Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 11 septembre 2021

Toutes les failles qui divisent l'Allemagne

spaltung.jpg

Toutes les failles qui divisent l'Allemagne

Andrea Muratore
Ex: https://it.insideover.com/politica/tutte-le-faglie-che-dividono-la-germania.html

Les toute prochaines élections allemandes révèlent une fois de plus les différentes failles au sein de la République fédérale et la possibilité qu'elles se reflètent dans les années à venir dans un pays qui s'apprête à être orphelin d'Angela Merkel.

Merkel et le syncrétisme allemand

La Chancelière, personnage complexe et souvent controversé, avant même d'exercer un leadership clair et énergique, a été une figure centrale de la politique allemande parce qu'elle a interprété un véritable syncrétisme des âmes politiques et sociales du pays. Chrétienne évangélique, elle a relancé au fil des ans l'alliance entre sa CDU et son "parti jumeau" bavarois, la CSU, gérant également les crises et les tensions avec l'ancien dirigeant de Munich et ministre de l'intérieur Horst Seehofer; premier chef de gouvernement issu de l'ancienne République démocratique allemande et première femme au pouvoir à Berlin, son programme politique a cherché à promouvoir les tentatives de réduction du fossé économique et producteur entre les deux Allemagnes; au nom de la relance et de la centralité de Berlin sur le Vieux Continent, elle a promu des gouvernements de coalition ouverts à la fois aux sociaux-démocrates (trois fois depuis 2005) et aux libéraux (2009-2013), cherchant à créer un consensus général dans l'intérêt national du pays.

Lignes de faille politiques et sociales

Mais un compromis ne peut reposer que sur une seule personne. Au contraire, la division en trois dans les prévisions des sondages électoraux allemands pour le vote du 26 septembre entre la CDU, les sociaux-démocrates et les Verts n'est pas seulement le reflet de la complexité croissante de la société allemande, mais aussi la manifestation de différentes visions du monde au sein du pays.

838_angela.jpg

Pour faire simple, l'Union chrétienne-démocrate est au mieux de sa forme dans le sud de l'Allemagne et dans son fief traditionnel de Bavière, les Verts ont gagné du terrain en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, véritable État dans l'État avec une population et un PIB comparables à ceux des Pays-Bas et un pôle industriel allemand traditionnel, et les sociaux-démocrates ont connu une hausse principalement due à leur remontée dans les sondages dans les Länder de l'Est, où une grande partie de l'électorat ouvrier et de gauche avait choisi de voter pour le mouvement protestataire Alternative fur Deutschland. Cette tripartition va de pair avec une complexité interne qui émerge et met en lumière des différences économiques, politiques, sociales et même religieuses.

L'Allemagne, un pays divisé

L'Allemagne est un pays qui a toujours lutté au cours des siècles pour trouver l'unité dans la complexité. Depuis les luttes entre les seigneurs féodaux impériaux jusqu'à l'ère du cuius regio eius religio après la Réforme protestante, c'est le pouvoir impérial qui a joué le rôle de médiateur, bien que de Frédéric II de Souabe à Charles V de Habsbourg, même les souverains les plus importants aient fait l'expérience directe de l'animosité des princes allemands; la désintégration du Saint Empire romain germanique à l'époque napoléonienne d'abord, puis l'épopée complexe de la Prusse d'Otto von Bismarck, ont montré à quel point le particularisme est un trait distinctif de la politique et de la société allemandes, sous une forme amplifiée par rapport au reste de l'Europe. L'Allemagne impériale d'abord, le Troisième Reich ensuite, lors des deux guerres mondiales, ont fait respectivement de la Weltpolitik et du pangermanisme revanchard le facteur unificateur pour comprimer les différences internes, voyant leurs projets respectifs sombrer avec la défaite dans la guerre.

Ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale que la République fédérale a tenté de créer un modèle de développement et une construction sociale qui constituerait un point de référence commun à l'ensemble du pays, tandis qu'à l'Est, le syndrome de la "mort de la patrie" était moins perceptible en raison de la redécouverte par le régime socialiste de divers récits liés à l'histoire du pays. Les vingt premières années après la réunification ont donné lieu à une tentative d'interpénétration entre différentes instances qui est entrée en crise lorsque l'Allemagne, vainqueur de l'intégration économique européenne, superpuissance commerciale, nation au centre de l'Europe, a commencé à subir les conséquences de la récession continentale à laquelle sa politique d'austérité a contribué, que de vieilles failles se sont rouvertes dans la société et que la politique est devenue de plus en plus dépendante du rôle de synthèse dévolu à la chancelière.

cover_1218-724x1024.jpg

La faille de Munich-Berlin

En 2019, Massimo Cacciari, s'adressant à la revue italienne Limes, soulignait l'ouverture d'une faille entre Munich et Berlin, entre l'Allemagne catholique et conservatrice et celle qui tourne autour de la capitale, entre l'industrie traditionnelle ouverte sur l'Europe centrale et l'idée d'une nouvelle Weltpolitik commerciale, entre la récupération d'un sentiment d'identité et le profil bas que Merkel voulait continuer à maintenir. Dans le contexte allemand, notait Cacciari, "nous avons vu cette contradiction, ce conflit entre les deux capitales de l'esprit allemand, s'accentuer. Cela signifie que la grande synthèse entre ces deux grandes âmes du "centre" allemand, le Zentrum, ne tient plus" et risque de ne pas pouvoir survivre au départ de la Chancelière. L'Union, après le refus de nommer à la chancellerie le leader bavarois Markus Söder à la place de l'anonyme Amin Laschet, risque à terme d'entraîner une défaite politique douloureuse, certifiant la difficulté de relancer cette synthèse qui incarne le compromis géopolitique sur lequel repose l'Allemagne.

Markus_Söder_MSC_2019_(cropped).jpg

De plus, Söder (photo) lui-même a interprété l'agacement croissant de Munich à l'égard de Berlin qui, d'un point de vue politique, a toujours été davantage orienté vers la volonté de perpétuer la Grande Coalition avec les sociaux-démocrates dont le leader Olaf Scholz, par une étrange hétérogénéité des fins, pourrait reprendre l'héritage. Le fait qu'au début de la pandémie à Munich, le mot d'ordre s'était répandu que le Covid, selon de nombreux dirigeants de la Bavière proches de Söder et la presse populaire, serait amené dans l'État libre par les "Allemands" donne une idée de la façon dont la situation tendue actuelle crée une réouverture de blessures longtemps considérées comme dormantes.

Un modèle social à reconstruire

La crise du compromis Berlin-Munich est le signe d'une tension au sein du monde politique et économique allemand, également, sinon surtout, en ce qui concerne les perspectives du pays après des années où l'objectif stratégique était le renforcement de la capacité d'exportation de l'industrie. Un modèle poursuivi aussi et surtout à travers des réformes déflationnistes internes (en premier lieu le dit "paquet Hartz"), qui a conduit à une augmentation des profits et du chiffre d'affaires mais qui, en contrepartie, a généré une augmentation des inégalités, une croissance de la pauvreté et une réduction du pouvoir d'achat des citoyens qui ont diminué leur possibilité de devenir les premiers acheteurs de l'industrie dont ils étaient dépendants. Le Covid, qui a poussé le gouvernement de la Chancelière à revenir sur le terrain économique, a en fait signalé la nécessité d'un nouveau pacte social, rendu manifeste également par la croissance de la ligne de fracture entre le centre et la périphérie au sein même des Länder les plus prospères.

truemmer-haeuser-ahrweiler-101~_v-original.jpg

La récente catastrophe environnementale liée aux inondations de juillet qui ont touché la Westphalie a signalé, en ce sens, une asymétrie dans la perception des problèmes concrets et des dynamiques actuelles entre des parties du pays qui étaient autrefois plus en communication les unes avec les autres. Les villes bourgeoises, progressistes et libérales d'Allemagne votent vert dans le sillage d'un sentiment écologiste que l'on peut qualifier de légitime; les provinces subissent les dommages de plans d'aménagement du territoire mal conçus, de la dégradation de l'environnement et de questions connexes, ce qui signale un décalage avec la perception de l'électorat urbain.

La question orientale

Dans cette perspective, la question centrale du dualisme Est-Ouest apparaît même diluée. Cette question est tellement structurelle qu'elle a attiré la grande attention des décideurs politiques ces dernières années et a gagné en centralité dans le débat public après le passage en force de l'Afd dans les Länder de l'ancienne RDA. Les gouvernements allemands ont tenté de combler ce fossé en cherchant à réduire les écarts de production et d'investissement, oubliant souvent la matrice culturelle différente liée à un demi-siècle de destins différents pendant la guerre froide. Et, comme l'a rappelé Vladimiro Giacché dans Anschluss, forçant une intégration accélérée de l'Est dans la dynamique du marché occidental, qui a produit dans une première phase un déclin productif et démographique avant que la pente ne commence à s'inverser dès que le moteur économique occidental a ralenti.

9788832176377_0_536_0_75.jpg

La montée de l'Afd et du vote protestataire à l'Est a mis en avant le problème des inégalités: les Allemands de l'Est, note L'Espresso, ont "une espérance de vie plus faible, des revenus plus bas, un taux élevé de jeunes quittant l'école sans diplôme, une assistance locale sous-développée, etc.", et perçoivent l'Ouest comme "dominant": "une enquête menée par la radio publique Mdr (Mitteldeutscher Rundfunk) en 2021 a révélé que les 29 secrétaires d'État des Länder est-allemands sont tous originaires de l'Ouest. Sur les 108 recteurs d'université des nouveaux Länder, seuls deux sont originaires de l'Est, et seuls deux sur 183 sont membres des conseils d'administration des 30 sociétés cotées à l'indice Dax.

Un pays divisé s'apprête donc à choisir le successeur de celle qui, pendant tant d'années, a incarné les forces et les faiblesses de l'éthique allemande, a servi de point de synthèse pour un pays complexe et a tenté d'équilibrer un système que les inégalités économiques et la pandémie ont mis sous pression. Après le vote, l'Allemagne pourrait être aussi hégémonique en Europe que vulnérable sur le plan intérieur, reproposant pour la énième fois une histoire hétérogène et complexe faite de grandes et petites fragmentations.

Écrire un commentaire