Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 05 août 2022

Les provocations américaines pour déclencher des guerres par procuration se multiplient. Grâce aux atlantistes

29503226-nancy-pelosi-bei-einer-pressekonferenz-im-juli-2022-im-us-kapitol-in-washington-aa6.jpg

Les provocations américaines pour déclencher des guerres par procuration se multiplient. Grâce aux atlantistes

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/si-moltiplicano-le-provocazioni-usa-per-scatenare-guerre-per-procura-grazie-agli-atlantisti/

Les élections de mi-mandat approchent, les sondages sont extrêmement négatifs, et le président Biden tente de gravir les échelons en multipliant les actes de provocation dans toutes les parties du monde. Après avoir provoqué Poutine en Ukraine jusqu'à déclencher la guerre, il tente de faire monter le niveau de tension dans les Balkans et, avec le voyage de provocation de dame Pelosi à Taïwan, il a également envenimé les relations avec la Chine à un niveau très élevé. Tout cela avec l'assentiment servile et obtus des atlantistes.

"Mon impression", explique Daniele Lazzeri, président de la boite à penser italienne Il Nodo di Gordio, "est que la multiplication vertigineuse de nouveaux foyers de crise dans diverses régions de la planète révèle la faiblesse politique et militaire croissante des États-Unis. Les difficultés objectives sur le front ukrainien - qui, malgré les déclarations audacieuses de Zelensky, prouvent l'impossibilité d'offrir une résistance totale à la puissance de feu russe - obligent à mon avis les États-Unis à allumer des foyers de turbulence dangereux dans d'autres pays. Nous le constatons avec la réactivation du conflit balkanique entre le Kosovo et la Serbie quelques mois avant les élections en Bosnie-Herzégovine du 2 octobre prochain et avec la visite soudaine, mais aussi improvisée, de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, à Taïwan".

7939_taiwan2.jpg

Le risque est que ce ne soit que le début. Et qu'à Washington, on médite sur l'augmentation des zones de conflit, sans avoir besoin d'une intervention américaine directe mais en utilisant la stupidité de serviteurs écervelés.

"L'administration Biden, poursuit Lazzeri, met donc en œuvre une stratégie de désarticulation mondiale par le biais de 'guerres par procuration', de guerres indirectes, qui affectent gravement l'équilibre déjà délicat de certaines lignes de faille géopolitiques qui font l'objet de conflits et de paix gelée. Je ne serais pas surpris si, dans les semaines à venir, nous pouvions assister à de nouvelles tensions dans les territoires du Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Je pense notamment à la Syrie et à la Libye où, avec beaucoup de difficultés, une stabilité substantielle avait été obtenue entre les intérêts russes et les influences turques. Les récents succès diplomatiques du président Erdogan constituent toutefois une dangereuse menace pour l'administration Biden. Bien qu'elle soit un rempart de l'OTAN en Méditerranée, une Turquie trop indépendante et autoritaire qui, même ces dernières années, a fait des clins d'œil répétés au Kremlin n'est pas une garantie suffisante pour les stratégies américaines de préservation du pouvoir sur le théâtre euro-méditerranéen.

Et la tension provoquée par l'OTAN au Kosovo va précisément dans ce sens. Parce que Moscou est lié à Belgrade tandis qu'Ankara protège les musulmans kosovars. De même, les atlantistes italiens pourraient favoriser une montée des tensions en Libye où Poutine et Erdogan avaient réussi à trouver une sorte de modus vivendi entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque.

Quant aux conséquences de la provocation de Nancy Pelosi, "selon toute vraisemblance", conclut Lazzeri, "la réponse chinoise n'aura pas d'implications militaires immédiates. Il n'est pas dans l'intérêt de Pékin, en fait, de déclencher une confrontation directe avec les États-Unis. On peut plutôt s'attendre à des représailles commerciales et diplomatiques qui renforceront encore les relations que le président chinois Xi Jinping tisse depuis des années non seulement avec Vladimir Poutine mais aussi avec la plupart des pays qui ne sont pas alignés sur l'"Occident" dirigé par les États-Unis.

photo_2022-08-03_17-43-48.jpg

Écrire un commentaire