir de manière décisive en devenant la soupape de décharge irremplaçable de l'ANASE face aux pressions des superpuissances, un peu comme le rôle qu'elle joue avec Moscou, afin de leur fournir une troisième option équilibrée au lieu de se sentir obligés de choisir entre Washington et Pékin.

Le diable est dans les détails quant à la manière dont cela pourrait se dérouler dans la pratique, car l'Inde n'a pas l'attrait des garanties de sécurité américaines en mer de Chine méridionale et est loin d'avoir l'influence économique que la Chine exerce sur l'Asie du Sud-Est, mais elle peut toujours continuer à coopérer étroitement avec l'ANASE de manière de plus en plus créative afin de maximiser la flexibilité géostratégique du bloc. Puisque les deux parties s'accordent sur le fait que l'Amérique et la Chine sont des superpuissances, il s'ensuit naturellement que l'ANASE est déjà en bonne voie d'adopter le concept de bi-multipolarité de l'Inde et tout ce qu'il implique.

asean.png

Il appartient donc à Delhi d'étendre son jeu d'équilibre de l'Eurasie à l'Indo-Pacifique, en tirant les leçons de sa récente expérience avec Moscou pour reproduire son succès avec l'ANASE (ASEAN). Les deux paires de partenaires sont complètement différentes et n'ont pratiquement rien en commun, si ce n'est un désir partagé de maximiser leur autonomie stratégique dans la phase intermédiaire bi-multipolaire actuelle de la nouvelle guerre froide, mais c'est là que l'Inde s'est imposée comme le partenaire de choix, car cet État civilisationnel d'Asie du Sud est la seule grande puissance capable d'aider les deux à atteindre ces objectifs.

Du point de vue de la grande stratégie, l'Inde a la possibilité de devenir le pivot géostratégique capable de façonner la trajectoire de la phase intermédiaire bi-multipolaire de la transition systémique mondiale vers un multipolarisme plus complexe, en gérant l'émergence du tripolarisme en Eurasie vis-à-vis de la Russie et dans l'Indo-Pacifique vis-à-vis de l'ANASE (ASEAN). Cette tâche ambitieuse exige une habileté diplomatique sans précédent, mais elle a déjà récolté des dividendes impressionnants auprès de Moscou, comme en témoigne le fait qu'elle a évité le sort de devenir le "partenaire junior" de Pékin, contrairement à ce que beaucoup avaient prévu.

L'Inde peut également faire de même en renforçant l'autonomie stratégique de l'ANASE, afin que le bloc dans son ensemble ne devienne pas le "partenaire junior" de la superpuissance américaine ou chinoise, même si certains États en son sein optent pour ce destin, s'ils estiment qu'il en va de leur intérêt national objectif. Du point de vue de Delhi, le plus important est que cette plate-forme d'intégration régionale reste neutre dans la nouvelle guerre froide, afin d'éviter de donner un avantage à l'une ou l'autre superpuissance. Cela peut à son tour donner à l'Inde le temps stratégique dont elle a besoin pour reproduire le jeu d'équilibre perfectionné par la Russie avec l'ensemble de l'ANASE.

Au mieux, l'Inde se retrouvera au centre d'un réseau transcontinental d'intégration terre-mer s'étendant de la Russie en Europe de l'Est à l'Iran en Asie occidentale et à l'Indonésie en Asie du Sud-Est, si elle parvient à gérer l'émergence de la tripolarité en Eurasie et dans l'Indo-Pacifique en utilisant la formule conceptuelle de la bi-multipolarité de Baru. Bien sûr, de nombreuses choses peuvent se produire qui pourraient gâcher ces plans, mais en général, l'Inde est déjà en passe d'y parvenir, à des degrés divers, et ce n'est peut-être qu'une question de temps avant qu'elle n'y parvienne.

mercredi, 08 juin 2022

L'Inde est en passe de devenir une puissance géo-économique avec laquelle il faudra compter en Eurasie

a27d24_f197f9c796c84aa9b32f0e0dec16ec8d~mv2.jpg

L'Inde est en passe de devenir une puissance géo-économique avec laquelle il faudra compter en Eurasie

Andrew Korybko

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/geoestrategia/37949-2022-06-07-15-00-03

L'un des résultats les plus inattendus de l'opération militaire russe en cours en Ukraine a été la montée en force de l'Inde en tant que grande puissance eurasienne. Delhi est intervenue de manière décisive pour devenir la soupape irremplaçable de Moscou face à la pression occidentale, ce qui a permis d'éviter de manière préventive une dépendance potentiellement disproportionnée du Kremlin vis-à-vis de Pékin dans ces nouvelles conditions difficiles et a ainsi renforcé mutuellement l'autonomie stratégique complémentaire de la Russie et de l'Inde.

Il s'agit d'un développement qui a changé la donne et qui a considérablement modifié le cours de la nouvelle guerre froide à ses débuts, influençant grandement la trajectoire stratégique de tous les acteurs clés à l'avenir.

Les doutes concernant les allégeances géopolitiques de l'Inde ont été dissipés une fois pour toutes: cet État-civilisation place ses propres intérêts au premier plan selon le ministre des Affaires étrangères Jaishankar, ce qui ne signifie pas nécessairement qu'il promeut ses intérêts au détriment des autres. L'Inde aspire plutôt à maintenir une équidistance entre l'ordre mondial unipolaire libéral-mondialiste (ULG/Unipolar-Liberal-Globalist) représenté par l'Occident dirigé par les États-Unis et l'ordre mondial multipolaire conservateur-souverainiste (MCS/Multipolar-Conservative-Souverainist) dirigé conjointement par la Russie et la Chine. Le premier partage les intérêts de l'Inde dans la "gestion" de la montée en puissance de la Chine, tandis que le second s'aligne sur la détermination de Delhi à réformer progressivement les relations internationales pour les rendre plus équitables, plus justes et plus stables.

Rien n'a changé en ce qui concerne les liens de l'Inde avec les ULG, puisqu'elle participe toujours au Quad, mais ce qui est nettement différent ces derniers mois, c'est le rôle qu'elle joue dans les efforts du MSC pour intégrer le cœur de l'Eurasie. Le corridor de transport Nord-Sud (NSTC) entre l'Iran et la Russie (où l'Azerbaïdjan représente la route terrestre continue entre eux, tandis que la mer Caspienne est la route maritime alternative) est devenu le seul corridor logistique viable pour l'économie mondiale selon le ministre des transports de ce pays à la fin du mois dernier. Ce fait géo-économique confère à l'Inde, ancrage méridional du NSTC, une importance sans précédent pour la Russie et donc pour le reste de l'Eurasie.

En outre, son partenaire iranien commun est également devenu la porte d'entrée de l'Inde en Afghanistan et en Asie centrale. Dans le premier cas, l'État-Civilisation d'Asie du Sud a récemment envoyé ses diplomates tenir sa première réunion officielle avec les Talibans depuis le retour au pouvoir de ce groupe en août, tandis que dans le second cas, l'Inde tombe de plus en plus sous la coupe économique de ses rivaux chinois. La Russie espère que l'accès à l'Afghanistan facilité par l'Iran pour l'Inde servira de tremplin à Delhi pour équilibrer géo-économiquement Pékin dans cette région plus vaste afin de permettre à Moscou d'y maintenir son influence traditionnelle, d'autant plus que le potentiel de projets communs est passionnant.

Si le lecteur jette un rapide coup d'œil à la carte, il constatera que ces deux couloirs de transit géo-économiques iraniens couvrent une grande partie du cœur de l'Eurasie, ce qui témoigne de l'influence croissante de l'Inde au sein du supercontinent. Cela ne serait pas possible si l'Iran ne coopérait pas étroitement avec l'Inde à cette fin, avec la bénédiction de la Russie. Ces trois grandes puissances réalisent à quel point elles ont besoin les unes des autres en ce moment crucial de la transition systémique mondiale vers la multipolarité. Les relations internationales se trouvent actuellement dans ce que l'on peut décrire comme une phase intermédiaire bi-multipolaire caractérisée par les superpuissances américaine et chinoise exerçant la plus grande influence sur le système mondial.

La Russie, l'Inde et l'Iran ne veulent pas devenir les "partenaires juniors" de l'un ou l'autre de ces deux pays, mais cherchent à créer ensemble un troisième pôle d'influence au sein de cet ordre en évolution, d'où leur étroite coopération depuis le début de l'opération spéciale de Moscou et depuis les sanctions occidentales sans précédent prises par les États-Unis en réponse. La cheville ouvrière de ce paradigme est l'Iran, sans lequel les ambitions de ses partenaires proches, grandes puissances beaucoup plus influentes, seraient impossibles à réaliser. C'est pourquoi il est si important de prêter attention au voyage du ministre des Affaires étrangères Abdollahian en Inde la semaine prochaine, au cours duquel il devrait discuter des détails de sa stratégie géo-économique trilatérale visant à intégrer le cœur de l'Eurasie.

HJDHJSTGHJSTGHSTGH2022060808571120220608092538.jpg

Le public n'est peut-être pas au courant de tous les résultats de sa visite, mais personne ne devrait douter qu'il s'agira de l'un des engagements diplomatiques les plus importants pris entre l'Iran et l'Inde depuis des années, compte tenu du contexte mondial dans lequel il se déroule. Il ne s'agit pas de minimiser l'importance de la Chine et de la Turquie dans l'intégration du cœur de l'Eurasie par le biais du Corridor du Milieu, mais seulement de souligner que la République populaire n'est plus seule aux commandes. L'initiative "Belt & Road" (BRI) de Pékin restera toujours l'un des véhicules les plus puissants de la multipolarité, mais elle n'est désormais plus la seule, car le NSTC et son corridor complémentaire de Chabahar transforment également l'Inde en une puissance eurasienne majeure.

C'est cette tendance, plus que toute autre chose qui s'est développée depuis que la nouvelle guerre froide s'est réchauffée de façon spectaculaire après le début de l'opération spéciale de la Russie, qui constitue l'un des développements les plus inattendus de ces derniers mois. Il est difficile de surestimer l'importance de ce phénomène, car il se produit au début d'une nouvelle phase de la transition systémique mondiale, ce qui signifie que son impact est bien plus important que si tout cela se produisait progressivement. Peu de gens ont encore reconnu le rôle que l'Inde est sur le point de jouer dans l'intégration du cœur de l'Eurasie, mais plus tôt ils le feront, plus tôt ils pourront contribuer à aider le monde à mieux comprendre cette tendance fondamentale.

vendredi, 27 mai 2022

La Russie, l'Iran et l'Inde créent un troisième pôle d'influence dans les relations internationales

DuY8mg1XcAAlguI.jpg

La Russie, l'Iran et l'Inde créent un troisième pôle d'influence dans les relations internationales

Andrew Korybko

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/geoestrategia/37812-2022-05-23-12-51-00

Le ministre russe des Transports, Valery Savelyev, vient de reconnaître le rôle vital que joue aujourd'hui l'Iran pour la logistique de son pays grâce au corridor de transport Nord-Sud (NSTC - North South Transport Corridor). Selon lui, les sanctions occidentales sans précédent imposées par les États-Unis en réponse à l'opération militaire russe en cours en Ukraine "ont pratiquement brisé toute la logistique dans notre pays. Et nous sommes obligés de chercher de nouveaux couloirs logistiques".

La principale priorité de son pays est le NSTC à travers l'Iran, notant que trois ports de la mer Caspienne servent déjà de conduits commerciaux avec la République islamique, tout en reconnaissant qu'il reste beaucoup à faire en matière de connectivité terrestre.

Peu après le début de l'opération spéciale de la Russie, il avait déjà été prédit que l'Iran deviendrait beaucoup plus important pour la Russie. En effet, le NSTC fonctionne comme un corridor d'intégration entre les civilisations, reliant la civilisation historiquement chrétienne de la Russie, la civilisation islamique-chiite de l'Iran et la civilisation hindoue de l'Inde, sans oublier d'autres, comme celles d'Afrique et d'Asie du Sud-Est, qui peuvent se relier indirectement à la Russie par cette voie. Il s'agit d'une soupape irremplaçable à la pression économique et financière de l'Occident dirigée par les États-Unis, qui a créé tant de difficultés logistiques pour la Russie ces derniers mois, d'autant plus qu'elle est reliée à l'Inde, qui a défié la pression occidentale en continuant à pratiquer sa politique de neutralité de principe.

4sit.jpg

Sans la participation de premier plan de l'Iran au NSTC, la Russie serait isolée de ses indispensables partenaires indiens dont l'intervention décisive lui a évité de manière préventive une dépendance potentiellement disproportionnée vis-à-vis de la Chine à l'avenir. Ce résultat, à son tour, a aidé le monde à dépasser l'actuelle phase intermédiaire bi/multipolaire de la transition systémique mondiale vers la multipolarité qui a vu les relations internationales largement façonnées par la compétition entre les superpuissances américaine et chinoise. Il est de plus en plus possible de parler d'un troisième pôle d'influence représenté par la grande convergence stratégique entre la Russie, l'Iran et l'Inde.

Leurs diplomates ne le reconnaissent pas officiellement, de peur que les superpuissances américaines et/ou chinoises n'interprètent mal les intentions de leurs États-civilisation, mais tous trois tentent officieusement de réunir un nouveau Mouvement des non-alignés ("Néo-NAM"). Ils espèrent servir de centres de gravité égaux au sein du troisième pôle d'influence qu'ils souhaitent créer afin de faire évoluer les relations internationales au-delà de leur phase intermédiaire bi/multipolaire actuelle et vers un système de "tripolarité" qui, espèrent-ils, facilitera inévitablement l'émergence de relations multipolaires complexes. L'objectif de cette démarche est de maximiser leur autonomie stratégique respective dans le cadre de la nouvelle guerre froide vis-à-vis des deux superpuissances.

Les implications internationales de la réussite de leur plan changeraient littéralement les règles du jeu, ce qui explique pourquoi des efforts sont déployés pour les arrêter. Elles ont pris la forme d'une campagne de guerre de l'information menée par l'Associated Press à la tête des grands médias occidentaux dirigés par les États-Unis contre le partenariat stratégique Russie-Iran, tandis que d'autres médias mènent une campagne complémentaire contre le partenariat stratégique Russie-Inde. Les deux ont échoué alors que leurs dirigeants s'appuient sur leur vision du monde multipolaire-conservatrice-souverainiste (MCS) commune pour maintenir le cap malgré une pression considérable après que leurs stratèges leur aient soi-disant assuré que tout finirait par payer, pour peu qu'ils restent patients.

Cela contraste avec son voisin pakistanais, qui semble de manière convaincante être en train de recalibrer sa grande stratégie et le rôle associé envisagé dans la transition systémique mondiale suite à son changement scandaleux de gouvernement. Les signaux contradictoires que ses nouvelles autorités ont envoyés à la Russie, parallèlement à leur rapprochement enthousiaste avec les États-Unis, suggèrent fortement que la vision du monde MCS précédemment épousée par l'ancien premier ministre Khan est progressivement remplacée, à un degré incertain, par un libéralisme unipolaire favorable à l'Occident mondialiste (ULG - Unipolar Liberal-Globalist). Cela complique les processus multipolaires en Asie du Sud et risque d'en isoler le Pakistan dans le pire des cas.

Cependant, le Pakistan n'a aucune intention d'interférer avec le NSTC, même s'il devait s'engager dans un rapprochement complet et extrêmement rapide avec les États-Unis. Cette observation signifie que la grande convergence stratégique entre la Russie, l'Iran et l'Inde va se poursuivre, les deux derniers devenant encore plus importants que jamais pour Moscou en tant que soupapes à la pression occidentale et alternatives fiables pour éviter de manière préventive toute dépendance potentiellement disproportionnée vis-à-vis de la Chine. Le Pakistan était censé jouer un rôle complémentaire dans le Grand partenariat eurasiatique (GPE) de la Russie en servant également à équilibrer la dépendance croissante de Moscou vis-à-vis de Téhéran et de New Delhi, mais cela semble peu probable à la lumière des récents développements.

Avec des relations virtuellement gelées sur le front énergétique qui était conçu comme la base de leur partenariat stratégique espéré, il y a peu de chances que la Russie considère un jour le Pakistan comme plus important pour son "pivot vers l'Oumma" que l'Iran ne l'est aujourd'hui, alors qu'il est en train de le devenir, à moins que ces questions ne soient résolues de toute urgence. Selon toute vraisemblance, elles ne le seront pas, et cette prédiction désastreuse découle de la conjecture selon laquelle les nouvelles autorités pakistanaises considèrent le ralentissement du rythme de son rapprochement avec la Russie comme une "concession unilatérale acceptable" en échange de la poursuite des pourparlers sur l'amélioration des liens avec les États-Unis, qui est leur nouvelle priorité en matière de politique étrangère.

FTDrY4NXEAA4g1N.jpg

Bien que de petits pas vers le rétablissement des relations aient été constatés récemment, l'interview du ministre des Affaires étrangères Bhutto à l'Associated Press lors de son voyage inaugural aux États-Unis pour assister à un événement de l'ONU et rencontrer personnellement Blinken a jeté le doute sur l'intérêt d'Islamabad à reprendre les pourparlers sur l'énergie avec la Russie. Selon les médias, il a révélé que "lors de ses entretiens avec Blinken, il s'est concentré sur l'augmentation des échanges commerciaux, en particulier dans l'agriculture, les technologies de l'information et l'énergie". Cela suggère que les États-Unis tentent d'exercer un effet de levier sur le prétendu accord conclu par la Russie avec le Pakistan pour lui fournir des denrées alimentaires et du carburant à un prix réduit de 30 %, et peut-être même d'offrir un rabais moins important, le cas échéant, comme "coût nécessaire" pour améliorer les relations...

Le résultat prévisible de la décision du Pakistan de ne pas reprendre les pourparlers sur l'énergie avec la Russie est que l'importance de l'Iran et de l'Inde dans la grande stratégie russe continuera à croître sans que le facteur d'équilibre pakistanais, que Moscou considérait auparavant comme acquis, ne puisse être contrôlé. Ce ne sera pas un problème, à moins qu'ils ne politisent leur rôle de soupape pour la pression occidentale, ce qu'ils sont réticents à faire de toute façon, car cela pourrait nuire à leurs intérêts communs de MSC dans la transition systémique mondiale par le biais du Néo-MNA. Cependant, il reste important de noter que l'élimination pratique de l'influence équilibrante du Pakistan dans ce paradigme accroît la dépendance de la Russie vis-à-vis de l'Iran et de l'Inde.

Que les relations russo-pakistanaises deviennent stratégiques ou non, comme Moscou l'espérait, et qu'elles contribuent par conséquent à équilibrer le Néo-NAM qu'elle envisage, il ne fait aucun doute que l'axe que la Russie est en train de constituer avec l'Iran et l'Inde continuera à se renforcer, ces trois pays poursuivant conjointement la création d'un troisième pôle d'influence dans les relations internationales. La réussite de ce projet aidera le monde à dépasser la phase intermédiaire bi/multipolaire actuelle de la transition systémique mondiale et, par conséquent, à créer davantage d'opportunités pour les autres pays de renforcer leur autonomie stratégique dans la nouvelle guerre froide.

lundi, 02 mai 2022

RICs et multipolarité

5c774d43a3106c65fffc6d72.jpeg

RICs et multipolarité

par le comité de rédaction de Katehon

Source: https://www.ideeazione.com/i-ric-e-la-multipolarita/

Ces dernières années, le monde est en crise, non seulement à cause de l'instabilité économique, mais aussi à cause des problèmes politiques relatifs au "déclin idéologique et à la perte d'identité". Un nouvel ordre mondial est en train d'émerger: d'un monde unipolaire, nous passons progressivement à un ordre mondial multipolaire. Cependant, sur le plan scientifique, la théorie du monde multipolaire (MMT) n'a pas été finalisée, car elle ne figure pas aujourd'hui parmi les théories et paradigmes classiques des relations internationales.

Malgré cela, un nombre croissant d'ouvrages sur la politique étrangère et la géopolitique liés au TMM sont apparus au fil du temps. L'historien britannique Paul Kennedy, spécialiste des relations internationales, a prédit dans son livre The Rise and Fall of the Great Powers (1987) que l'équilibre des forces militaires allait changer au cours des 20 à 30 prochaines années, pour aboutir à un monde multipolaire vers 2009. Jusqu'à présent, sa prédiction ne s'est pas réalisée, mais aujourd'hui, en 2022, nous faisons l'expérience d'un changement dans l'ordre mondial plus aigu que jamais. En 2000, la secrétaire d'État américaine Madeleine Albright a soutenu que l'ordre mondial émergent n'est plus unipolaire, mais plutôt multipolaire.

527868.jpg

En 2009, le rapport Global Trends 2025 du National Intelligence Council américain a déclaré que les conditions préalables à l'émergence d'un "système multipolaire mondial" étaient en train de se mettre en place sur les deux prochaines décennies, vers 2029. Cette hypothèse sera testée par le temps. Le rapport cite les facteurs suivants: la montée en puissance de pays tels que la Chine, l'Inde, qui peuvent influencer la création d'un système mondial multipolaire. En 2025, il n'y aura plus une seule "communauté internationale" d'États-nations. Le pouvoir sera dispersé parmi les nouveaux acteurs politiques. Il y a aussi la dépendance des pays vis-à-vis des grands exportateurs de gaz, comme la Russie et l'Iran. Si les prix sont élevés, la puissance de ces pays augmentera considérablement. Le niveau du PIB de la Russie pourrait en théorie égaler celui du Royaume-Uni et de la France. Comme nous le savons, la question de l'approvisionnement en gaz de la Russie à l'UE n'a pas été résolue jusqu'à présent. En raison d'un nombre précédent de sanctions américaines et européennes contre la Russie, la Fédération de Russie a décidé de vendre du gaz exclusivement en roubles à partir du 1er avril 2022, ce qui a provoqué une vague d'indignation dans l'UE. Toutefois, le 25 avril 2022, on a appris que l'Arménie et l'Azerbaïdjan étaient passés au paiement du gaz en roubles. Ainsi, l'un des points d'influence de la Russie sur le monde pourrait être les ressources énergétiques.

543x840adthmw.jpg

Alors, quelle est la théorie du monde multipolaire? Il a été développé en Russie en 2012, grâce au philosophe, sociologue et penseur politique russe A. G. Douguine. Dans sa monographie intitulée The Theory of a Multi-polar World. Pluriversum, il a présenté le concept en détail. Le TMM est avant tout un concept politique, qui constitue une interprétation alternative du concept de multipolarité largement utilisé dans la théorie des relations internationales. La création de la théorie s'est appuyée sur diverses études politiques et culturelles-anthropologiques, ainsi que sur des systèmes socio-philosophiques tels que la géopolitique, l'eurasianisme et plusieurs autres. Ajoutons qu'elle s'appuie sur l'idéologie de la "révolution conservatrice" et le traditionalisme de la "nouvelle droite". Cette théorie vise à construire un nouveau système non occidental de relations internationales. En 1993, le politologue américain Samuel Huntington a proposé le concept du choc des civilisations, qui correspondait tout à fait aux idées de Douguine. Les "nouveaux centres", posés comme tels, sont une alliance de plusieurs États BRICS (Russie, Brésil, Chine, Inde et Afrique du Sud).

Cependant, les partisans américains de l'unipolarité rigide ne veulent pas reconnaître le terme "multipolarité". C'est pourquoi ils ont proposé un autre terme, la "non-polarité". Ce concept suppose que "les processus de mondialisation vont se développer davantage et que le modèle occidental d'ordre mondial va étendre sa présence parmi tous les pays et peuples de la terre". Ainsi, l'hégémonie intellectuelle des valeurs de l'Occident se perpétuera.

Toutefois, cette théorie soulève un certain nombre de doutes en raison des développements mondiaux actuels. La Chine, par exemple, devance désormais, en toute confiance de soi, les États-Unis dans un certain nombre d'indicateurs. Depuis 2013, l'initiative "Une Ceinture, une Route" s'est développée ("One Belt, One Road"). La Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures a été lancée, ce qui a été un succès pour la RPC. La Chine a commencé à promouvoir les idées du concept chinois de "l'avenir commun de l'humanité". L'un des postulats de ce concept est la création d'une "grande famille", qui peut être interprétée comme une interconnexion étroite entre les peuples du monde. Progressivement, la Chine s'éloigne du soutien à l'ordre mondial existant pour tenter de remplacer l'ancien hégémon, les États-Unis.

Une autre théorie, alternative à la théorie de la multipolarité, est celle d'un "monde multipolaire". C'est que les États-Unis ne doivent pas être la seule puissance hégémonique. Elle devrait plutôt tenir compte des positions de ses partenaires et parvenir à des solutions de compromis avec les autres pays. Mais comme nous le savons, la politique américaine à ce jour est en totale contradiction avec cette thèse.

Ensuite, il convient de définir un cadre clair pour un monde multipolaire. Il ne s'agit pas d'un retour des deux pôles tels que les États-Unis et l'URSS qui se faisaient face autrefois: dans un monde multipolaire, il doit y avoir plus de deux pôles. La multipolarité n'est pas non plus compatible avec les concepts de non-polarité et de multilatéralisme mentionnés précédemment.

dr.-dayan-jayatilleka1.jpg

41X5UECb5jL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

Il est important de noter que la tendance à la multipolarité se fera dans les États qui sont principalement orientés vers un monde multipolaire: la Russie, la Chine, l'Inde et quelques autres. L'eurasisme, par exemple, est considéré comme l'une des stratégies pour un monde multipolaire. À ce jour, il existe plusieurs perspectives sur l'intégration eurasienne. Premièrement, l'Union économique eurasienne (UEE) en tant qu'interprétation de l'eurasisme. Deuxièmement, l'évaluation de l'EAEU comme un véritable concurrent qui pourrait menacer les intérêts de l'UE et des États-Unis. Troisièmement, la possibilité d'évaluer objectivement la relation entre la politique étrangère de la Russie et l'intégration eurasienne et les développements politiques mondiaux. Le projet chinois One Belt, One Road, mentionné plus haut peut être considéré comme un complément à l'eurasisme. Un projet comme celui de la Grande Eurasie est souvent considéré ici dans sa globalité. Par exemple, le diplomate sri-lankais D. Jayatilleka (photo, ci-dessus) estime que le plus faisable pour la géopolitique eurasienne de la Russie est "d'étendre le concept de "multivectorisme" de Primakov au domaine de l'idéologie et à l'évolution du soft power, qui est véritablement multivectoriel: droite, gauche et centre... Ce n'est qu'ainsi que la Russie pourra redécouvrir son rôle d'avant-garde d'un nouveau projet historique, de porteuse d'une nouvelle synthèse d'idées et de valeurs".

Il est également important de noter que le terme "eurasisme" est souvent utilisé pour décrire la Russie et les nouveaux États indépendants. Selon l'historienne française M. Laruelle, la plasticité de l'eurasisme en tant qu'idéologie explique sa popularité. Parmi les prémisses théoriques de l'eurasisme, Laruelle identifie les suivantes: le rejet de l'Occident et du capitalisme, l'affirmation de l'unité culturelle entre l'ancienne Union soviétique et certaines parties de l'Asie, la formation d'une forme impériale d'organisation politique, ainsi que la croyance en l'existence de constantes culturelles.

En outre, M. R. Johnson, un chercheur de Pennsylvanie travaillant sur l'histoire de la Russie, note que la société américaine ne peut tout simplement pas accepter l'idée de l'eurasisme en raison d'un manque de compréhension de l'ontologie globale de l'eurasisme, et Johnson ne cache pas que le développement de l'eurasisme, et donc la formation d'un monde multipolaire, est une menace potentielle pour les États-Unis. Un autre historien américain, T. Fox, estime que pour parvenir à une diffusion mondiale de l'eurasisme, et donc à la multipolarité, il faut créer un récit universel qui combine l'expérience historique et les valeurs culturelles communes.

Après avoir discuté des théories de la multipolarité de la Chine et de la Russie, il convient de s'intéresser à la théorie de la multipolarité en Inde. L'Inde considère le concept de multipolarité depuis une position participative comme l'un des pôles. Cette position a été exposée lors d'une discussion en janvier 2017 dans The New Normal : Multilateralism with Multipolarity. Ce concept cherche à relier les deux théories de la "multipolarité" et du "multilatéralisme", dont nous avons discuté la distinction précédemment. La théorie indienne de la multipolarité est une fusion de la philosophie occidentale avec la Russie et la Chine. L'Inde présente les relations internationales contemporaines en termes de formation non pas de "pôles" mais d'États agissant en tant que sujets de la multipolarité.

27383-16169843292_282027a030_o.jpg

India-s-Power-Elite.jpg

Le politologue hindou Suryanarayana estime que la formation de la multipolarité est possible si les pays au centre ont leur propre développement historique, leur identité culturelle, leur intérêt national et leurs stratégies politiques. Le politologue critique également les politiques de néocolonialisme et de messianisme caractéristiques de l'Occident. C'est ici qu'émerge un nouveau concept de "multipolarité" par les politologues indiens, à savoir la coopération et le partenariat égalitaire entre les États. Ainsi, la multipolarité n'est pas la domination des "superpuissances", mais la coopération totale entre les pays. Sanjaya Baru (photo, ci-dessus), en tant que directeur de la géo-économie et de la stratégie à l'Institut international d'études stratégiques en Inde, a souligné qu'il était dans leur intérêt de trouver un terrain d'entente et de résoudre les conflits avec le Pakistan, et de maintenir la coopération au plus haut niveau entre l'Inde, la Russie et la Chine. De cette manière, de nouveaux centres ont été identifiés qui, s'ils coopèrent, pourraient obtenir des résultats significatifs dans la réalisation d'un monde multipolaire. Un regard sur les concepts de la Russie, de l'Inde et de la Chine révèle que ces trois pays sont unis par des objectifs communs. S'il existe effectivement un équilibre des forces, une coopération bénéfique entraînera un changement de l'ordre mondial.

29 avril 2022

mercredi, 06 avril 2022

La Stratégie du Heartland à l'Est : un aperçu des objectifs et des priorités

1024px-Vladimir_Putin_and_Xi_Jinping_2019-06-05_31.jpg

La Stratégie du Heartland russe à l'Est: un aperçu des objectifs et des priorités

Alexandre Douguine

Source: https://www.ideeazione.com/la-strategia-orientale-dellheartland-una-panoramica-degli-obiettivi-e-delle-priorita/

Axe Moscou-New Delhi

Déplaçons-nous vers l'est. Nous voyons ici l'Inde comme un "grand espace" à part entière, qui, à l'époque du Grand Jeu, était la principale tête de pont de la domination britannique en Asie. À cette époque, la nécessité de maintenir le contrôle de l'Inde et d'empêcher d'autres puissances, notamment l'Empire russe, d'empiéter sur le contrôle britannique de la région était essentielle pour la "civilisation de la mer". À cela s'ajoutent les épopées afghanes des Britanniques, qui ont cherché à plusieurs reprises à affirmer leur contrôle sur la structure complexe de la société afghane non gouvernée, précisément pour bloquer les Russes dans une éventuelle campagne en Inde. Une telle perspective est théorisée depuis l'époque de l'empereur Paul Ier, qui a virtuellement lancé une campagne cosaque (organisée et planifiée de manière quelque peu naïve) en Inde (en alliance avec les Français), ce qui pourrait être la raison de son assassinat (qui, comme le montrent les historiens, a été organisé par l'ambassadeur britannique en Russie, Lord Whitworth).

51232553_101.jpg

L'Inde mène actuellement une politique de neutralité stratégique, mais sa société, sa culture, sa religion et son système de valeurs n'ont rien en commun avec le projet mondialiste ou le mode de vie de l'Europe occidentale. La structure de la société hindoue est entièrement terrestre, basée sur des constantes qui ont très peu changé au cours des millénaires. Par ses paramètres (démographie, niveau de développement économique moderne, culture intégrale), l'Inde représente un "grand espace" complet, qui est organiquement inclus dans la structure multipolaire. Les relations russo-indiennes après la libération de l'Inde des Britanniques ont traditionnellement été très cordiales. Dans le même temps, les dirigeants indiens ont souligné à plusieurs reprises leur engagement en faveur d'un ordre mondial multipolaire. En même temps, la société indienne elle-même illustre la multipolarité où la diversité des groupes ethniques, des cultes, des cultures locales, des courants religieux et philosophiques s'entendent parfaitement bien malgré leurs profondes différences et même leurs contradictions. L'Inde est certainement une civilisation qui, au vingtième siècle, après la fin de la phase de colonisation, a acquis - pour des raisons pragmatiques - le statut d'"État-nation".

Dans ces circonstances favorables au projet multipolaire, qui font de l'axe Moscou-New Delhi une autre structure de soutien pour l'expression spatiale de la pan-idée eurasienne, un certain nombre de circonstances compliquent ce processus. Par inertie historique, l'Inde continue à entretenir des liens étroits avec le monde anglo-saxon, qui, pendant la période de domination coloniale, a réussi à influencer de manière significative la société indienne et à projeter sur elle ses attitudes sociologiques formelles (notamment l'anglophilie). L'Inde est étroitement intégrée aux États-Unis et aux pays de l'OTAN dans le domaine militaro-technique et les stratèges atlantistes apprécient énormément cette coopération, car elle s'inscrit dans la stratégie de contrôle de la "zone côtière" de l'Eurasie. En même temps, la mentalité même de la société indienne rejette la logique des alternatives rigides de l'une ou l'autre, et il est difficile pour la mentalité hindoue de comprendre la nécessité d'un choix irréversible entre la Mer et la Terre, entre la mondialisation et la préservation d'une identité civilisée.

Au niveau régional, cependant, dans les relations avec ses voisins immédiats - en particulier la Chine et le Pakistan - la pensée géopolitique indienne fonctionne beaucoup mieux et cela devrait être utilisé pour intégrer l'Inde dans la construction multipolaire de la nouvelle architecture stratégique eurasienne.

La place naturelle de l'Inde est en Eurasie, où elle pourrait jouer un rôle stratégique comparable à celui de l'Iran. Mais le format de l'axe Moscou-New Delhi devrait être très différent, en tenant compte des spécificités de la stratégie et de la culture régionales de l'Inde. Dans le cas de l'Iran et de l'Inde, différents paradigmes d'intégration stratégique devraient être impliqués.

La structure géopolitique de la Chine

La structure géopolitique de la Chine est la question la plus importante. Dans le monde d'aujourd'hui, la Chine a si bien développé son économie, trouvant les proportions optimales entre le maintien du pouvoir politique d'un parti communiste réformé, les principes d'une économie libérale et l'utilisation mobilisatrice d'une culture chinoise commune (dans certains cas sous la forme d'un "nationalisme chinois"), que beaucoup lui attribuent le rôle d'un pôle mondial indépendant à l'échelle planétaire et préfigurent un futur "nouvel hégémon". En termes de potentiel économique, la Chine a été classée deuxième parmi les cinq premières économies du monde avec le PIB le plus élevé. Avec les États-Unis, l'Allemagne et le Japon, le pays a formé une sorte de club des principales puissances commerciales du monde. Les Chinois eux-mêmes appellent la Chine "Zhongguo", littéralement "le pays central, du milieu".

La Chine est une entité géopolitique complexe qui peut être divisée en plusieurs composantes principales :

- Chine continentale : les zones rurales pauvres et mal irriguées situées entre les fleuves Huanghe et Yangtze, habitées principalement par des groupes ethniques indigènes réunis par le terme "Han" ;

- les zones côtières de l'Est, qui sont des centres de développement économique et commercial national et des points d'accès au marché mondial.

- les zones tampons habitées par des minorités ethniques (région autonome de Mongolie intérieure, région autonome ouïghoure du Xinjiang, région autonome du Tibet)

- les États voisins et les zones administratives insulaires spéciales dont la population est majoritairement chinoise (Taïwan, Hong Kong, Macao).

Le problème de la géopolitique chinoise est le suivant : pour développer son économie, la Chine manque de demande intérieure (la pauvreté de la Chine continentale). L'accès au marché international par le développement de la zone côtière du Pacifique augmente considérablement le niveau de vie, mais crée des inégalités sociales entre la "côte" et le "continent", et favorise un plus grand contrôle extérieur par le biais des liens économiques et des investissements, ce qui menace la sécurité du pays. Au début du 20e siècle, ce déséquilibre a conduit à l'effondrement de l'État chinois, à la fragmentation du pays, à l'établissement virtuel d'un "contrôle externe" par la Grande-Bretagne et, enfin, à l'occupation des zones côtières par le Japon.

Untitled-1.jpg

Mao Tse-tung (1893-1976) a choisi une autre voie : la centralisation du pays et sa fermeture complète. Cela a rendu la Chine indépendante, mais l'a condamnée à la pauvreté. À la fin des années 1980, Deng Xiaoping (1904-1997) a entamé un autre cycle de réformes, qui consistait à équilibrer le développement ouvert de la "zone côtière" et l'attraction des investissements étrangers dans cette région avec le maintien d'un contrôle politique strict de l'ensemble du territoire chinois aux mains du Parti communiste, afin de préserver l'unité du pays. C'est cette formule qui définit la fonction géopolitique de la Chine contemporaine.

L'identité de la Chine est double : il y a une Chine continentale et une Chine côtière. La Chine continentale est tournée vers elle-même et la préservation du paradigme social et culturel ; la Chine côtière est de plus en plus intégrée au "marché mondial" et, par conséquent, à la "société mondiale" (c'est-à-dire qu'elle adopte progressivement les traits de la "civilisation de la mer"). Ces contradictions géopolitiques ont été aplanies par le Parti communiste chinois (PCC), qui doit fonctionner dans le cadre du paradigme de Deng Xiaoping - l'ouverture assure la croissance économique, le centralisme rigide de l'idéologie et du parti, s'appuyant sur les zones rurales pauvres du continent, maintient l'isolement relatif de la Chine par rapport au monde extérieur. La Chine cherche à prendre de l'atlantisme et de la mondialisation ce qui la renforce, et à détacher et écarter ce qui l'affaiblit et la détruit. Jusqu'à présent, Pékin a réussi à maintenir cet équilibre, ce qui l'amène au leadership mondial, mais il est difficile de dire dans quelle mesure il est possible de combiner l'incompatible : mondialisation d'un segment de la société et préservation d'un autre segment sous le mode de vie traditionnel. La solution de cette équation extrêmement complexe prédéterminera le destin de la Chine dans le futur et, par conséquent, construira un algorithme pour son comportement.

En tout état de cause, la Chine d'aujourd'hui insiste fermement sur un ordre mondial multipolaire et s'oppose à l'approche unipolaire des États-Unis et des pays occidentaux dans la plupart des confrontations internationales. La seule menace sérieuse qui pèse aujourd'hui sur la sécurité de la Chine provient uniquement des États-Unis - la marine américaine dans le Pacifique pourrait à tout moment imposer un blocus sur l'ensemble du littoral chinois et ainsi faire s'effondrer instantanément l'économie chinoise, qui dépend entièrement des marchés étrangers. À cela s'ajoute la tension autour de Taïwan, un État puissant et prospère avec une population chinoise mais une société purement atlantiste intégrée dans un contexte mondial libéral.

Dans un modèle d'ordre mondial multipolaire, la Chine se voit attribuer le rôle du pôle Pacifique. Ce rôle serait une sorte de compromis entre le marché mondial dans lequel la Chine existe et se développe aujourd'hui, fournissant une part énorme de ses biens industriels, et sa fermeture totale. Ceci est globalement cohérent avec la stratégie de la Chine qui consiste à essayer de maximiser son potentiel économique et technologique avant l'inévitable affrontement avec les États-Unis.

Le rôle de la Chine dans un monde multipolaire

Il existe un certain nombre de problèmes entre la Russie et la Chine qui pourraient entraver la consolidation des efforts visant à construire une construction multipolaire. L'une d'elles est l'expansion démographique des Chinois dans les territoires peu peuplés de Sibérie, qui menace de modifier radicalement la structure sociale même de la société russe et constitue une menace directe pour la sécurité. Sur cette question, une condition préalable à un partenariat équilibré devrait être un contrôle strict par les autorités chinoises des flux migratoires vers le nord.

La deuxième question concerne l'influence de la Chine en Asie centrale, une zone stratégique proche de la Russie, riche en ressources naturelles et en vastes territoires, mais plutôt faiblement peuplée. L'avancée de la Chine en Asie centrale pourrait également constituer un obstacle. Ces deux tendances violent un principe important de la multipolarité : l'organisation de l'espace sur un axe nord-sud et non l'inverse. La direction dans laquelle la Chine a toutes les raisons de se développer est celle du Pacifique, au sud de la Chine. Plus la présence stratégique de la Chine dans cette région sera forte, plus la structure multipolaire sera forte.

Le renforcement de la présence de la Chine dans le Pacifique entre directement en collision avec les plans stratégiques de l'Amérique pour l'hégémonie mondiale, car dans une perspective atlantiste, la sécurisation du contrôle des océans du monde est la clé de l'ensemble du tableau stratégique du monde vu des États-Unis. La marine américaine dans le Pacifique et le déploiement de bases militaires stratégiques dans différentes parties du Pacifique et sur l'île de San Diego dans l'océan Indien afin de contrôler l'espace maritime de toute la région sera le principal enjeu de la réorganisation de la zone Pacifique sur le modèle d'un ordre mondial multipolaire. La libération de cette zone des bases militaires américaines peut être considérée comme une tâche d'importance planétaire.

La géopolitique du Japon et son éventuelle implication dans le projet multipolaire

La Chine n'est pas le seul pôle dans cette partie du monde. Le Japon est une puissance régionale asymétrique mais économiquement comparable. Société terrestre et traditionnelle, le Japon est passé sous occupation américaine après 1945 à la suite de la Seconde Guerre mondiale, dont les conséquences stratégiques se font encore sentir aujourd'hui. Le Japon n'est pas indépendant dans sa politique étrangère ; il y a des bases militaires américaines sur son territoire, et son importance militaire et politique est négligeable par rapport à son potentiel économique. Pour le Japon, d'un point de vue théorique, la seule voie organique de développement serait de rejoindre le projet multipolaire, ce qui implique :

- L'établissement d'un partenariat avec la Russie (avec laquelle aucun traité de paix n'a encore été conclu - une situation soutenue artificiellement par les États-Unis, qui craignent un rapprochement entre la Russie et le Japon) ;

- restaurer sa puissance militaire et technique en tant que puissance souveraine ;

- une participation active à la réorganisation de l'espace stratégique dans le Pacifique ;

- devenant le deuxième pôle, avec la Chine, de l'ensemble de l'espace Pacifique.

Pour la Russie, le Japon était le partenaire optimal en Extrême-Orient car, démographiquement, contrairement à la Chine, il n'a pas de problèmes de ressources naturelles (ce qui permettrait à la Russie d'accélérer l'équipement technologique et social de la Sibérie au Japon) et il dispose d'une énorme puissance économique, y compris dans le domaine de la haute technologie, qui est stratégiquement important pour l'économie russe. Mais pour qu'un tel partenariat soit possible, le Japon doit faire le pas décisif de se libérer de l'influence américaine.

Japan-South-Korea-Rising-Sun-Flag-Conflict-003.jpg

Sinon (comme dans la situation actuelle), les États-Unis considéreront le Japon comme un simple outil dans leur politique visant à contenir le mouvement potentiel de la Chine et de la Russie dans le Pacifique. Brzezinski plaide à juste titre en ce sens dans son livre The Grand Chessboard, où il décrit la stratégie américaine optimale dans le Pacifique. Ainsi, cette stratégie prône un rapprochement commercial et économique avec la Chine (parce que la Chine est entraînée dans la "société mondiale" par son intermédiaire), mais insiste pour construire un bloc stratégico-militaire contre elle. Avec le Japon, au contraire, Bzezinski propose de construire un "partenariat" militaro-stratégique contre la Chine et la Russie (en fait, il ne s'agit pas d'un "partenariat", mais d'une utilisation plus active du territoire japonais pour le déploiement d'installations militaro-stratégiques américaines) et de se livrer à une concurrence acharnée dans la sphère économique, car les entreprises japonaises sont capables de relativiser la domination économique américaine à l'échelle mondiale.

L'ordre mondial multipolaire évalue légitimement la situation de manière exactement inverse : l'économie libérale de la Chine ne vaut rien en soi et ne fait qu'accroître la dépendance de la Chine à l'égard de l'Occident, tandis que sa puissance militaire - surtout dans le segment naval - est au contraire précieuse car elle crée les conditions préalables pour débarrasser à l'avenir les océans Pacifique et Indien de la présence américaine. Le Japon, au contraire, est surtout attrayant en tant que puissance économique qui rivalise avec les économies occidentales et qui a maîtrisé les règles du marché mondial (on espère qu'à un moment donné, le Japon pourra utiliser cela à son avantage), mais il est moins attrayant en tant que partenaire dans un monde multipolaire, en tant qu'instrument passif de la stratégie américaine. Dans tous les cas, le scénario optimal serait que le Japon se libère du contrôle américain et entre dans une orbite géopolitique indépendante. Dans ce cas, il serait difficile d'imaginer un meilleur candidat pour construire un nouveau modèle d'équilibre stratégique dans le Pacifique.

Actuellement, compte tenu du statu quo, la place du "pôle" Pacifique peut être réservée à deux puissances - la Chine et le Japon. Tous deux ont de solides arguments pour être le leader ou l'un des deux leaders, substantiellement supérieur à tous les autres pays de la région d'Extrême-Orient.

wgbh.brightspotcdn.com.jpg

La Corée du Nord comme exemple de l'autonomie géopolitique d'un État terrestre

Il convient de souligner le facteur de la Corée du Nord, un pays qui n'a pas succombé à la pression occidentale et qui continue à rester fidèle à son ordre sociopolitique très spécifique (juché) malgré toutes les tentatives de le renverser, de le discréditer et de le diaboliser. La Corée du Nord illustre la résistance courageuse et efficace à la mondialisation et à l'unipolarité par un peuple assez petit, et c'est là que réside sa grande valeur. Une Corée du Nord nucléaire qui maintient une identité sociale et ethnique et une réelle indépendance, avec un niveau de vie modeste et un certain nombre de restrictions à la "démocratie" (comprise dans le sens libéral et bourgeois), contraste fortement avec la Corée du Sud. La Corée du Sud perd rapidement son identité culturelle (la plupart des Sud-Coréens appartiennent à des sectes protestantes, par exemple) et est incapable de faire un seul pas en politique étrangère sans se référer aux États-Unis, mais sa population est plus ou moins prospère (financièrement, mais pas psychologiquement). Le drame moral du choix entre indépendance et confort, dignité et bien-être, fierté et prospérité se joue dans deux parties d'un peuple historiquement et ethniquement unifié. La partie nord-coréenne illustre les valeurs du Sushi. Celui de la Corée du Sud illustre les valeurs de la mer. Rome et Carthage, Athènes et Sparte. Béhémoth et Léviathan dans le contexte de l'Extrême-Orient moderne.

Les principaux défis au Heartland russe à l'Est

Le vecteur oriental (Extrême-Orient, Asie) du Heartland russe peut être réduit aux tâches principales suivantes :

- Assurer la sécurité stratégique de la Russie sur la côte Pacifique et en Extrême-Orient ;

- Intégrer les territoires sibériens dans le contexte social, économique, technologique et stratégique global de la Russie (en tenant compte de l'état désastreux de la démographie de la population russe)

- développer le partenariat avec l'Inde, y compris dans le domaine militaro-technique (l'axe Moscou-New Delhi)

- construire une relation équilibrée avec la Chine, en soutenant ses politiques multipolaires et ses aspirations à devenir une puissante puissance navale, mais en prévenant les conséquences négatives de l'expansion démographique de la population chinoise dans le nord et de l'infiltration de l'influence chinoise au Kazakhstan ;

- Encourager par tous les moyens possibles l'affaiblissement de la présence navale américaine dans le Pacifique en démantelant les bases navales et autres installations stratégiques ;

- Encourager le Japon à se libérer de l'influence américaine et à devenir une puissance régionale à part entière, établissant ainsi un partenariat stratégique sur l'axe Moscou-Tokyo ;

- Soutenir les puissances régionales d'Extrême-Orient qui défendent leur indépendance vis-à-vis de l'atlantisme et de la mondialisation (Corée du Nord, Vietnam et Laos).

vendredi, 01 avril 2022

Comment l'Inde entend aider la Russie à échapper aux sanctions

inde_russie.jpg

Comment l'Inde entend aider la Russie à échapper aux sanctions

L'Inde devrait ignorer les avertissements occidentaux en créant un mécanisme d'échange roupie-rouble qui pourrait démarrer dès la semaine prochaine

par Anil Sharma 

Source: https://asiatimes.com/2022/03/how-india-intends-to-help-russia-evade-sanctions/?mc_cid=1fc3f2de80&mc_eid=19c604030d

L'Inde aide de facto la Russie à échapper aux sanctions occidentales imposées suite à son invasion de l'Ukraine.

JAIPUR - L'Inde envisage de conclure un accord commercial roupie-rouble avec la Russie, une proposition de Moscou qui mettra New Delhi sur la voie de la confrontation avec l'Occident, mais qui pourrait contribuer à protéger l'économie indienne contre les vents contraires mondiaux qui se rassemblent, notamment la flambée des prix du pétrole. 

L'Inde tient à poursuivre son commerce bilatéral avec la Russie malgré la forte pression exercée par les États-Unis et l'UE pour qu'elle s'aligne sur son régime de sanctions. L'Inde dépend fortement de la Russie pour ses armes et voit la perspective d'importer du pétrole moins cher à un moment où les prix ont flambé depuis l'invasion de l'Ukraine.

Les responsables de l'organisme commercial indien affirment que l'accord de paiement bilatéral pourrait être mis en œuvre dès la semaine prochaine, bien que la banque centrale et le ministère des finances indiens aient jusqu'à présent évité de faire des commentaires officiels sur la question.

Le principal quotidien économique indien, Economic Times, a rapporté que les responsables de la banque centrale russe devraient rencontrer la semaine prochaine leurs homologues de la Reserve Bank of India (RBI) pour discuter de la création d'un cadre réglementaire qui aidera à soutenir le commerce bilatéral et les opérations bancaires face aux sanctions occidentales imposées contre la guerre de Moscou en Ukraine.

rbi.jpgDes rapports locaux citant des fonctionnaires anonymes du ministère indien des finances suggèrent que les modalités du commerce roupie-rouble n'ont pas encore été élaborées en détail, mais une possibilité pourrait être, selon un rapport du journal Business Standard, "l'échange de la roupie par la banque russe contre le renminbi d'une succursale bancaire chinoise en Inde."

Le renminbi, contrairement à la roupie, peut être utilisé par les Russes. Pendant ce temps, les banques chinoises peuvent utiliser les roupies pour acheter des dollars, car elles ne font face à aucune sanction, selon le rapport.

D'autres rapports ont suggéré que le plan pourrait impliquer des paiements libellés en roupies et en renminbis par le biais du système de messagerie russe SPFS, une alternative au système SWIFT, plus largement utilisé, que sept banques russes sont désormais interdites d'utiliser à titre punitif.

Selon un rapport de CNBC, une méthode plus simple pourrait être adoptée, dans laquelle une banque russe n'aura qu'à ouvrir un compte dans une banque indienne et une banque indienne devra ouvrir un compte en Russie par lequel les exportateurs indiens seront payés dans la monnaie locale plutôt qu'en dollars ou en euros pour leurs exportations vers la Russie.

Dans ce cas, New Delhi et Moscou devront se mettre d'accord sur la valeur d'échange et disposer également d'une valeur d'équivalence théorique, très probablement en dollars ou en euros, à laquelle la valeur des monnaies indienne et russe sera rattachée.  

Le rouble s'échange à environ 85 pour un dollar, à peu près là où il se trouvait avant que la Russie ne commence son invasion il y a un mois. La monnaie russe était tombée jusqu'à 150 pour un dollar le 7 mars à la nouvelle que l'administration Biden allait interdire les importations américaines de carburant russe, mais elle a rebondi avec la hausse des taux d'intérêt à 20 % et l'imposition de contrôles des capitaux par Moscou.

622b1856dcf78e47c3425f83.jpg

La Russie souhaite également que l'Inde se branche sur son interface de paiement unifiée avec son système de paiement MIR pour une utilisation sans faille des cartes émises par les banques indiennes et russes après la suspension des opérations de Visa Inc. et Mastercard Inc., indique un rapport de Bloomberg citant une source gouvernementale indienne. 

Michael Kugelman, associé principal pour l'Asie du Sud au Wilson Center, un groupe de réflexion basé à Washington, a déclaré à Asia Times : "La décision de l'Inde de rechercher des accords commerciaux non basés sur le dollar avec la Russie peut en irriter certains à Washington, mais elle n'est pas du tout surprenante et s'inscrit parfaitement dans la politique indienne passée."

"New Delhi entretient une relation spéciale avec Moscou qui implique une amitié de longue date. Cela incite l'Inde à trouver des moyens de continuer à travailler avec la Russie tout en veillant à ne pas se mettre en travers des sanctions imposées par les États-Unis, un partenaire de plus en plus proche pour l'Inde", a déclaré M. Kugelman.

Il pense qu'un accord commercial entre la roupie et le rouble est un moyen possible de sortir de l'impasse diplomatique dans laquelle se trouve actuellement l'Inde, qui cherche à équilibrer ses relations avec Moscou et Washington.

M. Kugelman a également noté que l'Inde a une forte dépendance à l'égard des armes russes, à un moment où elle est confrontée à des défis de sécurité à deux volets, à savoir le Pakistan et la Chine. Et elle a un fort désir de pétrole russe bon marché à un moment où les prix mondiaux augmentent rapidement.

"En effet, les intérêts immédiats de l'Inde, tant sur le plan de la sécurité que sur le plan économique, l'incitent fortement à élaborer un accord commercial roupie-rouble avec Moscou", a-t-il déclaré.

Brahma Chellaney, éminent penseur stratégique, auteur et commentateur, s'est fait l'écho de ces opinions dans un récent tweet en déclarant : "La neutralité de l'Inde dans l'impasse Russie-OTAN à propos de l'Ukraine a attiré plus d'attention que la neutralité d'Israël. De même, alors que l'Europe dépend toujours de l'énergie russe, un éventuel accord pétrolier indien avec Moscou attire l'attention, bien que, comme le signale [le porte-parole de la Maison Blanche] Psaki, il ne violera pas les sanctions."

Les échanges commerciaux entre la Russie et l'Inde entre avril 2020 et mars 2021 se sont élevés à 8,1 milliards de dollars, selon les chiffres officiels du commerce indien. Ventilé, l'Inde a exporté 2,6 milliards de dollars vers la Russie, tandis qu'elle en a importé 5,48 milliards.

L'amélioration des relations économiques et commerciales était une priorité bilatérale essentielle avant la guerre en Ukraine, les deux parties ayant déclaré leur intention de porter le commerce bilatéral à 30 milliards de dollars et les investissements bilatéraux à 50 milliards de dollars d'ici 2025. Actuellement, les exportations de l'Inde vers la Russie sont principalement constituées de produits agricoles, de produits marins et de produits pharmaceutiques, tandis que les importations en provenance de Russie sont principalement constituées de pétrole brut.

Pendant ce temps, les commentateurs et experts américains et européens ont commencé à fustiger l'Inde pour avoir aidé la Russie à esquiver les sanctions et demandent aux États-Unis d'imposer des sanctions à New Delhi.

Trish Regan, l'éditrice primée de TrishIntel.com, a écrit dans un récent tweet au ton ferme: "Si l'INDE achète du pétrole brut russe, elle doit s'attendre à être sanctionnée par les États-Unis. Et, croyez-moi, cela ne marchera pas très bien pour l'économie indienne. En ce moment : vous êtes avec les États-Unis ou vous êtes contre nous. Simple."

Jamie Jenkins, un commentateur de l'actualité basé au Royaume-Uni, a écrit dans un tweet similaire : "L'Inde cherche à renflouer la Russie en achetant du pétrole brut à prix réduit. L'Inde est un pays auquel nous accordons une aide étrangère. Si nous sommes sérieux au sujet des sanctions, alors le budget de l'aide doit aussi être examiné."

Son tweet est intervenu après la parution de rapports selon lesquels l'Inde pourrait acheter du brut à un prix réduit à la Russie dans le cadre de l'accord d'échange de devises.

Suivez Anil Sharma sur Twitter à @anilsharma45

mercredi, 30 mars 2022

New Delhi peut être soit le sauveur, soit le bourreau du complexe militaro-industriel russe

1171550.jpg

New Delhi peut être soit le sauveur, soit le bourreau du complexe militaro-industriel russe

Sergey Atamanov

Source: https://katehon.com/ru/article/nyu-deli-mozhet-vystupit-v-roli-spasitelya-vpk-rossii-libo-v-roli-ego-palacha

Face aux sanctions mondiales, l'Inde devient un partenaire prioritaire de la Russie en matière de développement militaire et technique en ce qui concerne la production d'armements et d'équipements militaires avancés.

L'Inde est le premier importateur d'armes russes depuis des décennies. L'année dernière, la part totale des armes russes dans les forces armées indiennes a atteint 70% et celle de l'aviation 80%. Outre les exportations, les chasseurs T-90S ont été localisés, les chasseurs de quatrième génération Su-30MKI sont assemblés sous licence et le missile hypersonique BraMos-2 est en cours de développement conjoint avec la Russie. Des coentreprises ont été établies avec Rostec pour produire des fusils d'assaut Kalashnikov AK-203 et des hélicoptères Ka-226T. Il est prévu d'accorder une licence pour la production des systèmes de missiles anti-aériens portables Igla-S. Outre la production conjointe, la formation de spécialistes militaires et le transfert de technologies connexes sont en cours. Une "relance" de l'accord visant à créer un FGFA (Fifth Generation Fighter Aircraft) de cinquième génération basé sur le Su-57 est possible.

1227183.jpg

La liste est impressionnante. Sachant que l'Inde compte 1,5 million de militaires, l'armée indienne pourrait avoir une force globale comparable à celle de la Russie si l'industrie militaire est financée de manière adéquate. La politique de l'Inde vise le développement intérieur, contrairement à celle de la Chine, qui aspire à une domination économique non seulement dans la région, mais aussi à l'échelle mondiale. Au moins, les gens du pays des épices ne sont pas nos adversaires. Nous avons des racines linguistiques et philosophiques communes. Ici, l'Inde est beaucoup plus proche de nous que tout autre pays, à l'exception des Slaves.

La seule question est sa volonté de poursuivre la coopération. Les pays occidentaux ont toujours utilisé l'Inde comme un satellite pour s'enrichir et siphonner des ressources. En revanche, la Russie et ses prédécesseurs historiques ont toujours soutenu le peuple indien en toute amitié.

Il existe également des différences dans la nature de l'interaction. La Chine ne travaille avec nous qu'en termes d'acquisition d'armes et d'équipements militaires. La coopération avec New Delhi est orientée vers la recherche conjointe et sa mise en œuvre ultérieure.

efew_0.jpg

Dans de nombreux domaines de la politique étrangère et intérieure, les positions de Pékin, New Delhi et Moscou sont similaires, il existe des différences dans certains domaines. Cependant, à l'heure où l'Occident collectif nous désigne clairement comme l'ennemi numéro un, la Chine comme l'ennemi numéro deux et l'Inde est toujours considérée comme "le joyau de la couronne", une consolidation basée sur de nouveaux principes est possible grâce à des efforts conjoints. L'un d'entre eux est le rôle de premier plan joué par l'Inde dans le développement du complexe industriel de défense de la Russie. Premièrement, l'Inde est le plus grand importateur d'armes nationales ; deuxièmement, la localisation établie des armements nationaux nous permet d'obtenir l'équipement dont nous avons besoin pour l'armée sans le produire en Russie (dans les situations d'urgence) ; troisièmement, New Delhi fait partie des leaders en matière de technologie numérique, ce qui nous permet d'étendre considérablement nos capacités d'armement grâce à des projets communs. L'éducation militaire ne doit pas non plus être oubliée. Un grand nombre d'officiers indiens ont été et sont formés par nous. Le renforcement de l'éducation militaire bilatérale crée une condition préalable à l'approfondissement de la coopération militaire, déjà en termes de création d'alliances ou d'alliances et de renforcement des capacités de défense et d'offensive. Un facteur important est que l'Inde peut devenir pour nous un certain "équilibreur" dans les relations avec la Chine, en offrant les conditions les plus favorables comme alternative.

Le programme "Make in India", qui consiste à augmenter la production locale d'armes et d'équipements militaires, pourrait créer certains problèmes. Ce qui peut être résolu en proposant de créer de tels équipements, qu'il serait impossible de produire sans une participation mutuelle.

Nous pouvons alimenter l'intérêt de l'Inde pour le développement mutuel de l'industrie de la défense par le biais des besoins de New Delhi en équipements vieux de plusieurs années ou en termes de caractéristiques tactiques et techniques :

    - le développement de chars légers, tels que le Sprut-SDM1 ;
    - la production de véhicules aériens sans pilote (pour l'instant, bien que l'Inde ait commencé à produire ses drones, par exemple Rustom, Rustom II, dans tous les cas, la "gamme" est extrêmement étroite et ne permet pas de répondre à tous les besoins militaires). Ici, nous pouvons proposer Orion-E, Cub-E et même Okhotnik ;
    - la production de systèmes de défense aérienne basés sur les S-400 et S-500 ;
    - la production d'armes légères de diverses modifications, y compris des armes de sniper ;
    - l'expansion de la constellation orbitale nationale et conjointe.

La deuxième option, l'inverse de celle mentionnée et la plus défavorable pour nous, est également possible. Ici, l'Inde pourrait refuser de poursuivre la coopération militaro-technique. Dans ce cas, non seulement nous perdrions de l'argent sur la fourniture et la maintenance des armes, mais notre propre technologie pourrait également être utilisée contre les développeurs. Jusqu'à présent, rien n'indique que l'Inde ait l'intention de suivre cette voie.

À ce stade, il faut supposer que si l'Inde ne rejoint pas nos adversaires, elle a toutes les chances de devenir notre ressource pour le développement de l'industrie de la défense avec une perspective de transformation en une alliance militaire à part entière. Naturellement, nous prendrons également des mesures réciproques. Toutes les conditions préalables sont réunies pour cela, notamment : les volumes disponibles d'importations d'armes russes, la localisation de la production et le besoin de certains types d'armes et d'équipements militaires dont dispose la Russie. La similitude des visions du monde entre les Russes et les Indiens et le fait que l'Occident considère nos pays comme ses colonies contribuent à ce qui précède.

lundi, 28 mars 2022

L'Inde et la Chine se rapprochent. Si elles parviennent à un accord, l'Europe paiera cher la trahison des majordomes de Biden!

imagchines.jpg

L'Inde et la Chine se rapprochent. Si elles parviennent à un accord, l'Europe paiera cher la trahison des majordomes de Biden!

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/india-e-cina-si-incontrano-se-trovano-unintesa-leuropa-paghera-a-caro-prezzo-il-tradimento-dei-maggiordomi-di-biden/

Des représentants de l'Inde et de la Chine se sont rencontrés et ont appelé à la fin de la guerre en Ukraine. Fondamentalement une "non-nouvelle" car, en termes journalistiques, la nouvelle aurait été une réunion pour souhaiter une intensification des opérations militaires. Cependant, les médias italiens en ont profité pour souligner que Pékin et New Delhi avaient en fait largué Moscou et Poutine. Quand les espoirs se transforment en analyses commodes.

Car il est vrai que la réunion s'est concentrée sur le conflit en Ukraine, que personne ne souhaite prolonger, mais l'aspect beaucoup plus intéressant est l'harmonie - au moins temporaire - entre les deux pays perpétuellement au bord de l'affrontement. Au lieu de cela, cette fois, l'Inde et la Chine ont mis de côté leur rivalité traditionnelle et se sont tournées vers l'avenir. Elle ne sont pas tant préoccupées du présent, car il est clair pour tout le monde que la guerre en Ukraine ne durera pas trop longtemps. Mais elles ont concentré leurs attentions sur l'avenir.

L'avenir que les majordomes européens de Biden ont donné à l'Asie. L'accord gazier américano-canadien est une effroyable ignominie qui portera préjudice en premier lieu à l'Italie et à l'Allemagne avec la complicité de Sa Divinité Mario Draghi et des journalistes du régime. Grâce à cette ignominie, les ménages italiens paieront plus cher leur énergie et les entreprises seront encore moins compétitives. D'autre part, les entreprises nord-américaines bénéficieront de nouveaux avantages, outre les énormes bénéfices tirés de la vente du gaz, qui sera extrait, liquéfié, transporté depuis l'autre rive de l'Atlantique, regazéifié en Europe et enfin introduit dans les réseaux de distribution. Entre autres, il ne suffira même pas à répondre aux besoins européens et, bien sûr, il remplacera la dépendance au méthane russe par une dépendance au méthane nord-américain. Un véritable coup de maître.

La Russie détournera donc le gaz et le pétrole vers l'Inde et la Chine, qui paieront moins que ce qu'il en coûte à l'Europe. Les deux pays vont donc accroître leur compétitivité. Et la Russie, chassée vers l'Asie par la folle politique européenne au service (payant ?) de Washington, sera incluse dans les stratégies asiatiques établies par New Delhi et Pékin. En d'autres termes, par deux des trois premières économies du monde d'ici quelques petites années.

thumbs_b_c_59e7b4ebd26d50a2a9f8015947ebd95a.jpg

Si Pékin, face aux nouvelles perspectives, renonçait à ses politiques expansionnistes et agressives, l'axe Inde-Chine-Russie deviendrait un pôle de très forte agrégation. Des anciens pays soviétiques d'Asie centrale (le Kazakhstan, l'Ouzbékistan et tous les autres) à l'Iran, mais avec la possibilité d'impliquer également la Turquie et les pays liés à Ankara comme l'Azerbaïdjan. Entre-temps, la Chine a déjà demandé à l'Arabie de payer son pétrole en yuan, commençant ainsi le travail de démolition du pouvoir du dollar. Et la Russie a renforcé sa présence dans le sud de la Méditerranée, où se situe la confrontation avec la Turquie. Avec la Chine de plus en plus impliquée en Afrique, où l'Inde est également présente, mais aussi la Turquie et les Émirats.

En pratique, la seule chance pour l'Europe est que l'Inde et la Chine ne parviennent pas à se mettre d'accord sur une stratégie de collaboration. Mais si les deux grandes puissances asiatiques réalisent qu'il est dans leur intérêt de mettre fin aux tensions, les Européens paieront cher la trahison des majordomes de Biden.

 

vendredi, 25 mars 2022

Boomerang pour les Etats-Unis et coup dur pour le dollar: l'Inde utilisera le rouble avec la Russie et l'Arabie Saoudite le yuan pour son pétrole avec la Chine

high.jpg

Boomerang pour les Etats-Unis et coup dur pour le dollar: l'Inde utilisera le rouble avec la Russie et l'Arabie Saoudite le yuan pour son pétrole avec la Chine

Source: https://kontrainfo.com/boomerang-para-eeuu-y-golpe-al-dolar-india-usara-el-rublo-con-rusia-y-arabia-saudita-el-yuan-para-su-petroleo-con-china/

Les sanctions américaines contre la Russie, excluant la Russie du système interbancaire SWIFT, pourraient finir par s'avérer un boomerang pour le pouvoir hégémonique du dollar en tant que monnaie internationale. L'Inde a indiqué qu'elle négociait avec la Russie pour acheter du pétrole et des engrais dans le cadre d'un échange de roubles et de roupies, et l'Arabie saoudite a laissé entendre qu'elle pourrait échanger ses exportations d'hydrocarbures avec la Chine en utilisant le yuan, deux situations impensables jusqu'à récemment du fait de la domination mondiale du pétrodollar.

Les engrais font partie des produits offerts par Moscou à New Delhi qui intéressent le plus le gouvernement indien. L'attrait réside dans les remises importantes que la Russie est prête à accorder et la possibilité de réaliser la transaction dans ses propres devises.

L'Inde bénéficierait du pétrole bon marché offert par la Russie. New Delhi voit en Moscou un fournisseur d'armes fiable - ce qu'elle considère comme vital face aux tensions avec la Chine et le Pakistan - et a même proposé en décembre dernier un plan de fabrication de 500;000 fusils russes AK-203. C'était lors de la visite de Poutine au Premier ministre indien Narendra Modi.

L'Inde, qui, comme la Russie, est membre du bloc des BRICS, a refusé de suivre les États-Unis dans leurs sanctions. Elle n'a pas non plus condamné l'invasion de l'Ukraine par la Russie lors de l'Assemblée générale des Nations unies. L'Inde reste en marge du conflit, avec un profil plus bas que la Chine, et sans même tenter un rôle de médiateur comme la Turquie ou Israël.

L'Inde et la Russie étudient également la possibilité d'utiliser le yuan chinois comme monnaie de référence pour valoriser le mécanisme commercial roupie-rouble. Tous deux peuvent également envisager un arrangement à taux variable. En septembre, l'Inde et Singapour ont décidé de relier leurs systèmes de paiement rapide respectifs : UPI et PayNow. La RBI et l'Autorité monétaire de Singapour ont annoncé le projet de liaison des systèmes de paiement rapide, qui devrait être opérationnel en juillet.

Les discussions avec la Russie s'inscrivent dans le cadre de l'obtention d'un mécanisme de paiement alternatif à la suite des sanctions occidentales contre la Russie. Selon M. Solodov, la Russie et l'Inde encouragent l'utilisation des monnaies nationales tant au niveau bilatéral que multilatéral, notamment dans le cadre des BRICS. En outre, un mécanisme d'échange roupie-rouble est déjà en place depuis plusieurs années, les paiements étant effectués dans les monnaies nationales par l'intermédiaire de banques désignées.

En début de semaine, les systèmes de cartes occidentaux ont suspendu leurs opérations en Russie, après quoi plusieurs banques russes seraient en train de se connecter au système de l'opérateur de cartes chinois UnionPay ainsi qu'au réseau russe MIR.

"L'utilisation des cartes fait encore l'objet de discussions directes au niveau des banques centrales de nos pays", a déclaré un second responsable de l'ambassade russe, qui n'a pas souhaité être identifié, ajoutant que l'utilisation des cartes sera importante pour les touristes et visiteurs indiens et russes. "Mais ce sera de toute façon un grand pas", a-t-il déclaré.

De son côté, l'Arabie saoudite est en négociations actives avec Pékin pour régler une partie de ses fournitures de pétrole à la Chine en yuans, rapporte le Wall Street Journal, citant des sources familières avec la question.

L'entrée de la monnaie nationale chinoise dans les contrats de pétrole brut réduirait la domination du dollar sur le marché mondial, et marquerait un pas en direction de l'Asie en tant que grand exportateur mondial.

La Chine achète plus de 25 % des exportations de brut de l'Arabie saoudite. Si elles sont payées en yuan, les ventes renforceront le prestige du yuan dans le monde.

Le ministre russe des Finances, Anton Siluanov, a déclaré que "nous avons les ressources nécessaires pour payer nos dettes". Le Kremlin affirme que les sanctions sont une occasion pour la Russie d'acquérir une plus grande indépendance.

 

mercredi, 09 février 2022

L'Asie centrale devient une plateforme de coopération entre la Russie, l'Inde et la Chine

Russia-India-China-1280x720.jpg

L'Asie centrale devient une plateforme de coopération entre la Russie, l'Inde et la Chine

Vladimir Platov

Source: http://aurorasito.altervista.org/?p=22414

L'Asie centrale (AC), en raison de sa position géostratégique au carrefour de l'Europe et de l'Asie, de sa proximité avec les principaux acteurs internationaux tels que la Russie et la Chine, de sa richesse en ressources naturelles et des opportunités commerciales et économiques qui n'ont pas encore été pleinement exploitées, a récemment suscité un intérêt croissant de la part des acteurs internationaux. Afin de créer une position stable dans la région et de rompre les liens traditionnels de longue date des pays d'Asie centrale avec la Russie et la Chine, les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN préfèrent recourir à la politique de provocation et à l'activité accrue des services de renseignement occidentaux. Ils appliquent notamment le soft power ou lancent des attaques avec l'aide de terroristes spécialement formés (comme cela s'est produit notamment lors des événements au Kazakhstan), et incitent aux conflits ethniques, comme l'escalade à la frontière entre le Kirghizistan et le Tadjikistan. La Russie, la Chine et, dernièrement, l'Inde agissent différemment en Asie centrale : elles cherchent à renforcer la coopération culturelle, commerciale, économique et politique fondée sur la responsabilité partagée de la sécurité et du développement harmonieux de la région, à laquelle ces trois États sont le plus étroitement liés.

ric_468.jpeg

Pour Pékin, la région d'Asie centrale est particulièrement importante, notamment pour empêcher le fondamentalisme islamique de pénétrer dans ces pays et de déborder sur la RPC. Il est également important pour Pékin de créer une infrastructure fiable en Asie centrale pour l'envoi de marchandises chinoises à l'étranger et pour assurer la sécurité énergétique de la Chine : c'est en Asie centrale que Pékin achète de grandes quantités de gaz, de pétrole et d'uranium. Les échanges commerciaux de la Chine avec les cinq pays d'Asie centrale ont atteint 40 milliards de dollars en 2018. Le 25 janvier, le président Xi Jinping a présidé une réunion en ligne avec les dirigeants d'Asie centrale pour célébrer le 30e anniversaire des relations diplomatiques entre les pays d'Asie centrale et la Chine et a promis d'importer davantage de produits agricoles et d'autres biens de haute qualité, de porter le commerce bilatéral avec la région à 70 milliards de dollars d'ici 2030, de fournir 500 millions de dollars d'aide, 50 millions de doses de vaccins et 1200 bourses d'études aux étudiants. Le dirigeant chinois a également évoqué plusieurs projets communs d'importance stratégique : le gazoduc Chine-Asie centrale, l'oléoduc Chine-Kazakhstan, l'autoroute Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan et l'autoroute Chine-Tadjikistan.

2942729.jpg

Après Xi Jinping, le Premier ministre Narendra Modi a également organisé un sommet en ligne le 27 janvier pour marquer le 30e anniversaire des relations diplomatiques avec les pays de l'AC, qui a également été célébré en Inde. Les résultats, ainsi que l'importance du développement et de l'approfondissement des relations avec les pays d'Asie centrale pour New Delhi, ont été largement repris dans les médias indiens. En particulier, il a été noté que New Delhi avait établi des liens spéciaux avec certains pays d'Asie centrale au cours des dernières années. Par exemple, des troupes kazakhes font partie du bataillon indien de maintien de la paix des Nations unies au Liban. Au Kirghizstan, l'Inde a construit cinq centres de télémédecine, a accordé des prêts d'un montant de 200 millions de dollars, organise l'exercice militaire annuel de Khanjar et compte une communauté de 15.000 étudiants. Avec le Tadjikistan, New Delhi coopère étroitement dans le domaine de la défense. L'Inde a prêté 1 milliard de dollars à l'Ouzbékistan, a approuvé quatre projets d'une valeur de 450 millions de dollars et investit 50 millions de dollars dans la création d'une usine pharmaceutique. Au Turkménistan, l'Inde a construit un centre informatique. Avant cela, l'Inde avait signé un accord de défense et de technologie militaire avec le Kazakhstan, mis en place une équipe conjointe de lutte contre le terrorisme avec l'Ouzbékistan et conclu des accords de coopération militaire avec le Kirghizstan et le Turkménistan. En développant la coopération en matière de défense avec la région, l'Inde vise clairement à devenir un fournisseur d'armes pour cette partie du monde, dans l'espoir qu'en utilisant des armes russes, les pays de la CA achèteront des pièces de rechange et des composants que l'Inde produit.

Le sommet s'est concentré sur des propositions visant à accroître les échanges, les liens commerciaux, la coopération culturelle et, bien entendu, à contrer la menace du terrorisme, qui s'est intensifiée depuis le retrait des États-Unis d'Afghanistan. Narendra Modi a noté que ces événements ont montré la nécessité d'une plus grande interaction. Les médias indiens ont rappelé que le ministre en chef indien avait visité les républiques de la région en 2015. Et en décembre 2021, un dialogue a eu lieu au niveau du ministère des affaires étrangères entre les cinq pays et l'Inde, axé sur l'Afghanistan, la pandémie et les relations mutuelles. New Delhi se positionne comme un acteur majeur en Afghanistan et en Asie centrale, en s'appuyant sur l'accès aux ressources énergétiques, conformément à la déclaration faite il y a 30 ans. New Delhi espérait activer un corridor de transport à partir du port de Chabahar en Iran, puis à travers l'Afghanistan. Cependant, en 2019, l'Inde s'est rangée du côté des États-Unis dans le différend entre l'Iran et les États-Unis en adhérant aux sanctions américaines, l'Iran ayant un avis contraire et certains projets, notamment le port de Chabahar, étant gelés. Comme la Chine, l'Inde ne souhaite raisonnablement pas que la région d'Asie centrale devienne un refuge pour les islamistes. Elle craignait également la formation d'un bloc de pays musulmans en Asie centrale, en Afghanistan, au Pakistan et en Turquie, dont New Delhi était convaincu qu'il aurait un parti pris anti-indien. Elle a donc agi de manière décisive, en essayant d'obtenir une base aérienne au Tadjikistan et en envoyant des conseillers militaires en Afghanistan.

North-south-Eurasian-Corridor.jpg

Selon les rapports officiels de New Delhi, l'un des principaux résultats du sommet en ligne lancé par Modi le 27 janvier a été un accord entre les dirigeants de l'Inde et des pays d'Asie centrale pour tenir des sommets tous les deux ans, faisant de l'Asie centrale le point culminant de l'engagement diplomatique de New Delhi avec tous les pays de la région ces dernières années, selon le ministère indien des affaires étrangères. Le sommet a accueilli favorablement la proposition de l'Inde de créer un centre Inde-Asie centrale à New Delhi, qui servira de secrétariat aux réunions du sommet, selon la déclaration de Delhi adoptée à l'issue du sommet. En outre, les parties ont noté l'importance de l'idée de créer un forum parlementaire Inde-Asie centrale. Le sommet en ligne a soutenu la proposition de l'Inde d'inclure le port iranien de Chabahar dans la structure du corridor de transport international Nord-Sud, ainsi que l'initiative du Turkménistan d'inclure également le port de Turkmenbashi. En outre, la partie indienne a salué l'intérêt des dirigeants d'Asie centrale pour l'utilisation du terminal Shahid Beheshti du port de Chabahar, dans le golfe d'Oman, qui est en cours de construction avec la participation active d'investisseurs indiens, facilitant ainsi les échanges avec l'Inde et d'autres marchés. En particulier, les États du Golfe expédiant des marchandises vers l'Europe occidentale et septentrionale à partir de l'Iran, de l'Azerbaïdjan et de la Russie, le fait de relier les chemins de fer des trois pays réduira le délai de livraison des marchandises de deux à trois fois grâce à l'utilisation de ce corridor.

lundi, 31 janvier 2022

L'axe géopolitique Iran-Chine-Russie converge - l'Inde s'y joindra-t-elle ?

russia-india-iran-china.jpg

L'axe géopolitique Iran-Chine-Russie converge - l'Inde s'y joindra-t-elle?

Par Alfredo Jalife Rahme

Source: https://kontrainfo.com/converge-el-eje-geopolitico-iran-china-y-rusia-se-incorpora-india-por-alfredo-jalife-rahme/

Les visites des dirigeants des quatre grandes puissances eurasiatiques - Russie, Chine, Inde et Iran - ont été activées. Avant la fin de l'année 2021, le tsar Vladimir Poutine a effectué une visite triomphale en Inde (https://bit.ly/3rLH7Uf).

Le nombre de fois où Poutine et le mandarin Xi Jinping se sont rencontrés a déjà été oublié.

Aujourd'hui, Poutine rendra visite à son homologue chinois à l'occasion de l'ouverture des Jeux olympiques d'hiver à Pékin.

Il y a quelques jours, le nouveau président chiite de l'Iran, Ebrahim Raisi, a rendu visite à son homologue russe, au moment même où l'Iran s'est tourné "vers l'Est" alors que les puissances de l'UE et de l'OTAN lui ont bloqué l'accès à la partie orientale de la Méditerranée (à l'exception des côtes de la Syrie et du Liban).

Un "rectangle géostratégique eurasien" transcendantal est configuré, où la Russie entretient des relations optimales avec les trois autres puissances : la Chine, l'Inde et l'Iran. Les relations de l'Iran avec les trois autres piliers sont également excellentes, seules la Chine et l'Inde (qui, elle, est sur le point d'être séduite par l'axe anglo-saxon pour être jetée dans le feu d'une guerre contre Pékin (https://bit.ly/3Iv2CQ9)).

La consolidation du "rectangle géostratégique eurasien" sera graduelle. Après le spectaculaire "accord stratégique" de 25 ans entre la Chine et l'Iran, le choc entre le grand projet de la route de la soie et l'idée de grande réinitialisation anglo-saxonne a donné le ton à un nouveau partenariat stratégique de 20 ans entre la Russie et l'Iran, dont l'objectif principal, d'un point de vue financier, est de renverser le système bancaire SWIFT dominé par les États-Unis et, d'un point de vue géo-économique et géopolitique, de converger avec les aspirations de l'Organisation de coopération de Shanghai (https://bit. ly/2W3XhMX), l'Union économique eurasienne, les 15-RCEP (https://bit.ly/3tOAFyJ) et les BRICS, selon le célèbre géopoliticien brésilien Pepe Escobar (https://bit.ly/35lEstf), qui tient grâce aux projets financiers de la Chine (CIPS) et de la Russie (SPFS), pour éviter l'asphyxie par SWIFT.

Depuis cinq ans, aucun président iranien n'a rencontré son homologue russe. Aujourd'hui, le président iranien a qualifié sa présence au Kremlin de "moment décisif" dans la relation bilatérale, alors que Téhéran poursuit ses négociations triangulées à Vienne avec Biden pour chercher à remédier à la rupture provoquée naguère par Trump qui avait dénoncé l'accord nucléaire, des négociations par ailleurs entravées par les intrigues insidieuses de son ancien allié et désormais ennemi Netanyahu (https://bit.ly/3tQXamx).

Le ministre iranien des affaires étrangères, Amir Abdollahian, a défini la cosmogonie géopolitique de l'Iran comme une "politique centrée sur le bon voisinage, avec une approche politique asiatique tournée vers l'Est et une diplomatie centrée sur l'économie".

inderaisidumx.jpg

Dans son vibrant discours à la Douma, le président Raisi a rappelé qu'"aujourd'hui, la stratégie de domination a échoué, les États-Unis sont dans leur position la plus faible et la puissance des pays indépendants connaît une croissance historique", grâce au "concept de résistance", en tant qu'"élément central des équations de dissuasion", qui a "hissé le drapeau du nationalisme, de l'indépendance et du développement scientifique", malgré toutes les sanctions étouffantes. À l'issue de la visite très médiatisée de M. Raisi en Russie, les exercices militaires trilatéraux Russie/Chine/Iran dans le golfe d'Oman ont immédiatement débuté. Le Global Times, le porte-parole officieux du Parti communiste chinois, a annoncé la fin de l'exercice militaire de trois jours dans le Golfe d'Oman entre les marines de la Russie, de la Chine et de l'Iran (https://bit.ly/3tQTaT3). C'est la deuxième fois que cet exercice militaire trilatéral a lieu alors que les États-Unis affrontent simultanément la Chine dans le détroit de Taïwan et la Russie en Ukraine/mer Noire/Biélorussie.

Le golfe d'Oman est très sensible, car il relie le détroit d'Ormuz, super-stratégique, où transite un tiers du pétrole mondial, au nord de l'océan Indien.

Lors du sommet Poutine-Raisi, la signature, il y a 20 ans, entre la Russie, l'Iran et l'Inde, du "Corridor multimodal Nord-Sud (https://bit.ly/3fOcWqf)" de 7200 kilomètres, qui forme les trois piliers du "rectangle géostratégique eurasien", a-t-elle pris forme ?

Pour suivre le Prof. Alfredo Jalife-Rahme:

http://alfredojalife.com

Facebook : AlfredoJalife

Vk : alfredojalifeoficial

Télégramme : AJalife

https://www.youtube.com/channel/UClfxfOThZDPL_c0Ld7psDsw?view_as=subscriber

https://vm.tiktok.com/ZM8KnkKQn/

mercredi, 19 janvier 2022

Asie du Sud et de l'Est : tendances et perspectives pour 2022

carte-asie-sud-est_1024x1024.gif

Asie du Sud et de l'Est : tendances et perspectives pour 2022

par l'équipe de Katehon.com

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/yugo-vostochnaya-aziya-tendencii-i-prognoz-na-2022-g

En 2021, le Rimland d'Asie a connu des processus actifs directement liés à la géopolitique mondiale. La Chine étant un pôle nouveau et activement émergent du futur ordre mondial, de nombreux événements étaient directement ou indirectement liés à ce pays. Le découplage, c'est-à-dire la rupture des liens économiques et politiques, a été clairement visible dans les relations avec les États-Unis. Les revendications de souveraineté en mer de Chine méridionale ainsi que la tentative d'unification avec Taïwan (que Pékin considère comme son territoire) ont encouragé les États-Unis et leurs satellites dans la région à intensifier leur coopération et à former ouvertement une coalition anti-chinoise. Le 24 septembre 2021, la première réunion en face à face du dialogue de sécurité quadrilatéral (États-Unis, Japon, Inde et Australie) s'est tenue à Washington et une nouvelle alliance (Australie, Royaume-Uni, États-Unis) a été formée - toutes deux dirigées contre la Chine. "Le Quatuor (Quad) a été créé il y a relativement longtemps - en 2007 - mais jusqu'à récemment, il était peu actif. Ce n'est qu'en 2020 que l'alliance a été relancée et que de nouvelles réunions et de nouveaux accords ont été prévus.

Certains médias ont décrit le Quad comme rien de moins qu'une "OTAN asiatique", bien que cette caractérisation soit plutôt exagérée. De toute évidence, le principal moteur de l'alliance est les États-Unis, qui exploitent habilement les craintes des autres membres à l'égard de la Chine. Mais si l'accord AUKUS est ajouté à ce quatuor, avec la présence du Pentagone dans l'Indo-Pacifique et un certain nombre d'accords bilatéraux, cela ressemble à un pilier supplémentaire pour renforcer la position de l'atlantisme. Et dans un tel format, le Quad sape la sécurité dans la région et la confiance entre les pays qui la composent.

maxresussrhrdefault.jpg

En janvier 2021, l'USS Theodore Roosevelt, un groupe d'attaque centré sur un porte-avions, est entré dans la mer de Chine méridionale pour des opérations de routine, notamment des exercices navals et un entraînement tactique coordonné entre les unités de surface et aériennes.

La nouvelle loi chinoise sur les garde-côtes, qui est entrée en vigueur le 1er février, a été qualifiée par les experts occidentaux et les représentants des pays qui ont des différends territoriaux avec Pékin d'escalade inquiétante des conflits en mer de Chine méridionale.

Les tensions militaires dans la région du Pacifique autour de Taïwan, de Hong Kong et de la mer de Chine méridionale se sont intensifiées à la mi-2021. Les États-Unis ont lancé une série d'exercices dans la région. Les manœuvres, orchestrées par ce fer de lance du Pacifique, se sont déroulées à Guam et dans les îles Mariannes du Nord, avec une démonstration d'une impressionnante puissance aérienne, terrestre et maritime. Il y a également eu un exercice conjoint de deux ans en Australie, appelé Talisman Saber, auquel ont participé 17.000 soldats des États-Unis et de pays alliés.

maxrmtsesdefault.jpg

inmantalsadex.jpg

À la fin de l'année, il était clair que Washington tentait d'inciter ses alliés et partenaires dans la région - Australie, Nouvelle-Zélande, Japon et Corée du Sud - à élaborer une stratégie commune pour contrer la Chine.

Chine

Le sommet du PCC et le plénum du comité central du PCC sont deux événements importants de la politique intérieure chinoise.

Le 6 juillet 2021, un sommet du Parti communiste chinois a été organisé. Lors de ce sommet ouvert du PCC, le 6 juillet, le président chinois Xi Jinping a affirmé la nécessité de s'opposer à une politique de force et d'unilatéralisme dans le monde, et de combattre l'hégémonisme et l'abus de pouvoir politique. "Alors que le monde est entré dans une période de grandes turbulences et de changements, l'humanité est confrontée à divers risques. L'étroite interaction sino-russe constitue un exemple à suivre et un modèle pour l'élaboration d'un nouveau type de relations internationales. Nous apprécions cela", a déclaré Xi Jinping.

Le 6e plénum du 19e Comité central du Parti communiste chinois s'est tenu à Pékin du 8 au 11 novembre 2021.

Selon le communiqué du plénum, le Parti a défini le rôle du camarade Xi Jinping en tant que noyau dirigeant du Comité central du PCC et de l'ensemble du Parti, et a affirmé le rôle directeur des idées de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises dans la nouvelle ère.

En politique étrangère, il y a tout d'abord le découplage avec les États-Unis, qui s'intensifie en raison des changements du modèle économique chinois ainsi que de la perception différente de l'ordre mondial par la RPC et les États-Unis. Tant que les États-Unis suppriment les droits de douane supplémentaires sur les produits chinois, les prix des produits manufacturés, fabriqués en Chine, se situent dans une fourchette de prix moyenne, mais peuvent également baisser de manière significative, ce qui ralentit l'inflation. Toutefois, les États-Unis restent une superpuissance et ne peuvent donc pas éliminer les droits de douane de manière unilatérale.

imachusages.jpgDans le cas où l'administration Biden lève les droits de douane supplémentaires sans aucune condition pour la Chine, on peut considérer que Biden a capitulé devant la Chine. Le gouvernement américain exige donc que la Chine augmente ses achats de biens en provenance des États-Unis et mette en œuvre la première phase de l'accord commercial.

Sinon, l'administration actuelle de Biden aura à cœur de poursuivre les politiques de Trump. En d'autres termes, les États-Unis menacent la Chine. Si la Chine n'augmente pas ses achats de biens aux États-Unis conformément à l'accord, les États-Unis continueront à déclencher la guerre commerciale qui a débuté en 2015. Toutefois, si la Chine augmente ses achats de produits en provenance des États-Unis conformément à l'accord, les États-Unis lèveront les droits de douane déjà imposés sur certains produits chinois.

Les États-Unis utilisent également des tactiques de "propagation de rumeurs" contre la Chine. Il a été signalé publiquement et à plusieurs reprises que la Chine a restreint la production et l'exportation de matériel, produisant des équipements et des dispositifs médicaux de qualité inférieure. Cela a accru la méfiance à l'égard de la chaîne de fabrication chinoise dans de nombreux pays du monde, entraînant une "dé-sinisation de la chaîne de fabrication".

La Chine a également été blâmée pour la chaîne d'approvisionnement "hégémonique" des produits médicaux et de l'industrie automobile chinois, qui serait à l'origine de dommages sanitaires. Le 9 avril 2021, le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, a exhorté toutes les entreprises américaines à quitter la Chine et à revenir aux États-Unis, proposant de "compléter" les entreprises pour leur retour dans leur pays d'origine.

Les États-Unis ont lancé une alliance de partenariat appelée Economic Prosperity Network, dont on parle depuis avant Trump. Il encourage la réorganisation des chaînes d'approvisionnement chinoises dans des domaines clés, tels que les infrastructures, etc., dans le but de se débarrasser complètement de la dépendance chinoise. Avec le soutien des États-Unis, le Japon a alloué 2,3 milliards de dollars américains et 108.000 milliards de yens (environ 989 milliards de dollars américains) pour financer des entreprises qui transfèrent des lignes de production de la Chine vers le Japon ou vers d'autres pays.

Cette année 2021 marque exactement les 20 ans de la signature du Traité de bon voisinage, d'amitié et de coopération entre la Fédération de Russie et la République populaire de Chine par Vladimir Poutine et Jiang Zemin à Moscou le 16 juillet 2001 (photo).  Aujourd'hui encore, la coopération avec la Chine joue un rôle clé dans la politique étrangère de la Russie. De nombreux analystes et politiciens nationaux présentent la Chine comme un allié géopolitique important.

Vladimir_Putin_16_July_2001-4.jpg

Lors d'une réunion en ligne entre les deux chefs d'État, Vladimir Poutine a souligné l'importance de la coopération conjointe : "Dans un contexte de turbulences géopolitiques croissantes, de rupture des accords de contrôle des armements et d'augmentation du potentiel de conflit dans diverses régions du monde, la coordination russo-chinoise joue un rôle stabilisateur dans les affaires mondiales. Y compris sur des questions urgentes de l'agenda international telles que la résolution de la situation dans la péninsule coréenne, en Syrie, en Afghanistan, et le renouvellement du plan d'action conjoint sur le programme nucléaire iranien".

Bien qu'il n'y ait pas de croissance particulière du commerce entre la Chine et la Russie. Et ce, malgré le nombre important de projets conjoints sino-russes dans le domaine de la sécurité énergétique, de la coopération dans le cadre de l'initiative "Une ceinture, une route", au sein de l'OCS, de la lutte conjointe contre le terrorisme, etc.

The-China-Laos-railway-in-a-regional-context.png

Dans le voisinage immédiat, la Chine a continué à mettre en œuvre des projets d'infrastructure. Au Laos, par exemple, la construction d'une voie ferrée à grande vitesse de 420 km de long, dirigée par la Chine, a été achevée. Les travaux ont commencé en 2016 pour relier la ville de Kunming, dans le sud de la Chine, à la capitale laotienne de Vientiane. Tout cela fait partie de la vision plus large de Pékin concernant un éventuel chemin de fer panasiatique qui s'étendrait au sud jusqu'à Singapour. En tant que projet central de l'initiative "Ceinture et Route", la route fait également partie de la vision stratégique du Laos, qui souhaite passer d'un pays enclavé à un pays "relié à la terre" et combler le fossé de développement dicté par le fait que le Laos est un pays montagneux intérieur.

Il existe une dépendance à l'égard de la Chine dans un contexte d'endettement croissant, mais Vientiane entend rattraper des décennies de développement rapide dans la région. Un autre projet, la construction du port sec de Thanaleng (TDP) et du parc logistique de Vientiane (VLP), est un exemple de la manière dont la dépendance excessive du Laos vis-à-vis de la Chine peut être réduite. Approuvé par une résolution de la Commission économique et sociale des Nations unies pour l'Asie et le Pacifique (CESAP) en 2013, le projet est financé principalement par des sponsors privés et vise à relier le Laos aux routes commerciales maritimes. 

Inde

En 2021, l'Inde tente de manœuvrer entre les grands centres géopolitiques, comme auparavant, tout en essayant d'asseoir sa propre influence. Les problèmes de coronavirus freinent l'économie indienne.

Dans le même temps, la victoire des talibans (interdits en Russie) en Afghanistan a obligé New Delhi à modifier ses plans pour l'Asie centrale et l'endiguement du Pakistan. Tout le personnel diplomatique indien et les membres de leurs familles ont été évacués d'Afghanistan, qui avait auparavant été utilisé comme une plateforme pour étendre son influence, y compris dans les périphéries pakistanaises du Baloutchistan et des territoires majoritairement pachtounes.

En février 2021, le différend territorial avec la Chine dans la région montagneuse du Ladakh, où un conflit armé avait eu lieu la veille, a été temporairement résolu. Cependant, les deux parties ont continué à renforcer leur présence militaire à la frontière. À l'automne, un affrontement a eu lieu entre des patrouilles frontalières dans le secteur de Tawang, en Arunachal Pradesh. Le 12 janvier 2022, une nouvelle série de pourparlers a eu lieu entre les commandants de corps d'armée des forces armées indiennes et l'Armée populaire de libération de la Chine. Les tensions devraient se poursuivre tout au long de l'année 2022.

1082661338_0 0 3072 2048_1920x0_80_0_0_0ba93dfcec33df3b263db028dadf47de.jpg

Dans le cadre de la stratégie indo-pacifique, les États-Unis ont continué à attirer l'Inde dans leur sphère d'influence. En septembre 2021, les forces aériennes américaines et indiennes ont signé un nouvel accord de coopération pour développer des véhicules aériens sans pilote. L'objectif de cette collaboration est de "concevoir, développer, démontrer, tester et évaluer des technologies, y compris des équipements physiques tels que des petits véhicules aériens sans pilote, des systèmes d'avionique, d'alimentation de charge utile, de propulsion et de lancement, par le biais du prototypage, qui répondent aux exigences opérationnelles des forces aériennes indiennes et américaines". Le coût prévu de ce projet est de 22 millions de dollars, qui seront répartis à parts égales. Le Pentagone a déjà qualifié l'accord de "plus important de l'histoire" des relations entre les deux pays.

Kelly Seybolt, sous-secrétaire américain de l'armée de l'air pour les affaires internationales, a déclaré : "Les États-Unis et l'Inde partagent une vision commune d'une région indo-pacifique libre et ouverte. Cet accord de développement conjoint renforce encore le statut de l'Inde en tant que partenaire majeur en matière de défense et s'appuie sur notre solide coopération existante dans ce domaine."

Le nouvel accord a été signé sous l'égide de l'initiative américano-indienne en matière de technologie et de commerce de la défense, ou DDTI. Ce projet a débuté en 2012 et était l'un des projets favoris du sous-secrétaire à la défense de l'époque, Ash Carter. Lorsque Carter est devenu ministre en 2015, il a intensifié ses efforts. Ellen Lord, qui a dirigé les achats du Pentagone pour l'administration Trump, a également été un grand défenseur du renforcement des liens de développement avec l'Inde.

Selon le SIPRI, l'Inde était le deuxième plus grand importateur d'équipements militaires et de systèmes d'armes en 2020 et représentait environ 9,5 % de tous les achats d'armes mondiaux. En 2018, les expéditions en provenance des États-Unis ont représenté 12 % de cette part.

Pour changer ce rapport, sous Donald Trump, une exception a même été faite pour que l'Inde coopère avec la Russie. La même année, les responsables du ministère indien ont déclaré qu'ils allaient abandonner les systèmes de défense aérienne russes Pechora et investir un milliard de dollars dans leur équivalent américain, le NASAMS-II.

NASAMS-II.jpg

Et en septembre 2018, les États-Unis et l'Inde ont signé un accord de coopération militaire spécial, l'accord de compatibilité et de sécurité des communications (COMCASA). Il implique le partage de données, l'intensification des exercices conjoints et la fourniture par les États-Unis de types d'armes spécifiques à l'Inde. Bien sûr, l'accord visait également à établir un monopole par les États-Unis. En décembre 2018, l'Inde a inauguré le centre d'information conjoint maritime avec l'aide des États-Unis.

Il est déjà évident que cet accord dans le domaine du développement des forces aériennes entre les deux pays mettait en péril les liens russo-indiens en matière de technologie militaire et de fourniture d'armes. L'Inde aurait pu justifier cela par la nécessité de passer à des produits nationaux.  

A la fin de l'année, cependant, la Russie avait effectué une démarche en direction de l'Inde. La visite du président russe Vladimir Poutine en Inde le 6 décembre et les discussions parallèles dans le format 2+2 (ministres des affaires étrangères et de la défense des deux États) ont permis de renouveler plusieurs anciens traités et de signer de nouveaux accords. Alors que la coopération entre Moscou et New Delhi s'est ralentie ces dernières années, le nouveau paquet indique la volonté des deux parties de rattraper le temps perdu, tout en étendant considérablement l'ancien cadre.

Comme indiqué dans la déclaration conjointe sur la réunion, "les parties ont adopté une vision positive des relations multiformes entre l'Inde et la Russie, qui couvrent divers domaines de coopération, notamment la politique et la planification stratégique, l'économie, l'énergie, l'armée et la sécurité, la science et la technologie, la culture et l'interaction humanitaire.

Parmi les accords importants, il convient de mentionner le passage à des règlements mutuels en monnaie nationale, qui constitue une suite logique de la politique russe de sortie de la dépendance au dollar.

L'Inde a également invité la Russie dans le secteur de la défense. Auparavant, les retards dans la signature des contrats entre les parties ont été interprétés comme un désintérêt de New Delhi pour les armements russes et la crainte de sanctions américaines. Mais le sujet de la coopération militaro-technique est également présent dans le nouveau bloc d'accords. Il est révélateur qu'en dépit du programme indien de production de défense nationale, les entreprises russes ont également leur place dans ce secteur. L'expérience antérieure de la coopération entre l'Inde et Israël avait montré qu'une telle entrée sur le marché intérieur indien était possible.

India-needs-to-move-beyond-loyalty-to-Russia.jpg

Le Kremlin vise toutefois à trouver un format pratique et acceptable pour que la troïka Russie-Inde-Chine puisse coopérer activement à l'avenir. Il serait bon d'y associer le Pakistan, d'autant que les relations entre Islamabad et New Delhi s'améliorent : la veille, les deux parties ont commencé à s'accorder des visas pour le personnel diplomatique et ont opté pour une désescalade militaire.

Si l'on s'inquiète toujours de l'influence de l'Inde sur les États-Unis, notamment en ce qui concerne la stratégie indo-pacifique, Moscou doit être proactive et proposer elle-même de nouveaux formats d'engagement. En outre, il est nécessaire de surveiller les actions de Washington à cet égard. Jusqu'à présent, rien n'indique clairement qu'il y aura une forte influence sur New Delhi, mais dans le cadre de la politique anti-chinoise globale des États-Unis, ils tenteront de conserver leurs partenaires par le biais de diverses préférences et stratagèmes diplomatiques.

Pakistan

Le Pakistan a intensifié sa politique étrangère en 2021. À la suite du changement de régime en Afghanistan, le Pakistan a déployé des efforts considérables pour normaliser la situation et des responsables ont engagé des pourparlers avec les talibans. Les militaires, y compris l'Inter-Services Intelligence (ISI) du Pakistan, ont également participé au processus. Il est important pour le Pakistan d'établir des liens amicaux avec les talibans en tant que force légitime afin de pouvoir influencer la politique pachtoune dans son propre pays. Les talibans pakistanais agissant comme une organisation autonome et étant interdits au Pakistan, Islamabad doit disposer de garanties et d'un levier fiable sur ses zones frontalières peuplées de Pachtounes.

À la fin de l'année, Islamabad a accueilli une réunion de l'Organisation de la coopération islamique, qui a également porté sur un règlement afghan.

Mais la percée la plus importante a été faite dans la direction de la Russie.

Début avril 2021, Sergey Lavrov s'est rendu à Islamabad pour discuter d'un large éventail de coopération entre les deux pays, allant des questions militaires et techniques à la résolution de la situation dans l'Afghanistan voisin. Évidemment, ce voyage a précipité la signature d'un accord sur un gazoduc (l'autre sujet dans le domaine énergétique était l'atome pacifique). Un message du président russe Vladimir Poutine a également été transmis aux dirigeants pakistanais, indiquant qu'ils étaient prêts à "faire table rase" dans les relations bilatérales.

Le 28 mai, un accord bilatéral sur la construction du gazoduc Pakistan Stream a été signé à Moscou. Du côté russe, le document a été signé par le ministre russe de l'énergie Nikolay Shulginov et, du côté pakistanais, par l'ambassadeur Shafqat Ali Khan. 

Adnoc.jpg

L'accord est en préparation depuis 2015 sous le nom initial de gazoduc Nord-Sud et revêt une grande importance géopolitique pour les deux pays.

Le nouveau pipeline aura une longueur de 1 100 kilomètres. La capacité sera de 12,3 milliards de mètres cubes par an. Le coût est estimé à 2,5 milliards de dollars. Le gazoduc reliera les terminaux de gaz naturel liquéfié de Karachi et de Gwadar, dans les ports du sud du Pakistan, aux centrales électriques et aux installations industrielles du nord. Initialement, la Russie devait détenir une participation de 51 % et l'exploiter pendant 25 ans. Mais les sanctions occidentales ont bouleversé ces plans. La participation russe sera désormais de 26 %. Mais la partie russe aura un droit de regard décisif sur le choix des contractants, sur la conception, l'ingénierie, les fournitures et la construction.

Le Pakistan a encore deux projets potentiels, le gazoduc iranien, qui n'a pas encore été construit, et le gazoduc Turkmenistan-Afghanistan-Pakistan-Inde (TAPI), qui a fait l'objet d'une grande publicité mais n'a jamais été mis en service. Ce dernier projet a été gelé en raison de la situation instable en Afghanistan. Par conséquent, le Pakistan Stream est le plus prometteur en termes d'attente d'un retour immédiat une fois sa construction achevée.

Pour la Russie, la participation au projet procure un certain nombre d'avantages directs et indirects.

Premièrement, la participation même de la Russie au projet vise à obtenir certains dividendes.

Deuxièmement, la participation de la Russie doit également être considérée sous l'angle de la politique d'image.

Troisièmement, la Russie équilibrera la présence excessive de la Chine au Pakistan, car Pékin est le principal donateur et participant à ces projets d'infrastructure depuis de nombreuses années.

Quatrièmement, la Russie ferait mieux d'explorer les possibilités du corridor économique Chine-Pakistan pour y participer et l'utiliser comme une porte maritime méridionale pour l'UEE (le port en eau profonde de Gwadar). Le gazoduc Pakistan Stream suivrait essentiellement le même itinéraire.

Cinquièmement, étant donné les réserves de gaz naturel au Pakistan même (province du Baloutchistan), la Russie, qui s'est révélée être un partenaire fiable disposant de l'expertise technique nécessaire, pourra, dans un certain temps, participer au développement des champs de gaz nationaux également.

Sixièmement, la présence de la Russie facilitera automatiquement la participation à d'autres projets bilatéraux - avec l'économie dynamique et la croissance démographique du Pakistan, elle élargit les options en matière de commerce, d'industrie et d'affaires.

Septièmement, notre présence renforce la tendance à la multipolarité, en particulier dans une situation où l'Inde suit les États-Unis et s'engage dans divers projets suspects et déstabilisants de type quadrilatéral (comme l'a mentionné le ministre russe des affaires étrangères Sergey Lavrov).

L'amélioration et le développement des contacts avec ce pays sont importants pour la Russie en raison de sa position géostratégique. Tant dans le cadre de l'intégration eurasienne actuelle, y compris en liaison avec l'initiative chinoise "Une ceinture, une route", que dans le cadre de l'intégration continentale à venir. 

russia_pakistan.jpg

En 2022, il y a des chances que les relations Pakistan-Russie se développent davantage. La coopération avec la Chine et les autres grands partenaires du Pakistan, la Turquie et l'Arabie saoudite, se poursuivra également.

Japon

En 2021, le Japon a continué à approfondir sa coopération avec les États-Unis en matière de défense et d'économie. Un accord a été conclu selon lequel les coûts d'entretien des bases américaines seront partiellement couverts par le budget du Japon.

À la mi-juillet 2021, le ministère japonais de la défense a publié un livre blanc, qui a suscité l'attention des responsables et des experts des pays voisins ainsi que des États-Unis. Un certain nombre de caractéristiques de ce document indiquent la dynamique de changement dans la planification politico-militaire de cette nation, indiquant que, tout en incitant Washington et en s'engageant dans des projets régionaux tels que le dialogue quadrilatéral sur la sécurité, le Japon reste un satellite fidèle des États-Unis, mettant l'accent sur des préoccupations identiques.

D'après l'introduction du Livre blanc, il semble que le Japon ait désormais deux menaces principales - la Chine et la Corée du Nord.

C'est la première fois que le ministère japonais de la défense supprime Taïwan de la carte de la Chine. Les années précédentes, le livre blanc regroupait Taïwan et la Chine dans un même chapitre et sur une même carte, ce qui suscitait des critiques de la part des Taïwanais vivant au Japon. Toutefois, la dernière version souligne la distinction entre les deux, ce qui indique un changement de politique de la part du ministre japonais de la Défense, Nobuo Kishi.

Le document souligne que "la stabilisation de la situation autour de Taïwan est importante pour la sécurité du Japon et la stabilité de la communauté internationale." Le document ajoute : "Il est donc plus que jamais nécessaire que nous accordions une attention particulière à la situation à l'approche de la crise."

Japan-special-forces.jpg

En ce qui concerne les secteurs préoccupants, les préoccupations du Japon sont les suivantes :

- la défense d'îles éloignées ;

- organiser une réponse efficace à d'éventuelles attaques de missiles ;

- la possibilité d'agir dans l'espace ;

- sécuriser les cyber-systèmes ;

- le développement des capacités du spectre électromagnétique ;

- la réponse aux grandes catastrophes et aux calamités naturelles (y compris l'épidémie de coronavirus).

Il y a eu peu de changement dans la politique intérieure. Le 31 octobre 2021, des élections législatives ont eu lieu au Japon. Selon la procédure, un premier ministre a été nommé. Le Premier ministre sortant, Fumio Kishida, a conservé son poste, le parti qu'il dirige ayant conservé la majorité des sièges au Parlement. 

Myanmar

Le 1er février 2021, un coup d'État au Myanmar a renversé un gouvernement civil dirigé par la Ligue nationale pour la démocratie (LND), conduite par Aung San Suu Kyi et Win Myint. Les militaires du pays, les Tatmadaw, ont instauré une dictature dans l'État.  Le nouveau gouvernement militaire a promis d'organiser des élections générales dans un an ou deux, puis de remettre le pouvoir au vainqueur. 

Les députés de la NLD, qui ont conservé leur liberté, ont formé un comité d'ici avril 2021 pour représenter le Parlement de l'Union, un organe parallèle au gouvernement, que le gouvernement militaire a déclaré association illégale et a accusé ses membres de haute trahison. Aung San Suu Kyi a été arrêtée et jugée.  

En juin 2021, le généralissime Min Aung Hline a conduit une délégation du Myanmar en Russie pour assister à la conférence de Moscou sur la sécurité internationale. 

TASS_45031929.jpg

Min Aung Hline s'est déjà rendu plusieurs fois en Russie, mais c'est la première fois en tant que chef d'État. Min Aung Hline a toujours soutenu le développement des relations avec notre pays, en particulier dans les domaines militaire et militaro-technique. Au début des années 2000, il a élaboré un programme de formation pour les militaires birmans de la Fédération de Russie (plus de 7000 officiers ont étudié dans les universités russes au cours de ces années). Sous sa direction, le Myanmar a commencé à acheter des avions d'entraînement au combat Yak-130, des chasseurs polyvalents Su-30SM, des véhicules blindés, etc.

Yak-130-Myanmar-vol_Keypublishing.jpeg

Cette visite a coïncidé avec un regain de pression internationale sur le Myanmar : le vendredi 18 juin, l'Assemblée générale des Nations unies a condamné les actions de l'armée au Myanmar. 119 pays ont soutenu la proposition visant à rétablir la transition démocratique dans le pays, le Belarus s'y est opposé et 36 pays (dont la Russie et la Chine) se sont abstenus.

Pour la Russie elle-même, la coopération avec le Myanmar est bénéfique non seulement en termes de fourniture d'équipements militaires et de formation du personnel militaire du pays asiatique. Le soutien politique (ou la neutralité) de Moscou souligne la ligne générale de sa politique étrangère - non-ingérence dans les affaires intérieures des autres États et respect de la souveraineté - tout en rejetant le concept occidental de "protection des valeurs démocratiques". Le rôle d'une sorte d'équilibre, d'équilibrage de l'influence chinoise, est également assez commode pour Moscou. Et dans le contexte de la géopolitique mondiale, il suffit de regarder la carte pour comprendre l'importance stratégique de cet État d'une superficie de 678.000 kilomètres carrés, situé au centre de l'Asie du Sud-Est et ayant accès à l'océan Indien.

Projets régionaux-mondiaux

Le 9 janvier 2021, le site web du Conseil d'État de la République populaire de Chine a publié une annonce selon laquelle la Chine va étendre son réseau de libre-échange dans le monde. Selon le ministre du commerce Wang Wentao, la Chine intensifiera ses efforts pour accroître son réseau de zones de libre-échange avec ses partenaires du monde entier afin d'élargir son "cercle d'amis", tout en éliminant les droits de douane supplémentaires sur les marchandises et en facilitant les investissements et l'accès au marché pour le commerce des services.

Wang a déclaré à l'agence de presse Xinhua, dans une récente interview, que ces efforts favoriseraient l'ouverture à un niveau supérieur. Il a ajouté que le pays allait promouvoir les négociations sur un accord de libre-échange entre la Chine, le Japon et la République de Corée, les négociations avec le Conseil de coopération Chine-Golfe, ainsi que les accords de libre-échange (ALE) Chine-Norvège et Chine-Israël. En outre, l'adhésion à l'accord global et progressif de partenariat transpacifique sera envisagée.

Les chiffres officiels montrent que la Chine a signé des ALE avec 26 pays et régions, les ALE représentant 35 % du commerce extérieur total du pays.

La création d'un réseau de zones de libre-échange d'envergure mondiale est conforme à l'objectif de la Chine de créer un nouveau niveau d'ouverture à l'échelle mondiale, comme le soulignent les propositions de la direction du parti pour le 14e plan quinquennal (2021-2025) de développement économique et social national et les objectifs à long terme jusqu'en 2035.

La signature d'un plus grand nombre d'ALE aiderait la Chine à étendre et à stabiliser ses marchés étrangers et à atteindre un niveau d'ouverture plus élevé, surtout si le pays procède activement à des ajustements pour répondre aux exigences nécessaires, comme l'adoption de réglementations environnementales plus strictes et l'égalisation des conditions de concurrence pour tous les acteurs du marché.

En plus de faciliter le commerce des biens et des services, les ALE constituent également des plateformes permettant d'établir des règles largement acceptées et reconnues dans des domaines tels que l'économie numérique et la protection de l'environnement.

La Chine a fait des progrès notables dans la promotion du commerce multilatéral en 2020, en signant un partenariat économique global régional à la mi-novembre et en concluant les négociations sur le traité d'investissement Chine-UE plus tard dans l'année.

Le 1er janvier 2022, l'accord sur la plus grande zone de libre-échange du monde - le Partenariat économique global régional - est entré en vigueur (l'accord a été signé en novembre 2020). L'accord couvre 10 États membres de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est et 5 États avec lesquels l'ANASE a déjà signé des accords de libre-échange. Le RCEP comprend 3 pays développés et 12 pays en développement.

La région Asie-Pacifique est aujourd'hui la première région de croissance économique du monde, offrant de grandes possibilités de commerce et d'expansion. Certains pays pensent que leurs entreprises peuvent prendre de l'avance dans la course à la concurrence grâce à l'accord global et progressif sur le partenariat transpacifique (CPTPP) - un accord de libre-échange entre 11 pays de la région Asie-Pacifique : Australie, Brunei, Chili, Canada, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam.

En substance, le CPTPP est un accord de libre-échange ambitieux et de grande qualité qui couvre pratiquement tous les aspects du commerce et de l'investissement. L'accord comprend des engagements en matière d'accès au marché pour le commerce des biens et des services, des engagements en matière d'investissement, de mobilité de la main-d'œuvre et de marchés publics. L'accord établit également des règles claires pour aider à créer un environnement cohérent, transparent et équitable pour faire des affaires sur les marchés du CPTPP, avec des chapitres dédiés couvrant des questions clés telles que les obstacles techniques au commerce, les mesures sanitaires et phytosanitaires, l'administration douanière, la transparence et les entreprises d'État.

CPTPP.jpg

Un État qui souhaite adhérer doit en informer le gouvernement néo-zélandais (le dépositaire de l'accord), qui informera ensuite les autres membres. La Commission du CPTPP décide ensuite de lancer ou non le processus d'adhésion. S'il décide de lancer le processus, un groupe de travail sera formé. Dans les 30 jours suivant la première réunion du groupe de travail, le candidat devra soumettre ses propositions en matière d'accès au marché : réductions tarifaires ; listes des secteurs de services dont il a proposé d'exclure les membres du CPTPP ; et parties des marchés publics qui ne seront pas ouvertes aux propositions des autres membres du CPTPP. Le processus de négociation commencera alors. Une fois que tous les participants existants sont satisfaits, la Commission invitera officiellement un candidat à devenir membre.

Au début de l'année 2021, la Grande-Bretagne a demandé à adhérer au CPTPP. Cependant, on n'a toujours pas de nouvelles sur l'état d'avancement des aspirations de Londres. Tout ce que l'on sait, c'est que les négociations ont été lancées en juin.

En janvier 2021, la Corée du Sud a également déclaré son désir de rejoindre le CPTPP. Pour ce faire, une procédure a été lancée pour examiner ses propres règlements et lois afin de vérifier leur conformité avec le CPTPP. La Thaïlande a également manifesté son intérêt pour le partenariat.

Et en septembre 2021, la Chine s'est portée candidate. Cela s'est produit quelques jours seulement après la signature du traité AUKUS. 

***

En 2022, la région restera une zone d'intérêts contradictoires entre les puissances mondiales. Le Cachemire continuera d'être un point de conflit (la zone de contrôle indienne est la plus problématique, car New Delhi ne permet à aucune tierce partie de participer au règlement), mais une escalade est peu probable sans provocations graves. Nous ne devons pas non plus nous attendre à une invasion chinoise de Taïwan, comme le disent les politiciens américains et leurs médias contrôlés. Les États-Unis et leurs partenaires poursuivront les exercices militaires de routine et tenteront de former une coalition anti-chinoise plus impressionnante.

samedi, 23 octobre 2021

Jihad Inc.: de l'opération Gulmarg à la chute de Kaboul

War1947-48.jpeg

Jihad Inc.: de l'opération Gulmarg à la chute de Kaboul

Sergio Restelli

Ex: https://it.insideover.com/terrorismo/jihad-inc-dalloperazione-gulmarg-alla-caduta-di-kabul.html

Le 22 octobre 1947 reste dans les mémoires comme le moment de la naissance du "Jihad Inc", au cours duquel le Pakistan a commencé à utiliser la religion pour mener à bien des génocides contre des populations locales et leurs cultures, un modus operandi qui a également été mis en œuvre au Pakistan oriental (l'actuel Bangladesh) qui, bien qu'il ait réussi à se libérer en 1972, a eu des conséquences traumatisantes qui ont marqué de nombreuses autres générations à venir.

Le modus operandi du "Jihad inc" est le même que celui utilisé en Afghanistan encore aujourd'hui, où des groupes issus des tribus talibanes sont entraînés et armés par l'armée pakistanaise, avec des soldats pakistanais en civil, ont contribué à la prise de Kaboul et à l'assaut du Panjshir. Il est donc nécessaire de faire un retour en arrière afin de clarifier, d'éclairer et de raconter les événements réels qui se sont déroulés au Cachemire.

Immédiatement après son indépendance, l'Inde a choisi de rester une nation démocratique laïque et de protéger constitutionnellement ses minorités, mais ce n'était pas le cas du Pakistan, qui s'est au contraire déclaré "nation islamique et théocratique" sans aucun respect pour sa diversité ethnique et a décidé de persécuter non seulement ses minorités, mais aussi les musulmans d'Inde qui avaient émigré vers la république islamique nouvellement établie. C'est précisément le début du djihad qui est la raison d'être du Pakistan, de ses forces armées et de sa politique.

Le 22 octobre 1947, le Pakistan a mené son premier djihad au Cachemire. L'effet fut si dévastateur qu'aujourd'hui encore, 74 ans plus tard, les gens se souviennent de ces jours d'horreur comme du "Jour noir". L'ampleur de l'horreur et de la destruction était inimaginable et le chaos de ces jours-là, la trahison du Pakistan, les viols et les meurtres commis par la milice tribale armée libérée par l'armée pakistanaise, restent gravés dans la psyché de chaque Cachemiri, même aujourd'hui.

Kashmir-Tribals-Raid-1947-Indo-Pak-War.jpg

Quelques mois après la partition, les Pakistanais sont entrés au Cachemire en violation de toutes les règles et de tous les accords conclus précédemment et ont lancé une attaque armée contre l'État de Jammu-et-Cachemire avec l'aide de tribus, venues de la région actuelle des zones tribales sous administration fédérale (FATA). Les milices tribales ont été entraînées, approvisionnées en munitions et dirigées par l'armée pakistanaise. Ils ont pillé, violé et tué des centaines d'innocents dans la vallée, quelle que soit leur religion. Les trésors du Cachemire ont été pillés. Certains parents ont empoisonné leurs filles, préférant qu'elles meurent dans la dignité. Des milliers d'hommes ont été convertis de force à l'islam. Des enfants innocents ont été massacrés. Des centaines de milliers d'hommes se sont retrouvés sans abri. Il était impossible d'estimer le nombre d'orphelins.

Ek3EGrfUcAEnsER.jpg

Le major général Akbar Khan de l'armée pakistanaise, qui a organisé l'attaque et l'a appelée "Opération Gulmarg", a eu l'occasion de raconter son succès dans le livre "Raiders in Kashmir", dans lequel il révèle le premier des nombreux cas de perfidie du Pakistan.

Le modus operandi du Pakistan consistait à créer une guerre au nom de l'Islam dans le seul but de massacrer des innocents. C'est précisément la raison pour laquelle le 22 octobre est devenu un rappel de l'objectif du Pakistan d'anéantir le Cachemire et sa culture.

Une stratégie très similaire, initialement conçue pour capturer et soumettre le Cachemire, a été utilisée par le Pakistan en Afghanistan. Un groupe sunnite wahhabite, qui n'a rien en commun avec la culture millénaire de l'Afghanistan, impose son éthique religieuse et sociale, faisant disparaître le peuple afghan et son identité, au nom de la religion, avec le soutien appuyé de l'armée et des services de renseignement pakistanais (ISI).

Baramulla, creuset des cultures cachemirie, pendjabi et britannique, reste l'exemple le plus effroyable de violations des droits de l'homme. Des femmes ont été enlevées en 1947 et vendues comme esclaves sur les marchés de Rawalpindi et Peshawar ou envoyées dans des territoires tribaux éloignés. En leur honneur, de nombreux hommes se sont jetés dans la rivière Jhelum ou dans des puits fermés. Ceux qui ont résisté ont été mutilés ou tués sans pitié et leurs corps ont été jetés dans la rivière Jhelum. Selon certains témoins oculaires, l'eau de la rivière a changé de couleur à cause de la grande quantité de sang.

Le cas le plus horrible s'est produit au collège, couvent et hôpital de Saint-Joseph, le lieu le plus médiatisé de tout le raid. Les religieuses, les prêtres, la congrégation et les patients de l'hôpital ont été violés et massacrés. Parmi eux se trouvaient un certain nombre d'Européens, dont le lieutenant-colonel Dykes et son épouse, une Britannique qui avait accouché quelques jours plus tôt ; Mère Teresalina, une jeune religieuse espagnole ; Mère Aldertrude, la mère supérieure adjointe ; et M. Jose Barretto, un Anglo-Indien qui fut tué dans le jardin avant que les religieuses chrétiennes ne s'alignent devant un peloton d'exécution. Ces hommes sont décrits comme des "montagnards sauvages aussi agiles que des chats sauvages" qui "ont pillé la chapelle du couvent jusqu'à la dernière poignée en laiton".

_98761146_dykeswedding1940_976.jpg

Ironiquement, le colonel Dykes du régiment sikh, qui a été envoyé en Inde au milieu des années 1930 pour aider au transfert de pouvoir, était diplômé de Sandhurst où l'un de ses camarades de promotion, Akbar Khan, a plus tard planifié l'invasion du Cachemire le 22 octobre, où Dykes a été assassiné (ci-dessus, le Lt-Colonel Dykes et son épouse).

Le Pakistan n'a jamais présenté d'excuses pour les violations des droits de l'homme commises par son armée, même s'il en revendique souvent la paternité. Il est profondément attristant de voir comment la Commission des droits de l'homme des Nations unies et Amnesty International ont choisi d'ignorer ce massacre. L'attaque de la mission St Joseph, située dans les paisibles contreforts de l'Himalaya, a marqué le début d'un djihad visant à reconquérir le Cachemire, le "Paradis sur Terre".

Depuis ce jour de 1947, où plus de 35.000 Cachemiris ont perdu la vie, le Cachemire est devenu la région la plus militarisée du monde. Les Cachemiris vivent dans une terre brisée et le Pakistan est responsable de décennies de violence. Cette stratégie, qui a débuté avec l'opération Gulmarg, a été ensuite suivie par l'armée pakistanaise au Pakistan oriental (aujourd'hui Bangladesh). Le nettoyage ethnique et le génocide, ainsi que l'imposition de normes socio-culturelles, n'ont abouti qu'à la balkanisation du Pakistan en un nouveau pays, le Bangladesh, en 1971. Le Pakistan a laissé derrière lui des décennies de traumatisme, de mort et de destruction. Avec la chute de Kaboul aux mains des talibans le 15 août, ce 22 octobre prend une signification plus grande, sans jamais oublier comment et où tout a commencé. Il faut espérer que la communauté internationale, au moins maintenant, prêtera attention à cette menace de portée mondiale.

Neeulm_Valley_AJK_(Arang_Kel).jpg

11:23 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cachemire, pakistan, inde, histoire, asie, affaires asiatiques | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 11 octobre 2021

Dante et l'Inde

ES-ppal-Dante.jpg

Dante et l'Inde

Par Claudio Mutti

Ex: "Eurasia", 2/2006 (avril-juin 2006); https://www.eurasia-rivista.com/dante-e-lindia-2/                       

Avec sa "doctrine qui se cache - sous le voile de vers étranges" et avec sa certitude de n'être que le copiste de l'Amour, Dante n'était pas un "savant", pas plus que ne l'étaient un rshi védique ou un mantrakrt, mais il était un voyant, un énonciateur de la vérité (satyavâdin).

(Ananda K. Coomaraswamy)

 
Lorsque sur la montagne du Purgatoire, Dante et Virgile sont invités par l'ange de la chasteté à entrer dans les flammes, car sinon ils ne pourraient pas continuer leur ascension, c'est le coucher du soleil du 12 avril. Le soleil occupe la même position que lorsqu'il envoie ses premiers rayons à Jérusalem, tandis que l'Èbre coule sous la constellation de la Balance, qui est haute dans le ciel, et que les eaux du Gange sont enflammées par le soleil de l'après-midi. "Oui, comme lorsque les premiers rayons vibrent / là où son sang a été versé, / tombant d'Ibero sous la haute Balance, / et les vagues dans le Gange par le neuvième flamboiment, / ainsi se tenait le soleil" (Purg. XXVII, 1-5). Dante indique l'heure du jour en se référant à quatre points géographiques fondamentaux : Jérusalem, l'Ebre, le Gange et le Purgatoire. Selon la géographie de Dante, en effet, la terre habitée par les vivants correspond à la surface de l'hémisphère nord et a pour centre Jérusalem qui, étant aux antipodes du Purgatoire, est équidistante de l'extrême ouest, marqué par l'Ebre, et de l'extrême est, représenté par le Gange. Ainsi, lorsque le soleil se lève sur le Purgatoire, à l'horizon de Jérusalem, le jour se couche sur l'Ebre et la nuit descend sur le Gange ; le matin du 10 avril, alors que les deux poètes étaient encore au pied de la montagne, le soleil était déjà arrivé à l'horizon de Jérusalem et la nuit, se retournant contre le soleil, sortait du Gange dans la constellation de la Balance (constellation dans laquelle on ne la trouve plus après l'équinoxe d'automne, lorsque la nuit devient plus longue que le jour). Selon les mots de Dante : "Déjà arrivait le soleil à l'horizon / dont le cercle méridien couvre / Jerusalem avec son point le plus élevé; / et la nuit, qui en face de lui tourne en rond / sort du Gange avec la Balance, / qui lui donne la main quand il déborde" (Purg II, 1-6).

ob_f5d88fbb4ce7c5652784ea0ec3b0b498_dsc-0509.JPG

Que le Gange soit le véritable Orient du monde, Dante le réitère dans le chapitre XI du Paradis: la "côte fertile" d'Assise, l'Orient d'où surgit la lumière solaire de saint François, est assimilée au Gange, d'où, à l'équinoxe de printemps, le soleil, plus brillant que jamais, se lève au-dessus du méridien de Jérusalem.

L'autre grand fleuve de l'Inde, l'Indus, est pris dans la Comédie comme symbole des lieux orientaux non touchés par la prédication chrétienne. Dans le ciel de Jupiter, l'Aigle, qui représente l'idée éternelle de justice, expose à Dante le doute qu'il a sur le dogme chrétien de la justification par la foi: si "un homme naît sur la rive / de l'Indus, et qu'il n'y a personne qui raisonne / du Christ, ni qui lit, ni qui écrit" (Par. XIX, 70-72) et donc, sans qu'il y ait faute de sa part, "meurt non baptisé et sans foi" (Par. XIX, 76), pourquoi Dieu, qui est la justice suprême, le condamne-t-il pour l'éternité ?

Les Indiens, aux frontières orientales du monde, n'ont pas été atteints par la bonne nouvelle, mais eux aussi ont été témoins de l'éclipse qui s'est produite à la mort de Jésus et qui a touché tous les peuples de la terre : "aux Hispaniques et aux Indiens, / comme aux Juifs, cette éclipse a répondu" (Par. XXIX, 101-102).

f8fc8fb_225196677-Leemage.fsn0827.jpg

Parmi les sources médiévales relatives à cette région extrême et inconnue figure le De situ Indiae et itinerum in ea vastitate, que l'on croit être une lettre d'Alexandre le Grand à Aristote (1). À partir d'une citation de l'épître contenue dans les Météores d'Albertus Magnus - Albert le Grand (I, 4, 8), Dante apprend l'existence d'un épisode dont Alexandre aurait été le protagoniste en Inde et s'en sert pour construire un simulacre: "Tel Alexandre, dans ces régions chaudes / de l'Inde, voyait au-dessus de sa troupe / des flammes tombant fermement sur le sol, / de sorte qu'il prévoyait de toucher le sol / avec ses hôtes, de sorte que la vapeur - mei si stingueva mentre ch'era solo : / tale scendeva l'etternale ardore" (Inf. XIV, 31-37). En somme, les couches de feu qui, dans le troisième cercle du septième cercle, tourmentent les violents contre Dieu (blasphémateurs, usuriers, sodomites) rappellent à Dante les flammes qu'Alexandre voyait pleuvoir sur son armée dans les régions chaudes de l'Inde: c'étaient des flammes qui restaient brûlantes jusqu'à ce qu'elles tombent à terre, aussi le Macédonien ordonna-t-il à ses soldats de bien fouler le sol, pour mieux éteindre le feu tant qu'il était isolé.

La caractérisation de l'Inde comme une région particulièrement chaude revient dans Purg. XXVI, 21-22 : "car tous ceux-là ont plus soif / que l'eau froide Indus ou Aethippus". Les âmes purgatives des luxurieux constatent que Dante est vivant et brûlent du désir d'avoir une explication de sa part, plus que les Indiens ou les Ethiopiens ne brûlent de soif.

Une autre merveille de l'Inde dont Dante a connaissance est qu'il y pousse de très grands arbres : la nouvelle lui vient probablement de Virgile, selon lequel, dans cette partie extrême du monde, près de l'Océan, il y a des arbres si hauts qu'aucune flèche ne pourrait en atteindre la cime (2). Mais l'arbre de la connaissance du bien et du mal s'élève encore plus haut, de sorte qu'il serait un objet d'émerveillement pour les Indiens: "La coma sua, che tanto si dilata / più quanto più è sù, fora da l'Indi / ne' boschi per altezza ammirata" (Purg. XXXII, 40-42).

Mais au Purgatoire il y a deux autres arbres (Purg. XXII-XXIII et au Purg. XXIV) qui nous ramènent en Inde: ce sont ceux qui se trouvent près du sommet de la montagne, sous la plaine du Paradis terrestre. Le premier arbre "est l'image réfléchie et inversée de l'Arbre de vie, dont les âmes du purgatoire (cosmique) ont faim et soif, mais dont elles ne peuvent avoir aucune part et sur lequel elles ne peuvent même pas monter " (3), tandis que le second est une "image inversée de l'Arbre de la connaissance du bien et du mal" (4).

tenture-arbre-de-vie-elephant-orange.jpg

Ainsi le grand savant anglo-indien Ananda K. Coomaraswamy, qui examine le symbole de l'arbre renversé sur la base des descriptions fournies par les textes indiens, et pas seulement ceux-là, puisque "l'idée d'un arbre droit et d'un arbre renversé a une diffusion dans le temps et l'espace qui va de Platon à Dante et de la Sibérie à l'Inde et à la Mélanésie" (5). Il y a cependant quelques éléments que la description de Dante a en commun avec celle de l'Inde en particulier : par exemple, sur le premier des deux arbres renversés "il tomba du haut rocher une liqueur claire - et elle se répandit dans les feuilles au-dessus" (Purg. XXII, 137-138), tout comme "dégoulinant de soma" (soma-savanah) est la figue de Brahmaloka, décrite dans Chândogya-upanishad, VIII, 5, 3-4.

Enfin, il faut aussi considérer le Purg. VII, 74, un verset lu et interprété de différentes manières, dans lequel, cependant, selon certains spécialistes (Scartazzini, Sapegno, Mattalia), le syntagme "je montre le bois" est présent. Il s'agirait du lychnis Indica, une pierre précieuse mentionnée par Pline ("Quidam enim eam dixerunt esse carbunculum remissiorem"); en raison de sa splendeur, elle a été évoquée dans la description de la vallée des Princes, dont les couleurs vives et éblouissantes rappellent la splendeur des miniatures et des pierres précieuses.
 
* * *
 
Parmi les nombreuses similitudes que Coomaraswamy trouve entre la Comédie et les écritures sacrées de l'Inde, certaines semblent particulièrement remarquables. Le thème de la "paternité solaire", par exemple dans le Shatapatha Brâhmana I, 7, 6, 11, est également présent dans le Par. XXII, 116 ; le symbolisme de l'inceste de Prajâpati, époux et fils de Vâc (Pancavimsha Brâhmana VII, 6 ; XX, 14) est identique à celui lié à la définition de Marie comme "Vierge mère, fille de ton fils" (Par. XXXIII, 1); les "trois mondes" (sâttvika, râjasika et tâmasika) dans lesquels, selon la pensée hindoue, la manifestation universelle est différenciée, se reflètent dans la tripartition cosmique décrite dans Par. XXIX, 32-36 ; l'imposition de la couronne et de la mitre, qui a lieu dans le rituel hindou de la "vivification du roi", est également vue dans Purg. XXVII, 142 ; etc. etc.

D'autres spécialistes de l'œuvre de Dante avaient déjà fait référence à l'Inde. Dante Gabriele Rossetti (1828-1880), se basant sur l'hypothèse que "les écoles secrètes sont modelées, peu à peu, sur un système unique " (6) et " utilisent souvent des mots d'idiomes étrangers pour laisser entrevoir ces arcanes qu'elles n'osent pas expliquer ouvertement" (7), avait même cru retrouver la trace de la syllabe sacrée OM dans deux vers de Dante: "Chi nel viso de li uomini legge 'omo' " (Qui dans le visage des hommes lit 'homo'). (Purg. XXIII, 32) et "O om che pregio di saver portate" (Rime, Savete giudicar vostra ragione, 2).  

220px-A._De_Gubernatis.jpgArturo Graf (1848-1913) avait noté que la Commedia et la tradition indienne attribuent des caractéristiques similaires aux lieux de béatitude : si dans la "forêt divine épaisse et vivante" (Purg. XXVIII, 2) règne "une douce aura, sanza mutamento" (Purg. XXVIII, 7), le mont Meru ne connaît "ni ténèbres, ni nuages, ni mauvais temps d'aucune sorte" (8). Angelo De Gubernatis (1840-1913) (photo), en plus d'avoir retracé un prototype indien de la figure de Lucifer (9), avait identifié la montagne du Purgatoire avec le pic d'Adam sur l'île de Taprobane (c'est-à-dire Ceylan), que la carte du monde de Marino Sanudo plaçait en 1320 à l'extrême limite orientale de la terre: "Étant donné qu'il ne fait plus aucun doute que Dante a placé le Purgatoire sur une île, que l'on croyait déserte, aux antipodes de Jérusalem, il ne me semble pas qu'il faille faire beaucoup d'efforts pour découvrir qu'une telle île, selon l'esprit de Dante, devait être la terre sacrée de Seilan" (10). De Gubernatis avait également émis l'hypothèse que le "paysage indien" (11) était à l'origine de la représentation par Dante du char triomphal tiré par le griffon (Purg. XXIX, 106-120). Moins sûr en indiquant l'emplacement de la montagne du Purgatoire était Miguel Asìn Palacios: "Cual fusese esta montaña, ya no es tan fácil de precisar, porque las opiniones se dividen : bien se la supone en Siria, bien en Persia, bien en Caldea, bien en la India, pero esta ultima situación ha sido la predominante" (Il n'est guère facile de préciser quelle est cette montagne, car les opinions divergent: certains la placent en Syrie, d'autres en Perse ou en Chaldée, d'autres encore en Inde, mais ce dernier emplacement hypothètique est prédominant) (12).

Giovanni_Pascoli_01.jpgGiovanni Pascoli (1855-1912) (photo), pour qui la Commedia lui donnait "le vertige des livres de l'Inde ancienne" (13), avait esquissé un parallèle entre le prince Siddhartha et Alighieri, le Bouddha d'Europe: "Ainsi notre Shakya, comme le Shakya indien, comme l'ermite comme l'exilé, à une distance de vingt siècles, commencent par une considération profonde sur la misère humaine. Je vois l'un s'extasier au pied du figuier, ashvattha ficus religiosa; l'autre errer dans les ombres de la forêt. Et de la misère ils se relèvent, l'un pour disparaître dans le Nirvana, l'autre pour plonger dans le Miro Gurge. Et tous deux sortent de la misère inspirés pour prêcher la paix et l'amour à tous: le bonheur" (14). René Guénon (1886-1951) avait comparé "l'Empereur, tel que Dante le conçoit, (...) au Chakravartî ou monarque universel des Hindous, dont la fonction essentielle est de faire régner la paix, sarvabhaumika, c'est-à-dire de la répandre sur toute la terre" (15).

Parmi les études récentes, nous nous limiterons ici à signaler un essai de Nuccio D'Anna sur le De vulgari eloquentia, dans lequel, pour comprendre le sens et le fondement de l'herméneutique linguistique de Dante, on rappelle la procédure indienne analogue du nirukta, illustrée par le passage d'un texte sanskrit sur ce sujet (16). Dans la préface de l'essai, l'auteur prévient qu'une meilleure connaissance des textes orientaux concernant le symbolisme linguistique - et à titre d'exemple il mentionne, entre autres, le "Tantra hindou" (17) - nous ferait comprendre que la structure symbolique de l'œuvre de Dante est extraordinairement proche de celle des autres cultures traditionnelles d'Eurasie.
 
* * *
 
Lorsque Dante a écrit la Comédie, Delhi était gouvernée par une dynastie afghane d'origine turque (18), la dynastie Khalgî, inaugurée par Gialâl ud-dîn Fîrûz (1290-1296). À sa mort, 'Alâ' ud-Dîn Khalgî Muhammad Shâh (1296-1316) reconquiert le Gujarât et s'empare en 1303 de Chittoor au Rajasthan. Sous la direction de 'Alâ' ud-Dîn, le sultanat de Delhi a soumis presque tous les royaumes hindous du sud et de l'ouest et est devenu un empire subcontinental, atteignant le sommet de la puissance politique, de la splendeur culturelle et de la prospérité économique. À la mort de 'Alâ' ud-Dîn, le trône est usurpé par Khusraw Khân, courtisan et apostat de l'islam, qui plonge le royaume dans l'anarchie jusqu'en 1320, date à laquelle Ghâzî Malik Tughluq redresse la situation et met en place un gouvernement exemplaire qui ne durera que quelques années (1320-1325). Entre 1253 et 1325, dans une période qui coïncide avec la vie de Dante, Amîr Khusraw Dihlawî, célèbre poète formé à l'école du grand shaykh Nizâm al-Dîn Awliyâ' (m. 1325), figure importante de la Chishtiyya, l'ordre initiatique fondé par Mu'în ud-dîn Hasan Chishtî (1142-1236), a travaillé dans le sultanat de Delhi.

Thomas_Babington_Macaulay2.jpgDante ne savait rien ou presque de tout cela. Mais même en Inde, on n'a pas entendu parler de Dante avant le XIXe siècle, lorsque la diffusion de la langue anglaise a favorisé le contact entre les érudits indiens et la littérature européenne. "Et puis, par pure coïncidence, l'homme qui, en tant qu'expert, a conseillé à la Compagnie des Indes orientales, dans son célèbre document sur l'éducation en Inde en 1834, non seulement l'utilisation de la langue anglaise comme moyen d'expression dans les bureaux, les tribunaux et les écoles, mais aussi l'enseignement des sciences, de la philosophie, de la médecine et de l'économie politique européennes, à savoir Lord Macaulay (photo), était un admirateur passionné de la poésie de Dante, et il est donc très peu probable que non seulement son essai sur le poète (dans Criticism on the principal Italian writers, 1824) mais aussi sa célèbre comparaison de Dante et de Milton (publiée en août 1825 dans dans l'Edinburgh Review), avait échappé à l'attention des spécialistes indiens de la littérature anglaise, et que ce même essai ne constituerait pas l'une des premières lectures critiques, sinon la première lecture, sur Dante pour un débutant en littérature italienne, et pas seulement pour un débutant" (19).

Mudhusudan_Dutta.jpgAinsi, des poètes et des procureurs ont entrepris l'étude de l'italien afin de pouvoir lire Dante dans l'original. Parmi ceux-ci, il convient tout d'abord de citer le plus grand poète bengali du XIXe siècle, Michael Madhûsudan Datta (1824-1873) (photo), auteur du premier poème épique en bengali, Meghanath-Badh (1861-'62), dans lequel l'influence de Dante se révèle "surtout dans la conception de l'Enfer et dans la mise en œuvre de cette conception en termes descriptifs, géographiques et topographiques" (20). La Comédie a également inspiré un poème philosophique de Hemachandra Vanyopadhyaya (1838-1903), Chhayamayi (1880), dans lequel les pécheurs sont répartis dans les différentes zones de l'enfer en fonction de leurs péchés. Hemachandra lui-même, en revanche, a reconnu explicitement sa dette envers Dante. Rabindranath Tagore (1861-1941) avait déjà publié un article sur Dante (et un sur Pétrarque) à l'âge de seize ans. Shri Aurobindo (1872-1950) étudiait sans relâche la Divine Comédie et proposait les modèles de Dante, Milton et Goethe à ses jeunes disciples qui écrivaient des poèmes (en bengali et en anglais). Son frère Manmohan Ghose (1867-1924), spécialiste de la littérature européenne, comptait parmi ses condisciples Laurence Binyon (1869-1943), un traducteur anglais de Dante.

Sarojini_Naidu_1964_stamp_of_India.jpgLe poète Toru Dutt (1856-1877) a écrit un commentaire critique sur la traduction de la Comédie par Antonio Deschamps. Un autre poète qui mérite d'être mentionné pour son intérêt pour Dante est Sarojini Naidu (1879-1949), "le rossignol de l'Inde" (gravure sur timbre, ci-contre); elle a été la première femme à présider le Congrès national indien et à gouverner l'État d'Uttar Pradesh après l'indépendance. Dinesh Chandra Datta a traduit la Bhagavad Gita en tercets dantesques et a écrit un sonnet à Dante (21). Terminons cette brève revue en citant Muhammad Iqbâl (1873-1938), le plus grand poète contemporain de l'Inde musulmane, auteur, entre autres, d'un Jâvêd-nâma en persan qui s'inscrit dans la tradition des poèmes sur l'Ascension nocturne du Prophète Muhammad et rappelle simultanément le voyage céleste de Dante.

AVT_Muhammad-Iqbal_4149.jpgIqbal "a été influencé avant tout par les trois grandes 'Divine Comédies' de l'Occident, celle de Dante (qu'il connaissait en traduction anglaise), celle de Milton et celle de Goethe" (22). En 1932, la même année où le Jâvêd-nâma d'Iqbal a été publié à Lahore, un article d'un certain Inayat Ullah sur les recherches effectuées par les érudits européens sur les sources orientales de la Divine Comédie (23) a été publié dans "The Muslim Revival".

Nous terminerons par une curiosité. Nous ne connaissons aucune traduction de Dante en sanskrit ; cependant, il semble qu'un passage de l'Enfer (l'épisode du comte Ugolino dans les cantos XXXII-XXXIII) ait été traduit en sanskrit par un Italien : l'universitaire italien Arturo Farinelli (1867-1948).

Notes:

  • Version intégrale italienne dans G. Tardiola (a cura di), Le meraviglie dell’India, Roma 1991
  • “Aut quos Oceano propior gerit India lucos, / extremi sinus orbis, ubi aëra vincere summum / arboris haud ullae iactu potere sagittae?” (Georg. II, 122-124)
  • A. K. Coomaraswamy, Il grande brivido. Saggi di simbolica e arte, Adelphi, Milano 1987, p. 340
  • A. K. Coomaraswamy, op. cit., p. 341
  • A. K. Coomaraswamy, op. cit., p. 333. Pour une plus ample revue des descriptions indiennes de l'Arbre du Monde, cfr. A. Zucco, Il significato originario di un’antica parabola (Mahâbh., XI, 5, 6, 7) e la sua diffusione letterario e artistica in Oriente e Occidente, Istituto di Glottologia, Università degli Studi di Genova, 1971
  • G. Rossetti, Il mistero dell’amor platonico del Medio Evo, Arché, Milano 1982, vol. I, p. 78)
  • Ibidem
  • A. Graf, Miti, leggende e superstizioni del Medio Evo, Arnaldo Forni, Bologna 1980, vol. I, p. 23
  • A. de Gubernatis, Le type indien de Lucifer chez Dante, in Actes du Xe Congrès des Orientalistes. Questo scritto, che non ci è stato possibile rintracciare, viene citato da R. Guénon (L’esoterismo di Dante, Atanòr, Roma 1971, p. 47 n.) assieme a un altro articolo del medesimo autore: Dante e l’India, “Giornale della Società asiatica italiana”, vol. III, 1889, pp. 3-19. Parlant (in L’esoterismo di Dante, cit., pp. 46-47) de ceux qui ont "finalement supposé que Dante aurait pu subir directement l'influence de l'Inde", Guénon se réfère en outre à un essai "extrêmement superficiel":  Essai sur la philosophie de Dante (Faculté des Lettres, Paris 1838), dont l'auteur, Antoine Frédéric Ozanam, découvre, outre une influence islamique,  une influence indienne dans la "Divine Comédie".
  • A. de Gubernatis, Dante e l’India, cit., p. 10
  • A. de Gubernatis, Dante e l’India, cit., p. 15.
  • M. Asìn Palacios, La escatología musulmana en la Divina Comedia, Hiperión, Madrid 1984, p. 195
  • G. Pascoli, Prefazione alla Prolusione al Paradiso, in Prose, vol. II Scritti danteschi Sezione II, Mondadori 1957, p. 1578
  • Ibidem
  • R. Guénon, op. cit., p. 62
  • N. D’Anna, La Sapienza nascosta. Linguaggio e simbolismo in Dante, I libri del Graal, Roma 2001, pp. 43-44
  • N. D’Anna, op. cit., p. 10
  • Sotto la voce India dell’Enciclopedia dantesca, Istituto della Enciclopedia Italiana, Roma 1971, vol. III, p. 420, Adolfo Cecilia scrive invece che “Ai tempi di D. la regione (…) era praticamente tutta sotto il dominio degli Arabi” (sic)
  • Ghan Shyam Singh, Fortuna di Dante in India, in Enciclopedia dantesca, cit., p. 421 s. v. India
  • Ghan Shyam Singh, ibidem
  • Trad. it. in Ghan Shyam Singh, cit., p. 423
  • A. Bausani, in: M. Iqbal, Il poema celeste, Leonardo da Vinci, Bari 1965, p. 34
  • G. Galbiati, Dante e gli Arabi, in AA. VV., Studi su Dante, Hoepli, Milano 1939, p. 195