Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 05 août 2022

Anarchie britannique

Sex_Pistols_Anarchy_in_the_UK_Music_Video-593355936-large.jpg

Anarchie britannique

SOURCE : https://it.insideover.com/politica/lanarchia-britannica.html

Membre du Conseil de sécurité des Nations Unies, puissance de l'OTAN, membre des grandes alliances internationales et héritier d'un empire qui contrôlait une grande partie du monde, le Royaume-Uni affronte l'épreuve de l'histoire avec une seule certitude (pour l'instant) : celle de ne plus vouloir faire partie de l'Union européenne. Le Brexit, issu de ce retentissant référendum populaire de 2016, a sanctionné une rupture nette entre Londres et le Vieux Continent.

9b5c75ff-07e4-4d59-9358-125190aec7e7.jpg

Un divorce qui intervient après un mariage peu heureux, dans lequel l'île, plutôt que d'être un membre actif de la communauté européenne, est toujours apparue comme une épine dans le pied des tentatives d'intégration. Et au fil du temps, ces différences se sont révélées insurmontables, combinant un profond mécontentement à l'égard de l'UE dirigée par les Franco-Allemands et les aspirations britanniques à ne pas être engagées dans une politique considérée comme continentale et sans rapport avec ses ambitions et caractéristiques naturelles. La recherche d'un commerce mondial non lié aux schémas de l'UE, l'élan vers le monde, le sentiment de défaite d'une Europe désormais déséquilibrée par rapport à Berlin et Paris mais perçue comme un mécanisme destiné à prendre fin et, enfin, la relation spéciale avec les États-Unis (désormais le véritable dominus atlantique) ont fait qu'une partie profonde de l'État britannique n'a jamais nié la possibilité d'une sortie de l'UE. Le vote populaire, peut-être inattendu par les Brexiteers les plus purs eux-mêmes, n'est cependant pas apparu comme un coup de tonnerre, mais comme une parfaite adhésion de la Grande-Bretagne profonde à ce que représentent les orientations stratégiques traditionnelles de Londres.

A partir de là, on a commencé à parler non plus du Royaume-Uni, mais de Global Britain: une puissance mondiale britannique (les mots sont importants) s'ouvrant au monde presque dans une sorte de libération de certains fils et liens représentés par un prétendu lest européen. Une ambition post-impériale qui, cependant, outre les ambitions propagandistes évidentes mais aussi les ambitions naturelles du peuple britannique, cache des angoisses que le Brexit n'a certainement pas effacées. Nous utilisons le terme "anglais" non par erreur : parce que ce qui est immédiatement apparu clairement aux observateurs, c'est que le Brexit était en fait un choix profondément anglais. Ce n'est pas le Londres cosmopolite qui a voté en faveur du divorce avec Bruxelles, ni les parties périphériques du Royaume, notamment l'Écosse. Ceux qui appelaient au Brexit étaient les parties profondes de l'Angleterre, certaines parties du Pays de Galles, les Unionistes d'Irlande du Nord. En bref, tous ces groupes qui s'accrochent encore fermement à une appartenance qui ne semble plus aussi profondément enracinée dans d'autres contextes.

Ce n'est pas une coïncidence si, juste après l'approbation de la sortie de l'UE, les premiers remous d'un nouveau référendum pour l'indépendance sont venus d'Écosse. Ce n'est pas non plus une coïncidence si, précisément, la frontière entre l'Ulster et l'Éire a ramené à la surface les divisions internes de l'Irlande que l'on croyait terminées avec les accords conclus après des décennies épuisantes de lutte. Le Brexit était considéré comme un cauchemar pour les Écossais, terrifiés à l'idée de devoir compter uniquement sur Londres, et pour les nationalistes irlandais qui pensaient que faire partie de l'UE donnerait au moins l'apparence d'une unité entre Belfast et Dublin.

NateKitch_Economist_Bag_VaccineJohnson-ALT_1600_c.jpg

Le divorce, cependant, n'était pas seulement une gifle à ces aspirations internes au Royaume, mais aussi un moyen, après tout, d'éviter d'avoir à affronter le risque d'une division qui, aujourd'hui encore, n'est pas totalement éteinte. La Grande-Bretagne globale, donc l'appel à une Grande-Bretagne globale, prend également le rôle d'une forme d'incantation avec laquelle on persuade les provinces réticentes de se rappeler qu'elles font partie d'un destin commun. Si vous ne regardez plus l'Europe, vous regardez le monde. Externaliser les problèmes signifie également désactiver certains discours sécessionnistes (et en même temps pro-européens) afin de faire à nouveau appel au sentiment d'"empire" d'une puissance qui n'a jamais vraiment été européenne.

Réussir est une tâche difficile. Boris Johnson, le premier ministre qui a voulu faire avancer à tout prix les négociations sur la sortie de l'UE au point de menacer, à nouveau, d'un divorce "dur", apparaît comme un leader faible. Les conservateurs ont semblé étourdis par le Brexit tandis que les travaillistes, autrefois timides partisans de l'européisme, doivent maintenant faire face à une réalité qui semble inéluctable. Autour d'eux, un monde changeant qui n'accepte aucune perte de temps. La guerre en Ukraine est la preuve que la Grande-Bretagne veut être un protagoniste de la politique européenne et un membre plus actif de l'Alliance atlantique. Son défi à la Russie est total, mais elle ne dédaigne pas non plus les aventures dans l'Indo-Pacifique, d'Ormuz à la mer de Chine méridionale. Son "empire" existe, dans l'esprit de Londres. Et tout le monde se rend compte qu'à présent, le Royaume-Uni est à nouveau une puissance océanique plutôt que continentale. Il est difficile de savoir si le défi sera relevé, mais il est désormais certain que personne ne peut s'y résoudre : le Brexit est une réalité, la Grande-Bretagne globale une ambition peut-être souhaitée mais nécessaire. Le peuple britannique a choisi.

Le Royaume-Uni, peut-être plus désuni qu'uni, doit faire face à l'histoire et trouver comment en sortir indemne. Et pourquoi pas, essayer encore de rêver en grand pour éviter de devoir réfléchir à ses propres fragilités.

Écrire un commentaire