Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 03 avril 2021

Shakespeare et Dante ? Deux dangereux précurseurs du nazisme, selon la gauche post-moderne

shakespeare-and-dante.jpg

Shakespeare et Dante ? Deux dangereux précurseurs du nazisme, selon la gauche post-moderne

par Manlio Triggiani

Ex : http://novaresistencia.org/

La ‘’culture de l'annulation’’ (’’cancel culture’’) continue de faire de nouvelles victimes, et les dernières en date sont d’éminentes figures comme Dante Alighieri et William Shakespeare, accusés de racisme, d'antisémitisme et d'homophobie. Les intellectuels et les universitaires font maintenant pression pour qu'ils soient exclus des programmes des écoles et des universités ou, au moins, "réécrits" pour les "temps modernes".

Shakespeare? Mieux vaut ne pas le lire, ou mieux encore, le censurer parce qu'il était antisémite, peut-être un précurseur du national-socialisme... Cela ressemble à une blague, mais en Grande-Bretagne, un écrivain anglais de 77 ans, spécialisé dans les livres pour enfants, Michael Bridge Morpurgo, a essayé de faire passer cette idée. La controverse a éclaté et Bridge Morpurgo a ensuite corrigé sa position, déclarant dans une interview à un journal britannique qu'il n'est pas vrai qu'il ait décidé de censurer certaines pièces ou tragédies du grand Barde anglais, en particulier Le Marchand de Venise. Un revirement peut-être déterminé par la controverse.

Le fait est que cette "sortie" malheureuse est le résultat d'une maladie typique du monde post-moderne: le politiquement correct. En son nom, ils veulent effacer la civilisation, les idées des grands de la littérature, de la politique, de la philosophie, dans le but de réécrire leur pensée, de construire une réalité inventée, fausse mais adaptée à la société que la gauche et les champions des soi-disant "droits de l'homme" veulent réaliser. Bridge Morpurgo, après tout, est en train d'écrire un livre qui s'intitulera Tales of Shakespeare et on ne sait pas s'il censurera ou non le grand écrivain à sa manière. Pour l'instant, il veut juste "moderniser l'auteur anglais" pour le rendre plus attractif. En bref, avec un crayon bleu et rouge, il veut corriger le bon travail de William... L'auteur a déclaré à un autre journal anglais qu'après avoir lu Le Marchand de Venise, il avait pensé ne pas le présenter à nouveau aux jeunes parce qu'il raconte l'histoire d'un escroc vénitien juif, Shylock, ce qui pourrait "favoriser les préjugés contre les Juifs". Pour cette raison, l'écrivain a déclaré que la pièce de Shakespeare "n'est pas une pièce qu’il aime". Je n'ai pas refusé d'inclure la pièce, a-t-il dit, mais personne ne m'a dit de l'inclure. J'ai choisi les dix pièces qui seraient incluses". En bref, certaines des plus grandes œuvres de la culture occidentale doivent être corrigées ou effacées, et demeurées inconnues. ‘’C'est ignoble de ne pas s'intéresser à la grande littérature’’, a déclaré Chris McGovern, président de la "Campagne pour une véritable éducation", mise sur pied pour défendre Shakespeare. "Il est évident qu'il y a beaucoup de choses offensantes dans Shakespeare, mais les enfants ne veulent pas être protégés lorsqu'ils lisent de la grande littérature".

Le_Marchand_de_Venise.jpg

En ce qui concerne Shakespeare, l'avertissement de ne pas s'engager en faveur du contenu de ses pièces a déjà été émis il y a trois ans pour La Comédie des erreurs et Titus Andronicus, une histoire de vengeance et de pouvoir, car l'histoire, qui se termine par un bain de sang, inclurait des contenus de violence sexuelle, de machisme, etc. Auparavant, les Bacchantes et Hippolyte d'Euripide étaient dans le collimateur du politiquement correct. Aux États-Unis, le politiquement correct atteint des paroxysmes, y compris des paroxysmes de ridicule, mais c’est plus compréhensible là-bas. Aux USA il n'y a pas de vraie culture, tout est le résultat de l'interprétation du moment, l'interprétation des écrivains et de leurs idées est toujours basée sur des idées contemporaines, un filtre qui ne permet pas de comprendre la grande culture antique, médiévale et moderne et surtout finit par émousser le sens critique. À l'université de Columbia, le "Comité de vigilance pour le multiculturalisme" a demandé il y a plusieurs années que les œuvres d'Ovide soient retirées du programme parce que ses Métamorphoses étaient "un texte qui, comme de nombreux livres du ‘canon occidental’, contient du matériel offensant". Récemment, le livre Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell a été accusé de racisme et de ne pas être ‘’politiquement correct’’. Tandis que Huckleberry Finn de Mark Twain a été retiré du programme car il était "antisémite". Bref, une sorte d'Inquisition et de censure des grands auteurs, une mise à l'index pour effacer, sous de fausses accusations, le meilleur de la culture européenne.

C'est là un processus de "révision" qui a même impliqué, il y a quelques années, notre Dante Alighieri.

ob_0ccc45_dor-039.jpg

Le père de la culture italienne a été accusé d'antisémitisme, d’homophobie et d’islamophobie. Plus ennemi du ‘’politiquement correct’’ que cela, tu t’évapores... L'association Gherish92 a proposé en 2019 de bannir Dante des écoles car il serait "l'exemple emblématique" de l'antisémitisme et de la discrimination religieuse à cause de son œuvre majeure La Divine Comédie. Les aigres censeurs font référence aux punitions auxquelles Judas, Mahomet, les sodomites, sont soumis. Et le Canto V du Paradis ("...Si l'avidité du mal vous appelle, soyez des hommes, et non des brebis folles, de peur que le Juif parmi vous ne se mette à rire !...") transpirerait le racisme. Judas a été enfermé à Judée, par Dante, parce qu'il était un traître à Jésus, non parce qu'il était juif et Mahomet (Canto XXVIII de l'Enfer) parmi les semeurs de discorde parce qu'il était un hérétique, non parce qu'il appartenait à une autre religion.

Le problème n'est pas l'antisémitisme, le racisme. Ce qui est nécessaire, c’est de développer la capacité à contextualiser certaines attitudes, certaines croyances, sans les juger selon des paramètres d'aujourd'hui qui n'ont pas de sens par rapport aux faits existants d'il y a des siècles ou des millénaires. La discrimination d'un homme ou d'un peuple en tant que telle n'a pas de sens, elle doit être combattue aujourd’hui, mais, pour ce qui est du passé, elle doit être replacée dans la dynamique politique et sociale de ses propres périodes historiques, où elle avait un sens pour certains hommes et certains peuples. Selon le "politiquement correct", au moins la moitié de la culture européenne devrait donc être effacée, si ce n'est davantage. Sont antisémites Sénèque, l'empereur Claude, Quintilien, Tacite, Voltaire, Kant, Hegel, toute une partie de l'Église catholique, Martin Luther, Wagner, Dostoïevski, Marlowe, Yeats, Céline, etc. Tout doit être effacé ou réécrit, pour les forcer à dire quelque chose de différent. Or ce sont des auteurs et des œuvres qu'il faut contextualiser, et souvent le "politiquement correct" fait passer des expressions et des situations pour du racisme, alors que ce racisme inventé n’a pas existé. Même la société britannique Disney a décidé de retirer certains dessins animés de la distribution parce qu'ils contiendraient des récits racistes. Voilà que sont stigmatisés le raciste Mickey, Dumbo, Les Aristochats, Peter Pan, Dingo et Donald Duck, Robinson, Mowgli, La Belle et le Clochard. Ces dessins animés contiendraient du racisme, de la discrimination, etc.

Le racisme, l'antisémitisme, sont aujourd’hui un prétexte pour pratiquer un nouvel iconoclasme (ndt : propre aux calvinistes et aux wahhabites). En réalité, ce sont les valeurs et la culture européennes qui sont attaquées et qui doivent être anéanties. Il est bien vrai qu'à l'époque du mensonge universel, dire la vérité est un acte révolutionnaire !

Source : Barbadillo

Commentaires

Que dire alors de Corneille, Lamartine, Hugo et tant d'autres qui ont eu à connaître l'Islam par ex. L'héroïsme lui-même est devenu suspect et c'est pourquoi aucune rue ne portera le nom de ce Colonel de Gendarmerie qui s'est offert en échange d'otages .

Écrit par : Boutté | jeudi, 08 avril 2021

Écrire un commentaire