Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 02 décembre 2022

Londres s'engage dans une confrontation avec la Chine : "Un défi systémique"

614d0b20-885f-4cc9-aa48-787f63e5456d.jpeg

Londres s'engage dans une confrontation avec la Chine : "Un défi systémique"

Source: https://zuerst.de/2022/12/01/london-geht-auf-konfrontationskurs-zu-china-eine-systemische-herausforderung/

Londres. Le nouveau Premier ministre britannique Sunak a dressé un premier bilan de sa politique étrangère et s'en est pris à la Chine. Dans un discours prononcé lundi lors d'un banquet organisé par le maire de Londres, M. Sunak a annoncé la fin de "l'âge d'or" des relations avec la Chine. Il a déclaré que la "notion naïve" selon laquelle plus de commerce avec l'Occident conduirait à des réformes sociales et politiques en Chine avait été abandonnée.

Sunak a été encore plus fondamental : "Nous sommes conscients que la Chine représente un défi systémique pour nos valeurs et nos intérêts, un défi qui devient de plus en plus aigu à mesure qu'elle s'oriente vers un autoritarisme encore plus fort", a déclaré Sunak.

Les relations du Royaume-Uni avec la Chine s'étaient nettement améliorées sous le mandat de David Cameron. Cameron a inventé le terme "âge d'or" et a encouragé le commerce et les investissements bilatéraux.

Toutefois, Londres s'est engagée depuis longtemps dans la voie de la confrontation avec l'Empire du Milieu, dans le sillage des États-Unis. Ce n'est qu'en septembre 2021 que le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l'Australie ont formé l'alliance militaire AUKUS, dont l'objectif est de contenir la Chine dans la région Pacifique. Le refroidissement des relations avec la Chine qui vient d'être annoncé aurait donc eu lieu - selon des sources britanniques officielles - même si Liz Truss était restée Premier ministre. Sunak, quant à lui, avait déjà défendu la position selon laquelle la Chine était "la plus grande menace à long terme pour la Grande-Bretagne et la sécurité économique et nationale du monde" lors de la course interne contre Truss, qu'il avait d'abord perdue. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

lundi, 14 novembre 2022

Grande-Bretagne : le déclin d'un ancien empire

UK-Sinking-Debt-GBP-Currency-Money-700x450.jpg

Grande-Bretagne: le déclin d'un ancien empire

par Fabrizio Pezzani

Source : https://www.ariannaeditrice.it/articoli/gran-bretagna-il-declino-di-un-ex-impero

L'histoire de l'ascension et du déclin de la Grande-Bretagne est un véritable manuel pour examiner le parcours des civilisations et des sociétés qui s'élèvent, atteignent leur apogée, puis commencent lentement à s'effondrer. L'essor et la chute des sociétés dépendent de la composante "valeur" des classes dirigeantes et de leur capacité créative.

Au début du XVIe siècle, l'Angleterre était considérée comme un État arriéré et sous-développé, peu peuplé, mais la révolution des moyens de navigation et l'ouverture des routes commerciales maritimes ont offert un tremplin à son affirmation mondiale croissante ; progressivement, les navires de l'Atlantique, les galions, ont supplanté les galères qui ont eu leur dernière occasion de remporter une victoire en 1571 à Lépante. Remplacer l'énergie humaine des galères par l'énergie éolienne et chimico-physique des galions à voile a été une révolution dans le monde maritime. Sur les galions, il était alors possible de placer des canons sur le pont et sous le pont, rendant les armées maritimes presque invincibles.

La conquête de la mer et des océans a permis de passer du commerce méditerranéen au commerce atlantique avec un développement sans précédent des échanges de biens et de matières premières. Jusqu'au début du XVIIIe siècle, l'occupation par les Britanniques et les Européens en général se limitait aux bandes côtières et aux bases navales, mais l'occupation de l'arrière-pays a été l'un des sous-produits de la révolution industrielle qui a contribué à ouvrir la voie à la révolution industrielle elle-même. Dans l'histoire de l'humanité, les interdépendances entre les différents facteurs d'évolution n'opèrent pas toujours aussi clairement.

Ce n'est pas un hasard si la révolution industrielle s'est développée en Angleterre, qui, grâce à sa puissance maritime, avait créé un lien avec les colonies qui fournissaient les matières premières, consommaient les nouveaux produits et offraient des opportunités de richesse et de nouveaux marchés en permanence. La puissance économique et militaire a permis à l'Angleterre de créer un empire colonial inégalé pendant sa période de domination. La révolution industrielle a démoli l'ancien monde sous tous ses aspects, productif, social - le capitalisme se heurte au marxisme -, démographique, politique et financier, et a changé le mode de vie dans les villes au détriment des zones rurales.

Parallèlement à ce développement global, nous avons une évolution de la culture, de la technologie, de la scientificité qui trouve dans les universités un centre de croissance inégalé dans toutes les matières. Les universités deviennent des centres d'excellence et préparent la classe dirigeante de l'empire, la rendant capable d'affronter les défis posés par le nouveau contexte mondial avec créativité et savoir.

Londres devint ainsi un centre nodal financier et d'assurance pour le monde entier, les nouveaux banquiers et assureurs sont formés pour la croissance de l'empire ; la classe dirigeante est de haut niveau et supérieure à celle des autres États concurrents et contribue à renforcer l'empire qui, jusqu'au déclenchement de la Première Guerre mondiale, fait de l'Angleterre l'empire dominant dans le monde qui, ensuite, entame lentement son déclin.

Dans la période de sa plus grande splendeur, les conditions du déclin commencent, en effet l'autoréférence augmente et le manque d'autocritique commence à réduire l'esprit créatif capable de réponse au monde changeant.  À partir des années 1930, le déclin devient de plus en plus évident en raison d'une diminution de la capacité de l'élite dirigeante à faire face aux nouveaux défis avec créativité, restant plus encline à ossifier les gloires du passé récent. Illusionnée par le pouvoir acquis dans les années 1920, elle décide, comme un acte de force, d'imposer la convertibilité de la livre en or ; ce choix, critiqué par Keynes, est un désastre lié à l'incapacité de la classe dirigeante à comprendre les changements qui s'opèrent dans le monde et à adopter un comportement novateur. L'effondrement de l'initiative a affecté les colonies, créant de leur part les premiers signes d'une dissidence indépendantiste qui allait s'amplifier au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Résultat de la même autoréférentialité: le bras de fer perdu sur la conservation du canal de Suez en 1956, finalement gagné par l'Égypte de Nasser.

shutterstock_1078691777.jpg

La révolution financière avec la fin de l'étalon de change or a frappé la finance britannique en la contraignant à accepter l'aide du FMI, c'était le signe d'une rupture avec le passé et le véritable début du déclin ; l'ascension de Margaret Thatcher et l'erreur qui fut de suivre le néo-libéralisme financier dicté par les Etats-Unis ont conduit à l'effondrement culturel avant même l'effondrement économique. Le fait d'avoir épousé sans critique le néolibéralisme financier a détruit la production industrielle qui était excellente dans tant de secteurs et a préparé un déclin et une position politique de soumission aux États-Unis.

Enfin, le Brexit, une fois de plus fruit de l'aveuglement politique et enfant de l'autoréférence suicidaire, a fait le reste : la classe politique s'est montrée de plus en plus inadaptée à la tâche de gouvernement et au changement qu'exige l'histoire, se refermant sur elle-même comme la porte d'un saloon ; elle n'a pas manqué la farce ridicule de la comparaison avec notre pays, qui, malgré son audimat nettement opportuniste, fait preuve d'une vitalité manufacturière qu'ils n'ont plus.

Les États-Unis ont depuis longtemps emprunté cette même voie, faute de dirigeants et incapables de trouver une solution aux problèmes qu'ils pensent résoudre de la même manière qu'ils les ont créés. La tendance fluctuante du dollar a déjà commencé, et ses quantités sans fin et sans véritable base de référence ressemblent à une immense pyramide inversée avec une quantité minimale d'or à sa base.

Lorsque les qualités de la classe dirigeante font défaut, comme l'histoire de l'Angleterre le démontre et celle des États-Unis semble l'imiter, les civilisations et les sociétés commencent à se désintégrer et à s'effondrer ; "commence alors la profonde décadence qui n'est pas une paralysie des facultés naturelles de la classe dirigeante mais un effondrement de son héritage social qui bloque et inhibe toute action de renouvellement et l'effondrement d'une société se produit lorsque la décadence a commencé depuis longtemps : les civilisations, en d'autres termes, ne disparaissent pas par mort violente mais par "suicide". "(A. Toynbee , Civilisations in History, p. 356 ).

dimanche, 06 novembre 2022

Nord Stream: Qui a divulgué l' "aveu" britannique ?

67740370-47826966.png

Nord Stream: Qui a divulgué l' "aveu" britannique ?

Par Karel Meissner

L'ex-Premier ministre britannique Liz Truss aurait envoyé la phrase "It's done" peu après l'attentat contre le gazoduc Nord Stream. Un aveu ? Si oui, qui l'a divulgué ? Et pour quelle raison ? Quoi qu'il en soit, l'attentat s'inscrit dans le cadre de la guerre américaine contre l'Allemagne. Lisez tout sur les dessous de l'affaire dans le dernier numéro de COMPACT Guerre contre l'Allemagne : de l'attentat contre Nord Stream au chantage nucléaire. En savoir plus ICI: https://www.compact-shop.de/shop/compact-magazin/compact-11-2022-krieg-gegen-deutschland/.

Cover_COMPACT_2022_11_shop.jpg

L'ex-première ministre britannique Liz Truss a-t-elle envoyé un message au secrétaire d'État américain Antony Blinken peu après les explosions sur le tracé du gazoduc Nord Stream en disant "It's done", en français "C'est fait !"? C'est la question que la Russie a maintenant adressée au gouvernement de Londres.

Le porte-parole de Poutine, Dmitry Peskov, a déclaré à Moscou : "Nous disposons d'informations selon lesquelles des représentants d'une unité de la marine britannique ont participé à la préparation et à l'exécution de l'attentat en mer Baltique".

D'où proviennent ces informations ? Selon la BBC, les services secrets russes auraient piraté le téléphone portable de Truss. Une deuxième piste mène toutefois à Kim Schmitz, alias Kim Dotcom, un pirate informatique de pointe vivant en Nouvelle-Zélande. Ce dernier a déjà été impliqué dans plusieurs cyber-guerres et est traqué par le FBI.

5fc8ca35823e4b2a1f8828a4349b8d4a.jpg

Kim Dotcom (photo) a cité la phrase en question sur Twitter et a affirmé l'avoir envoyée. Si cela s'avère exact, l'attaque est un complot anglo-américain contre l'Allemagne, bénéficiaire potentiel des gazoducs.

Le rédacteur en chef de la revue et du site Compact, Jürgen Elsässer, a exprimé hier sur COMPACT-TV une autre théorie sur l'interception du message de Truss. Il faut d'abord savoir que l'ex-première ministre britannique est une belliciste avérée. En avril déjà, elle annonçait :

"Nous devons considérablement renforcer notre soutien à l'Ukraine. La guerre en Ukraine est notre guerre - c'est notre guerre à tous, car la victoire de l'Ukraine est une nécessité stratégique pour nous tous. Armes lourdes, chars, avions - nous puisons profondément dans nos arsenaux, nous augmentons la production. Tout cela est nécessaire. Nous allons faire encore plus vite et encore plus pour chasser la Russie de toute l'Ukraine".

Elle a ajouté plus tard :

"Nous ne nous reposerons pas tant que l'Ukraine ne sera pas victorieuse".

Et que se passera-t-il si le conflit se transforme en guerre nucléaire mondiale? Aucun problème pour Mme Truss. Lors d'un talk-show, celle qui était alors Premier ministre a avoué qu'elle était prête à une destruction totale - avec une froideur émotionnelle que l'on attribue habituellement aux tueurs en série :

Le journaliste John Pienaar a demandé à Truss dans le talk-show Times Radio host (fin août) : Supposons que l'on vous conduise dans une pièce où se trouvent les fameuses Letters of Last Resort. Avec celles-ci, vous pourriez "donner l'ordre d'utiliser nos armes nucléaires. Cela signifierait l'anéantissement mondial. (...) Comment vous sentez-vous à cette idée ?

Liz Truss : Je pense que c'est une tâche importante pour le Premier ministre. Je suis prête à le faire.

John Pienaar : Je vous ai demandé comment vous vous sentiriez à ce sujet.

Liz Truss : Je suis prête à le faire".

Qu'auraient écrit les médias si un homme politique russe s'était déclaré prêt à prendre en otage l'humanité entière pour ses délires ?

Le rédacteur en chef de COMPACT, Jürgen Elsässer, pense qu'un bellicisme aussi radical va trop loin, même pour les amis de Mme Truss au sein de son propre parti et pour ses alliés américains. Les Etats-Unis s'efforcent justement de limiter la guerre et d'empêcher son extension au territoire russe. Les fantasmes de destruction mondiale de leur collègue britannique étaient tout simplement trop dangereux.

En d'autres termes, le téléphone portable sécurisé ultramoderne utilisé par la Première ministre Liz Truss pour envoyer son triomphal "It's done" n'a pas été piraté par les services secrets russes ou Kim Dotcom, mais a peut-être été publié par les Etats-Unis eux-mêmes.

D'autant plus que l'ex-première ministre britannique a également fait des erreurs en matière de politique financière. En tant que néolibérale de la vieille école, Truss avait prévu un allègement fiscal pour les super-riches. Le président américain Joe Biden a ouvertement critiqué ce projet, le qualifiant d'"erreur". La raison de ce refus se trouve dans l'idéologie occidentale du "Great Reset" : celle-ci veut, à l'exception d'une petite élite, non seulement tuer financièrement les classes inférieures et moyennes, mais aussi les classes supérieures.

L221022ce-small.jpg

Ainsi, les États-Unis auraient deux motivations pour la fuite de la petite phrase "It's done" et la destitution rapide de Liz Truss : sa volonté d'escalade et son boycott néolibéral du Great Reset.

La destruction du gazoduc Nord Stream fait partie de la guerre américaine contre l'Allemagne. Lisez tout sur les dessous de l'affaire dans le dernier numéro de COMPACT Guerre contre l'Allemagne : de l'attentat contre Nord Stream au chantage nucléaire. Vous pouvez commander le magazine ICI: https://www.compact-shop.de/shop/compact-magazin/compact-11-2022-krieg-gegen-deutschland/ .

samedi, 29 octobre 2022

L'Inde "conquiert" Downing Street: avec Sunak, l'aube d'un nouveau Royaume-Uni

_127388726_gettyimages-1244210533.jpg

L'Inde "conquiert" Downing Street: avec Sunak, l'aube d'un nouveau Royaume-Uni

Andrea Muratore & Emanuel Pietrobon

Source: https://insideover.ilgiornale.it/politica/lindia-conquista-downing-street-con-sunak-lalba-di-un-nuovo-regno-unito.html

24.10.2022: c'est la date que la postérité retiendra pour dire que l'ère post-anglo-saxonne de l'Empire britannique a officiellement commencé. Date coïncidant avec la victoire de Rishi Sunak dans la course éliminatoire pour la direction du Parti conservateur britannique, qui fait de lui, en remplacement de Liz Truss, le premier chef de gouvernement d'origine indienne de l'histoire du pays.

Plus britannique que jamais, ancien banquier de Goldman Sachs, une carrière à la City suivie d'une ascension fulgurante dans les rangs des Tories, passé le poste de Chancelier de l'Échiquier à l'ère du Covid et de l'édification de la Grande-Bretagne globale, Sunak impose un changement structurel. Car Sunak, en effet, n'est rien de moins que la personnification du Royaume-Uni en mutation, ou plutôt déjà muté car devenu post-anglo-saxon et multiracial, mais non pas post-impérial.

Indien, oui, mais britannique

Le néo-premier ministre né à Southampton le 12 mai 1980 est le fils de parents d'origine indienne, nés au Kenya et en Tanzanie, qui se sont installés au Royaume-Uni dans les années 1960. Sur tous les fronts, c'est un fils, sinon un petit-fils de l'empire d'autrefois, qui est devenu le porte-drapeau de la Grande-Bretagne globale qu'il envisageait comme centrée sur Londres, le nouveau "Singapour sur la Tamise", en tant que premier centre financier du monde.

Sunak est le premier premier ministre nommé par le roi Charles III, un souverain plus complexe que la vulgate ne le dépeint : cultivé, instruit plus qu'aucun de ses prédécesseurs, le premier roi à recevoir une éducation non pas militaire mais politique, littéraire et sociale. Dirigeant post-impérial et post-colonial par définition, Charles est né en 1948, un an après la fin de la domination coloniale de Londres sur le sous-continent indien, et est aujourd'hui le monarque sous le trône duquel le premier ministre en charge est une figure si symbolique.

Le pragmatique Sunak incarnera-t-il la Grande-Bretagne post-britannique ? La nation qui a vu la Grande-Bretagne affirmer le Brexit comme l'ultime épopée impériale aux peuples de son pays connaîtra-t-elle ses propres troubles dans sa proche banlieue ? Et comment le premier fils de l'empire parviendra-t-il à gouverner ? Sunak sera-t-il plus global que britannique dans ses choix en matière de politique économique - il n'est pas hyper-libéral, il est cependant un libre-échangiste convaincu -, d'identité - il est bien moins extrémiste que nombre de ses collègues de parti - et de politique étrangère ? Que deviendra la relation spéciale avec Washington maintenant que Londres s'est montré vulnérable sur le front intérieur en premier lieu ? Et qu'adviendra-t-il des relations avec l'Inde, maintenant qu'un descendant de l'ancienne colonie dirige le pays ? Toutes ces questions sont légitimes.

La revanche de la périphérie sur le centre

L'histoire, comme on le sait, adore se moquer de l'homme. Le 24 octobre, alors que les hindous et les jaïnistes du monde entier étaient occupés à célébrer Diwali - l'une des fêtes les plus importantes de l'Indosphère, un moment de liesse où les fidèles se souviennent que le Bien triomphe toujours du Mal - un événement capital s'est produit à Londres : un Indien naturalisé britannique, Rishi Sunak, est devenu Premier ministre. Coïncidence, ou destin, selon votre point de vue.

000_9_XZ_3_XM_12fb8486be.jpg

Il était question d'un gouvernement Sunak depuis des mois, depuis la crise de BoJo, nous ne sommes donc pas confrontés à ce que l'on appellerait habituellement un coup de tonnerre. Mais cela n'enlève rien au caractère mémorable de l'événement. Premier ministre d'origine indienne. Emblème de l'entrée du Royaume-Uni dans une nouvelle ère, d'ailleurs irréversible - car la démographie est le destin -, aux caractéristiques post-anglo-saxonnes et multiraciales. L'accomplissement de la prophétie de Macaulay.

Sunak n'est pas moins britannique que de naissance, et son CV est explicite à cet égard, mais ce qui est indéniable, c'est qu'il représente, à la fois, la revanche des périphéries sur le centre et le symbole d'une nouvelle nation multinationale, dynamisée par l'affirmation et l'activisme des fils des anciennes colonies et, bien qu'imperceptiblement, par le lobbying omniprésent et influent des membres du Commonwealth.

L'ascension de Sunak a eu lieu en plein jour, est-il écrit, et cela se rapporte directement au discours sur le pouvoir croissant des banlieues (et de leur progéniture) à influencer la dynamique interne de la métropole déconfite. Une ascension largement prédite car accompagnée de complots et de sabotages dans le dos de BoJo, dont Sunak a été l'architecte de la chute - déclenchant la crise gouvernementale en juillet - et qui n'aurait jamais été possible si le "parti minoritaire" de Downing Street, dirigé par les Pakistanais Sajid Javid et Saqib Bhatti, l'Irakien Nadhim Zahawi et les Indiennes Priti Patel et Suella Braverman (photo, ci-dessous), ne l'avait pas soutenue et popularisée. Complots et sabotages se sont ensuite redirigés au détriment de Liz Truss, qui a également été boycottée sur le plan intérieur par les primevères rouges du parti indien - en particulier le ministre Braverman - et, sur le plan extérieur, mise en difficulté par un curieux bras de fer avec New Delhi.

1666986661_1666243956_suella-braverman.jpg

Homme de Londres ou homme de New Delhi ?

Trois raisons peuvent expliquer l'ascension impétueuse de Sunak, le premier ministre britannique du Joyau de la Couronne, à la lumière de ce qui s'est passé dans les coulisses de Downing Street.

La première est la moins diégétique : Sunak a senti le potentiel du parti minoritaire, de plus en plus nombreux et influent, et l'a utilisé à son avantage pour donner le coup de grâce à ses rivaux impopulaires. La revanche (authentique et sans malice) du Commonwealth sur Londres.

La deuxième et la troisième sont similaires mais différentes : la montée en puissance de Sunak comme faisant partie d'un plan astucieux scénarisé par des esprits raffinés basés soit en Angleterre, et donc stabilisateurs, soit en Inde, et donc puissamment inquiétants.

Le premier cas. Il pourrait s'agir d'une tentative, née dans les coulisses, de restaurer le calme en Grande-Bretagne afin qu'elle puisse poursuivre le rêve post-Brexit d'une Grande-Bretagne globale, dont le couronnement serait inévitablement le scellement d'une relation spéciale avec l'Inde - une mission échouée par BoJo, perdue dès le départ par Truss et que seul un homme comme Sunak, un véritable enfant du Gange, aurait une réelle chance de mener à bien. L'entrée de Londres dans l'ère post-anglo-saxonne comme fonction préparatoire à un retour impérial.

Le deuxième cas. On serait alors confronté à un phénomène exceptionnel : la transformation de New Delhi en un acteur décisif dans les équilibres internes de la Grande-Bretagne. Un acteur capable de les consolider ou de les briser, selon l'intérêt et la contingence, avec l'aide de sa progéniture insérée aux postes économiques et politiques clés. La métropole otage de l'(ancienne) périphérie.

Quelle que soit la durée réelle du mandat de Sunak, l'intrigue qui a permis son succès ne restera pas dans l'histoire comme un épisode impromptu, mais comme un événement décisif - un tournant entre deux époques. Il y aura un avant et un après Sunak. L'après-Sunak coïncidant avec un Royaume-Uni pleinement conscient de sa multiracialité et de l'érosion progressive de l'idée même de britannicité. La question est de savoir si et dans quelle mesure cette transformation aura des répercussions internationales importantes et, surtout, au profit de qui.

mardi, 04 octobre 2022

Liz Truss: cela pourrait être encore bien pire!

FHzI8LWX0AQSI3G.jpg

Liz Truss: cela pourrait être encore bien pire!

Enric Ravello Barbier

Source : https://www.enricravellobarber.eu/2022/10/liz-truss-todavia-podia-ser-peor.html#.YzwjQUzP2Ul

La mort d'Elizabeth II marque la fin d'un règne et de toute une époque de l'histoire britannique, une époque qui a vu le déclin du Royaume-Uni, qui avait commencé comme puissance impériale et a fini comme un pays de second rang progressivement isolé sur la scène internationale. S'il y a une valeur à reconnaître à son protagoniste, c'est sans doute celle d'avoir été une "professionnelle" de la Couronne. Elizabeth II Windsor (en réalité Saxe-Cobourg Gotha) s'est occupée de tous les détails de sa vie en gardant à l'esprit son rôle de reine, auquel le personnel était toujours subordonné, dans la vie comme dans la mort. Ce n'est pas une coïncidence si elle a choisi l'Écosse pour mourir, une note émotionnelle doublée de l'impact visuel de voir le cercueil de la Reine avec la version écossaise des armoiries royales britanniques (deux carrés du lion rouge écossais, un des trois lions anglais et un de la harpe irlandaise) alors qu'on le convoyait de Balmoral à Édimbourg. À son arrivée à Londres, le cercueil a été recouvert des armoiries royales dans la version utilisée en Angleterre, au Pays de Galles et en Irlande du Nord (deux quadrants des trois lions anglais et un du lion rouge écossais, plus le quadrant de la harpe irlandaise).

gettyimages-1243137768_custom-354f54cfdf6f193fa34fe8f3e31d632409bbdf38-s1100-c50.jpg

Parmi les détails, quelque chose d'illustratif, qui est passé inaperçu - ou du moins non commenté par les journalistes couvrant les funérailles. Tous les soldats portant le cercueil de la Reine, tant en Écosse qu'en Angleterre, étaient quasiment tous blancs (à de rares exceptions près, dont la photo ci-dessus), ce qui n'est évidemment pas un hasard. De nombreux chroniqueurs soulignent que seuls les Britanniques blancs l'ont pleurée. Le changement démographique - tant soutenu par la maison royale - sera l'un des éléments qui mettront fin à la monarchie britannique.

Les funérailles étaient une tentative de montrer au monde qu'ils étaient toujours la nation puissante qui a construit le plus grand empire de l'histoire mondiale. Un chant du cygne ; rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. C'est précisément sous le règne d'Elizabeth II que le Royaume-Uni a d'abord définitivement perdu son empire, puis a commencé à perdre le contrôle de son territoire européen, qui a été progressivement occupé par des masses d'immigrants provenant de ses anciennes colonies, une bataille démographique très difficile à inverser.

19_1_D-Day für Johnson Kopie.jpg

Boris Johnson, l'anti-Européen

Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, a déclaré à propos de la démission de Johnson : "Sous Boris Johnson, le Royaume-Uni a mené une politique agressive à l'égard de la Russie après avoir retiré le Royaume-Uni de l'Europe et s'être retrouvé marginalisé par rapport à la politique européenne. Ces derniers temps, il a été très actif en essayant de créer une nouvelle alliance : Royaume-Uni, Pologne, pays baltes, Ukraine, pour obtenir le soutien britannique sur le continent. Sa démission est la bienvenue".

Tandis que le géopolitologue français Alexandre del Valle a déclaré sur son compte twitter : "La démission de Boris Johnson est une bonne nouvelle pour la paix en Europe. Il a été le principal moteur de la guerre pour couvrir ses scandales internes, poussant une dynamique belliciste avec le risque de provoquer une guerre majeure entre la Russie et l'OTAN".

Johnson représentait le Brexit "dur" - on pourrait dire absurde - d'une rupture totale avec l'Europe, et l'immigration d'Afro-Asiatiques du Commonwealth et le remplacement démographique des Britanniques blancs (1) (2).

Liz Truss est arrivée

Liz Truss a commencé sa carrière politique au sein des libéraux avant de passer aux Tories. Elle a été critique de la monarchie, anti-Thatcher et a fait campagne pour le Remain avant de devenir une fervente partisane du Brexit dur. Avec sa rhétorique ultra-libérale et europhobe, Truss a remporté l'élection interne du parti conservateur au cours de laquelle le remplaçant de Boris Johnson devait être choisi.

0_MaguireTrussClown.jpg

L'ancienne ministresse des affaires étrangères a battu son rival, l'ancien ministre des finances Rishi Sunak. Tous deux représentent l'aile la plus conservatrice et la plus ultra-libérale du parti. Rishi Sunak a été le candidat le plus chanceux au premier tour, mais a perdu au second tour face à Truss. Sunak, d'origine indienne, montre que le Parti conservateur sera bientôt dirigé par des personnes d'origine étrangère. Sans surprise, le parti Tory a été le principal moteur du remplacement démographique des Britanniques autochtones. Rappelons que durant les 43 dernières années, lorsque ce processus s'est déroulé, 33 l'ont été sous un gouvernement conservateur et 10 sous un gouvernement travailliste. Un fait qui devrait donner à réfléchir à ceux qui pensent que les partis conservateurs sont un frein à l'immigration.

Deux jours avant sa mort, Elizabeth II a nommé Truss au poste de Premier ministre, évitant ainsi un long processus de passation des pouvoirs, ayant ainsi donné sa "dernière bénédiction".  Dans le gouvernement de Truss, il n'y aura pas d'hommes blancs aux postes clés (3). Ainsi - pour répéter ce que nous avons dit plus haut - le parti conservateur sera le premier parti européen à exclure les autochtones de la direction d'un pays européen.  Il n'y a pas de place pour les hommes blancs dans le conservatisme, le rôle principal passe aux minorités déjà installées en Grande-Bretagne.

L'échec de la Grande-Bretagne globale. Le Royaume-Uni isolé dans l'anglosphère.

En politique étrangère, Truss aggravera les relations déjà tendues avec l'UE, comme Bruxelles l'a déjà annoncé (4) (5). La nouvelle Première ministre menace de ne pas accepter les conditions de sortie et a déclaré qu'elle ne se conformera pas au "protocole irlandais", qu'elle modifiera unilatéralement.

Poursuivant la ligne anti-européenne et belliciste de Johnson, Truss a insisté sur le soutien à l'Ukraine - avec ses effets déstabilisants sur l'Europe. En déclarant en septembre dernier : "La Grande-Bretagne armera l'Ukraine jusqu'à ce qu'elle vainque la Russie". Dans son délire, elle a également déclaré que: "Si la situation exigeait que j'appuie sur le bouton nucléaire, je le ferais immédiatement. Et je me moque que des millions de personnes meurent, pour moi l'essentiel est la démocratie et nos idéaux". Fantasmer sur les souvenirs d'être un grand empire alors que le Toyaume-Uni n'est qu'une ancienne puissance en déclin imparable.

220901-Liz-Truss-puppet-PM.jpg

Quelqu'un devrait rappeler à l'intrépide première ministresse britannique que le Royaume-Uni dispose de 215 ogives nucléaires, tandis que la Russie en possède plus de 7000, dont beaucoup sont dirigées vers Londres.

"Global Britain", la stratégie internationale post-Brexit du Westminster, n'a pas eu de résultats concrets

Le RU est désormais marginalisé au sein du pacte AUKUS, une alliance de puissances anglo-saxonnes dont le véritable objectif est de faire face à l'expansion chinoise dans le Pacifique. Les trois autres puissances anglo-saxonnes du pacte (les États-Unis, l'Australie et la Nouvelle-Zélande) ont toutes ou presque toutes leurs côtes dans le Pacifique ; le Royaume-Uni se trouve aux antipodes planétaires et son rôle dans l'Alliance n'est guère plus que décoratif.

Londres a essayé de se rendre fort dans les pays de Visegrad, dans le cadre de sa géopolitique permanente visant à séparer l'Allemagne de l'Europe centrale et orientale, mais la réalité est que les deux principales capitales du groupe de Visegrad ont ignoré Londres : Varsovie donne la priorité à son alliance avec Washington et Budapest regarde - timidement - vers Moscou.

deflt10dsault.jpg

L'un des arguments présentés par Boris Johnson aux Britanniques était la signature prochaine d'un pacte commercial qui ferait du Royaume-Uni un partenaire commercial préférentiel des États-Unis, permettant au marché américain de remplacer le marché européen. Non seulement un tel pacte n'est ni annoncé ni en vue, mais l'arrivée de Biden - un démocrate - à la Maison Blanche a refroidi les relations entre Washington et Londres, qui sont aujourd'hui au plus mal (6). Il convient de rappeler que Biden est d'origine irlandaise et qu'il a, à plusieurs reprises, averti les locataires de Westminster de faire preuve de prudence à l'égard de la situation en Irlande.

Vers un effondrement économico-financier

La situation économique du Royaume-Uni est désastreuse (7). La livre est à son niveau le plus bas et l'inflation à son niveau le plus haut. L'horizon à court et moyen terme est chaotique. La monnaie britannique est presque à parité avec le dollar, la Banque d'Angleterre a dû venir à son secours (8) et l'inflation est imparable.

Les décisions malavisées de Westminster en matière de taux d'intérêt et les politiques de relance post-Covid malavisées menacent de pousser le Royaume-Uni dans une situation économiquement et socialement insoutenable. Le 1er octobre dernier, des milliers de Britanniques sont descendus dans la rue pour brûler symboliquement leurs factures d'électricité en raison de leurs prix élevés, un avant-goût de ce qui va se passer cet hiver.

Non contente de se trouver confrontée à tous ces problèmes, Mme Truss menace de ne pas se conformer aux conditions de sortie de l'UE, ce qui déclencherait des contre-mesures commerciales de Bruxelles pour les importations et les exportations britanniques qui pourraient plonger le Royaume-Uni dans un très grave problème d'approvisionnement.

Ces perspectives économiques renforcent - encore plus - la volonté de l'Écosse et de l'Irlande du Nord de quitter un Royaume-Uni qui, alors, se rétrécira.

Comme première mesure économique, Truss a annoncé une importante réduction des impôts, qu'elle a dû modifier immédiatement car elle mettait en danger la continuité de son faible gouvernement (9). Une deuxième mesure consiste à assouplir les lois britanniques sur l'immigration. Des lois qui, comme nous l'avons déjà dit, marginalisent les Européens et favorisent les masses afro-caribéennes et asiatiques des pays membres du Commonwealth (10). Rien ne semble pouvoir empêcher l'économie britannique de sombrer dans le chaos au cours des prochains mois (11).

Dans son discours inaugural en tant que premier ministre, Liz Truss a déclaré : "Ensemble, nous pouvons surmonter la tempête". La réponse du peuple britannique va dans une autre direction, le parti conservateur est au plus bas niveau de son soutien populaire et une débâcle électorale en faveur des travaillistes s'annonce. Le Daily Mirror de Londres a publié en première page le 3 octobre "Truss est terminée". La question est : une autre personnalité ne sera-t-elle pas encore pire que Truss ?  Le rythme du déclin du Royaume-Uni nous amène à penser que ce serait très probablement le cas.

NOTES :

1) https://www.enricravellobarber.eu/2020/02/precisiones-sobre-la-aplicacion-y-el.html#.YzsJKctBzIU

2) https://www.enricravellobarber.eu/2020/02/sobre-las-medidas-antiimmigracion-de.html#.YzsI68tBzIU

3) https://panampost.com/mamela-fiallo/2022/09/06/hombres-blancos-nuevo-conservadurismo-ingles/

4) https://www.elespanol.com/mundo/europa/20220906/ue-empeoramiento-relaciones-reino-unido-victoria-truss/700930232_0.html

5) https://elordenmundial.com/liz-truss-mas-peligrosa-que-johnson-para-la-ue-y-para-el-reino-unido/

6) https://www.elmundo.es/internacional/2022/09/21/6329d54621efa051368b45af.html

7) https://www.elmundo.es/economia/2022/09/27/6331e9b721efa0da3c8b4599.html

8) https://elpais.com/economia/2022-09-26/el-banco-de-inglaterra-y-el-gobierno-de-truss-intervienen-para-frenar-el-desplome-de-la-libra.html

9) https://elpais.com/economia/2022-10-03/la-primera-ministra-britanica-da-marcha-atras-en-la-rebaja-de-impuestos-para-salvar-su-gobierno.html

10) https://www.theguardian.com/uk-news/2022/sep/24/liz-truss-plans-to-loosen-immigration-rules-to-boost-uk-economy

11) https://www.elmundo.es/economia/2022/09/10/631b8816e4d4d8277e8b45c7.html


 

dimanche, 02 octobre 2022

Remarques sur des funérailles planétaires

Mort-d-Elisabeth-II-comment-vont-se-derouler-ses-funerailles.jpg

Remarques sur des funérailles planétaires

par Georges FELTIN-TRACOL

Pendant une journée, Londres a retrouvé son rang de capitale du monde qui fut le sien sous la reine Victoria (1819 - 1837 – 1901). Plus d’une centaine de chefs d’État parmi lesquels de très nombreuses têtes couronnées dont l’empereur du Japon lui-même, et des chefs de gouvernement, venus du Commonwealth ou pas, ont assisté aux obsèques de la reine Elizabeth II le lundi 19 septembre dernier.

La médiasphère occidentale s’est complue pendant cette séquence dans l’émotion, la superficialité et l’hagiographie. Une grandiose entreprise de sidération de masse s’est déroulée sous nos yeux crédules. Oubliées par conséquent les questions gênantes autour de cet événement.

Par exemple, comment peut-on justifier une file longue, selon les journalistes sur place, de plusieurs kilomètres et une attente variable entre douze et vingt-quatre heures au moment où le Royaume Uni vient à peine de sortir de la crise covidienne ? L’organisation de soirées privées dans les ministères au temps du confinement – le célèbre Partygate – a provoqué la démission du Premier ministre Boris Johnson. Dans un royaume chagriné, des millions de Britanniques se réunissent et se côtoient pendant de longues heures sans craindre la moindre contamination. Certes, ils patientent dans les rues et bravent la nuit, le froid et le vent… Ces attroupements gigantesques ne favorisent-ils pas néanmoins l’apparition de foyers de contagion géants ? Sinon ces scènes n’invalident-elles pas le port de la muselière hors de son domicile ? À moins que le covid contribue à sa manière à respecter le deuil national d’Albion.

la-foule-s-est-amassee-en-nombre-dimanche-dans-les-rues-d-edimbourg-pour-voir-le-cortege-funeraire-de-la-reine-elizabeth-ii-photo-sipa-duncan-mcglynn-1662914823.jpg

Tous les commentateurs s’esbaudissent des hommages rendus à la reine défunte. Maints reportages montrent un peuple éploré. Nul n’aurait l’idée de se gausser de ces manifestations de respect. En décembre 2011, quand décéda subitement le président de la Commission nationale de défense de la République populaire démocratique de Corée, Kim Jung Il, les Occidentaux se moquèrent des foules massées dans les artères principales de Pyongyang qui pleuraient la disparition de leur dirigeant bien-aimé. Avec leurs clichés modernes, ils y voyaient au mieux une manipulation, au pis un fanatisme orchestré. Or, « les lamentations collectives, écrit Philippe Pons dans Le Monde du 22 décembre 2011, font partie des expressions de la douleur du deuil dans la culture coréenne. […] Les Coréens sont extravertis dans la joie comme dans la douleur. Lors des funérailles d’un parent, ces derniers “ crient “ leur chagrin. Exprimer ses condoléances par des larmes relève de l’étiquette sociale ».   C’est en effet à travers les rites funèbres que se découvre l’âme profonde des peuples. Encore faudrait-il que les journalistes de l’Occident global soient compétents en ethno-psychologie...

À l’heure où l’empreinte carbone devient un critère prioritaire de « gouvernance », quel est donc l’impact environnemental d’une telle concentration humaine ? Ne faut-il pas prendre en compte le ballet des avions des responsables politiques arrivant à Londres ? N’aurait-il pas été souhaitable qu’ils viennent tous en char à voile et en trottinette électrique ? Ils appellent leurs populations à la sobriété énergétique, mais ils se moquent volontiers de leurs injonctions qui ne les concernent pas. Insupportable « deux poids deux mesures » !

Derrière l’apparat traditionnel – la proclamation de Charles III par le roi d’arme de l’Ordre de la Jarretière au palais Saint-James – se tapit un ultra-progressisme inquiétant d’inspiration spéculative franc-maçonne. Les  Windsor-Mountbatten représentent une famille cosmopolite. David Icke y voit des « reptiliens ». La réalité est plus prosaïque. Cette dynastie d’origine germanique et danoise sert depuis la chute des Stuart en 1688 la véritable souveraine d’Angleterre: la finance de la City de Londres !

La reine a nommé sous son règne quinze premiers ministres. Le dernier, deux jours avant sa mort, est la conservatrice Liz Truss qui s’appelle en réalité Mary Elizabeth Truss. La reine se prénommait Elizabeth Alexandra Mary. L’inversion des prénoms n’est-elle pas, sinon une singulière coïncidence, un signe digne des augures ? Par ailleurs, à propos du nouveau roi, son prénom reste problématique dans l’histoire anglaise. Charles Ier Stuart meurt décapité en 1649 sur l’ordre d’Oliver Cromwell. Le général Monck restaure en 1660 la royauté en faveur de Charles II, le fils du monarque assassiné, qui règne jusqu’en 1685. La « Grande Peste » de 1665 (environ 80.000 morts), le « Grand Incendie » de Londres en 1666 (près de 14.000 maisons et églises détruites) et la promulgation de l’Habeas Corpus de 1679 qui limite son absolutisme imité de Louis XIV marquent ce quart de siècle « carolien ». Toujours sous Charles II émergent au Parlement les factions whigs (référence aux paysans calvinistes écossais révoltés) et tories (allusion aux brigands, catholiques ou non, irlandais).

le-cercueil-de-la-reine-elizabeth-ii-au-palais-de-westminster-a-londres-photo-sipa-leal-wpa-shutterstock-1663361717.jpg

Les funérailles solennelles d’Elizabeth II préfigurent-elles l’enterrement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord ? Promoteur du multiculturalisme et habitué aux réunions annuelles de Davos, Charles III pourrait voir l’éclatement de son royaume avec l’indépendance de l’Écosse, la réunification de l’Irlande - bien que dans ces deux cas, les indépendantistes soient eux aussi des globalistes gendéristes -, et la fragmentation socio-culturelle de l’Angleterre. On sait maintenant qu’Elizabeth II n’appréciait guère le premier ministre travailliste Anthony Blair. Outre son rôle intrusif dans la gestion médiatique de la mort soudaine de la princesse Diana et l’attitude plus que hautaine de la républicaine catholique Cherie Blair, la reine regrettait la Dévolution envers l’Écosse, le Pays de Galles et l’instauration de la puissante mairie du Grand Londres.

Les obsèques d’audience planétaire d’Elizabeth II détournent pour l’instant l’immense colère sociale. Une inflation élevée déclenche de nombreuses grèves, pour l’heure suspendues. Le gouvernement pseudo-conservateur et véritablement financiariste profite des circonstances pour tenter d’étouffer les tensions socio-économiques. Attention ! Cela ne veut pas dire que la reine coule maintenant des jours heureux sur une quelconque île des Bahamas en compagnie d’Elvis Presley !

Certes, Elizabeth II a montré tout au long de sa vie un grand sens du devoir. Mais, en son nom, elle a entériné le conflit honteux en 1983 contre l’Argentine dans l’Atlantique Sud, accepté la répression inacceptable pendant trois décennies en Irlande du Nord et cautionné en tant que reine du Canada l’occupation pluriséculaire du Québec et l’asservissement des autres communautés canadiennes-françaises. On attend toujours des excuses officielles et sincères de Londres pour le « Grand Dérangement » des Acadiens au milieu du XVIIIe siècle.

23628302lpw-23628704-article-jpg_9021248_660x287.jpg

À l’instar des autres monarchies modernes, la royauté britannique n’est qu’une parodie de traditions dévaluées. Les membres des familles régnantes (ou non) actuelles se vautrent dans le politiquement correct. Le prince de Galles William réclame la censure sur Internet des supposés discours de   « haiiiiinnnnne ». Les couronnes se parent dorénavant de wokisme. Croire en un sursaut national, populaire et européen en rétablissant une auctoritas royale devient un grave contre-sens. Les monarchies occidentales valident toutes les involutions sociétales. Finalement, les seules à garantir leurs intérêts nationaux sont les républiques dynastiques coréenne du Nord et syrienne !

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 44, mise en ligne le 27 septembre 2022 sur Radio Méridien Zéro.

samedi, 01 octobre 2022

Que se passe-t-il chez les Britanniques?

images-13.jpeg

Que se passe-t-il chez les Britanniques?

La livre britannique à un niveau historiquement bas, les taux d'intérêt souverains s'envolent

https://zurzeit.at/index.php/was-ist-denn-bei-den-briten-los/

L'ancienne et prestigieuse livre sterling, monnaie du Royaume-Uni et, jusqu'à récemment, l'une des grandes monnaies de réserve du monde, a connu une chute sans précédent ces derniers jours. Rien qu'au cours des deux semaines qui viennent de s'écouler, la livre s'est dépréciée de plus de 10% par rapport au dollar américain, atteignant lundi son niveau le plus bas jamais enregistré, à 1,038 GBP/USD. Depuis l'été dernier, la livre a même perdu plus d'un quart de sa valeur. Ce sont des proportions qu'en temps normal l'on ne connaît que pour les monnaies du tiers-monde.

Dans le même temps, les taux d'intérêt que le nouveau ministre des Finances britannique, Kwasi Kwarteng, doit payer pour sa dette publique sur les marchés obligataires sont en forte hausse. Depuis le début du mois, le taux de rendement des "gilts", le nom donné aux obligations d'État dans le jargon boursier, est passé de 2,6 à 4,1 %. Il y a un an, ces obligations d'État coûtaient encore moins de 0,2 % d'intérêt. Le nom "gilts" vient d'ailleurs de "gilt-edged" (en français : "avec un bord doré"), parce qu'autrefois, le gouvernement de Sa Majesté ajoutait justement un bord doré aux pièces physiques pour suggérer une solvabilité et une valeur particulières. Eh bien, ce vernis est maintenant enlevé ...

La chute de la devise et des obligations a été déclenchée par la présentation du budget et des réductions d'impôts prévues par la nouvelle Première ministre Liz Truss vendredi dernier. Pour atténuer le coût de l'explosion des prix de l'énergie, la Grande-Bretagne devra trouver au moins 60 milliards de livres (près de 70 milliards d'euros actuellement) de nouvelles dettes sur les marchés des capitaux au cours des six prochains mois. Parallèlement, les baisses d'impôts censées, selon Truss, relancer l'économie britannique, sont critiquées comme étant inadaptées à cet objectif, car elles allègent surtout les hauts revenus et n'ont donc pas d'effet économique à grande échelle.

Mais les véritables causes sont plus profondes. Depuis plus d'un an, les consommateurs et l'industrie souffrent des prix exorbitants du gaz. En 2021 déjà, plusieurs fournisseurs de gaz des îles britanniques ont connu des difficultés financières et de nombreux consommateurs ne peuvent plus payer leurs factures de gaz. Et ce, malgré l'existence depuis longtemps d'un plafond légal ("price cap") pour les dépenses énergétiques privées. En effet, le gaz naturel n'est pas seulement une énergie de chauffage importante dans les foyers anglais, mais il est également largement utilisé pour la cuisine et la pâtisserie. Le fait que la Grande-Bretagne possède elle-même d'importants gisements de gaz et de pétrole en mer du Nord n'aide pas la population britannique. En effet, le rendement de ces gisements est en baisse depuis 20 ans et aucun investissement n'a été réalisé dans de nouvelles sources d'énergie, l'avenir des énergies fossiles étant considéré comme politiquement incertain. Il n'est donc pas étonnant que le taux d'inflation officiel soit désormais de 10,1 % en juillet.

Les sanctions économiques contre la Russie, dans lesquelles le gouvernement britannique s'est jusqu'à présent particulièrement distingué, au même titre que les États-Unis, ont ensuite mis le comble à cette situation. Un bel exemple de ce qui pourrait malheureusement nous arriver en hiver.

jeudi, 22 septembre 2022

Charles III, roi de la "Grande Réinitialisation"

d1f2ddc420c338580a657c226ca5c7fe.jpg

Charles III, roi de la "Grande Réinitialisation"

Le nouveau monarque britannique est un partisan du "Nouvel ordre mondial

Bernhard Tomaschitz

Source: https://zurzeit.at/index.php/charles-iii-koenig-des-great-reset/

Après la mort de la reine Elizabeth II, son fils aîné Charles est devenu le nouveau chef d'État. Contrairement à sa mère, qui ne s'est jamais exprimée politiquement au cours de sa longue vie, le nouveau roi, qui portera le nom de Charles III, a pris clairement position à plusieurs reprises. Il est surtout l'une des figures de proue du "Great Reset", c'est-à-dire de la transformation fondamentale de l'économie et de la société ordonnée d'en haut.

Lors d'une conférence virtuelle du "Forum économique mondial", le 3 juin 2020, l'héritier du trône à l'époque a déclaré que "nous avons une occasion en or de tirer quelque chose de bon de cette crise - rendre ses ondes de choc sans précédent plus réceptives aux grandes visions du changement". Par crise, il faut entendre la crise provoquée par le coronavirus. Et de poursuivre : "En passant du sauvetage à la reprise, nous avons donc une occasion unique, mais qui disparaît rapidement, de tirer des leçons et de nous engager sur une voie plus durable. Nous n'avons jamais eu cette opportunité et ne l'aurons peut-être plus jamais. Nous devons utiliser tous les leviers à notre disposition, car nous savons que chacun d'entre nous a un rôle important à jouer".

De plus, l'ex-Prince de Galles a fait savoir sur son site internet : "Le Great Reset, lancé aujourd'hui dans le cadre d'une table ronde virtuelle, vise à reconstruire, redessiner, revitaliser et rééquilibrer notre monde. Il a été conçu pour garantir que les entreprises et les communautés 'reconstruisent mieux' en plaçant les pratiques commerciales durables au cœur de leurs activités".

Le terme clé est "durable" et semble à première vue raisonnable et discret. Mais en réalité, le terme "durable" est le prétexte pour augmenter ou créer de nouvelles taxes, changer les habitudes de vie des gens, manipuler les masses ou restreindre les droits fondamentaux au nom de la religion civile du changement climatique prétendument causé par l'homme uniquement. Et tout cela, bien sûr, sans que les citoyens aient leur mot à dire démocratiquement.

samedi, 17 septembre 2022

Elizabeth Windsor et Elizabeth Truss: un bilan intermédiaire

queen-elizabeth-ii-liz-truss.png

Elizabeth Windsor et Elizabeth Truss: un bilan intermédiaire

par Maxim Medovarov

Souce: https://www.ideeazione.com/elizabeth-windsor-ed-elizabeth-truss-risultati-intermedi/

Une évaluation sobre des capacités du système politique britannique dans une nouvelle phase de crise exceptionnellement aiguë du développement mondial s'impose.

Deux jours après avoir rencontré son homonyme et l'avoir confirmée comme Premier ministre, la reine Elizabeth II, minée par un stress excessif, a quitté ce monde. Il est difficile d'imaginer un moment plus symbolique et providentiel.

La Reine a commencé à régner sur le pays avec Churchill et l'a laissé avec Truss: la dégradation est évidente, mais le vecteur politique du premier et de la seconde est le même. Elizabeth II, en tant que monarque, n'a jamais été une figure décorative et a toujours été impliquée dans les affaires publiques bien plus que ce que l'on pouvait attendre d'elle. Même la première fois qu'il lui a parlé de politique, Churchill a été interpelé par la profondeur de ses connaissances.

Il ne fait aucun doute qu'Elizabeth II partage non seulement formellement (en tant que monarque qui ordonne l'usage de la force), mais en fait avec ses premiers ministres, la responsabilité de toutes les interventions, guerres, répressions et coups d'État dans le monde déclenchés par la Grande-Bretagne au cours des 70 dernières années. Le symbole de la complicité personnelle de la Reine dans les crimes de guerre a été sa prestation devant un piano volé au palais de Saddam Hussein. Et puis il y a eu et il y a Suez, les Malouines, l'Irak, la Yougoslavie, la Libye, la Syrie, l'Ukraine: partout l'élite britannique a laissé des marques sanglantes dans le monde au cours des 70 ans de règne d'Elizabeth II. Les réseaux sociaux en Argentine, en Iran, en Égypte se réjouissent aujourd'hui de la nouvelle de la mort de la reine.

Pour la société britannique elle-même, ce furent 70 ans de dégradation de la culture, de l'éducation, des infrastructures, de la protection sociale, des soins de santé et de l'économie. Aujourd'hui, les gens ordinaires et les villes du Royaume-Uni sont plus pauvres et plus ruinés qu'il y a seulement un demi-siècle. Un tiers de la population britannique est constituée d'immigrants ou de descendants d'immigrants, un fait qui se reflète désormais de manière éclatante au niveau du gouvernement et du parlement.

ihs8bz19rga51.jpg

Le Commonwealth britannique s'est effondré sous nos yeux au cours des deux dernières décennies. L'Inde a même rompu ses liens symboliques avec Londres et mène une politique totalement indépendante. Les Fidji ont fait sécession du Commonwealth, la Barbade de la Couronne britannique. L'Australie et la Jamaïque abordent pour la première fois une discussion politique sérieuse sur la sécession, sur le rejet de la souveraineté britannique suite au prochain couronnement de Charles. Bien sûr, il ne faut pas s'attendre à une sécession immédiate, mais le processus est en cours. En quelques années, Londres pourrait - si les circonstances extérieures le permettent - perdre non seulement ces territoires d'outre-mer, mais aussi l'Écosse et l'Irlande du Nord, devenant ainsi un royaume divisé.

Le décès d'Elizabeth II ne peut pas être simplement évoqué comme s'il s'agissait d'une simple question d'âge. Sa mère et son mari ont vécu plus longtemps qu'elle. Elle s'inscrit dans la tendance de l'année 2022, avec la grande guerre de libération en Ukraine et le glissement tectonique de l'économie mondiale vers la multipolarité, avec les décès symboliques de ceux qui incarnaient cette époque proche et révolue, de Jirinovski aux responsables de l'effondrement de l'Union soviétique. En l'espace de quatre mois, Chouchkevitch, Kravchuk, Burbulis, Bakatin et Gorbatchev sont morts les uns après les autres, ce qui ne peut être une simple coïncidence. Elizabeth II trouve logiquement sa place dans cette énumération nécrologique, tandis que les noms de Biden, Kissinger et Soros manquent encore à l'appel.

Elizabeth II était un symbole de l'atlantisme "doux". Il semble qu'elle n'ait fait des commentaires ouvertement anti-russes qu'une seule fois, il y a quelques années, dans un discours du trône devant le Parlement. Son rôle dans le système atlantiste était de représenter le "bon flic" face à ses premiers ministres. Aujourd'hui, les masques sont tombés et la catastrophe anthropologique vivante qu'est aujourd'hui la Grande-Bretagne, en la personne de Liz Truss, est harmonieusement complétée par le roi Charles III de Grande-Bretagne, caricatural et très mal aimé, qui a battu tous les records d'âge pour accéder au trône.

Le choix du nom de Charles pour le trône, d'une part, ramène pour la première fois la couronne britannique au souvenir des Stuarts et à ses racines écossaises. Bien qu'il n'y ait pas une goutte de sang anglais ou écossais chez Elizabeth et Charles, seulement du sang allemand et un peu de sang danois, tous deux ont pris soin de donner la priorité à l'Écosse dans leurs visites et leurs titres. Ce n'est pas une coïncidence si la reine a passé les derniers mois de sa vie au château de Balmoral, en Écosse.

ANP-454326411.jpg

D'autre part, Charles II (1766-1788) était le nom du prétendant au trône britannique, le légendaire favori Charles Edward Stuart, "Bonnie Prince Charlie", dont le monument se dresse même à Derby, en Angleterre. Dans cette optique, le choix par le nouveau roi du nom de Charles III révèle un accent délibérément provocateur de sa succession aux monarques libéraux et oligarchiques qui gouvernent les îles depuis 1689 et qui sont étroitement alliés à l'élite financière et politique de la City. Le Prince Charles a longtemps cherché à se créer une drôle de réputation de champion du traditionalisme, mais ces dernières années ont montré à quel point il l'était.

L'engagement du nouveau roi envers l'atlantisme et le mondialisme sera tout aussi ferme que celui du nouveau premier ministre. Mais une nouvelle ère se profile à l'horizon, une ère sans Gorbatchev, si vous voulez ; et les différences se manifesteront par une profonde crise politique intérieure, un effondrement énergétique et une rupture complète des procédures démocratiques, même apparentes (c'est déjà le troisième premier ministre à arriver au pouvoir sans élections générales et malgré la haine de la majorité de la population du pays).

Du point de vue de la Russie, il n'y a pas lieu de se réjouir ou de se désoler. Il est nécessaire de procéder à une évaluation sobre des capacités réelles du système politique britannique dans la nouvelle phase, extraordinairement aiguë, du développement mondial. Mais l'écrasante majorité de la population britannique, selon tous les sondages et enquêtes, n'est manifestement pas heureuse de voir Charles III devenir ou de voir Liz Truss ou Boris Johnson à la tête du gouvernement, ou de subir l'imposition autoritaire du programme LGBT ou de se voir administrer des factures astronomiques d'électricité et de chauffage. On ne peut que lui présenter nos condoléances.

mercredi, 14 septembre 2022

La cour royale de Grande-Bretagne et les mots d'ordre mondialistes

shutterstock_1591398139-scaled.jpg

La cour royale de Grande-Bretagne et les mots d'ordre mondialistes

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/09/09/britannian-kuningashovi-ja-globalistien-agendat/

Le décès de la reine d'Angleterre a été rapporté dans les médias du monde entier. Monarque qui régna plus de 70 ans, Elizabeth II, décède tout récemment au château de Balmoral en Écosse, unjeudi soir de septembre, à l'âge de 96 ans. Elle a bénéficié d'un grand succès populaire pendant la majeure partie de son règne - du moins c'est ce qu'on nous assure.

Certains disent que c'est l'Empire britannique qui a lancé le projet de mondialisation qui révolutionne le monde. Il est ironique que le décès du leader symbolique du Commonwealth soit pleuré par des personnes qui, dans le même temps, s'indignent du fait que leur île natale soit envahie par des immigrants venus des anciennes colonies, tandis que les Britanniques de souche seront bientôt une minorité dans leur propre pays.

Selon l'ordre de succession britannique, le fils aîné de la reine deviendra désormais roi. Né à Buckingham Palace en 1948, Charles est peut-être plus connu pour son mariage raté avec Lady Diana Spencer, qui est décédée dans un accident de la circulation à Paris en 1997, un an seulement après son divorce.

En tant que duc et prince de Windsor, Charles est dépeint en public comme un personnage maladroit mais aimable qui parle à ses plantes, aime l'architecture traditionnelle et protège la nature. Charles a même été considéré comme un "prince philosophe" antimoderne qui apprécie les religions du monde et est un partisan de l'école traditionaliste de la philosophie pérenne.

Mais dans une réalité plus dure, il est une noble figure de proue de l'empire mondialiste, où les manœuvres économiques et géopolitiques douteuses d'un petit groupe supranational sont hypocritement dissimulées derrière une façade philanthropique.

d16eaab0-3d45-11ea-9d26-97f5748ccca7.jpg

Combien se souviennent encore que c'est Charles, le futur roi du "développement durable", qui s'est prononcé en 2020 en faveur du "Great Reset" du Forum économique mondial ? Charles partageait l'idée de Klaus Schwab et de ses partenaires que la "pandémie" offrait une opportunité de changer fondamentalement le monde.

Dans la pratique, cela signifie que l'héritier du trône britannique - ainsi que les familles fortunées et la nouvelle figure de proue politique du Royaume-Uni, le Premier ministre nouvellement élu Liz Truss - continuera à combiner techno-féodalisme, faux écologisme et capitalisme d'entreprise.

Lorsque le père de Charles, le prince Philip, est décédé lors de la crise sanitaire en avril 2021, de nombreux journalistes sinistres se sont souvenus que le prince, qui cultivait les remarques désobligeantes et l'humour noir, avait un jour déclaré qu'il espérait être réincarné en un "virus mortel qui contribuerait à résoudre la surpopulation".

Comme de nombreux eugénistes de l'élite dirigeante, Charles a appelé à freiner la croissance démographique dans les pays en développement, et son fils, le prince William, a provoqué l'indignation avec ses commentaires sur la croissance démographique en Afrique. Étrangement, même à notre époque politiquement trop correcte, de telles déclarations racistes et éco-fascistes sont pardonnées assez facilement lorsqu'elles sont éructées par les membres des familles royales.

La cour royale britannique, avec son étiquette et son esthétique, peut apparaître aux monarchistes les plus ardents comme une "gardienne de la tradition", mais Elizabeth II et ses descendants promeuvent des agendas mondialistes depuis des décennies, des politiques d'immigration libérales aux programmes de l'ONU et aux politiques d'identité pour les minorités sexuelles.

Le futur roi Charles III continuera à jouer son rôle dans le maintien d'un empire mondial d'exploitation. La gestion de cet empire comprend des familles puissantes, des familles de banquiers, des membres de la royauté et des propriétaires de sociétés internationales et de conglomérats médiatiques, qui ne renonceront pas volontairement à leur pouvoir et à leurs plans, qui ont été affinés dans les sociétés secrètes des élites pendant des décennies.

dimanche, 14 août 2022

Gordon Brown et notre totale détresse énergétique à venir

b25lY21zOmIxZmM0MTEzLTlmN2QtNDgxMS04ODM0LTdmMmEwODYxMmNmYTpiZWY0YWZhOS1hNTVjLTQ1YTctYjA1NS1iYWU3N2E4YzRkMzg=.jpg

Gordon Brown et notre totale détresse énergétique à venir

par Nicolas Bonnal

Les milliardaires de Davos qui ont voulu le vaccin, la guerre antirusse et le reset pour mener à bien notre anéantissement démographique, culturel et économique, peuvent se frotter les mains: la détresse énergétique est pour cet hiver et elle va frapper tout le monde sauf cette minorité bourgeoise et bobo qui les soutient rageusement. Les gouvernements de l’Europe, à la solde de l’OTAN, de Biden et de Leyen, ne reculeront pas. Comme toujours c’est un ancien politicien, Gordon Brown cette fois, qui reconnaît notre catastrophe à venir ; elle concernera la moitié des Britanniques; on lisait dans la revue RT.com traduite par mes amis de lesakerfrancophone.fr;

« Si les politiciens eux-mêmes sont obligés de l’admettre :

« Selon le politicien travailliste Gordon Brown, l’augmentation continue des prix du carburant place « 35 millions de personnes dans 13 millions de ménages – un pourcentage sans précédent de 49,6 % de la population du Royaume-Uni«, en situation de risque de pauvreté énergétique en octobre. Qualifiant la situation de « bombe à retardement financière« , il a ajouté qu'il n’y a rien de moral à ce que des dirigeants indifférents condamnent des millions d’enfants et de retraités vulnérables et irréprochables à un hiver de grande pauvreté. »

202202ehr_uk_fuelcost_protest.jpg

Si, c’est très normal, Gordon, car il faut sauver le climat et faire reculer la barbarie, c’est-à-dire la Russie, en attendant la vieille Chine.

Brown espère que les élites futures, issues des minorités ethniques commerçantes ou du féminisme russophobe et branché, sauront réagir :

« C’est pourquoi, a déclaré M. Brown, le Premier ministre sortant Boris Johnson, ainsi que les candidats à la direction du parti Tory, l’ancien chancelier Rishi Sunak et la ministre des Affaires étrangères Liz Truss, « doivent convenir cette semaine d’un budget d’urgence. »

Warmer-Homes.png

Mais il a des doutes sur la bonne volonté du futur cabinet britannique, Gordon Brown : a-t-il lu mon texte sur Churchill (inspiré par l’historien John Charmley) qui, pour détruire son Poutine de service avec ses Polonais de service, anéantit l’Europe mais aussi la puissance impériale et l’économie de sa terre – avant de la soumettre, sa terre, au capital américain qui depuis nous a froidement anéantis ?

Et Gordon Brown use alors de tout son poids :

« S’ils ne le font pas, le parlement devrait être rappelé pour les forcer à le faire ». Il a ajouté que si rien n’est fait, une autre hausse du prix du carburant en janvier laissera 54 % de la population en situation de précarité énergétique. »

On se rapproche de la famine en Grande-Bretagne, ce pays si infatigable quand il s’agit de faire la guerre (pendant les guerres napoléoniennes on noyait aussi dans le sang les émeutes de la faim) :

« L’ancien Premier ministre a déclaré que les scènes dont il a été témoin dans son comté natal de Fife, en Écosse, lui rappellent ce qu’il a lu dans les années 1930 : des enfants sous-alimentés, « des retraités qui choisissent de nourrir leur compteur électrique ou de se nourrir eux-mêmes » et des infirmières qui doivent « faire la queue à leur banque alimentaire.»

Tout cela confirme mon analyse de la première heure ici-même : pousser la Russie à la guerre pour nous couper le gaz et instaurer le reset en appliquant les mesures techno-totalitaires utilisées pendant leur « épidémie ». L’utilisation dramatisée des incendies cet été renforce la panique censée justifier les mesures d’épouvante qui nous attendent cet automne et cet hiver. Les médias renforcent le contrôle d’hébétude collective dont parlait Baudrillard dans son noble opus sur la guerre d’Irak.

Brown frappe encore plus fort et il évoque Dickens :

 « La pauvreté « frappe si fort » que les organisations caritatives sont incapables d’alléger le fardeau des gens, a déclaré M. Brown, ajoutant que « la Grande-Bretagne crée une génération de jeunes garçons et filles laissés pour compte», dont l’enfance « commence à ressembler aux scènes honteuses d’un roman de Dickens ». L’ex-PM a promis de se battre « pour renouveler l’objectif de réduction de la pauvreté des enfants que ce gouvernement a honteusement aboli».

Le seul objet de ce gouvernement comme de celui de la France ou des blattes allemandes (Lauterbach est affolant : ancien de Harvard tout de même) et italiennes c’est la liquidation de nos économies pour sauver le climat, liquidation doublée d’un contrôle technologique concentrationnaire à prétexte sanitaire. On verra si l’Occidental moyen sera capable de le comprendre et de réagir. Mon cher ami Serge de Beketch disait avant de mourir que les gens réagiraient quand ils auraient plus peur que mal, on verra. Nietzsche disait que chez le petit peuple l’appétit vient en mangeant – et que donc en le lui coupant, cet appétit… La pénurie est la voie royale qui mène à la tyrannie, et c’est ce que veulent les élites occidentales depuis les années 70 (voyez mon texte sur ce grand reset qui se termine).

Ne comptez pas sur des cerbères comme Borne, Scholz ou Lauterbach pour réagir dans le bon sens.

Pour comprendre l’attitude de Gordon Brown (et de ces anciens politiciens soudainement honnêtes ou humanistes) je rappellerai l’impeccable formule de La Rochefoucauld: « les vieillards aiment à donner de bons préceptes pour n’être plus en état de donner le mauvais exemple » (maxime 93). En cette époque de gouvernements de fous furieux aux ordres de nonagénaires génocidaires (Soros, Rothschild, Schwab, la Reine, Fauci, Biden, etc.) c’est plutôt opportun à rappeler.

Il sera marrant de voir jusqu’où la presse (« cette corporation achetée ») justifiera toute cette gueuserie, c’est-à-dire, soignons nos mots, ce génocide.

Sources :

https://www.rt.com/news/560403-poverty-fuel-uk-brown

https://lesakerfrancophone.fr/revue-de-presse-rt-du-7-au-...

https://reseauinternational.net/pourquoi-le-grand-reset-s...

https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/06/30/le-syndrome-...

https://livrefrance.com/Rochrtf.pdf

 

 

vendredi, 05 août 2022

Anarchie britannique

Sex_Pistols_Anarchy_in_the_UK_Music_Video-593355936-large.jpg

Anarchie britannique

SOURCE : https://it.insideover.com/politica/lanarchia-britannica.html

Membre du Conseil de sécurité des Nations Unies, puissance de l'OTAN, membre des grandes alliances internationales et héritier d'un empire qui contrôlait une grande partie du monde, le Royaume-Uni affronte l'épreuve de l'histoire avec une seule certitude (pour l'instant) : celle de ne plus vouloir faire partie de l'Union européenne. Le Brexit, issu de ce retentissant référendum populaire de 2016, a sanctionné une rupture nette entre Londres et le Vieux Continent.

9b5c75ff-07e4-4d59-9358-125190aec7e7.jpg

Un divorce qui intervient après un mariage peu heureux, dans lequel l'île, plutôt que d'être un membre actif de la communauté européenne, est toujours apparue comme une épine dans le pied des tentatives d'intégration. Et au fil du temps, ces différences se sont révélées insurmontables, combinant un profond mécontentement à l'égard de l'UE dirigée par les Franco-Allemands et les aspirations britanniques à ne pas être engagées dans une politique considérée comme continentale et sans rapport avec ses ambitions et caractéristiques naturelles. La recherche d'un commerce mondial non lié aux schémas de l'UE, l'élan vers le monde, le sentiment de défaite d'une Europe désormais déséquilibrée par rapport à Berlin et Paris mais perçue comme un mécanisme destiné à prendre fin et, enfin, la relation spéciale avec les États-Unis (désormais le véritable dominus atlantique) ont fait qu'une partie profonde de l'État britannique n'a jamais nié la possibilité d'une sortie de l'UE. Le vote populaire, peut-être inattendu par les Brexiteers les plus purs eux-mêmes, n'est cependant pas apparu comme un coup de tonnerre, mais comme une parfaite adhésion de la Grande-Bretagne profonde à ce que représentent les orientations stratégiques traditionnelles de Londres.

A partir de là, on a commencé à parler non plus du Royaume-Uni, mais de Global Britain: une puissance mondiale britannique (les mots sont importants) s'ouvrant au monde presque dans une sorte de libération de certains fils et liens représentés par un prétendu lest européen. Une ambition post-impériale qui, cependant, outre les ambitions propagandistes évidentes mais aussi les ambitions naturelles du peuple britannique, cache des angoisses que le Brexit n'a certainement pas effacées. Nous utilisons le terme "anglais" non par erreur : parce que ce qui est immédiatement apparu clairement aux observateurs, c'est que le Brexit était en fait un choix profondément anglais. Ce n'est pas le Londres cosmopolite qui a voté en faveur du divorce avec Bruxelles, ni les parties périphériques du Royaume, notamment l'Écosse. Ceux qui appelaient au Brexit étaient les parties profondes de l'Angleterre, certaines parties du Pays de Galles, les Unionistes d'Irlande du Nord. En bref, tous ces groupes qui s'accrochent encore fermement à une appartenance qui ne semble plus aussi profondément enracinée dans d'autres contextes.

Ce n'est pas une coïncidence si, juste après l'approbation de la sortie de l'UE, les premiers remous d'un nouveau référendum pour l'indépendance sont venus d'Écosse. Ce n'est pas non plus une coïncidence si, précisément, la frontière entre l'Ulster et l'Éire a ramené à la surface les divisions internes de l'Irlande que l'on croyait terminées avec les accords conclus après des décennies épuisantes de lutte. Le Brexit était considéré comme un cauchemar pour les Écossais, terrifiés à l'idée de devoir compter uniquement sur Londres, et pour les nationalistes irlandais qui pensaient que faire partie de l'UE donnerait au moins l'apparence d'une unité entre Belfast et Dublin.

NateKitch_Economist_Bag_VaccineJohnson-ALT_1600_c.jpg

Le divorce, cependant, n'était pas seulement une gifle à ces aspirations internes au Royaume, mais aussi un moyen, après tout, d'éviter d'avoir à affronter le risque d'une division qui, aujourd'hui encore, n'est pas totalement éteinte. La Grande-Bretagne globale, donc l'appel à une Grande-Bretagne globale, prend également le rôle d'une forme d'incantation avec laquelle on persuade les provinces réticentes de se rappeler qu'elles font partie d'un destin commun. Si vous ne regardez plus l'Europe, vous regardez le monde. Externaliser les problèmes signifie également désactiver certains discours sécessionnistes (et en même temps pro-européens) afin de faire à nouveau appel au sentiment d'"empire" d'une puissance qui n'a jamais vraiment été européenne.

Réussir est une tâche difficile. Boris Johnson, le premier ministre qui a voulu faire avancer à tout prix les négociations sur la sortie de l'UE au point de menacer, à nouveau, d'un divorce "dur", apparaît comme un leader faible. Les conservateurs ont semblé étourdis par le Brexit tandis que les travaillistes, autrefois timides partisans de l'européisme, doivent maintenant faire face à une réalité qui semble inéluctable. Autour d'eux, un monde changeant qui n'accepte aucune perte de temps. La guerre en Ukraine est la preuve que la Grande-Bretagne veut être un protagoniste de la politique européenne et un membre plus actif de l'Alliance atlantique. Son défi à la Russie est total, mais elle ne dédaigne pas non plus les aventures dans l'Indo-Pacifique, d'Ormuz à la mer de Chine méridionale. Son "empire" existe, dans l'esprit de Londres. Et tout le monde se rend compte qu'à présent, le Royaume-Uni est à nouveau une puissance océanique plutôt que continentale. Il est difficile de savoir si le défi sera relevé, mais il est désormais certain que personne ne peut s'y résoudre : le Brexit est une réalité, la Grande-Bretagne globale une ambition peut-être souhaitée mais nécessaire. Le peuple britannique a choisi.

Le Royaume-Uni, peut-être plus désuni qu'uni, doit faire face à l'histoire et trouver comment en sortir indemne. Et pourquoi pas, essayer encore de rêver en grand pour éviter de devoir réfléchir à ses propres fragilités.

lundi, 18 juillet 2022

L'éternel retour du référendum écossais : les risques pour le Royaume-Uni

manifestation-pour-l-independance-de-l-ecosse-le-5-mai-2018-a-glasgow_6054976.jpg

L'éternel retour du référendum écossais : les risques pour le Royaume-Uni

Matteo Muzio

Source: https://it.insideover.com/politica/leterno-ritorno-del-referendum-scozzese-i-rischi-per-il-regno-unito.html

"Nous avons clos la question pour une génération", a déclaré triomphalement le Premier ministre britannique de l'époque, David Cameron, au lendemain du référendum pour réclamer l'indépendance de l'Écosse, qui a eu lieu le 18 septembre 2014. Grâce au soutien de personnalités du Parti travailliste, comme l'ancien Premier ministre Gordon Brown, un Écossais de Glasgow, le Non l'a emporté avec 55 % du soutien des électeurs. À l'époque, on craignait qu'une Écosse indépendante n'aurait pas eu un chemin facile à parcourir vers l'adhésion à l'UE et on s'inquiétait de perdre le régime des pensions britanniques. De plus, selon les chiffres du gouvernement écossais, 44,6 % des adultes en Écosse ne paient pas d'impôt sur le revenu, ce qui signifie que leurs revenus sont inférieurs à 12.560 £. Un signe que le système d'aide sociale britannique soutient un grand nombre de personnes ayant des problèmes à s'entretenir au quotidien.

En 2016, la victoire du Brexit lors d'un autre référendum a changé la donne : l'Écosse s'est retrouvée hors de l'Union européenne contre son gré: 63 % des Écossais ont choisi de rester avec Bruxelles. Au Parlement d'Édimbourg, pendant ce temps, la domination du Scottish National Party, parti de gauche et indépendantiste, n'a pas faibli. Après les élections de 2021, ils ont été confirmés au pouvoir pour la quatrième fois consécutive, dans une coalition avec les Verts qui partagent leur ligne indépendantiste. Après la sortie de Londres de l'Union le 31 janvier 2020, le climat à Bruxelles est devenu beaucoup plus favorable à une éventuelle Écosse en tant que nouvelle nation.

À Édimbourg, des oreilles avaient écouté : le 19 décembre 2019, une nouvelle loi a été votée permettant d'organiser des référendums sans demander l'autorisation de Londres ; passant ainsi outre le point de vue du gouvernement de Boris Johnson selon lequel, comme l'affirmait son prédécesseur Cameron, la question était close pour une génération. La partie écossaise, cependant, a fait valoir que les conditions matérielles avaient beaucoup changé et que l'adieu à Bruxelles remettait tout en jeu. Selon les mots du premier ministre Nicola Sturgeon, le fait que l'Écosse "ne veut pas d'un gouvernement de Boris Johnson, ne veut pas quitter l'Union européenne et veut plutôt choisir son propre avenir" est une condition suffisante pour essayer à nouveau.

Le succès des élections générales de 2019, avec 48 sièges écossais au Parlement de Londres sur les 59 disponibles et une reconduction en 2021, corrobore cette thèse. Il faut dire aussi que ce contraste a drainé le soutien des travaillistes écossais en faveur des conservateurs locaux, liés à Londres, unionistes, mais moins conservateurs que leurs collègues anglais. Ainsi, un unionisme sous-jacent dans la société écossaise reste en arrière-plan, bien que divisé entre les partis "anglais", les conservateurs, les travaillistes et les libéraux-démocrates. Fin 2020, cependant, l'indépendantisme a atteint des niveaux très élevés : selon un sondage Ipsos-Mori d'octobre 2020, le soutien à la rupture avec l'Angleterre avait atteint 58 %. Par conséquent, en prévision des élections de mai 2021, le gouvernement de Sturgeon a préparé un plan en onze points au cas où les indépendants obtiendraient une majorité aux élections de cette année-là : un objectif qui a ensuite été atteint en mai 2021, grâce à huit députés écossais verts et à leur programme autonomiste, qui leur a permis d'entrer au gouvernement.

16645_original.jpg

Pour le ministre de l'autonomie régionale, Michael Gove, le plan d'Édimbourg n'a aucune chance d'être reconnu comme valable par Londres. En outre, sa réalisation pose d'autres problèmes : peu avant les élections de 2021, l'ancien premier ministre Alex Salmond a mené une scission créant le parti Alba (Alba est le nom gaélique de l'Écosse), très critique à l'égard du premier ministre, qui a été accusé d'utiliser la question "uniquement pour se plaindre à Londres". Une hypothèse également confirmée par l'ancien bras droit de Boris Johnson, Dominic Cummings, qui a écrit dans l'un de ses récents livres "qu'il n'y a pas de réelles intentions d'organiser le référendum parce que le front du Oui n'est pas sûr de gagner".

Le 14 juin, la première d'une série d'études visant à prouver que l'hypothèse de l'indépendance est la meilleure option de toutes a été présentée par le Premier ministre Sturgeon. Un livre blanc affirmant qu'une Écosse indépendante serait "plus riche, plus équitable et plus juste". Par rapport à dix autres nations européennes, Édimbourg se classe actuellement au dernier rang pour divers indicateurs. Alors que certains critiques, comme le journal londonien The Times, suggèrent qu'en réalité le document ne contient aucune proposition majeure et n'est rien d'autre qu'une approbation de propagande pour la cause de l'indépendance. Il est possible que ce soit le cas, étant donné que le secrétaire à la Constitution, Angus Robertson, a déclaré publiquement qu'un nouveau référendum est prévu pour octobre 2023, une déclaration confirmée ultérieurement par la première ministre écossaise elle-même avec les atours de l'officialité. Difficile pour un nouveau dirigeant à Downing Street de changer d'avis sur ce point. Il est toutefois possible que la campagne du référendum renforce la position du parti conservateur, quel que soit le nouveau leader.

jeudi, 07 juillet 2022

La Grande-Bretagne et sa force sans l'Union européenne - La Grande-Bretagne globale comme tentative d'une nouvelle hégémonie

Politico_Adria-Fruitos-2-copy-feat-scaled.jpg

La Grande-Bretagne et sa force sans l'Union européenne

La Grande-Bretagne globale comme tentative d'une nouvelle hégémonie

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/britain-and-its-strength-without-european-union?fbclid=IwAR0tWAFlxGwZDvqS9g63l5ObHPJmMpzpY0sPjfoNl4tCqD-U4fAxWDwH3YM

Le 3 février 2020, le Premier ministre Boris Johnson, qui venait de conclure la sortie triomphale du Royaume-Uni de l'Union européenne et de remporter une victoire écrasante aux élections générales, a choisi le cadre historique de l'Old Royal Naval College de Greenwich pour exposer sa vision du nouveau pays et de son futur rôle dans la communauté mondiale.

La vision de Johnson d'une Grande-Bretagne mondiale ne signifie pas grand-chose pour l'UE. Ayant finalement réussi le miracle géopolitique du Brexit et s'étant libéré de tout l'abîme des obligations envers l'UE, il était logique que le Royaume-Uni se lance dans le monde de la même manière et de manière indépendante. Pour les observateurs politiques au Royaume-Uni et au-delà, la détermination de Johnson à garantir une politique étrangère britannique totalement indépendante faisait partie intégrante de sa stratégie de politique intérieure réussie. Pour le gouvernement Johnson, le Brexit est devenu davantage une idéologie qu'un événement politique.

Le Royaume-Uni a peut-être quitté l'UE, mais il ne peut pas quitter l'Europe. Géographiquement, il est clair que l'UE reste un partenaire important pour le Royaume-Uni. Dans un monde où la concurrence géopolitique, les avances étrangères et la coercition géoéconomique s'intensifient, une démocratie de taille moyenne au large de la côte ouest de l'Eurasie ne peut qu'espérer promouvoir ses intérêts aux côtés de partenaires libéraux partageant les mêmes idées. Alors que les États-Unis deviennent de plus en plus égocentriques et se concentrent sur l'Indo-Pacifique et la Chine, l'UE est un partenaire géopolitique nécessaire pour le Royaume-Uni.

Le Royaume-Uni peut contribuer à ce partenariat. Contrairement à sa "relation spéciale" avec les États-Unis, le Royaume-Uni n'a pas besoin d'assumer le rôle de partenaire junior et de suivre son leader sur la voie de n'importe quelle entreprise insensée qui pourrait dicter la politique intérieure américaine. Cependant, il est nécessaire de dépasser les querelles actuelles, de cesser de jongler imprudemment avec la paix fragile en Irlande du Nord et de s'efforcer de créer une relation de coopération.

Blobalbtritain-in-the-World-manifesto-image-for-web.jpg

Il existe un moyen de réaliser cet alignement géostratégique sans sacrifier aucun des avantages de souveraineté que le Brexit pourrait apporter. Le gouvernement britannique actuel ne semble pas vouloir adopter cette approche. Mais elle reste une stratégie politique très viable au Royaume-Uni. Comme le montre un récent sondage du European Council on Foreign Relations, le public britannique est, au mieux, indifférent à la restauration de la Grande-Bretagne en tant que puissance militaire mondiale et a peu d'animosité envers l'UE après le Brexit.

La Grande-Bretagne globale est une illusion enracinée dans un passé impérial malencontreux. Mais le Royaume-Uni n'a pas besoin de s'isoler du monde ou d'assumer une position servile permanente dans les affaires mondiales. Le Royaume-Uni, en interaction avec l'UE, a le potentiel et la volonté politique.

Johnson semble être généralement indifférent à l'extrême vulnérabilité géopolitique de la Grande-Bretagne.

Il peut sembler que le nouveau rôle mondial de la Grande-Bretagne nécessitera des ressources diplomatiques accrues pour restaurer toutes ces relations historiques qui ont été négligées pendant trop longtemps. Mais alors que le réseau britannique de conseillers en matière de défense augmente d'un tiers, le service des affaires étrangères doit se contenter du personnel dont il dispose. "Faire des affaires" deviendra plus complexe que jamais, étant donné la nécessité de faire des affaires dans les deux sens dans les capitales des 27 États membres de l'UE.

Le prédécesseur de Johnson, Theresa May, a proposé quelque chose de très différent : un partenariat entre le Royaume-Uni et l'UE en matière de sécurité et d'affaires étrangères "d'une ampleur sans précédent, impliquant la diplomatie, la défense et la sécurité et la coopération au développement". Mais aux yeux des europhobes qui ont porté Johnson au pouvoir, cela ne fera que renforcer l'opinion de l'UE selon laquelle une Grande-Bretagne post-Brexit devrait rester dans l'orbite de l'UE. La vraie souveraineté exige une cosmologie entièrement nouvelle : la Grande-Bretagne globale doit se libérer complètement du champ gravitationnel de l'Union et rétablir sa position comme l'une des étoiles les plus brillantes dans un ciel plus vaste.

Comme déjà mentionné, une telle vision du monde semble bizarre et dangereuse. Il serait trompeur de croire qu'il existe d'énormes opportunités commerciales inexploitées à l'autre bout du monde qui pourraient compenser la perte du marché unique de l'UE. Et il est dangereux de tourner un regard nelsonien sur ce que le Royaume-Uni peut réaliser en termes d'influence mondiale grâce à la coopération avec l'UE.

La politique étrangère britannique pour l'ère géopolitique

Si la vision du monde qui sous-tend la Grande-Bretagne globale est effectivement une illusion, la Grande-Bretagne post-Brexit a besoin d'une politique étrangère qui reflète son nouveau statut en dehors de l'UE. La première étape consiste à déterminer ce que le pays veut et ce dont il a besoin de sa politique étrangère et quel type de politique étrangère le public britannique peut soutenir.

10edgerton-superJumbo.jpg

À cette fin, le Conseil européen des relations étrangères a chargé Datapraxis de réaliser un sondage auprès du public britannique. Sans surprise, la conclusion générale de l'enquête est que le public s'intéresse peu à la politique étrangère et qu'il est divisé de manière assez égale sur les questions les plus sensibles. "Je ne sais pas" est la principale réponse à la plupart des questions. Près de la moitié des personnes interrogées (46 %) n'ont exprimé aucune opinion sur la promotion massive de l'enquête intégrée dans la région indo-pacifique. Cette indifférence donne aux dirigeants politiques toute latitude pour déterminer la politique étrangère, comme le gouvernement Johnson l'a amplement démontré. Toutefois, dans cet environnement plutôt libéral, certaines préférences et même exigences du public en matière de politique étrangère britannique sont visibles. Premièrement, le public britannique dans son ensemble se bat pour l'indépendance et la souveraineté. La décision de la Grande-Bretagne de quitter l'UE a une origine complexe, mais apparemment le motif principal était le désir de laisser la Grande-Bretagne décider par elle-même, dans le cadre de ce que Johnson a fièrement proclamé "la souveraineté retrouvée". Dans cette affaire, le gouvernement semble suivre l'esprit de l'ère nationaliste naissante. De nombreux citoyens britanniques considèrent les pays les plus souvent cités comme des interlocuteurs clés pour le Royaume-Uni, notamment les États-Unis, la France, l'Allemagne et l'Inde, comme des "partenaires essentiels" plutôt que des alliés qui partagent ses valeurs. D'un point de vue public, le Royaume-Uni ne semble pas avoir beaucoup de relations avec ces pays (à l'exception de l'Australie : Les Anzacs, Bondi Beach et le cricket sont encore plus importants que le rôle récent du pays en tant que nation leader dans la lutte contre le changement climatique).

Au-delà de la rigidité de l'adhésion à l'UE, le Royaume-Uni a assumé un réseau d'engagements internationaux, en partie parce que les politiciens britanniques ont considéré que l'avantage net de limiter la liberté de la Grande-Bretagne était le prix à payer pour limiter la liberté des autres. Par conséquent, la Grande-Bretagne a cherché à modifier le monde qui l'entoure afin de mieux répondre à ses intérêts nationaux, ce qui, en substance, a permis au pays de rester maître de son destin.

Le manque d'enthousiasme du public pour les États-Unis semble s'étendre à son conflit avec la Chine. 55 % des personnes interrogées pensent qu'il y a déjà une "guerre froide" entre les États-Unis et la Chine. En outre, 45% pensent que l'"endiguement" de la Chine est nécessaire, mais parmi eux, seuls 39% estiment que le Royaume-Uni devrait y participer. 46% - et la majorité de ceux qui ont une opinion sur cette question - préféreraient rester neutres en cas de guerre entre les États-Unis et la Chine. Une fois encore, les citoyens britanniques ont les mêmes opinions que leurs homologues de l'UE.

Cependant, la coopération est compatible avec la demande publique de souveraineté et d'indépendance si le Royaume-Uni peut maintenir une diversité de partenaires et éviter une dépendance excessive vis-à-vis d'un seul partenaire. Dans les affaires internationales, la monogamie est l'ennemi de la souveraineté. En effet, dans la mesure où la Grande-Bretagne a eu une "grande stratégie" au cours du dernier demi-siècle, c'était précisément pour éviter d'avoir à choisir entre l'Amérique et l'Europe. Trouver un équilibre entre les États-Unis et l'UE est donc essentiel à toute stratégie britannique efficace. Il est peut-être plus facile pour le gouvernement britannique actuel de travailler avec Washington. Cependant, sur des questions allant du changement climatique à la montée de la Chine, la simple géographie dicte que les intérêts et les priorités du Royaume-Uni exigent une coopération plus étroite avec l'UE qu'avec les États-Unis. S'aligner trop étroitement sur l'un ou l'autre d'entre eux signifie perdre la capacité de prendre des décisions par nous-mêmes, ce qui explique pourquoi, comme le prétendent les partisans du Brexit, il a été si durement combattu.

empiretrade.jpg

En pratique, cela signifie que le Royaume-Uni devra trianguler entre les États-Unis et l'UE sur toute une série de questions. La triangulation ne signifie pas la nécessité d'agir comme un pont ou un médiateur. Les États-Unis et l'UE n'ont pas besoin ou ne veulent pas que la Grande-Bretagne, pour reprendre les termes du premier ministre de l'époque, Tony Blair, "construise des ponts de compréhension entre les États-Unis et l'Europe" (les États-Unis et l'UE ont toujours été capables de communiquer entre eux par eux-mêmes - comme la réunion de Biden avec les dirigeants européens en juin 2021, qui a abouti à une liste exhaustive des affaires entre les États-Unis et l'UE). La triangulation consiste plutôt à utiliser diverses formes d'influence sur les deux partenaires pour les rapprocher de la position du Royaume-Uni. Le changement climatique et la réglementation technologique sont des exemples de la façon dont cela peut fonctionner dans un large éventail de défis de politique étrangère du Royaume-Uni.

Changement climatique et tarifs du carbone

L'UE, les États-Unis et le Royaume-Uni ont des approches différentes de la lutte contre le changement climatique. L'UE se concentre sur le contrôle des secteurs à fortes émissions, l'établissement d'une taxe sur le changement climatique et les efforts pour exporter la réglementation climatique à ses partenaires commerciaux. Les États-Unis, en revanche, se sont concentrés sur les solutions technologiques, en partie parce qu'ils ne disposent pas du consensus national nécessaire pour fixer un prix sur les émissions de carbone. Le Royaume-Uni se situe quelque part au milieu.

Sur les questions climatiques, le système de tarification du carbone de l'UE est le principal point de discorde entre l'UE et les États-Unis et entre le Royaume-Uni et les États-Unis. On ne sait pas si les États-Unis adopteront le type de mécanisme d'ajustement aux frontières du carbone (CBAM) proposé par l'UE qui a fait sourciller Washington, et si oui, on ne sait pas comment. L'envoyé américain pour le climat, John Kerry, a récemment averti que l'UE ne devrait utiliser la taxe qu'en dernier recours, en déclarant : "Elle a de graves implications pour l'économie, les relations et le commerce".

Du point de vue du Royaume-Uni, cette divergence potentielle est une opportunité. L'atout particulier du CBAM est qu'il s'agit de l'un des rares mécanismes internationaux proposés pour aider à atteindre les objectifs climatiques fixés lors de la COP26, qui restent par ailleurs tributaires du respect par près de 200 pays de leurs engagements individuels et de l'exécution efficace de leurs tâches. Le CBAM pourrait donc bien être important pour la façon dont l'histoire jugera le sommet et la première grande intervention post-Brexit du Royaume-Uni sur la scène mondiale. Mais l'UE a peu de chances d'y parvenir sans la coopération active des États-Unis. Dans le même temps, l'accord UE-États-Unis sur le CBAM pourrait nuire au Royaume-Uni, dont les exportations de fer, d'acier et d'aluminium vers l'UE sont relativement importantes.

Comment tout a changé depuis le Brexit et comment le Royaume-Uni s'en sort-il ? Super, selon le gouvernement. Le sommet du G7 soigneusement planifié en Cornouailles en juin 2021 a démontré le rétablissement du leadership international du Royaume-Uni. Ce fut également l'occasion d'annoncer un nouvel accord de libre-échange avec l'Australie - et ce n'est que le dernier des plus de 60 accords de ce type déjà conclus par le Royaume-Uni depuis le Brexit dans le monde.

Mais la réalité est certes moins encourageante. La quasi-totalité des "nouveaux" accords de libre-échange ne sont que des extensions d'accords européens dont le Royaume-Uni a bénéficié en tant que membre de l'UE. Certes, il n'y a toujours pas d'accord entre l'UE et l'Australie (bien qu'un tel accord soit inévitable). Mais l'accord du Royaume-Uni avec l'Australie est une petite chose, dont on estime qu'il n'ajoute que 0,01 % à 0,02 % au PIB. Il ne faut pas oublier septembre 2021, lorsque Londres, Washington et Canberra ont créé leur alliance - AUKUS, repoussant fermement la France en marge de la politique dans la région indo-pacifique.

Le début des négociations pour l'adhésion du Royaume-Uni au Partenariat transpacifique global et progressif (CPTPP), anciennement connu sous le nom de Partenariat transpacifique, est peut-être plus prometteur. Ce groupe comprend un grand nombre des économies dynamiques de la région Indo-Pacifique. Toutefois, il est peu probable que les avantages supplémentaires de l'adhésion au CPTPP soient substantiels, étant donné que le Royaume-Uni a déjà conclu des accords de libre-échange bilatéraux avec les quatre pays les plus importants du partenariat (Japon, Corée du Sud, Canada et Singapour), là encore un héritage de l'adhésion à l'UE. Les propres chiffres du gouvernement évaluent l'augmentation potentielle du PIB à moins d'un dixième de pour cent.

uglbtnion-jack_web.jpg

En comparaison, un prévisionniste économique du gouvernement estime que les dommages causés au PIB par le Brexit s'élèvent à 4 pour cent, soit le double de ceux causés par la pandémie. Le commerce total de marchandises entre le Royaume-Uni et l'UE a chuté de 15 pour cent, soit 17 milliards de livres sterling.

Plus récemment, le Premier ministre britannique Boris Johnson a surpris le public lors d'une rencontre avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky en proposant une alliance politique, économique et militaire qui serait une alternative à l'Union européenne. Elle devrait inclure des pays "unis par la méfiance envers Bruxelles, ainsi que par la réaction de l'Allemagne à l'agression militaire russe". Il s'agit de la Grande-Bretagne, de l'Ukraine, de la Pologne, de l'Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie ; plus tard, la Turquie pourrait se joindre à l'association, ce qui rappelle beaucoup le projet Intermarium, oublié mais exhumé.

Continuité de l'accord commercial entre la Colombie et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord

Le Royaume-Uni n'a pas non plus l'intention de quitter la région sud-américaine. La Colombie, le Pérou et l'Équateur, ainsi que le Royaume-Uni, ont signé un document qui maintiendra le cadre des relations commerciales. Il convient de noter que la signature du document a eu lieu alors que le Royaume-Uni était encore en train de quitter l'UE.

L'objectif était de garantir le maintien des conditions existantes d'intégration et d'accès préférentiel à cet important marché.

"Les deux pays partagent l'objectif d'assurer la continuité de la relation que nous avons dans l'accord entre l'Union européenne et la Colombie, le Pérou et l'Équateur depuis son entrée en vigueur en 2013", a expliqué le ministre du Commerce, de l'Industrie et du Tourisme, José Manuel Restrepo Abondano.

Il est important que la Colombie continue à maintenir et à développer ses relations actuelles avec le Royaume-Uni, principalement dans le domaine du commerce des biens et services, des investissements et des marchés publics. Il s'agit d'un marché qui, en 2019, représentait 10,2 % de ce qui est destiné à l'Union européenne et 7,4 % de ce qui est importé à l'exportation.

L'un des secteurs qui profite le plus des relations commerciales actuellement gérées par les deux économies est l'agriculture. En 2020, les exportateurs nationaux ont vendu ces produits à ce pays pour une valeur de 309 millions de dollars, ce qui représente 66 % du total des ventes dans ce pays et 14,3 % des exportations agricoles de toute l'Union européenne. Les principaux produits d'exportation étaient les bananes, le café, les fleurs et les fruits, ainsi que d'autres parties de plantes comestibles.

Selon des documents du Foreign Office publiés par Declassified, l'ambassade du Royaume-Uni a dépensé 6000 £ en 2019-2020 pour effectuer une "analyse des perceptions du soft power du Royaume-Uni en Colombie" qui a aidé à "identifier les intérêts futurs de l'association dans les messages publics et les médias sociaux". Des sondages auprès des Colombiens ont été réalisés "ce qui a aidé l'ambassade à développer l'approche la plus efficace".

Après la publication des données de l'enquête, Colin Martin-Reynolds, ambassadeur britannique en Colombie à partir de 2019, a engagé 25 000 £ dans la création d'une nouvelle "campagne de sensibilisation à l'environnement et à la biodiversité". Les investisseurs britanniques semblent être une priorité dans le nouveau programme UKCOL2021. Lors de son lancement en juin, le vice-ministre colombien des Affaires étrangères, Francisco Echeverri, a décrit le Royaume-Uni comme "l'allié historique" de la Colombie et "notre troisième investisseur le plus important".

Lors du même événement, Flavia Santoro, présidente de ProColombia, l'agence d'État pour la promotion des investissements étrangers, a déclaré que UKCOL2021 était une "étape importante" dans les relations entre les deux pays, ajoutant que "nous avons fixé des objectifs pour développer les affaires avec les investissements britanniques".

Pour en revenir à l'analyse du projet Global Britain, après tout, il s'agit plutôt d'une illusion. Mais il existe une politique étrangère qui peut gagner le soutien de la population britannique et tracer un avenir sûr et influent pour le Royaume-Uni. La vraie question est de savoir si le peuple britannique peut trouver et élire un gouvernement suffisamment fort pour que cela se produise. Les plans pour un référendum en Écosse en 2023 montrent qu'il existe différents points de vue sur l'avenir de la Grande-Bretagne.

samedi, 02 juillet 2022

Le syndrome Churchill et la catastrophique guerre occidentale

6e52cf91874797.5e3ca0bced49a.png

Le syndrome Churchill et la catastrophique guerre occidentale

Nicolas Bonnal

On a vu le niveau de débilité, d’incompétence et même d’incorrection, vestimentaire ou autre, des leaders du G7. Macron est en perdition, Trudeau aussi et Biden va prendre une raclée, n’en déplaise aux catastrophistes. Mais mon sujet est le syndrome Churchill : Churchill est l’homme politique le plus nul possible (voir le livre de John Charmley) sur le plan pratique, et qui ne se sentait à l’aise que dans des guerres totales et d’extermination contre les Allemands, qui étaient la cible de l’époque. Or sur ordre des néocons beaucoup plus inspirés par Churchill que par Strauss les hommes politiques nuls ou même obscènes que nous avons en Occident veulent se lancer dans une guerre éternelle de type orwellien contre la Russie ; dans l’espoir que ces chefs de guerre insensés seront célébrés par des foules toujours plus abruties. Ils oublient que Churchill fut jeté dehors par ses électeurs british en 1945, preuve sans doute que la satisfaction n’était pas à la hauteur des aspirations du chéri des journalistes néocons.

ProfJohnCharmley512.jpg

1498118.jpg

9780340597811-fr.jpg

On va citer le capitaine Grenfell, ami de John Buchan, sur les buts aberrants de Churchill, car ce dernier se met à déifier le stalinisme pour écraser l’hitlérisme (qui lui a proposé dix fois la paix). Je cite la traduction de mes amis du Saker francophone :

« Mais, en supposant que la suppression par la force des tyrannies dans des pays étrangers constituât le devoir des Britanniques, pourquoi trouvait-on une autre tyrannie, partenaire des Britanniques dans ce processus? La tyrannie communiste, en Russie, était pire que la tyrannie nazie en Allemagne ; les conditions générales de vie du peuple russe était largement inférieures à celles des Allemands ; le travail de forçat en Russie était employé à grande échelle, en comparaison à la même pratique sur le sol allemand, la cruauté n'y avait rien à envier à celle du côté allemand, et de nombreux observateurs la décrivent même comme bien plus importante. La technique répugnante des purges, des interrogatoires brutaux amenant à "confession", et l'espionnage domestique généralisé était déjà à l'œuvre en Russie depuis des années avant que Hitler n'introduise ces mêmes méthodes en Allemagne, qu'il copia probablement de l'exemple russe. Mais M. Churchill encensait la Russie comme allié des plus bienvenus, quand elle se trouva embarquée dans la guerre. »

Plus loin Grenfell souligne le bilan effrayant de cette guerre pour l’Angleterre et son empire (qui n’a pas été détruit par le nazisme mais par la guerre contre le nazisme) :

« Il s'était montré prêt à tout sacrifier pour parvenir à cette victoire, et les sacrifices consentis par lui laissèrent ses co-vainqueurs britanniques à moitié ruinés, rationnés, emprisonnés financièrement dans le camp de concentration de leur île, assistant à la désintégration de leur Empire, leur propre pays occupé par des soldats américains, et leur économie nationale dépendant de la charité étasunienne. Tout cela pour quoi ? Pour que les Allemands se vissent désarmés de manière permanente? À peine trois ou quatre années passées, nous suppliions les Allemands de se réarmer aussi rapidement que possible. »

DtLFKqPWsAANOS5.jpg

Grenfell a tout résumé là : on a détruit le pays et l’Europe pour rien, pour se retrouver avec une URSS plus forte que jamais. Puis avec une Europe anglo-américaine plus belliciste que jamais…

Ce n’est pas un hasard si Orwell a écrit son 1984 pendant cette triste époque. Voyez l’enfant aux cheveux verts de Losey ; on est passé de l’Angleterre edwardienne maîtresse du monde vers 1900 à un pays prolétarisé et clochardisé y compris sur le plan culturel et sociétal. Et c’est Churchill et sa rage guerrière qui ont précipité tout cela. Mais puisqu’on vous dit qu’il a sauvé le monde et la paix…

Les nazis volaient des territoires ? Grenfell, qui n’est pas russophile pour un sou, remarque justement (et cela explique la claque de Kaliningrad…) :

« Pourtant, à Yalta, il accepta que des centaines de milliers de kilomètres carrés de territoire polonais (sans parler des territoires lettons, lituaniens ou estoniens) fussent accordés, sans l'aval des habitants, aux gâteurs d'âme, en désaccord flagrant de la Charte Atlantique que lui-même et le président des USA avaient claironné au monde au cours de la même guerre, et en déni flagrant de la déclaration de guerre britannique contre l'Allemagne de 1939, qui précisément garantissait l'inviolabilité du territoire polonais. En outre, les compensations accordées aux Polonais sous forme de territoire d'Allemagne orientale, et l'allocation de la moitié du reste de l'Allemagne à une occupation russe, eurent pour effet de supprimer la zone tampon historique entre Moscou et les pays bordant l'Atlantique. »

Et Grenfell d’ajouter justement :

« Aucune raison réaliste n'existait de considérer l'alliance de la Russie comme loyale et digne de confiance. »

Sur Roosevelt, Grenfell rejoint les libertariens américains :

« On peut également admettre que le président Roosevelt, à cette époque, était dans un état d'hallucination fascinée quant à la pureté virginale des motivations du maréchal Staline… »

Revenons à la situation présente : nos « élites » (ouaf ouaf) s’inspirent d’un homme qui fut prêt à tout pour gagner une guerre déshonorante (un million de civils allemands carbonisés sous les bombes) et déplorable sur le plan des résultats.

Comprenez donc qu’ils vous affameront, vous priveront d’eau (cf. le ministre teuton), d’électricité, de bagnole, de liberté (mais pas de vaccin !), et qu’ils continueront dans leur aberration guerrière jusqu’au bout. Tout sera bon pour exterminer la Russie qui a remplacé l’Allemagne. Mais restons optimistes : le peuple se réveillera !

Source:

Grenfell – Haine inconditionnelle (lesakerfrancophone.fr)

samedi, 28 mai 2022

Le Royaume-Uni utilise les tactiques de propagande noire de la Guerre froide contre la Russie

93c0dd07e2b0cee101f13b4fd32986ec.jpg

Le Royaume-Uni utilise les tactiques de propagande noire de la Guerre froide contre la Russie

Lucas Leiroz

Source: https://novaresistencia.org/2022/05/20/reino-unido-usa-taticas-de-propaganda-negra-da-guerra-fria-contra-a-russia/

Une fois de plus, l'Occident semble fonctionner selon une vieille mentalité, celle de la guerre froide jadis menée contre la Russie. Des documents émanant du gouvernement britannique, récemment déclassifiés, révèlent à l'évidence une série de pratiques de sabotage utilisées par le Royaume-Uni pendant l'ère bipolaire et similaires à celles qui sont aujourd'hui appliquées aux relations actuelles entretenues avec la Russie contemporaine. En effet, le sabotage, l'art de fomenter de la haine, la diffusion de mensonges et d'autres tactiques courantes semblent faire partie intégrante de la politique étrangère britannique et l'actuelle opération spéciale russe en Ukraine n'est qu'un prétexte de plus.

Récemment, il a été révélé que le gouvernement britannique a mené une série de campagnes secrètes de "propagande noire" contre les pays ennemis pendant les décennies de la guerre froide. Non seulement l'Union soviétique et la Chine communiste ont été ciblées par les services de renseignements britanniques, mais également des pays d'Afrique, du Moyen-Orient et de certaines régions d'Asie. Les tactiques comprenaient diverses méthodes de sabotage, les arts de mener la guerre de l'information, la promotion des tensions raciales et terroristes, toujours dans le but de favoriser la déstabilisation des nations rivales.

9781838955618.jpgCommentant l'affaire, l'expert en renseignement Rory Cormac a déclaré au Guardian lors d'une interview : "Ces révélations sont parmi les plus importantes des deux dernières décennies ... Il est maintenant très clair que le Royaume-Uni s'est engagé dans bien plus de campagnes de propagande noire que les historiens ne l'ont supposé jusqu'ici et que ces efforts ont été plus systémiques, ambitieux et offensifs qu'on ne l'imaginait. Malgré les démentis officiels, [ces campagnes] allaient bien au-delà de la simple dénonciation de la désinformation soviétique (...) Le Royaume-Uni ne s'est pas contenté d'inventer du matériel (...), mais il avait certainement l'intention de tromper le public pour faire passer son message."

Un exemple de la manière dont la praxis britannique a fonctionné est l'action vaste et complexe menée pour favoriser les tensions entre l'Union soviétique et la communauté islamique. Dans la seconde moitié des années 1960, le Département de recherche et d'information (IRD) a falsifié au moins onze documents des médias d'État soviétiques exposant la prétendue "colère" du gouvernement face au "gaspillage" d'armes soviétiques par l'Égypte pendant la guerre des Six Jours de 1967. Plus tard, le même département a falsifié des documents censés provenir des Frères musulmans, accusant Moscou de saboter la campagne égyptienne, consistant à critiquer la qualité du matériel militaire soviétique et qualifiant les Russes d'"athées mal embouchés" qui considéraient les Égyptiens comme "des paysans qui ont vécu toute leur vie en nourrissant des superstitions islamiques réactionnaires".

L'année dernière, The Observer avait déjà révélé que l'IRD était directement responsable du massacre de centaines de personnes en Indonésie suite à la diffusion de mensonges dans une campagne de propagande noire en 1965. À l'époque, le ministère a financé la préparation de tracts censés appartenir au PKI, alors le plus grand parti communiste dans le monde non communiste, qui n'étaient en fait que des "faux drapeaux" forgés par les services britanniques. Cela a encouragé les milices anticommunistes à promouvoir un massacre sans précédent dans le pays, qui a entraîné la mort de centaines de militants communistes et de civils. Aujourd'hui, grâce aux documents récemment déclassifiés, il est possible de voir qu'il ne s'agissait pas d'un épisode isolé, mais d'une pratique régulière au sein des services de renseignement britanniques.

En effet, il semble impossible d'analyser cette affaire et de ne pas la mettre en rapport, d'une manière ou d'une autre, avec la campagne occidentale actuelle contre la Russie, dans laquelle le Royaume-Uni semble être très impliqué. D'une certaine manière, il semble que, malgré la fin de la guerre froide, la mentalité bipolaire n'a jamais cessé de fonctionner en Occident. En termes simples, ce qui était autrefois orienté vers l'Union soviétique est maintenant orienté vers la Russie.

C'est exactement ce que pense l'analyste politique Joe Quinn : "Le moment choisi pour cette déclassification des documents est intéressant dans la mesure où il peut servir, pour certains, à confirmer que la guerre géopolitique de l'Occident contre l'Union soviétique n'a jamais vraiment pris fin, elle s'est simplement poursuivie pour devenir une guerre contre la Fédération de Russie, mais sans la justification de la lutte contre le communisme."

Les médias britanniques ont été l'un des plus actifs dans la diffusion de récits anti-russes, de fake news et de propagande pro-Kiev. Bien que la plupart des travaux soient exploités par le secteur privé, il serait naïf de penser qu'il n'existe aucune incitation étatique à la propagande pro-OTAN. L'État britannique - tout comme les États-Unis et les nations alliées - a un intérêt très profond à créer un scénario de guerre psychologique. Il existe donc une sorte de coopération publique-privée clandestine entre les départements d'État et ces agences médiatiques afin que leur objectif commun soit atteint.

L'opération militaire spéciale en Ukraine est la principale raison pour laquelle la Russie est attaquée par la propagande occidentale aujourd'hui. Qu'il s'agisse d'accusations de crimes de guerre, de faux drapeaux (comme la tragédie de Bucha) ou d'"analyses" absolument irréalistes prétendant que l'Ukraine est en train de "gagner" le conflit, nous avons dans tous ces cas des exemples de la façon dont les médias britanniques agissent en collusion avec les intérêts de l'OTAN, en utilisant les vieilles tactiques de désinformation et de propagande noire contre les ennemis géopolitiques de Londres.

adkas.jpgÀ cet égard, Adriel Kasonta (photo), analyste des affaires étrangères basé à Londres et ancien président du comité des affaires internationales du groupe de réflexion Bow Group, estime qu'à l'heure actuelle, le principal intérêt des services de renseignement britanniques est de faire en sorte que l'opinion publique approuve l'envoi d'armes à l'Ukraine et croie que c'est stratégique, en falsifiant les données pour faire croire que Kiev est sur le point de "gagner".

"L'objectif est de tromper l'opinion publique nationale, en la convainquant que l''opération spéciale' ne se déroule pas comme prévu et en la persuadant que l'envoi d'armes létales par les alliés de l'OTAN contribue aux prétendues victoires et à la résistance réussie du côté ukrainien. Il s'agit d'un jeu psychologique, et rien ne convainc la population naturellement pacifique de soutenir une guerre dans un pays lointain [plus] que le supposé moral bas et les pertes militaires de l'adversaire", explique l'analyste.

Avec ceci, il semble clair qu'il y a effectivement une campagne anti-russe flagrante en cours dont le but est de nuire à Moscou en utilisant les tactiques anciennes et bien connues de la propagande noire et de la guerre de l'information. Il est essentiel que les documents récemment déclassifiés soient publiés afin que l'opinion publique occidentale soit consciente des armes utilisées par leurs gouvernements et leurs agences de presse contre les nations qui ne sont pas alignées sur les plans géopolitiques de l'OTAN.

Source : InfoBrics

lundi, 14 février 2022

Duplicité britannique: Boris Johnson salue les vertus de la diplomatie tout en accentuant les tensions militaires avec la Russie

339be24_5677417-01-06.jpg

Duplicité britannique: Boris Johnson salue les vertus de la diplomatie tout en accentuant les tensions militaires avec la Russie

SOURCE : https://www.controinformazione.info/la-doppiezza-britannica-non-e-molto-piu-intensa-del-fatto-che-il-primo-ministro-boris-johnson-acclama-le-virtu-della-diplomazia-mentre-accumula-tensioni-militari-con-la-russia/

Cette semaine, M. Johnson a écrit un article d'opinion pour le journal Times dans lequel il se dit convaincu que "la diplomatie peut l'emporter" pour éviter que l'escalade des tensions autour de l'Ukraine ne dégénère en une guerre totale entre le bloc militaire USA-OTAN et la Russie.

M. Johnson a toutefois annoncé, quasi simultanément, que la Grande-Bretagne prévoyait de déployer davantage de marines, d'avions de chasse et de navires de guerre en Europe de l'Est. La Grande-Bretagne a déjà pris la tête des pays européens membres de l'OTAN en envoyant des armes et des forces spéciales en Ukraine, dans le cadre d'une défense contre l'"agression russe".

Ce que Johnson propose cette semaine, c'est le déploiement d'un plus grand nombre de forces britanniques en Pologne et dans les États baltes, dans ce qu'il appelle une démonstration du soutien "inébranlable" de la Grande-Bretagne à l'Europe. Il s'agit d'un prétexte cynique pour embellir l'image de la Grande-Bretagne comme une sorte de puissance animée de nobles sentiments.

Le président français Emmanuel Macron s'est rendu à Moscou cette semaine pour des discussions de fond avec le dirigeant russe Vladimir Poutine sur les efforts visant à apaiser les tensions concernant l'Ukraine. La semaine prochaine, le chancelier allemand Olaf Scholz se rendra également à Moscou pour des entretiens avec Poutine.

Ensuite, nous voyons Londres faire apparemment tout son possible pour que la diplomatie échoue en augmentant arbitrairement les tensions militaires avec la Russie.

skynews-liz-truss-moscow-lavrov_5668506.jpg

M. Johnson et sa ministre des affaires étrangères, Liz Truss, se sont employés à mettre en garde la Russie contre un carnage sanglant si elle osait envahir l'Ukraine. Moscou a nié à plusieurs reprises avoir l'intention d'envahir le pays. Cependant, Mme Truss a été photographiée par les médias britanniques portant un gilet pare-balles de l'armée alors qu'elle était montée sur un char d'assaut. Elle doit se rendre à Moscou ces jours-ci pour des entretiens avec son homologue russe Sergei Lavrov. Cette rencontre promet d'être glaciale. On se demande pourquoi le Kremlin s'intéresse à un envoyé britannique aussi incompétent et malhonnête.

Londres, comme d'habitude, se plie aux exigences de Washington. Depuis que les États-Unis ont lancé, il y a près de trois mois, leur campagne de propagande accusant la Russie d'agression contre l'Ukraine, la Grande-Bretagne a explicitement amplifié le message de Washington sur la prétendue agression russe.

La propagande et les opérations médiatiques psychologiques sont un domaine dans lequel l'empire britannique décrépit conserve des compétences incontestables. On peut supposer que la prédominance des médias anglophones donne aux Britanniques un avantage inné.

s960_1Div-2014-091-2350.jpg

Ce dont Londres semble profiter, c'est d'animer la russophobie inhérente à la Pologne et aux États baltes. Les récents déploiements militaires britanniques se sont concentrés dans ces États d'Europe de l'Est, ainsi qu'en Ukraine. Cette démarche a servi à gonfler l'hystérie quant à l'agression russe.

Fait significatif, Johnson était à Kiev la semaine dernière pour rencontrer le président ukrainien Vladimir Zelensky, le même jour que le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. Morawiecki a été l'une des voix russophobes les plus véhémentes d'Europe de l'Est, appelant à des sanctions plus drastiques encore contre Moscou.

Johnson renforce ces appels à une position unifiée de l'OTAN et de l'Europe sur des sanctions préventives contre la Russie "si elle envahit l'Ukraine". M. Johnson a déclaré que les sanctions devraient être "prêtes à l'emploi" et devraient inclure l'arrêt du gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l'Union européenne.

Notamment, l'Allemagne et la France, les deux plus grandes économies de l'UE, sont réticentes à l'idée de parler de la fin de Nord Stream 2 si les tensions s'aggravent. Berlin et Paris sont manifestement plus disposés à trouver une issue diplomatique à l'impasse dans laquelle se trouve le bloc de l'OTAN dirigé par les États-Unis et la Russie.

Voici une ironie amère : la Grande-Bretagne a quitté l'Union européenne après le référendum sur le Brexit en 2016. Boris Johnson était une personnalité publique de premier plan qui a poussé au Brexit avec le mantra de la "reprise en main" de l'Union européenne.

Toutefois, si la Grande-Bretagne est désormais officiellement sortie du bloc européen, elle est toujours en mesure d'exercer une énorme influence sur l'UE dans ses relations avec la Russie. Londres mobilise un axe d'hostilité à l'égard de Moscou en militarisant les États russophobes d'Europe de l'Est, ainsi que l'Ukraine, et en imposant des sanctions visant à détruire le commerce énergétique stratégique avec la Russie.

En effet, la Grande-Bretagne gonfle probablement délibérément son importance internationale en alimentant de dangereuses tensions avec la Russie.

La crise de l'Ukraine a été artificiellement gonflée par Washington, avec l'aide et la complicité de Londres. Dicter l'énergie et les affaires étrangères de l'Europe à la Russie, voire à la Chine, est l'objectif non avoué de Washington et de son fidèle serviteur britannique. Et en accomplissant cet objectif, la Grande-Bretagne a cyniquement exploité la russophobie de l'Europe de l'Est pour obtenir un rôle surdimensionné dans l'ingérence dans les affaires de l'Union européenne, un bloc qu'elle a officiellement quitté après le Brexit.

Les préoccupations de la Russie en matière de sécurité doivent être négociées rationnellement et calmement par des moyens diplomatiques. Les objections de Moscou à l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN sont tout à fait raisonnables.

0_EWIawAyX0AAaEeu.jpg

Mais il y a peu de chances que la diplomatie l'emporte lorsque des gens comme Boris Johnson et d'autres guerriers froids de Londres attisent les tensions guerrières par des livraisons d'armes provocantes à l'Europe de l'Est, dans un contexte de distorsions fantastiques sur l'"agression russe".

Une autre ironie amère est le rôle historique néfaste de la Grande-Bretagne dans l'incitation aux guerres en Europe. Contrairement à la version conventionnelle de la propagande de la Seconde Guerre mondiale, c'est Londres qui a secrètement mobilisé l'Allemagne nazie pour attaquer l'Union soviétique, sacrifiant ainsi son "allié" nominal, la Pologne et d'autres pays. Aujourd'hui, Londres proclame qu'elle défend l'Europe contre "l'agression russe" tout en préparant le terrain pour une guerre contre la Russie.

Source : Culture stratégique

Traduction : Luciano Lago

samedi, 04 décembre 2021

Dans les coulisses du Brexit 

thumbarlivbnail.jpg

Dans les coulisses du Brexit 

par Georges FELTIN-TRACOL

Malgré ses dénégations répétées en boucle sur des chaînes d’information complaisantes, le gouvernement français est en train de lâcher les pêcheurs qui naviguent en mer du Nord et dans la Manche. Dans la vive querelle qui oppose Paris à Londres au sujet des zones de pêche dans les eaux britanniques et anglo-normandes, la République française et l’Union dite européenne démontrent leur évidente volonté de ne surtout pas nuire à la Grande-Bretagne.

Cette soumission des intérêts continentaux aux exigences de la perfide Albion n’est pas une surprise quand on lit le nouvel ouvrage de Michel Barnier. L’actuel prétendant à la primaire interne fermée du parti Les Républicains pour désigner son candidat à l’Élysée a écrit La grande illusion. Journal secret du Brexit (2016 – 2020) (Gallimard, 2021, 544 p., 23 €). Pendant les quatre années de négociations serrées et féroces, l’ancien commissaire européen, promu responsable en chef des discussions pour l’Union pseudo-européenne, a tenu un journal de bord quotidien.

Titulaire de différents ministères sous François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarközy, Michel Barnier est un gaullo-centriste très tôt préoccupé par les questions écologiques. Il a co-organisé les Jeux Olympiques d’hiver d’Albertville en 1992. Il place son action publique sous la tutelle de la femme politique Simone Veil et de Jean-Paul II. Gravitant autour de la Commission à Bruxelles, il présente toutes les garanties de politiquement correct. On pourrait par conséquent craindre que La grande illusion soit un livre fade et convenu. Ce n’est pas le cas malgré une profusion regrettable d’anglicismes. On présume que les discussions avec les Britanniques et entre les membres de son équipe se faisaient dans la seule langue de Shakespeare.

Certes, par sa parution au printemps 2021, cet ouvrage constitue le premier étage d’une éventuelle candidature présidentielle l’an prochain si son auteur parvient à terrasser au terme d’un combat épique de titans Valérie Pécresse, Xavier Bertrand, Éric Ciotti et Philippe Juvin. C’est un plaidoyer pro domo à propos de deux longues négociations. En effet, il a fallu discuter à deux reprises avec les Britanniques. La première s’organisait autour de toutes les modalités pratiques et des répercussions quotidiennes de la sortie du Royaume-Uni de l’Union. La seconde portait sur les relations à venir à établir entre Londres et Bruxelles. Au fil des séances bilatérales, bientôt troublées par le covid et les confinements successifs, Michel Barnier fait découvrir au lecteur la machinerie eurocratique, c’est-à-dire des fonctionnaires européens issus des différents États membres impliqués dans leur domaine de compétence.

Dès la réception de son mandat, l’auteur agit pour que les 27 montrent face à Londres une unité réelle et non pas une entente de façade. Il y réussit. Outre la Commission et le Conseil européen, il fait des comptes rendus réguliers aux ambassadeurs permanents à Bruxelles, au Parlement européen et aux parlements nationaux, ce qui implique de se rendre chaque semaine de la Finlande à Chypre, du Portugal aux Pays baltes. À force de côtoyer des chefs d’État et de gouvernement et sachant que depuis Sarközy, n’importe qui peut briguer la présidence de la République hexagonale, Michel Barnier a dû se sentir pousser des ailes et une ambition…

Bien que diplomate et connaisseur des dossiers nombreux inhérents au Brexit, l’auteur ne cache pas son agacement. Plus on avance dans le livre, plus on découvre les manœuvres vachardes de Martin Selmayr. Le directeur allemand du cabinet de Jean-Claude Juncker, le président de la Commission, en est l’éminence grise. Il est devenu son secrétaire général en un temps record. À la demande des Britanniques toujours prêts à enfoncer un coin, Selmayr tenta de court-circuiter l’équipe officielle. Michel Barnier répliqua au quart de tour en lui faisant comprendre qu’il jouait avec le feu…

Ce sont toutefois les Britanniques eux-mêmes qui exaspèrent souvent le narrateur. S’il s’était penché sur l’histoire diplomatique du Royaume-Uni et des États-Unis, il aurait aussitôt compris qu’on ne peut pas se fier aux Anglo-Saxons : ils ne respectent jamais les traités qu’ils signent. Les tribus amérindiennes au XIXe siècle, les Alliés en 1919 – 1920 et l’Iran au début du XXIe siècle peuvent le certifier. Signé en 2003 par Nicolas Sarközy alors ministre de l’Intérieur, le traité du Touquet profite avant tout aux Britanniques qui retrouvent leur vieille maîtrise sur Calais. Le lundi 17 février 2020, David Frost, négociateur en chef du Royaume-Uni, retrouve Michel Barnier à Bruxelles. Le Britannique annonce que « le gouvernement de Boris Johnson ne se sent pas lié par la déclaration politique qu’il a pourtant signée le 17 octobre, il y a à peine quatre mois ». Pis, le gouvernement de Sa Gracieuse Majesté « se contenterait bien d’un accord du type Canada et en même temps nous demande dans d’innombrables domaines de maintenir les avantages du marché intérieur : prestataires de services, interconnexions électriques, cabinets d’audit, avocats, services financiers ». Rappelons que Londres a aussi quitté le marché intérieur et ne consent qu’à conclure un traité de libre-échange le moins contraignant possible…

Pendant ses dix années de présidence, Charles De Gaulle a toujours refusé l’admission du Royaume-Uni dans la Communauté européenne. Ce fut l’une des nombreuses erreurs de Georges Pompidou d’en approuver l’adhésion. Le chaos politique qui résulte du Brexit, l’impréparation manifeste des dirigeants britanniques à ce choix et leur audace à vouloir toujours siéger entre deux chaises montrent la clairvoyance du premier président de la Ve République.

Il faut maintenant souhaiter que s’aggravent les effets du Brexit en Grande-Bretagne afin que les successeurs de la Queen puissent assister depuis leur palais à la réunification irlandaise, à l’indépendance de l’Écosse, à l’autodétermination des Cornouailles et du Pays de Galles, à la sécession de la métropole londonienne et au rattachement – inéluctable - à l’Espagne et à l’Argentine de Gibraltar et des Malouines.

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 12, mise en ligne le 30 novembre 2021 sur Radio Méridien Zéro.

lundi, 29 novembre 2021

Konrad Rękas : Jeder Tritt ein Britt ! - ou encore quelques lignes sur le système britannique

10135.jpg

Konrad Rękas : Jeder Tritt ein Britt ! - ou encore quelques lignes sur le système britannique

Source: https://myslkonserwatywna.pl/rekas-jeder-tritt-ein-britt-czyli-jeszcze-o-systemie-brytyjskim/?fbclid=IwAR1y9ZEev0wp8A_wUNMFC2cRuHcS2Bgr_KANm4LuHCmrk7U3p1jCL8zaLJI

Je ne suis en aucun cas un anglophobe. En fait, je ne suis même pas brittophobe, si l'on se souvient que la notion même de Royaume-Uni politique a été inventée pour renforcer le pouvoir des souverains écossais de la dynastie Stuart, par ailleurs sympathiques. En outre, depuis que j'ai posé le pied sur les îles, il y a une trentaine d'années, en y faisant mes études et en y retournant fréquemment, j'avoue aimer presque tout ce qui vient d'Angleterre, du Pays de Galles et surtout d'Écosse, y compris la ou les langues, la cuisine, les spiritueux, le style vestimentaire traditionnel, les bâtiments et l'ameublement, jusqu'à l'humour et, bien sûr, l'école de pensée politique et le système juridique, à mon humble avis une pratique bien plus efficace que le système continental à bien des égards. En un mot, j'imite bien involontairement tant d'amoureux de tous ces biens et valeurs avant moi, pour ne citer que Roman Dmowski lui-même.

hyancinth_bucket_3504237b.jpg

Le système de Mme Bucket

Et pourtant, pour les mêmes raisons que lui, je n'arrive parfois pas à me défaire de cet étrange mélange de fascination et de sympathie irrationnelle des Polonais pour l'Angleterre, et surtout pour les classes dirigeantes anglaises. Les mêmes classes qui (comme Cat l'a si bien écrit), de toute l'Europe, avaient parfois un peu de considération pour (certains) des Allemands, gardant un intérêt personnel doublé d'un sentiment de supériorité pour les Américains, et méprisant unanimement le reste du monde au point de ne plus tenir compte du néant des autres. Car, de même qu'il est impossible de ne pas apprécier les réalisations anglaises, et plus tard britanniques, elles ne peuvent en aucun cas inspirer la sympathie, elles ne le sont pas et n'ont jamais été destinées à le faire. "Que chacun fasse ce qu'il veut" - cet ordre enthousiaste du duc de Wellington à Waterloo décrit le mieux à la fois le caractère unique reconnu du système britannique et l'attitude extérieure la plus appropriée à son égard.

Quant aux questions sociales et organisationnelles elles-mêmes, plus encore que le système, pendant des siècles, le système politique de la Grande-Bretagne ressemblait à ceci : la monarchie et l'aristocratie concentraient sur elles les intérêts et les complexes des classes moyennes, tous les Bucketheads du monde. Dans le même temps, l'Église anglicane veille à l'obéissance des pauvres et de la classe ouvrière. Et la véritable gouvernance et les affaires avaient lieu à l'extérieur ou derrière cette crèche quasi-monarchique et pseudo-religieuse. Et grâce à cela, en fait, après Oliver Cromwell, la classe dirigeante de l'Angleterre n'a plus eu à se dévoiler, gouvernant derrière des rois faibles et figurants et des premiers ministres poussés au premier rang. La mort de Philip Battenberg n'a fait que rappeler ce rôle utilitaire de la maison britannique... au pouvoir. Le prince Philip lui-même - il est toujours bon de le rappeler - a couvert d'un manteau d'arrogance maladroite son rôle de leader, ou du moins de représentant, dans des initiatives qui ne révèlent leur pleine dimension civilisationnelle qu'après un demi-siècle. En bref, en nous concentrant sur la rusticité de l'aristocrate (quelle antinomie apparente, digne de Zorozh Ponimirski... !), nous n'avons pas vu qu'il était le porte-parole du climatisme précoce, de la dépopulation et d'une nouvelle stratification oligarchique à l'échelle mondiale.

Prince-Philip-pourquoi-son-testament-va-rester-secret.jpg

Le système de Mme Windsor

À propos, il convient peut-être de mentionner une curiosité à la jonction des questions qui nous intéressent - le système britannique, la position Battenberg-Sachs-Coburg-Gotha et le climatisme précisément. En effet, le système invisible du Royaume-Uni, récemment cité dans Mysl Konserwatywna (= Conservative Thought) par le Dr Adam Danek, conserve en fait ses freins législatifs, qui ont été mis en place par les occupants de Buckingham Palace. Quelques mois après que le Guardian ait rapporté que le gouvernement britannique consulte le tribunal sur la législation avant de la soumettre officiellement au Parlement, une pratique similaire a été révélée ( ?) en Écosse. Lors de la précédente législature du Parlement écossais, le parti au pouvoir, le Scottish National Party, négociant avec le soutien des Verts locaux (qui sont indépendantistes et fortement antimonarchistes), a proposé l'introduction d'une législation obligeant les propriétaires fonciers à vendre ou à louer les terrains nécessaires à l'installation d'équipements de transmission d'énergie renouvelable (éoliennes et fermes solaires). Et comme nous le savons - les plus grands propriétaires fonciers en Ecosse sont la Couronne et Elizabeth personnellement. Et il s'est avéré que le gouvernement écossais, qui ne recule devant aucun républicanisme, a accepté d'introduire, avant même la procédure parlementaire, des amendements exemptant de la nouvelle servitude uniquement les successions du monarque actuel. Insistons sur le fait qu'Elizabeth n'a pas bloqué, bien qu'elle aurait pu le faire, cette loi fondamentalement destructrice de la propriété, et qu'elle n'a pas non plus organisé d'exemptions pour ses copains aristocrates, mais qu'elle s'est contentée de rafistoler le bénéfice pour ses biens personnels. Le gouvernement autonome, à son tour, a dû admettre que cela avait été fait pour "assurer le bon fonctionnement de la nouvelle loi". Ainsi, avant que quelqu'un n'écrive quelque chose sur les "rois qui règnent, mais ne gouvernent pas", il serait préférable de vérifier ce que ces grands-pères-transquilles font réellement, ce qu'ils possèdent et à quoi ils servent...

Cette implication de la classe dirigeante britannique dans l'expansion du climatisme (qui, bien sûr, n'empiète sur aucun, même le plus petit, détail des intérêts des membres de cette élite) ne fait que confirmer la continuité de cette doctrine avec le courant plus large du libéralisme, principale matière d'exportation de la Grande-Bretagne depuis des siècles. Sans nous rappeler que ce ne sont nullement les États-Unis qui ont inventé l'impérialisme mondial sous la forme d'une propagation de leur propre système partout, il est également impossible de comprendre la spécificité systémique de la Grande-Bretagne. Et pourtant, c'est précisément de cette manière que Londres/City a neutralisé la concurrence européenne de la France et a finalement désintégré géopolitiquement l'Hispanidad. Alors - un autre paradoxe ! - une tentative similaire par rapport à la Russie, sous la forme de la révolution de février, a été katekhoniquement mais inconsciemment bloquée par les bolcheviks. Puis, à son tour, le parasite qui infeste la vieille Angleterre a commencé à se déplacer de l'autre côté de l'Atlantique, prenant la forme du démo-libéralisme, mais restant essentiellement le même ver solitaire qui se trouvait à Londres depuis au moins la bataille de Bosworth..... Et ce n'est en aucun cas une question indifférente pour l'anglophilie complaisante polonaise, car notre pays et notre nation - bien qu'en principe parfaitement moins qu'indifférents à Albion - ont langui quelque part en marge des intérêts de la City pour deux raisons seulement : la géopolitique/géoéconomie et l'idéologie qui les sert.

Pourquoi la Grande-Bretagne est l'ennemi de la Pologne

En ce qui concerne la première de ces questions, il convient de noter objectivement que les intérêts géopolitiques de l'Angleterre, puis de la Grande-Bretagne, aux alentours des 15ème/16ème siècles, étaient exclusivement opposés aux intérêts de la Pologne. Sans émotion ni sentiment, c'était et c'est toujours le cas. À partir du 15ème siècle, l'Angleterre commence à considérer la Moscovie naissante comme sa sphère d'influence, estimant qu'il est rentable d'acquérir une influence en Orient et de participer au commerce lucratif (notamment des fourrures) avec des perspectives d'expansion loin dans les steppes asiatiques et en Sibérie. C'est l'origine du conflit entre les intérêts anglais, puis britanniques, et les intérêts polonais, qui a duré pendant les trois siècles suivants. La Pologne/la Rzeczpospolita posait un problème, par exemple en faisant concurrence à Moscou pour les Inflants, c'est-à-dire l'accès aux ports de la Baltique, et en s'engageant périodiquement dans une compétition pour gagner de l'influence à l'Est. En un mot - se mettre en travers du chemin. Les Anglais ont donc essayé de manière pragmatique de lever l'obstacle polonais à plusieurs reprises, notamment dans le cadre d'un autre de leurs projets beaucoup plus vastes : le tissage de leur propre réseau d'internationalistes protestants, qui n'a même pas eu besoin d'une incitation spéciale des Anglais pour identifier correctement la République de Pologne comme le maillon faible du camp des États catholiques (traités comme un adversaire naturel). Et ce qui est caractéristique - de telles actions ont été prises par Elizabeth I, James VI, et dans la version améliorée surtout par Cromwell. Car c'est aussi l'un des éléments les plus importants du système anglo-britannique - l'immuabilité de la perception des intérêts géopolitiques/géo-économiques de la classe dirigeante, indépendamment de la gradation actuelle des objectifs et des nuances tactiques, sans parler des différences de politique interne qui sont alors reléguées au second plan. Comme on le sait, après des tentatives moins réussies - comme le Déluge et le traité de Radnot - la politique britannique a finalement triomphé lors des Partitions, dont Londres était l'auteur au moins complémentaire de Berlin. Il est toutefois important de noter que c'est à ce moment-là qu'un autre élément géopolitique important est apparu avec une clarté particulière, à savoir la contradiction croissante entre les intérêts britanniques et russes, déjà immanente bien sûr en raison de l'infériorité de cette dernière composante, mais tout juste perçue par les parties intéressées elles-mêmes.

800px-Borovikovsky_Pavel_I.jpg

En fait, le premier dirigeant russe qui a tenté de limiter l'influence de Londres est Pierre III, et plus tard surtout son fils, l'empereur Paul (illustration, ci-dessus). De même, bien sûr, la contradiction existentielle absolument fondamentale entre la Grande-Bretagne et la Russie est devenue apparente avec l'émergence de la Russie dans les positions eurasiennes et, plus important encore, la prise de conscience mutuelle des implications que recelait cette situation. Dans le même temps, la contradiction entre les intérêts polonais et britanniques s'est poursuivie sans relâche, mais dans ce cas, malheureusement, elle est devenue de moins en moins claire et compréhensible pour ceux de nos ancêtres qui ne comprenaient pas qu'ils se battaient dans des soulèvements non pas pour la Pologne, mais pour l'exportation mondiale de l'idéologie libérale.

1009153-Les_partages_de_la_Pologne_au_XVIIIe_siècle.jpg

Le 19ème siècle polonais a été une grande lutte entre le conservatisme polonais et un libéralisme intrinsèquement cosmopolite, bien que formellement britannique à l'époque et américain aujourd'hui, qui voulait une Pologne de non-conservatisme plutôt qu'une Pologne conservatrice. Malheureusement, au lieu des conservateurs polonais, ce sont nos défenseurs en réaction qui ont dû prendre part à ce combat. Principalement - des Russes, soutenus par moins de quelques Polonais conscients, qu'ils soient penseurs (comme Henryk Rzewuski et Michał Grabowski) ou praticiens (comme Aleksander Wielopolski et Kazimierz Krzywicki). Pour les besoins de l'argumentation, il convient d'ajouter que, bien que cela puisse difficilement être considéré comme une contribution indépendante - en tant que Polonais, nous avons également contribué au Grand Jeu géopolitique commun contre Albion, grâce auquel des noms tels que Jan Prosper Witkiewicz ou Bronisław Grąbczewski sont les rares parmi les dénominations polonaises que les Anglais conscients mentionnent avec appréciation, et certainement plus souvent que les Polonais eux-mêmes.

Gott strafe England

Ainsi, comme on peut le voir, l'ensemble du système britannique se compose à la fois de son côté formel et juridique (avec une monarchie usurpatrice loin d'être une façade et une forme distinctive de parlementarisme), d'un intérêt de classe très concret et conscient et des facteurs idéologiques qui le servent (autrefois sous la forme du libéralisme alternant avec une imitation libérale du conservatisme, aujourd'hui plus souvent sous la forme de diverses incarnations du libéralisme progressiste, y compris le climatisme) et, bien sûr, des facteurs géopolitiques et géoéconomiques. Tout cela constitue ensemble et inextricablement la britannicité politique, politique et sociale, ce qui devrait être instructif et un avertissement surtout pour la Pologne. Comme nous savons que depuis plusieurs centaines d'années, la Grande-Bretagne (même si elle occupe aujourd'hui une position beaucoup moins importante que son ancienne colonie américaine) n'est rien d'autre que l'hôte d'un parasite de la finance, un ver solitaire qui est le principal moteur du mondialisme, un phénomène qui n'est complété que par les phénomènes si infâmes du progressisme dans le monde occidental - nous devrions également comprendre que dans la réalité du triomphe du mondialisme, la finale de la Comédie non divine, il n'y a aucune place pour la Pologne.

Dans le même temps, cependant, nous n'avons aucune raison de rejeter a priori le scénario le plus improbable - l'apocastase géopolitique et idéologique. Puisque, selon Saint-Martin, même Satan peut être sauvé s'il se repent de ses péchés, même les États américains et l'Angleterre redevenus normaux mériteraient et deviendraient peut-être dignes d'un salut (pas seulement géopolitique). Bien que probablement ce n'est pas et ne sera pas le cours des événements appartenant à notre monde...

Konrad Rękas.

samedi, 27 novembre 2021

La dimension théologique du «conservatisme rouge»

inderedtx.jpg

La dimension théologique du «conservatisme rouge»

par Georges FELTIN-TRACOL

Le 12 décembre 2019 se tenaient en Grande-Bretagne des élections législatives anticipées. Les conservateurs du parti tory conduits par le nouveau Premier ministre Boris Johnson remportèrent la majorité absolue à la Chambre des Communes. Avec 365 sièges, ils infligèrent une cuisante défaite au Labour de Jeremy Corbyn. En effet, les candidats tories s’emparèrent de 48 sièges supplémentaires, souvent remportés dans les bastions travaillistes du Centre et du Nord-Est de l’Angleterre.

Pendant la campagne électorale, Boris Johnson insista sur le Brexit en cours et revint sur la nécessaire intervention publique en économie et en matière sociale. Les retombées positives du retrait britannique de l’Union dite européenne devraient assurer la pérennité financière du NHS, le système de santé du Royaume-Uni. Boris Johnson osa en outre nationaliser des compagnies ferroviaires déficientes et, avec la crise covidienne, n’hésita pas à s’affranchir des dogmes budgétaires. Par cette étonnante disposition interventionniste, le gouvernement tourna le dos à l’ultra-libéralisme en vigueur dans ses propres rangs.

phillipblond-410x512.jpg

Red Tory.jpg

Membre du laboratoire d’idées ResPublica et ancien conseiller de David Cameron, Phillip Blond, par ailleurs demi-frère de l’acteur Daniel Craig, se présente depuis la parution en 2009 de son essai Red Torysm. How Left and Right have broken Britain and How we can fix it (« Comment la gauche et la droite ont brisé la Grande-Bretagne et comment pouvons-nous y remédier ») en continuateur du « conservatisme rouge ». En 2010, David Cameron gagna les élections grâce à la « Big Society » et au « conservatisme compassionnel » préparés d’abord par Phillip Blond. Cameron les oublia toutefois assez vite…

Aussi présent au Canada, en particulier dans les provinces de l’Ontario et de l’Alberta, le « conservatisme rouge » rejette à la fois l’État tentaculaire impotent et la société individualiste de marché. Inspiré par les loyalistes américains pendant la Guerre d’Indépendance des États-Unis et apparenté aux « paléo-conservateurs » étatsuniens, le « Red torysm » puise dans le Hight Torysm du XVIIIe siècle, un courant néo-féodal et proto-jacobite, dans le One-nation torysm du XIXe siècle théorisé par l’écrivain et Premier ministre Benjamin Disraeli et, au XXe siècle, chez les anglo-catholiques distributionnistes autour de G.K. Chesterton. Ces différents apports théoriques s’accordent sur l’organicisme social et estiment que l’équilibre de la société repose sur l’obligation mutuelle de toutes les classes sociales. On traduit habituellement « Red Torysm » par «conservatisme social» ou «paternaliste». S’ils défendent les institutions traditionnelles, un ordre social juste et la discipline fiscale, les « conservateurs rouges » privilégient toujours les actions sociales en faveur d’un État-Providence qui permettrait un accès général à la propriété privée. Après le « socialisme des guildes », le «conservatisme rouge» est une autre représentation de la troisième voie sociale outre-Manche.

Radical-Orthodoxy-artwork.jpg

Le « Red Torysm » a bénéficié au début du XXIe siècle de l’influence déterminante de la Radical Orthodoxy. En 1998, les philosophes et théologiens anglicans Catherine Pickstock, Graham Ward et John Milbank écrivent Radical Orthodoxy. A New Theology. Leur sensibilité les porte vers la Haute-Église d’Angleterre para-catholique. Professeur de Phillip Blond à Cambridge, John Milbank qui se décrit comme un chrétien traditionaliste postmoderne, mêle dans ses réflexions les idées communautariennes, les thèses de la French Theory et les écrits des Pères de l’Église. La Radical Orthodoxy  lit les œuvres de Michel Foucault, de Gilles Deleuze, de Félix Guattari, de Jacques Derrida et de Jean Baudrillard à la lumière de Saint Augustin et de Saint Thomas d’Aquin.

La Radical Orthodoxy – qui n’a rien à voir avec l’Orthodoxie – ne cache pas une hostilité foncière envers les libéralismes théologique, politique et économique. « Pour les classes moyennes, explique Phillip Blond dans un entretien mis en ligne sur FigaroVox le 1er juillet 2016, le libéralisme a plusieurs attraits : économiquement, il leur permet (ou du moins il leur permettait) d'exploiter avantageusement leur position via l'école, les réseaux ou les possibilités de carrière dans l'entreprise; socialement, il se traduit par une licence totale en matière de choix de vie ou de comportements. Pour les classes populaires au contraire, le libéralisme est un désastre économique et culturel: économique, parce qu'il détruit leur pouvoir de négociation collective et les expose à une concurrence interne sur le marché du travail: dans une telle situation, leurs salaires ne peuvent que baisser; sociale, parce que le libéralisme a détruit toutes les formes d'allégeance et de stabilité familiale, en laissant pour seul héritage des foyers brisés et des pères absents. En somme, le libéralisme a détruit toute notion de solidarité et c'est cela qui a le plus certainement condamné les plus pauvres à leur sort. » Favorable à l’instar de l’essayiste William T. Cavanaugh à la « subversion eucharistique » du monde moderne, cette autre théologie politique guère connue sur le continent pense donc l’eucharistie comme le creuset effectif d’un ensemble commun et voit dans l’Église une communauté salvatrice de personnes capables de mener une existence collective hors du filet de la modernité. Le recours à la communauté comprise comme « base autonome durable » y est explicite, d’autant que la Radical Orthodoxy prône au final la restauration post-moderne, c’est-à-dire ici après la modernité, de la métaphysique traditionnelle occidentale.

john-milbank-682x1024.jpg

John Milbank.

On est donc à mille lieux des enjeux électoralistes et politiciens du gouvernement de Sa Gracieuse Majesté. Il existe toutefois un lien ténu, susceptible de croître si les circonstances s’y prêtent, entre le Parti conservateur et la Radical Orthodoxy. Qui aurait pensé, il y a quinze ans, qu’un anti-libéralisme conséquent et cohérent se manifesterait, certes de manière périphérique, dans la formation politique de feue la sinistre « Dame de Fer » ?

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 11, mise en ligne le 23 novembre 2021 sur Radio Méridien Zéro.

lundi, 22 novembre 2021

Sur l'ingérence de la Grande-Bretagne en Amérique latine

1200px-America_noviter_delineata.jpg

Sur l'ingérence de la Grande-Bretagne en Amérique latine

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitica.ru/article/o-vmeshatelstve-britanii-v-dela-latinskoy-ameriki

Début novembre, des émeutes ont éclaté en Araucanie, au Chili. Les initiateurs étaient des membres d'une population indigène connue sous le nom de Mapuche. En cause: des attaques contre la police et l'armée; les autorités ont répondu par la force. Au cours d'une opération spéciale, plusieurs militants munis d'armes automatiques ont été arrêtés. L'état d'urgence a été déclaré dans la région. Mais cela n'a pas arrêté les manifestants, qui ont répondu par des barrages routiers et des incendies criminels.

De nombreux militants des droits de l'homme, notamment des pays occidentaux, ont immédiatement condamné les actions des autorités, soulignant le statut des Indiens Mapuche en tant que peuple indigène opprimé. Mais les Mapuches sont des citoyens à part entière au Chili et en Argentine voisine et ne sont donc pas privés de droits constitutionnels. Le problème, c'est que si les Mapuches sont des indigènes, il existe en outre un mouvement de Mapuches dont les membres se livrent depuis des années à des actes de sabotage, à la destruction des biens d'autrui et à des attaques contre d'autres citoyens, qu'ils appellent en quelque sorte des occupants.

EH0okaJXUAAccie_edited-900x507.jpg

Tout ceci est organisé dans le cadre du projet "Nation Mapuche". Il s'agit d'un projet séparatiste à la base, qui vise à séparer des parties du Chili et de l'Argentine et à créer un État indépendant sur leur base. Selon cette organisation, "la Nation Mapuche couvre tout le sud de Bio Bio (Chili) et le sud de Salado et Colorado (Argentine) jusqu'au détroit de Magellan". Fait révélateur, les Mapuchistes utilisent l'anglais plutôt que l'espagnol. Et leur siège social se trouve au Royaume-Uni, avec un bureau enregistré au 6 Lodge Street, Bristol, depuis 1996. Les Mapuchistes ont même leur propre prince autoproclamé appelé Frédéric 1er. La Royal Air Force promeut activement le sujet sous couvert de défense des droits de l'homme.

Leur site web affirme que le peuple Mapuche "n'a jamais renoncé" à ses droits souverains ou à la restitution de son territoire ancestral" et diffuse des allégations d'"invasion", de "génocide", de "répression" et d'"espionnage" par les États du Chili et de l'Argentine.

_methode_times_prod_web_bin_784d41ac-0ad8-11ea-96a6-b8ef146759ed.jpg

Selon l'avocat chilien Carlos Tenorio, qui représente la famille des agriculteurs assassinés par les Mapuches, ces personnes n'expriment pas leurs revendications par les voies juridiques institutionnelles, mais par l'action directe. "Nous traversons la période la plus difficile depuis que j'ai travaillé sur ce dossier il y a deux décennies. Un manque total de contrôle qui va de pair avec le climat politique", a-t-il déclaré. L'avocat a fait une distinction entre les "demandes des communautés indigènes" qui sont faites "institutionnellement" et "d'autres groupes qui sont maintenant armés et ont déclaré la guerre à l'État chilien".

L'affaire qu'il défend a eu lieu en janvier 2013 dans un champ de 40 hectares situé dans le sud du Chili et appartenant à la famille Luchsinger. Ils ont été attaqués par une bande de 40 hommes qui ont brûlé la maison et ses habitants. En Amérique latine, on parle des Mapuchistas comme d'un réseau anglais inhabituel qui encourage le séparatisme dans le sud du Chili et en Argentine.

Compte tenu des relations tendues entre l'Argentine et la Grande-Bretagne au sujet des Malouines/Malvinas (îles Falkland), Londres a un intérêt évident à porter atteinte à la souveraineté de cet État.

La stratégie de la Grande-Bretagne semble plutôt astucieuse. Alors qu'à l'époque de la guerre froide, Londres a aidé les régimes de droite d'Amérique centrale à balayer les populations indigènes (notamment au Guatemala) et à fournir des armes à ces pays, la situation dans la partie sud du continent semble aujourd'hui tout à fait opposée. Mais la Grande-Bretagne continue le vieux système en Colombie, où elle a des intérêts économiques.

Selon le journalisme d'investigation, l'ambassade britannique à Bogotá investit massivement dans son réseau et mène une campagne de relations publiques visant à "améliorer la perception" de la Grande-Bretagne. Selon les documents du ministère britannique des Affaires étrangères, 6000 £ ont été dépensées en 2019-20 pour mener une "analyse de la perception du soft power du Royaume-Uni en Colombie" qui a aidé à "identifier les intérêts futurs pour l'association dans les messages publics et les médias sociaux". "L'objectif à long terme", note l'ambassade du Royaume-Uni à Bogota, est de "construire de nouveaux réseaux d'influence et de connexions avec des publics plus diversifiés en Colombie... ce qui conduira à une amélioration des perceptions et à un changement de comportement à l'égard du Royaume-Uni". L'ambassade a déclaré que le projet comprenait "un certain nombre de domaines de travail conjoint avec des parties prenantes colombiennes clés" par lesquels l'ambassade chercherait à "améliorer son profil" au cours de l'année 2021. Les domaines de coordination comprenaient "la sécurité et la défense".

En outre, 25.000 £ ont été allouées à la création d'une nouvelle "campagne de sensibilisation à l'environnement et à la biodiversité". Ces thèmes ont été identifiés à la suite d'une enquête.

Fait révélateur, plus de la moitié des meurtres d'écologistes dans le monde en 2020 ont eu lieu en Colombie, certains d'entre eux étant liés à ceux qui luttent contre les projets des entreprises britanniques dans le pays.

Un rapport publié l'année dernière a révélé que 44 % des attaques récentes liées à des entreprises en Colombie visaient des défenseurs des droits de l'homme qui avaient fait part de leurs préoccupations concernant cinq entreprises. Il s'agit notamment de la mine de charbon de Cerrejón, qui appartient aux sociétés minières cotées à Londres BHP, Anglo American et Glencore, ainsi qu'à AngloGold Ashanti, également enregistrée à Londres.

L'année dernière, David Boyd, rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'homme et l'environnement, a déclaré que la mine de charbon de Cerrejón avait "gravement endommagé l'environnement et la santé de la plus grande communauté indigène du pays". Et en juin de cette année, UKCOL2021 a été lancé, ce qui permettra de continuer à établir l'influence britannique en Colombie.

Il est révélateur que, parallèlement à l'annonce de ce programme, la police colombienne réprimait des manifestations qui, selon Human Rights Watch, ont fait 63 morts. Mais l'ambassade britannique à Bogota est restée muette sur la question, ce qui n'a rien à voir avec le comportement des diplomates britanniques dans d'autres pays, comme la Russie, où toute bousculade des hooligans et des provocateurs qui narguent la police lors de manifestations non coordonnées est accueillie par des hurlements retentissants.

La raison est probablement que le Royaume-Uni est indirectement responsable de ces meurtres, car il a mis en œuvre deux programmes avec la police colombienne de 2015 à 2020, pour un coût de plusieurs millions de livres.

B9726951127Z.1_20210506121631_000+G8HI2U18L.2-0.jpg

Directement en Colombie, une équipe spéciale britannique est désormais stationnée pour aider les forces armées colombiennes, elles aussi accusées à plusieurs reprises de tuer des civils.

Londres est connu pour soutenir activement le président colombien Ivan Duque, au pouvoir depuis 2018 et représentant le Parti démocratique (PCD) de centre-droit. La proximité de la Colombie avec les territoires britanniques d'outre-mer dans les Caraïbes permet à Londres de suivre de près les processus politiques dans les Caraïbes. Il n'est pas exclu que de nombreuses provocations de la Colombie contre le Venezuela aient également été organisées avec l'implication directe de l'armée et des services de renseignement britanniques.

mercredi, 01 septembre 2021

Écosse : Des presbytériens sans Dieu ?

TELEMMGLPICT000133179945_trans_NvBQzQNjv4Bqnj5f55R6XEVcLbfHVgP9-s7k2Pyv9-8GAuYHsjUjP4M.jpeg

Écosse: Des presbytériens sans Dieu?

Konrad Rękas

https://www.geopolitica.ru/en/article/scotland-presbyterians-without-god

Politiciens chrétiens dans un pays athée

L'identité historique des Écossais s'est forgée dans le feu des luttes religieuses, pour l'essentiel convergentes avec les disputes politiques. Et celles-ci n'ont jamais été douces ou particulièrement transparentes au sein de cette nation constituée de clans. Car lorsque l'Église calviniste d'Écosse, qui s'assume comme "nationale", a été victorieuse des catholiques habituellement royalistes, elle a immédiatement dû lutter contre l'influence de l'épiscopalisme qui proposait sa vision politique d'une oligarchie couronnée. Et les presbytériens écossais eux-mêmes - les Covenanters - étaient divisés comme les hussites, entre les radicaux, appelés le parti Kirk, qui voyaient l'Écosse comme une fédération de clans / congrégations, même dans une alliance avec les Anglais puritains, et ceux qui choisissaient une forme de collaboration avec leur propre dynastie nationale comme méthode de maintien de l'indépendance vis-à-vis du voisin du sud éternellement agressif. Oui, la religion en Écosse a toujours été vivante, avec de nombreuses morts violentes. Alors pourquoi est-elle presque morte aujourd'hui ?

Le genre au lieu de Dieu

L'Écosse a (?) la réputation d'être le pays le plus sécularisé d'Europe occidentale. Selon diverses estimations, environ 56 % des habitants se déclarent athées, et près de 70 % sont généralement non religieux. Et ce malgré, ou peut-être précisément parce que, la principale dénomination, l'Église d'Écosse, continue d'être reconnue comme l'Église nationale et une composante importante de l'identité écossaise en tant que telle. Cela est dû en partie au fait que la politique écossaise est devenue athée mais n'a pas perdu les caractéristiques formelles et typiques du calvinisme. Elle reste donc agressivement missionnaire et empreinte de déclarations moralisatrices. Sauf qu'aujourd'hui, bien sûr, elle est complètement opposée au rigorisme éthique historique des anciens protestants. Les politiciens écossais d'aujourd'hui sont le plus souvent les successeurs de presbytériens fanatiques qui ne croient plus au presbytérianisme, mais qui croient toujours fermement au fanatisme.

rev-david-mauldin-and-kirking-of-tartansjpg-6b99d9a50dd92860.jpg

kox.jpg

Justement, avec un tel feu, digne de John Knox (bien que contre toutes ses recommandations) - le gouvernement autonome écossais de Nicola Sturgeon fixe ses principaux objectifs idéologiques pour imposer une plate-forme "gendériste" complète, y compris la doctrine du "genre par choix" avec des réglementations pénales très strictes pour les contrevenants et contestataires, dépassant toutes les limites de la définition des crimes de haine. Sur la base de la nouvelle loi de 2021 sur les crimes de haine et l'ordre public (Écosse), une raison suffisante pour engager des poursuites pour discours haineux n'est pas seulement une critique acerbe ouinjurieuse du "gendérisme", mais même le simple fait de constater que seules les femmes ont leurs règles. Pour compléter le sentiment d'étouffement qu'impose le serpent du progressisme, il convient de mentionner que cette loi est déjà utilisée pour poursuivre non pas des misogynes, mais... des féministes et des lesbiennes.

Oui, ces deux attitudes, sans rien changer dans leurs présupposés - ne sont plus classées comme modernes et progressistes, mais comme... réactionnaires et fascistes! La première de ces attitudes pour avoir rappelé que les suffragettes sont allées en prison pour obtenir le droit de vote et d'éligibilité et non pour avoir réclamé quelques mascarades comme le droit d'utiliser les toilettes pour femmes et de gagner des compétitions sportives féminines. La seconde de ces attitudes, parce que les lesbiennes s'entêtent à affirmer qu'elles veulent coucher avec d'autres femmes, et non avec des hommes en prétendant que cela a donné de la personnalité aux femmes.

D'abord l'homme - ensuite la femme politique

Voilà quel est le niveau actuel des querelles idéologiques en Écosse, de sorte que la consternation a été d'autant plus grande que l'on a vu apparaître au sein du gouvernement local une secrétaire déclarant ouvertement et à haute voix son attachement aux valeurs chrétiennes et témoignant de leur confession dans la vie privée et publique. Kate Forbes (photo), 31 ans, secrétaire d'État aux finances et à l'économie, est une militante du Scottish National Party (organisation responsable de toutes les expériences idéologiques susmentionnées), une partisane enthousiaste de l'indépendance du pays - et en même temps une fidèle zélée de la Free Church of Scotland, la faction presbytérienne du XIXe siècle, décrite aujourd'hui avec un peu de mépris comme "quelque chose comme l'Église d'Écosse mais avec du christianisme".

14502_original.jpg

Fille de missionnaires calvinistes en Inde, où elle a passé son enfance, Mme Forbes parle de sa dévotion à Dieu avec une passion que ses parents lui ont inculquée. "Pour être franche, je crois en la personne de Jésus-Christ. Je crois qu'il est mort pour moi, qu'il m'a sauvée et que ma vocation est de le servir et de l'aimer et de servir et d'aimer mes prochains de tout mon cœur, de toute mon âme, de tout mon esprit et de toute ma force. Pour moi, c'est donc essentiel à mon être. La politique passera. Je suis une personne avant d'être une femme politique et cette personne continuera à croire que je suis faite à l'image de Dieu" - a déclaré l'actuel secrétaire, il y a quelques années, dans une interview pour la BBC, et rappelons que ce ne sont pas des mots que l'on entend souvent aujourd'hui de la part des politiciens occidentaux.

Paradoxalement, une éthique chrétienne comme celle de Mme Forbes, et aussi expressive, se démarque radicalement de la ligne dominante actuelle du SNP, qui jusqu'à récemment était encore multiforme, avec une forte aile moralement conservatrice, autrefois construite sous le patronage de la légendaire Winnie Ewing (photo, ci-dessous), la première députée SNP élue à la Chambre des Communes en 1967.

0_X10716-11E.jpg

Toutefois, cette tendance a été presque totalement éliminée au sein du SNP. La démission de Dave Thompson (photo, ci-dessous), l'animateur du mouvement des Chrétiens pour l'Indépendance, et aujourd'hui le leader du groupe de campagne Action pour l'Indépendance, le père spirituel de la carrière politique de Forbes, avec qui elle a commencé comme assistante, en est l'illustration. Mais d'un autre côté, la jeune politicienne a gagné la reconnaissance des communautés chrétiennes, même celles de l'autre côté de la rivière Tweed.

Dave-Thompson-MSP.jpg

Exprimons notre foi sans crainte

L'actuelle secrétaire est toutefois fidèle à son parti, même si elle n'hésite pas à faire valoir une opinion distincte - qui n'est d'ailleurs plus populaire dans les rangs du SNP mainstream, dont la direction fait la chasse au "politiquement incorrect", à toute trace de "trans-" et "queerphobia", sans parler d'attitudes encore plus... réactionnaires. Pendant ce temps, Kate Forbes a prié à voix haute lors de la Journée de prière publique de 2018: "Que nos politiciens reconnaissent que la façon dont nous traitons les plus vulnérables - que ce soit les enfants à naître ou les malades en phase terminale - est une mesure du véritable progrès". Ainsi, alors que même les politiciens de l'opposition unioniste admettent qu'il n'y a personne au Parlement écossais qui n'aime pas Kate personnellement - au sein de son propre parti, il y avait de sérieux doutes sur sa promotion de secrétaire à l'un des postes les plus importants du gouvernement autonomiste. Forbes doit s'occuper, entre autres, des préparatifs pour l'introduction de sa propre monnaie par l'Écosse indépendante - et cela peut-il être fait par quelqu'un dont l'attitude envers le mouvement LBGTQ est pour le moins controversée !

Forbes, cependant, a reçu la nomination en tant que secrétaire, ce qui a été considéré comme un geste de la direction du SNP envers les électeurs plus traditionalistes, en particulier ceux de la région des Highlands et des îles, où les communautés chrétiennes (Église d'Écosse, Église libre d'Écosse et catholiques), bien que ne soutenant pas le postmodernisme extrême de Holyrood, mais appuyant bien sûr aussi le nationalisme écossais, constituent de véritables bastions du mouvement indépendantiste. Il y a quelques mois, les milieux les plus radicaux du gendétisme ont donc lancé une attaque collective, tant en public qu'en coulisses, dans le but d'empêcher les partisans de Forbes de voter pour former un gouvernement. Toutefois, une députée de l'une des plus belles circonscriptions d'Écosse - Skye, Lochaber et Badenoch - a répondu dignement qu'elle représentait tous ses électeurs, quelle que soit leur attitude vis-à-vis de la religion. Mais le christianisme est l'essence même de son existence, et elle considérait et considère qu'une telle honnêteté sur sa foi est le plus important. - Je voudrais que mon exemple inspire d'autres personnes à surmonter la peur et les difficultés liées à l'expression publique de notre foi dans le service public - a annoncé Mme Forbes.

Les critiques se sont tues. Mais nous pouvons être sûrs que ce ne sera pas pour longtemps...

lundi, 10 mai 2021

Paille russe et poutre occidentale

Navalny-Assange.jpg

Paille russe et poutre occidentale

par Georges FELTIN-TRACOL

Ex: http://www.europemaxima.com

Cela fait de nombreux mois que les diplomaties occidentales, en particulier les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Pologne, la Suède et la France, ne cachent plus leur mécontentement à propos de l’incarcération d’Alexeï Navalny. Après une tentative bizarre d’empoisonnement en août 2020 et une vingtaine de jours de grève de la faim, il vient d’être hospitalisé et recommence à se nourrir. Chancelleries occidentales et officines de presse officielles s’indignent de la persécution de celui qu’elles présentent comme le principal opposant à Vladimir Poutine.

Cette belle unanimité est cependant fêlée par l’attitude d’Amnesty International. Cette ONG cosmopolite a retiré son soutien au détenu russe le plus célèbre des plateaux-télé parce qu’il a frayé, il y a une quinzaine d’années, avec des groupuscules ethno-nationalistes russes. Premier prix permanent des faux-culs, Amnesty International ne souhaite pas aider une personne qui aurait tenu naguère des « propos haineux »… Toutefois, sa décision suscitant l’incompréhension, l’association pourrait se raviser.

Escroc notoire qui a profité des failles béantes d’un système juridique toujours en élaboration, Alexeï Navalny a été condamné selon les normes, les règles et les procédures légitimes du droit pénal russe. Quand Washington, Londres, Berlin, Varsovie et Paris menacent Moscou à propos de la dégradation de l’état de santé de ce citoyen russe, il s’agit d’une ingérence manifeste dans les affaires intérieures d’un État souverain. Malgré des mises en cause souvent grotesques et qui frisent parfois la déclaration de guerre, les dirigeants russes, Vladimir Poutine en tête, conservent un calme olympien. Leur sérénité tranche avec la fébrilité de l’Hyper-Caste mondialiste. L’Occident américanomorphe se scandalise de la paille dans l’œil russe, mais ignore sûrement l’immense poutre dans le sien.

assange.jpg

1075796554_0 0 1432 776_1000x541_80_0_0_b4d28e0765cb82a0960bfda8b49874d5.jpg

Cette poutre monstrueuse s’appelle Julian Assange. Depuis plus de deux ans, le courageux lanceur d’alerte australien croupit dans la prison de haute sécurité de Belmarsh en Grande-Bretagne. La Suède a finalement abandonné les poursuites au sujet d’hypothétiques viols. Julian Assange devrait être en liberté. Il continue pourtant à être séquestré. Ses conditions de vie sont difficiles. On le traite comme un terroriste. Soumis à un strict isolement, il subit des tortures mentales et des privations de soins. Les tribunaux britanniques doivent statuer sur son extradition vers les États-Unis qui l’accusent d’espionnage. Son crime ? Être à l’origine des fameux WikiLeaks. Dans cette triste affaire, la « jugesse » Vanessa Baraitser répète l’attitude de ses néfastes prédécesseurs qui écrasèrent au cours des quatre derniers siècles les Jacobites (partisans de la dynastie des Stuart), les Écossais, les catholiques anglais, les Irlandais, les paysans hostiles aux enclosures, les ouvriers luddites et les mineurs. Leurs jugements indignes constituent une interminable liste de massacres collectifs.

Julian Assange est plus à plaindre qu’Alexeï Navalny. Le premier ne bénéficie cependant pas de la couverture médiatique en faveur du second. Pourquoi ce traitement inique ? Si on emploie la lecture symbolique des patronymes en français, Navalny fait penser à « naval », c’est-à-dire au monde de la Mer. Alexeï Navalny ne travaille-t-il pas, directement ou non, contre les intérêts vitaux de sa mère-patrie et pour les thalassocraties occidentales ? Selon cette même lecture symbolique rapportée aux éléments, Assange se réfère à l’Air et aux anges. Julian Assange a dévoilé au monde entier la réalité : la volonté d’appropriation planétaire du Bloc occidental-atlantiste (BOA), lui-même inféodé à quelques « États profonds » bien connus et à leurs cliques financières – bancaires.

Les récits médiatiques ont beau expliqué le contraire. Les honnêtes gens savent qu’Alexeï Navalny est un traître et Julian Assange un héros.

Georges Feltin-Tracol

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 213, mise en ligne sur TVLibertés, le 4 mai 2021.

lundi, 05 avril 2021

Le retour de Carthage : la nouvelle politique étrangère du Royaume-Uni

sw_dscn4124_qe_r08.jpg

Le retour de Carthage : la nouvelle politique étrangère du Royaume-Uni

Traduction par Juan Gabriel Caro Rivera

Le 16 mars 2021, le gouvernement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord a présenté un nouveau document qui définit la stratégie de la politique étrangère et de la défense britannique pour les 30 prochaines années. Le document s'intitule "La Grande-Bretagne dans un monde compétitif". Un examen complet a donc été élaboré à Londres sur les questions de sécurité, de défense, de développement et de politique étrangère.

Selon le document, les dirigeants actuels de la Grande-Bretagne considèrent la Chine et la Russie comme la principale menace pour leur pays. Bien que le document indique clairement que la priorité doit être accordée à la région indo-pacifique (la lutte contre la Chine), l'accent est mis sur l'Europe de l'Est (l'"endiguement" de la Russie).

Londres utilisera à la fois les sanctions économiques et la pression militaire contre ses ennemis. Pour y parvenir, le Royaume-Uni procédera à une modernisation de ses armements, cybernétique, spatial, naval et nucléaire. En 2030, les forces armées britanniques prévoient de disposer de 260 têtes nucléaires. Ainsi, l'armée britannique sera présente partout dans le monde et l'île britannique deviendra "un résolveur de problèmes et un gestionnaire de conflits à l'échelle mondiale".

La Grande-Bretagne et la société ouverte

Le concept d'une Grande-Bretagne mondiale n'est en aucun cas nouveau. Il a toujours été la bannière d'une partie du pouvoir conservateur britannique qui était favorable au Brexit. Il faut garder à l'esprit que deux courants distincts étaient favorables à la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE: d'une part, les populistes, très désabusés par l'UE en tant qu'institution transnationale et libérale, et, d'autre part, les ultra-libéraux (également connus sous le nom de néo-conservateurs). Pour ces derniers, l'UE n'était pas assez libérale et était trop "continentale" par rapport à la Grande-Bretagne, qui a historiquement lié son destin à la défense de sa mission particulière de puissance maritime, au libre marché et à la promotion de la "démocratie" dans le monde. Ce sont précisément ces forces personnifiées dans le néoconservateur britannique, l’intellectuel à l'origine du Brexit, Michael Gove, et l'ancien maire de Londres, Boris Johnson, qui ont finalement gagné et écarté les populistes qui avaient des idées beaucoup plus traditionalistes comme Nigel Farrage.

chatham-house-vector-logo.png

La stratégie actuelle des élites britanniques consiste à faire de leur pays une île par laquelle transitent tous les flux financiers, informatiques et toutes sortes de "réseaux" mondiaux (le terme "réseau" est utilisé 52 fois dans le document), en faisant partie intégrante des réseaux de sécurité internationaux. Le Chatham House (Royal Institute of International Affairs) (1) avait déjà proposé plusieurs idées similaires concernant la politique internationale (la Grande-Bretagne étant une sorte de corridor mondial où convergeraient toutes les contradictions mondiales). Nous pouvons dire que le gouvernement britannique et le plus important groupe de réflexion britannique ont les mêmes idées mondialistes sur l'avenir de la Grande-Bretagne.

Le document affirme ouvertement qu'il existe une "compétition idéologique" entre les puissances libérales et "autoritaires" ; puissances autoritaires qui agissent contre les démocraties, et que Londres doit devenir l'un des principaux champions des "démocraties" dans le monde.

Le document indique que "le premier objectif de la Grande-Bretagne, en tant que ‘’force du bien’’ projetée dans le monde, doit être de soutenir toutes les sociétés ouvertes et de protéger les droits de l'homme".

Le document est caractérisé par une image manichéenne du monde divisé en noir et blanc. Dans ce sens, les ennemis (c'est-à-dire la Russie et la Chine) sont considérés comme le mal absolu et les Britanniques eux-mêmes sont considérés comme parties prenantes des "forces du bien". En outre, le concept de "société ouverte" est mentionné tout au long du document.

La mission des ‘’États puniques’’ et la ‘’Grande Reconstruction’’

Le 13 novembre 2018, la Henry Jackson Society a discuté en profondeur du concept de Grande-Bretagne mondiale dans une perspective géopolitique. La Henry Jackson Society est un think tank très influent qui compte parmi ses membres plusieurs députés britanniques (parmi lesquels on peut compter l'un des amis des enquêteurs de Bellingcat, le vétéran du renseignement militaire anti-russe Robert Seely), des journalistes (comme Mark Urban, l'un des confidents de Skripal, qui est un spécialiste des questions de renseignement et des assassinats secrets), l'ancien chef du MI-6 Sir Richard Dearlove, l'ancien chef de la CIA James Woolsey, le néoconservateur William Kristol et également certains membres qui dirigent l'Atlantic Council (organisation interdite en Russie). A également participé à ce forum le cerveau derrière le Brexit : Michael Gove.

hjslogo.jpg

Lors de cette réunion de 2018, le professeur Andrew Lambert, qui appartient à la Royal Military Academy Sandhurst, l'institution militaire la plus prestigieuse du Royaume-Uni, a exposé en détail la mission historique de la Grande-Bretagne en tant que Sea Power (2). Pour Lambert, comme pour tous ceux qui ont participé à la réunion, le Sea Power constitue un type d'identité très particulier assumé dans l'Antiquité par les Phéniciens et les Carthaginois, puis par les Vénitiens, les Néerlandais et les Britanniques.

Cette identité considère le commerce comme un principe fondamental. Les puissances maritimes estiment que le marché doit être ouvert tout comme la mer est ouverte à la navigation. En outre, les puissances maritimes ne se caractérisent pas par l'utilisation directe et ouverte de forces militaires, mais pratiquent plutôt l'équilibre par le contrôle de certains points nodaux importants. La pensée des puissances "maritimes" tente de transférer les principes juridiques de la mer aux relations sociales terrestres, puisque les frontières n'existent pas en mer et que le libre-échange se développe (bien que les forces militaires puissent également se déplacer librement). Il est intéressant de voir que cette analyse reprend point par point les idées de Carl Schmitt, qui décrivait la confrontation entre Terre et Mer comme des principes géopolitiques antagonistes.

MV5BNWUwMjQwMmItYzNlMS00MmRjLTllM2QtZmVjNzFjMmRhZTkwXkEyXkFqcGdeQXVyNjUxMjc1OTM@._V1_.jpg

Prof. Andrew Lambert.

Cependant, il est incroyable que l'élite britannique utilise ouvertement ces catégories et se considère comme les continuateurs de l'empire commercial carthaginois qui était l'ennemi de Rome. Le professeur Lambert voit également la Russie d'aujourd'hui comme la continuation de "Rome", tandis que l'Occident libéral est une sorte de ‘’Carthage collective’’. La Chine est considérée comme une puissance terrestre.

Tout cela aide à comprendre pourquoi Lambert préconise l'ordre fondé sur des règles, "un ordre fondé sur des règles claires". C'est l'ordre auquel Londres exhorte toujours Moscou et Pékin à revenir.

Selon Lambert, l'ordre international n'est pas seulement un "cadeau" que la puissance navale britannique a fait au monde. Tout cela s'est construit grâce aux "navires à vapeur, aux câbles télégraphiques sous-marins, aux communications sans fil, aux services bancaires, au transport maritime et à la finance internationale".

Lambert affirme que "le Royaume-Uni a créé tous ces services parce qu'ils faisaient partie de ses intérêts nationaux. Nous n'avons pas créé tout cela par charité ; un ordre fondé sur des règles claires n'est pas bon en soi, il n'est bon que dans la mesure où il sert les objectifs pour lesquels il a été créé.

La nouvelle stratégie de politique étrangère et de défense du Royaume-Uni reprend plusieurs de ces thèses, arguant que "le système international qui repose sur les règles du jeu créées après la guerre froide a largement profité au Royaume-Uni et à d'autres nations du monde". Il est donc entendu que la Russie et la Chine doivent revenir à l'ordre unipolaire qui existait auparavant et reconnaître la domination mondiale de l'idéologie libérale comme la seule idéologie possible.

En ce sens, la "société ouverte" est comprise comme une société qui doit être soumise à des influences extérieures, ou s'autodétruire, de la même manière que les Britanniques ont "ouvert" la Chine au XIXe siècle afin d'imposer le libre commerce de l'opium. Les puissances maritimes sont favorables à une société ouverte pour les mêmes raisons qu'elles ont favorisé l'ouverture des mers ou le libre-échange.

Il est également intéressant de constater que l'élite géopolitique britannique se considère comme les continuateurs de la mission de "conquête" de Carthage contre Rome. L'ancienne Carthage a perdu, dit Andrew Lambert, mais ses successeurs ont eu beaucoup de succès en étant capables de créer la civilisation occidentale moderne.

WILLIAM-HENRY-GREAT-RESET-1.png

Désormais, le rôle du prince Charles en tant qu'architecte de la "Grande Reconstruction" est clair. La volonté d'imposer l'unipolarité par la force fait désormais partie de l'agenda des libéraux britanniques et européens (Prince Charles et Klaus Schwab). Les États-Unis, malgré toute leur puissance, ont montré qu'après avoir élu et soutenu Trump, ils restent au fond trop provinciaux et sont trop liés à des principes "terrestres", ce qui les différencie beaucoup de l'ex-métropole.

Un parcours plutôt problématique

Mais il ne faut pas se leurrer: cette indépendance, ou plutôt la nouvelle autonomie de Londres par rapport à la politique de Washington, thème sur lequel insistent les partisans d'une "World Britain", ne doit pas être sous-estimée. Avec cette autonomie, Londres ne se défait pas des États-Unis, elle entend simplement les remettre sur les rails. L'empire décrépit des États-Unis, représenté par le dément Biden, doit être aidé tant qu'il n'abandonne pas sa mission libérale d'hégémon mondial. La Grande-Bretagne doit donc maintenant commencer à assumer sa responsabilité en tant que puissance maritime afin de faire face aux puissances continentales qui remettent en cause l'ordre mondial.

La Russie doit donc surveiller de près les activités de la Grande-Bretagne en Europe de l'Est et surtout en Ukraine à partir de maintenant. Les services spéciaux britanniques et ses forces armées coopèrent activement avec le régime de Kiev depuis longtemps. En ce sens, la montée des tensions militaires autour du Donbass et la future guerre qui est sur le point d'éclater sont sans doute liées à la nouvelle politique que Londres promeut. Les médias ukrainiens ont écrit sur la façon dont l'organisation britannico-néerlandaise Bellingcat fait chanter Vladimir Zelensky et menace d'ouvrir une enquête contre lui pour une prétendue "trahison" pendant son administration. Il y a aussi des preuves que Zelensky essaie de résoudre tout cela avec l'aide du MI-6.

s960_D_Chilcott_TR__Custom_.jpg

Dominick Chilcott et Erdogan.

Un autre grand problème auquel la Russie est confrontée est la Turquie. Londres entend aider Ankara tant sur le plan économique que sur celui de la sécurité, notamment parce qu'elle reconnaît la croissance rapide de ce pays en tant que puissance. Suite à la publication de la nouvelle stratégie de politique étrangère, l'ambassadeur britannique en Turquie, Dominic Chilcott, a déclaré sur Twitter que Londres souhaitait "travailler avec la Turquie car il s'agit d'une puissance régionale importante qui peut aider à résoudre les problèmes de Chypre et de la Libye ainsi qu'à renforcer le système international basé sur des règles du jeu claires" (3).

N'oublions pas non plus que l'actuel chef du MI-6, Richard Moore, a été ambassadeur en Turquie, et qu'Ersin Tatar, actuel président de la République turque de Chypre du Nord, qui a fait ses études secondaires en Angleterre et ses études universitaires à Cambridge, peuvent avoir des relations entre eux. Il est important de prendre en compte les réseaux d'influence britanniques dans les pays arabes du Moyen-Orient, y compris la Syrie.

Cependant, il est impossible d'ignorer l'ingérence continue de la Grande-Bretagne en Afrique et l'"empire" britannique PMC qui opère sans aucune interférence sur ce continent.

Guerre informatique

Il est curieux de constater que dans le document publié le 16 mars, qui nous donne un aperçu de la stratégie de la Grande-Bretagne dans le monde, une section est consacrée à un programme de lutte contre la désinformation et de développement des médias. Ce programme fait partie du Fonds pour les conflits, la stabilité et la sécurité du ministère britannique des affaires étrangères, connu pour avoir parrainé les Casques blancs qui ont soutenu les groupes terroristes syriens.

Le programme a commencé à fonctionner en 2017 et vise les médias qui publient en russe. Auparavant, le portail américain Grayzone (4) était soutenu par Reuters, la BBC et Bellingcat, toutes des agences financées par ce programme de contre-information.

Chaque année, ce programme dispose d'environ 23 à 25 millions de livres sterling (leur site officiel ne montre qu'une petite fraction de la somme d'argent fournie par l'APD - Aide publique au développement), qui sont dépensées :

Renforcer les médias indépendants et les ONG ;

Interagir avec des publics potentiellement vulnérables à la désinformation ;

Tous types de projets de communication stratégique, y compris le suivi, l'évaluation et la recherche sur les médias ennemis ;

Interagir avec les parties prenantes et évaluer les coûts de la mise en œuvre du programme.

Toutes sortes de projets de communication stratégique, y compris le suivi, l'évaluation et la recherche des médias ennemis ;

Interagir avec les parties prenantes et évaluer les coûts de mise en œuvre du programme.

Le site web du gouvernement britannique contient très peu d'informations sur ce programme et indique simplement qu'un certain nombre d'"ONG" et d'autres organisations connexes y participent. Cependant, la section sur les "coûts de mise en œuvre du programme et les participants intéressés par le programme" est vide. Il est simplement indiqué qu'ils sont laissés de côté pour des "raisons de sécurité", ce qui semble indiquer que les services spéciaux britanniques sont en contact direct avec les personnes "intéressées par ce projet".

bed1bd352ea229116db8409e337b9286375938ff.jpg

Parmi les partenaires directs de ce programme figurent le Foreign Office et le ministère britannique de la défense, ce qui indique que tout cela fait partie d'une guerre informatique dirigée contre la Russie. Et cette guerre va non seulement se poursuivre, mais aussi s'intensifier dans les années à venir.

Le papier World Britain in a Competitive World. A Comprehensive Review of Security, Defence, Development and Foreign Policy Issues indique que Londres cherche à renforcer son rôle sur la scène internationale en étant l'une des principales forces libérales promouvant la "Grande Reconstruction". Cela signifie qu'une guerre ouverte a été déclarée contre la Russie et la Chine. Sur le front idéologique, cette guerre prend la forme d'une lutte pour la "démocratie" et la "société ouverte" mondiales en tant que "forces du bien" qui doivent éliminer le mal. Il ne faut pas faire de prisonniers. Carthage dit que "Rome" doit être détruite.

Notes :

  1. (1) https://www.chathamhouse.org/2021/01/global-britain-global-broker
  2. (2) https://henryjacksonsociety.org/members-content/the-future-of-global-bri...
  3. (3) https://twitter.com/DChilcottFCDO/status/1372091995443855361
  4. (4) https://thegrayzone.com/2021/02/20/reuters-bbc-uk-foreign-office-russian-media/

Source : https://katehon.com/

dimanche, 04 avril 2021

États-Unis et Grande-Bretagne : guerre, commerce et piraterie

https _cdn.cnn.com_cnnnext_dam_assets_200917100554-joe-biden-boris-johnson-split.jpg

États-Unis et Grande-Bretagne : guerre, commerce et piraterie

par Cristian Taborda

Ex : http://novaresistencia.org/2021/03/28/

Suite à plusieurs défaites subies dans le monde au cours de ces dernières années, un rapprochement stratégique entre les États-Unis et la Grande-Bretagne s’est opéré récemment, surtout ces dernières semaines, avec l'arrivée au pouvoir de Joe Biden et avec une Grande-Bretagne qui est sortie de l'Union européenne. L'objectif est de préserver autant que possible les possessions et l'influence des grandes puissances atlantistes dans le monde.

Avec la sortie de l'UE, le Royaume-Uni avait l'intention et la prétention de reprendre ses liens privilégiés avec les États-Unis et de forger une alliance stratégique pour en quelque sorte reconstruire l'impérialisme anglo-américain, ou du moins préserver son hégémonie et son contrôle en Amérique et en Europe, face à l'avancée de la Chine et parallèlement au harcèlement contre la Russie. Il ne s’agit plus de préserver cette hégémonie par le consensus et le multilatéralisme, mais dorénavant par la force et la violence économique. Cette position a été rendue publique et ouvertement dévoilée par le gouvernement et le Foreign Office britanniques, ainsi que par les États-Unis et la nouvelle administration de Joe Biden.

Il y a quelques mois, le Premier ministre britannique a annoncé le plus grand investissement dans la défense depuis trente ans, le plus important depuis la "guerre froide", 21,9 milliards de dollars, et il a déclaré que "le Royaume-Uni doit être fidèle à son histoire et soutenir ses alliés", un message direct adressé aux États-Unis. Boris Johnson a d'ailleurs été l'un des premiers dirigeants à féliciter Joe Biden après les élections frauduleuses que furent les dernières présidentielles: "Les États-Unis sont notre allié le plus important et j'espère que nous travaillerons en étroite collaboration sur nos priorités communes, du changement climatique au commerce et à la sécurité", a tweeté Boris Johnson. Pour sa part, M. Biden, dans son discours d'investiture, a rendu la politesse et a appelé à la reconquête des alliances historiques. Cela s'est concrétisé par un appel téléphonique au début de l'année, au cours duquel les Britanniques ont félicité Biden pour son retour dans l'accord de Paris sur le changement climatique et dans l'Organisation mondiale de la santé, dont Trump s'était retiré ; les deux puissances ont également commencé à tracer des lignes directrices pour un accord de libre-échange.

imagesBJJB-Brexit.jpg

Mais l'irruption du coronavirus a compliqué la stratégie. Jusqu'à présent, le principal bénéficiaire de la "pandémie" a été la Chine, qui parvient à imposer son système de contrôle et de surveillance dans le monde entier, et la crise des vaccins provoquée par le consortium pharmaceutique britannique Astrazeneca confère à la Russie de Poutine une influence géopolitique encore plus grande que celle qu'elle avait déjà. La Russie vise en effet à déstabiliser la bipolarité entre les États-Unis et la Chine, avec des avancées dans le développement scientifique et technologique, le contrôle des ressources, par exemple la fourniture de gaz à l'Europe, et la puissance militaire, grâce à ses capacités en matière de missiles balistiques. Un autre point clé est la diplomatie et la gestion par le Kremlin de l'opinion publique mondiale, malgré l'opposition des médias occidentaux hégémoniques. La géopolitique du coronavirus a déstabilisé le pouvoir absolu des Etats-Unis et largement ruiné les prétentions britanniques.

Cette situation a modifié l'humeur de la Grande-Bretagne et des États-Unis, qui commencent à voir leurs "leaderships" vulnérabilisés et délégitimés par la crise du coronavirus. Le déclin des puissances maritimes est en cours.

Celui qui a le mieux décrit, sans le savoir, le fondement de l'atlantisme, soit la puissance par la maîtrise de la mer, ou, comme le dit très justement Peter Sloterdijk, qui a élaboré une "théorie de la mondialisation", c'est Goethe dans Faust :

"Guerre, commerce et piraterie. Ils sont trois en un, inséparables."

Cette phrase résume la politique étrangère britannique et c'est dans un tel contexte que l'on peut comprendre les dernières déclarations de Boris Johnson contre l'Argentine et celles de Biden contre la Russie.

Ils n'ont plus suffisamment d’approbation ou de consensus dans le monde pour "stabiliser" celui-ci à leur guise et à leur avantage, alors ils font recours à la menace et à la coercition, qu'ils n'ont cependant jamais abandonnées. C'est le désespoir de voir qu’il n’est plus possible de revenir à un monde libéral unipolaire, parce qu’un tel monde n'existe plus. "S'il n'y a plus de piraterie possible et plus de commerce libéral, qu'il y ait alors la guerre" semble être la devise du mondialisme aujourd’hui. Et les disciples de ce mondialisme obéissent à l'ordre : Boris Johnson n'a pas hésité à menacer l'Argentine et indirectement l'Espagne quand elle revendique Gibraltar, selon le rapport publié par The Telegraph, disant aussi qu'il utilisera la force pour défendre les îles Malouines, c'est-à-dire utiliser les forces armées pour "assurer la sécurité des 14 territoires d'outre-mer". Territoires par ailleurs usurpés. Elle ajoute qu'elle "dissuadera et contestera les incursions dans les eaux territoriales britanniques à partir de Gibraltar" et "maintiendra une présence permanente dans les îles Falkland, l'île de l'Ascension et les territoires britanniques de l'océan Indien".

southatlanticmapmay_2015.jpg

Presque au même moment, Joe Biden a fait des déclarations dans les médias, qualifiant Vladimir Poutine de "killer" et menaçant de lui faire "payer le prix" pour sa prétendue ingérence dans les élections, ces mêmes élections où plus de morts que de vivants ont voté pour Biden, dans des États où il y a eu plus de votes que d'électeurs, et où le magazine Time a mis en lumière et révélé l'alliance entre le secteur financier de Silicon Valley Big Tech et le parti démocrate pour modifier l'ingénierie électorale en faveur des démocrates par le biais du vote par correspondance avec des contributions importantes. Tout un éventail de fondations ont contribué pour des dizaines de millions de dollars de leurs propres fonds à l'administration des élections. C'est le cas de l'initiative Chan Zuckerberg, qui a apporté 300 millions de dollars dans l’affaire.

D'abord Boris Johnson, puis Joe Biden. Tous deux opèrent en liaison avec des déclarations retentissantes et avec une intentionnalité manifeste. L'un fulmine contre ceux qui ont su résister et affronter l'impérialisme anglo-américain de l'époque, comme l'Argentine de Perón. L'autre fustige ceux qui expriment aujourd'hui une résistance au mondialisme progressiste et à la destruction des valeurs. La distinction entre amis et ennemis est toujours essentielle en politique, ils l'ont bien définie. Tous ceux qui ont osé défendre leur souveraineté et initier une résistance à l'hégémonie anglo-américaine sont des ennemis. L'impérialisme économique a beau se présenter comme égalitaire, avec une rhétorique gauchiste ou un langage inclusif et des drapeaux arc-en-ciel dans une main, il porte toujours le bâton dans l'autre.

Source : Geopolitica.ru