Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 02 août 2022

Semi-conducteurs: Washington utilise les aides d'Etat contre la Chine

halbleiter_adobestock_edelweiss-662f03f0.jpg

Semi-conducteurs: Washington utilise les aides d'Etat contre la Chine

Salvatore Recupero

SOURCE : https://www.ilprimatonazionale.it/economia/semiconduttori-washington-usa-gli-aiuti-di-stato-contro-la-cina-240405/

Les États-Unis visent l'hégémonie dans l'industrie des semi-conducteurs. Ce n'est pas un secret. Le fait que leur principal adversaire dans cette bataille soit la Chine ne l'est pas non plus. Personne ne peut donc être surpris par l'approbation de la loi sur les puces et la science (Chips and Science Act) par le Sénat américain avec 64 voix en faveur dont 17 républicains.

La nouvelle mesure est un paquet de 280 milliards de dollars avec lequel l'Amérique entend subventionner son industrie des semi-conducteurs pour se libérer de sa dépendance asiatique.

Il va maintenant être soumis au Congrès, qui espère l'approuver rapidement afin qu'il puisse être envoyé à la Maison Blanche - la signature du président est nécessaire pour qu'il prenne effet - avant l'ajournement du Congrès pour les vacances d'été en août.

Le processus de la loi sur les puces et la science (Chips and Science Act)

Malgré les chiffres au Sénat, l'adoption de ce "paquet" était loin d'être facile. Le processus législatif a duré trois ans avec de nombreuses interruptions. La plus importante a eu lieu l'année dernière lorsque, après que le Sénat ait donné son feu vert, la proposition a été bloquée à la Chambre en février.

chscact1200x-1.jpg

C'est pourquoi Biden est directement intervenu pour défendre le projet de loi. Aujourd'hui, Sleepy Joe est heureux. Il s'agissait de l'une des priorités du locataire de la Maison Blanche, ferme partisan de la proposition qui rendra "les chaînes d'approvisionnement américaines plus résilientes". L'objectif est de ne pas être "aussi dépendant des pays étrangers pour les technologies critiques dont nous avons besoin" et de doter les États-Unis d'un plan industriel à long terme, qui était absent jusqu'à présent.

Les États-Unis dominent le monde en matière de conception de semi-conducteurs (ils détiennent une part de 65 % dans ce segment de marché). Cependant, ils doivent s'en remettre à l'Asie, et en particulier à Taïwan, pour leur fabrication et leur assemblage : c'est un risque, car le pays est non seulement éloigné, mais il est également revendiqué par la Chine comme faisant partie de son territoire.

Comment l'aide de l'État sera dirigée

Après avoir reconstitué le processus de la proposition, voyons en quoi elle consiste. La loi sur les puces et la science garantira 52,7 milliards de dollars d'aide financière directe, qui seront destinés à la construction et à l'expansion des installations de production de semi-conducteurs (39 milliards), à la promotion de la recherche et à la formation du personnel (11 milliards), mais aussi à l'accélération du processus de production de matériaux (2 milliards).

À cela s'ajoutent 24 milliards de dollars d'incitations fiscales et une augmentation des dépenses fédérales (plus de 170 milliards de dollars) pour la recherche scientifique au cours des cinq prochaines années, en mettant l'accent sur l'intelligence artificielle. Le foyer du libéralisme, comme c'est souvent le cas, utilise les aides d'État pour des raisons à la fois endogènes et exogènes.

L'aide et les grandes entreprises de puces

Dans une note, Biden a expliqué que : "Parce que les Américains étaient préoccupés par l'état de l'économie et le coût de la vie, le projet de loi est une réponse : il accélérera la production de semi-conducteurs en Amérique, ce qui fera baisser les prix de tout, des voitures aux lave-vaisselle." Les États-Unis ont pris beaucoup de risques jusqu'à présent. Selon Reuters, si Washington avait perdu l'accès aux semi-conducteurs taïwanais, elle aurait vu son PIB chuter d'environ dix points de pourcentage, plongeant dans la crise des secteurs entiers comme l'industrie automobile.

Il y a maintenant un changement de cap avec une mesure qui voit l'État fédéral au premier plan. Les gros bonnets des semi-conducteurs pourront mettre la main sur un gros paquet. Intel, Taiwan Semiconductor Manufacturing, GlobalFoundries, Micron Technology et Applied Materials se lèchent déjà les babines devant ce gros gâteau.

220727-MB-Biden-Chips-jg-95870f.jpg

Les implications géopolitiques

Le convive de pierre dans ce débat est Pékin. Bien qu'il manque encore l'approbation du Congrès, l'ambassade de Chine aux États-Unis laisse filtrer tout son malaise. La note indique que Pékin "s'oppose fermement" au projet de loi qui refléterait la "mentalité de guerre froide et le jeu à somme nulle", en contraste flagrant avec "l'aspiration commune des gens dans tous les domaines, en Chine et aux États-Unis, à renforcer le commerce et la coopération".

D'un point de vue géopolitique, cette mesure confirme que l'Amérique, la Chine et de nombreuses autres grandes économies mondiales s'efforcent de "ramener chez eux" (ou à proximité) la fabrication de puces électroniques, afin de garantir la sécurité de l'approvisionnement et d'éviter de dépendre de nations dirigées par des gouvernements hostiles qui pourraient couper les approvisionnements dans un but de chantage politique.

Make America great again

À cet égard, on peut voir comment Biden suit les traces de Trump. Et les lignes entre les républicains et les démocrates s'estompent. Il suffit de se rappeler ce que la présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, a déclaré il y a quelques mois lorsqu'elle a commenté un projet de loi sur le financement de la recherche scientifique et de la capacité de production qui permettrait à l'Amérique de "prendre le dessus sur n'importe quelle nation".

À la même occasion, le sénateur républicain Todd Young a déclaré que "pour vaincre, surinventer et prendre le dessus sur la Chine, nous devons travailler ensemble et mener le combat jusqu'au parti communiste chinois". Comme pour dire : aux Etats-Unis, les présidents changent mais la stratégie hégémonique reste inchangée.

Salvatore Recupero

Écrire un commentaire