Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 18 mars 2018

La CIA ouvertement au pouvoir à la Maison Blanche

pompeo.0.jpg

La CIA ouvertement au pouvoir à la Maison Blanche

par Jean-Paul Baquiast

Ex: http://www.europesolidaire.eu

En quelques heures, Donald Trump a remplacé le secrétaire d'Etat Rex Tillerson, venu de l'industrie pétrolière, par Mike Pompeo, directeur de la CIA. A la tête de cette agence, il a nommé Gina Haspel, précédemment seconde de la CIA, et connue par son passé belliciste radical. Experte en interrogatoires musclés, elle a été surnommée la "grand-mère tortures"

Cela signifie-t-il que Trump cherche à s'affranchir de la tutelle de ses quatre généraux pour se mettre sous la tutelle de la CIA? Ces généraux ou anciens généraux sont John Kelly, James Mattis, H.R. McMaster et Michael T. Flynn sans compte un Keith Kellogg moins connu. La présence de ces généraux avait pu inquiéter. On y voyait le Pentagone au commande d'un Président, Donald Trump, fluctuant entre la guerre et la négociation avec la Chine et la Russie.

Néanmoins, ces dernières semaines, alors que Trump menaçait de réduire en cendres la Corée du Nord et d'attaquer la Chine en Mer de Chine, il avait paru que ces généraux avaient calmé Trump en lui montrant l'impossibilité de gagner de telles guerres sans provoquer un conflit nucléaire mondial.

Sans que ces généraux perdent totalement leur influence sur la Maison Blanche, leur rôle de pilotage sera nécessairement affaibli au profit de la CIA. L'on ne sait pas encore ce que seront les décisions de Mike Pompeo au plan de la stratégie internationale, et notamment en ce qui concerne la politique à l'égard d'un Vladimir Poutine plus fort que jamais aujourd'hui du fait de la révélation qu'il vient de faire d'une séries de systèmes d'armes contre lequel le Pentagone n'aura pas de défense avant des années.

On ne voit pas comment la CIA pourra renoncer à la politique de coups d'Etat menée depuis des années de par le monde, dont l'aventure de l'Ukraine reste le modèle. Tout laisse penser que les services de renseignements américains menés par la CIA préparent toujours des opérations « covert » visant à déstabiliser Vladimir Poutine, avant ou après sa réélection. Il en sera de même au Moyen-Orient, où la CIA cherche encore par des opérations menées en directe ou sous traitées à des « rebelles modérés » islamistes de la pire espèce, à faire tomber Bashar al Assad et évincer la Russie de Syrie pour permettre à l'Amérique d'y retrouver toute son influence. Par ailleurs la CIA et Pompeo personnellement ont toujours défendu le projet d'une guerre contre l'Iran.

En ce qui concerne enfin l'Europe, où la CIA domine les institutions de Bruxelles et un certain nombre de gouvernements des Etats-membres, des pays comme l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne et la France où des mouvements indépendantistes tentent de se faire entendre, n'auront qu'à rentrer dans le rang. La encore, la CIA saura y faire, directement ou par la voix d'anciens agents tels que Daniel Cohn Bendit. Si les oppositions politiques en France ou en Allemagne ne l'ont pas encore compris, elles le feront vite. Des coups tordus se préparent.

Note

Sur Pompeo et un danger peut-être imminent de guerre avec l'Iran, voir
https://www.zerohedge.com/news/2018-03-13/krieger-its-imp...

Complément à la date du 15/03

Sur l'omniprésence aujourd'hui de la CIA et de ses méthodes dans le gouvernement américain et au sein du parti démocrate, on lira une série d'articles du WSWS, dont celui du 13 mars constitue le chapeau. http://www.wsws.org/en/articles/2018/03/13/pers-m13.html  La traduction française en a été réalisée par Dedefensa, disponible en seconde partie de l'article http://www.dedefensa.org/article/au-terme-du-voyage-la-de...

Ceux qui ne veulent pas voir le danger prétendront qu'il s'agit d'allégations sans preuves. Libre à eux. Quand ils se réveilleront, ce sera trop tard.
Quant à nous, nous devons nous demander jusqu'à quand les citoyens américains supporteront cette confiscation de la république par des équipes qui n'ont rien à envier aux SA et SS de l'Allemagne hitlérienne. Le WSWS a une réponse: d'ores et déjà ils sont tellement embrigadés qu'ils ne songent même plus à prendre le  risque de protester.

Le Comité de rédaction

Écrire un commentaire