Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 10 octobre 2021

Sommet UE-Balkans occidentaux

unnaSURBOCCmed.jpg

Sommet UE-Balkans occidentaux

Bruxelles espère absorber les fragments de l'ex-Yougoslavie et l'Albanie

Le sommet UE-Balkans occidentaux, qui s'est tenu en Slovénie les 5 et 6 octobre, a réuni des responsables politiques de pays européens : membres de l'UE et ceux qui ont déclaré leur intention de rejoindre l'union. L'initiative elle-même a été lancée avec le soutien de l'Allemagne il y a plusieurs années et a fait l'objet d'un lobbying actif de la part de l'UE.

La critique du sommet doit commencer par le terme lui-même. Pourquoi parle-t-on des Balkans occidentaux? Officiellement, la Roumanie, la Grèce et la Bulgarie sont déjà membres de l'UE et de l'OTAN, il est donc prétendument nécessaire de délimiter ces pays du territoire de l'ex-Yougoslavie. D'autre part, les Balkans occidentaux comprennent la Croatie, qui a rejoint l'UE en 2013. Mais elle n'inclut pas la Slovénie, qui est une ancienne partie de la Yougoslavie. Pourquoi cette bizarrerie ? Probablement parce que des pays comme la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, la Serbie, la Macédoine du Nord, le Monténégro, l'Albanie et le Kosovo (non reconnu en Serbie et en Russie mais reconnu par de nombreux membres de l'UE), également appelés WB6, sont des constructions fragiles. Et leur fragilité est précisément fonction de l'intervention européenne, qui fait monter les tensions. Mais il est avantageux pour Bruxelles de créer un champ politique homogène à partir des pays indépendants, c'est pourquoi le processus d'européanisation a été lancé sous l'appellation de "Balkans occidentaux".

Cependant, il existe manifestement de nombreux problèmes de blocage. Euronews cite un éminent mondialiste qui exagère la situation. "Le plus grand risque est que la région s'éloigne progressivement de l'État de droit et de la liberté des médias", a déclaré Majda Ruge, du Conseil européen des relations étrangères. "Il existe un problème d'ingérence politique de certains États clés dans les affaires de leurs voisins, notamment en Serbie et en Croatie". Et le rapport se termine par le passage suivant : "Voyant que les négociations d'adhésion à l'UE pour les Balkans occidentaux sont dans l'impasse, des puissances telles que la Chine et la Russie se précipitent pour consolider leur influence dans la région et investir de l'argent pour atteindre leurs objectifs".

Si la Russie et la Chine sont des acteurs hypothétiques dans la région, la mafia albanaise, elle, pourtant, n'est pas inconnue. Il sera intéressant de voir comment le trafic de drogue et la traite des êtres humains (et des organes humains) pratiqués par les bandes criminelles albanaises se conjugueront avec l'État de droit. Cependant, les mondialistes préfèrent mettre l'accent sur d'autres problèmes: par exemple, lorsqu'ils parlent de l'État de droit, ils mentionnent l'ancien premier ministre macédonien Nikola Gruevski, qui a obtenu l'asile politique en Hongrie. Et Goran Zaev, qui a été la marionnette de George Soros pour renverser Gruevski, poursuit le démantèlement de la Macédoine, qui, sous lui, a été rebaptisée "Macédoine du Nord". Le rôle de la Hongrie, en revanche, montre qu'il peut y avoir des points de vue radicalement différents sur une même question. Alors que Zajev promeut l'agenda de Soros, Viktor Orban se bat contre tout projet de Soros en Hongrie. Et cela soulève la question suivante : l'UE peut-elle faire face à la cooptation des Balkans si l'UE elle-même se balkanise ? Le Brexit est également un bon exemple.

Au final, une déclaration a été publiée, exposant les résultats des négociations et les intentions futures. Il contient 29 points.

La première partie met l'accent sur les attitudes et les accords géopolitiques.

"L'UE réaffirme son soutien inconditionnel à la perspective européenne des Balkans occidentaux et se félicite de l'engagement des partenaires des Balkans occidentaux en faveur de la perspective européenne, qui est dans notre intérêt stratégique commun et reste notre choix stratégique commun. L'UE réaffirme son attachement au processus d'élargissement et aux décisions prises à ce sujet, sur la base de réformes crédibles des partenaires, de conditions équitables et strictes et du principe du mérite propre. Nous continuerons à intensifier notre engagement commun en faveur de la promotion du changement politique, économique et social dans la région, tout en reconnaissant les progrès réalisés dans les Balkans occidentaux. Nous rappelons également l'importance pour l'UE d'être capable de soutenir et d'approfondir son propre développement, en garantissant sa capacité à intégrer de nouveaux membres".

"Les partenaires des Balkans occidentaux réaffirment leur attachement aux valeurs et principes européens ainsi qu'aux réformes nécessaires pour leur population. L'UE se félicite de l'engagement renouvelé des partenaires des Balkans occidentaux en faveur de la primauté de la démocratie, des droits et valeurs fondamentaux et de l'État de droit, ainsi que des efforts constants déployés pour lutter contre la corruption et la criminalité organisée, soutenir la bonne gouvernance, les droits de l'homme, l'égalité entre les sexes et les droits des personnes appartenant à des minorités. La crédibilité de ces engagements dépend de la mise en œuvre effective des réformes nécessaires et de l'établissement d'un bilan solide, étayé par une communication claire et cohérente avec le public. Une société civile habilitée et des médias indépendants et pluralistes sont des composantes essentielles de tout système démocratique, et nous saluons et soutenons le rôle qu'ils jouent dans les Balkans occidentaux".

Nous constatons ici une ingérence politique manifeste de l'UE, qui impose aux pays des Balkans des techniques déjà éprouvées de multiculturalisme, de mariage homosexuel et d'autres pratiques anti-traditionnelles, acceptées en Europe occidentale.

En Europe occidentale, l'idée même des Balkans occidentaux est présentée comme une promotion de l'inclusion et de la solidarité européennes (avec toutes ses conséquences).

Mais il est douteux que les populations des Balkans occidentaux soient attachées à ces "valeurs". C'est plutôt l'inverse. Par conséquent, un argument fort de Bruxelles en faveur de l'intégration européenne était la promesse d'investissements et de subventions.

Les résultats concrets du sommet sont les suivants :

    Un plan économique et d'investissement (PEI) de 30 milliards d'euros ;
    Un engagement pour augmenter la vaccination contre le COVID-19 ;
    Une voie pour réduire les coûts d'itinérance ;
    Programme innovant pour les Balkans occidentaux ;
    "Green Lanes" et le plan d'action communautaire pour les transports.

L'UE s'efforcera de tirer parti de ce succès et de poursuivre les initiatives pro-européennes, tant au niveau bilatéral qu'à travers la plate-forme du sommet. Bien que de nombreuses initiatives européennes aient échoué dans les Balkans, on ne peut diminuer le sérieux des intentions et des capacités de Bruxelles à ce stade. Étant donné que le Monténégro et la Macédoine du Nord sont déjà dans l'OTAN.

Écrire un commentaire