Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 02 juillet 2022

Guerre cognitive: le cerveau du citoyen est le nouveau champ de bataille

photo-d-illustration-intelligence-artificielle-ia-ai-robotique-robotisation-1_5955058.jpg

Guerre cognitive: le cerveau du citoyen est le nouveau champ de bataille

"Le but est de transformer tout le monde en une arme"

Elze van Hamelen

Source: https://deanderekrant.nl/nieuws/cognitieve-oorlogvoering-...

L'OTAN a ajouté un nouveau domaine aux domaines traditionnels de la guerre - terre, mer, air, espace et cyberespace - "le domaine cognitif". Il ne s'agit pas seulement de véhiculer certaines idées ou certains comportements, comme dans la propagande traditionnelle et les opérations psychologiques, mais de modifier la cognition - d'influencer le processus par lequel nous arrivons à des idées, des intuitions, des croyances, des choix et des comportements. La cible n'est pas de prime abord une armée ennemie, mais le citoyen. Y compris ses propres citoyens, qui sont utilisés comme armes dans les combats.

"La guerre cognitive est l'un des sujets les plus discutés au sein de l'OTAN", a déclaré le chercheur François du Cluzel lors d'une table ronde le 5 octobre 2021. Il a rédigé un article de premier plan intitulé "Cognitive Warfare" pour le groupe de réflexion Nato Innovation Hub en 2020. Bien que la guerre cognitive recoupe la guerre informationnelle, la propagande classique et les opérations psychologiques, Du Cluzel souligne que la guerre cognitive va beaucoup plus loin. Dans une guerre de l'information, on essaie "simplement" de contrôler le flux d'informations. Les opérations psychologiques consistent à influencer les perceptions, les croyances et les comportements. Le but de la guerre cognitive est de "transformer tout le monde en arme", et "le but n'est pas d'attaquer ce que les individus pensent, mais comment ils pensent". Du Cluzel : "C'est une guerre contre notre cognition - la façon dont notre cerveau traite les informations et les transforme en connaissances. Il cible directement le cerveau". La guerre cognitive consiste à "pirater l'individu", grâce auquel le cerveau peut être "programmé".

Image-article-cognition.jpg

Pour exercer cette influence, on fait appel à presque tous les domaines de connaissance imaginables : psychologie, linguistique, neurobiologie, logique, sociologie, anthropologie, sciences du comportement, "et plus encore". "L'ingénierie sociale commence toujours par une compréhension de l'environnement et de la cible ; le but est de comprendre la psychologie de la population cible", écrit Du Cluzel. La base reste les techniques traditionnelles de propagande et de désinformation, qui sont renforcées par la technologie actuelle et les progrès des connaissances. "Le comportement peut désormais être prédit et calculé dans une telle mesure", déclare Du Cluzel, "que l'économie comportementale pilotée par l'IA devrait être classée comme une matière scientifique (hard science) plutôt que comme une matière alpha (soft science).

Comme presque tout le monde est actif sur Internet et les médias sociaux, les individus ne sont plus des destinataires passifs de la propagande: avec la technologie d'aujourd'hui, ils participent activement à sa création et à sa diffusion. La connaissance de la façon de manipuler ces processus "est facilement transformée en arme". Du Cluzel cite en exemple le scandale de Cambridge Analytica. Grâce aux données personnelles fournies volontairement à Facebook, des profils psychologiques individuels détaillés ont été établis pour une large population. Normalement, ces informations sont utilisées pour des publicités personnalisées, mais dans le cas de Cambridge Analytica, ces informations ont été utilisées pour bombarder des électeurs douteux avec une propagande personnalisée. La guerre cognitive "exploite les faiblesses du cerveau humain", en reconnaissant l'importance du rôle des émotions dans la conduite de la cognition. La cyberpsychologie, qui cherche à comprendre l'interaction entre les humains, les machines et l'IA (intelligence artificielle), sera de plus en plus importante dans ce domaine.

facebookcambridge.jpg

D'autres technologies prometteuses qui peuvent être déployées sont les neurosciences et les technologies : NeuroS/T et NBIC (nanotechnologie, biotechnologie, technologie de l'information, science cognitive), "y compris les développements en matière de génie génétique". Les NeuroS/T peuvent être des agents pharmacologiques, des couplages cerveau-machine, mais aussi des informations psychologiquement perturbantes. En influençant le système nerveux par la connaissance ou la technologie, on peut provoquer des changements dans la mémoire, la capacité d'apprentissage, les cycles de sommeil, la maîtrise de soi, l'humeur, la perception de soi, la capacité de prise de décision, la confiance et l'empathie, la forme physique et la vigueur. Du Cluzel écrit : "Le potentiel de la NeuroS/T pour créer une perspicacité et la capacité d'influencer la cognition, les émotions et le comportement des individus est d'un intérêt particulier pour les services de sécurité et de renseignement, et les initiatives militaires et de guerre".

La guerre sur les processus cognitifs des individus représente un changement radical par rapport aux formes traditionnelles de guerre, qui, au moins en principe, cherchent à garder les civils hors de danger. Dans la guerre cognitive, le citoyen est la cible et son cerveau le champ de bataille. Elle change la nature de la guerre, les acteurs, la durée et la façon dont la guerre est gagnée.

Selon Du Cluzel, "la guerre cognitive a une portée universelle, de l'individu aux États et aux sociétés multinationales". On ne gagne plus un conflit en occupant un territoire, ou en ajustant les frontières sur une carte, car "l'expérience de la guerre nous enseigne que si la guerre dans le domaine physique peut affaiblir une armée ennemie, elle ne permet pas d'atteindre tous les objectifs de la guerre". Avec la guerre cognitive, l'objectif final se déplace : "Quels que soient la nature et le but de la guerre elle-même, elle se résume en fin de compte à un affrontement entre des groupes qui veulent quelque chose de différent, et la victoire signifie donc la capacité d'imposer le comportement souhaité à un public choisi". Il s'agit donc, en fait, d'opérer une conversion idéologique dans la population cible.

L'ennemi n'est pas seulement les civils en territoire occupé ou ennemi - mais aussi leurs propres citoyens, qui, selon les estimations de l'OTAN, sont des cibles faciles pour les opérations cognitives des parties ennemies. "L'être humain est le maillon faible. Il faut le reconnaître afin de protéger le capital humain de l'OTAN".

IMG_20220512_114601.jpg

Cette "protection" va très loin : "L'objectif de la guerre cognitive n'est pas seulement de nuire aux soldats, mais aussi aux sociétés. Cette façon de mener la guerre ressemble à une "guerre de l'ombre" et nécessite l'implication de l'ensemble du gouvernement pour la combattre". La guerre peut donc être menée avec ou sans les militaires, et Du Cluzel poursuit : "La guerre cognitive est potentiellement sans fin, car pour ce type de conflit, vous ne pouvez pas conclure un traité de paix, ni signer une reddition".

Sources :

    https://www.innovationhub-act.org/sites/default/files/202...  (PDF)

    https://thegrayzone.com/2021/10/08/nato-cognitive-warfare...

    https://hcss.nl/wp-content/uploads/2021/03/Behavior-Orien...  (PDF)

 

18:27 Publié dans Actualité, Militaria | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : guerre, guerre cognitive, actualité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Totalement flippant.

Écrit par : Nang' | samedi, 16 juillet 2022

Écrire un commentaire