Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 24 janvier 2022

Guerre froide 2.0 : l'heure est venue pour les périphéries

161fbd0825343b6b9e320c64c56d9cd8.jpg

Guerre froide 2.0 : l'heure est venue pour les périphéries

Pietro Emanueli

Source: Ex: https://it.insideover.com/politica/guerra-fredda-2-0-e-giunto-il-momento-delle-periferie.html

Ce que les politologues ont appelé la compétition entre les grandes puissances, que le pape François a qualifié de "troisième guerre mondiale par morceaux" et qui, pour beaucoup, n'est rien d'autre que la guerre froide 2.0, est entré dans une nouvelle phase: celle des "périphéries au centre", c'est-à-dire de la concentration et/ou de l'explosion des événements belliqueux aux marges des empires, parmi les satellites, les banlieues et les quartiers dortoirs.

Les émeutes survenues début janvier dans un Kazakhstan tranquille, où l'on ne devinait aucune effervescence en gestation, sont la preuve évidente du changement qui s'est opéré : l'équilibre est rompu, les lignes rouges tracées à l'encre sympathique sont violées, les arrière-cours sont la proie de bandes armées qui aspirent tantôt à un simple assaut anarchique, aussi violent qu'il est une fin en soi, tantôt à prendre le contrôle de la propriété.

Dans cette nouvelle phase où les bandes incontrôlées attaquent des fermes non protégées, les règles d'engagement elles-mêmes ont changé. Après tout, le jeu est différent : c'est un jeu à somme nulle ; le gagnant prend tout. Le vainqueur déterminera le sort de l'ère multipolaire et donc la trajectoire de l'humanité au XXIe siècle. Le perdant est condamné à purger une peine indéfinie au purgatoire. Et compte tenu de l'historicité de l'enjeu, parce que c'est ici que se fait ou se défait la multipolarité ou que l'on meurt, tout est et sera permis pour une nuit.

Une évolution aussi lente qu'inévitable

Huit ans. Il a fallu huit ans pour que le processus de développement physiologique du dernier stade évolutif de la compétition entre grandes puissances, celui des périphéries au centre, se déploie avec force et clarté. Car la crise kazakhe de début janvier, loin d'être un symptôme de germination, n'était que la manifestation la plus évidente de la mise en place, c'est-à-dire de la maturation des fruits. Une crise imprévisible jusqu'à un certain point, car s'il est vrai que le diable aime se cacher dans les détails, laissant des traces (presque) imperceptibles de son passage, il est tout aussi vrai que le sol était plein de miettes. Des miettes qui n'attendaient que d'être ramassées et suivies.

crise-et-violences-au-kazakhstan-depuis-5-jours-la-chronolog_6107673.jpg

Le centre d'études Osservatorio Globalizzazione, qui a examiné en décembre dernier les miettes dispersées volontairement ou involontairement par les acteurs de la compétition entre les grandes puissances, a osé une prédiction : 2022 comme année de la montée définitive du stade des banlieues vers le centre, ou plutôt vers le centre névralgique des guerres par procuration, des coups d'État, des séditions et/ou du terrorisme. Une prédiction basée sur la décision de relier des événements apparemment distincts qui se sont produits dans les dernières semaines de 2020, notamment les émeutes antigouvernementales en Martinique et en Guadeloupe, l'insurrection sinophobe dans les îles Salomon et l'émancipation de la Barbade qui ne reconnait plus la locataire de Buckingham Palace comme sa souveraine.

imagesbed.jpgL'ouverture dynamique de la nouvelle année, qui a commencé par l'arrivée de ce "vent nouveau [...] particulièrement intense, parfois semblable à un ouragan" dans le tranquille Kazakhstan, qui est et reste une périphérie de la russosphère, semble avoir corroboré la prédiction : l'heure est venue pour les "micro-États, les satellites - y compris les territoires occupés mais non reconnus internationalement - et les restes de l'ère coloniale".

Managua, où tout a commencé

Le processus de développement de cette étape, est-il écrit, a pris huit ans. Huit parce qu'il est possible de dater son début en 2014, année où la graine a été plantée au Nicaragua, point géostratégique important - la première périphérie à se retrouver au milieu de la dispute multipolaire. Revenir aux origines, écrire sur ce "lieu de destin" où tout a commencé, est le seul moyen de saisir la complexité et l'inéluctabilité de la centralisation des périphéries.

OrtegaII.png

L'histoire est bien connue, même si la plupart des gens ne s'en souviennent pas : Xi Jinping et Daniel Ortega s'étaient mis d'accord pour construire un nouveau canal méso-américain qui, en tant que rival du Panama, aurait pu ouvrir une brèche dangereuse au cœur de la forteresse Amérique et réécrire la géographie de la mondialisation au détriment des États-Unis. Il s'agissait d'un projet pharaonique et historique, pour lequel les Chinois, les Nicaraguayens et d'autres investisseurs (russes) étaient prêts à débourser une somme astronomique: 40 milliards de dollars. Pour les États-Unis, c'était un casus belli.

L'administration Obama, pleinement consciente des particularités géopolitiquement subversives et géo-économiquement révolutionnaires de cet anti-Panama, aurait déclaré la guerre (secrète) au Nicaragua en mettant en scène un scénario déjà vu et testé au fil des ans : la propagation de l'anarchie productive par le levier des cellules dormantes et des cinquièmes colonnes. En bref : les écologistes pour bloquer l'ouverture des chantiers et l'opposition pour entraîner la nation dans une guerre civile.

_methode_times_prod_web_bin_7c5f6c64-5452-11e7-b34e-8647bf2bc7f8.png

En 2015, après une année de déstabilisation continue et massive, les États-Unis auraient atteint le double objectif de leur intervention au Nicaragua : régime orteguiste sévèrement affaibli - ne survivant à une mort certaine que grâce à la respiration artificielle fournie par le Kremlin - et hibernation de la branche latino-américaine de la Nouvelle route de la soie - en raison de la fuite des investisseurs chinois.

La germination lente

La déstabilisation du Nicaragua se prête à diverses clés d'interprétation, parmi lesquelles la simple application de l'éternelle doctrine Monroe par la Maison Blanche, mais une chose est sûre comme l'or : on ne peut comprendre la dernière évolution de la compétition entre grandes puissances sans ignorer ses origines et sans retracer son (long) chemin de développement.

Après le Nicaragua, première tranchée de l'affrontement multipolaire, le processus de centralisation des périphéries est entré dans une phase de dormition en raison de la concentration des grandes puissances sur d'anciens théâtres de confrontation - comme l'Europe de l'Est et la mer de Chine méridionale - et dans des secteurs spécifiques - comme le commerce. Une focalisation qui a duré environ six ans, de 2014 à 2020, et pendant laquelle la Russie et la Chine ont assisté à la violation répétée de leurs espaces vitaux, comme l'ont (dé)montré Euromaidan, EuroMinsk, les manifestations de Hong Kong et la militarisation de l'Indo-Pacifique.

Témoins de l'avancée des Occidentaux dans leurs Lebensräume, qui a de facto mis fin à l'ère du respect des lignes rouges, la Russie et la Chine ont commencé à voir dans l'embrasement des périphéries du monde avancé l'occasion de ramener le conflit chez leurs adversaires, aux États-Unis et dans l'Union européenne. Une intrusion inquiétante entre la Méditerranée et l'Atlantique comme une réponse symétrique aux manœuvres occidentales entre l'Arctique et l'Indo-Pacifique. L'entaille des veines visibles en cours de cicatrisation comme représailles asymétriques à un déclenchement peu sympathique de turbulences. C'est dans ce contexte qu'ont mûri, par exemple, la réémergence de la question bosniaque, les manœuvres chinoises en Guinée équatoriale, le retour sur la scène du Nicaragua et la tension dans la partie française de l'Amérique latine.

Les yeux sur les périphéries

Le prélude à l'entrée imminente et inéluctable de la compétition entre grandes puissances dans le stade des périphéries a été la "pluie d'histoire" qui a caractérisé les deux mois de 2021 : le retour du séparatisme de la Martinique et de la Guadeloupe, l'émancipation de la Barbade de Sa Majesté la reine d'Angleterre, l'adhésion du Nicaragua à la politique de la Chine unique, l'arrivée des Chinois dans l'Atlantique via la Guinée équatoriale et la rébellion sinophobe dans les îles Salomon.

20190504_ASP003_0.jpg

Troubles aux Iles Salomon.

Des événements qui se sont déroulés en l'espace de soixante jours, certains simultanément et d'autres séquentiellement, et qui avaient une charge prophétique. C'étaient des miettes à ramasser. Des éclairs précurseurs du tonnerre. Des signes prémonitoires de ce qui allait se produire peu après, alors que le monde entrait dans une nouvelle année : l'éclatement de désordres dans la plus grande des périphéries, le Kazakhstan.

Les périphéries sont au centre : on l'a anticipé dès l'hiver 2021, le soulèvement kazakh l'a prouvé et Foreign Policy l'a admis, qui, au milieu du mois, a exhorté l'administration Biden à " jouer l'offensive dans l'arrière-cour de la Chine ", c'est-à-dire à brouiller ses satellites.

Les périphéries sont au centre et c'est un problème : nier l'existence de lignes rouges et se donner des champs d'action illimités revient à décupler les possibilités d'escalade militaire, à abaisser considérablement la qualité du dialogue entre les blocs. L'intervention de l'Organisation du traité de sécurité collective au Kazakhstan et le vent de guerre entre l'Ukraine et la Russie ne sont que le début.

Dans les deux cas, qu'il s'agisse d'une banlieue déstabilisée par l'Ouest ou par l'Est, l'objectif est toujours le même : l'immeuble périphérique est incendié pour envoyer un avertissement à tout le quartier, parfois dans l'espoir que les flammes enveloppent tout le bloc - la doctrine du foyer initial appliquée aux relations internationales. D'autres fois, cependant, un feu est allumé dans la cour pour forcer les locataires à sortir de leurs maisons, profitant de leur distraction pour mener des actions surprises dans des périmètres laissés sans surveillance. Les yeux sur les banlieues, alors, car c'est leur heure.

Écrire un commentaire