Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 septembre 2022

Le doute n'est plus permis: les gazoducs de Nord Stream ont été sabotés

704x396nss.jpg

Le doute n'est plus permis: les gazoducs de Nord Stream ont été sabotés

Source: https://zuerst.de/2022/09/28/zweifel-ausgeschlossen-die-nord-stream-pipelines-wurden-gesprengt/

Bornholm/Copenhague. Un jour après la destruction des deux tronçons du gazoduc Nord Stream en mer Baltique, le gouvernement fédéral allemand pense lui aussi qu'il s'agit d'un attentat. Le ministre allemand de l'Economie, M. Habeck (Verts), a déclaré mardi lors d'un événement organisé par les principales associations économiques que l'on sait désormais avec certitude que les dommages causés au pipeline "ne sont pas dus à des incidents ou événements naturels ou à la fatigue des matériaux, mais qu'il y a vraiment eu des attaques contre l'infrastructure".

Plusieurs observatoires sismologiques ont enregistré une activité dans la zone maritime autour de l'île de Bornholm en mer Baltique, suggérant des explosions. Les données sismiques indiquaient clairement que les explosions se produisaient dans l'eau et non dans la roche sous le fond marin, a déclaré Bjorn Lund, sismologue au Réseau sismique national suédois de l'Université d'Uppsala. Il ne peut pas s'agir de tremblements de terre ou de glissements de terrain.

Pendant ce temps, sur les réseaux sociaux, de nombreux utilisateurs font état d'une force navale américaine avec le navire d'attaque amphibie USS "Kearsarge" (identification internationale de la coque: LHD-3), qui se trouvait au large de Bornholm ces derniers jours. Le 21 septembre, la flottille a désactivé son système d'identification automatique (AIS). Le 23 septembre, l'unité a de nouveau quitté la mer Baltique par le Fehmarnbelt. Sur le réseau, il est indiqué qu'une éventuelle explosion peut avoir eu lieu avec un certain retard.

grafik-nordstream.jpg

D'autres observateurs rappellent que le président américain Biden a annoncé sans ambiguïté, lors de la première visite du chancelier Scholz le 8 février 2022, qu'une attaque russe contre l'Ukraine signifierait la fin du Nord Stream 2. Biden avait alors déclaré textuellement : "Si les troupes et les chars russes traversent la frontière de l'Ukraine, il n'y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin". Une journaliste a insisté : "Comment comptez-vous faire exactement ? Puisque le projet et le contrôle du projet sont sous le contrôle de l'Allemagne ?" Ce à quoi Biden a répondu : "Je vous promets que nous y arriverons".

L'eurodéputé polonais Radek Sikorski, ancien ministre polonais de la Défense et l'un des critiques les plus virulents du projet de pipeline depuis des années, en sait peut-être plus lui aussi - il a posté le lendemain de l'attaque une photo de la surface de la mer au-dessus des fuites du pipeline, accompagnée d'un message : "Thank you, USA".

5ad04bd945f4ba24f60c018134a8267384bc638f348bd8fc6e65f0e4bc74074d_1.jpg

Alors que l'on peut tout de même reconnaître aux Etats-Unis un intérêt considérable dans la mise hors service du pipeline, la communication stratégique des états-majors de propagande occidentaux commence déjà à s'approprier l'affaire. Le premier à avoir évoqué la Russie comme auteur de l'attaque est le scientifique militaire et officier de marine norvégien Tor Ivar Strömmen : "Je ne vois qu'un seul acteur possible, et c'est la Russie", a déclaré l'officier, cité par les médias. Moscou ne veut pas assumer la responsabilité de l'arrêt de ses livraisons de gaz. (mü)

Demandez ici un exemplaire de lecture gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

Écrire un commentaire