Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 13 janvier 2022

L'ère des coups d'État et des protestations : comment l'ordre mondial est en train de changer

8cef94f565922a17b004945fdce09d6bb77689ef.jpg

L'ère des coups d'État et des protestations : comment l'ordre mondial est en train de changer

Andrea Muratore

Ex: https://it.insideover.com/politica/lera-dei-golpe-e-delle-proteste-come-cambia-lordine-mondiale.html

2021 est l'année des coups d'État, des protestations et des grandes incertitudes. Renversements de gouvernements, tentatives de subversion et jacqueries diverses ont confirmé une tendance à l'instabilité croissante de la démocratie et de la stabilité administrative dans divers pays, que 2022, année du chaos kazakh, semble destinée à confirmer.

2021, l'année des coups d'État

Il y a un peu plus d'un an, les premières images qui ont fait le tour du monde en 2021 étaient celles du Capitole, de l'assaut des manifestants protestant contre la fraude supposée et jamais prouvée à laquelle ils attribuaient la défaite de Donald Trump face à Joe Biden au cœur du pouvoir démocratique américain. Le chaos de l'Épiphanie a été un choc sans précédent pour les États-Unis et l'Occident, mais il a également fait apparaître partout que le monde était déchiré par des tensions latentes destinées à se répandre sur le terrain.

Et c'est ainsi que le monde a connu cinq coups d'État réussis en 2021. Quatre d'entre eux ont eu lieu en Afrique : au Tchad, la mort du président Idriss Deby, âgé, lors d'un combat contre des rebelles libyens, a conduit les forces armées à prendre le pouvoir début mai en installant un Conseil militaire de transition qui a placé le fils du président défunt, Mahamat Deby, 37 ans, à la tête du pays pour dix-huit mois, privant totalement l'Assemblée nationale de pouvoir. Au Mali, cependant, à la fin du même mois, un règlement de comptes interne à la junte qui s'était emparée du pouvoir neuf mois plus tôt seulement, sous le nom ronflant de Comité national pour le salut du peuple, a conduit à l'arrestation du président Bah Ndaw et du premier ministre Moctar Ouane, suivie de leur démission puis de leur libération, et de leur destitution de leurs fonctions respectives. Le vice-président Assimi Goïta est proclamé président et Choguel Kokalla Maïga est nommé Premier ministre.

colonel-doumbouya-1200x675.jpg

En septembre, le président Alpha Condé, 83 ans, en poste depuis 2010 et qui effectuait un troisième mandat malgré la disposition de la Constitution prévoyant un maximum de deux, a été renversé en Guinée. Le chef des forces spéciales, Doumbouya (photo), entouré de ses hommes, a annoncé à la télévision d'État qu'il avait capturé le président et pris le contrôle, et que les gouverneurs avaient été remplacés par des militaires. Enfin, en octobre, c'était le tour du coup d'État au Soudan, deux ans après celui qui a renversé Omar el-Béchir aux mains de ses anciens alliés militaires.

000_9879w4.jpg

En Asie, en revanche, en février, le général Min Aung Hlaing (photo), avec le soutien de l'ancien vice-président Myint Swe (aujourd'hui président), a renversé le gouvernement d'Aung San Suu Kyi, controversé mais légitimé par les premiers votes démocratiques du pays. Le coup d'État sanglant a entraîné des violences et des centaines, voire des milliers, de morts parmi les civils: "Les militaires ont occupé et transformé en bases les hôpitaux publics, les pagodes et les écoles fermées à cause du coronavirus", écrit Ispi. Et depuis des mois, "ils tirent sans discernement, à hauteur des yeux, sur n'importe qui : manifestants, passants, enfants jouant en plein air". Ils pénètrent dans les maisons des opposants politiques ou dans des familles choisies au hasard pour semer la "terreur".

Ajoutez à cela le "coup d'État blanc" en Tunisie et le chaos politique en Libye et le tableau est presque complet. Et puis il y a le dernier élément dramatique : le renversement de la République islamique d'Afghanistan par les milices de l'émirat taliban, qui ont occupé le pays en août en quelques semaines seulement. Cela a conduit au cas rare du contrôle absolu d'un pays par une entité étatique structurée qui a surgi complètement en dehors de l'ordre mondial westphalien ou multilatéraliste.

En ce qui concerne les manifestations, la Biélorussie, fin 2021, et le Kazakhstan, début 2022, nous apprennent que diverses puissances ont décrété une véritable "mêlée générale" en donnant carte blanche à l'appareil répressif.

La démocratie en recul

En bref, la course mondiale à la démocratie s'est arrêtée depuis longtemps et nous assistons maintenant à un reflux progressif. L'ordre politique constitué dans les Pays les plus avancés est, dans une large mesure, remis en cause, pour le moment, uniquement par des protestations marginales et liées à la lutte contre la pandémie, mais le cas américain nous enseigne que les graines d'un conflit civil latent et de faible intensité peuvent germer quand un Pays s'y attend le moins.

L'idée de se concentrer sur la démocratie comme vecteur géopolitique, promue par Joe Biden, note Formiche, ne pouvait pas connaître de pire timing pour être mise en œuvre: "ce choix politique qui est synthétisé dans l'idée du Sommet des démocraties est remis en question par des fissures internes dans certains pays - fissures que la pandémie a approfondies, élargies - et par un choc entre des modèles sur lesquels s'affrontent de l'autre côté des autoritarismes comme la Chine, la Russie et l'Iran. Ce côté est attrayant pour les monarchies du Golfe, pour le présidentialisme extrême de l'Asie centrale, pour certaines pseudo-démocraties africaines et asiatiques plus chancelantes et même pour certains membres de l'UE comme la Hongrie de Viktor Orban.

Le monde est anarchique

De même, les tensions, les coups d'État et les fibrillations politiques s'accumulent, ajoutant du chaos au chaos dans un contexte déjà marqué par plusieurs crises stratégiques dont la résolution finale est comme cristallisée par les grandes puissances: de la question ancienne du Cachemire au dualisme politique au Venezuela, de la Syrie au Donbass. Et il ne faut pas sous-estimer que tout cela contribue au processus de centralisation des périphéries dans lequel on peut lire un reflet de la rivalité entre les grandes puissances. Les coups d'État malien et soudanais, par exemple, peuvent sembler résolument favorables à la position géopolitique de la Russie; la mort de Deby a éliminé un allié majeur de la France et de la Chine au Sahel; Pékin, en revanche, observe attentivement la participation du Myanmar à sa Nouvelle route de la soie et craint un rapprochement des militaires avec les États-Unis en cas de détente.

À l'extrême périphérie de la planète, en Océanie, dans les îles Salomon, une tentative flagrante de désatellisation par les puissances occidentales est en cours, conduisant à la naissance d'un État séparé sur l'île de Bougainville avec des manifestations qui ont éclaté à la fin des deux ans du gouvernement Sogavare, responsable du désaveu de Taïwan en faveur de la République populaire de Chine. D'autre part, Pékin peut tirer parti du chaos qui a éclaté dans les vestiges impériaux de la France, tant en Océanie (Nouvelle-Calédonie) que dans les îles des Caraïbes (Guadeloupe, Martinique et Guyane). La pauvreté et l'anti-vaccination sont le prétexte, mais le chaos éclate lorsque les puissances attisent les flammes du conflit et que les périphéries s'enflamment, les pays et les dépendances devenant des territoires contestés. Cette tendance sera de plus en plus encouragée à l'avenir si l'ordre mondial devient plus anarchique. Et des cas comme le Kazakhstan ou les tensions dans le Donbass, où l'on parle même d'une nouvelle tentative de coup d'État contre le président ukrainien Voldymir Zelenski, montrent qu'à mesure que le feu de la périphérie se rapproche du centre, éteindre les flammes est, jour après jour, un processus de plus en plus compliqué. Dans le chaos du monde "transformé", cette anarchie internationale témoigne aussi de l'absence de certaines références. Et un monde compétitif sans règles, un véritable Far West géopolitique, n'est une bonne nouvelle pour aucune grande puissance.

Écrire un commentaire