Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 21 octobre 2020

Andreï Fursov: le chaos est nécessaire pour le changement

Andrey_Fursov_(2).jpg

Andreï Fursov: le chaos est nécessaire pour le changement

Vidéo d’origine en russe, sous-titrée en anglais :

https://www.youtube.com/watch?v=Dfdyf3pUyWk

Traduction française :

Andreï Fursov : Aucun système nouveau ne se coule en douceur dans un autre système. Pour créer un nouveau système, il faut d’abord créer le chaos. De plus, le chaos est nécessaire pour une autre raison très importante. Durant le chaos, la formation d’un nouveau sujet historique se produit. C’est parce que les nouveaux systèmes sociaux n’apparaissent pas automatiquement. D’abord un nouveau sujet historique apparaît et il crée un nouveau système. Puis le système l’écrase [= l’ancien système]. Maintenant nous allons voir comment, dans les 50-60 années à venir, la formation et le conflit de ces sujets va se produire. Pae exemple, si nous parlons d’histoire, que signifia le XVIe siècle pour l’Angleterre ? La formation d’un sujet historique essentiellement nouveau se produisit. La noblesse privée anglaise, le capital lombard, quelques templiers et les Vénitiens le formèrent avec succès dans des circonstances historiques favorables. Elizabeth 1ère d’Angleterre ne fut pas tuée. A la place de l’Empire catholique anglo-espagnol, nous eûmes l’Empire britannique complètement différent. Aujourd’hui est en cours la formation d’un sujet essentiellement nouveau. Quel est le bon coté de cette situation ? J’ai l’impression que cette situation est en train d’échapper au contrôle des concepteurs. Cela ne veut pas dire que les planificateurs soient mauvais. Cela signifie que la situation est tellement complexe que les planificateurs, qui sont habitués à certaines règles, connaissent leur but et ont un plan mais ne sont pas encore habitués aux circonstances rapidement changeantes. Ils sont habitués à jouer aux échecs normaux et non aux échecs clignotants. C’est là que se trouve notre chance. 

Intervieweur : Si je vous comprends correctement, dans le chaos et l’incertitude, nous pouvons proposer notre propre projet avec une chance de réalisation.

Andreï Fursov : Oui, le chaos est une situation à double tranchant. C’est une situation qu’on peut tenter de dominer. Qu’est-ce que le chaos ? On peut le caractériser comme un point de bifurcation. C’est un point où le système a un choix maximal. Bien sûr il y a une certaine trajectoire, mais il est spectaculairement en expansion. Dans les points de bifurcation, une grande poussée n’est pas nécessaire. Une [petite] poussée dans la bonne direction suffit. Cette poussée peut être effectuée par un groupe qui n’est pas grand par le nombre. Si nous prenons l’histoire russe, c’est le nouveau type de parti de Vladimir Lénine. Il n’était pas grand par le nombre. Maintenant nous ne dirions pas que la Finintern [= l’Internationale financière] était derrière eux. Ils agirent dans certaines circonstances. Ce petit groupe arriva et poussa l’histoire dans la direction voulue.

[C’est ce qu’on peut appeler le moment propice, le moment du « renversement », du kaïros,  de la svolta, de l’Umbruch, le moment où on peut « chevaucher le tigre ». NDT.]

17:09 Publié dans Actualité, Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : andreï fursov, philosophie, kairos | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire