Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 07 février 2022

Reformater le Moyen-Orient

Fotolia_66171389_©-odriography.jpg

Reformater le Moyen-Orient

Par Vyacheslav Matuzov

Source: https://katehon.com/ru/article/pereformatirovanie-blizhnego-vostoka

L'orientaliste et diplomate russe décrit, dans l'optique de son pays, les principales tendances du monde arabe pour la nouvelle année.

Tendances générales : facteur chinois

Les objectifs stratégiques, géopolitiques et politiques des États arabes devraient être reformatés.

La Chine, qui a été de plus en plus active au Moyen-Orient ces dernières années, jouera sans doute un rôle croissant dans la région en 2022.

Le développement des relations des pays arabes avec la Chine, à la lumière de l'intensification de la crise économique mondiale, sera sans aucun doute le facteur dominant dans les années à venir.

Les États-Unis conserveront sans aucun doute leurs liens traditionnels avec la région, tels qu'ils ont évolué au fil des décennies.

Mais parmi les facteurs importants des temps nouveaux, il y a le fait que la Chine s'engage sérieusement et à long terme au Moyen-Orient. Cela se voit également dans ses relations avec les pays du Golfe, qui ouvrent la porte à ses projets d'investissement, tout en maintenant leurs liens traditionnels avec les États-Unis et leurs alliés européens.

Un autre élément qui caractérise le Moyen-Orient est la relation de la Chine avec Israël, son allié le plus proche et le plus stratégique, qui tourne également les yeux vers la RPC (ce sont les investissements chinois croissants que nous voyons aujourd'hui - dans la reconstruction des ports maritimes, dans la sphère militaro-technique et autres).

Nous devons nous attendre à ce que le rôle croissant de la Chine soit l'une des évolutions significatives au Proche et au Moyen-Orient, ainsi qu'en Asie centrale.

L'OTAN contre la Russie

Quant à la Russie, ici, bien sûr, étant donné la politique intransigeante des États-Unis, nous marcherons dans le même couloir que la Chine. Les relations russo-chinoises peuvent, à condition que la situation économique de notre pays reste stable, contribuer dans une certaine mesure à renforcer la position de la Russie dans le monde arabe.

Mais cela se fera au prix d'une légère confrontation avec les pays occidentaux - surtout avec les pays de l'OTAN, notamment les États-Unis. Il ne s'agira pas de conflits militaires, mais les problèmes seront résolus principalement dans les sphères économique, informationnelle et technologique. Nous devons être préparés technologiquement à ces changements à venir.

Je ne suis pas sûr que, du point de vue économique, nous soyons aujourd'hui pleinement prêts à accepter et à relever ces défis. Il me semble que ce qu'il faut ici, c'est un traitement plus détaillé et plus attentif de ces alliés traditionnels du Moyen-Orient avec lesquels nous avons eu des interactions au cours des années précédentes et que nous devons préserver.

Même si certains aspects de cette relation nécessiteront sans doute des ajustements. La nature de la coopération économique semble devoir être revue, en donnant la priorité aux objectifs stratégiques de notre politique étrangère et pas seulement à la rentabilité des projets auxquels nous participons.

Cela concerne tout d'abord la coopération avec la Turquie, en tenant compte d'un certain nombre de points de sa politique étrangère à l'égard de la Russie. Notre politique n'est pas toujours claire et axée sur les questions stratégiques. En règle générale, elle se limite à la sphère militaire. Dans les domaines économique et technologique, nous sommes perdus entre les Arabes et Israël, entre les opportunités du monde arabe et notre capacité technologique à coopérer avec eux.

Nous devons nous concentrer davantage sur les relations avec des pays comme le nouvel Afghanistan, l'Iran, le Pakistan. Des changements sont susceptibles de se produire ici aussi. Un événement marquant a été le retrait des troupes américaines d'Afghanistan. Les changements à venir pourraient affecter le statut des troupes américaines en Irak. La présence américaine en Syrie s'annonce tout aussi sombre.

Le manque d'activité de la Russie en Libye s'inscrit également dans un contexte de "suractivité" des Américains, des Européens et des Turcs.

_103136405_mediaitem103136401.jpg

Réalignement mondial

L'année 2022 marque le début de la révision de l'ensemble du système de relations internationales établi après la Seconde Guerre mondiale, avec l'élaboration de nouvelles formes d'équilibre des pouvoirs au niveau mondial.

Ce facteur, bien sûr, sera étroitement lié au réalignement mondial auquel nous sommes déjà confrontés aujourd'hui (par exemple, dans les pourparlers russo-américains à Genève, les pourparlers Russie-OTAN à Bruxelles, avec les Européens au sein de l'OSCE). Ces trois voies de négociation influenceront inévitablement les processus au Moyen-Orient et s'y refléteront.

Le changement est inévitable.

Notre point de vue n'est pas perçu par l'Occident, et à cet égard, bien sûr, l'impasse est évidente. Les négociations l'ont montré clairement : nous avons présenté à l'Occident des exigences évidentes et incontestables - respecter notre position, nos intérêts nationaux - ce que l'Occident a jusqu'à présent catégoriquement refusé de faire.

Nous attendons la prochaine étape de la politique étrangère russe - la prochaine visite de M. Poutine en Chine en février - qui clôturera ce cycle de négociation, qui a commencé par la rencontre entre M. Poutine et M. Biden à Genève et leurs entretiens en ligne.

Il ne faut pas oublier ici que les mondialistes tentent d'imposer leur programme au monde par le biais de négociations politiques, afin de reformater toutes les relations internationales au niveau mondial.

Ils ont eu quelques succès - prenez, par exemple, la pandémie de Covid-19. Cela pourrait bien être considéré comme une forme de guerre hybride, un moyen de lutte évident des mondialistes pour remodeler le monde et établir leur hégémonie sur tous les pays. Nous pouvons constater que de nombreux pays du globe succombent à cette pression. Les mesures sévères prises pour lutter contre le coronavirus (vaccinations obligatoires, restrictions, etc.) signifient, en fait, qu'elles fonctionnent comme un outil pour reconfigurer l'ensemble de l'ordre mondial. Au Moyen-Orient, cela se reflétera également dans l'évolution de l'équilibre et de la balance du pouvoir politique dans les pays de la région.

Deux facteurs sont illustratifs : la position d'Israël et des pays du Golfe (tous alliés des États-Unis) vis-à-vis de la Chine.

cover-r4x3w1000-5dad6e0ac891d-95e3736bd0d59c8f1a0dc184e4562954fbdfdd43-jpg.jpg

Le Liban comme test décisif

Il est peu probable que l'évolution de la situation au Liban ait un impact significatif sur l'évolution de la situation dans l'ensemble de la région du Moyen-Orient. Le Liban est un pays trop petit pour avoir un impact significatif sur les processus politiques. Mais la situation, là-bas, peut servir de test décisif pour les processus en cours dans la région.

C'est au Liban que deux courants du monde islamique, chiite et sunnite, se heurtent, reflétant la tension entre l'Iran et l'Arabie saoudite. Le fait que le pays ait connu de telles difficultés pendant une longue période indique qu'il existe également un conflit féroce entre les intérêts américains et iraniens, une tentative des États-Unis de soumettre les pays de la région du Proche et du Moyen-Orient au sens large. Le voisin israélien joue un rôle important dans la déstabilisation du Liban et encourage ses alliés américains à exiger la fin des activités du Hezbollah dans le pays. C'est pourquoi la situation au Liban est directement liée aux luttes qui se déroulent aux niveaux régional et mondial.

Provocations contre l'Iran

Les Américains sont ouvertement à l'origine de l'escalade des relations des pays arabes avec l'Iran. La Russie tente de désamorcer les tensions, tandis que les États-Unis prennent des mesures dans la direction opposée. Les tentatives de boycott de la mise en œuvre de l'accord 5+1 sur le programme nucléaire iranien sont l'une des façons dont ils créent des tensions en utilisant l'animosité entre les pays du Golfe pour leur imposer leurs objectifs stratégiques.

Les tentatives de la Russie pour amener les pays à la table des négociations lors de la Conférence internationale sur la stabilité et la sécurité régionales, avec la participation des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et des pays de la région (les pays arabes ainsi que l'Iran) se sont heurtées principalement à l'opposition des États-Unis, qui conservent actuellement une influence considérable dans le monde arabe.

19713687lpw-19713746-article-irak-chiite-manifestations-jpg_6678004_1250x625.jpg

Irak : une tentative de rétablissement de l'État

En ce qui concerne l'Irak, je n'insisterais pas sur la contradiction entre sunnites et chiites. Il faut s'attendre à ce que l'avenir de l'Irak, quelle que soit sa variante, soit construit sur des bases traditionnelles, où sunnites et chiites trouveront des solutions communes sur les questions fondamentales de l'État. Sinon, c'est une voie vers la division, ce que les Américains poussent l'Irak à faire.

Il est plus probable qu'il y aura des forces saines dans le pays, et que l'Irak rétablira son statut d'État, qui a été violé par l'agression américaine en 2003, et restaurera pleinement sa souveraineté et son indépendance.

Dans le cadre des processus qui se déroulent dans les pays arabes, avec la dynamique actuelle des événements, on assiste à une révision de nombreuses positions sur leur orientation politique, en tenant compte des changements au niveau mondial. L'Irak est loin d'être une exception. Mais le destin de l'Irak n'est pas simplement une lutte entre sunnites ou chiites, mais le désir du peuple de trouver un terrain d'entente entre les positions des deux communautés. Ce n'est pas facile, mais les Irakiens comprennent l'importance de préserver l'État et la nécessité de contrer les milieux extrémistes, qui, à mon avis, sont clairement provoqués par les Américains. L'extrémisme en Irak des deux côtés n'est pas soutenu par le courant dominant des deux branches de l'Islam.

838_000_se3nv.jpg

Les Kurdes

Le problème kurde, qui a reçu un nouvel élan au cours des dix dernières années de la part des Américains, qui ont transféré aux autorités syriennes la responsabilité de s'opposer aux Kurdes, est également un problème grave pour les quatre États - Turquie, Iran, Irak et Syrie. Les projets de solution, décrits dans les célèbres cartes du colonel Ralph Peters, ne peuvent être mis en œuvre dans la pratique en raison de leur caractère inacceptable pour tous les pays mentionnés, et ne sont utilisés par les Américains que comme un facteur temporaire pour faire pression sur ces États. Le jeu de "poker politique" en Syrie, joué par les Américains et les Israéliens avec le désir du peuple kurde d'avoir son propre État indépendant, n'a pas vraiment de perspective de réalisation dans les circonstances actuelles.

À ce stade historique, la question kurde ne peut être résolue qu'à l'intérieur des frontières existantes et sur la base des constitutions existantes dans ces pays.

Selon différentes sources, le nombre de Kurdes dans cette région dépasse les 50 millions de personnes. L'absence d'un État propre à la population est sans aucun doute un facteur d'instabilité. Mais elle est causée par le mauvais héritage des puissances coloniales que sont la Grande-Bretagne et la France au début du XIXe siècle.

Pays du Golfe Persique

Il est peu probable que la tâche des pays du Golfe soit de se retirer de la sphère occidentale. Tâche peu probable car ces pays sont trop dépendants des Américains et de l'Occident. Mais c'est une chose de poursuivre une voie indépendante, et une autre d'avoir des relations économiques, politiques et diplomatiques normales avec l'Occident. Pousser ces pays à rompre avec l'Occident est improductif, et ne devrait probablement même pas être fait dans notre intérêt national. La stabilité du développement de la région est plus importante.

Par ailleurs, l'Occident ne devrait pas utiliser cette région comme un instrument de lutte contre la Russie, la Chine et d'autres pays, compte tenu notamment de son expérience en matière de soutien aux groupes radicaux "islamiques" qu'il crée pour saper la stabilité politique interne de la Russie.

Aujourd'hui, nous constatons que ces pays agissent déjà essentiellement comme des États indépendants dans leurs relations avec la Russie. C'est une grande réussite de ces 30 dernières années, lorsqu'après l'effondrement de l'URSS, un pas colossal a été franchi. Regardez les relations avec le Qatar, par exemple, ou les relations très développées et mutuellement bénéfiques avec l'Arabie saoudite, et il n'y a rien à dire sur les EAU.

Par conséquent, nous devons nous attendre à ce que les relations de ces pays avec l'Occident aient été, soient et restent. Quant à nos relations, elles devraient être développées par d'autres moyens - économiquement, diplomatiquement. Je ne vois aucun préjugé à notre égard aujourd'hui en raison de nos relations particulières avec les États-Unis.

LibyaFlagRTR3QLK8.jpg

La Libye

La Libye est la question la plus difficile. Il y a des forces concentrées et opérant en Libye, si bien qu'il sera très difficile de changer de position. Tout d'abord, nous parlons de la Turquie dans les affaires libyennes - le pays a des positions assez sérieuses là-bas, tant sur le plan économique que politique. Les tentatives de leurs adversaires de desserrer leurs liens sont exploitées par les États-Unis. La Turquie n'aurait pas pu s'y comporter aussi librement si elle ne bénéficiait pas du soutien total des États-Unis en secret.

Il suffit de regarder les activités de Stephanie Williams, conseillère spéciale du secrétaire général des Nations unies. Hier, elle était représentante du Département d'État, aujourd'hui elle représente le Secrétaire général des Nations unies. Sa position est répugnante pour une certaine partie des Libyens. Comment la question des élections peut-elle être résolue dans ces circonstances ? Sans consulter les forces politiques libyennes, Williams annonce que les élections n'auront pas lieu avant juin. Mais est-il dans la fonction du représentant du Secrétaire général de l'ONU de s'ingérer dans les affaires intérieures ? La fonction du représentant du Secrétaire général des Nations unies est d'aider à trouver des solutions politiques internes en Libye, et non de les dicter. Si elle commence à mener des politiques qui profitent à la Turquie, elle provoquera immédiatement des réactions négatives de la part des forces qui s'opposent à elle. Des solutions de compromis doivent être trouvées. Jusqu'à présent, je ne vois pas de progrès vers un compromis.

Les Libyens trouveront toujours un terrain d'entente entre eux si on les laisse tranquilles. Mais le problème est qu'ils sont empêchés de le faire. Cette circonstance - l'interférence de forces extérieures - sera le principal obstacle à la solution du problème libyen. Et la principale force qui cherche à imposer des solutions externes à la Libye, ce sont les États-Unis. Il y a là un agenda américain dans son ensemble, qui est poursuivi non seulement par Stephen Townsend, le chef du commandement américain pour l'Afrique, non seulement par l'ambassadeur américain Nuland, mais aussi par Stephanie Williams, la représentante du secrétaire général des Nations unies.

Lorsque l'on examine les acteurs de la scène politique libyenne, ce qui frappe, c'est l'absence pratique de la Russie et le rôle apparemment invisible des États européens, qui, en principe, devraient être les plus intéressés par la résolution des problèmes de la Libye. Les Américains règnent en maîtres. Il est trop optimiste d'espérer un changement là-bas, à moins que les Américains ne changent de stratégie. Sur la base des résultats des pourparlers de Genève et de Bruxelles, il est impossible d'envisager des perspectives positives sur la plate-forme libyenne, car les Américains maintiennent une ligne dure et mettent l'accent sur la résolution de tous les problèmes mondiaux et régionaux par la force.

Les Américains perdent leur crédibilité et leur influence dans la région

Malgré la vigueur qu'ils affichent, les Américains sont manifestement en train de perdre leur emprise sur la situation : le rôle de l'Amérique dans les affaires internationales en général est, à mon avis, loin d'être incontesté par les dirigeants de nombreux pays de la région, et donc fragile et instable.

L'influence, bien sûr, persiste - mais principalement en raison de facteurs économiques, et ne s'accompagne plus d'une confiance politique et morale. Les pays arabes le ressentent bien, et c'est l'une des raisons pour lesquelles ils penchent en faveur d'autres pays qui se sentent plus sûrs d'eux sur le plan économique et militaire (Chine, Russie).

Les plans américains pour un Grand Moyen-Orient font partie d'un programme plus large. Même en ce qui concerne le redécoupage des frontières des États sur la carte politique, que nous avons vu dans les plans américains (y compris les cartes des "frontières sanglantes" de Ralph Peters), les États-Unis ne se limitent pas seulement le Moyen-Orient et l'Asie centrale (Arabie saoudite, Jordanie, Syrie, Iran, Afghanistan, Pakistan, etc). Les idées visant à modifier le paysage politique de la région ne sont pas toujours reflétées dans les médias, mais le département d'État, l'administration américaine et le Pentagone ont ces plans. Ils ont des plans similaires pour la réorganisation géopolitique du monde en Afrique, en Europe et dans le sud-est asiatique. Il faut toujours en tenir compte.

afj.peters_map_after.jpg

Ce qui s'est passé au Kazakhstan, par exemple, n'est pas seulement un élément de dissension interne entre clans, mais s'inscrit pleinement dans la stratégie des Américains. Il semblerait que Nazarbayev avait une plateforme apparemment positive - c'était un homme de formation soviétique, un ancien membre de la direction du PCUS, qui dirigeait l'URSS - mais il est maintenant évident que tout en se cachant publiquement derrière le désir de développer des relations avec la Russie, il construisait des liens économiques et politiques denses avec l'Occident, principalement avec les Américains et les Britanniques, au détriment des liens avec la Russie et en violant les droits souverains de la population de son propre pays.

Écrire un commentaire