Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 avril 2021

"J’ai enterré mon pays" par Paul Craig Roberts

paul-craig-roberts-alexander-hamilton.jpg

J’ai enterré mon pays

Paul Craig Roberts

Je suis né au printemps de 1939. J’avais presque cinq mois quand l’Allemagne a envahi la Pologne le 1er septembre. Les gouvernements britannique et français répondirent à l’invasion en déclarant la guerre à l’Allemagne, initiant ainsi la Seconde Guerre mondiale.

C’est toujours l’Allemagne qui est blâmée. On dit toujours que l’invasion de la Pologne par l’Allemagne est l’événement qui déclencha la Seconde Guerre mondiale, jamais la déclaration de guerre britannique et française à l’Allemagne. C’est parce que les vainqueurs écrivent l’histoire.

Les Britanniques, les Français et les Américains furent vainqueurs seulement parce que l’Armée Rouge soviétique vainquit la Wehrmacht, peut-être la meilleure armée existante. Les Soviets l’emportèrent par le nombre et par la capacité de production d’armes bien au-dessus de la capacité de l’Allemagne. Après avoir lu le livre de Viktor Suvorov, The Real Culprit, je ne crois pas que Staline avait le moindre besoin des livraisons de guerre de l’Occident. L’invasion de la Normandie n’eut pas lieu avant le 6 juin 1944, après que l’Armée Rouge ait combattu la Wehrmacht pendant trois ans depuis juin 1941.

Hitler était en train de reconstruire l’Allemagne après son démembrement par le traité de Versailles. Seuls les populations allemandes et les territoires sous domination polonaise restaient à récupérer. Pour des raisons qui n’ont pas de sens, le gouvernement britannique interféra dans les négociations germano-polonaises et provoqua la rupture des négociations par le gouvernement militaire polonais. Le résultat fut le Pacte Molotov-Ribbentrop qui divisa la Pologne entre l’Allemagne et l’Union Soviétique. Hitler revendiquait des territoires allemands. Les Soviets ne revendiquaient pas les territoires polonais saisis par l’Armée Rouge, mais les Britanniques et les Français limitèrent leur objection à l’invasion de la Pologne par l’Allemagne.

543x840.jpg

C’est la stupide « garantie » britannique à la Pologne qui causa la Seconde Guerre mondiale. En son absence, le gouvernement polonais aurait traité avec l’Allemagne. Hitler ne voulait pas la guerre avec la Grande-Bretagne et la France, encore moins avec les USA. Ce furent des événements imposés à l’Allemagne. Après la rapide défaite des armées britannique et française, Hitler proposa la paix à la Grande-Bretagne avec des garanties militaires allemandes pour protéger l’Empire britannique, mais Churchill garda l’offre de paix secrète et refusa.

Churchill continua de refuser les offres de paix allemandes, et certains historiens conclurent que la raison pour laquelle Hitler attaqua l’Union Soviétique était à cause de la croyance d’Hitler que Churchill résistait dans l’attente que la Russie entrerait dans la guerre du coté britannique et français. Par conséquent, Hitler décida qu’il détruirait cet espoir britannique en envahissant la Russie. Suvorov dit qu’Hitler savait que Staline était sur le point d’attaquer l’Allemagne, mais les études de David Irving n’ont pas découvert de preuves pour appuyer l’affirmation de Suvorov que Hitler avait connaissance d’une attaque soviétique planifiée. Aucun des deux camps ne semblait connaître l’intention de l’autre.

Sans un hiver russe précoce, Hitler aurait pu réussir à assommer l’Union Soviétique. L’hiver précoce stoppa l’avance allemande et donna à l’Armée Rouge le temps de récupérer et s’organiser.

J’écris cela comme arrière-plan du monde où j’ai grandi. La Seconde Guerre mondiale ne fit pas de mal aux USA. Elle fit du bien à l’Amérique. La guerre sortit les USA d’une décennie de dépression économique et fit des USA la puissance mondiale avec la monnaie de réserve.

Les morts militaires US des deux fronts – Japon et Allemagne – se montèrent à 416.000, un chiffre presque égalé par la Grande-Bretagne, un pays et une population beaucoup plus petits, et dépassé par la petite Yougoslavie avec 446.000 morts militaires. Par contre, les morts militaires allemandes se montèrent à 4.300.000 plus une estimation de 500.000 morts civils du fait de la politique britannique et américaine de cibler les populations civiles allemandes par des bombardements sur les zones résidentielles. La défaite de l’Allemagne fut obtenue par l’Union Soviétique au prix d’un minimum de 10.000.000 de morts militaires et entre 24.000.000 et 26.000.000 de morts civils et militaires.

J’ai grandi dans des temps bénis. En ces jours quelqu’un n’avait pas besoin d’être brillant ou d’avoir des relations dans la classe dirigeante pour réussir. Ce fait séparait l’Amérique du reste du monde dans l’opinion populaire. Les Américains vivaient dans un pays d’opportunités. Et c’était vrai, pas une fiction.

A Atlanta, en Géorgie, les enfants de 5 ans pouvaient aller tout seul ou avec des camarades de classe plus d’un kilomètre aller-retour jusqu’à l’école sans être molestés ou kidnappés. Les garçons pouvaient se battre sur le terrain de jeu sans être arrêtés. Les parents réglaient les problèmes seuls avec les enseignants. Les enseignants étaient exceptionnels. Il n’existait pas de diplômes d’enseignement. Les enseignants avaient des diplômes en anglais ou en d’autres langues, en mathématiques, en chimie, en physique, en histoire. C’étaient des gens qui aimaient leurs sujets et qui transmettaient cela aux étudiants.

Pau-lCraig-Roberts-Book-Cover.jpg

Les mauvais comportements, qui étaient rares, étaient réglés par une note envoyée à la maison qui devait être signée par un parent et renvoyée le jour suivant. Une note à la maison était la dernière chose désirée. Il n’y avait pas de numéro de téléphone gouvernemental qu’on pouvait appeler pour se plaindre d’avoir été puni pour ses mauvaises actions.

Nous nous entendions bien avec les Américains noirs. Ils faisaient partie même des foyers de la basse classe moyenne blanche. A cette époque les machines pour aider à faire le travail étaient inconnues. Les vêtements étaient lavés à la main et mis à sécher sur des cordes à linge. Les repas étaient préparés à partir de rien avec de vrais ingrédients. Si la mère n’était pas présente, Carrie était la patronne, pas nous les « Blancs privilégiés ». Carrie dînait avec nous à la table, et si Carrie rencontrait un problème financier qu’elle ne pouvait pas régler, mes parents et ses autres employeurs à la journée puisaient dans leurs maigres ressources pour l’aider.

J’ai grandi à Atlanta, Géorgie, sans crainte ni haine des Américains noirs. Ce n’est plus le cas à Atlanta. Beaucoup d’habitants blancs fuient la ville.

Ce ne sont pas seulement les relations entre les races qui se sont détériorées. Tout s’est détérioré. L’Amérique aujourd’hui n’a plus aucun rapport avec le monde américain où j’ai grandi. Bien sûr, aujourd’hui la réponse sera que j’ai grandi avec le « privilège blanc ». Mais en fait, j’ai grandi dans une communauté où les gens et les genres avaient des rôles différents, et une personne était jugée d’après sa performance. La performance incluait le comportement moral. Si vous aviez une bonne moralité et que vous faisiez un bon travail et que vous teniez parole, vous étiez respecté. Point-barre.

Aujourd’hui si vous n’êtes pas une personne « woke » qui objecte au genre des pronoms et si vous ne croyez pas que la classe ouvrière blanche est « raciste systémique », vous êtes « déplateformé » et « annulé » [cancelled]. Les Blancs sont maintenant diabolisés par d’autres Blancs, et ceux qui sont diabolisés ne sont pas autorisés à se défendre. N’importe quelle « personne de couleur » peut détruire un patron, un collègue, un professeur ou un doyen d’université en prétendant être « offensé ».

En Amérique aujourd’hui il y a très peu de gens libres. Seuls ceux qui ne dépendent pas de l’emploi et de l’approbation des médias sont libres. Même ce petit nombre d’Américains libres est en danger, puisque l’expression d’une dissidence est définie par le régime Biden comme du terrorisme intérieur.

imagesPCR-NC.jpg

Les médias parlent d’une seule voix, et la voix est celle de la dénonciation de tous ceux qui contestent le récit dominant. En Amérique aujourd’hui les médias protègent les erreurs et l’avarice des bureaucrates médicaux alliés à Big Pharma, et les médias couvrent les récits de l’Establishment contre les experts scientifiques qui sont réduits au silence par la privation de forum. En conséquence, le public est informé seulement par une propagande égoïste qui défend ses intérêts matériels et accroît le pouvoir du gouvernement sur les citoyens.

Les conséquences sont diverses et désastreuses. Avec le Covid il y a eu des confinements inutiles qui ont détruit des commerces et des individus. En politique étrangère, des antagonismes ont été créés qui pourraient conduire à des guerres désastreuses contre l’Iran, la Chine et la Russie. La focalisation du régime Biden à définir les supporters de Trump, 90 millions d’électeurs américains, comme des terroristes intérieurs, implique du guerre civile.

Ce que je trouve le plus décourageant concernant l’Amérique est qu’après toutes les tromperies prouvées que les Américains ont subies – l’assassinat du Président John F. Kennedy, l’assassinat de Robert Kennedy, l’assassinat de Martin Luther King, l’assassinat de dirigeants étrangers qui refusaient de suivre la ligne de Washington, la guerre du Vietnam, le 11 septembre, les armes de destruction massive de Saddam Hussein, l’utilisation d’armes chimiques, les armes nucléaires iraniennes, le Russiagate, l’invasion russe de l’Ukraine, les élections de 2020, l’insurrection trumpiste au Capitole – la liste continue à l’infini – les Américains continuent à s’asseoir devant CNN et le reste, à écouter NRP, et à lire le New York Times ou le Washington Post et continuent ainsi à satisfaire l’Establishment dominant en acceptant de subir un lavage de cerveau. Un peuple aussi insouciant n’a pas de possibilités de survie.

Une Amérique soumise à un lavage de cerveau, un monde occidental soumis à un lavage de cerveau ne sont pas des terres de liberté.

Sur ce site web, j’essaie de vous rendre conscients. Contrairement aux médias, je vous donne de bonnes informations sur les sujets que j’explique. Revenez en arrière et comparez ce que je vous ai dit avec ce que les médias vous ont dit.

Examinez, par exemple, mon reportage sur le Covid. Je vous ai dit comment vous protéger. Je vous ai dit quels sont les remèdes si vous êtes contaminé par une variante grave. Je vous ai dit que les masques ne sont pas protecteurs s’ils ne sont pas classés N95.

C’est une information précieuse. Ce site web est précieux pour tout le monde. Chaque personne sur terre est unique. Nous devrions respecter les gens tant qu’ils ne nous donnent pas une raison de ne pas les respecter. Les gens dans les gouvernements occidentaux semblent être les moins respectables. Ce sont eux qui mentent le plus, et les presstitutes leur donnent la parole. Seuls ceux qui disent la vérité sont attaqués.

Réfléchissez à vos sources d’informations. Je veux dire de vraie information, pas ce qui s’accorde avec vos préjugés. Avez-vous de meilleures sources que ce site web ?

Vous tient-il informé ? Vous fait-il réfléchir ?

Si c’est le cas, vous lui devez votre soutien.

Source

Écrire un commentaire