Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 avril 2021

Accord Iran-Chine : Montesquieu à Pékin

chine-iranmains.jpg

Accord Iran-Chine : Montesquieu à Pékin

Le grand fait d’actualité, c'est la signature du partenariat stratégique global de 25 ans entre l'Iran et la Chine

Les infrastructures contre l'énergie : un classique

Par Pierluigi Fagan

Ex : http://www.elzeviro.eu/

À court terme, l'Iran, qui se trouve sur la ligne de faille Ouest-Est comme la Russie, la Turquie, la Syrie, a été empêché de se tourner vers l'Ouest. Il se tourne alors tout naturellement vers l'Est et la Chine obtient ainsi de l'énergie pour son propre développement. Mais c'est à moyen et long terme que l'on pourra observer les futures vicissitudes les plus intéressantes.

Pékin obtient un maillon important dans sa stratégie de créer des infrastructures commerciales, selon son projet connu sous le nom d'initiative Belt and Road Initiative. L'Iran est une charnière territoriale/géopolitique fondamentale dans ce projet (en effet, l'accord intervient après cinq ans de négociations, rien n'a été improvisé ici), voyons pourquoi :

1) Le partenariat avec l'Iran. Le partenariat avec l'Iran permet d'offrir une alternative à la route de la Chine vers les républiques d'Asie centrale (via la Chine occidentale ou le Xinjiang, où ont surgi, comme par hasard (?) les problèmes avec les Ouïgours). Elle peut aller au nord vers la Russie ou au sud, vers l'Iran.

2) Une autre voie passe par la frontière avec le Pakistan. Une fois au Pakistan, vous pouvez aller au sud et exploiter les ports côtiers comme une alternative mixte terre-mer pour contourner les éventuels points d’étranglement autour de Malacca, ou vous pouvez aller à l'ouest et entrer en Iran pour continuer la route est-ouest où, comme nous le verrons au point 5, de nouvelles alternatives portuaires se présentent.

3) La stratégie des ports directs sur l'océan Indien. Après la Malaisie, la Thaïlande et surtout le Myanmar (ensuite le Sri Lanka, les Maldives?), le tout pour contourner les éventuels blocages à hauteur de Malacca ou pour éviter les turbulences prévisibles en mer de Chine méridionale, Pékin a envisagé d'autres alternatives avec le Pakistan et l'Iran.

4) L'ensemble de cette affaire affecte les relations contradictoires entre la Chine et l'Inde. Les deux sont géo-historiquement condamnés à coexister, mais l'Inde a deux longueurs de retard sur la Chine en termes de développement de tous les facteurs nécessaires à la puissance, donc fait montre de peu de collaboration et de peu d'envie de compétition.

Dans cette césure, les États-Unis se sont insérés. La stratégie des alternatives qui encerclent l'Inde lui enlève son pouvoir de négociation. Mais la DSP avec l'Iran crée également un problème supplémentaire, car l'Inde a conclu un accord de collaboration tout aussi stratégique avec la Russie et l'Iran lui-même, une sorte de mini-route du coton à laquelle les Indiens tiennent. De plus, l'Inde importe de l'énergie de l'Iran.

5) La majeure partie des jeux se déroule évidemment en Iran. En Iran, dans le sud-est, vous pouvez avoir un autre port permettant de sortir de l’enclavement. Vous pourriez conclure des accords raisonnables avec l'Inde pour tirer parti de leur trilatérale avec la Russie et l'Iran. Vous pourriez remplacer l'Inde dans la trilatérale si les Indiens vous infligent une rebuffade difficile à digérer.

0-13731.jpg

De la frontière ouest de l'Iran, on peut aller en Irak (6) et le reconstruire, de là en Syrie (7) ce qui signifie accéder à la Méditerranée, faire pression sur la Turquie (8) pour la pousser à accepter le "plat riche que je vais lui cuisiner" en l’obligeant à avaler le crapaud ouïghour (les Ouïghours sont un peuple turc et les Chinois savent que les dernières bandes armées djihadistes irréductibles dans le nord de la Syrie, sont composées d’Ouïghours sponsorisés par Ankara), passer par la Jordanie en Israël (9), quitte à ce que celui-ci se fasse l’ami des Chinois comme des Palestiniens.

N'oubliez pas que sur la côte israélienne, il existe déjà un port ami auquel on peut accéder depuis le golfe d'Aqaba, une alternative si d’aucuns bloquent Suez.

10) Mais considérez que vous avez également d'excellentes relations avec tous les Arabes sunnites, indistinctement (Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Oman, Koweït, etc.). Mais il est toujours préférable d'avoir des alternatives et donc, si vous avez des sunnites dans votre jeu, vous devez aussi avoir des chiites, afin de vous équilibrer. Vous êtes peut-être le moyen terme d'une relation complexe, ce qui vous rend égaux, et en plus vous êtes "athées".

Vous obtenez donc la première et la plus importante des choses utiles dans un monde multipolaire: les amis. Amis, non pas parce que vous vous appréciez, bien sûr, mais parce que vous avez des intérêts en commun, des intérêts économiques et commerciaux, le plus ancien atout dans les relations internationales. L'avantage géopolitique suit (armes, ports, bases militaires à éviter mais demain on ne sait jamais).

Le projet BRI offre plusieurs avantages

  1. A) il crée un tissu d'accords bilatéraux stratégiques, c'est-à-dire multidimensionnels ;
  2. B) conçu sur la base d'une priorité commerciale et économique, il met pacifiquement les relations au diapason les unes des autres ;
  3. C) il est redondante, c'est-à-dire qu'il offre des alternatives aux alternatives, ce qui le rend "résilient" ;
  4. D) puisque chaque partenaire bilatéral n'est pas essentiel, il faut avoir des alternatives partielles, des négociations futures sur des nœuds qui se présenteront d'eux-mêmes ou parce qu'ils seront poussés par des adversaires (US) vous voit dans une position de force relative, vous avez les alternatives, le partenaire ne les a pas ;
  5. E) il met les partenaires en concurrence potentielle les uns avec les autres, en diminuant leurs attentes ;
  6. F) enfin, il envoie un message aux Européens de ce genre: ‘’si vous aviez été libres de développer votre propre stratégie géopolitique, nous aurions traité avec vous ainsi qu'avec les pays du Moyen-Orient puisque cette zone aurait eu votre influence, mais comme vous êtes esclaves des Américains, nous comblons le vide créé par votre inaction et votre insipidité. Pensez-y...

Quant au grand match Chine contre États-Unis…

J'ai écrit il y a des années, dans le livre que j'avais alors publié, qu'en fin de compte, la question est très simple: les Chinois ont de l'argent, les Américains ont des armes. Un peu le contraire de la guerre froide gagnée parce que l'argent bat les armes, toujours. Mais jouer avec les Soviétiques n'est pas la même chose que jouer avec les Chinois. Donc à moyen-long terme il n'y a pas de jeu, les Chinois auront toujours plus d'argent (technologies, produits, infrastructures, savoir-faire, marchés de débouchés, etc.) et, dans les pays disputés, les armes ne se mangent pas, elles ne font pas aimer les dirigeants locaux, elles ne donnent pas de stabilité, de puissance et de développement.

unnamedpakch.jpg

De plus, le pragmatisme chinois, étant forcément pragmatique et réaliste et non basé sur des valeurs "idéalistes", met tout le monde d'accord, chiites et sunnites, Indiens et Pakistanais, Turcs et peut-être même Kurdes. Il y a aussi des Kurdes dans le nord de l'Iran, dont le territoire doit être traversé pour se rendre chez les Turcs.

Comme ils le savent bien au Moyen-Orient où la tradition mercantile est profondément ancrée dans l'histoire (tout comme en Chine), le meilleur accord est celui où tout le monde gagne ou presque. Les Américains ne peuvent alors que contenir, créer des frictions (plus ou moins artificielles ou fabriquées), ralentir, ce qu'ils feront certainement. (La première personne à citer "Le piège de Thucydide" sera bannie, je plaisante...)

Philosophiquement, dans la "philosophie des relations entre les peuples de la planète Terre", la stratégie chinoise fait allusion au vieux "doux commerce" de Montesquieu. Traduire "doux" par "gentil" : "... c'est une règle presque générale que là où il y a des coutumes douces, il y a du commerce ; et que là où il y a du commerce, il y a des coutumes douces" (Esprit des Lois) avec un contraste final entre les "nations douces" et les nations "grossières et barbares".

En réalité, il semble que le concept remonte à Montaigne et a enchanté ensuite Voltaire, Smith, Hume, Kant. Une analyse de ce concept en termes d'histoire des idées peut être trouvée dans A. O. Hirschman (O. Hirschman, Le passioni e gli interessi, Feltrinelli, p. 47). Où, en outre, il y a aussi des considérations sur les moqueries de Marx et Engels.

Nous avons donc des nations qui se déclarent au moins socialistes (Chine) et qui agissent sur la base de principes critiqués par Marx mais promus par des libéraux européens dont les héritiers contemporains (États-Unis, Royaume-Uni) sont pourtant d'accord avec Marx. Eh, qu'est-ce que vous pouvez faire, l'ère du complexe est compliquée.

Ce que je peux vous dire, c'est : soyez prudent. Ce qui aujourd'hui, dans l'esprit partisan qui vous faisait applaudir les Indiens contre les cow-boys dans les films américains des années 70, vous fait applaudir David contre Goliath, demain quand David sera Goliath, il créera une contradiction. La Chine représente à elle seule près d'un cinquième de l'humanité. Pensez-y.

Écrire un commentaire