Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 11 juin 2021

Géopolitique pour les Geeks

carte-abstraite-des-continents-la-mondialisation-et-géopolitique-dans-le-monde-de-haute-technologie-d-avenir-illustration-200490407.jpg

Géopolitique pour les Geeks

Un mot que l’on semble entendre souvent ces derniers temps est « geek », qui désigne une personne passionnée, voire obsédée, par les différentes innovations technologiques.

Par Leonid Savin

Source Oriental Review

La technologie joue un rôle crucial dans la géopolitique, bien que ce fait soit souvent négligé. Le développement des technologies maritimes a entraîné une dichotomie entre la puissance maritime et la puissance terrestre, à laquelle s’est ajoutée la domination dans l’air et dans l’espace au XXe siècle. Le XXIe siècle a vu l’apparition d’une nouvelle dimension, le cyberespace, totalement artificielle et en constante amélioration. Il a donc une nature inconstante et fluide, mais il est aussi extrêmement important pour les communications et les technologies de l’information.

L’exemple historique du lancement du satellite soviétique Spoutnik en 1957 et la création par l’Amérique de l’ARPA (rebaptisée plus tard DARPA) en réponse en 1958, au sein de laquelle est né Internet, montre l’importance de la technologie dans la géopolitique – pas tant en théorie qu’en simulation pratique.

Entre-temps, l’accès aux technologies, dont les résultats peuvent être achetés et vendus, n’est pas aussi important que le contrôle total, l’autarcie de l’ensemble de la chaîne technologique et l’assurance entrepreneuriale qui empêche les concurrents d’atteindre la parité ou de prendre de l’avance.

C’est pour cette raison que les États-Unis ont fait échouer l’achat par la Chine de l’entreprise aérospatiale ukrainienne Motor Sich, qui aurait permis à Pékin de créer des moteurs d’avion. Cela a été assez facile pour Washington, étant donné le niveau d’influence de la Maison Blanche sur Kiev. L’ensemble de l’appareil politique et de renseignement américain surveille de près le monde pour s’assurer que de tels accords n’affectent pas les monopoles actuels des entreprises américaines.

Mais dans le même temps, ces monopoles représentent un risque pour les autres pays, même lorsqu’il s’agit de technologies critiques. Le 14 décembre 2020, par exemple, diverses applications Google dans le monde entier ont été indisponibles pendant une heure environ. Compte tenu du grand nombre de personnes dans le monde qui utilisent les services de Google, l’incident a dû causer beaucoup de désagréments. Étant donné qu’un certain nombre d’entreprises informatiques occidentales deviennent tout simplement toxiques pour certains pays, les alternatives locales et le protectionnisme sont essentiels du point de vue de la sécurité nationale.

istockphoto-864512662-612x612.jpg

En creusant davantage, il est possible de voir d’autres raisons. Cecilia Rikap souligne que « les monopoles intellectuels ne sont pas seulement – ni principalement – le résultat de la R&D interne des entreprises géantes. Leur monopole de la connaissance repose sur l’appropriation et la monétisation des résultats de leurs multiples réseaux d’innovation organisés sous la forme d’étapes de connaissance modularisées en charge de différentes organisations (des start-ups aux organismes de recherche publics et aux universités)… La répartition inégale persistante de l’innovation dans le monde est une vérité structurelle aggravée par le capitalisme de monopole intellectuel. Les monopoles intellectuels trouvent leur origine dans les pays du cœur du technologisme, en particulier aux États-Unis, mais leurs effets se propagent dans le monde entier… En outre, les pays périphériques doivent établir leur propre programme de lutte contre les monopoles intellectuels, qui devrait inclure la limitation de toutes les formes d’extractivisme (données, connaissances, mais aussi biens naturels, dont certains sont essentiels pour les chaînes de valeur numériques). »

Le problème est que pendant que ces pays périphériques réfléchissent et discutent des conséquences de ces monopoles, les États-Unis font déjà des efforts pour parvenir à une autarcie et une affirmation de soi totales.

Un rapport spécial sur la concurrence entre grandes puissances, préparé pour le Congrès américain et daté du 4 mars 2021, fait référence à plusieurs reprises à l’importance de différentes technologies – non seulement dans le domaine de l’armement, mais aussi des technologies de réseau, des technologies quantiques, des biotechnologies, des technologies appliquées, etc. Tout cela dans le contexte de la confrontation géopolitique de l’Amérique avec la Russie et la Chine.

C’est pour cette raison que Joe Biden a émis un décret en avril 2021 pour revoir les chaînes d’approvisionnement utilisées par quatre industries américaines clés – défense, santé publique, transports et informatique – afin d’éviter les pénuries d’équipements médicaux, de semi-conducteurs et de divers autres biens.

Les risques pourraient être multiples. L’entreprise sud-coréenne SK Innovation, qui fournissait des batteries à Ford et Volkswagen aux États-Unis, a été placée sur une liste noire en raison d’un vol de propriété intellectuelle. En conséquence, la fourniture de produits de la Corée du Sud aux États-Unis a été bloquée. La Chine est considérée par les États-Unis comme un partenaire d’importation gênant à bien des égards. Même certains partenaires, tels que le Canada et l’UE, pourraient créer des problèmes aux États-Unis s’ils constataient que les accords commerciaux et économiques sont inégaux et accusaient Washington de tenter de tricher (ce qui serait solidement justifié).

darpa-ia.jpg

Les chaînes d’approvisionnement sont vitales pour les technologies à double usage et l’industrie de la défense. Conscients de cela, la DARPA et la société Intel ont annoncé en mars 2021 un partenariat de trois ans visant à développer et à fabriquer localement des plates-formes d’application pour les systèmes électroniques de la défense et de l’aviation commerciale.

Un problème similaire préoccupe également l’UE, puisque sa dépendance à l’égard des importations en provenance de divers pays a augmenté de façon spectaculaire ces dernières années. Par exemple, l’UE est relativement dépendante de la Russie pour le nickel (72,5 %), tandis que plus de 30 % des machines de traitement automatique des données, des équipements de télécommunications et des machines électriques de l’UE sont importés de Chine. Les États-Unis fournissent plus de 50 % des moteurs et des moteurs non électriques de l’UE, et celle-ci est très dépendante des importations américaines d’équipements d’électrodiagnostic et de radiologie, d’instruments optiques, d’instruments médicaux et de produits aérospatiaux. L’UE est approvisionnée en minerai de fer et en cuivre par le Brésil, le Canada, le Chili et l’Ukraine.

Il est significatif que l’UE et les États-Unis soient tous deux préoccupés par la souveraineté dans le domaine des technologies critiques, en particulier la microélectronique, et la raison en est la même : la désindustrialisation des dernières décennies et la tentative d’utiliser la globalisation pour exploiter les pays vers lesquels la production a été déplacée.

L’instabilité globale soulève également des questions sur la fiabilité des partenaires – les États fragiles honoreront-ils leurs engagements si leur situation politique ou économique s’aggrave.

Il existe également d’autres risques. Les sanctions peuvent avoir un effet à long terme sur les pays tiers, car, en règle générale, elles sont imposées contre les secteurs de l’économie qui ont un impact direct sur la concurrence économique et les capacités de défense d’un pays. Dans le but de nuire à l’économie russe, les États-Unis ont mis sur liste noire des entreprises de défense, des instituts de recherche et des secteurs de produits de base. En raison de ces restrictions, d’autres États sont incapables d’acheter des produits et des services essentiels. Par exemple, l’achat par la Turquie du système russe de missiles sol-air S-400 a entraîné des sanctions qui, à leur tour, ont perturbé l’approvisionnement du Canada et… des composants nécessaires aux drones turcs.

Certains estiment que même la crise climatique pourrait menacer l’accès aux produits essentiels et aux innovations technologiques.

DARPAlaseraircraft.jpg

L’UE est parvenue aux conclusions suivantes concernant la géopolitique des chaînes d’approvisionnement :

  • la diversification du commerce comporte des risques importants en raison de la fragilité des États, de la coercition économique et de la vulnérabilité climatique ;
  • une stratégie de diversification s’appliquera très probablement aux matières premières ou aux composants plutôt qu’aux domaines de haute technologie tels que les processeurs de données, les télécommunications ou les super-ordinateurs, qui nécessitent des investissements plus importants pour être autosuffisants ; et
  • les partenaires commerciaux actuels de l’UE constituent une bonne base pour la diversification.

Les leçons tirées par l’UE des expériences passées montrent que les projets de technologie et d’innovation doivent être pris plus au sérieux plutôt que d’être laissés au hasard.

Le projet Minitel, lancé dans les années 1980 comme une tentative de la France de créer son propre internet et, grâce à des terminaux spéciaux, de fournir un accès gratuit aux comptes bancaires, aux pages jaunes et à d’autres services, a échoué.

TERIA-Galileo.jpg

Le projet spatial Galileo, annoncé en 1999 comme une tentative de l’UE de créer son propre système GPS, s’est également soldé par un échec quelques années plus tard. Ce n’est qu’en 2011 que l’UE a réussi à lancer ses premiers satellites, qui ne sont devenus pleinement opérationnels qu’en 2019. En conséquence, le projet a pris des années de retard, a été trois fois supérieur au budget et n’a apporté aucune innovation ou technologie nouvelle.

GAIA X Capture d'écran 2020-10-22 18.31.30.png

Il y a également eu la tentative de créer l’écosystème de stockage en nuage GAIA-X qui a été lancé en 2020 dans le cadre d’une tentative de renforcer la souveraineté numérique de l’Europe. Vingt-deux entreprises ont investi dans le projet au départ, mais il n’a jusqu’à présent débouché sur rien. L’objectif du projet GAIA-X est bien sûr clair : réduire la dépendance à l’égard des serveurs de stockage en nuage des entreprises américaines Amazon et Microsoft. L’UE introduit également des tarifs spéciaux et des mesures restrictives dans l’espoir d’obtenir un avantage concurrentiel. Or, Microsoft est l’une des entreprises impliquées dans GAIA-X.

Partie 2

La production de semi-conducteurs est un pôle crucial des technologies modernes. Des décennies de progrès dans la production de masse de puces contenant un nombre toujours plus élevé de circuits ont radicalement modifié l’économie de l’informatique et remodelé en profondeur l’économie mondiale. La révolution des ordinateurs personnels des années 1980, la révolution de l’internet des années 1990 et les révolutions des smartphones et des médias sociaux du début des années 2000 ont toutes été bâties sur le silicium.

La prochaine génération d’applications industrielles et grand public susceptibles de changer la donne et reposant sur les réseaux 5G dépendra également des améliorations apportées aux performances et à la puissance de calcul fournies par les puces de pointe. L’accès aux semi-conducteurs de pointe est également essentiel à l’équilibre de la puissance militaire mondiale en raison de leur utilisation dans le calcul haute performance et les applications d’IA et d’internet des objets (IoT), mais aussi du rôle crucial qu’ils jouent dans les plate-formes d’armes modernes et de nouvelle génération.

POU6J4VDN5PQNKFJ5BERQ3ECHY.jpg

À l’heure actuelle, seules deux entreprises – la société sud-coréenne Samsung et la société taïwanaise TSMC – fabriquent des semi-conducteurs à l’échelle industrielle les processeurs les plus avancés. Ces leaders de l’industrie produisent actuellement en quantités commerciales des processeurs gravés à 7 nanomètres (nm), tout en s’efforçant de passer à 5 nm, puis, finalement, à 3 nm d’ici le milieu des années 2020. À titre de comparaison, le fabricant américain de puces intégrées Intel est également désireux de produire en volume à 7 nm, mais l’entreprise a rencontré des difficultés pour atteindre cet objectif, annonçant en juillet 2020 que la production de ses puces de nouvelle génération serait reportée à 2022.

À l’heure actuelle, les puces en 7 nm – y compris le système sur puce Kirin 990 de Huawei fabriqué par TSMC à Taïwan – sont les semi-conducteurs les plus avancés dans le commerce. HiSilicon, la filiale de Huawei spécialisée dans la conception de puces, a travaillé avec TSMC sur le dernier modèle de la série Kirin, fabriqué en 5 nm.

Malgré les prouesses croissantes des entreprises technologiques chinoises dans des domaines tels que la 5G, l’intelligence artificielle, les applications mobiles et l’informatique quantique, Pékin est toujours très en retard sur les technologies de pointe de fabrication de semi-conducteurs dans le monde. Par conséquent, afin d’atteindre ses objectifs ambitieux et de rester compétitives sur le marché mondial, les entreprises technologiques chinoises s’appuient sur les fabriques étrangères pour créer leurs puces les plus avancées.

La Chine intensifie ses efforts pour maîtriser les technologies avancées de fabrication de semi-conducteurs. Par l’intermédiaire de son énorme Fonds national d’investissement dans les circuits intégrés, créé en 2014 et recapitalisé en 2019, mais aussi d’autres fonds régionaux et locaux, elle a alloué un financement supérieur à 200 milliards de dollars, soit plus que le coût, ajusté en fonction de l’inflation, du vol lunaire américain Apollo, datant de la guerre froide. Toutefois, la Chine n’a obtenu jusqu’à présent que des résultats limités. Le premier fabricant chinois de semi-conducteurs, Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC), a toujours 3 à 5 ans de retard sur les leaders du secteur que sont Intel, Samsung et TSMC. En août, SMIC a annoncé qu’il serait en mesure de pousser son équipement lithographique existant jusqu’à 7 nm. Bien qu’il s’agisse d’une avancée majeure pour l’entreprise, elle reste à la traîne des leaders du secteur.

Quant à Intel, Samsung et TSMC, ils ont déjà été contraints de chercher de nouvelles façons de travailler ensemble et de partager les coûts pour suivre le rythme actuel de l’innovation de pointe. Les coûts de R&D et les dépenses d’investissement combinés des entreprises américaines de semi-conducteurs sont passés de 40 milliards de dollars en 2007 à 72 milliards de dollars en 2019, ce qui reflète l’augmentation du coût du respect de la loi de Moore. En 2018, un autre acteur majeur, GlobalFoundries – détenu par le fonds souverain émirati Mubadala – a effectivement abandonné la course au leadership mondial après avoir annoncé qu’il allait abandonner ses efforts de développement de cœur à 7 nm, principalement en raison de coûts d’outillage prohibitifs.

Chip-package-assembly-line.jpg

Une ligne d’assemblage de paquets de puces intelligentes dans
une entreprise d’électronique à Nantong, dans la province chinoise
du Jiangsu, en 2018

Un goulet d’étranglement spécifique pour SMIC et d’autres fabricants chinois est la technologie de lithographie à ultraviolets extrêmes (EUV), une technologie de fabrication de nouvelle génération qui est nécessaire pour passer à des cœurs inférieurs à 7 nm. L’EUV, qui utilise des longueurs d’onde plus courtes de la lumière ultraviolette pour produire des circuits plus fins et plus denses que ne le permettent les techniques de fabrication antérieures, est utilisée par TSMC et Samsung pour le nœud de processus de 7 nm. Intel travaille à l’intégration de l’EUV dans ses lignes de production commerciales mais a rencontré des problèmes. TSMC, Samsung et Intel comptent sur l’EUV pour leur fabrication en 5 nm.

Le développement de la technologie informatique est un élément clé de cette course. En 2019, Google a développé un ordinateur quantique de 53 qubits, un dispositif capable de résoudre des problèmes complexes en trois minutes environ. Cela peut ne pas sembler si impressionnant, mais lorsque vous considérez qu’il faudrait environ 1000 ans à un ordinateur non quantique pour effectuer les mêmes calculs, vous commencez à comprendre la puissance de l’informatique quantique.

Qu’elles soient grandes ou petites, les entreprises investissent d’énormes quantités de ressources dans le développement des ordinateurs quantiques, et beaucoup affirment qu’il pourrait s’agir de la prochaine grande nouveauté dans le monde de la technologie. Selon certaines estimations, le marché de l’informatique quantique atteindra 770 millions de dollars d’ici 2025. Entre 2017 et 2018, l’informatique quantique a connu une « ruée vers l’or quantique », les investisseurs ayant déversé 450 millions de dollars dans l’informatique quantique.

IBM a récemment annoncé son intention de construire un ordinateur quantique de 1000 qubits d’ici 2023. Les transports occupent également un certain pôle dans les technologies de pointe.

cover-r4x3w1000-5dd7bb6843ccf-tesla-cybertruck11-jpg.jpg

Des entreprises comme Tesla, Uber, Cruise et Waymo promettent un avenir dans lequel les voitures sont essentiellement des robots mobiles qui peuvent nous emmener où nous voulons en quelques pressions sur un smartphone. TuSimple tente de prendre de l’avance en créant des technologies uniques avec un certain nombre de partenaires stratégiques. En collaboration avec le constructeur de camions Navistar et le géant de l’expédition UPS, TuSimple mène déjà des opérations de test en Arizona et au Texas, notamment des courses autonomes de dépôt à dépôt. TuSimple prévoit d’atteindre le niveau 4 d’autonomie d’ici 2024, ce qui signifie que ses camions seront capables de fonctionner sans conducteur humain dans des conditions limitées pouvant inclure l’heure de la journée, la météo ou des itinéraires préétablis.

Il a été noté que l’industrie automobile chinoise développe aussi activement des véhicules autonomes. Dans le même temps, la Chine utilise une approche intégrée où la technologie 5G et l’intelligence artificielle, qui sont nécessaires pour assurer la synergie, sont introduites en parallèle.

L’écosystème des véhicules autonomes du pays fait partie de la nouvelle initiative pour les infrastructures lancée en mai 2020. Il est inclus dans le plan quinquennal et a reçu un financement d’environ 1 400 milliards de dollars.

Bien sûr, le secteur lié à la technologie le plus important en géopolitique est la défense et la sécurité. Aux États-Unis, ce secteur a été lié à trois stratégies de compensation lancées par le Pentagone.

Scott Savitz, de la RAND Corporation, a écrit sur deux des grandes tendances technologiques de cette génération et leur impact sur la guerre :

La première est l’amélioration incessante et rapide des technologies de l’information (TI), dans des domaines aussi divers que l’analyse des données, l’intelligence artificielle et la réalité augmentée. L’une de ses principales applications dans le domaine de la guerre est de permettre l’intégration et l’analyse rapide des données provenant de capteurs distribués et en réseau, afin de générer des informations opportunes et exploitables sous des formes que les humains et les machines peuvent facilement interpréter.

La deuxième tendance est connexe mais distincte : les capacités croissantes des systèmes sans pilote à accomplir des missions utiles. Ces capacités augmentent non seulement grâce aux technologies de l’information avancées qui permettent des opérations plus autonomes, mais aussi grâce aux améliorations apportées à la science des matériaux, au stockage de l’énergie, à la conception et à d’autres domaines.

Une troisième tendance, beaucoup moins remarquée, est l’amélioration des capteurs, qui deviennent plus petits, moins chers et plus perspicaces, avec des demandes d’énergie plus faibles et une plus grande durabilité dans divers environnements.

exoskeleton.jpg

Les technologies de pointe offrent également un certain nombre de solutions dans le secteur de l’armement qui suscitent l’enthousiasme des militaires. L’une des plus récentes est la bombe électromagnétique – un dispositif qui génère une impulsion électromagnétique de grande puissance ou une impulsion micro-ondes de grande puissance. Contrairement aux munitions classiques à énergie cinétique, les bombes électromagnétiques ont un effet dévastateur sur les appareils électroniques et les réseaux informatiques.

Bien que de telles armes existent déjà, les nouvelles technologies permettent de créer des dispositifs plus puissants.

Le déterminisme naturel et les perceptions différentes du monde extérieur (y compris des menaces), qui sont au cœur de la pensée géopolitique et de la culture stratégique, n’auront plus cours dans les décennies à venir. Cependant, la technologie aura un impact significatif sur eux, et ce facteur doit être pris en compte dans les évaluations des risques et les projections pour l’avenir.

Leonid Savin

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

vendredi, 21 mai 2021

Une Darpa européenne - Un rêve irréalisable

shutterstock_1310778230_crop.jpg

Une Darpa européenne - Un rêve irréalisable

par Jean-Paul Baquiast

Ex: http://www.europesolidaire.eu

C'est la préparation d'une guerre éventuelle avec la Russie puis aujourd'hui également avec la Chine qui permet aux Etats-Unis d'être et de rester une superpuissance scientifique et technologique dominante.

Depuis plusieurs décennies, l'agence américaine Darpa (Defense Advanced Research Projects Agency) est le facteur essentiel de cette domination. La Darpa est une agence du département de la défense américaine. Elle finance des innovations technologiques de rupture dans des domaines considérés comme stratégiques à la fois pour garantir la supériorité militaire et la domination économique. Ces innovations, dans la mesure où elles ne sont pas couvertes par le secret militaire, possèdent des retombées qui ont un rôle d'entraînement essentiel dans le domaine civil.

Le budget de la Darpa est officiellement pour 2020 de 2.970 milliards de dollars. Compte tenu des contributions non publiques provenant de divers organismes et entreprises, il est au moins du double. Le budget fédéral des Etats-Unis est pour la même année estimé à 1.200 milliards. Ce budget sert à Washington, indépendamment de la Darpa, de prendre en charge des dépenses dans le domaine de la sécurité civile et des nouvelles technologies. Le déficit chronique de l'administration fédérale lui permet de se désintéresser de nombreux secteurs, notamment en matière de santé et de financement sociaux, qui pèsent sur les budgets européens.

La Darpa constitue également un agent essentiel pour favoriser la dualité des technologies (c'est-à-dire la synergie entre applications civiles et militaires). Ainsi la supériorité américaine dans le domaine spatial repose en grande partie sur un réseau de satellites militaires dépendant de la Darpa. De plus elle n'hésite pas à prendre en charge des projets technologiques innovants dont le succès n'est pas assuré au départ. Ainsi elle a financé l'Arpanet, ancêtre d'Internet, ou encore le GPS. Aujourd'hui, elle s'intéresse à des domaines aussi différents que les véhicules terrestres autonomes utilisables en milieu urbain ou que les nouvelles générations de missiles.

darpa-ia.jpg

L'Agence dispose d'une organisation très souple. Elle lui permet d'éviter les innombrables procédures qui consomment l'essentiel du temps des autres organismes. Par ailleurs elle peut recruter ou licencier son personnel administratif et de recherche à la demande, en ne faisant pas seulement appel aux ressources des autres organisations militaires. Ses chefs de projet viennent aussi bien du civil que du militaire, du public ou de privé. Ils ne restent en poste que quelques années. Lorsqu'ils quittent la Darpa, ils ne tardent pas à retrouver d'importantes responsabilités. Leur passage par la Darpa constitue un élément important de leur carrière.

Beaucoup de responsables européens souhaiteraient la mise en place sur le continent d'une « Darpa européenne ». Mais il s'agit d'un vœu pieux, pour de nombreuses raisons. L'Europe n'a pas de politique de défense commune justifiant une telle agence. Elle est incapable de s'entendre sur des projets technologiques d'une certaine ampleur. La rivalité entre États-membres est telle au plan politique que de tels projets ne seraient pas acceptés. Mais la cause déterminante de son impuissance tient à la domination américaine qu'elle accepte de subir. Or les États-Unis n'accepteraient pas la création d'une Darpa européenne qui viendrait concurrencer la leur.

mercredi, 04 octobre 2017

Les mondialistes délocalisent les technologies de pointe de l’Allemagne

german-high-tech-community.jpg

Les mondialistes délocalisent les technologies de pointe de l’Allemagne

par Eberhard Hamer, professeur d’économie

Ex: http://www.zeit-fragen.ch/fr

L’économie des Petites et moyennes entreprises (PME) [«Mittelstandsökonomie»] a toujours rendu attentif au fait qu’en règle générale, les entreprises de taille moyennes sont fidèles au pays et à leur localisation. Cela est inhérent à l’existence des liens familiaux et du caractère familial d’une entreprise moyenne dans laquelle le patron connaît tous ses employés personnellement.


Les grandes sociétés de capitaux, au contraire, sont depuis longtemps des entités internationales. Non seulement elles produisent au niveau mondial, mais elles ont aussi des actionnaires dans le monde entier. Selon les estimations du Mittelstandsinstitut de la Basse-Saxe, plus de 70% de nos trusts faisant partie du DAX [=indice boursier des 30 plus importantes sociétés allemandes, cf. CAC 40 en France, ndt.] sont en majorité en main étrangère, la plupart américaine. Un grand groupe dominé par l’étranger n’a plus de liens nationaux, n’a plus de patrie, exige la globalisation et le libre-échange et avant tout la libre circulation du capital, complétée par des économies fiscales grâce aux paradis fiscaux.


C’est grâce à ce commerce international des multinationales que nous profitons de nos excédents d’exportation. Ces excédents sont réalisables uniquement dans les branches en expansion suite aux avancées technologiques – pour la plupart largement subventionnées par les pouvoirs publics –, dont nous avons pu profiter ou que nous possédons toujours. Si nous perdons ces avantages, nous ne perdons pas seulement notre capacité d’exportation, mais aussi une partie de notre prospérité.


Ces moteurs technologiques poussant nos multinationales à la croissance ne sont donc pas seulement extrêmement dangereux en raison de leurs structures de propriété, mais aussi en raison de la dépendance de grandes puissances telles que les Etats-Unis ou la Chine:

  • En Allemagne, comparé à d’autres pays, il est moins aisé de cacher et de garder secret une avancée technique, car les Américains ont, selon les réglementations du temps de l’occupation, toujours et encore le droit de contrôler tous les systèmes informatiques, y compris les lignes téléphoniques et les systèmes de téléphonie mobile, sur tout le territoire de l’Allemagne. Ils peuvent donc s’approprier chaque nouvelle technologie dès ses premiers balbutiements à l’aide de leurs systèmes d’espionnage pour ensuite les transmettre à leur propre industrie. Souvent, l’industrie concurrentielle américaine connait un nouveau développement de brevets, avant que le brevet ne soit connu chez nous.
  • Là, où l’espionnage total ne suffit pas, les nouveautés techniques sont volées suite à des combines financières et à la corruption comme, par exemple, avec la technologie anti-détection pour les sous-marins du chantier naval Howaldt. Avec l’accord du gouvernement fédéral allemand, le Conseil d’administration avait – suite à une prétendue offre de rachat américaine – remis par étapes tous les plans et les détails techniques internes aux Américains jusqu’à ce qu’ils eurent rassemblés toutes les informations et ne montrèrent plus aucun intérêt pour le chantier naval.
  • Les risques que comporte la délocalisation de la production allemande à l’étranger ont été subis par la branche de la photographie, il y a quelques décennies. Dans les années cinquante et soixante, l’Allemagne était à la pointe mondiale dans le domaine des appareils photo. Puis, la production a été délocalisée vers l’Asie «pour réduire le coût de la main-d’œuvre». Les appareils étaient principalement vendus en Allemagne, jusqu’au moment où les concurrents japonais placèrent les modèles allemands en meilleure qualité sur le marché mondial et devinrent ainsi le leader du marché. En Allemagne, nous achetons aujourd’hui des appareils photo japonais au lieu d’appareils allemands.
  • Après les Etats-Unis et le Japon, la Chine est actuellement devenu le grand «aspirateur» technologique. Les Chinois ont des avoirs de 3 billions de dollars, pour lesquels ils ne recevront bientôt plus grand-chose, s’ils n’investissent pas à temps dans des valeurs réelles. C’est pourquoi ils font leurs courses dans le monde entier en prenant tout ce qu’ils trouvent, notamment de la technologie à n’importe quel prix.
  • Ils ne peuvent faire leurs emplettes aux Etats-Unis, car ce pays a un droit de véto dans le domaine de la sécurité qu’ils n’arrêtent pas d’utiliser. En Allemagne, il existe également une clause de réserve concernant la sécurité nationale, mais elle n’est jamais utilisée, car le gouvernement fédéral – étant dépendant de la globalisation – y voit une «entrave au commerce international». donc les Chinois peuvent sans encombre acheter toute la technologie de pointe qu’ils désirent.
  • Un autre exemple de la braderie de technologie de pointe allemande est l’acquisition par la Chine de la majorité des actions de l’entreprise robotique de premier plan Kuka sise à Augsbourg. Elle est devenue leader mondial grâce à de nombreuses subventions allemandes. Maintenant qu’elle se trouve en propriété chinoise et que la technologie de production est perdue pour Allemagne, l’entreprise est systématiquement délocalisée vers la Chine. Dans quelques années, nous achèterons en Allemagne des robots chinois, ce qui ne nous apportera plus d’excédents d’exportation, mais davantage de déficits d’exportation.
  • Les entreprises automobiles allemandes ont également commencé par exporter vers la Chine, puis elles ont été obligées de construire des fabriques automobiles en Chine, ont donc apporté la technologie allemande dans des entreprises appartenant en majorité aux Chinois. Elles ne pourront donc dans quelques années de moins en moins exporter leurs produits nationaux, c’est-à-dire qu’elles perdront le marché d’exportation.
  • L’exemple d’Airbus est le pire. Ce consortium aéronautique européen, subventionné à l’extrême par nos pouvoirs publics – soi-disant pour prendre pied sur le marché chinois – a livré et construit aux Chinois une production pour les avions Airbus. Actuellement, les Chinois sont en état de construire leurs propres machines dans leurs propres entreprises avec la technologie d’Airbus afin de concurrencer les Airbus européens. Il ne faut pas beaucoup d’imagination pour prévoir que dans 10 ans, Airbus ne pourra plus exporter en Chine, parce que les entreprises de l’Airbus chinois domineront le marché.
  • Dernière nouvelle: Siemens voit son avenir numérique avant tout en Chine et délocalise son centre de recherche mondial pour les robots autonomes dans ce pays. D’une certaine manière, il est presque logique qu’après que la technique robotique de Kuka ait quitté le pays, Siemens ne puisse pas maintenir sa recherche en robotique. En effet celle-ci, se trouvant à la pointe mondiale, sans possibilités d’application dans le pays, doit être délocalisée dans la recherche de l’avenir en Chine puisque entre temps c’est elle qui possède la technique robotique de pointe.

Dans tous ces cas, le contribuable allemand a subventionné massivement par les impôts des petites et moyennes entreprises les technologies de l’avenir. Puis, les multinationales ont délocalisé, vendu ou même cédé gratuitement à des entreprises étrangères le résultat de ces subventions et la technologie de pointe allemande.


Le gouvernement fédéral voit cela comme un «processus d’internationalisation» normal et n’intervient pas. La recherche sur le Mittelstand cependant voit avec le départ de la technologie de pointe des multinationales, subventionnée par les impôts allemands, également l’exode de milliers de petites et moyennes entreprises travaillant pour le marché de la sous-traitance. La compétitivité internationale de l’économie allemande en général va en souffrir et risque de disparaître entièrement au cours des prochaines années.


Pourquoi le gouvernement fédéral laisse-t-il délocaliser la technologie de pointe allemande sans broncher?
Pourquoi n’oblige-t-on pas les multinationales à rembourser les subventions obtenues de la part des contribuables allemands pour le développement de ces technologies de pointe, si elles les bradent à l’étranger?


Pourquoi n’y a-t-il pas de levée de boucliers de la part de la politique, des organisations de PME et des syndicats, quand notre technologie de pointe est transférée aux Etats-Unis ou en Chine et qu’ainsi les places de travail high-tech diminuent dans notre pays?    •

(Traduction Horizons et débats)

Bibliographie: Hamer, Eberhard (Ed.). Visionen 2050, Rottenburg 2016

samedi, 06 novembre 2010

Les robinets de matières premières se fermeront-ils?

terresrareschine.jpg

Michael WIESBERG :

 

Les robinets de matières premières se fermeront-ils ?

 

Bon nombre d’indices nous signalent que la Chine est actuellement sur la bonne voie pour détricoter les règles du jeu qui régissent le processus de globalisation, règles aujourd’hui toujours dominées par les Etats-Unis. Son objectif ? Reprendre à son compte le rôle de chef d’orchestre international pour promouvoir son propre modèle de capitalisme.

 

Les exemples les plus récents dans ce conflit : 1) la querelle concernant le dumping monétaire pratiqué par les Chinois et, plus récemment encore, 2) la politique chinoise de diminuer drastiquement l’exportation de minerais critiques (de terres rares) qui sont d’une importance vitale surtout pour l’industrie occidentale des hautes technologies. En ce domaine, la Chine détient une position dominante sur le marché parce qu’elle extrait 95% de ces minerais critiques (terres rares). La Chine limite depuis environ trois ans ses exportations, ce qui pousse les industries occidentales vers des goulots d’étranglement, comme on le ressent actuellement en Allemagne. D’après le site « Spiegel-Online », certaines firmes allemandes cessent de recevoir les métaux nécessaires pour la production de hautes technologies.

 

En menant cette politique de raréfaction de ses exportations de minerais critiques et de terres rares, la Chine vise manifestement à ce que la production de technologies clefs se fasse sur son territoire, comme le subodore, par exemple, le « New-York Times Online » (NYTO).

 

Constituer une « réserve stratégique »

 

Pour bon nombre d’observateurs, cette thèse du NYTO se révèle caduque et ne reflète que la plainte émise par des entreprises occidentales, d’avoir été discriminées en Chine au profit de firmes nationales chinoises. C’est là un argument assez faible contre l’hypothèse posée par le NYTO. Quoi qu’il en soit : la raison fondamentale qui explique cette polémique vient probablement du fait que la Chine cherche à se constituer une « réserve stratégique » qui lui permettrait de contrôler le marché des minerais critiques et des terres rares, pour lequel la concurrence est âpre et l’enjeu stratégique très important.

 

Les activités déployées par la Chine en Afrique confirment par ailleurs la thèse du NYTO, surtout dans une région ravagée par la guerre comme le Congo, où l’on exploite le manganèse, divers autres minerais, les sels potassiques et le phosphate. Tandis que l’UE aborde le problème congolais en termes de ratiocinations oiseuses et de thématiques « humanitaires », les Chinois, qui n’ont cure de tout cela, se sont depuis assez longtemps déjà assurés de droits d’exploitation. Il n’y a donc aucun doute : la Chine a reconnu le talon d’Achille de l’Occident et ce talon d’Achille, entre autres faiblesses, est le goulot d’étranglement que constitue l’obtention de minerais critiques et de terres rares pour les Etats occidentaux industrialisés. La Chine joue désormais ses atouts en ce domaine, en toute bonne conscience.

 

« Nous sommes menacés par plusieurs goulots d’étranglement »

 

Si les Chinois ne modifient pas leur politique actuelle, les Etats industrialisés de l’Occident, et donc aussi l’Allemagne, se retrouveront dans une situation fort désagréable.  « Nous sommes menacés de dangereux goulots d’étranglement », a expliqué le géologue Peter Buchholz, attaché à l’Institut Fédéral allemand des Sciences géographiques et des Matières premières (« Bundesanstalt für Geowissenschaften und Rohstoffe », BGR), sur le site « Spiegel-Online ». La fabrication d’un grand nombre de produits électroniques, dont les ordinateurs et les moniteurs informatiques, les accus, les téléphones portables, certains biens d’équipement civils et militaires, les semi-conducteurs, etc. pourrait s’interrompre, si aucun nouveau fournisseur de minerais critiques  ou de terres rares ne se présente dans des délais prévisibles.

 

Petit à petit, le gouvernement fédéral allemand se rend compte qu’il y a urgence à agir, mais autrement que dans le cadre conventionnel des « missions pour les droits de l’homme et la dignité de chaque personne humaine » qui structure depuis longtemps l’action gouvernementale de la RFA ; c’est ce que l’on peut lire, par exemple, dans un dépliant de Günter Nooke, qui fut jusqu’en mars 2010, le chargé d’affaires de la politique des droits de l’homme et de l’aide humanitaire du gouvernement fédéral allemand.

 

Nous dépendons pour près de 100% de la Chine

 

La Russie est la seule puissance capable de nous aider ; mais, en déployant des activités similaires aux Etats-Unis, en Australie ou en Afrique du Sud, nous pouvons espérer améliorer notre situation. Le plus grand espoir actuel, nous le plaçons dans la région de Kvanefjeld au Groenland, où l’on pourrait, paraît-il, extraire chaque année jusqu’à 100.000 tonnes de minerais critiques et/ou de terres rares. C’est en tous cas ce que nous laissent miroiter les pronostics les plus prometteurs. Cependant, l’extraction proprement dite ne pourrait démarrer au plus tôt qu’en 2015.

 

Mais que se passera-t-il d’ici là ? D’ici à ce que les espoirs placés dans le site groenlandais deviennent réalité ? Jusqu’à la fin de l’année 2011, nous explique Peter Buchholz, l’Allemagne restera à près de 100% dépendante du bon vouloir de la Chine en ce qui concerne les minerais critiques. Tout esprit rationnel peut déplorer que le gouvernement de la RFA ne réagit que maintenant, alors que ce processus de dépendance est à l’œuvre depuis assez longtemps. Evidemment, les « missions pour la dignité de chaque personne humaine » avait pris quasiment 100%  du temps de nos excellences politiciennes.

 

Michael WIESBERG.

(article tiré du site http://www.jungefreiheit.de/ - 25 octobre 2010).