Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 05 août 2022

Erdogan, Poutine, Iran et Ukraine: le grand complot des drones

Erdogan-drones.jpg

Erdogan, Poutine, Iran et Ukraine: le grand complot des drones

SOURCE : https://it.insideover.com/guerra/erdogan-putin-iran-e-ucraina-il-grande-intreccio-dei-droni-2054515.html

La "relation spéciale" entre Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine se poursuit. Après le sommet de Téhéran où les deux présidents se sont rencontrés pour le sommet dit du "format Astana", le "sultan" et le "tsar" se retrouveront le 5 août à Sotchi, en Russie. Une rencontre qui confirmera non seulement la ligne de dialogue qui n'a jamais été interrompue entre Ankara et Moscou, même pendant les phases les plus délicates de la guerre en Ukraine, mais aussi une sorte de regain d'intérêt de la part des présidents russe et turc pour apparaître ensemble, rétablissant une accélération même physique dans les relations entre les deux pays qui semble presque être un plongeon dans le passé, certainement avant la soi-disant "opération militaire spéciale".

Il y a de nombreuses questions sur la table. Il y a le nœud constitué par la Syrie, qui a déjà été révélé lors du sommet de Téhéran. Il y a le blé, étant donné que, pas plus tard qu'hier, un centre logistique a été ouvert à Istanbul pour contrôler les exportations de blé ukrainien à travers la mer Noire. L'un des points les plus importants de l'accord signé en Turquie par Moscou et Kiev avec le gouvernement d'Ankara et les Nations Unies. Mais comme l'a expliqué le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, l'accent de cette réunion sera également mis sur la coopération dans le domaine militaire. Une clarification qui a surtout servi à ne pas démentir les hypothèses circulant ces dernières heures sur un prétendu intérêt russe pour une coopération dans la production des célèbres drones Bayraktar TB2 de fabrication turque. Des drones qui, comme on l'a vu dans l'actualité ces derniers mois, sont devenus des armes clés aux mains des forces ukrainiennes.

246745862.jpg

L'accord entre Kiev et Ankara pour la fourniture de ces machines de guerre n'a jamais été apprécié par le Kremlin, qui a toujours considéré ce pacte comme une sorte de coup de poignard dans le dos commis par Erdogan. Non seulement le président turc a des liens familiaux avec le géant de la défense (Selçuk Bayraktar, le directeur technique de Baykar, est le mari de la fille d'Erdogan, Sumeyye), et donc tous les accords sont considérés comme une sorte d'affaire personnelle, mais il faut également se rappeler que jusqu'à présent, ces drones ont également été appréciés par des pays profondément rivaux de la Russie, en commençant par l'Ukraine et en terminant par la Pologne et la Lettonie. L'image n'est donc certainement pas l'une des meilleures du point de vue de Poutine, compte tenu également du type de relation construite au fil des ans avec le dirigeant turc. Et ce facteur ne doit certainement pas être sous-estimé. Cependant, le fait que Moscou puisse maintenant être intéressé par une collaboration avec Ankara dans ce même secteur suggère non seulement la valeur de ces systèmes pilotés à distance produits par la Turquie, mais aussi le désir du Kremlin de faire un pas en avant en entrant dans un domaine complexe non seulement sur le plan stratégique, mais aussi sur le plan diplomatique. En substance, il s'agit de s'insinuer dans un système qui voit la Turquie fournir, pour l'instant, des technologies de guerre aux ennemis de la Russie.

Pour l'instant, Moscou n'a ni confirmé ni infirmé cette hypothèse. Peskov a seulement déclaré que la coopération en matière de défense entre les deux pays est "constamment à l'ordre du jour" et que cela indique qu'il existe un partenariat très important entre les deux gouvernements. Mais ce qui importe avant tout, c'est le timing de ces rumeurs à la lumière d'un point d'interrogation qui a marqué la visite de Poutine à Téhéran : la fourniture éventuelle de drones iraniens à la Russie. Une hypothèse divulguée par des sources américaines et qui n'avait pas trouvé un mur de déni aussi clair de la part de la République islamique. Au contraire, l'Iran a pris soin de préciser que la coopération avec la Fédération de Russie était de longue date. Et de nombreux observateurs avaient spéculé qu'en cas de vente d'appareils iraniens à Moscou, une véritable guerre éclaterait dans le ciel ukrainien entre les drones d'Ankara et ceux de Téhéran, les premiers aux mains de Kiev, les seconds aux mains de l'ennemi.

maxresdefaerdpiutggfdult.jpg

La rumeur d'un éventuel intérêt russe pour les drones turcs Bayraktar TB2 changerait encore la donne. Le Daily Sabah, un quotidien proche des cercles autour d'Erdogan, a rapporté des rumeurs d'intérêt de la part de la Russie et des Émirats arabes unis pour un travail conjoint avec la Turquie sur ces drones. Et la question aurait également été discutée lors d'une réunion du parti AKP d'Erdogan. Mais selon les rapports du Daily Sabah, le PDG de Baykar, la société qui produit les Bayraktar TB2, a déclaré qu'il soutenait la résistance ukrainienne et qu'ils n'avaient aucun accord avec le Kremlin.

Écrire un commentaire