Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 03 août 2022

Le plan de la Chine pour une route commerciale de la Grèce vers l'Europe danubienne par un canal

dunav_morava_vardar_egejsko_more.jpg

Le plan de la Chine pour une route commerciale de la Grèce vers l'Europe danubienne par un canal

Par Philip Chrysopoulos

Source: https://greekreporter.com/2022/07/29/china-canal-trade-route-greece-danube/

La Chine envisage de construire une route commerciale par canal de la mer Égée au fleuve Danube pour relier la Grèce et l'Europe centrale via les Balkans afin d'accélérer l'expédition des marchandises.

Cette initiative s'inscrirait dans le cadre de l'initiative chinoise "Belt and Road", soutenue par la somme colossale de 3000 milliards de dollars, qui vise à combler le déficit d'infrastructures le long des routes commerciales vers l'Afrique, l'Asie et l'Europe.

Cela signale également l'ambition du géant asiatique de jouer un rôle encore plus important dans les affaires mondiales.

La Chine a déjà pris pied en Méditerranée en possédant le principal port de la Grèce, le port du Pirée, par l'intermédiaire de COSCO.

COSCO a fait du port du Pirée le plus important d'Europe et investit des centaines de millions d'euros dans l'expansion de ses installations.

cover-r4x3w1000-5aec763fce26c-le-port-du-piree-en-grece-propriete-du-chinois-cosco.jpg

Cependant, le port qui sera utilisé au cas où la route commerciale du canal des Balkans se matérialiserait sera le port de Thessalonique.

Un projet ambitieux

Le projet envisagé par la Chine est une liaison verticale entre le Danube, le deuxième plus long fleuve d'Europe, et la côte égéenne septentrionale de la Grèce, à savoir le port de Thessalonique.

La voie navigable passera par les fleuves Morava et Vardar/Axios, atteignant ainsi l'Europe centrale sans contourner la Méditerranée.

Mer Égée, Grèce, Canal vers le Danube

Le plan consiste à élargir les fleuves dans certaines parties afin que les gros cargos puissent passer.

Ce projet potentiel entraînerait des changements radicaux dans les options de transport dans la grande région européenne.

Toutefois, le projet de construction d'une route commerciale par canal vers l'Europe centrale à travers les Balkans nécessite des accords bilatéraux avec tous les pays concernés.

Plus précisément, la Chine doit s'entendre avec la Grèce, la Serbie, la Macédoine du Nord, ainsi que les pays d'Europe centrale.

Les avantages du canal Grèce - Europe centrale pour la Chine

Si la route commerciale du canal de la Chine se matérialise effectivement, les pays des Balkans et d'Europe centrale obtiendront des marchandises moins chères et plus rapides, tandis que le transport des exportations coûtera également moins cher.

Dans le même temps, les pays des Balkans seraient en mesure d'expédier des produits locaux vers les marchés de l'ouest de l'UE plus facilement, plus rapidement et à moindre coût.

Le développement de ce que la Chine considère comme la "nouvelle route de la soie" - impliquant la terre, l'air et la mer - est déjà en cours et l'utilisation des rivières existantes ne pouvait pas être laissée de côté dans ce plan plus large.

La voie navigable offrirait un itinéraire beaucoup plus rapide et moins coûteux pour les marchandises destinées à l'Europe en provenance de l'Est.

Le développement de la nouvelle voie navigable offrirait une liaison de transport de la Méditerranée orientale directement au cœur de l'Europe, via les fleuves Axios/Vardar, Morava et Danube.

Les cargaisons n'auraient plus besoin d'être acheminées jusqu'à Gibraltar et de là jusqu'aux Pays-Bas, ou d'être bloquées dans l'étroit détroit du Bosphore.

maxrecanalégéedanubesdefault.jpg

Certaines études préliminaires ont indiqué qu'une telle route serait plus rapide de trois jours et demi par rapport à l'option existante via Rotterdam.

La cargaison du port néerlandais atteint le Danube, qui coule horizontalement, de l'Europe centrale, au sud-ouest de l'Allemagne, à la mer Noire, à un point de la côte est de la Roumanie.

Il s'agit d'une perspective attrayante pour la Chine et d'autres pays d'Asie de l'Est, qui exportent chaque année des millions de conteneurs vers les marchés européens et la Russie.

Certaines voies navigables en Grèce, en Serbie et en Macédoine du Nord devront être élargies et approfondies.

Le minimum requis pour qu'un cargo puisse passer par les canaux fluviaux est de 4 mètres de profondeur et de 28 mètres de largeur.

Via le Bosphore ou Thessalonique ?

Actuellement, les navires en provenance de Chine et à destination de l'Europe font escale au port du Pirée ou au port de Trieste en Italie. De là, les marchandises sont transportées en Europe par camion, train ou avion.

img-3-small480.jpg

Mais acheminer des marchandises vers l'Europe centrale et du Nord de cette manière est coûteux et il faut beaucoup de temps pour que les marchandises arrivent à destination.

Il existe donc deux options pour la route commerciale de la Chine par le canal : les cargos doivent entrer dans le Danube à partir du Bosphore ou de Thessalonique.

La première option implique que les navires en provenance d'Asie entrent dans la mer Noire par le détroit des Dardanelles et entrent en Europe à partir du point où le Danube se jette dans la mer.

De là, les cargos peuvent traverser le Danube pour atteindre les principaux ports européens comme Budapest, Vienne et Amsterdam.

En utilisant la route du Bosphore, un navire devrait parcourir 1900 km (1180 miles) pour atteindre Belgrade.

En revanche, si les navires se rendent au port de Thessalonique et rejoignent le Danube par la rivière Axios-Vardar, ils devront parcourir 1000 km (621 miles) jusqu'à Belgrade.

Il existe une troisième option, mais elle est presque irréaliste : Les cargos en provenance d'Asie peuvent se connecter au Danube via Venise, mais cela nécessiterait la construction d'un canal de 88 km de long (55 miles).

À une vitesse de 10 km par heure, les cargos en provenance de Chine ont besoin de huit jours pour atteindre leur destination européenne. En utilisant les canaux, il leur faudrait un peu plus de quatre heures.

La route commerciale des canaux de la Chine à travers l'Europe n'est pas seulement beaucoup plus rentable, elle est également plus sûre sur le plan environnemental.

Les coûts de carburant pour le nombre de camions, de trains et/ou d'avions nécessaires pour transporter les marchandises à travers l'Europe seront considérablement réduits, sans parler du fait que la pollution sera limitée.

Une idée vieille de près de deux siècles

L'idée de relier la Méditerranée au Danube remonte en fait aux années 1840.

En 1907, les États-Unis ont créé une commission d'ingénierie chargée d'étudier la possibilité de réaliser ce projet.

Cependant, les guerres balkaniques (1912-1913), la Première et la Seconde Guerres mondiales, la Guerre froide ont mis le projet en veilleuse.

Aujourd'hui, l'entrée de la Méditerranée à la mer Noire est contrôlée par la Turquie, et un tel plan devrait passer par le gouvernement d'Ankara.

Par conséquent, Thessalonique serait le point d'entrée idéal vers le Danube et le reste de la route commerciale du canal de la Chine.

Une telle démarche diminuerait inévitablement le pouvoir géopolitique de la Turquie en Méditerranée, tout en donnant à la Grèce un avantage en tant que plaque tournante du transport maritime international.

Consultez toutes les dernières nouvelles de la Grèce et du monde sur Greekreporter.com. Contactez notre salle de presse pour signaler une mise à jour ou envoyer votre histoire, vos photos et vos vidéos. Suivez GR sur Google News et abonnez-vous ici à notre courriel quotidien !

 

Écrire un commentaire