Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 juin 2022

Pour mieux comprendre les institutions iraniennes

1489365-l-iran-un-pays-conservateur-illustration.jpg

Pour mieux comprendre les institutions iraniennes

par Georges FELTIN-TRACOL

La tradition offre aux peuples un avenir viable. Tournons-nous aujourd’hui vers l’Iran. En 1979, les Iraniens renversent le Shah avec l’appui d’une faction de l’« État profond » yankee. La monarchie valorisait l’antique Perse et se heurtait au clergé chiite. Sa chute permet l’établissement d’une république islamique inédite. Les constitutionnalistes occidentaux expriment depuis lors leur perplexité devant des institutions qui dérogent aux classifications habituelles du droit constitutionnel occidental. Spécialiste de l’Iran, Morgan Lotz présente et commente La constitution de la République islamique d’Iran (Éditions Perspectives libres, 2021, 178 p., 23 €). Avant d’examiner plus en détail ce sujet, on ne peut que regretter que la première partie de ce livre préfacé par Arnaud Christen, c’est-à-dire l’étude historique et institutionnelle, soit parsemée de coquilles rendant la lecture difficile.

Lotz.png

La Constitution de 1979 fait de l’Iran « un régime curieux et intrigant ». En effet, à côté du Vatican et de la république monastique autonome du Mont-Athos, l’Iran est une théocratie constitutionnelle assise sur une incontestable légitimité populaire. Révisée en 1989, la loi fondamentale comprend un long préambule historico-politique, quatorze chapitres et cent soixante-dix-sept articles. Sa disposition interne diffère totalement des rédactions constitutionnelles occidentales. Toutefois, de nombreux articles confirment l’orientation sociale de la République islamique. Ainsi l’article 29 proclame-t-il que « la jouissance de la sécurité sociale en matière de retraite, de chômage, de vieillesse, d’incapacité de travail, d’absence de tuteur, d’indigence, d’accidents et de catastrophes, de besoins en soins sanitaires et médicaux et en surveillances médicales sous forme d’assurance ou autrement, est un droit pour tous ». L’article 30 précise que « l’État a le devoir de fournir les moyens d’éducation gratuits pour toute la nation jusqu’à la fin du cycle secondaire, et de développer les moyens pour l’enseignement supérieur à titre gratuit, afin de permettre l’autosuffisance du pays ». Quant à l’article 44, il explique que « le système économique de la République islamique d’Iran est fondé sur la base de trois secteurs : étatique, coopératif et privé, avec une programmation ordonnée et correcte ».

ahf.jpg

Morgan Lotz rappelle bien trop brièvement le rôle de deux intellectuels dans le déclenchement de la révolution de 1979. Bien qu’assassiné en 1977, Ali Shariati mêla dans ses écrits le gauchisme occidental représenté par le Che Guevara, Jean-Paul Sartre, Frantz Fanon et Simone de Beauvoir, et l’enseignement spirituel du chiisme. Le second étudia la philosophie à la Sorbonne et à Heidelberg. Ahmad Fardid (1910 – 1994) fut un disciple de Martin Heidegger. Hostile au « Dispositif » occidental d’aliénation, cet heideggérien invente vers l’âge de trente ans le concept traduit en anglais de « Westoxication », jeu de mot entre « Occident » et « intoxication ». La révolution iranienne a ainsi des sources idéologiques fort guère politiquement correctes.

010141014.jpg

Homme de foi et érudit reconnu, Rouhollâh Khomeyni a travaillé sur les penseurs grecs de l’Antiquité, en particulier Platon. Sa République influence l’agencement constitutionnel de l’Iran révolutionnaire. « La République islamique d’Iran, écrit l’auteur, est un système politique de type républicain mêlant les principes islamiques avec une direction présidentielle unitaire, de manière théocratique et constitutionnelle. » Morgan Lotz déplore la légèreté des commentateurs hostiles qui oublient que « la république est un système d’organisation politique dans lequel le pouvoir est exercé par des personnes nommées ou élues selon le mode de scrutin instauré. République ne signifie donc pas forcément démocratie et suffrage universel ». On est très loin de la République française hypostasiée par la clique politico-médiatique hexagonale.

Le chef de l’État iranien, par ailleurs chef des armées et, l’Iran atteignant le seuil nucléaire, pourra employer la bombe atomique, est le Guide de la Révolution islamique dont le mandat est d’une durée indéterminée. Ce religieux chiite est élu par l’Assemblée des Experts, une instance de 86 membres élus au suffrage universel direct pour huit ans. Elle surveille les actes du Guide et peut le révoquer. Pour sa part, le Guide supervise quatre pouvoirs strictement indépendants les uns des autres.

La révision de 1989 abolit la fonction de premier ministre. Ses attributions reviennent au président de la République, élu pour 4 ans renouvelable une fois. Chef du gouvernement (il préside le conseil des ministres) et de l’administration, il nomme ses vice-présidents et ses ministres qui sont tous approuvés par l’Assemblée consultative islamique. Celle-ci peut aussi voter la défiance, individuelle ou collective. L’Assemblée consultative islamique compte 270 élus pour 4 ans. Les juifs, les zoroastriens et les minorités chrétiennes assyriennes, chaldéennes et arméniennes y disposent de représentants. Cette assemblée vote les lois et le budget et peut destituer le président de la République en accord avec le Guide.

Raisi_in_2021_election_26.jpg

Le président de la République islamique doit composer avec le Guide quand il pourvoit aux ministères stratégiques de la Défense et du Renseignement. Le président iranien sollicite l’avis du Chef du pouvoir judiciaire avant de désigner le ministre de la Justice. Le Chef du pouvoir judiciaire est nommé pour cinq ans par le Guide. Cette « plus haute autorité du pouvoir judiciaire (article 157) » a sous sa tutelle la Cour suprême dont il nomme le président et le procureur général. Il soumet en outre à l’Assemblée consultative islamique qui les élit six candidats pour six ans au Conseil des Gardiens de la Constitution. Les six autres membres sont six jurisconsultes religieux nommés par le Guide. Ce conseil constitutionnel interprète la constitution, approuve toutes les candidatures aux élections et participe aux séances de l’Assemblée.

Il résulte de cette répartition de la puissance publique en quatre pôles de nombreux contentieux politico-juridiques et, parfois, des blocages. Afin que le Guide ne perde pas son autorité et son prestige dans des conflits subalternes, la révision de 1989 crée le Conseil de discernement de l’Intérêt supérieur du régime. Cette institution d’une quarantaine de membres (président de la République, président de l’Assemblée, Chef du pouvoir judiciaire, Conseil des Gardiens de la Constitution, etc.) tranche les désaccords. Elle préserve de cette façon le Guide qui se consacre à l’essentiel.

On comprend mieux pourquoi l’Occident moderne déteste la République islamique d’Iran. Malgré l’embargo et les sanctions économiques, elle demeure pourtant un État souverain. Nonobstant son caractère musulman, l’exemple iranien n’inspirerait-il pas des modèles européens à venir qui dépasseront enfin la philosophie délétère des sordides « Lumières » ?    

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 37, mise en ligne le 14 juin 2022 sur Radio Méridien Zéro.

mardi, 26 avril 2022

Quels sont les atouts dans la manche de l'Iran ?

istockphoto-173924138-612x612.jpg

Quels sont les atouts dans la manche de l'Iran?

Anastasia Solyanina

Source: https://www.geopolitika.ru/article/kakie-kozyri-v-rukave-irana

Le cœur du Moyen-Orient

L'Iran (République islamique d'Iran) est l'un des plus anciens pays du monde. Le pays a une histoire riche et une variété de particularités culturelles. Il est important de noter que jusqu'en 1935, l'Iran était appelé Perse. D'après les événements historiques, la Perse était l'un des États les plus puissants. Toutefois, en raison de l'impact des États-Unis sur l'opinion publique, l'Iran est désormais identifié comme un pays du tiers monde sous-développé et menaçant sur le plan du terrorisme. L'Amérique a souvent profité des capacités des pays qui lui étaient ou sont alliés. Cependant, comme nous le savons, l'Amérique est célèbre pour sa "politique spéciale", dans laquelle il est important pour un pays allié d'exister seulement selon le principe élaboré par les États-Unis.

Dès qu'un État va à l'encontre de l'agenda politique de l'Amérique, il passe automatiquement du statut de pays ami à celui de pays inamical.

La pierre d'achoppement actuelle de la coopération de l'Iran avec l'Occident et les États-Unis est le "programme nucléaire". L'Iran développe sa propre puissance nucléaire depuis les années 1950, donc déjà sous le règne du Shah Mohammad Reza Pahlavi, un allié des Etats-Unis au Moyen-Orient. Le président américain Dwight Eisenhower a soutenu l'idée dans le cadre du programme Atomes pour la paix, et en 1957, il a signé un accord avec l'Iran pour "l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire".

eisenhower-shah-pahlavi-ap_wide-1935426646112f248b304512e31dbecd2e33846d.jpg

Shah - Atoms for Peace.png

En 1958, l'Iran est devenu membre de l'AIEA, l'Agence internationale de l'énergie atomique. L'objectif du développement de l'énergie nucléaire en Iran était de développer une supériorité technologique sur les pays arabes. Il convient également de noter qu'outre les États-Unis, des pays comme la France, le Royaume-Uni, l'Italie, la Belgique et l'Allemagne ont participé au programme de développement de l'énergie nucléaire en Iran dans les années 1960 et 1970. Le projet de diversification de l'énergie nucléaire en Iran devait être achevé en 1994, mais le plan a été entravé par la vague révolutionnaire islamiste qui a éclaté en 1979. En conséquence, tous les projets ont été réduits à néant et tous les contrats avec les partenaires américains et européens ont été annulés.

À partir de la seconde moitié des années 1980, l'Iran a commencé à coopérer avec la Chine après l'échec des tentatives de rapprochement avec l'Occident. Toutefois, sous la pression des États-Unis, la Chine s'est également retirée de la coopération avec l'Iran. Ainsi, après cela, presque tous les pays ont refusé de coopérer avec l'Iran. Ce n'est qu'au début des années 1990 que la Russie a commencé à coopérer avec l'Iran, période durant laquelle un accord intergouvernemental a été signé entre la Russie et l'Iran. En août 2002, le Conseil national de la résistance iranienne a exposé les usines d'enrichissement d'uranium non déclarées de l'Iran à Natanz. Il convient également de noter que la coopération entre la Russie et l'Iran se situe à un niveau élevé. Le chiffre d'affaires commercial entre la Russie et l'Iran à la fin de 2021 a atteint un record historique de 4 milliards de dollars.

20150718_wom926.png

L'année 2003 a été marquée par le début des négociations avec l'Iran sur le "dossier nucléaire". Au départ, trois pays européens participaient aux pourparlers: la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni. En 2006, les États-Unis, la Russie et la Chine les ont rejoints. Cela a été facilité par l'émergence du format 5+1 ou JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action). Il convient également de noter qu'un certain nombre de trains de sanctions ont été imposés à l'Iran entre 2006 et 2010. Cependant, les sanctions à l'encontre de l'Iran remontent aux années 1950, lorsque l'Iran a nationalisé l'Anglo-Iranian Oil Company, qui était détenue par la Grande-Bretagne. Pendant 30 ans, les États-Unis ont rompu tout contact avec l'Iran, interdisant toute forme de commerce.

Le 14 juin 2015, la version finale du JCPOA a été approuvée à Vienne. L'Iran s'est engagé à ne pas produire de plutonium de qualité militaire pendant 15 ans, à ne pas détenir plus de 3,67 % d'uranium enrichi et à utiliser ses installations nucléaires exclusivement à des fins pacifiques. Depuis lors, les sanctions ont été assouplies. Mais à peine 2 ans plus tard, en février 2017, l'administration du président Donald Trump a annoncé de nouvelles sanctions, contre l'Iran. En effet, Trump, un républicain, avait accusé l'Iran de ne pas respecter les accords adoptés par le format des Six-Parties.

Encore une fois, en 2017, l'Iran est un État voyou. Cependant, l'Iran détient le record des réserves d'hydrocarbures liquides. Il convient de noter ici que les changements dans l'environnement géopolitique, tels que l'imposition ou la levée des sanctions contre l'Iran, affectent les prix du pétrole. En mai 2018, ignorant la déclaration de l'AIEA selon laquelle l'Iran respecte toutes ses obligations, les États-Unis ont annoncé leur retrait de l'accord sur le nucléaire iranien. Les États-Unis ont formulé de nouvelles demandes, avec l'intention de parvenir à un nouvel accord. Et depuis le 5 novembre 2018, ils ont renouvelé les sanctions contre l'Iran. En mai 2019, le bras de fer entre l'Iran et les États-Unis s'est intensifié, en raison de l'escalade de la situation dans le golfe Persique. Ceci était dû à des informations présumées selon lesquelles les troupes iraniennes se préparaient à attaquer les installations américaines situées au Moyen-Orient. Les États-Unis ont également accusé l'Iran d'avoir attaqué des pétroliers au large des côtes des Émirats arabes unis (EAU). Les États-Unis imposent à nouveau une série de sanctions contre l'Iran.

Le conflit s'est encore intensifié en janvier 2020. Le gouvernement américain a lancé une frappe de missiles pour détruire le Corps des gardiens de la révolution islamique, Al-Quds. L'Iran a ensuite déclaré que l'armée américaine était une "organisation terroriste".

En mars 2021, sous la pression des sanctions américaines, la Chine et l'Iran concluent une coopération globale de 25 ans, ce qui renforce la coopération entre la Chine et l'Iran. Ici aussi, la confrontation stratégique de l'Iran avec les États-Unis en entrant en coopération avec des pays désignés par l'Amérique comme une menace est remarquable. Outre la Chine et la Russie, l'Iran coopère également avec la RPDC et le Venezuela.

iran-china-trade.jpg

Il convient de mentionner qu'en 2002, le président américain George W. Bush a déclaré les pays qui sont menacés par une activité terroriste accrue et les a nommés "axe du mal". Il s'agit de l'Iran, de l'Irak et de la RPDC, et plus tard, en 2007, la Russie et la Chine ont été ajoutées à la liste. Par conséquent, la coopération entre ces pays pourrait être considérée comme la bonne décision stratégique. Après tout, la Corée du Nord et le Venezuela sont sous sanctions depuis un total combiné de plus de 60 ans. Les pays tentent de s'entraider pour affronter les États-Unis. La RPDC avec ses secrets nucléaires et militaires, l'Iran avec ses capacités de raffinage du pétrole, et le Venezuela avec ses réserves naturelles et sa position stratégique vu la proximité géographique des États-Unis. La coopération entre l'Iran et la Corée du Nord est très controversée, mais les modes de développement des programmes nucléaires des deux pays sont similaires, sauf que la RPDC a développé son programme nucléaire sans le soutien des États-Unis. En effet, l'Amérique voyait un avantage à aider Téhéran, poussée par un intérêt personnel dans les réserves de pétrole de l'Iran. Pourtant, le Venezuela est considéré comme une source principale de réserves de pétrole, représentant environ 17,2% du total mondial. Les États-Unis ont également imposé des sanctions au Venezuela depuis 2005, pour des allégations de trafic de drogue et de terrorisme. L'énergie peut donc être considérée comme un domaine clé de la coopération entre le Venezuela et l'Iran. Les pays coopèrent dans le cadre de l'OPEP et s'encouragent également mutuellement pour maintenir des prix élevés pour les hydrocarbures.

Le 29 novembre 2021, des pourparlers entre Téhéran et Washington sur l'"accord sur l'Iran" ont eu lieu à Vienne. Les pays occidentaux n'étaient prêts à discuter des sanctions que dans le cadre de "l'accord nucléaire". Le résultat idéal pour l'Occident aurait été de limiter non seulement le programme nucléaire de l'Iran, mais aussi son programme de missiles. Cependant, l'Iran a fait des demandes réciproques, en premier lieu la levée totale de toutes les sanctions. Mais l'Occident et l'Iran ne sont pas parvenus à un nouvel accord sur le programme nucléaire.

De plus, à ce jour, la situation n'a pas changé ; après 11 mois de négociations, la signature d'un nouvel accord nucléaire va dérailler. La raison en était l'opération spéciale de la Russie en Ukraine. Politico note qu'il est très difficile de négocier un accord nucléaire dans les circonstances actuelles. La Russie est actuellement sous le coup de sanctions américaines et européennes. L'UE étudie actuellement un moyen de reprendre l'accord nucléaire sans la participation de la Russie, mais dans la pratique, elle est toujours dans l'embarras.

Il convient également de noter que le 13 avril 2022, l'Iran a annoncé qu'une usine fabriquant des pièces pour une centrifugeuse à uranium à Natanz avait été mise en service.

Le 20 avril 2022, les États-Unis ont soulevé la question du bénéfice de la Russie, sous réserve de l'accord de l'Iran sur son programme nucléaire. Plus tôt, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, a déclaré que la reprise des négociations sur le programme iranien touchait à sa fin. Par conséquent, les préoccupations des États-Unis sont immédiatement compréhensibles. Après tout, la coopération entre l'Iran et la Russie pourrait constituer une menace sérieuse pour les politiques menées par les États-Unis.

L'Iran joue un rôle clé dans la région de l'Asie occidentale et occupe une position militaro-stratégique vitale en raison de sa situation géographique avantageuse.

L'Iran est également désigné comme le cœur du Grand Moyen-Orient. De plus, comme il a été mentionné précédemment, l'Iran dispose de réserves de pétrole, ce qui lui permet d'influencer l'environnement géopolitique mondial. Le soutien de l'Iran à des pays comme la Chine, la Russie joue un rôle important dans la formation d'un monde multipolaire. Il convient ici de prêter attention à la théorie de la multipolarité. Il s'agit d'un modèle politique qui suppose l'existence non pas d'un seul centre, mais d'un certain nombre de centres de pouvoir qui seraient à la mesure de leurs capacités politiques, militaires, culturelles et économiques. Un autre facteur important de ce modèle est d'éviter de "marcher sur les pieds", en d'autres termes, d'étendre l'influence d'un pays sur un autre en appliquant le genre de double standard que l'Amérique a si souvent utilisé.

La réorientation du monde d'unipolaire à multipolaire dépend dans une large mesure des pays BRICS (Russie, Chine, Brésil, Inde). Par conséquent, l'Iran, en raison de sa situation géographique avantageuse et de ses réserves de pétrole, est déjà capable d'influencer les changements dans l'ordre mondial. Et avec l'aide des alliés mentionnés précédemment comme le Venezuela et la RPDC, ainsi que des pays du BRICS, la Chine et la Russie font partie des alliés qui peuvent obtenir des résultats s'ils unissent leurs forces. Cependant, il est important de dire que c'est la coopération égale des pays qui créera un monde multipolaire. Mais la question se pose ici de savoir si des États tels que la Chine et la Russie coopéreront sans exercer leur influence sur d'autres "États moins importants" : il est important de maintenir un équilibre et de répartir les rôles intelligemment. L'Iran est le plus susceptible de jouer un rôle sur la voie d'un monde multipolaire - un pays servant de lien entre d'autres États de valeur.

mardi, 05 avril 2022

Le Moyen-Orient et la guerre des sanctions

Map_of_Middle_East_(fr).png

Le Moyen-Orient et la guerre des sanctions

par Salam Rafi Sheik

Source: https://www.ideeazione.com/il-medioriente-e-la-guerra-delle-sanzioni/

Alors que les États-Unis ont jusqu'à présent réussi à ressouder l'"unité" transatlantique qui s'effrite en poussant de manière agressive, provocante et irresponsable l'expansion de l'OTAN en Europe de l'Est, soi-disant contre la Russie, le Moyen-Orient - autrefois une aire géographique complètement dominée par les États-Unis - a refusé de se ranger du côté des États-Unis.

En raison des mauvaises relations de Washington avec les principaux acteurs du Moyen-Orient, les États-Unis n'ont plus assez de poids pour les persuader de faire pression sur la Russie. Comme l'ont indiqué sans équivoque les médias occidentaux, Riyad a clairement rejeté l'insistance de l'administration Biden à augmenter la production de pétrole en rompant l'accord OPEP+Russie sur la production de pétrole.

Lorsque Joe Biden a appelé le roi Salman au cours de la troisième semaine de février pour discuter d'une série de questions relatives au Moyen-Orient, notamment pour "assurer la stabilité des approvisionnements énergétiques mondiaux", il a soulevé la question de la rupture de l'accord OPEP Plus. Peu après l'appel, une déclaration du roi Salman a refusé de se plier à Biden et a souligné "le rôle de l'accord historique OPEP+", affirmant qu'il était important de respecter ses engagements. Il ne s'agit pas seulement du roi ; le prince héritier Mohammad bin Salman (MBS) est également derrière, grâce à la décision de l'administration Biden de l'impliquer dans le meurtre de Jamal Khashoggi, en espérant que cette controverse aidera finalement à renverser MBS.

Comme le rapporte l'agence de presse Saudia, lors de son appel téléphonique au président Poutine, "SAR porteur de la Couronne a réitéré le désir du Royaume de maintenir l'équilibre et la stabilité des marchés pétroliers, soulignant le rôle de l'accord OPEP+ à cet égard et l'importance de le maintenir."

La décision saoudienne est particulièrement alarmante pour l'administration Biden car, comme le pensent certains à Washington, le rejet par Riyad des appels américains à augmenter la production de pétrole fera grimper les prix du pétrole, ce que le public américain reprochera directement au parti démocrate qui détient actuellement la Maison Blanche et la majorité au Congrès. Mais les États du Moyen-Orient s'en tiennent à leur politique, quel qu'en soit le coût pour les États-Unis.

Par conséquent, le président Poutine a également eu un entretien téléphonique avec le prince héritier d'Abu Dhabi, le cheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyan. Les dirigeants auraient discuté de l'accord OPEP+ et se seraient engagés à poursuivre la coordination sur les marchés énergétiques mondiaux, selon les agences de presse russe et émiratie.

En conséquence, la réunion de l'OPEP+ du 2 mars a réaffirmé la position susmentionnée, concluant non seulement à maintenir les niveaux actuels de production de pétrole, mais déclarant également que la volatilité actuelle du marché n'était pas due à des changements dans la dynamique du marché mais à l'évolution géopolitique, c'est-à-dire à la politique américaine de sanctionner la Russie pour avoir porté atteinte à son économie.

LNXS4CKS4RGAZLVBIPFZ3PA3YU.jpg

Cela se traduit, en termes simples, par un refus de se ranger du côté des États-Unis pour nuire à l'économie russe. Si les pays de l'OPEP avaient décidé d'augmenter leur production de pétrole, cela aurait réduit la hausse actuelle des prix du pétrole et nui à l'économie russe, qui compte davantage sur des prix du pétrole plus élevés pour maintenir sa santé économique face aux sanctions occidentales pendant la crise. Le fait que l'OPEP ait refusé d'aider les efforts occidentaux visant à endommager l'économie russe signifie que la maison énergétique mondiale est contre les États-Unis.

Lors du Forum international de l'énergie qui s'est tenu récemment en Arabie Saoudite, selon un rapport du Wall Street Journal, le ministre saoudien de l'énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, a rejeté les appels à pomper davantage de pétrole. Selon le rapport, d'autres délégués de l'OPEP ont déclaré que "le royaume n'est pas sur la même longueur d'onde que les États-Unis en ce moment" et que "nous savons tous qu'ils ne sont pas prêts à travailler avec les États-Unis pour calmer le marché".

Rien n'aurait pu être plus embarrassant pour les Etats-Unis de voir leurs anciens alliés snober la pression de Washington.

Si l'on peut avancer que la raison du refus des principaux producteurs de l'OPEP de soutenir les États-Unis peut être le résultat de leurs mauvaises relations, le fait qu'Israël ait également refusé de soutenir les États-Unis montre non seulement que le soutien à la politique américaine d'encerclement de la Russie n'existe pas en dehors de l'alliance transatlantique, mais que ce soutien est en train de se réduire à l'échelle mondiale.

Comme l'ont montré les médias israéliens, Tel Aviv a effectivement torpillé les projets américains de vente de Dôme de Fer à l'Ukraine pour renforcer son système de défense contre la Russie. Comme le montrent les rapports, Israël a catégoriquement rejeté le plan américain en raison de sa politique visant à ne pas déstabiliser ses liens avec la Russie pour le moment.

Israël a décidé de rester dans le camp opposé aux États-Unis lorsqu'il a refusé de coparrainer la résolution du Conseil de sécurité américain sur l'Ukraine contre la Russie. Cette politique est très cohérente avec la manière dont le Premier ministre israélien Naftali Bennett a évité de condamner la Russie à l'instar des États-Unis ou même de mentionner le pays par son nom, même depuis le début de la crise.

À l'instar d'Israël, d'autres États du Moyen-Orient n'ont pas non plus critiqué la Russie. Les Émirats arabes unis, qui ont présidé le CSNU en tant que membre non permanent en mars, se sont abstenus de voter contre la Russie. Bien que la décision des Émirats arabes unis puisse donner l'impression qu'Abu Dhabi se trouve en équilibre entre deux géants, sa décision, lorsqu'elle est analysée dans le contexte de ses liens tendus avec les États-Unis depuis qu'il s'est retiré des pourparlers avec Washington sur la vente d'avions à réaction F-35, devient un message particulièrement poignant pour les États-Unis, à savoir que Washington ne doit pas s'attendre à être soutenu s'il ne tient pas sa part du marché.

Le manque de soutien de la part du Moyen-Orient est le résultat direct de la prise de distance des États-Unis vis-à-vis de la région et de l'attention croissante qu'ils portent à l'Asie du Sud-Est pour faire face à la montée en puissance de la Chine dans la région indo-pacifique. De plus en plus d'États du Moyen-Orient affirment leurs choix autonomes en matière de politique étrangère, ce qui signifie que Washington a peut-être surestimé le soutien qu'il pensait pouvoir obtenir pour sa politique d'expansion de l'OTAN.

lundi, 21 mars 2022

L'Asie centrale "persane" : la relation spéciale Iran-Tadjikistan

lion-4030080_960_720.png

L'Asie centrale "persane" : la relation spéciale Iran-Tadjikistan

Par Carlo Parissi

Source: https://osservatorioglobalizzazione.it/osservatorio/lasia-centrale-persiana-la-relazione-speciale-iran-tagikistan/

Depuis l'Antiquité, l'Asie centrale entretient de longues relations avec la région jadis plus connue sous le nom de "Perse", tant pour des raisons de proximité géographique que pour les diverses dominations, qui se sont succédé au cours de l'histoire dans une portion plus ou moins vaste de la zone, par les empires qui avaient pour centre politique l'actuel Iran (Empire perse, Empire sassanide, etc.). 

Des cinq États d'Asie centrale, le Tadjikistan est sans doute celui qui a le plus de liens ethniques et linguistiques avec Téhéran, car tous deux sont de culture iranienne et les langues des deux pays sont mutuellement intelligibles [1].

Brève histoire des relations Iran-Tadjikistan

Les relations bilatérales entre les deux États ont été établies le 9 janvier 1992 et l'ambassade d'Iran à Douchanbé a été ouverte le même mois [2].

Pendant les années de la guerre civile au Tadjikistan (1992 - 1997), la République islamique n'a soutenu aucun camp, malgré les menaces de Šomdon Yusuf [3] de demander l'aide de Téhéran en cas d'intervention des troupes de la Communauté des États indépendants [4], et a soutenu la nécessité de parvenir à une solution politique pour mettre fin au conflit [5]. Le 27 juin 1997 à Moscou, les pourparlers inter-tadjiks ont également été suivis par Ali Akbar Velayati, alors ministre iranien des Affaires étrangères, qui a signé l'Accord général sur l'établissement de la paix et de l'entente nationale au Tadjikistan [6].

Depuis la fin du 20e siècle, les relations bilatérales n'ont cessé de s'améliorer, notamment l'expansion des relations commerciales, mais elles se sont arrêtées et refroidies dans la première moitié des années 2010 en raison de deux événements spécifiques. 

La première, qui remonte à 2013, concernait Bobak Zanjoni, un milliardaire iranien reconnu coupable de blanchiment d'argent par le biais de banques tadjikes et chinoises, qui aurait vendu deux milliards et demi de dollars américains à certains partenaires de l'État d'Asie centrale. Lorsque Téhéran a exigé la restitution de la somme, les autorités de Douchanbé ont répondu en déclarant que "la partie iranienne n'a envoyé aucun document sur le capital du milliardaire Zanjoni dans les banques du Tadjikistan" [7].

En 2016, le point le plus critique dans les relations a été atteint, en raison du second événement : la participation de Mukhitdin Kabiri, chef du Parti de la renaissance islamique du Tadjikistan (PRIT), à un séminaire islamique organisé fin 2015 dans la capitale de la République islamique, au cours duquel il avait rencontré l'ayatollah Ali Khamenei. En septembre de la même année, les autorités tadjikes ont accusé le PRIT de préparer un coup d'État et ont par conséquent interdit les activités du mouvement. Après la réunion susmentionnée à Téhéran, tous les programmes de coopération ont été partiellement interrompus [8].

En 2019, il y a eu un revirement de situation grâce à la visite officielle du ministre tadjik des Affaires étrangères Sirojiddin Mukhriddin dans ce pays du Moyen-Orient le 1er juin, au cours de laquelle il a rencontré le président Hassan Rohani et son homologue Javad Zarif. Bien qu'il n'y ait pas eu d'actions concrètes par la suite, cet événement a représenté le début du rapprochement entre le Tadjikistan et l'Iran [9]. 

6430.jpg

Le 17 septembre 2021, à l'occasion du 21e sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) qui s'est tenu à Douchanbé, le président Ebrahim Raisi, à l'invitation d'Emomali Rakhmon, s'est rendu au Tadjikistan, où il a conduit une délégation de haut niveau composée de cinq ministres [10]. Les deux chefs d'État se sont rencontrés le lendemain et ont appelé à une nouvelle saison des relations bilatérales [11]. Au cours de la conférence de presse conjointe qui a suivi, les deux dirigeants ont évoqué la situation de l'Afghanistan voisin, déclarant que l'ingérence d'acteurs extérieurs a causé plusieurs problèmes au fil des ans et que le nouvel exécutif du "Tombeau des Empires" devrait être inclusif et représenter tous les groupes politiques et ethniques du pays [12].

Les deux États sont membres de plusieurs organisations régionales, dont l'OCS susmentionnée, l'Organisation de coopération économique (OCE) et l'Organisation de coopération islamique (OCI).

Relations entre l'Iran et le Tadjikistan

Les relations entre Téhéran et Douchanbé sont régies par plus de 160 documents signés au cours des 30 dernières années. 

D'un point de vue économique, les échanges commerciaux se sont élevés à plus de 31 millions de dollars US en 2021 [13]. Le coton brut est le principal produit tadjik exporté, suivi du papier revêtu de kaolin et des produits chimiques. Au contraire, les importations de la République islamique sont variées et comprennent principalement des articles en plastique, des articles en céramique et du fer ou de l'acier [14] [15]. Quant aux investissements iraniens au Tadjikistan, ils ont atteint un pic (77,146 millions de dollars US) en 2014, tandis que la période triennale 2016-2018 a connu le point le plus bas, déterminé par l'absence de capitaux persans [16]. En outre, Téhéran a financé la construction de plusieurs infrastructures tadjikes de la plus haute importance, comme le tunnel d'Anzob, un tunnel d'un peu plus de cinq kilomètres qui relie la capitale à la deuxième ville du pays, Khojand, évitant ainsi de passer par l'Ouzbékistan. Les dirigeants des deux pays ont déclaré qu'ils aspiraient à atteindre l'objectif de 500 millions de dollars US d'échanges commerciaux dans les années à venir [17].

La coopération dans le domaine militaire a débuté fin 1997, après la signature d'une lettre d'intention - la première entre le pays d'Asie centrale et un État non membre de la Communauté des États indépendants (CEI) - selon laquelle l'Iran devait former et éduquer le personnel militaire de Douchanbé [18]. Plus récemment, le 8 avril 2021, lors d'un sommet dans la capitale de la République islamique, auquel ont participé le ministre tadjik de la Défense, le colonel général Šerali Mirzo, et le commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique, Mohammed Bagheri, la création d'une commission conjointe de défense a été établie, dont le but premier serait de combattre le terrorisme [19]. En outre, une éventuelle exportation d'armes iraniennes vers le Tadjikistan a été envisagée [20].

Un autre domaine d'importance est l'énergie, dont le résultat le plus important peut être identifié dans la centrale électrique Sangtuda-2 sur la rivière Vakhš, qui a été achevée en 2011 et officiellement inaugurée trois ans plus tard [21]. La coopération dans ce secteur est principalement axée sur la construction de centrales hydroélectriques, qui ont généré en 2019 environ 40 % de la production totale d'électricité [22]. Les 2 et 3 décembre de cette année-là, dans le cadre de la 13e Commission mixte Iran-Tatar, les ministres de l'énergie avaient discuté de la possibilité de financer la construction d'une nouvelle centrale électrique au barrage de Rogun, ainsi que l'achat et la vente d'électricité [23]. En juin de l'année dernière, un accord a été conclu selon lequel les réseaux des deux pays asiatiques seraient connectés [24]. 

654490.1613121563.b.jpg

Conclusions et développements futurs (possibles)

Malgré le ralentissement décrit ci-dessus, les relations entre les pays examinés sont dans l'ensemble bonnes et en progression, surtout après les événements dramatiques survenus en août dans le turbulent Afghanistan. Le dégel "récent" et la phase actuelle peuvent conduire à un certain nombre d'avantages mutuels à l'avenir.

À cet égard, certains observateurs ont fait valoir que, par exemple, le Tadjikistan peut contribuer à l'intégration de Téhéran au sein de diverses organisations régionales ou internationales, tout en étant un précieux promoteur de la coopération entre le pays du Moyen-Orient et d'autres États d'Asie centrale ; inversement, la République islamique peut affecter de manière significative, et de diverses manières, le développement de Douchanbé, notamment sur le plan économique : par exemple, en ouvrant ses ports sur le golfe Persique en tant que route alternative pour les marchandises tadjikes vers les pays du Moyen-Orient et d'Europe, ou en investissant dans la création de nouveaux emplois (par la délocalisation ou la construction à partir de zéro d'entreprises dans la région), diminuant partiellement les taux de chômage et d'émigration, le second étant fortement influencé par le premier. [25]

En résumé, à l'avenir, un réseau de relations pas si différent de celui qui existe entre l'Azerbaïdjan et la Turquie ("Une nation, deux États") pourrait être créé.

Notes

[1] Bien que le farsi et le tadjik fassent partie du même continuum linguistique (persan) que le dari, l'intelligibilité mutuelle entre les deux langues n'est présente qu'au niveau oral, puisque le tadjik utilise (principalement) l'alphabet cyrillique, tandis que le farsi utilise l'alphabet persan-arabe.

[2] https://mfa.tj/ru/main/view/28/otnosheniya-tadzhikistana-s-iranom

[3] Chef du Parti démocratique du Tadjikistan et l'un des dirigeants de l'Opposition tadjike unie pendant le conflit. En 1993, son parti a été interdit et il a été contraint de fuir en Iran.

[4] Жирохов М. А., Семена распада : войны и конфликты на територии бывшего СССР, Санкт-Петербург, БХВ-Петербург, 2012. (Žirohov M. A., Les graines de la chute : guerres et conflits sur le territoire de l'ex-URSS, Saint-Pétersbourg, BHV-Peterburg, 2012, p 191).

[5] Ibid, pp 214 - 215.

[6] https://peacemaker.un.org/sites/peacemaker.un.org/files/TJ_970627_GeneralAgreementontheEstablishmentPeaceNationalAccordinTajikistan.pdf

[7] https://tajikta.tj/ru/news/iran-ne-dokazal-nalichiya-v-bankakh-tadzhikistana-deneg-svoego-milliardera-zandzhoni

[8] https://cabar.asia/en/tajik-iranian-relations-under-the-new-conditions 

[9] Ibidem

[10] https://en.irna.ir/news/84473192/President-Raisi-arrives-in-Tajikistan

[11] https://en.irna.ir/news/84474655/Boosting-interactions-to-elevate-Iran-Tajikistan-regional-cooperation

[12] https://en.irna.ir/news/84474878/New-era-in-Iran-Tajikistan-relations-underway-President

[13] https://nbt.tj/ru/payments_balance/analytical_table.php

[14] https://oec.world/en/profile/bilateral-country/tjk/partner/irn

[15] https://tajtrade.tj/menu/index/28?l=en#:~:text=Principaux%20partenairescommerciaux%20de%20la,%2C%20Turkménistan%2C%20USA%20et%20autres.

[16] https://www.ceicdata.com/en/tajikistan/foreign-direct-investment/foreign-direct-investment-iran

[17] https://en.irna.ir/news/84475001/Iran-Tajikistan-target-500m-of-trade

[18] https://reliefweb.int/report/tajikistan/tajikistan-iran-sign-defense-accord

[19] https://www.tehrantimes.com/news/459612/Iran-Tajikistan-agree-to-establish-joint-defense-committee

[20] https://irangov.ir/detail/361457

[21] https://silkroadnews.org/en/news/tajikistan-launched-sangtuda-2

[22] https://www.iea.org/countries/tajikistan

[23] https://caspiannews.com/news-detail/iran-helps-power-tajikistan-with-hydroelectric-power-2019-12-4-35/

[24] https://en.irna.ir/news/84360536/Iran-Tajikistan-agree-on-electricity-networks-connection

[25] https://cabar.asia/en/tajikistan-iran-new-trends-against-the-background-of-a-change-of-government-in-afghanistan

vendredi, 25 février 2022

L'Irak en proie à une crise prolongée

thumbs_b_c_5bb1e5d6ae2ea9b4be73566c3c600418.jpg

L'Irak en proie à une crise prolongée

Leonid Savin

Après les élections parlementaires en Irak, il semblait qu'il y aurait un gouvernement stable qui prendrait des mesures actives pour ramener l'ordre dans le pays. Cependant, ces espoirs ne se sont pas concrétisés et depuis le début de l'année, une nouvelle crise politique a embrasé l'Irak.

Le 9 février, la structure de coordination irakienne a proposé une initiative en trois points pour sortir de l'impasse politique dans le pays. Dans une déclaration, l'Alliance des partis chiites a appelé toutes les factions politiques et les personnalités nationales à "communiquer et à dialoguer pour remplir les obligations constitutionnelles" et a demandé au plus grand bloc politique de "se mettre d'accord sur les critères de choix d'un premier ministre fort et efficace".

"Nous déclarons être tout à fait prêts à nous engager positivement dans toutes les propositions, idées et visions qui seront présentées par nos partenaires au pays, avec lesquels nous partageons le même destin. Nous devons tous faire notre possible pour servir les Irakiens, un peuple qui a beaucoup souffert dans l'intervalle", indique la déclaration. L'organisme a également annoncé qu'il tendait la main aux "forces politiques qui constituent le plus grand bloc parlementaire, notamment le mouvement sadriste."

1232221-1677742547_237009_931450_801429.jpg

Plus tôt, le 5 février, des représentants du bloc sadriste ont déclaré qu'ils avaient suspendu toutes les négociations visant à former un gouvernement irakien et ont appelé au boycott de la session parlementaire destinée à élire un président. Le mouvement sadriste, dirigé par l'éminente figure chiite Muqtada al-Sadr, a formé le plus grand bloc parlementaire lors des élections du 21 octobre dernier, remportant 73 des 329 sièges du parlement.

Et un vote parlementaire visant à élire un président le 7 février a été annulé parce que seuls 58 des 329 députés étaient présents, soit bien moins que le quorum des deux tiers requis pour élire un nouveau chef d'État.

Le boycott parlementaire fait suite à une décision de la Cour suprême disqualifiant l'ancien ministre des Affaires étrangères Hoshyar Zebari en tant que candidat à la présidence en raison d'allégations de corruption formulées en 2016 alors qu'il était ministre des Finances [i].

Le plus grand bloc politique, dirigé par le clerc chiite Moqtada al-Sadr, ainsi que la Coalition pour la souveraineté alliée dirigée par Halbusi et le Parti démocratique du Kurdistan, dont Zebari lui-même est un représentant, ont annoncé un boycott avant la session.

La présidence est largement cérémoniale, mais l'échec de son élection soulève des questions sur la capacité de l'influent clerc chiite Moqtada al-Sadr à obtenir la nomination d'un premier ministre et d'un gouvernement.

Ces scandales de haut niveau n'aident manifestement pas à résoudre les problèmes sous-jacents, parmi lesquels les activités des vestiges d'organisations terroristes constituent une menace importante. Il y a eu récemment des tentatives de réorganisation par des cellules d'ISIS (interdites en Russie).

1643307535330.jpg

Par exemple, fin janvier, le groupe "Desert Ghosts" est devenu actif dans la province d'Anbar et a commencé à organiser des attaques contre des chefs tribaux locaux et des politiciens indépendants. C'est dans l'ouest de l'Anbar que l'ISIS a pu se déployer et c'est à partir de là qu'il a entamé des frappes dans d'autres régions, tant en Irak qu'en Syrie.

La présence militaire étrangère pose également des problèmes. En plus des bases militaires américaines qui sont stationnées en Irak, de Zahu à Hakurk sur l'axe ouest-est et d'Awashin à Erbil sur l'axe nord-sud, la Turquie possède 38 postes ou bases militaires dans le nord de l'Irak [ii].

_methode_times_prod_web_bin_345aecdc-68f0-11e8-996c-7589300f03c9.jpg

Auparavant, la volonté de la Turquie de détruire les milices kurdes dans la région de Sinjar, dans le nord de l'Irak, avait provoqué des tensions avec Bagdad et Téhéran. Lorsque les forces armées turques ont lancé une opération militaire contre le Parti des travailleurs du Kurdistan, considéré comme une organisation terroriste, à Gara, dans le nord de l'Irak, en février 2021, les unités de mobilisation populaire irakiennes ont déployé leurs forces dans la région de Sinjar contre les forces turques. Cela a, bien sûr, provoqué des frictions diplomatiques entre l'Iran et la Turquie.

On sait également que les Turcs formaient les structures de combat Hashd al-Watani de l'homme politique irakien Oussama al-Nujaifi dans une base turque à Bashik, près de Mossoul. Officiellement, Ankara affirme que ses troupes et ses bases se trouvent dans le nord de l'Irak pour "combattre le terrorisme" et maintenir la sécurité nationale. Cependant, la Turquie a également des revendications contre les sunnites irakiens.

Et tandis que les États-Unis restent en Irak et poursuivent leur politique consistant à "contrer l'Iran" en Asie occidentale, c'est-à-dire à lutter contre les chiites (y compris les chiites irakiens), la Turquie considère sa politique comme un contrepoids à la soi-disant "influence iranienne". En cela, les objectifs de la Turquie et des États-Unis sont les mêmes.

En même temps, comme objectif hypothétique, en cas de fragmentation de l'Irak, la Turquie est susceptible d'envisager l'annexion du nord de l'Irak, où, selon Ankara, elle a des revendications historiques.

 En ce qui concerne le gouvernement irakien, les possibilités de contrer les violations de la souveraineté et de l'intégrité territoriale par la Turquie sont jusqu'à présent limitées. Et Ankara restera un partenaire commercial majeur de Bagdad, avec un important déficit commercial au détriment de ce dernier.

Et le récent réchauffement des relations entre la Turquie, certains États du Golfe et Israël pourrait contraindre Bagdad à accepter la présence de la Turquie dans le nord de l'Irak comme un fait accompli.

201462613262998734_20.jpg

En fin de compte, les troupes turques dans le nord de l'Irak sont là pour accomplir trois tâches : influencer la question kurde et s'attaquer directement au problème du PKK ; renforcer les ambitions régionales de la Turquie ; et créer une monnaie d'échange avec ses alliés occidentaux. Les dernières nouvelles pour Ankara ne sont toutefois pas bonnes, même si elles n'ont pas de dimension militaire.

La loi de 2007 sur le pétrole et le gaz régissant la région du Kurdistan a été jugée inconstitutionnelle par la Cour suprême fédérale d'Irak dans un arrêt rendu le 15 février. C'est un coup dur pour le gouvernement régional du Kurdistan, avec des conséquences directes sur ses accords énergétiques cruciaux avec la Turquie.

Le Kurdistan a utilisé cette loi pour développer son propre secteur pétrolier et gazier indépendamment de Bagdad, alors que les gouvernements régionaux cherchaient à obtenir une indépendance totale et signaient des accords de plusieurs milliards de dollars avec des compagnies pétrolières internationales. La justification officielle des autorités du Kurdistan était que Bagdad n'avait pas fourni et ne fournit toujours pas à la région du Kurdistan une part équitable du budget national et des revenus pétroliers.

La décision du tribunal est considérée comme liée aux intrigues qui se sont déroulées à Bagdad et, selon des sources bien informées, a pris par surprise le Premier ministre irakien Mustafa al-Khadimi, qui entretient de très bonnes relations avec les Kurdes irakiens [iii].

Pourquoi cette décision n'est-elle pas bénéfique pour la Turquie ? Depuis 2014, le pétrole brut du Kurdistan circule dans un oléoduc construit à cet effet qui mène à des terminaux de chargement dans le port méditerranéen de Ceyhan, en Turquie. Cela a donné à Ankara un pouvoir sans précédent sur la zone kurde semi-indépendante, bien que les Turcs aient continué à se battre avec les structures du Parti des travailleurs du Kurdistan.

1200px-Kirkuk–Ceyhan_oil_pipeline.svg.png

Bagdad a déposé une demande d'arbitrage contre la Turquie auprès de la Chambre de commerce internationale, qui en est maintenant à sa huitième année. La Turquie pourrait potentiellement verser au gouvernement irakien 24 milliards de dollars en compensation. Israël était également dans le coup, car une grande partie du brut du Kurdistan est achetée par Israël sur le marché au comptant.

La décision du tribunal indique que la loi de 2007 viole diverses dispositions de la constitution et déclare invalides les contrats conclus par le Kurdistan avec des pays et des sociétés étrangers pour l'exploration, la production, l'exportation et la vente.

Le Kurdistan, officiellement reconnu comme une région autonome de l'Irak depuis 2005, exploite ses ressources pétrolières et gazières indépendamment du gouvernement fédéral irakien depuis des décennies, adoptant sa propre loi sur le pétrole en 2007 pour gérer les ressources sur son territoire.

Jusqu'à présent, la Turquie n'a pas officiellement commenté la décision, tandis que les autorités kurdes l'ont rejetée, la qualifiant non seulement d'"inconstitutionnelle" mais aussi d'"injuste". Masoud Barzani, leader du Parti démocratique du Kurdistan et ancien président de la région, a déclaré que cette démarche était une tentative de "dresser la région du Kurdistan contre le système fédéral en Irak".

Il convient d'ajouter qu'en plus des tensions liées au différend sur les ventes de pétrole et de gaz du Kurdistan contournant Bagdad, la situation s'est considérablement détériorée après 2014, lorsque les forces armées kurdes Peshmerga ont pris le contrôle de la ville de Kirkouk après que les combattants d'ISIS aient tenté de s'en emparer. La ville, ainsi que les lucratifs champs pétrolifères environnants, sont restés sous le contrôle des Kurdes jusqu'en octobre 2017, date à laquelle Bagdad a ramené de force la ville sous contrôle fédéral à la suite d'un référendum contesté sur l'indépendance de la région kurde [iv].

Atalayar_Miembros de las fuerzas kurdas Peshmerga 1.jpg

Malgré un accord conclu en 2019 entre Bagdad et la capitale kurde Erbil, les Kurdes ont officiellement fourni à Bagdad 250.000 des plus de 400.000 barils de pétrole par jour en échange de leur part du budget fédéral, qui sert à payer les salaires des fonctionnaires et des forces armées. Mais les Kurdes, parallèlement, ont continué à maintenir des contrats avec des compagnies pétrolières étrangères indépendantes de Bagdad - ces mêmes accords qui sont aujourd'hui menacés.

Et selon les experts, Bagdad gagnera le procès car il a un dossier très solide dans la cour d'arbitrage de Paris.

La Turquie souhaite un délai car elle ne veut pas être accusée de manquement, ce qui à son tour saperait sa crédibilité sur les marchés internationaux alors qu'elle se bat pour maintenir à flot ses finances actuelles. Pour Ankara, le dilemme est donc de savoir ce qu'il faut faire ensuite. 

La seule issue semble être une crise politique prolongée en Irak même, car le chaos à Bagdad pourrait retarder un changement de jeu à la fois pour les Kurdes et les Turcs. Et la question se pose : Ankara va-t-elle agir sur ce point ou attendre tranquillement la décision d'arbitrage ?

Mais il y a un autre aspect extérieur à cette affaire, car la décision de la Cour suprême irakienne est intervenue un jour après que la société française Total Energies a conclu un accord de 27 milliards de dollars avec l'Irak, dont Bagdad espère qu'il pourrait inverser le départ des grandes compagnies pétrolières du pays. L'accord devrait être finalisé à partir de mars de cette année. Par conséquent, étant donné les nombreux intérêts et contradictions, la restauration de la souveraineté de Bagdad sera un processus difficile et non rapide.

Notes:

[i] https://www.arabnews.com/node/2020976/middle-east

[ii] https://thecradle.co/Article/investigations/6255

[iii] https://www.al-monitor.com/originals/2022/02/iraqi-courts-ruling-krg-gas-puts-turkey-spot

[iv] https://www.middleeasteye.net/news/iraq-kurds-denounce-unjust-oil-gas-ruling-energy-feud

 

dimanche, 13 février 2022

Attaque israélienne contre l'Iran : menace réelle ou rhétorique vide ?

iran_israel-2-62e01-5ae50.jpg

Attaque israélienne contre l'Iran : menace réelle ou rhétorique vide ?

Mohammad Salami

Source: https://katehon.com/ru/article/izrailskoe-napadenie-na-iran-realnaya-ugroza-ili-pustaya-ritorika

Les Israéliens n'ont pas la capacité ou les ressources nécessaires pour frapper plusieurs installations nucléaires iraniennes, mais les menaces de le faire continuent de croître.

Les responsables israéliens ont visiblement intensifié leurs menaces d'attaquer les installations nucléaires iraniennes au cours des derniers mois et ont même lancé des exercices provocateurs de l'armée de l'air israélienne visant à simuler des frappes contre les installations nucléaires iraniennes.

En réponse à l'escalade du langage et du comportement d'Israël, le Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (IRGC) a organisé fin décembre son exercice militaire annuel, baptisé "Grand Prophète 17".

Le général de division Hossein Salami, commandant en chef du Corps des gardiens de la révolution islamique, a déclaré que l'exercice militaire visait à envoyer un "signal très clair" et un "avertissement sérieux et réel" à Tel Aviv.

"Nous leur couperons les mains s'ils font le mauvais geste", a-t-il déclaré sèchement. "La différence entre les opérations réelles et les exercices militaires réside uniquement dans le changement des angles de lancement des missiles."

Outre les avertissements du Corps des gardiens de la révolution islamique, il existe de nombreuses raisons de penser que les menaces d'Israël ne sont rien d'autre que de la rhétorique vide destinée à la consommation intérieure et extérieure. En bref, Tel Aviv pourrait en fait n'avoir ni les ressources nécessaires pour attaquer l'Iran ni la capacité de neutraliser les représailles assurées de Téhéran.

Les multiples contraintes d'Israël

La principale limite d'Israël pour mener à bien ces attaques découle de la multiplicité et de la dispersion des installations nucléaires iraniennes.

Contrairement à la destruction opérationnelle des installations nucléaires irakiennes par l'armée de l'air israélienne en 1981 (opération Opera) et à son attaque en 2007 contre une installation nucléaire présumée en Syrie (opération Out of the Box), où l'armée de l'air n'avait pour mission que de frapper un seul endroit - Bagdad et Deir ez-Zor -, Israël sera confronté à un paysage totalement différent en Iran.

L'Iran possède quatre types d'installations nucléaires, à savoir des réacteurs de recherche, des mines d'uranium, des installations militaires et nucléaires. Au total, il existe plus de 10 sites nucléaires connus, dispersés du nord au sud du pays.

Par exemple, la distance terrestre entre la mine d'uranium de Gachin, dans la ville de Bandar Abbas, au sud de l'Iran, et le réacteur de recherche de Bonab, au nord-ouest, est d'environ 1800 kilomètres (1118 miles). Attaquer un tel nombre de sites nucléaires à partir de longues distances nécessiterait une coordination extraordinaire et des opérations complexes pour s'assurer que tous les sites soient frappés simultanément.

En outre, l'Iran a fortement investi dans sa défense aérienne au cours des dernières décennies, qui couvre désormais plus de 3600 sites et est capable de localiser des missiles sol-air.

1440x810_cmsv2_f6074162-c7e6-581f-b60e-938693a4a529-4100800.jpg

Il convient de noter que l'Iran affirme être autosuffisant dans la production de ses missiles, de sorte qu'il peut produire et disperser ses missiles sans interruption, malgré les sanctions internationales. Le missile Bavar-373, une version locale du système russe S-300, en fait partie.

Le Bavar-373 peut engager jusqu'à six cibles simultanément avec douze missiles jusqu'à une distance de 250 km. Plusieurs missiles peuvent être tirés sur une même cible pour augmenter la probabilité d'engagement.

Avec cet arsenal défensif puissant et combiné, la probabilité que l'Iran suive et détruise les avions de guerre israéliens est élevée.

Une autre limite pour Israël est que certaines des installations nucléaires iraniennes sont souterraines. Les installations nucléaires, telles que l'usine d'enrichissement du combustible de Fordow, où l'uranium est enrichi à plus de 20 %, sont construites à 80 mètres (260 pieds) de profondeur dans une montagne. Israël ne dispose pas de bombardiers spécialisés capables de détruire des installations situées en profondeur.

Bien que les États-Unis disposent des puissantes munitions anti-bunker nécessaires pour atteindre de telles cibles - le GBU-57 Massive Ordnance Projectile (MOP) de 13.600 kilogrammes (30.000 livres) - Washington a jusqu'à présent refusé de les fournir à Tel Aviv.

En tout état de cause, la vente de tels MOP incroyablement lourds à Israël n'aurait aucun sens, car l'armée de l'air israélienne ne dispose ni des avions capables de les transporter, ni de l'infrastructure d'aérodrome nécessaire au soutien de ces appareils.

En outre, la vente de certains types de SS est interdite par le traité New START, également connu sous le nom de "Mesures pour la poursuite de la réduction et de la limitation des armements stratégiques offensifs", conclu entre les États-Unis et la Russie.

Affronter l'Iran et ses alliés

Contrairement aux frappes aériennes israéliennes en Syrie et en Irak, qui sont restées sans réponse, Tel-Aviv est bien conscient que la réponse de l'Iran sera dure et décisive. Les capacités militaires nationales de l'Iran dépassent de loin celles de ses voisins et, au cours des quarante dernières années, l'Iran a noué des relations solides avec des alliés en Irak, en Syrie, en Palestine, au Liban et au Yémen, qui ont exprimé leur volonté de défendre l'Iran en cas d'attaque par un adversaire commun.

En avril 2021, un missile syrien a pu traverser le système antimissile israélien Dôme de fer et exploser près du réacteur nucléaire secret du pays à Dimona. Ces actions pourraient être répétées par des alliés tels que le Hezbollah, le Hamas et les groupes pro-iraniens en Syrie et en Irak en cas d'attaque contre les installations nucléaires de l'Iran.

Pour frapper l'Iran, les Israéliens devraient traverser l'espace aérien de pays "inamicaux" en Syrie et en Irak. Même les États arabes de la péninsule arabique ne sont pas susceptibles d'autoriser les avions de guerre israéliens à utiliser leur territoire pour attaquer l'Iran, par crainte de représailles iraniennes.

Le souvenir des frappes de missiles ponctuelles du Yémen sur les installations pétrolières d'Aramco en septembre 2019, attribuées à tort à l'Iran plutôt qu'au Yémen, a convaincu les pays du Golfe qu'il fallait à tout prix éviter un prétexte pour des frappes de représailles iraniennes.

La Russie pourrait également s'y opposer, car si Israël attaque l'Iran, les actions des mandataires iraniens à l'intérieur de la Syrie pourraient déclencher une nouvelle crise dans l'équilibre politico-militaire du pays.

Le président russe Vladimir Poutine, qui a dépensé des millions de dollars pour stabiliser la Syrie, ne veut pas que la Syrie soit à nouveau sens dessus dessous. Et compte tenu de l'influence de la Russie au sein du Conseil de sécurité des Nations unies, Israël ne voudra pas se confronter à Moscou.

Face à la communauté internationale

Les États-Unis et l'Europe négocient actuellement à Vienne avec l'Iran pour rouvrir l'accord nucléaire du Plan global d'action conjoint (JCPOA) de 2015, qui a été abandonné par la précédente administration américaine. Le président américain Joe Biden cherche à conclure rapidement un "bon accord nucléaire" avec l'Iran, en partie pour aliéner Téhéran de ses alliés stratégiques de Moscou et de Pékin, les deux principaux adversaires mondiaux de Washington.

Si Israël attaque l'Iran, Téhéran pourrait se retirer des pourparlers et, en représailles, augmenterait probablement son niveau d'enrichissement de l'uranium de 60 % à plus de 90 % (convenant à une bombe nucléaire). Biden a besoin d'une Asie de l'Ouest pacifiée pour pouvoir sortir facilement des divers bourbiers de la région et "virer à l'Est" pour contenir la Chine et encercler la Russie, deux de ses priorités stratégiques les plus urgentes.

41+rh8M1xDL.jpg

Selon Foreign Policy, les États-Unis ont longtemps résisté aux attaques contre les centrales nucléaires iraniennes, comme le souligne l'autobiographie de l'ancien ministre israélien de la défense Ehud Barak, My Country, My Life.

"Je tiens à vous dire à tous les deux maintenant, en tant que président, que nous sommes catégoriquement opposés à toute action de votre part visant à lancer une attaque contre les centrales nucléaires [iraniennes]", a déclaré le président américain de l'époque, George W. Bush, à Barak, au premier ministre de l'époque, Ehud Olmert, en 2008. "Encore une fois, pour éviter tout malentendu, nous attendons que vous ne le fassiez pas. Et nous ne le ferons pas non plus, tant que je serai président. Je voulais que ce soit clair."

L'approche actuelle de l'administration Biden consiste à ramener le programme nucléaire iranien aux frontières de 2015 sans guerre ni recours à la force.

Dans un article paru en octobre 2021, Dennis Ross, assistant spécial de l'ancien président américain Barack Obama et directeur principal pour la région centrale au Conseil national de sécurité, a écrit :

"Bien qu'ils rejettent la justification iranienne des actions qui poussent l'Iran vers les armes nucléaires, les responsables de l'administration Biden ont dit aux Israéliens, comme je l'ai appris récemment en Israël, qu'il y avait 'une bonne pression et une mauvaise pression' sur l'Iran - citant le sabotage de Natanz et de Karaj comme le 'mauvais' exemple parce que les Iraniens ont utilisé cette affaire pour enrichir l'uranium à des niveaux proches de ceux des armes."

Les commentaires de Dennis Ross montrent qu'à ce stade, les Américains ne cherchaient pas à attaquer ni même à saboter les installations nucléaires iraniennes, mais étaient déterminés à empêcher les Israéliens d'attaquer l'Iran.

Il devient évident que les menaces israéliennes à l'égard des capacités nucléaires de l'Iran sont largement destinées à la consommation intérieure - et peut-être aussi à maintenir la pertinence d'Israël face aux changements géopolitiques rapides qui se produisent en Asie occidentale.

L'actuel Premier ministre israélien Naftali Bennett doit actuellement faire face aux critiques incessantes de l'ancien Premier ministre Binyamin Netanyahou et de ses rivaux politiques, ainsi qu'à des déficits intérieurs dans le sillage de la crise de la pandémie. Attaquer un pays étranger - ou Gaza - est le principal moyen pour Israël de détourner l'attention de l'opinion publique de ses problèmes intérieurs.

Les discussions sur les frappes aériennes israéliennes contre l'Iran ne sont rien d'autre que de la rhétorique vide, malgré les menaces verbales répétées des responsables israéliens. Pour l'instant, Israël n'a ni le pouvoir ni les moyens d'attaquer l'Iran et ne peut agir unilatéralement contre la politique américaine.

 

mercredi, 09 février 2022

Les Kurdes et le Moyen-Orient

Kurds_v01.png

Les Kurdes et le Moyen-Orient

Source: https://katehon.com/ru/article/kurdy-i-blizhniy-vostok

Une compréhension adéquate des processus politiques au Moyen-Orient nécessite une connaissance détaillée du facteur kurde.

Ethnies et tribus kurdes

Les Kurdes sont un peuple indo-européen qui, à partir d'un certain moment, a commencé à jouer un rôle important dans la région qui englobe l'Anatolie orientale, la zone septentrionale de la Mésopotamie et le nord-ouest de l'Iran, une région précédemment peuplée par les Hourrites, qui se sont ensuite déplacés vers le nord dans le Caucase.

Les Kurdes sont les descendants des Mèdes, tribus iraniennes nomades, qui sont arrivés à la fin du IIe - début du Ier millénaire au nord-ouest de l'Iran moderne, où ils ont fondé un État appelé Mèdie. Au VIIe siècle avant J.-C., ils ont créé un immense empire, qui comprenait de nombreux peuples, territoires et langues. Le noyau des Mèdes est resté dans les mêmes territoires qui sont devenus le pôle initial de leur expansion, où se trouvait également leur capitale Ekbatana (la ville iranienne moderne de Hamadan). Les descendants directs des Mèdes, outre les Kurdes, sont les peuples caucasiens des Talyches et des Tats (qu'il convient de séparer strictement des Juifs des montagnes).

Comme les Kurdes vivaient sur le territoire des anciens Hourrites et Urartéens, qui étaient également des Arméniens et des Kartvéliens assimilés, on peut supposer qu'il y avait une composante hourrite dans leur ethnogenèse. Parallèlement, des populations captives des Guties (Tochars), des Kassirs et des Lullubéens, que certains historiens considèrent comme des Indo-Européens, vivent depuis des temps immémoriaux dans les montagnes du Zagros, au nord-ouest de l'Iran. Ils peuvent également avoir participé à l'ethnogenèse des Mèdes et des Kurdes. Le nom ancien des Kurdes était "kurtii", en grec Κύρτιοι, et des références à eux en tant que peuple habitant les régions de l'Atropatène (Azerbaïdjan) et du nord de la Mésopotamie ont survécu dans les sources anciennes.

Dans les chroniques persanes, le terme "kurt" (kwrt) désigne les tribus iraniennes nomades habitant le nord-ouest de l'Iran, ce qui permet d'inclure les Kurdes dans la typologie des sociétés touraniennes.

mede07.jpg

mede06b.jpg

iran-Trek_Kholeno_JLouet.jpg

En haut, Mèdes; montagnes du Zagros en Iran.

On peut distinguer plusieurs groupes parmi les Kurdes :

    - Les Kurdes du nord, qui forment la base du peuple kurde actuel - les Kurmanji (kurmancî), dont le nom - kur mancî - est interprété comme "fils du peuple de Midian/Mèdie" ;
    - La partie sud des Kurdes de Kurmanji est désignée par l'ethnonyme iranien Sorani ;
    - Un groupe distinct est constitué par les Kurdes de Zaza, qui se nomment eux-mêmes dımli, dymli, et sont les descendants des peuples du nord de l'Iran qui vivaient autrefois dans la région de Dailam, au sud de la mer Caspienne (ces peuples étaient appelés "kaspiens") ;
    - Le peuple kurde Ghurani, qui a également habité la région de Daylam mais a ensuite migré plus au sud que les Kurdes de Zaza, a la même origine ;
    - Les plus méridionaux sont les Kurdes Kelhuri, ainsi que les tribus Feili et Laki, dont la situation est similaire,
    - Auparavant, les Luriens qui vivaient dans le sud-ouest de l'Iran étaient comptés parmi les Kurdes, et aujourd'hui ils sont communément appelés Iraniens.

Il existe également une hypothèse selon laquelle les Kurdes et les Baloutches seraient apparentés.

Contrairement aux autres peuples iraniens, les Kurdes ont longtemps conservé un mode de vie nomade, ce qui, combiné à leur habitat montagneux, leur a permis de garder intactes de nombreuses caractéristiques archaïques, entretenant ainsi un lien continu avec la culture turque.

Les Kurdes constituent aujourd'hui un peuple important (plus de 40.000.000) qui vit sur le territoire de quatre États - la Turquie, l'Irak, la Syrie et l'Iran - mais ne dispose pas de son propre statut d'État. C'est aussi un indicateur de la préservation par les Kurdes d'une société traditionnelle, moins touchée par la modernisation que les peuples parmi lesquels les Kurdes vivent. Cependant, les processus de modernisation les atteignent également, ce qui a créé un "problème kurde" au siècle dernier, c'est-à-dire qu'il a soulevé la question de la création d'un État kurde séparé, car dans la Modernité politique, on ne peut pas penser à un peuple en dehors de l'État, c'est-à-dire à une nation politique.

"Midia" et les polities kurdes médiévales

Dans la tradition kurde, il y a l'idée de leur lien avec l'Arche de Noé. Parce que les Kurdes vivaient dans les régions adjacentes au mont Ararat, ils se considèrent comme les descendants directs des habitants du village situé à son pied, que Noé a fondé lorsqu'il est descendu dans la vallée à la fin du Déluge. Cette même légende d'une présence autochtone et originelle dans les zones situées entre la mer Noire et la mer Caspienne, dans la région du mont Ararat, se retrouve chez d'autres peuples caucasiens - notamment les Arméniens, les Géorgiens et les Tchétchènes, qui - chacun selon sa logique ethnocentrique - y trouvent un certain nombre de preuves symboliques. Les Kurdes du XXe siècle justifient cela par leur descendance des Urartéens et des Hourrites, ce qui est pourtant généralement vrai des Arméniens, des Kartveliens et des Vainakhs, dont l'ethnogenèse - bien qu'à des degrés divers - inclut les Hourrites. Cependant, l'identité kurde proprement dite est touranienne (tribus nomades indo-européennes) et plus spécifiquement "midienne".

Si l'on admet un lien génétique direct entre Kurdes et Moussiens [1], on peut les considérer comme porteurs d'une tradition étatique ancienne, antérieure à la Perse et revendiquant la succession à l'empire mondial après la prise conjointe de l'Assyrie avec les Chaldéens de la Nouvelle Babylone. Mais aux époques suivantes, à partir des Achéménides, l'Iran était aux mains des Perses, qui habitaient les territoires du sud de l'Iran, et les terres de Midia, ainsi que l'Arménie et d'autres territoires, n'étaient que des provinces iraniennes.

71351351-Detail-der-Apadana-Treppenfassade-Relief-der-Achaemeniden-Meder-und-Perser-Persepolis-UNESCO-Weltkulturerbe.jpg

30040a7c402386cb403b2378b0331e35.jpg

À une certaine époque - après la mort d'Alexandre le Grand - les tribus nomades (touraniennes) des Parthes qui ont fondé la dynastie parthe sont également devenues les maîtresses de l'Iran, mais la base culturelle reste toujours les traditions spécifiquement persanes, ce qui devient encore plus prononcé à l'époque sassanide. Néanmoins, il existe une théorie, partagée par de nombreux historiens, selon laquelle les Parthes et les Kurdes sont apparentés, car tous deux habitaient les territoires du nord de l'Iran et appartenaient à des peuples indo-européens nomades. Par la suite, les peuples du nord de l'Iran et de l'Atropatène (Azerbaïdjan) se retrouvent à la périphérie de ce processus, et lors de la vague suivante de création d'un État iranien, venant tout juste du nord sous les Safavides, les Turcs iraniens (chiites-kizilbashi) s'avèrent être la base de l'élite politique. Les Kurdes ne jouent pas un rôle majeur dans ce processus.

Historiquement, les Kurdes, descendants des Mèdes, étaient zoroastriens, et la religion zoroastrienne de l'Iran sassanide était traditionnelle pour eux.

empire-perse-740x472.jpg

Dès le premier siècle de notre ère, le christianisme a commencé à être prêché parmi les Kurdes. Eusèbe de Césarée rapporte que Thomas l'Apôtre a prêché parmi les Midians et les Parthes. Comme les Kurdes chrétiens vivaient dans les régions orientales, le nestorianisme s'est ensuite répandu parmi eux, ce qui les a intégrés à l'Église iranienne. Il y avait de nombreux centres influents de la religion nestorienne au Kurdistan, qui ont joué un rôle important à cette époque - le centre d'Erbil au 16ème siècle, Jezir au 17ème siècle, quant à la ville kurde de Kujan est devenue le centre d'un diocèse nestorien au 19ème siècle [2]. Le miaphysisme se répand également (cette fois sous l'influence des Arméniens).  

À partir du VIIe siècle de notre ère, lorsque l'Iran a été envahi par les Arabes, qui ont atteint le Caucase et le sud de la mer Caspienne, c'est-à-dire ont occupé tout le territoire historiquement habité par les Kurdes, ces derniers se sont retrouvés sous l'autorité du califat arabe et, respectivement, sous l'influence islamique [3]. Ainsi, les Kurdes ont d'abord opposé une résistance farouche aux Arabes lors de la conquête de Holwan, Tikrit, Mossoul, Jizra et de l'Arménie du Sud, puis ils ont constamment pris part aux révoltes anti-arabes. Petit à petit, cependant, les Kurdes eux-mêmes ont commencé à se convertir à l'Islam. Parmi eux, l'islam sunnite du mazkhab shafiite est le plus répandu, ce qui les rapproche des musulmans du Daghestan et du Caucase du Nord dans son ensemble. Une petite minorité de Kurdes pratique le chiisme. À l'époque de la propagation du soufisme (IXe siècle), les Kurdes ont volontiers accepté ses enseignements, et le soufisme, dans ses deux principales versions, naqshbandiya et kadyriya, est devenu partie intégrante de l'islam kurde. Cependant, le soufisme ne s'est pas répandu avant le XVIe siècle.

À certaines périodes, les Kurdes ont créé des formations politiques de grande envergure et fondé des dynasties dirigeantes. L'une de ces dynasties kurdes était les Shaddadides, qui ont établi un État indépendant sur le territoire de l'Albanie caucasienne aux XIe et XIIe siècles. Les Saddadides pratiquaient l'islam sunnite et se présentaient comme des adeptes de l'islam, contrairement à la Géorgie et à l'Arménie chrétiennes. En 1072, la dynastie se divise en deux branches : Ganja et Ani. La population des émirats de Ganja et d'Ani était majoritairement arménienne et la culture majoritairement persane.

Les Shaddadides ont régné jusqu'à la fin du XIIe siècle. Plus tard, les Kurdes ont reconnu la domination des Seldjoukides, avec lesquels ils étaient alliés, et ont obtenu le droit de créer une autre entité vassale, l'émirat d'Ani.

Une autre dynastie kurde a été fondée dans la province du Jebel en 959 par le chef kurde de la tribu des Barzikan, Hasanwayhid bin Hasan, qui a été renversé par les Bouyides.

Une autre dynastie, la plus célèbre, fut celle des Mervanides (de 990 à 1096). Cette dynastie kurde a été fondée par Abu Ali bin Mervan bin Dustak.

Marwanids_dynasty.jpg

Salah ad-Din (1138 - 1193), le plus grand chef militaire du XIIe siècle, qui était d'origine kurde et appartenait à la même tribu Ravadi, que le fondateur de la dynastie des Shaddadides - Mohammed Shaddad ben Kartu devrait être mentionné séparément. 

Salah ad-Din dépose le dernier souverain chiite de l'État fatimide, élimine le califat fatimide, conquiert face aux croisés d'immenses territoires du Moyen-Orient, dont la Terre sainte, et devient le sultan d'Égypte, d'Irak, du Hedjaz, de Syrie, du Kurdistan, du Yémen, de Palestine et de Libye, établissant la dynastie ayyoubide, qui existera jusqu'en 1250. Mais Salah ad-Din, dans ses exploits, ne parle pas au nom des Kurdes en tant que communauté, mais au nom des Seldjoukides, au service desquels il était et sur l'armée desquels il comptait.

sal_09_(2)__sized.jpg

Néanmoins, le fait même de l'existence de dynasties kurdes confirme le modèle classique des débuts turaniens : les nomades indo-européens belliqueux sont souvent devenus les fondateurs de dynasties ou l'élite militaro-politique d'États sédentaires.

La région habitée par les Kurdes jusqu'au XIIIe siècle était appelée "Jebel" par les Arabes. (littéralement, "Hautes Terres"), plus tard, il sera connu sous le nom de "Kurdistan". Au début du XVIe siècle, il existait de petites principautés ou émirats kurdes au Kurdistan : Jazire, Hakari, Imadia, Hasankayf, Ardelan (au Kurdistan iranien), Soran et Baban. En plus de ceux-ci, il y avait des fiefs plus petits. En outre, depuis le début du Moyen Âge (de 1236 à 1832), les Kurdes yézidis possédaient un petit émirat dans le nord de la Mésopotamie, le Sheikhan. L'"État idéal" des Yazidis, en partie politique et administratif, en partie ethno-religieux, comprenait Sheikhan et Sinjar, ainsi que la vallée sacrée de Lalesh, où se trouve le principal sanctuaire yazidi - la tombe de Sheikh Adi, le fondateur de la religion kurde du yazidisme [4].

Yezidi_Man.png

1 shJZnGDuee_8PM4dMEMXkA.jpeg

Après l'établissement de la dynastie safavide, les Iraniens ont commencé à détruire délibérément l'indépendance des principautés kurdes. Le souvenir de la résistance héroïque des Kurdes est conservé dans les légendes kurdes sur la défense de la forteresse de Dymdim. Après la défaite du Shah par les Ottomans de Selim Ier, la majeure partie du Kurdistan est passée sous l'autorité des Turcs, qui ont également commencé à abolir les principautés kurdes autonomes.

Au cours des conquêtes mongoles, la plupart des régions peuplées de Kurdes sont passées sous la domination des Halaguidés, et après l'écrasement de la résistance kurde, de nombreuses tribus kurdes ont quitté les plaines pour les régions montagneuses, reproduisant en partie le scénario de civilisation des peuples caucasiens, dont les Kurdes étaient très proches à bien des égards. Certains Kurdes se sont également installés dans le Caucase.

Plus tard, les territoires kurdes se sont retrouvés dans la zone frontalière entre la Turquie ottomane et l'Iran [5], ce qui a eu un effet douloureux sur la rupture de l'horizon culturel unique et a donné une dimension tragique au Dasein kurde [6]. Les descendants directs des grands Midi/Mèdes, qui ont dirigé l'empire mondial, ont été privés du pouvoir politique et déchirés entre deux empires en guerre, dont aucun n'a été favorable aux Kurdes jusqu'à la fin du leur. Avec les Iraniens, ils étaient liés par leur ascendance indo-européenne, leurs anciennes racines zoroastriennes et la proximité de leur langue, et avec les Turcs par le sunnisme et un lien commun de "guerrièrisme" nomade, ce qui en faisait des alliés même à l'époque seldjoukide.

Le yazidisme et ses strates

La plupart des Kurdes appartiennent à l'islam sunnite, mais dans tous les cas, les Kurdes ressentent vivement leur différence par rapport aux autres peuples, gardant leur identité inchangée. Cette identité est l'horizon kurde, qui depuis des siècles est étroitement lié aux montagnes et au paysage d'accueil montagneux. Comme les Kalash et les Nuristanis, les Kurdes ont conservé de nombreux traits archaïques des peuples indo-européens du Touran, et ne se sont jamais complètement mélangés avec les Perses sédentaires (majoritairement chiites) ou les Turcs sunnites, malgré des contacts culturels étroits et de longue date avec les uns et les autres.

Cette identité kurde s'exprime le plus clairement dans le phénomène hétérodoxe (d'un point de vue islamique) du yézidisme, un mouvement religieux particulier et unique parmi la branche nord des Kurdes, les Kurmanju. Ce courant est lui-même apparu comme une ramification du soufisme au XIIe siècle, sur la base des enseignements du cheikh soufi Adi ibn Musafir (1072 - 1162), venu au Kurdistan irakien de la région de Balbek au Liban. Le cheikh Adi connaissait des figures majeures du soufisme comme al-Ghazali et Abdul-Qadir al-Gilani, le fondateur de la tariqat qadiriyyah. Les Yazidis eux-mêmes croient que Sheikh Adi, qu'ils révèrent comme l'incarnation de la divinité, n'a fait que réformer et renouveler conformément au mandat divin l'ancienne foi, qu'ils appellent "Sharfadin".

Les enseignements des Yazidis ne sont pratiquement pas étudiés en raison de la nature fermée de ce groupe religieux, qui se tient à l'écart non seulement des autres confessions et peuples, mais aussi de la majorité des Kurdes, et qui est très réticent à communiquer les fondements de sa foi. Une légende veut que les Yazidis possèdent des collections de textes sacrés, que les représentants des castes supérieures - les cheikhs et les pirs - cachent soigneusement aux autres. Seuls deux de ces textes - manifestement fragmentaires et composés d'éléments hétérogènes - ont été connus et traduits dans les langues européennes : le " Livre des Révélations " (Kitab-ol-Jilwa) et le " Livre noir " (Mashaf-Resh). Ils ont été publiés en anglais en 1919 [7], et en russe leur compte rendu est paru en 1929 [8]. Dans l'ensemble, cependant, la religion yazidie est restée pratiquement inconnue jusqu'à aujourd'hui.

762x1200.jpg

lieux-saints-yezidis2012-V2.jpg

Certains détails de la théologie religieuse yézidie ont donné aux peuples environnants, notamment aux musulmans, l'impression que le culte yézidi vénère Shaitan (le diable chrétien). Cependant, cette tradition est certainement quelque chose de plus complexe, bien qu'elle se distingue nettement de l'Islam - même dans sa forme soufie.

Il existe plusieurs versions de l'origine de la religion yazidie, qui peuvent être considérées non pas comme mutuellement exclusives, mais comme correspondant à différentes couches de cette tradition.

La couche la plus profonde est le zoroastrisme, qui se manifeste dans la doctrine des sept archanges (Amesha Spenta du mazdéisme), dans le culte du feu, dans le culte du soleil, et même le principal symbole des Yezidis - le grand paon, parfois représenté simplement par un oiseau (les Yezidis dans le "Livre noir" s'appellent Angar) - peut être une version de l'image de l'oiseau sacré zoroastrien Simurg. Tous les Kurdes en général (y compris les Yezidis) admettent qu'avant l'adoption de l'Islam ils pratiquaient la religion zoroastrienne, donc ilspréservaient dans les montagnes indo-européennes des fragments de l'ancienne foi, ce qui semble tout à fait naturel. Les vêtements sacrés des Yézidis sont également proches de la tenue zoroastrienne : une chemise blanche (kras) avec un col spécial brodé (toka yezid ou grivan) et une longue ceinture sacrée en laine (banne pshte), appelée "kusti" par les Zoroastriens.

teaserbox_39470995.jpg

doc77mqgimgkp23dmdatc_doc77mnw8znocp1f3lbfoo8.jpg

Le nom Yezid est dérivé du fils du premier calife omeyyade, Muwiya I Yazid. Les Yazidis eux-mêmes soulignent parfois que le réformateur (ou fondateur) de leurs enseignements, Sheikh Adi, était lui-même un descendant de Muawiya par Yazid. Yazid était un adversaire majeur de l'Imam Ali et de sa famille et est considéré comme responsable de la mort de l'Imam Hussein. Pour cette raison, il n'est pas très populaire auprès des musulmans, et les chiites le détestent ouvertement et avec véhémence. En même temps, les traces du Yazid historique ont été presque complètement effacées par les Yazidis, le pathos anti-chiite est absent, et Yazid ou Yazid lui-même est considéré comme une divinité céleste (peut-être la plus haute). En effet, l'étymologie iranienne interprète le mot Yazid ou Yezid comme un mot moyen persan yazad ou yazd (de la base iranienne ancienne *yazatah"), signifiant "divinité", "ange", "être digne de culte". Par conséquent, le nom même de "Yazidis" peut être interprété comme "peuple des anges" ou "peuple du culte", mais aussi comme "peuple de Yazd", c'est-à-dire "peuple de Dieu".

Mais la trace la plus frappante du zoroastrisme est la fermeture complète de la communauté yézidie, fondée sur les castes. Elle est strictement divisée en trois castes - deux sacerdotales (cheikhs et pirs) et une séculière (mrid), bien que la caste séculière, à laquelle appartiennent la plupart des Yezidis, représente par définition les adeptes des maîtres spirituels et soit la plus étroitement liée aux deux plus hautes. Ainsi, chaque mrid (simple yazid) doit avoir un "frère dans l'au-delà", qui ne peut être qu'un membre de la caste des cheikhs et des piers. Le "frère dans l'au-delà" est censé aider le yézid décédé à franchir le pont mince (l'équivalent direct du pont Chinwat zoroastrien) pour entrer au paradis. Les castes sont strictement endogènes, et il est strictement interdit à tous les Yazidis de se marier ou même d'avoir des relations extraconjugales avec des membres d'une autre caste. Cela se justifie par le fait que les Yezidis appartiennent à un type spécial de personnes, radicalement - ontologiquement - différent du reste. La légende yézidie raconte que les premiers êtres humains Adam et Eve, qui ne connaissaient pas le mariage, ont essayé de produire une descendance à partir de leurs propres graines en les plaçant dans deux jarres. Après 9 mois, des bébés mâles et femelles sont apparus dans la cruche d'Adam à partir de sa semence, et dans la cruche d'Eve à partir de sa "semence", des vers puants sont apparus. Les Yezidis croient qu'ils continuent la lignée de ces enfants d'Adam créés sans femelles. Le reste du peuple est issu des enfants ultérieurs d'Adam, déjà conçus par Eve. On retrouve ici le motif zoroastrien classique de la pureté sacrée des enfants de la Lumière, qui ne doivent en aucun cas se mêler aux enfants des Ténèbres. D'où l'endogamie rigide des castes.

Layard Nineveh remains.jpg

La première des trois règles principales de la religion yazidie est l'interdiction du mélange des castes. La deuxième règle est l'interdiction de changer de religion. La troisième est l'interdiction de la désobéissance aux prêtres et plus encore de la violence à l'encontre des membres du Sheikh et des castes de fétiches.

Tous ces éléments, qui sont essentiels et fondamentaux pour la religion yézidie et son organisation ethno-politique, remontent directement au zoroastrisme classique.

En même temps, il y a un trait curieux dans les mythes et légendes des Yezidis qui a, cette fois, des racines touraniennes. Elle concerne l'interdiction des cultures céréalières. La chute même d'Adam n'est pas décrite comme une conséquence de la consommation d'une pomme, mais comme une conséquence de la consommation de céréales interdites par Dieu. Il s'agit d'une caractéristique classique de la société nomade, qui percevait les céréales - partie intégrante de la culture agricole - comme un domaine interdit, une sorte d'"enfer pour le nomade". Pour un porteur d'une culture purement touranienne, manger du pain est un péché. La même parcelle a été préservée chez le peuple indo-européen Talyche, proche des Kurdes par la langue et la culture, mais contrairement aux Kurdes (principalement du sud - Zaza et Gurani), les Talyches n'ont pas quitté leurs territoires et ne se sont pas déplacés de la mer Caspienne vers la Mésopotamie, l'Anatolie et le Moyen-Orient, restant sur la terre d'Azerbaïdjan. Ainsi, une trace touranienne prononcée s'ajoute au zoroastrisme classique dans le yézidisme kurde.

5c639bb01c32a.png

On peut en outre distinguer certains éléments de l'iranisme hétérodoxe combinés à des motifs judéo-chrétiens. Les courants judéo-chrétiens sont proches de l'iranisme tant au niveau génétique que conceptuel dans leur structure. Inversement, les sectes judéo-chrétiennes ont eu une grande influence sur le manichéisme. Nous voyons des traces du judéo-christianisme chez les Yezidis dans les rites préservés du baptême et de la communion avec le vin lors d'un repas sacré. En outre, les Yezidis pratiquent la circoncision, qui correspond également au cycle judéo-chrétien. Le fait que le principal sanctuaire yézidi de Lalesh était autrefois un monastère nestorien s'inscrit donc bien dans cette séquence. Ces mêmes courants hétérodoxes irano-chrétiens (comme les Mandéens, les Sabéens, etc.) étaient également caractérisés par des motifs gnostiques, que l'on retrouve en abondance chez les Yézidis. Cette couche a, cette fois, une origine moyen-orientale et se superpose à une identité tourano-iranienne plus ancienne.

170px-Pilgrims_and_festival_at_Lalish_on_the_day_of_the_Ezidi_New_Year_in_2017_20.jpgEnfin, les influences islamiques proprement dites constituent la dernière couche de la religion complexe des Yézidis. On retrouve ici les traditions soufie et chiite. La pratique même de l'adoration du Sheikh en tant que kutb, le poteau, est associée au soufisme. Un rôle majeur dans la métaphysique yazidi est joué par l'image de la perle blanche, dans laquelle l'essence divine s'est incarnée avant même le début de la création. Ce thème est central dans l'ontologie soufie, développant la thèse du hadith selon lequel "Dieu était un trésor caché (la perle) mais voulait être connu". Cette image joue un rôle majeur dans les enseignements du Shi'ite Nusayri. L'islam chiite est également associé à la notion d'importance particulière du premier cercle des disciples du cheikh, qui, dans l'islam chiite, a été transféré à la famille de Mahomet et surtout à la famille de l'imam Ali.

Dans les enseignements des Yazidis, une attention particulière est portée à l'ambiguïté du principal gestalt sacré, l'Ange-Paulin (Malaki-Ta'uz), identifié à l'ange juif Azazil. Dans la Kabbale juive, le même nom (Aza, Azazil) est utilisé pour le démon de la mort. Les textes yézidis soulignent que dans les autres religions, qui ont pour origine Adam et Eve et pas seulement Adam, comme les Yézidis eux-mêmes, l'ange-Paulin est mal compris comme un "ange déchu". C'est l'aspect le plus inquiétant de la religion yézidie, qui a conduit d'autres cultures à les considérer comme des adorateurs du diable. D'une part, l'oiseau primordial peut être rattaché à la tradition indo-européenne, aux oiseaux sacrés des Scythes, au Garuda des Hindous, au Simurg des Perses et à l'aigle de Zeus des Hellènes. Mais nulle part cette image ne souffre de la moindre ambiguïté et est considérée comme un attribut de la plus haute divinité céleste.

NLM_MS_P_2-fol187b-anqa.jpg

Mais nous rencontrons la diabolisation de l'aigle en dehors du contexte indo-européen chez les peuples adyguéens et abkhazes du Caucase, où l'aigle de fer du dieu maléfique Paco devient la victime du héros "positif" Bataraz, et où il existe une image encore plus expressive de la "Tha des oiseaux de proie", à l'image de laquelle apparaît la tête des anges déchus. La proximité géographique des Caucasiens et des Kurdes, et les liens communs avec le substrat hourrite, suggèrent une autre dimension de la religion kurde yazidie responsable de ses aspects " sombres " ou du moins ambigus.

A cette ambiguïté s'ajoute la subtile dialectique de la métaphysique soufie d'al-Khallaj, qui contient une sorte de justification d'Iblis (le Diable), qui a refusé de se prosterner devant Adam non par orgueil, mais par Amour absolu pour Dieu qui ne permet aucun intermédiaire. Ce thème est en accord avec les motifs gnostiques de la Sophia déchue. Bien que chez les Yezidis ce thème ne soit pas directement souligné, la structure gnostique de leur tradition et certaines allusions antinomiennes - par exemple, l'intrigue du Livre noir des Yezidis, où c'est Malaki-Ta'uz qui encourage Adam à violer l'interdiction divine de manger du grain - permettent une telle interprétation.

Dans l'ensemble, la religion des Yezidis reflète une identité kurde profonde qui remonte au fond des âges. L'analyse de ce que les critiques extérieurs reprochent aux Yazidis et de ce qui constitue des aspects ambigus de leur religion repose en grande partie sur une mauvaise compréhension de sa structure interne, ainsi que sur une mauvaise interprétation des figures et des images individuelles, ce qui est exacerbé par une nature véritablement syncrétiste et fermée des Yazidis, rendant difficile la compréhension de la morphologie intégrale de leurs enseignements.

Les Kurdes chiites

L'identité kurde se manifeste de manière tout à fait différente à l'autre extrémité du spectre religieux - chez les Kurdes chiites. Il convient ici de distinguer deux courants : les Kurdes alévis, les plus nombreux parmi l'ethnie Zaza (mais aussi parmi les Kurdes du nord - les Kurmanji), et les Kurdes partageant la doctrine des Ahli Haq (littéralement, "peuple de la vérité").

Les Alévis sont un ordre chiite-soufi qui est apparu au XIIIe siècle dans le sud-est de l'Anatolie, à proximité de l'école fondée par Hadji Bektash et qui est devenue par la suite la base religieuse de la "nouvelle armée" des sultans ottomans - les janissaires. Les Alévis ont poursuivi la tradition du soufisme iranien extrême (Gulat), centrée sur la vénération d'Ali et des Imams, et de Salman Fars en tant que figure clé particulière de la gnose lumineuse iranocentrique.

QIZILBASH.jpg

Plus tard, aux quinzième et seizième siècles, les Alévis ont été rejoints par les branches turques des Qizil Bash, qui sont devenues le fondement de la dynastie safavide d'Iran, mais dans les territoires turcs sous contrôle sunnite, ils ont dû s'adapter à des conditions hostiles et dissimuler leur identité. De même, les Kurdes ont vu dans l'alévisme la possibilité de rester dans la société ottomane, où un islam zahirite agressif et plutôt intolérant est devenu la force dominante après Sélim Ier, car l'alévisme était respecté par les dirigeants ottomans - en tant qu'idéologie religieuse originelle des premiers dirigeants ottomans et base spirituelle de la plus importante institution militaro-politique et religieuse de l'Empire ottoman - l'armée des janissaires et l'ordre bektashi.

D'autre part, les Kurdes voyaient dans l'alévisme de nombreux traits proches de la tradition zoroastrienne, ce qui rendait leur participation à ce courant justifiée en termes de préservation de leur identité indo-européenne originelle. Un certain nombre de caractéristiques rituelles rapprochent les Alévis kurdes des Yazidis. Parmi elles, on trouve par exemple le principe de l'endogamie stricte - les Kurdes alévis ont le droit de n'épouser que des membres de la communauté alévie, préservant ainsi la pureté des "enfants de la Lumière" sur laquelle se fondent la tradition mazdéenne et diverses versions ultérieures de l'iranisme.

49_alevis.jpg

Un autre courant du shi'isme radical (gulat) est l'Ahli Haqq, fondé par le sultan Sahak à la fin du quatorzième siècle. Cette tendance s'est répandue parmi les Kurdes du sud et surtout parmi les Kurdes d'Iran. La plupart d'entre eux appartiennent à l'ethnie Goran, mais il y a aussi des groupes importants d'Ahli Haqq dans les peuples kurdes de Kelhuri et de Lur. Un autre nom pour cette doctrine est Yarsan (Yâresân - littéralement, "communauté d'amoureux" ou "communauté d'amis").

La doctrine du mouvement Ahli Haqq est sensiblement la même que celle du yézidisme. Il affirme également l'idée de l'incarnation d'êtres supérieurs (Dieu ou les anges) dans une chaîne de sept messagers choisis. Ce thème est un classique de la prophéologie judéo-chrétienne et du manichéisme. Elle est également assez caractéristique du chiisme - en particulier du chiisme radical, où les membres de la famille de Mahomet et du clan de l'imam Ali sont considérés comme de telles incarnations. Les membres de l'Ahli-Haqq reconnaissent sept de ces incarnations successives, dont la deuxième et la troisième coïncident avec la lignée des séminaristes chiites, Ali et Hasan ("Shah Khoshen"). En général, il est facile d'identifier l'influence ismaélienne dans les enseignements d'Ahli Haqq (par exemple, la mention de Sheikh Nusayr parmi les assistants d'Ali). La première incarnation, cependant, est Havangdagar, par laquelle les membres de l'Ahli Haqq font référence à la divinité suprême elle-même. Chaque incarnation est accompagnée de quatre "anges amis" ou "anges aides" (yārsān-i malak), d'où le nom de toute la communauté Yarsan. La cinquième "aide" est l'ange féminin, une figure classique du zoroastrisme (fravarti). L'Ahli Haqq partage la doctrine soufie traditionnelle des quatre étapes de la connaissance de la vérité - shariah, tarikat, marifat et haqiqat, et des étapes du développement spirituel de l'âme respectivement. Les adeptes de cette école de pensée pratiquent le zikr soufi traditionnel.

Un trait irano-zoroastrien est l'idée de la dualité d'origine de l'humanité, qui rapproche également l'Ahli Haqq des Yazidis. Selon leur doctrine, les membres de la communauté Ahli-hakk ont été créés à l'origine à partir de "l'argile jaune" (zarda-gel), tandis que le reste de l'humanité est issu de la "terre noire" (ḵāk-e sīāh).

L'eschatologie d'Ahli Haqq reproduit généralement le chiisme classique : les élus attendent la venue de l'Homme du Temps, le Mahdi. Mais selon Ahli Haqq, le Mahdi doit apparaître parmi les Kurdes - dans la région kurde de Sultaniyah (province iranienne de Zanjan) ou à Shahrazur, la ville qui, selon les légendes kurdes, a été fondée par le roi Dayok (ou Dayukku), considéré comme le fondateur d'une dynastie de rois midiens. Ce détail souligne le caractère ethnocentrique de l'eschatologie kurde.

En même temps, comme chez les Yezidis, on constate l'influence des groupes judéo-chrétiens - on reconnaît notamment l'immaculée conception du fondateur (ou réformateur) de cette doctrine, le sultan Sahak, dont la tombe dans la ville de Perdivar est un centre de pèlerinage.

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, l'un des chefs spirituels de l'Ahli Haqq, Hajj Nematallah, a beaucoup fait pour activer ce groupe, en publiant un certain nombre de textes religieux et poétiques, qui ont joui d'une grande popularité parmi les Kurdes - surtout le Shah-name-i haqiqat (Le livre de la vérité du roi).

1512kurdistan3.jpg

Les Kurdes : identité et État

Bien que leurs origines remontent aux musulmans qui ont fondé le puissant Empire, et bien qu'ils aient parfois été les ancêtres de puissantes dynasties (comme les Ayubides), les Kurdes n'ont pas été en mesure de construire un État propre jusqu'à aujourd'hui.

Ils ont cependant apporté une contribution significative à la culture du Moyen Âge islamique, notamment dans le domaine de la poésie. Le premier poète kurde est considéré comme Piré Sharir, qui a vécu au 10e siècle et a laissé un corpus de courts poèmes aphoristiques, extrêmement populaires parmi les Kurdes. Un autre des premiers poètes kurdes est Ali Hariri (1009-1079). La première grammaire de la langue kurde a été compilée aux Xe et XIe siècles par un contemporain d'Ali Hariri, le poète Termuqi, qui a été le premier à écrire des poèmes en kurmanji. L'une des œuvres de Termuqi porte le même nom que la célèbre pièce de Calderon "La vie, en effet, est un rêve".

Plus tard au XVIe siècle, Mela Jeziri, un éminent poète kurde, a jeté les bases d'un courant soufi dans la poésie kurde, devenant un modèle pour les générations successives de poètes soufis kurdes. Dans toutes les élites intellectuelles kurdes, un accent particulier sur l'identité kurde est évident dès les premiers poètes. Au XVIIe siècle, un autre poète soufi kurde, Faqi Tayran (1590 - 1660), également appelé "Mir Mehmet", a rassemblé de nombreux contes populaires kurdes dans un recueil intitulé "Contes du cheval noir" (Kewlê Hespê Reş). Il est le premier à faire l'éloge de la défense héroïque de la forteresse de Dymdım en 1609-1610.

Les représentants de l'élite kurde commencent peu à peu à se rendre compte de l'anomalie - le fossé entre la grande histoire des Kurdes, le niveau de conscience de leur identité unique, leur militantisme et leur héroïsme d'une part, et la position subordonnée au sein d'autres empires - d'abord le califat arabe, puis la Turquie ottomane et l'Iran séfévide.

143972.JPGAinsi, le plus grand poète kurde, Ahmed Khani (1650-1708) (tableau, ci-contre), auteur du célèbre poème épique des Kurdes, sur l'histoire d'amour tragique "Mam et Zin", est plein de tristesse pour l'État kurde disparu et de nostalgie pour la grandeur passée [9]. Ahmed Khani est considéré comme l'un des premiers idéologues du renouveau kurde et est connu comme un combattant de l'identité kurde, préparant la prochaine étape de l'éveil de la conscience nationale. Un autre grand poète kurde, Hadji Qadir Koy (1816-1894), a poursuivi cette tendance. Dans son œuvre, le désir de libération des Kurdes et d'établissement de leur propre État est encore plus contrasté et sans ambiguïté.

Au XIXe siècle, lorsque l'Empire ottoman a commencé à s'affaiblir et que nombre des peuples qui le composaient (Arabes, Grecs, Slaves, etc.) ont commencé à élaborer des projets d'indépendance, des sentiments similaires sont apparus chez les Kurdes. En 1898, le premier journal en kurde, Kurdistan, est publié au Caire. Plus tard, le journal Kurdish Day (rebaptisé plus tard Kurdish Sun) commence à être imprimé à Istanbul. Un magazine appelé Jin (Vie) est publié en turc, qui proclame ouvertement la volonté de créer un État kurde indépendant.

À la fin du XIXe siècle, les Kurdes soulèvent de plus en plus de soulèvements anti-turcs (par exemple, en 1891 à Dersim).

Les Kurdes ont d'abord soutenu les Jeunes Turcs et l'arrivée au pouvoir de Kemal Ataturk, y voyant l'espoir de mettre fin à l'oppression de l'administration ottomane. Les Alévis ont même reconnu en Ataturk le Mahdi, une figure eschatologique destinée à libérer les peuples de l'oppression et de l'injustice : c'est ainsi que la conscience religieuse a interprété la fin de l'ère de la domination du zahirisme sunnite rigide, qui, depuis l'époque de Selim Ier et de Soliman le Magnifique, avait remplacé une religion entièrement différente - spirituelle et de style iranien - des premiers dirigeants ottomans, inextricablement liée au soufisme ardent du cheikh Haji-Bektaş, de Yunus Emre et de Jalaladdin Rumi et comportant de nombreux thèmes chiites.

Cependant, les Kurdes n'ont pas obtenu ce qu'ils voulaient lors de l'effondrement de l'Empire ottoman. Une partie du Kurdistan est restée dans le nouvel État turc, une autre partie a été incorporée à l'Irak par l'administration d'occupation britannique, la troisième a été cédée à la Syrie et la quatrième est restée en Iran. Ainsi, une immense nation de quarante millions de personnes a été divisée en quatre parties, comprenant deux puissances coloniales, où le nationalisme arabe est devenu l'idéologie dominante (Syrie et Irak), la Turquie, où s'est affirmé le nationalisme turc sous une nouvelle forme - laïque, et l'Iran, où le chiisme dominant et l'identité persane en douze points servaient également de dénominateur commun à l'État, sans accorder aux Kurdes une place particulière, sans toutefois les opprimer autant qu'en Irak, en Syrie et en Turquie.

image.jpeg

Le vingtième siècle n'a donc pas été l'occasion pour les Kurdes d'établir leur propre État, et la question a été reportée à un avenir incertain. En même temps, il n'y avait pas de consensus clair parmi les Kurdes sur le type d'État kurde qu'il devait être et sur quelle base idéologique il devait être fondé. De plus, il n'y avait pas non plus de consensus entre les dirigeants.

Ainsi, dans chacun des pays où vivaient les Kurdes, les forces suivantes ont pris forme.

En Turquie, l'organisation de gauche fondée sur les principes socialistes (communistes) - le Parti des travailleurs du Kurdistan - est devenu l'expression politique de la lutte des Kurdes pour l'autonomie et, à la limite, l'indépendance. Depuis le milieu des années 40, l'Union soviétique apporte un soutien militaire et politique aux Kurdes afin de contrer les intérêts des pays occidentaux au Moyen-Orient. Ainsi, le leader des Kurdes irakiens Mustafa Barzani (1903 - 1979) s'est enfui vers le territoire soviétique après avoir été vaincu par les Irakiens lors de l'affaire de de la République kurde de Mehabad, où il a été accueilli, soutenu, puis à nouveau envoyé en Irak. Pour les Kurdes, l'URSS était donc considérée comme un point d'appui géopolitique, qui prédéterminait dans une large mesure l'orientation idéologique des Kurdes - en particulier des Turcs.

Nation-Styates-Kurds-in-Iraq-1-9090d0a.jpg

Chez les Kurdes vivant dans une société traditionnelle, le communisme était difficilement compréhensible et nullement attrayant, de sorte que ce choix a très probablement été déterminé par des considérations pragmatiques. En outre, les Kurdes irakiens se sont heurtés à plusieurs reprises aux Britanniques (le premier soulèvement anti-anglais a été soulevé par Ahmed, le frère de Mustafa Barzani, en 1919), au cours duquel les Britanniques ont mené des opérations punitives contre les Kurdes, détruisant tout sur leur passage, mais les Britanniques étaient des ennemis de l'URSS.

Le chef du Parti des travailleurs du Kurdistan était Abdullah Öçalan, qui a dirigé le mouvement d'insurrection armée kurde, proclamant en 1984 le début de la lutte armée pour l'établissement d'un Kurdistan indépendant. L'aile militaire du parti est constituée des Forces d'autodéfense du peuple. Öçalan est actuellement emprisonné en Turquie, après avoir été condamné à la prison à vie.

Le Parti des travailleurs du Kurdistan lui-même est considéré comme une "organisation terroriste" dans de nombreux pays. En fait, le Parti de la paix et de la démocratie, issu du Parti de la société démocratique, interdit en 2009, agit désormais au nom des Kurdes de Turquie. Mais pour toutes ces structures, la tradition des idées socialistes et sociales-démocratiques de gauche parmi les Kurdes turcs est maintenue.

pkk_anfespanol.jpeg

Les Kurdes irakiens sont réunis au sein du Parti démocratique du Kurdistan, formé par Mustafa Barzani, qui, comme nous l'avons vu, était également tourné vers l'URSS et bénéficiait de son soutien. L'aile militaire du parti est devenue l'armée kurde - les Peshmerga (Pêşmerge littéralement, "ceux qui regardent la mort en face"), qui est apparue à la fin du XIXe siècle pendant la lutte des Kurdes irakiens pour l'indépendance.

Il y a eu une confrontation précoce entre les deux leaders à la tête du Parti démocratique du Kurdistan, reflétant les intérêts de deux unités tribales kurdes - les Barzani [10], basés à Bahdinan, et les Kurdes Sorani, basés à Sulaymaniya.

La tribu Barzani était représentée par Mustafa Barzani, le héros de la lutte pour l'indépendance du Kurdistan, dont la cause, après sa mort, a été dirigée par son fils Masoud Barzani, l'ancien président du Kurdistan irakien pendant la période critique pour l'Irak de 2005 à 2017. Masoud Barzani participait depuis 16 ans à des opérations militaires avec les unités kurdes peshmerga. Après que Massoud Barzani a quitté la présidence, son neveu, le petit-fils de Mustafa Barzani, Nechirvan Idris Barzani, a repris le poste.

L'alliance tribale opposée après 1991 était représentée par la figure flamboyante de Jalal Talabani, qui a été président de l'Irak de 2005 à 2014....

Après la défaite des forces de Saddam Hussein par les forces de la coalition occidentale, Masoud Barzani et Jalal Talabani ont travaillé ensemble pour établir un contrôle militaire et politique sur les territoires du Kurdistan irakien. Toutefois, les contradictions entre les dirigeants se sont traduites par la division effective du Kurdistan irakien en deux parties : la partie orientale (Sulaymaniyah, district de Soran, du nom de la tribu kurde des Sorani), patrie de Talabani, où sa position était la plus forte, et la partie nord-ouest (Bahdania), patrie de Barzani, où ses partisans l'emportaient.

Ce dualisme relatif parmi les Kurdes irakiens a persisté jusqu'à aujourd'hui. Dans certaines situations, les dirigeants des deux entités tribales forment des alliances entre eux. Dans d'autres, la coopération fait place à la rivalité. 

En Syrie, le Parti démocratique kurde de Syrie peut être considéré comme la principale organisation kurde. Actuellement, pendant la guerre civile syrienne, il y a aussi le Conseil national syrien, qui comprend d'autres forces. Les Kurdes syriens n'avaient pas de personnalités aussi brillantes que Barzani, Talabani ou Öçalan, et leurs idées et structures ont donc été fortement influencées par les structures kurdes turques ou irakiennes, où dans les deux cas les tendances gauchistes étaient fortes.

En Iran, les Kurdes vivent dans quatre provinces - Kurdistan, Kermanshah, Azerbaïdjan occidental et Ilam. Les Kurdes iraniens ont historiquement montré moins de volonté d'établir un statut d'État indépendant et n'ont pas organisé de structures politiques autonomes centralisées.

En 2012, deux partis, le Parti démocratique du Kurdistan iranien et Komala (Parti révolutionnaire des travailleurs du Kurdistan), ont fait une offre pour une telle unification.

Notes:


[1] Les peuples voisins appellent les musulmans "Mar". Les Kurdes estiment que ce nom doit être attribué à leurs ancêtres directs et suggèrent que le "Mars" soit identifié aux Kurdes.

[2] Le célèbre temple yazidi de Lalesh, où se trouve la tombe du cheikh Adi ibn Musafir, vénéré par les Kurdes, faisait autrefois partie du monastère nestorien de l'apôtre Thomas. Dans la période pré-chrétienne, le même complexe sacré était un temple du Soleil.

[3] Selon une légende, le premier Kurde à avoir accepté le Silam était un compagnon de Mohammad (sahib), Jaban al-Kurdi, qui retourna au Kurdistan après la mort de Mohammad et y prêcha l'islam.

[4] Spät E., Les Yezidis. Londres : Saqi, 2005.

[5] Pendant une courte période, à la fin du XVIIIe siècle, la dynastie kurde des Zend s'est établie en Iran, avec à sa tête Kerim-khan Zend. Il est révélateur que les Kurdes manquaient tellement de solidarité ethnique que les Qajars, adversaires des Zends, se sont appuyés sur les tribus des Kurdes - Mukri, Ardelan, etc.

[6) Cela rapproche les Kurdes des Arméniens, qui ont subi un sort similaire.

[7] Joseph I.  Devil Worship: The Sacred Books and Traditions of the Yezidiz.Boston : R.G. Badger, 1919.

[8] Semenov A.A. Le culte de Satan chez les Kurdes Yezidiz// Bulletin de l'Université d'État d'Asie centrale, 1927, № 16.

[9] Rudenko M. B. Texte critique, traduction, avant-propos et index du poème d'Ahmad Hani Mam et Zin. M. : ANS SSR, 1962.

[10] La tribu Barzan est une confédération de plusieurs tribus kurdes, unies au XIXe siècle, sous la direction de cheikhs soufis Naqshbandi. Cela a eu lieu pour la première fois sous le Cheikh Abdel-Salam I. Le cheikh Abd-al-Salam II lui succède. Il prend part aux rébellions anti-turques, se cache ensuite en Russie et, après son retour au Kurdistan iranien, est extradé vers les Turcs et exécuté à Mossoul. Abdel-Salam II était le frère d'Ahmed Barzani et de Mustafa Barzani.

lundi, 07 février 2022

Iran et Israël : les guerres d'espionnage

iran_israel__ap1115175_20122019.jpg

Iran et Israël : les guerres d'espionnage

Source: https://katehon.com/ru/article/iran-i-izrail-shpionskie-voyny

La confrontation en matière d'espionnage entre Israël et l'Iran est l'une des batailles de renseignement les plus spectaculaires depuis la fin de la guerre froide.

Le début de l'année 2022 a vu un important scandale d'espionnage en Israël. Les services de renseignement du pays ont arrêté quatre femmes et un homme accusés d'espionnage pour le compte de l'Iran.  Selon les responsables des services de renseignement israéliens, ils ont tous été recrutés via les médias sociaux par un homme qui se faisait appeler "Ramboud Namdar". Le porte-parole iranien a communiqué avec ses agents via Facebook et WhatsApp.

La résidente de Holon, arrêtée, âgée de 40 ans, était en correspondance avec Namdar depuis quatre ans. Pendant cette période, elle a envoyé à son correspondant des photos de l'ambassade des États-Unis et du centre commercial local, ainsi que des détails sur les mesures de sécurité en place. Bien que la femme soupçonne Namdar d'espionnage, elle n'a pas cessé sa correspondance avec lui.

Une autre espionne, une habitante de Beit Shemesh, âgée de 57 ans, a photographié le nouveau bâtiment de l'ambassade américaine à Jérusalem et a également persuadé son fils de rejoindre une unité militaire d'élite secrète, après quoi elle a donné aux Iraniens des photos de sa carte d'identité militaire et de son médaillon de soldat. Elle a été payée 5000 $ pour ces services.

Le réseau de Rambouda Namdar comprenait deux autres femmes, une résidente de 47 ans de Kfar Saba et une résidente de 50 ans de Jérusalem. Les médias israéliens ont jusqu'à présent gardé le silence sur l'étendue de leurs activités d'espionnage.

Yossi Melman, chroniqueur pour le journal israélien HaAretz, note que bien que la plupart des personnes arrêtées soient des "petits poissons", l'incident en lui-même est troublant.

Tout d'abord, l'histoire de Ramboud Namdar a montré que des Israéliens coopèrent facilement avec les services de renseignement iraniens, même pour une très faible récompense en argent liquide. Deuxièmement, les services de renseignement iraniens sont prêts à planifier des opérations complexes et pluriannuelles visant à infiltrer la société israélienne. Troisièmement, il n'y a pas lieu d'ironiser sur les missions confiées aux agents. Obtenir des photos d'une ambassade, d'un supermarché ou d'un bâtiment de l'Institut national d'assurance peut être possible grâce à Google, mais la réalisation de telles "missions vierges" permet de tester l'aptitude des nouveaux agents à accomplir des tâches. Après un certain temps, les tâches simples peuvent être remplacées par des tâches plus complexes. L'agence de contre-espionnage israélienne "Shabak" affirme que les Iraniens prévoyaient de créer une organisation de descendants juifs d'Iran, et cherchaient également à les relier à Kathy Shitrit, membre de la Knesset.

Ce dernier scandale est loin d'être la première histoire impliquant des tentatives des services de renseignement iraniens d'accéder à des secrets de l'État sioniste. En novembre 2021, la police israélienne et le service de sécurité interne Shabak ont arrêté Omri Goren, qui travaillait comme homme de ménage dans la maison du ministre de la Défense Beni Gantz. Goren avait contacté de manière proactive les services de renseignement iraniens via les médias sociaux et leur avait proposé sa coopération. Comme preuve de son sérieux, le concierge-espion a envoyé aux Iraniens des photographies de pièces de la maison du ministre, y compris un cliché de l'ordinateur de Gantz, et sa volonté d'installer un logiciel espion sur l'ordinateur du ministre.

FEfWCbUX0AM2WhI.jpg

En 1995, un Israélien d'origine iranienne, Herzl Rudd, s'est présenté au consulat d'Iran à Istanbul et a exprimé sa volonté de travailler contre Israël. Rudd a été transféré en Iran, où il a donné des détails sur sa vie en Israël et son service militaire. Après sa formation, Rudd a rejoint les services de renseignement iraniens et a été envoyé en Israël pour une mission d'infiltration des bases militaires des FDI. Pour cela, on lui a promis une récompense de 10.000 dollars. Finalement, Hertzel Rudd a été arrêté par les Israéliens (probablement avec l'aide des services de renseignement turcs) et condamné à trois ans de prison.

F180618FF32.jpg

Toutefois, les services de renseignement iraniens ont obtenu des résultats plus importants. En 2012, elle a recruté l'ancien ministre israélien et membre de la Knesset Gonen Segev (photo, ci-dessus). Ce digne politicien avait été condamné à une peine de prison en 2005 pour trafic de drogue. En 2018, il a été enlevé par les services de renseignement israéliens en Guinée équatoriale. L'enquête a révélé que M. Segev était relié à Téhéran et restait ensuite en contact avec son supérieur hiérarchique iranien par le biais d'un canal de communication codé. L'ancien ministre a pu transmettre aux Iraniens des informations sur les bases militaires, les sites stratégiques et les hauts responsables du gouvernement et de la sécurité. Segev a également aidé les Iraniens à identifier les Israéliens occupant des postes à responsabilité. Il a présenté les agents iraniens comme des partenaires commerciaux et des hommes d'affaires étrangers.

Aujourd'hui, Gonen Segev purge une peine de 11 ans de prison.  Nahum Manbar, un homme d'affaires qui a vendu des matériaux et des préparations pour la production d'armes chimiques à la République islamique, est également détenu dans une prison israélienne.

L'Iran mène des activités de renseignement contre Israël depuis plus de 30 ans. Les agences de renseignement de Téhéran utilisent activement les Juifs iraniens qui ont émigré en Israël à cette fin. Beaucoup de ces personnes se rendent souvent dans leur pays d'origine, de manière illégale, pour rencontrer leur famille et leurs amis. Tant les Iraniens que les Israéliens ferment les yeux sur ces visites, mais tentent d'utiliser les Juifs iraniens à leurs propres fins.

L'une des bases des services de renseignement iraniens travaillant contre Israël se trouve en Turquie. Des agents des services de renseignement iraniens travaillent à Istanbul et à Ankara. Les Iraniens utilisent également les connexions du Hamas pour recruter des Arabes israéliens. Une unité du ministère iranien du renseignement et de la défense (MOIS) est chargée de contrer Tel Aviv. Les méthodes des services secrets iraniens comprennent la cyberguerre, les activités sur les médias sociaux et le contact humain direct. Les Iraniens cherchent à obtenir des informations sur les cibles militaires et stratégiques susceptibles d'être attaquées, ainsi que des informations sur les politiciens et le personnel militaire israéliens susceptibles d'être recrutés, enlevés ou éliminés.

La principale cible des cyberattaques iraniennes est constituée par les entreprises privées, dont les défenses sont très inférieures à celles des institutions gouvernementales. Les experts israéliens définissent les cyberdéfenses des entreprises comme le "ventre mou" des systèmes de sécurité israéliens. L'objectif des cyberattaques iraniennes est d'infliger des dommages matériels, de faire pression sur l'opinion publique et de "riposter" après les actes de cyberterrorisme israéliens.

Selon l'ancien général israélien Yaakov Amidror, l'Iran cherche à entourer Israël de positions pour lancer des missiles et des drones capables de frapper des cibles stratégiques à l'intérieur de l'État sioniste. Dans ce cas, la tâche des services de renseignements iraniens est d'identifier les cibles de ces armes.

Cependant, les agences de renseignement israéliennes ne sont pas non plus en reste. Comme l'a déclaré l'année dernière l'ancien ministre iranien du renseignement Ali Yunesi, des agents israéliens ont infiltré de nombreuses institutions de la République islamique - et aucun responsable gouvernemental ne peut se sentir en sécurité. M. Yunesi a imputé aux services de renseignement iraniens la responsabilité des succès israéliens sur les "institutions de sécurité parallèles" de l'Iran qui, au lieu d'attraper les espions, perturbent les citoyens ordinaires.  L'ancien président Mahmoud Ahmadinejad est d'accord avec lui : "Ce gang corrompu devrait révéler son rôle dans l'assassinat de scientifiques nucléaires et le bombardement de l'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz. Ils ont volé des documents importants de Torkuzabad et de l'Agence spatiale iranienne. Ce n'est pas une blague ! Des documents extrêmement importants ont été volés et la sécurité du pays a été compromise !".

La profondeur de l'infiltration israélienne en Iran a également été confirmée par l'ancien chef du Mossad, Yossi Cohen, dans une interview accordée aux médias israéliens en 2021. Il affirme qu'en 2018, des agents de Tel Aviv ont infiltré les archives iraniennes et ont volé des dizaines de milliers de documents liés au programme nucléaire de Téhéran. Selon Cohen, 20 agents du Mossad qui n'étaient pas des ressortissants israéliens ont participé à l'opération. Il existe également des preuves indirectes de l'implication d'Israël dans l'attaque de Natanz, l'installation d'enrichissement de l'uranium, et l'assassinat du physicien nucléaire Mohsen Fakhrizadeh. "Si cet homme est une figure qui représente un danger pour les citoyens d'Israël, il doit cesser d'exister", a déclaré Cohen.

194-143629-1593942735-4c154293-25c4-4b99-9ec2-d63259c370f3-16x9-600x338_700x400.jpg

À propos de l'attaque de Natanz, les responsables israéliens affirment avoir réussi à recruter dix scientifiques iraniens qui avaient accès au coffre-fort. On leur a dit qu'ils allaient travailler pour les dissidents. Selon une source israélienne, "ils avaient tous des motivations différentes, le Mossad a découvert ce qu'ils voulaient vraiment dans leur vie et le leur a offert. Il y avait un cercle interne d'universitaires qui en savait plus sur l'opération et un cercle externe qui facilitait mais avait moins d'informations".

Outre les incidents susmentionnés, des dizaines d'attaques ont été menées contre les infrastructures iraniennes tout au long de la période 2020-2021. Les plus importants ont été le bombardement de l'usine Sepahan Boresh dans la ville de Baqershar, l'incendie de l'usine pétrochimique Shahid Todgooyan, le bombardement du chantier naval de Bushehr, etc. Tout au long de l'année 2021, des pétroliers iraniens transportant du pétrole vers le Liban et la Syrie ont été attaqués.

Si une part importante de ces incidents semble être le résultat de cyberattaques, les experts notent que leur fort impact n'aurait pu être atteint sans un réseau d'agents opérant en dehors du territoire iranien. Là encore, les agents pourraient être des Juifs iraniens qui se sont installés en Israël ou des exilés iraniens.

Outre la collecte de renseignements, comme le montrent les faits ci-dessus, une grande partie de l'effort des services de renseignement israéliens sur le territoire de l'Iran se limite à des activités purement terroristes visant à saper le potentiel militaire, scientifique et économique de la République islamique.

L'un des objectifs de cette activité est de perturber les éventuels accords entre l'Occident et Téhéran, le fameux "accord nucléaire". Le Premier ministre israélien Naftali Bennett, s'exprimant lors d'une réunion de l'état-major de Tsahal, a déclaré que la mission principale de Tel-Aviv était de causer de sérieux dommages à la République islamique ainsi qu'à ses alliés, le Hezbollah et le Hamas, rapporte le site Mideast Monitor. Le dirigeant israélien a également déclaré que si des accords étaient conclus lors des pourparlers de Vienne entre l'Occident et l'Iran, Israël n'avait pas l'intention de s'y conformer et conservait sa liberté d'action.

14598.jpg

L'impasse en matière d'espionnage entre Israël et l'Iran est l'une des batailles de renseignement les plus spectaculaires depuis la fin de la guerre froide. Sans surprise, le sujet a déjà trouvé un écho dans l'industrie cinématographique. En 2014, des cinéastes iraniens ont réalisé un film, Fox, sur l'espionnage nucléaire israélien en Iran. En 2020, la première saison de la série télévisée israélienne Téhéran est sortie, centrée sur les tentatives des hackers israéliens et de leurs agents locaux d'infiltrer les installations secrètes de l'Iran.

Bibliographie

(1) Yossi Milman, "Ne minimisez pas la gravité de l'affaire d'espionnage iranien, c'est ainsi que fonctionne l'espionnage" (en hébreu), HaAretz, 13.01.2022, https://www.haaretz.co.il/blogs/yossimelman/BLOG-1.10535402?utm_source=Push_Notification&utm_medium=web_push&utm_campaign=General&fbclid=IwAR0-pdS4aqEjJcApjEYsdcTngo7tmAc4dGBsw5YU6nfoGKrWfeT67EHszz8.
   

(2) "Le concierge de la maison du ministre de la Défense israélien est soupçonné d'espionner pour l'Iran", RIA, 18.11.2021, https://ria.ru/20211118/izrail-1759649784.html.  
   

(3) Ami Rokhas, " 'Shabak' a exposé le réseau d'espionnage iranien composé de citoyens israéliens juifs ", ISRAELDEFENCE, 12.01.2022, https://www.israeldefense.co.il/node/53317.
   

(4) Subbotin I., "Les services de renseignement israéliens ont pris racine en Iran", Nezavisimaya Gazeta, 04.07.2021, https://www.ng.ru/world/2021-07-04/2_8189_iran.html.
   

(5) Israel ex-top spy reveals Mossad operations against Iran, BBC, 11.06.2021, https://www.bbc.com/news/world-middle-east-57440430  
   

(6) Exiting Mossad boss urges expansion of activity against Iran, Time of Israel, 31.05. 2021, https://www.timesofisrael.com/exiting-mossad-boss-urges-expansion-of-activity-against-iran/
   

(7) Яков Амидрор, «Иран как военно-политический вызов для Израиля» (ивр.), «Ба-Махане», https://www.idf.il/
   

(8) Boaz Dolev, "Iranian Cyber Attacks Against Israel" (Heb), Institute for Strategic Security Studies, 02.01.2022, https://www.inss.org.il/he/publication/cyber-iran/.
   

(9) Jake Wallis Simons, "Drones, bombes, espions - inside Israel's cunning plan to stop Iran's nukes", New-York Post, 06.12.2021, https://nypost.com/2021/12/06/drones-bombs-spies-inside-israels-cunning-plan-to-stop-irans-nukes/.

Reformater le Moyen-Orient

Fotolia_66171389_©-odriography.jpg

Reformater le Moyen-Orient

Par Vyacheslav Matuzov

Source: https://katehon.com/ru/article/pereformatirovanie-blizhnego-vostoka

L'orientaliste et diplomate russe décrit, dans l'optique de son pays, les principales tendances du monde arabe pour la nouvelle année.

Tendances générales : facteur chinois

Les objectifs stratégiques, géopolitiques et politiques des États arabes devraient être reformatés.

La Chine, qui a été de plus en plus active au Moyen-Orient ces dernières années, jouera sans doute un rôle croissant dans la région en 2022.

Le développement des relations des pays arabes avec la Chine, à la lumière de l'intensification de la crise économique mondiale, sera sans aucun doute le facteur dominant dans les années à venir.

Les États-Unis conserveront sans aucun doute leurs liens traditionnels avec la région, tels qu'ils ont évolué au fil des décennies.

Mais parmi les facteurs importants des temps nouveaux, il y a le fait que la Chine s'engage sérieusement et à long terme au Moyen-Orient. Cela se voit également dans ses relations avec les pays du Golfe, qui ouvrent la porte à ses projets d'investissement, tout en maintenant leurs liens traditionnels avec les États-Unis et leurs alliés européens.

Un autre élément qui caractérise le Moyen-Orient est la relation de la Chine avec Israël, son allié le plus proche et le plus stratégique, qui tourne également les yeux vers la RPC (ce sont les investissements chinois croissants que nous voyons aujourd'hui - dans la reconstruction des ports maritimes, dans la sphère militaro-technique et autres).

Nous devons nous attendre à ce que le rôle croissant de la Chine soit l'une des évolutions significatives au Proche et au Moyen-Orient, ainsi qu'en Asie centrale.

L'OTAN contre la Russie

Quant à la Russie, ici, bien sûr, étant donné la politique intransigeante des États-Unis, nous marcherons dans le même couloir que la Chine. Les relations russo-chinoises peuvent, à condition que la situation économique de notre pays reste stable, contribuer dans une certaine mesure à renforcer la position de la Russie dans le monde arabe.

Mais cela se fera au prix d'une légère confrontation avec les pays occidentaux - surtout avec les pays de l'OTAN, notamment les États-Unis. Il ne s'agira pas de conflits militaires, mais les problèmes seront résolus principalement dans les sphères économique, informationnelle et technologique. Nous devons être préparés technologiquement à ces changements à venir.

Je ne suis pas sûr que, du point de vue économique, nous soyons aujourd'hui pleinement prêts à accepter et à relever ces défis. Il me semble que ce qu'il faut ici, c'est un traitement plus détaillé et plus attentif de ces alliés traditionnels du Moyen-Orient avec lesquels nous avons eu des interactions au cours des années précédentes et que nous devons préserver.

Même si certains aspects de cette relation nécessiteront sans doute des ajustements. La nature de la coopération économique semble devoir être revue, en donnant la priorité aux objectifs stratégiques de notre politique étrangère et pas seulement à la rentabilité des projets auxquels nous participons.

Cela concerne tout d'abord la coopération avec la Turquie, en tenant compte d'un certain nombre de points de sa politique étrangère à l'égard de la Russie. Notre politique n'est pas toujours claire et axée sur les questions stratégiques. En règle générale, elle se limite à la sphère militaire. Dans les domaines économique et technologique, nous sommes perdus entre les Arabes et Israël, entre les opportunités du monde arabe et notre capacité technologique à coopérer avec eux.

Nous devons nous concentrer davantage sur les relations avec des pays comme le nouvel Afghanistan, l'Iran, le Pakistan. Des changements sont susceptibles de se produire ici aussi. Un événement marquant a été le retrait des troupes américaines d'Afghanistan. Les changements à venir pourraient affecter le statut des troupes américaines en Irak. La présence américaine en Syrie s'annonce tout aussi sombre.

Le manque d'activité de la Russie en Libye s'inscrit également dans un contexte de "suractivité" des Américains, des Européens et des Turcs.

_103136405_mediaitem103136401.jpg

Réalignement mondial

L'année 2022 marque le début de la révision de l'ensemble du système de relations internationales établi après la Seconde Guerre mondiale, avec l'élaboration de nouvelles formes d'équilibre des pouvoirs au niveau mondial.

Ce facteur, bien sûr, sera étroitement lié au réalignement mondial auquel nous sommes déjà confrontés aujourd'hui (par exemple, dans les pourparlers russo-américains à Genève, les pourparlers Russie-OTAN à Bruxelles, avec les Européens au sein de l'OSCE). Ces trois voies de négociation influenceront inévitablement les processus au Moyen-Orient et s'y refléteront.

Le changement est inévitable.

Notre point de vue n'est pas perçu par l'Occident, et à cet égard, bien sûr, l'impasse est évidente. Les négociations l'ont montré clairement : nous avons présenté à l'Occident des exigences évidentes et incontestables - respecter notre position, nos intérêts nationaux - ce que l'Occident a jusqu'à présent catégoriquement refusé de faire.

Nous attendons la prochaine étape de la politique étrangère russe - la prochaine visite de M. Poutine en Chine en février - qui clôturera ce cycle de négociation, qui a commencé par la rencontre entre M. Poutine et M. Biden à Genève et leurs entretiens en ligne.

Il ne faut pas oublier ici que les mondialistes tentent d'imposer leur programme au monde par le biais de négociations politiques, afin de reformater toutes les relations internationales au niveau mondial.

Ils ont eu quelques succès - prenez, par exemple, la pandémie de Covid-19. Cela pourrait bien être considéré comme une forme de guerre hybride, un moyen de lutte évident des mondialistes pour remodeler le monde et établir leur hégémonie sur tous les pays. Nous pouvons constater que de nombreux pays du globe succombent à cette pression. Les mesures sévères prises pour lutter contre le coronavirus (vaccinations obligatoires, restrictions, etc.) signifient, en fait, qu'elles fonctionnent comme un outil pour reconfigurer l'ensemble de l'ordre mondial. Au Moyen-Orient, cela se reflétera également dans l'évolution de l'équilibre et de la balance du pouvoir politique dans les pays de la région.

Deux facteurs sont illustratifs : la position d'Israël et des pays du Golfe (tous alliés des États-Unis) vis-à-vis de la Chine.

cover-r4x3w1000-5dad6e0ac891d-95e3736bd0d59c8f1a0dc184e4562954fbdfdd43-jpg.jpg

Le Liban comme test décisif

Il est peu probable que l'évolution de la situation au Liban ait un impact significatif sur l'évolution de la situation dans l'ensemble de la région du Moyen-Orient. Le Liban est un pays trop petit pour avoir un impact significatif sur les processus politiques. Mais la situation, là-bas, peut servir de test décisif pour les processus en cours dans la région.

C'est au Liban que deux courants du monde islamique, chiite et sunnite, se heurtent, reflétant la tension entre l'Iran et l'Arabie saoudite. Le fait que le pays ait connu de telles difficultés pendant une longue période indique qu'il existe également un conflit féroce entre les intérêts américains et iraniens, une tentative des États-Unis de soumettre les pays de la région du Proche et du Moyen-Orient au sens large. Le voisin israélien joue un rôle important dans la déstabilisation du Liban et encourage ses alliés américains à exiger la fin des activités du Hezbollah dans le pays. C'est pourquoi la situation au Liban est directement liée aux luttes qui se déroulent aux niveaux régional et mondial.

Provocations contre l'Iran

Les Américains sont ouvertement à l'origine de l'escalade des relations des pays arabes avec l'Iran. La Russie tente de désamorcer les tensions, tandis que les États-Unis prennent des mesures dans la direction opposée. Les tentatives de boycott de la mise en œuvre de l'accord 5+1 sur le programme nucléaire iranien sont l'une des façons dont ils créent des tensions en utilisant l'animosité entre les pays du Golfe pour leur imposer leurs objectifs stratégiques.

Les tentatives de la Russie pour amener les pays à la table des négociations lors de la Conférence internationale sur la stabilité et la sécurité régionales, avec la participation des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et des pays de la région (les pays arabes ainsi que l'Iran) se sont heurtées principalement à l'opposition des États-Unis, qui conservent actuellement une influence considérable dans le monde arabe.

19713687lpw-19713746-article-irak-chiite-manifestations-jpg_6678004_1250x625.jpg

Irak : une tentative de rétablissement de l'État

En ce qui concerne l'Irak, je n'insisterais pas sur la contradiction entre sunnites et chiites. Il faut s'attendre à ce que l'avenir de l'Irak, quelle que soit sa variante, soit construit sur des bases traditionnelles, où sunnites et chiites trouveront des solutions communes sur les questions fondamentales de l'État. Sinon, c'est une voie vers la division, ce que les Américains poussent l'Irak à faire.

Il est plus probable qu'il y aura des forces saines dans le pays, et que l'Irak rétablira son statut d'État, qui a été violé par l'agression américaine en 2003, et restaurera pleinement sa souveraineté et son indépendance.

Dans le cadre des processus qui se déroulent dans les pays arabes, avec la dynamique actuelle des événements, on assiste à une révision de nombreuses positions sur leur orientation politique, en tenant compte des changements au niveau mondial. L'Irak est loin d'être une exception. Mais le destin de l'Irak n'est pas simplement une lutte entre sunnites ou chiites, mais le désir du peuple de trouver un terrain d'entente entre les positions des deux communautés. Ce n'est pas facile, mais les Irakiens comprennent l'importance de préserver l'État et la nécessité de contrer les milieux extrémistes, qui, à mon avis, sont clairement provoqués par les Américains. L'extrémisme en Irak des deux côtés n'est pas soutenu par le courant dominant des deux branches de l'Islam.

838_000_se3nv.jpg

Les Kurdes

Le problème kurde, qui a reçu un nouvel élan au cours des dix dernières années de la part des Américains, qui ont transféré aux autorités syriennes la responsabilité de s'opposer aux Kurdes, est également un problème grave pour les quatre États - Turquie, Iran, Irak et Syrie. Les projets de solution, décrits dans les célèbres cartes du colonel Ralph Peters, ne peuvent être mis en œuvre dans la pratique en raison de leur caractère inacceptable pour tous les pays mentionnés, et ne sont utilisés par les Américains que comme un facteur temporaire pour faire pression sur ces États. Le jeu de "poker politique" en Syrie, joué par les Américains et les Israéliens avec le désir du peuple kurde d'avoir son propre État indépendant, n'a pas vraiment de perspective de réalisation dans les circonstances actuelles.

À ce stade historique, la question kurde ne peut être résolue qu'à l'intérieur des frontières existantes et sur la base des constitutions existantes dans ces pays.

Selon différentes sources, le nombre de Kurdes dans cette région dépasse les 50 millions de personnes. L'absence d'un État propre à la population est sans aucun doute un facteur d'instabilité. Mais elle est causée par le mauvais héritage des puissances coloniales que sont la Grande-Bretagne et la France au début du XIXe siècle.

Pays du Golfe Persique

Il est peu probable que la tâche des pays du Golfe soit de se retirer de la sphère occidentale. Tâche peu probable car ces pays sont trop dépendants des Américains et de l'Occident. Mais c'est une chose de poursuivre une voie indépendante, et une autre d'avoir des relations économiques, politiques et diplomatiques normales avec l'Occident. Pousser ces pays à rompre avec l'Occident est improductif, et ne devrait probablement même pas être fait dans notre intérêt national. La stabilité du développement de la région est plus importante.

Par ailleurs, l'Occident ne devrait pas utiliser cette région comme un instrument de lutte contre la Russie, la Chine et d'autres pays, compte tenu notamment de son expérience en matière de soutien aux groupes radicaux "islamiques" qu'il crée pour saper la stabilité politique interne de la Russie.

Aujourd'hui, nous constatons que ces pays agissent déjà essentiellement comme des États indépendants dans leurs relations avec la Russie. C'est une grande réussite de ces 30 dernières années, lorsqu'après l'effondrement de l'URSS, un pas colossal a été franchi. Regardez les relations avec le Qatar, par exemple, ou les relations très développées et mutuellement bénéfiques avec l'Arabie saoudite, et il n'y a rien à dire sur les EAU.

Par conséquent, nous devons nous attendre à ce que les relations de ces pays avec l'Occident aient été, soient et restent. Quant à nos relations, elles devraient être développées par d'autres moyens - économiquement, diplomatiquement. Je ne vois aucun préjugé à notre égard aujourd'hui en raison de nos relations particulières avec les États-Unis.

LibyaFlagRTR3QLK8.jpg

La Libye

La Libye est la question la plus difficile. Il y a des forces concentrées et opérant en Libye, si bien qu'il sera très difficile de changer de position. Tout d'abord, nous parlons de la Turquie dans les affaires libyennes - le pays a des positions assez sérieuses là-bas, tant sur le plan économique que politique. Les tentatives de leurs adversaires de desserrer leurs liens sont exploitées par les États-Unis. La Turquie n'aurait pas pu s'y comporter aussi librement si elle ne bénéficiait pas du soutien total des États-Unis en secret.

Il suffit de regarder les activités de Stephanie Williams, conseillère spéciale du secrétaire général des Nations unies. Hier, elle était représentante du Département d'État, aujourd'hui elle représente le Secrétaire général des Nations unies. Sa position est répugnante pour une certaine partie des Libyens. Comment la question des élections peut-elle être résolue dans ces circonstances ? Sans consulter les forces politiques libyennes, Williams annonce que les élections n'auront pas lieu avant juin. Mais est-il dans la fonction du représentant du Secrétaire général de l'ONU de s'ingérer dans les affaires intérieures ? La fonction du représentant du Secrétaire général des Nations unies est d'aider à trouver des solutions politiques internes en Libye, et non de les dicter. Si elle commence à mener des politiques qui profitent à la Turquie, elle provoquera immédiatement des réactions négatives de la part des forces qui s'opposent à elle. Des solutions de compromis doivent être trouvées. Jusqu'à présent, je ne vois pas de progrès vers un compromis.

Les Libyens trouveront toujours un terrain d'entente entre eux si on les laisse tranquilles. Mais le problème est qu'ils sont empêchés de le faire. Cette circonstance - l'interférence de forces extérieures - sera le principal obstacle à la solution du problème libyen. Et la principale force qui cherche à imposer des solutions externes à la Libye, ce sont les États-Unis. Il y a là un agenda américain dans son ensemble, qui est poursuivi non seulement par Stephen Townsend, le chef du commandement américain pour l'Afrique, non seulement par l'ambassadeur américain Nuland, mais aussi par Stephanie Williams, la représentante du secrétaire général des Nations unies.

Lorsque l'on examine les acteurs de la scène politique libyenne, ce qui frappe, c'est l'absence pratique de la Russie et le rôle apparemment invisible des États européens, qui, en principe, devraient être les plus intéressés par la résolution des problèmes de la Libye. Les Américains règnent en maîtres. Il est trop optimiste d'espérer un changement là-bas, à moins que les Américains ne changent de stratégie. Sur la base des résultats des pourparlers de Genève et de Bruxelles, il est impossible d'envisager des perspectives positives sur la plate-forme libyenne, car les Américains maintiennent une ligne dure et mettent l'accent sur la résolution de tous les problèmes mondiaux et régionaux par la force.

Les Américains perdent leur crédibilité et leur influence dans la région

Malgré la vigueur qu'ils affichent, les Américains sont manifestement en train de perdre leur emprise sur la situation : le rôle de l'Amérique dans les affaires internationales en général est, à mon avis, loin d'être incontesté par les dirigeants de nombreux pays de la région, et donc fragile et instable.

L'influence, bien sûr, persiste - mais principalement en raison de facteurs économiques, et ne s'accompagne plus d'une confiance politique et morale. Les pays arabes le ressentent bien, et c'est l'une des raisons pour lesquelles ils penchent en faveur d'autres pays qui se sentent plus sûrs d'eux sur le plan économique et militaire (Chine, Russie).

Les plans américains pour un Grand Moyen-Orient font partie d'un programme plus large. Même en ce qui concerne le redécoupage des frontières des États sur la carte politique, que nous avons vu dans les plans américains (y compris les cartes des "frontières sanglantes" de Ralph Peters), les États-Unis ne se limitent pas seulement le Moyen-Orient et l'Asie centrale (Arabie saoudite, Jordanie, Syrie, Iran, Afghanistan, Pakistan, etc). Les idées visant à modifier le paysage politique de la région ne sont pas toujours reflétées dans les médias, mais le département d'État, l'administration américaine et le Pentagone ont ces plans. Ils ont des plans similaires pour la réorganisation géopolitique du monde en Afrique, en Europe et dans le sud-est asiatique. Il faut toujours en tenir compte.

afj.peters_map_after.jpg

Ce qui s'est passé au Kazakhstan, par exemple, n'est pas seulement un élément de dissension interne entre clans, mais s'inscrit pleinement dans la stratégie des Américains. Il semblerait que Nazarbayev avait une plateforme apparemment positive - c'était un homme de formation soviétique, un ancien membre de la direction du PCUS, qui dirigeait l'URSS - mais il est maintenant évident que tout en se cachant publiquement derrière le désir de développer des relations avec la Russie, il construisait des liens économiques et politiques denses avec l'Occident, principalement avec les Américains et les Britanniques, au détriment des liens avec la Russie et en violant les droits souverains de la population de son propre pays.

vendredi, 21 janvier 2022

Visite de Raisi à Moscou : le pacte russo-iranien

4031636.jpg

Visite de Raisi à Moscou : le pacte russo-iranien

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitica.ru/article/vizit-raisi-v-moskvu-russko-iranskiy-pakt

La visite du président iranien Ibrahim Raisi en Russie se déroule dans des circonstances particulières. La Russie se trouve dans une confrontation sans précédent avec l'Occident, jamais atteinte au cours des dernières décennies. L'Iran se trouve dans une situation similaire depuis la révolution de juillet, qui était strictement dirigée contre la gestion externe du pays par l'Occident. Cela prédétermine le rapprochement objectif entre les deux pays, qui a été entravé à la fois par la position pro-occidentale de la sixième colonne en Russie, qui a saboté le développement du partenariat russo-iranien, notamment dans le domaine économique et financier, et par les orientations de politique étrangère des réformateurs iraniens, qui tentaient contre vents et marées (et sans succès!) de rétablir la coopération avec les États-Unis.

Aujourd'hui, ces deux obstacles ont été objectivement levés : dans une situation de forte escalade dans les relations entre Moscou et l'OTAN - qui sont en fait au bord d'un affrontement militaire direct - la sixième colonne en Russie s'est littéralement mordue la langue ou a même commencé à se déguiser en "patriotes". En Iran, en revanche, les réformistes ont perdu les élections et un représentant de l'aile conservatrice est devenu président, poursuivant strictement la ligne originelle de la révolution iranienne. A l'égard de l'Occident, et surtout des Etats-Unis, cette ligne a toujours été plus que tranchante. On peut se rappeler les mots de l'Imam Khomeini, leader de la Révolution de Juillet: "Si vous avez un mauvais pressentiment dans votre âme, et que des pensées noires et des doutes vous rongent, tournez votre visage vers l'Occident et criez : maudite soit l'Amérique !".

Dans la Russie d'aujourd'hui, l'humeur est plus ou moins la même.

Et c'est dans cet environnement que se déroule la visite du président iranien en Russie. Son invitation à s'adresser à la Douma est symbolique - une occasion sans précédent. 

115.797.340.jpg

Ainsi, sous nos yeux, l'alliance russo-iranienne, retardée depuis de nombreuses décennies, mais attendue depuis longtemps et testée par l'alliance militaire en Syrie, acquiert désormais une expression visible.

Il est important de rappeler qu'en matière de stratégie internationale, la Russie et l'Iran ont beaucoup en commun. Tout d'abord, la Russie et l'Iran défendent un monde multipolaire. Il est multipolaire, non bi-polaire et non "a-polaire". Dans un tel monde, il existe déjà au moins trois pôles tout à fait indépendants et souverains - l'Occident, la Russie et la Chine. L'ampleur de la civilisation islamique et même de sa partie chiite, dont la tête de pont est un Iran souverain, est telle qu'elle aspire clairement au rôle de devenir un autre pôle, voire à constituer plusieurs nouveaux pôles. La Russie y a un intérêt vital, car tout nouveau pôle constituerait un fait de monde supplémentaire à articuler dans l'opposition à l'hégémonie occidentale et aux tentatives désespérées des États-Unis de sauver à tout prix - même au prix d'une guerre nucléaire ! - un ordre mondial unipolaire et mondialiste. La Russie a un besoin vital d'alliés dans le monde islamique. Une grande puissance comme l'Iran, avec une position résolument anti-occidentale et une énorme influence dans le monde chiite et dans la région de l'Asie centrale en général, est l'atout le plus important. Il est donc facile de comprendre l'importance de la visite de M. Raisi en Russie. Il ne s'agit pas d'un événement protocolaire de routine, mais du début d'un partenariat stratégique à part entière, qui a été repoussé pendant si longtemps.

Une alliance à part entière avec l'Iran offre des possibilités uniques pour la stratégie russe, notamment l'accès aux mers chaudes, tant souhaité par les analystes géopolitiques russes depuis l'empire des Tsars jusqu'à l'Union soviétique. La simple possibilité d'une base navale russe dans le golfe Persique provoquerait une crise cardiaque chez les politiciens atlantistes. Nous envisageons à juste titre de placer nos bases militaires à Cuba, au Nicaragua et au Venezuela, mais le golfe Persique est la clé non seulement du Moyen-Orient, mais aussi de la sécurité de toute l'Eurasie. Je le répète: Téhéran est tout à fait mûr pour discuter de tels projets, et le principal obstacle à leur développement, du moins jusqu'il y a peu de temps, a été précisément les agents d'influence occidentaux au sein du pouvoir russe, qui ont constamment saboté l'alliance russo-iranienne.

À plusieurs reprises, il a été proposé que l'Iran passe au rouble, au rial iranien ou à d'autres monnaies pour éviter le système du dollar. Il est grand temps de mettre cela en pratique, en ignorant les cris des libéraux russes. Nous sommes déjà à la veille de nouvelles sanctions économiques et nous devrions avoir une longueur d'avance. C'est la bonne chose à faire, même si, finalement, aucune sanction n'est imposée.

Le partenariat énergétique doit être poursuivi et développé - comme dans le cas de la centrale nucléaire de Bushehr. Nous sommes bien sûr contre la prolifération nucléaire, mais l'Occident fait souvent des exceptions pour ses proches alliés - autrefois le Pakistan, et encore Israël. Devrions-nous, nous aussi, fermer les yeux sur certains développements iraniens dans ce domaine ? L'allié de Washington, Israël, le peut, mais l'allié de la Russie, l'Iran, ne le peut pas ? Pourquoi, en effet ?

AP_870108484602.jpg

La Russie et l'Iran ont également partagé des défis communs concernant l'arrivée au pouvoir des Talibans (une organisation interdite dans la Fédération de Russie) en Afghanistan. Les talibans (une organisation interdite dans la Fédération de Russie) sont des sunnites radicaux, intolérants à l'égard de l'islam chiite et de l'islam soufi traditionnel - même pour les Pachtounes. Cela crée des problèmes potentiels pour l'Iran. La Russie, quant à elle, est attaquée en raison de la probabilité qu'une nouvelle vague d'islam radical se propage en Asie centrale, notre zone de responsabilité. C'était manifestement l'intention de l'administration de l'atlantiste Biden qui a délibérément laissé l'Afghanistan aux Talibans, interdits en Russie. La Russie, de concert avec l'Iran - ainsi qu'avec le Pakistan, qui cherche à se rapprocher de Moscou, et la Chine - devrait élaborer sa propre feuille de route pour l'Afghanistan : établir une relation constructive avec le gouvernement actuel, mais aussi éviter les excès et contrecarrer les activités terroristes et extrémistes dans la région.

Téhéran s'inquiète de l'activisme d'Ankara en Asie centrale et, en particulier, de son initiative de créer l'Organisation des États turcs. C'est compréhensible, mais peut-être que la réponse n'est pas de protester, mais de développer un projet symétrique, celui d'organiser une conférence des "nations iraniennes", par exemple à Douchanbé, où inviter non seulement les Perses, les Lurs et les Tadjiks, mais aussi les Pachtounes, les Baloutches, les Ossètes, les Kurdes, les Talyshs et d'autres ressortissants de pays ou de régions de langue iranienne. Moscou pourrait faire de même - en convoquant un congrès des peuples slaves. L'initiative turque, bien que culturellement légitime, se retrouverait alors dans un plus vaste contexte de projets similaires, ce qui mettrait fin à sa dimension géopolitique douteuse (très probablement imposée par les structures de pouvoir anglo-saxonnes en Turquie même).

Aujourd'hui, Moscou et Téhéran discutent d'un ensemble de projets de transport communs, à commencer par la mer Caspienne, où un énorme hub de transport maritime est en cours de déploiement à Astrakhan, conjointement au projet ferroviaire Nord-Sud. Un projet grandiose de transport nord-sud unirait l'Eurasie le long du méridien - encore une fois jusqu'au golfe Persique et à l'océan Indien, ce qui serait - positivement ! - et, dans un sens, complémentaire aux initiatives de transport turco-azerbaïdjanaises et s'inscrirait parfaitement dans le plan chinois One Road, One Belt étendu à l'échelle de la Grande Eurasie. Nous ne devrions pas nous indigner de ce que font les autres, mais faire nous-mêmes quelque chose d'important et d'utile. 

La Russie et l'Iran ont un terrain d'entente au Moyen-Orient presque partout. En Syrie, c'est évident : Assad, la Russie et l'Iran ont un ennemi commun, qui a été largement vaincu grâce à nos efforts conjoints. L'Irak est à l'ordre du jour dans un avenir proche. Avec le départ des forces américaines, tôt ou tard, il est important de commencer à réfléchir à la relance de cette grande puissance régionale dont la population est majoritairement chiite (arabe), où les Kurdes iranophones jouent un rôle important et qui entretient traditionnellement de bonnes relations amicales avec la Russie. Moscou et Téhéran devraient assumer la responsabilité de la reconstruction de l'Irak. Bien sûr, cela ne doit pas exclure le géant économique qu'est la Chine ni la Turquie, stratégiquement importante. Mais l'Occident peut et doit être exclu, car c'est nécessaire. Ils ont ruiné le pays et sont incapables d'y instaurer un quelconque ordre (le plus probable est qu'ils n'allaient pas le faire). La seule chose qui leur reste à faire est de s'en aller, honteux et avec des regards de haine dans le dos.

La guerre au Yémen, où une autre force régionale importante est impliquée - l'Arabie saoudite, rival traditionnel de l'Iran - est également à l'ordre du jour. Avec la Russie, en revanche, Riyad a récemment cherché à établir des relations constructives. Cela rend la position de Moscou unique en ce qui concerne le conflit au Yémen également. Les Saoudiens soutiennent un camp, les Iraniens l'autre, et la Russie, qui entretient de bonnes relations avec les deux, se trouve dans une position optimale pour promouvoir une paix rapide. 

La visite de M. Raisi s'inscrit dans un nouvel environnement géopolitique. C'est pourquoi on peut en attendre des résultats réellement révolutionnaires. 

dimanche, 19 septembre 2021

Géopolitique du chiisme

Cest_quoi_le_sunnisme_et_le_chiisme1.jpg

Géopolitique du chiisme

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/en/article/geopolitics-shia

L'évaluation correcte du timing géopolitique est cruciale

Avec la panique qui a suivi le retrait américain d'Afghanistan, il est clair que nous vivons déjà dans un monde multipolaire. Le leadership unipolaire incontestable de l'Occident appartient au passé. L'émergence d'un ordre multipolaire est déjà un fait. Il est donc grand temps de revoir les principaux acteurs - actuels et futurs, mondiaux et régionaux. Dans la phase de transition, beaucoup de choses impensables hier, deviennent possibles. C'est le début d'une situation d'urgence mondiale - Ernstfall/Urgence (C. Schmitt). Les vieilles portes se ferment, les vieilles routes explosent, les vieux murs sont détruits. C'est le moment de penser avec audace et d'agir rapidement. La forme de l'établissement de la multipolarité dépend de nous; elle sera exactement comme nous entendons la façonner : le monde de notre création (N. G. Onuf).

9781138285484.jpg

Considérons le monde chiite. Il représente une partie importante du territoire islamique. La victoire des talibans le concerne profondément à bien des égards. La proximité de l'Iran, la minorité chiite des Hazaras, le changement brutal de l'équilibre des forces (le retrait des États-Unis) dans la région, le nouveau rôle du Pakistan, de la Chine et de la Russie - tout cela affecte la communauté chiite. Cela crée de nouveaux défis, de nouveaux risques et de nouvelles opportunités.

Sur le plan géopolitique, les chiites doivent être considérés comme un Großraum (grand espace). Le cœur du monde chiite est l'Iran et en partie la partie sud de l'Irak. Il s'étend à l'est (Pakistan, Afghanistan), au nord (Azerbaïdjan), à l'ouest (hussites au Yémen, chiites en Syrie, au Bahreïn, en Arabie saoudite, au Kurdistan, Hezbollah au Liban bordé par la Palestine). Il ne faut pas oublier certaines branches moins orthodoxes du chiisme Ghulat: les alaouites en Syrie, les alévites en Turquie, les ismaélites au Tadjikistan et en Inde. Il existe des communautés chiites en Afrique occidentale (Nigeria) et ailleurs.

qi4sunniteschiitesmoyenorient.jpg

Tout d'abord, nous devons mentionner que le monde chiite est une sorte de réseau: il a un cœur (l'Iran), un bastion (l'Irak et le Hezbollah) et des branches du réseau - avec quelques régions spéciales de contrôle territorial au Yémen et ailleurs. Il est temps de penser à toute cette structure asymétrique avec des différences ethniques, sectaires et historiques comme un tout. Une telle pensée stratégique existait à l'époque de l'Imam Khomeini et à la veille de la Révolution de Juillet parmi les clercs d'Irak et de Qom. Au cours des dernières décennies, cette stratégie était en déclin; le moment est venu de la restaurer.

Le Großraum chiite possède des caractéristiques très particulières. En géopolitique, il semble être très anti-occidental et anti-libéral. Ce n'est pas seulement une partie du message du leader de la révolution iranienne, l'imam Khomeini, mais une partie existentielle de l'identité chiite profonde. Le chiisme est une tendance religieuse révolutionnaire qui est très sensible à l'oppression et à l'attitude coloniale de l'Occident moderne. La même sensibilité se retrouve dans la relation des chiites avec les Palestiniens: les chiites sont très intolérants à l'égard de l'occupation israélienne de la Palestine et sont l'un des principaux moteurs du bloc de résistance du Moyen-Orient.

L'identification théologique d'Al-Dajjal (le Trompeur) avec l'Occident capitaliste-impérialiste est la caractéristique essentielle de la mentalité politique chiite. Il ne s'agit pas seulement d'une composante idéologique, mais de la partie organique de la doctrine principale. D'où les changements d'optique géopolitique au Moyen-Orient et ailleurs.

Compte tenu de ce qui précède, il est clair que pour l'ensemble de la communauté chiite, la nette atténuation de l'hégémonie occidentale, illustrée par le retrait des États-Unis et de leurs collaborateurs de Kaboul - avec de pauvres serviteurs américains tombant des avions - est l'occasion de réaffirmer sa position en comblant le vide partout où il se produit.

C'est un objectif facile à atteindre en raison de la présidence de Raisi en Iran même, compte tenu de la croissance du pouvoir des groupes cléricaux chiites conservateurs au sein du gouvernement.

Les chiites peuvent donc saisir l'occasion pour renforcer leurs attaques: c'est ce que l'on appelle la "stratégie du vide".

Où ce principe peut-il être appliqué ?

Tout d'abord, en Irak. La fuite panique de Kaboul est l'image qui peut - et doit - être répétée en Irak. Ce n'est pas seulement une question de volonté américaine. Cela dépend en outre de la détermination du peuple irakien à mettre définitivement fin à l'occupation. Le principal obstacle ici n'est pas la décision américaine - rester ou ne pas rester - mais plutôt l'absence d'une image viable de l'avenir. Les Américains en Irak ne sont encore tolérés que parce qu'il n'y a pas de consensus entre les chiites irakiens entre eux, et que le modèle de leur relation avec les sunnites et les kurdes est problématique. Les États-Unis servent aujourd'hui d'une sorte d'équilibre qui est pragmatiquement utile pour tous. Mais avec leur déclin évident, ils arrivent à une fin tout aussi évidente. Fuir l'Afghanistan et s'emparer de l'Irak serait un geste suicidaire et ne ferait que provoquer une future escalade de l'anti-américanisme dans la région. Ils auraient donc dû abandonner tôt ou tard, plutôt tôt que tard.

Kataeb-Hezbollah.jpg

Les chiites doivent s'y préparer. Leur avenir en Irak dépend de leur comportement à l'égard du processus de retrait américain. S'ils restent à l'écart et font preuve de passivité, d'autres puissances agiront à leur place ; cette question doit être examinée sérieusement.

Mais le plus important pour les chiites en Irak est d'avoir un plan pour l'avenir. Pour l'instant, ils n'ont pas de vision d'avenir et suivent plutôt une politique plus ou moins opportuniste. Si les Américains quittent l'Irak, ils essaieront de ne pas donner au pays la chance d'un processus normal de reconstruction de leur État. Pourquoi ? C'est facile à expliquer: pour promouvoir le séparatisme parmi les Kurdes, pour enflammer les hostilités entre sunnites et chiites, et pour diviser les fractions chiites concurrentes. Ils le font déjà maintenant, mais dans certaines limites, il semble obligatoire pour eux de rester. Quand vous partez, vous pouvez claquer la porte. Juste au visage des chiites. Il n'y a donc presque plus de temps pour réfléchir avec toutes les responsabilités.

Deuxièmement, il y a la Résistance en Syrie et au Liban qui se dresse en direction de la Palestine. Si les Américains sont chassés d'Asie centrale, cela affectera-t-il aussi l'aide à "Israël"? Si oui, c'est le bon moment pour commencer la mobilisation de la Résistance. Ou serait-il préférable d'attendre un peu, et seulement ensuite de décider? C'est aux stratèges chiites de décider. Mais c'est grave. L'évaluation correcte du timing géopolitique est cruciale.

Prochain défi: comment le retrait américain affecterait-il les relations entre chiites et sunnites? Il est clair que la victoire des talibans est une réalisation presque entièrement sunnite. Elle ne peut être revendiquée par les Turcs et donc les Frères musulmans (en raison de l'adhésion de la Turquie à l'OTAN). Mais l'Arabie saoudite et l'Égypte sont plutôt gagnantes comme d'autres groupes salafistes. Ils sont considérés comme des forces hostiles par les chiites. Ce facteur peut affecter négativement le Großraum chiite en donnant une seconde chance à la stratégie salafiste. Il serait tout à fait logique, si les Américains sont évincés, qu'ils utilisent à nouveau le facteur salafiste. L'orientation des ex-ennemis contre d'autres ennemis est tout simplement naturelle et logique pour les États-Unis. Les chiites seraient donc un objectif possible dans ce tour de jeu. Cela ne concerne pas seulement les Hazaras mais aussi les Hussites, l'équilibre des forces en Syrie, mais aussi le cœur du monde chiite - l'Irak et l'Iran eux-mêmes.

Soyons clairs: en Afghanistan, les principaux gagnants sont précisément les sunnites radicaux aux racines salafistes-soufies (la tendance Wahdat-al-Shuhud - et non Wahdat al-Wujjud). Aujourd'hui, ils sont plus qu'antiaméricains et le resteront pendant un certain temps; cependant, ils étaient auparavant soutenus et armés par la CIA et ont été utilisés contre d'autres ennemis des États-Unis - les Soviétiques, les régimes laïques (tels que les baathistes) et l'Iran.

1629373193_710308_1629373452_noticia_normal.jpg

Nous avons donc ici un terrain fertile pour le rapprochement entre chiites et sunnites - l'anti-américanisme. Un ennemi commun est une grande chose en politique, peut-être la plus grande chose.

La même situation est valable pour l'équilibre géopolitique au Moyen-Orient. Le retrait des États-Unis serait la meilleure solution pour Washington afin de laisser derrière lui Al-Fitna (la discorde) - une guerre civile sanglante entre chiites et sunnites qui nuirait aux deux parties. Pour "Israël", ce serait également la meilleure solution - presque le seul moyen de retarder sa disparition finale. Nous devons donc réfléchir à la manière d'éviter ce scénario.

Ici, les chiites ont différentes voies à explorer. La Turquie, avec ses rêves ottomans, sera toujours considérée comme un acteur égocentrique, vu avec une certaine méfiance par la plupart des Arabes. En joignant ses efforts à ceux de la Turquie et en utilisant intelligemment le facteur alévite et l'affinité ethnique des Iraniens avec les Kurdes, les chiites peuvent facilement établir un partenariat régional ; ou bien ils peuvent utiliser des tactiques opposées en essayant d'améliorer leurs relations avec les régimes arabes sunnites qui se sentent menacés par l'élargissement d'Ankara. Cette voie est déjà testée par les relations Téhéran-Doha.

Le Pakistan est une autre option. Le désaccord traditionnel avec Islamabad - sunnite, partiellement salafiste et pro-américain - perd ses raisons dans la situation actuelle. Islamabad se rapproche de plus en plus de la Chine et de la Russie, essayant d'assurer sa place dans un club multipolaire. Théoriquement, il est plus que jamais enclin à revoir sa position régionale sans égard pour l'Occident. Dans de telles conditions, les Pachtounes peuvent causer des problèmes au Pakistan lui-même. Islamabad peut donc opter pour une certaine forme de coopération avec les chiites et l'Iran, en particulier, en joignant ses efforts à l'échelle régionale.

À l'échelle mondiale, le Großraum chiite et sa ramification dans le réseau devraient définir sa place dans un contexte multipolaire en général. Il s'agit d'une nécessité pour la survie des chiites - pour garantir son espace en tant que partie indépendante et plus ou moins unifiée de la civilisation islamique. Cela signifie qu'il faut accepter le rôle du pôle chiite à l'intérieur du pôle islamique - plus large - et cela n'est pas trop dangereux en raison de la structure multipolaire de l'islam sunnite lui-même. Il y aura toujours suffisamment de contradictions et de rivalités entre les sunnites eux-mêmes - Turquie, pays arabes du Moyen-Orient, Maghreb, Pakistan et région indonésienne - pour donner aux chiites la possibilité de sauver leur indépendance. Mais tout cela devrait être inscrit dans la structure principale de la multipolarité émergente. Et maintenant que ses caractéristiques et ses frontières ne sont pas encore clairement définies et fixées, c'est le bon moment pour énoncer des revendications générales - pour formuler la vision géopolitique dans le cadre principal d'un ordre mondial polycentrique.

18934608lpw-18934670-article-israellibanhezbollahpalestine-jpg_6278357_1250x625.jpg

Les facteurs russes et chinois sont les principaux piliers géopolitiques de la multipolarité. L'alliance russo-chinoise a déjà démontré son efficacité en Syrie. Le rapprochement avec la Russie peut être extrêmement important dans le cadre général de la géopolitique chiite. Il pourrait affecter de nombreuses questions régionales - Palestine, Yémen, Afghanistan, Caucase, Asie centrale, etc.

D'autre part, les territoires et réseaux chiites font partie intégrante de l'initiative chinoise Belt & Road. La Chine est donc un autre partenaire clé.

(Presque) tout le monde dans le monde islamique, la Russie et la Chine sont existentiellement intéressés par la limitation, voire l'arrêt de l'hégémonie unipolaire occidentale (américaine). Il y a donc une chance de renforcer le Großraum chiite - de manière physique et virtuelle - en rejoignant la tendance multipolaire, si clairement définie avec le retrait américain d'Afghanistan.

Dans la perspective de l'eschatologie chiite, la situation actuelle peut être considérée comme un signe extrêmement important de l'approche du moment du Zuhur (l'apparition de l'Imam Al-Mahdi, le rédempteur eschatologique de l'Islam).

 

lundi, 06 septembre 2021

Dynamiques politiques au Moyen-Orient

Fotolia_66171389_©-odriography.jpg

Dynamiques politiques au Moyen-Orient

Un certain nombre d'acteurs régionaux ont entamé un rapprochement actif entre eux.

L'Irak à la veille des élections

Des élections générales sont prévues pour le 10 octobre en Irak. Des représentants de plus de 75 pays et organisations internationales ont été invités en tant qu'observateurs.

Les experts externes et les hommes politiques irakiens attendent beaucoup des prochaines élections, car l'Irak a été secoué ces derniers mois par des crises allant des grèves aux effets de l'épidémie de coronavirus, en passant par des problèmes de sécurité non résolus.

Dans le même temps, l'éventuel retrait des troupes américaines du pays a été discuté. Yossi Cohen, l'ancien chef des services secrets israéliens MOSSAD, a récemment laissé entendre que les États-Unis pourraient se retirer prochainement d'Irak.

Des responsables irakiens ont exprimé des points de vue similaires.

Juma_Inad222.jpg

D'autres développements intéressants ont lieu. Le ministre irakien de la Défense, Juma Inad (photo), a annoncé le 27 août que l'Irak avait conclu un accord préliminaire pour acheter à la Turquie un ensemble d'armes pour plusieurs millions de dollars comprenant des drones armés, des hélicoptères d'attaque et des systèmes de guerre électronique.

Selon des sources turques, les négociations sont en cours depuis plus d'un an, avec une éventuelle pression des États-Unis. D'autre part, le gouvernement irakien n'a cessé d'exprimer ses protestations à la Turquie concernant les opérations militaires contre le Parti des travailleurs du Kurdistan. Toutes les actions de l'armée turque violent la frontière irakienne, mais Ankara se justifie en disant qu'elle ne viole pas la souveraineté irakienne, mais veut seulement s'occuper des terroristes. Récemment, la partie turque a exprimé son intention d'établir une base militaire permanente dans la région de Metina, dans le nord de l'Irak.

Le facteur kurde

La question turco-kurde reste assez compliquée et confuse. En apparence, on a l'impression que les Kurdes et les Turcs sont des ennemis irréconciliables. Mais sur le plan politique et économique, il y a une coopération. Par exemple, une partie du pétrole produit au Kurdistan irakien est vendue à la Turquie. On a appris l'autre jour que le président du Kurdistan irakien, Nechirvan Barzani, avait facilité une réconciliation entre le président turc Recep Erdogan et le prince héritier d'Abu Dhabi Mohammed bin Zayed.

M. Barzani s'est rendu aux Émirats arabes unis en juin et a discuté d'un large éventail de questions avec les dirigeants.

Dm7JQpXW4AA_1wW.jpg

La couverture médiatique la plus importante a porté sur la lutte contre le terrorisme et l'aide des EAU au Kurdistan irakien.

Cependant, une visite du conseiller à la sécurité nationale des EAU, Tahnoon bin Zayed al Nahyan, à Ankara a suivi quelque temps plus tard, au cours de laquelle il a rencontré le chef de la république turque.

EAU et Qatar

Il est connu que les investissements des EAU vers la Turquie ont été discutés. Toutefois, il n'est pas dit ce qui a été décidé au sujet de la principale contradiction à l'origine du désaccord entre la Turquie et les EAU - l'activité des Frères musulmans (interdits dans la région). Alors que les Émirats arabes unis avaient auparavant critiqué de nombreuses actions d'Ankara, la rhétorique a maintenant changé. Par exemple, Anwar Gargash, qui était auparavant ministre des affaires étrangères des Émirats arabes unis et qui occupe aujourd'hui le poste de conseiller en politique étrangère, a qualifié la réunion d'Ankara d'historique et de positive.

Par ailleurs, les Émirats arabes unis avaient déjà tenté de persuader la Turquie de rétablir des relations normales avec Damas. En contrepartie, la Turquie comptait sur une certaine influence des EAU sur les Kurdes syriens. Nous devons maintenant observer dans quelle mesure la position officielle d'Ankara sur les Frères musulmans va évoluer.

L'amélioration des liens avec les autorités égyptiennes officielles serait également le signe d'un changement de la politique turque à l'égard des radicaux. Mais il semble que la Turquie va progressivement, étape par étape, changer sa stratégie, en s'orientant vers l'établissement de bons contacts avec les EAU et l'Égypte.

En juin dernier, les chaînes de télévision égyptiennes d'opposition basées en Turquie ont été sommées de cesser d'émettre.

Plus tôt encore, les médias turcs avaient également cessé de critiquer les autorités égyptiennes.

En même temps, il y a eu un rapprochement entre les EAU et le Qatar. Doha, comme Ankara, soutient les Frères musulmans, si bien que les relations avec les Émirats sont difficiles.

QatarOMCmap.png

Le Qatar, en revanche, était auparavant en mesure de nouer des relations avec les alliés idéologiques des EAU que sont l'Arabie saoudite et l'Égypte. Cela a permis à Doha de coopérer avec Le Caire pour faciliter un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, repoussant Abu Dhabi, car les Émirats n'avaient pas tenu leur promesse d'utiliser les accords d'Abraham pour faire avancer le processus de paix.

L'Arabie saoudite et le Qatar, quant à eux, ont discuté d'une coopération plus étroite sur toute une série de fronts, avec pour point d'orgue la création du Conseil de coopération Arabie saoudite-Qatar - le tout avec en toile de fond la manière dont les liens bilatéraux entre Abou Dhabi et Riyad sont passés d'une phase de "lune de miel" en 2017 à une confrontation en 2021.

Les Émirats arabes unis ont mis fin à leur soutien à l'Arabie saoudite au Yémen, tout en affichant son triomphe.

Il est vrai que la Turquie estime que les Émirats n'ont pas d'autre choix, car ils ne peuvent plus compter sur les États-Unis et, comme les relations avec l'Arabie saoudite sont au point mort, ils ont besoin du soutien d'autres acteurs régionaux pour tenir tête à l'Iran.

Toutefois, ni le Qatar ni la Turquie ne sont des adversaires irréconciliables de l'Iran comme l'Arabie saoudite. Il semble plutôt qu'il s'agisse pour les Émirats de mener une politique étrangère plus équilibrée, sans actions agressives ni ambitions excessives.

Source: https://katehon.com/ru/article/politicheskaya-dinamika-na-blizhnem-vostoke

jeudi, 19 août 2021

"L'Occident doit se réorganiser complètement en termes de politique étrangère et de politique de développement".

Yalta-International-Economic-Forum-Day-two.jpg

L'Afghanistan après le changement de pouvoir
 
Markus Frohnmaier (AfD): "L'Occident doit se réorganiser complètement en termes de politique étrangère et de politique de développement"

Entretien - Propos recueillis par Lukas Steinwandter

Ex: https://jungefreiheit.de/debatte/interview/2021/frohnmaier-afghanistan-westen-entwicklungspolitik/

En réponse à la prise de contrôle de l'Afghanistan par les Talibans, le gouvernement allemand a suspendu l'aide officielle au développement dans ce pays. À l'origine, 250 millions d'euros avaient été prévus pour l'année en cours. Alors que l'Occident se retire d'Afghanistan, une nouvelle puissance tente d'étendre sa sphère d'influence : la Chine. Nous nous sommes entretenus avec Markus Frohnmaier, porte-parole de la politique de développement pour le groupe parlementaire AfD au Bundestag, sur le sens et le non-sens de l'aide au développement, les solutions régionales possibles pour les flux de réfugiés et la manière dont l'Occident doit réagir à l'influence de la Chine.

Le gouvernement allemand a suspendu son aide au développement en Afghanistan après la prise du pouvoir par les Talibans. Est-ce la bonne décision ?

Frohnmaier : La décision est bonne. L'aide au développement qui affluait auparavant en Afghanistan était déjà plus que douteuse. Des bâtiments construits grâce à l'aide allemande au développement avaient déjà été convertis par les talibans en écoles coraniques avant qu'ils ne prennent le pouvoir et, dans un cas dûment documenté, en casernes pour les guerriers du djihad. Tant qu'un régime terroriste y est au pouvoir, le gouvernement allemand ne doit pas le parrainer par une aide au développement.

Qu'est-ce que le travail de développement a réellement accompli en Afghanistan au cours des 20 dernières années ?

Frohnmaier : Si vous regardez les résultats : Rien du tout, car les talibans en récoltent maintenant les fruits. Entre-temps, il y a certainement eu une amélioration marginale des conditions de vie dans les grandes villes. Mais beaucoup d'argent a également été dépensé pour des bêtises.

Par exemple ?

Frohnmaier : La Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit, qui réalise des projets de développement pour l'État allemand, a également financé des projets absurdes en matière de gendérisme en Afghanistan. Et le gouvernement allemand a mis en place un centre de conseil en matière de migration en Afghanistan dans le cadre du programme "Perspektive Heimat". Les habitants pouvaient y obtenir des informations sur les voies d'immigration légales vers l'Allemagne.

Comment se passe la coopération au développement avec les pays voisins comme le Turkménistan, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan ?

Frohnmaier : Le gouvernement fédéral supprime progressivement la coopération bilatérale au développement avec le Turkménistan et le Tadjikistan. Seul l'Ouzbékistan est encore un pays partenaire de la coopération allemande au développement. Dans la longue série d'erreurs commises par le gouvernement allemand, celle-ci s'ajoute à la liste: en interrompant la coopération au développement avec une grande partie des États d'Asie centrale, nous nous sommes privés de pratiquement toutes les possibilités d'influence et de levier. Cette situation prend aujourd'hui sa revanche lorsqu'il s'agit de ralentir les flux migratoires. J'avais d'ailleurs déjà appelé à une coopération plus étroite avec les États d'Asie centrale au nom de mon groupe au début de l'année 2020.

1477845.jpg

De nombreux Afghans veulent désormais quitter le pays. Si l'on en croit le ministre fédéral de l'Intérieur Horst Seehofer (CSU), ils pourraient être plusieurs millions à frapper aux portes de l'Europe. Y aurait-il des alternatives dans les pays voisins mentionnés, par exemple pour des camps d'accueil sur place ? Et ces pays accepteraient-ils même un tel projet avec le soutien de l'UE ?

Frohnmaier : La possibilité d'accepter des réfugiés dans ces pays existe bel et bien. Des États comme le Tadjikistan, par exemple, sont relativement stables sur le plan politique et offriraient également la sécurité. Le gouvernement tadjik, par exemple, mène une action résolue contre l'islamisme, j'ai pu le constater par moi-même lors d'un séjour à Douchanbé. Mais bien sûr, les gouvernements locaux ne le feront que si nous les y poussons politiquement et financièrement. Vu l'incompétence de notre gouvernement fédéral, j'ai peu d'espoir. Seul le président français Emmanuel Macron affirme actuellement que la prévention des migrations est à l'ordre du jour.

Le gouvernement autrichien souhaite également faire pression au niveau de l'UE pour la création de centres de déportation dans les campagnes afghanes, afin que les États de l'UE puissent continuer à déporter les Afghans.

Frohnmaier : Exactement, si le gouvernement allemand veut agir dans l'intérêt du peuple allemand, il devrait se joindre à cette poussée.

La composition ethnique des Afghans plaide également en faveur de l'accueil des réfugiés près de chez eux.

Frohnmaier : Oui, environ 27% de la population afghane est composée de Tadjiks et de Perses. Neuf pour cent sont des Ouzbeks. En particulier pour les forces locales, un hébergement dans les pays voisins mentionnés serait plus judicieux. En outre, l'Allemagne est active dans plus de 40 pays et y entretient des partenariats bilatéraux. Parmi eux figurent de nombreux États fragiles. Et nous ne pouvons pas envoyer les soi-disant locaux et leurs proches en Allemagne à chaque fois qu'il y a un changement de régime quelque part dans le monde. Ce serait déraisonnable. Dans le cas de l'Afghanistan, les milliers de kilomètres de frontières terrestres ouvertes avec le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et le Turkménistan permettent d'accueillir ces personnes sur place et aux pays concernés d'en assumer éventuellement la responsabilité avec notre soutien.

La Chine est un autre pays voisin de l'Afghanistan. Fan Hongda, de l'Université des études internationales de Shanghai, a prévenu il y a quelques jours : "En tant que pays voisin et pays important dans le monde, la Chine doit aider l'Afghanistan à établir la stabilité et la paix - ne serait-ce que pour nos propres intérêts de sécurité nationale." La Chine, qui entretient de bonnes relations avec les talibans, va-t-elle maintenant devenir plus active en Afghanistan, par exemple sous la forme d'une aide au développement et d'une coopération économique ?

Frohnmaier : Définitivement. Les Talibans sont moins un problème pour les Chinois parce qu'ils sont islamistes. Le problème des talibans en tant que groupe islamiste a toujours été qu'ils ont servi de refuge à d'autres groupes terroristes qui ont leur champ d'action en dehors de l'Afghanistan. Les Chinois ont donc un intérêt vital à ce qu'aucun groupe islamiste ne s'installe en Afghanistan qui aurait, par exemple, l'idée de libérer les camps de concentration pour les Ouïgours dans le Xinjiang voisin. Pékin sortira volontiers son chéquier pour cela. Et, bien sûr, pour s'assurer une influence, des matières premières et un accès au marché afghan.

Comment l'Occident doit-il réagir à cette situation ? 

Frohnmaier : L'Occident doit réorganiser complètement sa politique étrangère et de développement s'il ne veut pas être dépassé par la concurrence. Concrètement, cela signifie : pas d'interventions militaires dans des zones étrangères, mais une orientation stricte de sa propre politique de développement et de commerce extérieur sur la base des intérêts économiques. La Chine a acheté la moitié de l'Afrique sans sacrifier un seul soldat ; l'Occident se retire maintenant vaincu d'Afghanistan après avoir gaspillé des milliers de vies et des milliards astronomiques. Ce qu'il faut, c'est un retour au réalisme, où les intérêts nationaux sont le principe directeur, et non la question de savoir si le drapeau arc-en-ciel peut flotter à Kaboul.

Quel rôle la Russie joue-t-elle dans ce domaine ? 

Frohnmaier : La Russie a tiré les leçons des erreurs du passé, notamment de l'ingérence ratée de l'Union soviétique en Afghanistan. Les Russes prennent au sérieux le danger réel de terreur émanant d'une prise de pouvoir par les talibans, mais ils cherchent en même temps des moyens de Realpolitik de réduire ce danger. Les représentants russes, par exemple, n'ont réussi à obtenir des talibans que l'autorisation de poursuivre les activités de l'ambassade russe à Kaboul mardi. Dès qu'un nouveau gouvernement sera constitué à Kaboul, nous devrions également examiner si et comment une représentation diplomatique peut être rétablie en Afghanistan afin de protéger nos intérêts sur le terrain.

Quels sont ces intérêts en Afghanistan ou dans la région située au nord de celui-ci, où passe également la nouvelle route de la soie chinoise ?

Frohnmaier : J'identifierais trois domaines d'intérêt allemands importants : Prévention des migrations, contre-terrorisme et économie. Si nous ne voulons pas que les gens commencent à déménager et que le pays entier devienne un camp d'entraînement pour les terroristes, nous devons utiliser tous les leviers diplomatiques à notre disposition. Tôt ou tard, il s'agira probablement avant tout de reconnaître le gouvernement des talibans au regard du droit international. Nous devrions faire en sorte que cela dépende moins de la situation des droits de l'homme et davantage du fait que le gouvernement de ce pays soit prêt à nous donner certaines garanties en termes de politique migratoire et de sécurité.

Une autre question aiguë sera de savoir si nous devons permettre une vassalisation économique de l'Afghanistan par la Chine. Si nous ne le voulons pas, nous ne pourrons pas éviter d'obtenir l'accès au marché et aux ressources minérales qui s'y trouvent par le biais d'accords appropriés. Ce qui, soit dit en passant, serait également dans l'intérêt du peuple afghan, car la Chine, contrairement à l'Allemagne, s'intéresse très peu aux conditions de travail et aux normes sociales dans ses États satellites.

Les États-Unis peuvent-ils être un partenaire fiable pour l'Allemagne en matière de politique de développement, compte tenu du retrait rapide et désordonné en Afghanistan, ou l'Allemagne doit-elle chercher de nouveaux partenaires ?

Frohnmaier : Il faut faire la différence ici. La décision de se retirer d'Afghanistan était absolument juste. Il a déjà été réalisé lorsque Donald Trump était encore président des États-Unis. Mais la mise en œuvre du retrait a été un désastre au niveau opérationnel et ne reflète pas bien le président américain Joe Biden. Après tout, son administration a essentiellement suivi cette stratégie : D'abord, nous retirons les troupes, puis nous brûlons les documents sensibles, puis nous fermons l'ambassade et à la fin nous faisons sortir nos propres citoyens.

Je maintiens que l'ordre inverse aurait été le bon. À cet égard, je crois en principe qu'il est possible de travailler en partenariat avec les États-Unis, surtout s'ils reconsidèrent leur politique d'intervention. Les Américains ont également aidé à faire sortir nos ressortissants par avion lorsque notre propre gouvernement était submergé. Toutefois, avec l'actuel président américain, nous devrons probablement compter avec des défaillances plus fréquentes. Pour cette seule raison, nous ne devrions pas nous engager unilatéralement avec les États-Unis comme partenaire.

mercredi, 04 août 2021

Afghanistan et Iran, la stratégie du chaos des États-Unis

merlin_142417461_ec956206-f687-49b8-aea5-8aa1e0efa045-superJumbo.jpg

Afghanistan et Iran, la stratégie du chaos des États-Unis

par Alberto Negri

Ex : Il Manifesto & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/afghanistan-e-iran-la-strategia-del-caos-degli-stati-uniti

Après-guerre au Proche- et au Moyen-Orient? Pas vraiment. En substance, il s'agit d'économiser la présence militaire directe, comme ce fut le cas en Afghanistan ou en Irak, et de laisser se consumer les foyers de guerre ou de résistance: ce sont alors des guerres dites "par procuration", menées avec la vie d'autres acteurs sur le terrain. Voilà à quoi ressemblait déjà l'Irak, ainsi que la Syrie, sans oublier la Libye et maintenant le nouveau chapitre de l'histoire des "guerres par procuration" s'ouvre en Afghanistan.

À qui profite le chaos en Afghanistan, causé par le retrait des États-Unis, retrait qui était aussi tout à fait prévisible, étant donné que les talibans sont à l'offensive depuis au moins trois mois ? Certainement pas aux Afghans et pas même à l'Iran, où l'ultraconservateur Ebrahim Raisi vient de prendre ses fonctions de président, négociant avec les États-Unis sur les sanctions, à la tête d'un pays écrasé par l'embargo et la pandémie, qui a toujours été un adversaire des talibans.

1496694735804.jpg

Avant le retrait américain, les Iraniens pouvaient accepter, voire encourager, les talibans à déstabiliser Kaboul, mais ils ne peuvent tolérer leur retour au pouvoir comme cela s'annonce aujourd'hui. Même si une délégation de Talibans a été reçue à Téhéran - ainsi qu'à Moscou et à Pékin - tout le monde se souvient qu'en 1998, ils ont massacré onze diplomates iraniens à Mazar el Sharif et qu'ils font maintenant subir le même sort à la population chiite afghane et aux Hazaras.

En Afghanistan, il y a le risque d'une guerre civile sanglante qui pourrait se transformer en un autre conflit entre chiites et sunnites, comme ce fut le cas en Irak, d'abord avec Al-Qaïda, puis avec la montée du califat. C'est dans un moment pareil que les bureaux stratégiques de la République islamique ont dû pleurer la mort au combat du général Qassem Soleimani, éliminé par les États-Unis en 2020 à Bagdad.

La guerre américano-israélo-iranienne se poursuit par tous les moyens disponibles, des provocations aux attentats contre les scientifiques iraniens, en passant par les raids aériens américains et israéliens en Syrie et en Irak contre les milices pro-chiites et les Pasdarans: on en parle peu, sauf lorsque les tensions explosent dans le Golfe d'où vient le pétrole, comme ce fut le cas avec le navire israélien touché par un drone à Oman (deux morts). L'Iran va bientôt se retrouver sous pression sur trois fronts, dans le Golfe, à l'Est et à l'Ouest, et cette fois, il n'y aura plus de Soleimani pour diriger le tourbillon sanglant qui ravagera le Moyen-Orient.

us-soldier-afghanistan-ht-jef-200527_hpMain_1x1_992.jpg

Tout cela se produit en raison d'un choix américain bien précis: créer le chaos et l'exploiter à son avantage et à celui des alliés de Washington, d'Israël aux monarchies du Golfe qui font partie ou gravitent autour du pacte d'Abraham, voulu naguère par Trump.
C'est la "stratégie du chaos" qui est mise en œuvre, de l'Afghanistan à la Libye, par diverses administrations républicaines et démocrates, y compris, jadis, par le vice-président d'Obama, Joe Biden. En substance, il s'agit d'économiser la présence militaire américaine directe, comme ce fut le cas en Afghanistan ou en Irak, et d'entretenir sciemment les foyers de guerre ou de résistance: ce sont les guerres dites "par procuration", menées avec la vie d'autres acteurs que les Marines ou l'infanterie US. L'Irak a été le théâtre d'une telle guerre, tout comme la Syrie, la Libye et maintenant le nouveau chapitre de ce type précis de conflit va s'amorcer en Afghanistan.

Biden est un type contradictoire. D'une part, il reprend les négociations avec Téhéran sur l'accord nucléaire de 2015 voulu par Obama et annulé par Trump en 2018, mais en même temps il bombarde les alliés de l'Iran en Irak et en Syrie. Même en Irak, l'administration américaine se retire en apparence du jeu en laissant la présence militaire principale à une mission de l'OTAN qui sera placée sous le commandement de l'Italie. En bref, les États-Unis créent des problèmes, comme ils l'ont fait avec la guerre de 2003 contre Saddam, et nous paierons les pots cassés pendant des décennies, tout comme cela s'est produit en Libye en 2011, lorsque, avec les Français et les Britanniques, les Etats-Unis ont attaqué Kadhafi.

couv-Hillary-Clinton1.jpg

Certains se souviendront de la réaction de la secrétaire d'État Hillary Clinton au lynchage et à l'assassinat de Kadhafi, une phrase rappelée par l'analyste américaine Diana Johnstone dans sa biographie judicieusement intitulée "Hillary Clinton, reine du chaos" : "Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort", une devise qu'elle a prononcée suivie d'un grand rire. Tony Blinken, l'actuel secrétaire d'État, était alors le partisan le plus acharné de l'attaque contre la Libye. Oui, la Libye même dont le ministre des Affaires étrangères Di Maio vient de revenir, dans les rangs de ceux qui n'abandonnent pas même face à l'évidence et continuent de remercier les États-Unis pour je ne sais quelle faveur.

Il faut noter qu'en 2019, alors que Khalifa Haftar assiégeait Tripoli et le gouvernement Sarraj - légitimement reconnu par l'ONU - les États-Unis se sont abstenus de bombarder le général en Cyrénaïque, laissant Erdogan occuper la Tripolitaine, avec tous les déboires que cela a entraîné pour l'Italie. Pourquoi les États-Unis, toujours prêts à bombarder n'importe qui, n'ont-ils rien fait ? C'est simple: parce que le général Haftar est soutenu par l'Egypte et les Emirats, deux pays clients des armes américaines, et les Emirats ont également conclu le fameux pacte d'Abraham avec Israël.

La guerre en Afghanistan était condamnée dès le départ, affirme à juste titre l'essayiste indien Pankaj Mishra. Pourtant, les fausses nouvelles ont alimenté une initiative qui a coûté un nombre considérable de vies et des centaines de milliards de dollars, laissant l'Afghanistan dans un état pire qu'avant. Il n'est pas non plus nécessaire d'invoquer le cliché de l'Afghanistan comme "cimetière d'empires" pour se rendre compte que les Talibans étaient une force résiliente et potentiellement changeante. Mais ce qui nous apparaît comme un échec - comme l'Irak, la Libye ou la Syrie - ne l'est pas si l'on applique la stratégie américaine du chaos. Il y a toujours une Dame Clinton ou un de ses héritiers prêt à rire.

mardi, 20 juillet 2021

La Russie retourne en Afghanistan

_94257508_037198193-1.jpg

La Russie retourne en Afghanistan

Alexandre Douguine

Parlons de l'Afghanistan. Le retrait des troupes américaines constitue un tournant très sérieux dans l'équilibre global des forces en géopolitique d'Asie centrale. Dans un avenir prévisible, le mouvement radical des Talibans, qui unit les Pachtounes, le plus grand groupe ethnique d'Afghanistan, arrivera au pouvoir d'une manière ou d'une autre. Il s'agit d'une force extrêmement active, et il y a quelques raisons de croire que les reculs honteux des Américains, qui, comme d'habitude, ont abandonné leurs laquais collaborationnistes à leur sort, vont tenter de retourner les talibans contre leurs principaux adversaires géopolitiques dans la région, la Russie et l'Iran.

La Chine sera elle aussi directement touchée, car l'Afghanistan est un élément essentiel du projet d'intégration "One Belt One Road". Les talibans pourraient également servir de base à une escalade dans le Xinjiang, en mobilisant et en soutenant les islamistes ouïghours.

En outre, la montée en puissance des talibans pourrait déstabiliser la situation en Asie centrale dans son ensemble et, dans une certaine mesure, créer des problèmes pour le Pakistan lui-même, qui est de plus en plus libéré de l'influence américaine.

afgha-pashtomap.gif

Les Américains sont entrés en Afghanistan dans un environnement géopolitique très différent. La Russie était extrêmement faible après les années 90 et semblait avoir été mise au placard. Pour être en sécurité dans ce modèle unipolaire, les Américains ont décidé de renforcer une présence militaire directe au sud de la Russie et, ce faisant, d'éliminer les forces du fondamentalisme islamique qui servaient précisément les intérêts géopolitiques occidentaux, surtout à l'époque de la guerre froide.

Aujourd'hui, après avoir évalué les changements survenus dans le monde et, surtout, la transformation de la Russie et de la Chine en deux pôles indépendants, de plus en plus indépendants de l'Occident mondialiste, les États-Unis ont décidé de revenir à leur stratégie précédente. En retirant leur présence militaire directe dans un Afghanistan exsangue, les États-Unis tenteront de se décharger de toute responsabilité et de faire subir à d'autres l'inévitable contrecoup que constitueront les talibans, qui sont, on le sait, extrêmement militants.

Dans une telle situation, Moscou a décidé à juste titre d'être proactive. La consolidation du pouvoir des talibans n'étant qu'une question de temps, il ne faut pas attendre de voir comment et quand le régime actuel, collaborationniste et pro-américain, sera renversé. Il faut négocier avec les Pachtounes maintenant. Comme nous l'avons vu récemment lors de la visite d'une délégation de talibans à Moscou. Les Talibans sont désormais une entité indépendante. Et l'approche réaliste de Poutine exige que l'on tienne compte d'un tel acteur, parce que cet acteur est là, sur le terrain, et s'est avéré inébranlable.

La déstabilisation de toute l'Asie centrale est inévitable si on laisse la situation en Afghanistan se dégrader. Cela affectera directement le Tadjikistan, l'Ouzbékistan, le Kirghizstan et le Turkménistan - c'est-à-dire que cela n'affectera pas directement les intérêts de la Russie et de l'OTSC.  Par conséquent, la Russie doit assumer la responsabilité de ce qui se passe dans le prochain cycle de l'histoire sanglante de l'Afghanistan.

na-takes-up-discrimination-against-pashtuns-issue-today-1520803922-1889.jpg

Ici, la Russie devrait agir en tenant compte de la structure en mosaïque de la société afghane - les intérêts des groupes ethniques non pachtounes d'Afghanistan - Tadjiks et Ouzbeks, ainsi que les chiites Hazaras et la minorité ismaélienne du Bodakhshan - devraient certainement être pris en compte. La Russie a été trop longtemps et trop profondément impliquée dans le labyrinthe afghan pour être enfin apte à comprendre les subtilités de la société afghane. Cette connaissance, ainsi que le potentiel stratégique de la Russie et son prestige accru, constituent un avantage très sérieux.

La coopération de la Russie à la préparation d'un avenir afghan en harmonie avec d'autres acteurs régionaux - avec l'Iran et le Pakistan ainsi qu'avec la Chine, l'Inde et les États du Golfe - est cruciale. La Turquie, un partenaire difficile mais aussi tout à fait souverain, pourrait servir de courroie de transmission vers l'Occident.

Mais l'essentiel est d'exclure sciemment l'Occident - principalement les États-Unis, mais aussi l'Union européenne - du nouveau formatage eurasiatique en gestation qui devra rapidement résoudre le problème afghan. Ils ont montré ce dont ils sont "capables" pour résoudre l'impasse afghane. Cela s'appelle en bref et simplement : un échec total.  Rentrez chez vous, et nous ne voulons plus vous voir en Asie centrale à partir de maintenant. L'Eurasie est aux Eurasiens.

Cela ne signifie pas que le problème afghan sera facile à résoudre sans l'Occident. Ce ne sera certes pas facile. Mais avec l'Occident, ce n'est pas possible du tout.

Source: https://www.geopolitica.ru/article/rossiya-vozvrashchaetsya-v-afganistan

dimanche, 11 juillet 2021

Afghanistan: les États-Unis partent, la Turquie arrive?

turkish-troops-afghanistan.jpg

Afghanistan: les États-Unis partent, la Turquie arrive?

Ex: https://katehon.com/ru/node/78007

On ne sait pas encore si Ankara sera en mesure de conclure un accord avec les talibans et de poursuivre la mission de l'OTAN.

Récemment, plusieurs médias ont diffusé des informations selon lesquelles, après le retrait définitif de l'armée américaine d'Afghanistan, l'armée turque pourrait prendre sa place. Au moins, pour assurer la sécurité de l'aéroport international de Kaboul, car il existe un risque élevé que les Talibans (organisation interdite en Russie) - pour des raisons objectives et des particularités de leur politique - puissent plonger la capitale du pays dans le chaos.

Ces déclarations ont donné lieu à plusieurs interprétations principales :

1) La Turquie remplacera les États-Unis parce qu'elle est membre de l'OTAN. L'accord aurait en fait été conclu lors du dernier sommet de l'Alliance de l'Atlantique Nord - et Joe Biden aurait trouvé un terrain d'entente avec Recep Tayyip Erdogan. Ainsi, Washington confie la sécurité (probablement partielle) de l'Afghanistan à la Turquie, tandis qu'Ankara obtient ses dividendes, y compris la possibilité de promouvoir une stratégie de pan-turquisme dans la région.

2) La Turquie a pris sa propre décision et a négocié avec les Talibans sur cette question. En outre, le Pakistan, qui est le partenaire stratégique de la Turquie et qui a une certaine influence sur les talibans, aidera Ankara de toutes les manières possibles. Tout cela se fait contre la volonté des États-Unis, et la Turquie se considère comme un nouveau centre géopolitique suffisamment fort en Eurasie pour mener sa propre politique.

3) L'explosion de nouvelles était délibérée afin de sonder les attitudes à l'intérieur et à l'extérieur de la Turquie, de faire des évaluations appropriées, d'identifier les faiblesses de cette approche, et d'identifier les forces qui ont activement critiqué ou soutenu le concept.

Cependant, il est difficile de dire avec quel sérieux ces forces particulières en Turquie s'attendaient à entrer en Afghanistan - et comment elles représentaient exactement leur présence. Il est possible que l'expérience de l'utilisation des Frères musulmans en Libye ait incité la Turquie à appliquer la même méthodologie de force par procuration (sous la direction directe des supérieurs turcs) en Afghanistan également. Mais le développement de cette histoire a montré certaines inadéquations entre le désir et la capacité.

two-states-flags-turkey-afghanistan-high-quality-business-background-d-illustration-flags-turkey-afghanistan-179328518.jpg

Mohammad Naeem, président du Politburo des Talibans, a accordé une interview à la chaîne de télévision kurde Rudav le 3 juillet 2021. A la question "Que pensez-vous de la nouvelle selon laquelle la Turquie aurait hérité des bases américaines et d'un aéroport en Afghanistan ? Comme vous le savez, il y a des pourparlers entre les États-Unis et la Turquie sur cette question", il a répondu comme suit :

"La question des troupes étrangères et de leur retrait a déjà été finalisée. Selon notre traité, toutes les forces doivent être retirées, sauf les missions diplomatiques. Cette question a été finalisée. Tous ceux qui veulent rester dans notre pays, nous les considérerons définitivement comme des envahisseurs. Ils ne devraient pas rester ici avec la force militaire. Cependant, nous aurons de bonnes relations avec chacun d'entre eux... Nous attendons un soutien international des pays voisins et régionaux. Nos relations avec les autres pays seront bonnes, mais la présence de forces étrangères est totalement rejetée."

Le porte-parole des talibans a donné une réponse évasive. D'une part, il a rejeté la présence militaire de quiconque, mais d'autre part, il n'a ni confirmé ni nié l'éventuelle participation future de la Turquie à la sécurisation de divers sites en Afghanistan. La présence militaire peut être différente de la mise en œuvre de mesures de sécurité, y compris celles dans lesquelles les talibans eux-mêmes ont un intérêt. Puisque, théoriquement, les Talibans peuvent faire appel à des forces extérieures pour n'importe quelle tâche.

Mais la position américaine sur le retrait et la poursuite de la coopération avec les autorités afghanes officielles donne une image plus claire.

Lors d'une conférence de presse du 2 juillet 2021, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré :

"Dans le cadre de notre processus de retrait en cours, le secrétaire à la défense a approuvé un plan visant à transférer le commandement de notre mission en Afghanistan du général Scott Miller au général Frank McKenzie. Ce transfert devrait prendre effet à la fin de ce mois.

Le général McKenzie conservera toute son autorité en tant que commandant des forces américaines en Afghanistan. Il continuera d'exercer son autorité pour mener toute opération antiterroriste nécessaire à la protection du territoire national contre les menaces émanant de l'Afghanistan.

Servicemen_of_the_Turkish_Special_Forces_Command,_led_by_the_Captain_Harun_Ergin_3.jpg

Et il dirigera les efforts des États-Unis pour développer des options de soutien logistique, financier et technique pour les forces afghanes une fois que notre retrait sera terminé. Dans le cadre de ce nouvel accord, le secrétaire d'État a également approuvé la création de la force avancée américaine en Afghanistan, qui sera dirigée par le contre-amiral de la marine Peter Waisley. Le commandement du contre-amiral Waisley sera basé à Kaboul et sera soutenu par le brigadier général Curtis Buzzard, qui dirigera la Direction de la sécurité de la défense en Afghanistan.

Ce bureau sera basé au Qatar et fournira un soutien financier aux forces de défense et de sécurité nationales afghanes, y compris, à terme, un soutien pour la maintenance des avions. Ce changement de structure et de direction et le transfert aujourd'hui de la base aérienne de Bagram aux forces de défense et de sécurité nationales afghanes sont des étapes clés de notre processus de retrait, qui reflètent une présence militaire américaine plus réduite en Afghanistan.

Cette présence continuera à se concentrer sur quatre points au cours de la période à venir. Premièrement, protéger notre présence diplomatique dans le pays. Deuxièmement, le soutien aux exigences de sécurité à l'aéroport international Hamid Karzai. Troisièmement, des conseils et une assistance permanente aux forces de défense et de sécurité nationales afghanes, selon les besoins. Et quatrièmement, le soutien à nos efforts de lutte contre le terrorisme."

La décision de créer ce commandement supplémentaire a été prise par le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, le même jour, le 2 juillet. Il convient de noter que la semaine dernière, le chef du Pentagone s'est rendu au Tadjikistan et en Ouzbékistan, où il a discuté des questions de sécurité régionale et de la coopération avec l'armée américaine.

Nous constatons donc que le contingent américain limité restera en Afghanistan après tout. On ignore si cela s'inscrit dans le cadre des accords conclus avec les talibans (par exemple, autoriser la présence de missions diplomatiques pourrait automatiquement signifier disposer de personnel spécialisé pour assurer la sécurité de ces missions).

L'équipe du contre-amiral Weasley serait au moins à Kaboul, comme indiqué officiellement. Il est possible que les États-Unis et les autorités officielles qu'ils soutiennent tentent de créer une ceinture de sécurité stable autour de Kaboul et des zones spéciales supplémentaires à l'intérieur de la capitale, comme cela a été fait lors de l'occupation de Bagdad en Irak.

La chef de la Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA), Deborah Lyons, a rencontré l'équipe de négociation des Talibans à Doha le 6 juillet. Les deux parties ont convenu que les pourparlers de paix devaient être la seule solution pour un règlement politique en Afghanistan. Cependant, la veille, les Talibans avaient pris le contrôle de la frontière nord du pays en combattant, montrant ainsi exactement le type de politique qu'ils poursuivaient. La situation reste tendue, et si la violence s'intensifie, des milliers de nouveaux réfugiés sont prêts à se déverser dans les pays voisins, à savoir l'Iran, le Pakistan, le Tadjikistan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan.

jeudi, 08 juillet 2021

La politique iranienne de Biden est déjà dans une impasse

Joe-Bide-Ebrahim-Raisi.jpg

La politique iranienne de Biden est déjà dans une impasse

Par Moon of Alabama

Très récemment, les États-Unis ont bombardé trois positions de la Force de mobilisation populaire (FMP) irakienne à la frontière syro-irakienne.

Les États-Unis n’avaient aucun droit de le faire. Le raisonnement juridique fourni par l’administration Biden pour justifier cette attaque est absurde. Tout comme le prétendu raisonnement consistant à établir une « dissuasion » contre d’autres attaques contre les troupes américaines par tel ou tel groupe de miliciens irakiens. La dernière frappe dans cette zone en février était censée remplir le même objectif, mais il est évident qu’elle n’a pas eu d’effet dissuasif. La frappe de dimanche a été immédiatement suivie de tirs de missiles contre une position américaine en Syrie. D’autres incidents de ce type suivront.

L’attaque a mis dans l’embarras le Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi. L’aspect le plus déroutant de cette frappe aérienne est toutefois son timing, puisqu’elle a eu lieu un jour seulement après que le Premier ministre irakien Moustafa al-Kadhimi a assisté à la célébration du septième anniversaire de la création de la FMP, au camp Ashraf, l’ancien quartier général du groupe terroriste anti-iranien Mujahedeen-e-Khalq, situé à environ 100 kilomètres (62 miles) au nord-est de Bagdad. La FMP a fait défiler des milliers de ses combattants, ainsi que des chars, des lance-roquettes et des drones, devant une tribune où se trouvaient, outre Kadhimi, le ministre de la Défense Juma Inad, le ministre de l’Intérieur Othman Ghanmi, le chef d’état-major de l’armée irakienne, le lieutenant-général Abdul Amir Yarallah, et le chef d’état-major du FMP, Abdul Aziz al-Mohammadawi.

arton2259.jpg

Plus important que la liste des participants, cependant, est ce que Kadhimi a dit à propos de la FMP. Dans un tweet publié pendant le défilé, le Premier ministre a noté que « nous avons assisté au défilé de notre armée héroïque le 6 décembre (2020), ainsi qu’au défilé de la courageuse police, et aujourd’hui nous assistons au défilé de nos fils dans la Force de mobilisation populaire. Nous affirmons que notre travail est sous la bannière de l’Irak, et que protéger sa terre et son peuple est notre devoir. Oui à l’Irak ! Oui à l’Irak, le pays fort et capable ». M. Kadhimi a ensuite souligné le fait que la FMP étaient un service d’État et a fait l’éloge de son rôle dans la lutte actuelle contre État islamique.

Pour rappel, un jour après que le Premier ministre irakien, en compagnie de son équipe militaire et de sécurité nationale, a déclaré que la FMP étaient un élément essentiel de la sécurité de l’État de son pays, les États-Unis bombardaient ces mêmes forces sur des sites en Syrie et en Irak, sites à partir desquelles la FMP mènent les opérations de lutte contre État islamique tant vantées par le Premier ministre irakien, et ce sans en informer le gouvernement irakien au préalable ni lui demander son autorisation. En réponse, M. Kadhimi a convoqué une réunion d’urgence de son état-major de sécurité nationale et a condamné avec force les frappes américaines, les qualifiant de violation manifeste de la souveraineté irakienne, ce qui incitera son gouvernement à étudier toutes les options légales en réponse.

L’attaque a affaibli la position des États-Unis en Irak et a renforcé celle de l’Iran.

Certains analystes affirment que l’attaque était un message adressé à l’Iran dans le contexte des discussions en cours sur l’accord nucléaire. Mais que dit ce message ? Que les États-Unis peuvent bombarder des cibles mineures ? Qu’est-ce que cela apporte de nouveau ?

Revenons à la situation dans son ensemble.

Un objectif primordial de l’administration Biden est de concentrer toutes ses forces dans la compétition avec la Chine. À cette fin, elle a prévu d’abandonner en grande partie le Moyen-Orient – l’endroit où les États-Unis ont gaspillé leurs ressources pendant plus de deux décennies.

pmf---s-grit-helps-iraq-turn-the-corner-2018-12-16.jpg

Pour quitter le Moyen-Orient, les États-Unis doivent trouver une forme de paix avec l’Iran. L’administration Biden a donc entrepris de réintégrer l’accord nucléaire. Pour y parvenir, elle doit lever les sanctions que Trump a imposées à l’Iran. Mais la dérive de la mission s’est installée. Au lieu de simplement lever les sanctions en échange de l’adhésion de l’Iran aux limites de l’accord nucléaire, l’administration Biden a cherché à obtenir davantage de concessions de la part de l’Iran tout en offrant moins d’allègement des sanctions.

L’Iran a clairement exprimé sa position. Si les États-Unis lèvent TOUTES les sanctions imposées par Trump, ils soumettront à nouveau leur programme nucléaire aux limites de l’accord. Si les États-Unis ne lèvent pas TOUTES les sanctions, l’Iran continuera à dépasser ces limites avec des marges petit à petit plus importantes.

Le secrétaire d’État Anthony « Pompeo le deuxième » Blinken a l’illusion qu’il peut ramener l’Iran dans le cadre de l’accord nucléaire et maintenir des sanctions importantes. Il veut les utiliser pour faire pression sur l’Iran afin que ce pays limite sa puissance en missiles et qu’il cesse de soutenir ses alliés au Moyen-Orient :

Les hauts responsables de l'administration Biden, de M. Blinken jusqu'au plus bas, 
ont admis qu’il y avait des défauts dans l'ancien accord nucléaire, il fallait
qu'il soit "plus long et plus fort" et qu'il traite du programme de développement
de missiles et du soutien au terrorisme de l'Iran. Aujourd'hui, l'exigence semble s'élargir encore davantage : Il est de plus en
plus évident que tout accord global qui répond aux nombreuses plaintes de l'Amérique
concernant le comportement de l'Iran doit également couvrir un large éventail de
nouvelles armes que les forces iraniennes ne faisaient que bricoler il y a six ans.

L’Iran ne se désarmera pas. Ces objectifs sont impossibles à atteindre :

Blinken AFP_3.jpg

Blinken a déjà déclaré que certaines sanctions américaines seraient maintenues 
et qu'elles seraient levées lorsque - et seulement lorsque - Téhéran "changera
de comportement"
. Notez le discret changement. Blinken ne parle pas ici de cadre

nucléaire réglementaire, il devient "manichéen". Ainsi, selon cette mesure
(corriger un comportement malveillant), la question n'est pas de savoir combien
de sanctions individuelles restent en place, mais la nature de celles qui restent.
De toute évidence, la nature de celles qui restent doit impliquer une grande
douleur, si elles doivent vraiment contraindre un Iran irrémédiablement "malfaisant"
à changer de cap stratégique. (C'est un autre exemple de la façon dont le paradigme
bien/mal fige la politique). L'équipe Biden sait, et admet librement, que les pressions maximales de Trump n'ont
pas modifié le comportement iranien. Pourtant, Blinken préconise que les États-Unis
répètent ce qui vient d'échouer. En fait, ce que Trump a fait, c'est persuader

l'Iran de développer sa dissuasion par missiles de précisions et drones, ce qui
a rendu les "armes MAGA" non pertinentes et donné à l'Iran un avantage stratégique.

Pourtant, Blinken flirte désormais avec l’idée de ne pas revenir à l’accord nucléaire :

"Si cela continue, s'ils continuent à faire tourner des centrifugeuses plus 
sophistiquées à des niveaux de plus en plus élevés, nous arriverons à un point
où il sera très difficile, d'un point de vue pratique"
de revenir aux paramètres

de l'accord nucléaire initial, a-t-il déclaré. "Je ne peux pas donner de date", a déclaré M. Blinken à propos du jour où
l'administration Biden pourrait se retirer des négociations nucléaires, mais
"cela se rapproche".

Et puis quoi ?

Si les États-Unis ne reviennent pas bientôt sur l’accord nucléaire, l’Iran le quittera complètement. A mon avis, d’ici la fin de l’année. Il sera alors libre de faire tout ce qu’il veut en matière de nucléaire. L’Iran augmentera également son soutien aux forces mandataires capables de nuire aux forces américaines et aux alliés des États-Unis au Moyen-Orient. Un certain nombre de piqûres d’aiguilles qui ne cessent de s’intensifier – incendies de pétroliers saoudiens, explosions de raffineries, attaques de drones contre des bases américaines – obligeront les États-Unis à rester engagés.

Les États-Unis ne peuvent pas entrer en guerre contre l’Iran. Le pays ne peut pas être occupé et tout bombardement serait suivi d’attaques de missiles et de drones contre toutes les bases américaines et tous les alliés dans la région, y compris Israël.

Un statu quo ou un conflit de faible intensité pourrait donc se poursuivre pendant longtemps. Il consommerait davantage de ressources américaines et de temps de gestion. Du temps que la Chine peut utiliser, sans être dérangée, pour continuer à développer ses capacités. En ajoutant de plus en plus de demandes de levée des sanctions contre l’Iran, l’administration Biden sabote son objectif stratégique global de concurrence contre la Chine.

C’est une politique à très courte vue. L’Iran ne fléchira pas. Les tentatives de faire pression sur lui en tuant quelques miliciens irakiens sont tout simplement ridicules. Le fait que l’administration Biden tente de le faire montre qu’elle s’est engagée dans une impasse et qu’elle ne veut pas faire marche arrière.

Quelle sera donc son prochain acte ?

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

jeudi, 24 juin 2021

Un Iran plus souverain va favoriser son rapprochement avec la Russie et la Chine

iran-2.jpg

Un Iran plus souverain va favoriser son rapprochement avec la Russie et la Chine

Par Pepe Escobar

Source The Saker’s Blog

Lors de sa première conférence de presse en tant que président élu avec 62% des voix, Ebrahim Raeisi, face à une forêt de microphones, a sorti le grand jeu et n’a laissé aucune place à l’imagination.

Sur le JCPOA, ou accord sur le nucléaire iranien, le dossier qui obsède complètement l’Occident, Raeisi a été clair :

  • les États-Unis doivent immédiatement revenir au JCPOA que Washington a unilatéralement violé, et lever toutes les sanctions.
  • Les négociations autour du JCPOA à Vienne vont se poursuivre, mais l’avenir de l’Iran ne sera pas conditionné par leur résultat.
  • Le programme iranien de missiles balistiques n’est absolument pas négociable dans le cadre du JCPOA et ne sera pas freiné.

À la question d’un journaliste russe qui lui demandait s’il rencontrerait le président Biden si un accord était conclu à Vienne et si toutes les sanctions étaient levées – un  » si «  majeur -, M. Raeisi a répondu par un  » non «  catégorique.

Il est essentiel de souligner que Raeisi est en principe favorable au rétablissement du JCPOA tel qu’il a été signé en 2015, conformément aux directives de l’Ayatollah Khamenei. Mais si la mascarade de Vienne se poursuit indéfiniment et que les Américains continuent à insister pour réécrire l’accord en voulant y inclure d’autres domaines de la sécurité nationale iranienne, il s’agit d’une ligne rouge définitive.

Raeisi a reconnu les immenses défis internes auxquels il est confronté, à savoir remettre l’économie iranienne sur les rails, se débarrasser de la dynamique néolibérale de l’équipe sortante et lutter contre la corruption généralisée. Le fait que le taux de participation aux élections n’ait été que de 48,7 %, contre une moyenne de 70 % lors des trois précédentes élections présidentielles, montre que la tâche sera difficile.

3580040.jpg

Mohammad Marandi.

Pourtant, en matière de politique étrangère, la voie que suivra l’Iran est sans équivoque : elle est centrée sur la stratégie du « regard vers l’Est », qui implique une coopération plus étroite avec la Chine et la Russie, l’Iran devenant un carrefour essentiel de l’intégration eurasienne ou, selon la vision russe, du partenariat de la Grande Eurasie.

Comme me l’a expliqué le professeur Mohammad Marandi de l’université de Téhéran, « il y aura une orientation vers l’est et vers le Sud. L’Iran améliorera ses relations avec la Chine et la Russie, également en raison de la pression et des sanctions américaines. Le président élu Raeisi sera mieux placé pour renforcer ces liens que l’administration sortante. »

Marandi a ajouté : « L’Iran ne portera pas intentionnellement atteinte à l’accord nucléaire si les Américains – et les Européens – s’orientent vers leur complète mise en œuvre. Les Iraniens rendront la pareille. Les voisins et les pays de la région seront également une priorité. L’Iran n’attendra plus l’Occident ».

Marandi a également fait une distinction assez nuancée en indiquant que la situation actuelle était due à « une erreur majeure » de l’équipe Rouhani, mais « pas la faute du Dr Zarif ou du ministère des affaires étrangères, mais du gouvernement dans son ensemble. » Cela implique que l’administration Rouhani a placé tous ses paris sur le JCPOA et n’était absolument pas préparée à l’offensive de « pression maximale » de Trump, qui a de facto décimé la classe moyenne iranienne aux idées réformistes.

En un mot : à l’ère Raeisi, exit la « patience stratégique » face aux États-Unis. Place à la « dissuasion active ».

Un carrefour essentiel de la BRI et de l’EAEU

Ceux qui contrôlent le récit de la « communauté internationale » ont répondu à Raeisi par des épithètes proverbialement dérisoires et/ou diaboliques : fidèle à la « machine répressive » de la République islamique, « partisan de la ligne dure », violeur des droits de l’homme, bourreau de masse, fanatique anti-occidental, ou simplement « tueur ». Amnesty International a même demandé qu’il fasse l’objet d’une enquête en tant qu’auteur de crimes contre l’humanité.

iran-bombe-ai-60-33.jpg

Les faits sont plus prosaïques. Raeisi, né à Mashhad, est titulaire d’un doctorat en jurisprudence et en principes fondamentaux de la loi islamique, ainsi que d’un autre diplôme de jurisprudence obtenu au séminaire de Qom. Il a notamment été membre de l’Assemblée des experts et dirigeant de la branche judiciaire.

Il n’a peut-être pas été exposé au mode de vie occidental, mais il n’est pas « anti-occidental », car il estime que l’Iran doit interagir avec toutes les nations. Pourtant, la politique étrangère doit suivre les directives de Khamenei, qui sont très claires. Si l’on ne comprend pas la vision du monde de Khamenei, toute analyse des complexités iraniennes est un sport inutile. Pour connaître le contexte essentiel, veuillez vous reporter à mon livre électronique Persian Miniatures publié par Asia Times.

Tout commence avec le concept fondateur d’une République islamique fondée par l’Ayatollah Khomeini, qui a été influencé par la République de Platon ainsi que par la Cité vertueuse du philosophe politique musulman al-Farabi (également influencé par Platon).

À l’occasion du 40e anniversaire de la révolution islamique, Khamenei a actualisé sa conception de la politique étrangère, dans le cadre d’une carte claire pour l’avenir. Il faut absolument lire cet ouvrage pour comprendre ce qu’est l’Iran. Une excellente analyse de Mansoureh Tajik souligne la manière dont le système s’efforce d’atteindre l’équilibre et la justice. Khamenei ne pouvait pas être plus direct lorsqu’il écrit,

Aujourd’hui, le défi pour les Etats-Unis est la présence de l’Iran aux frontières qui entourent le régime sioniste et le démantèlement de l’influence et de la présence illégitime de l’Amérique en Asie occidentale, la défense par la République islamique des combattants palestiniens au cœur des territoires occupés, et la défense du drapeau sacré du Hezbollah et de la Résistance dans toute la région. Si à l’époque, le problème de l’Occident était d’empêcher l’Iran d’acheter des armes, même les plus primitives, pour sa défense, aujourd’hui, son défi est d’empêcher les armes, les équipements militaires et les drones iraniens d’atteindre le Hezbollah et la Résistance partout dans la région. Si, à l’époque, l’Amérique s’imaginait pouvoir vaincre le système islamique et la nation iranienne avec l’aide de quelques traîtres iraniens vendus, aujourd’hui, elle se retrouve à avoir besoin d’une large coalition de dizaines de gouvernements hostiles, mais impuissants, pour combattre l’Iran. Et elle échoue.

En termes de politique des grandes puissances, la politique iranienne de « regard vers l’Est » a été conçue par Khamenei – qui a pleinement approuvé le partenariat stratégique global Iran-Chine, d’une valeur de 400 milliards de dollars, qui est directement lié à l’initiative « Route de la soie », et qui soutient également l’adhésion de l’Iran à l’Union économique eurasiatique (UEEA) dirigée par la Russie.

cover-r4x3w1000-5ec7c0e6f3c2e-35f33f99cfa12a107515a20bc8cb2ef056e5d083-jpg.jpg

C’est donc l’Iran, en tant que plaque tournante de la connectivité eurasienne, qui va façonner elle-même son avenir géopolitique et géoéconomique. Et non l’Occident, comme l’a souligné Marandi.

La Chine investira dans le secteur bancaire iranien, les télécommunications, les ports, les chemins de fer, la santé publique et les technologies de l’information, sans oublier de conclure des accords bilatéraux en matière de développement d’armes et de partage de renseignements.

Sur le front russe, l’impulsion viendra du développement du corridor international de transport Nord-Sud (INSTC), qui entre directement en concurrence avec un corridor terrestre Est-Ouest qui peut être frappé à tout moment par des sanctions américaines extraterritoriales.

L’Iran a déjà conclu un accord de libre-échange provisoire avec l’UEEA, actif depuis octobre 2019. Un accord complet – avec l’Iran comme membre à part entière – pourrait être conclu dans les premiers mois de l’ère Raeisi, avec des conséquences importantes pour le commerce du Caucase du Sud à l’Asie du Sud-Ouest au sens large, voire à l’Asie du Sud-Est : Le Viêt Nam et Singapour disposent déjà de zones de libre-échange avec l’EAEU.

La rhétorique américaine sur l’« isolement » de l’Iran ne trompe personne en Asie du Sud-Ouest – comme l’atteste le développement de l’interaction avec la Chine et la Russie. Ajoutez à cela la perception de Moscou que « l’humeur est à approfondir le dialogue et à développer les contacts dans le domaine de la défense ».

Voilà donc à quoi mène l’ère Raeisi : une union plus solide entre le chiisme iranien, le socialisme aux caractéristiques chinoises et le partenariat de la Grande Eurasie. Et ce n’est pas un mal que la technologie militaire russe de pointe surveille tranquillement l’évolution de cet échiquier.

Pepe Escobar

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

lundi, 24 mai 2021

Bref bilan de la situation en Afghanistan

us-soldier-afghanistan-ht-jef-200527_hpMain_1x1_992.jpg

Bref bilan de la situation en Afghanistan

Par Amedeo Maddaluno

Ex : https://www.eurasia-rivista.com/

"Il y a maintenant 2500 membres des services militaires américains en Irak et 2500 en Afghanistan. Il s'agit du plus faible nombre de troupes américaines en Afghanistan depuis le début des opérations dans ce pays en 2001. (...) À son point culminant en 2011, il y avait 98.000 soldats américains dans le pays " [1].

Ma thèse est que l'intervention occidentale en Afghanistan a été la plus grande "drôle de guerre", la plus grande guerre-farce, de toute l'histoire contemporaine. Le résultat militaire final de l'intervention montre que les États-Unis et leurs satellites n'ont jamais vraiment essayé de gagner la guerre.

Drôle de guerre

Faisons comme si le gouvernement de Kaboul - allié ou plutôt marionnette de l'Occident - n'était pas corrompu jusqu'à la moelle et sous l'emprise des éternels seigneurs de la guerre du féodalisme afghan, les catamounts (les pumas) qui contrôlent le pays depuis les guérillas antisoviétiques des années 1980.

Faisons comme si les talibans - eux-mêmes beaucoup plus intéressés par le trafic de drogue que par la restauration d'un islam pur des origines - ne jouissaient pas d'un réel consensus au sein de la population du pays, surtout dans les zones peuplées par l'ethnie pachtoune, mais aussi partout où l'on s'impatiente de la voracité et de l'inefficacité des fonctionnaires du gouvernement afghan internationalement reconnu. Evitons alors de parler du soutien tribal, logistique et de renseignement dont les talibans afghans ont pu bénéficier au Pakistan, allié des USA depuis la guerre froide [2]! Appeler cela une "mission de paix" et non une "guerre" lorsqu'on est sous le feu de l'ennemi, et donc viser non pas l'anéantissement de l'ennemi mais sa propre retraite, profite à l'ennemi non seulement sur le plan moral, mais sur le plan militaire réel: il sait qu'il lui suffira d'attendre un quinquennat de plus, un an de plus, un mois de plus, mais que la victoire est déjà certaine.

005e9a61b8a30dc829b3e0236376e4df.jpg

Le bilan stratégico-militaire

Dans une "mission de paix", la police et l'armée du pays satellite sont armées et formées, en espérant que ces hommes auront envie de se battre (éventuellement contre les talibans et non pas en retournant leurs armes contre leurs propres "alliés") et de se battre par loyauté envers un État qui n'en est plus un, et non pas par loyauté envers leur propre groupe ethnique, clan, patron local. Ils effectuent des missions "réactives", sortant de la forteresse pour repousser une attaque, regagner le terrain perdu, tout au plus pour une action de décapitation des chefs ennemis - mieux si, toutefois, elle est menée par des drones. Attention, nous ne soutenons pas la thèse infondée selon laquelle, en vingt ans, les États-Unis et leurs alliés n'ont pas mené de missions offensives, ni que leurs troupes satellites locales n'ont pas combattu ou enregistré de pertes. Nous constatons les effets irréalistes de ces opérations, qui ont pu apporter quelques succès tactiques dans le contexte d'un désastre stratégique annoncé - et voulu -[3]. Les États-Unis semblent avoir vraiment voulu se battre en Afghanistan au tournant des années 2010-2011 [4], alors que, de toute façon, d'après ce que nous savons, le nombre de troupes américaines ne dépassait pas celui des troupes soviétiques (la contribution des alliés, si l'on exclut le Royaume-Uni et quelques autres, n'a pas été décisive pour la guerre). Nous savons tous comment l'URSS en est arrivée là [5]. Pas de leçons apprises? Avec pas plus de 100.000 hommes, on ne peut pas contrôler un pays comme l'Afghanistan, au-delà des seules phases offensives et des saisons. Avec 100.000 hommes, vous contrôlez la plupart des routes principales et des grands centres urbains, en gérant de temps en temps des offensives spécifiques. En déployant si peu d'hommes sur un vaste territoire à l'orographie très compliquée, non seulement il n'est pas possible de porter des coups décisifs à l'ennemi, mais cela signale également que l'ennemi ne veut pas en recevoir: ce sont précisément les erreurs déjà commises par les Soviétiques, au-delà de tactiques plus ou moins efficaces[6]. Cela n'est pas seulement indiqué à l'ennemi, mais aussi à la population civile - qui sait déjà qui sera le véritable gagnant: si les soldats américains peuvent rentrer chez eux, les civils afghans ne le peuvent pas, et ils s'activent donc pour collaborer avec le futur maître du pays.

C'est là que réside le problème, dans ce que la littérature militaire appelle le "point d'équilibre" de l'ennemi: dans le cas d'une insurrection, il s'agit de la population civile. C'est la population civile qui doit voir sa sécurité garantie par un monopole sûr de la force, qu'il faut empêcher d'entrer en relation avec l'ennemi (et vice versa) [7]. Les civils doivent être isolés de l'ennemi, persuadés par la présence constante de leurs propres troupes sur chaque territoire (oui: par la force, et non par des paquets cadeaux!) qu'il ne gagnera pas, persuadés qu'il ne sera pas celui qui garantira leur sécurité demain. Il faut isoler l'ennemi des civils, l'empêcher de les atteindre, ne pas lui accorder de sanctuaires, mais le traquer constamment et transformer la guérilla de prédateur en proie [8]. Un travail qui, en Afghanistan, n'a pas été fait avec continuité, mais - pire ! - en signalant à l'ennemi que l’on ne voulait pas en supporter le coût.

Un bilan géopolitique

Pourquoi ce manque de volonté de se battre? En raison du refus des Européens et des Américains de supporter les coûts de conflits sans fin dans des pays aux noms imprononçables, des usines de papier et d'encre ont été gaspillées. Et pourtant, les Américains et les Européens ont mené ces guerres.

afghmap.gif

32912.jpg

Plus raffinées sont les réflexions d'Edward Luttwak sur "l'ère post-héroïque", le moment à partir duquel des sociétés vieillissantes à la démographie stagnante deviennent réticentes à s'engager dans la violence.

Pourtant, les Américains et les Européens étaient prêts à accepter cette violence lorsqu'ils sont allés en Afghanistan, tout comme les Russes étaient prêts à se sacrifier en Tchétchénie pour sauver leur pays de la désintégration: un taux de tolérance à la violence plus élevé que celui démontré en Afghanistan au cours de la décennie précédente.

C'est indéniable et irréfutable : les sociétés jeunes ont tendance à être beaucoup plus enclines à utiliser des armes à feu; mais toutes les sociétés jeunes ne sont pas automatiquement dans ce cas, et toutes les sociétés plus anciennes ne le sont pas. Beaucoup dépend des opportunités offertes aux jeunes; beaucoup dépend des enjeux.

Quel était, en Afghanistan, le véritable enjeu ? Parlons de géopolitique sans nous plonger dans les méandres tortueux des coulisses de la traque de Ben Laden, mort dans son cottage d'une petite ville pakistanaise endormie comme un "petit bourgeois". Chausser les bottes en Afghanistan, c'était montrer à l'opinion publique américaine et européenne que "l'on faisait vraiment quelque chose" contre le terrorisme; c'était planter son drapeau au cœur du continent eurasien, dans la zone la plus chaotique du "Grand Moyen-Orient". Dès le départ, la cible principale n'était pas vraiment l'Afghanistan, mais l'Irak, et c'est le Proche-Orient! Maintenant que le Grand Moyen-Orient et le Proche-Orient ne présentent plus de forces ennemies capables de défier frontalement les Etats-Unis, il suffit d'adopter la stratégie du leading from behind, en déléguant la protection de la zone tantôt à des alliés, tantôt à des satellites, et en favorisant le chaos autant que possible. La Chine fait face à l'Indo-Pacifique, pas à l'Asie centrale: il est donc parfaitement normal que le casse-tête d'un Afghanistan instable à la frontière du Sinkiang repose entièrement sur les épaules de la Chine, ainsi que sur celles de Moscou et de Téhéran: il n'y a jamais eu de moment plus propice au désengagement du pays. Le prétexte selon lequel "on fait quelque chose contre le terrorisme et pour l'avenir des Afghans", de moins en moins utile, sera bientôt oublié.

Trop de dépenses pour un simple prétexte ? Il ne s'agissait pas d'un simple "récit": c'était l'effet d'un moment stratégique où l'intervention directe dans le Grand Moyen-Orient était la stratégie des États-Unis. Les dépenses n'étaient pas non plus excessives; ou plutôt, elles étaient immenses financièrement, mais militairement, elles n'ont jamais dépassé 100.000 hommes.

"En 1969, plus de 500.000 militaires américains étaient stationnés au Vietnam" [9].

NOTES

[1] Jim Garamone, U.S. Completes Troop-Level Drawdown in Afghanistan, Iraq, www.defense.gov, 15 Gennaio 2021

[2] Pour quel motif Islamabad devrait renoncé à avoir un gouvernement à Kaboul qui soit sous son propre contrôle et qui ne serait pas, par exemple, philo-indien comme celui d’aujourd’hui car il s’agira toujours, pour le Pakistan, d’éviter d’être encerclé par deux fronts et de se doter d’un hinterland géopolitique ?

[3] Gastone Breccia, Missione fallita. La sconfitta dell’Occidente in Afghanistan, Il Mulino, 2020

[4] The Associated Press, A timeline of U.S. troop levels in Afghanistan since 2001, www.militarytimes.com, 6 Luglio 2016

[5]The Afghan War quickly settled down into a stalemate, with more than 100,000 Soviet troops controlling the cities, larger towns, and major garrisons and the mujahideen moving with relative freedom throughout the countryside.” In Encyclopedia Britannica, Soviet invasion of Afghanistan 1979, www.britannica.com

[6] Gianluca Bonci, La guerra russo-afgana (1979-1989), LEG Edizioni, 2017

[7] David Kilcullen, Counterinsurgency, C Hurst & Co Publishers Ltd, 2010

[8] Daniele Raineri, Come si fa la guerra al Califfo: l’Iraq come la Rhodesia?, www.analisidifesa.it, 10 Maggio 2015

[9] Encyclopedia Britannica, Vietnam War 1954–1975, www.britannica.com, voce a cura del Prof. Ronald H. Spector.

Amedeo Maddaluno

Amedeo Maddaluno est un contributeur régulier d'Eurasia depuis 2013 - tant la version électronique que la version papier - concentrant ses contributions et son activité de recherche sur les zones géopolitiques du Proche-Orient, de l'espace post-soviétique et de l'espace anglo-saxon (britannique et américain), zones du monde où il a eu l'occasion de travailler et de vivre ou de voyager. Il s'intéresse aux questions militaires, stratégiques et macroéconomiques (il a obtenu un diplôme en économie en 2011 avec une thèse sur l'histoire de la finance à l'université Bocconi de Milan). Il a publié trois livres sur des sujets géopolitiques, dont le dernier, Geopolitica. Storia di un'ideologia, a été publié en 2019 par GoWare - et il est membre de la rédaction du site Osservatorio Globalizzazione, un centre d'études stratégiques dirigé par le professeur Aldo Giannuli de l'université d'État de Milan.

mercredi, 12 mai 2021

Les relations saoudo-iraniennes peuvent-elles s'améliorer?

cb2b9eb443d1abbbe80b3564c9d48ea1.jpg

Les relations saoudo-iraniennes peuvent-elles s'améliorer?

Anastasia Solonskaya

Ex : https://www.geopolitica.ru/article/mogut-li-saudovsko-ira...

Pendant des années, les relations entre l'Iran et l'Arabie saoudite ont été marquées par une solide rivalité. Récemment, cependant, les relations entre les deux États se sont encore tendues. La raison de ce long conflit entre les deux pays est leur rivalité pour le leadership et l'influence dans leur région commune. Leurs différences dans la perception religieuse du monde aggrave leur confrontation.

L'islam est la religion officielle des deux pays, mais ils adhèrent à deux courants différents: l'Arabie saoudite est dominée par l'islam sunnite, tandis que l'Iran est majoritairement chiite. L'islam a vu le jour sur le territoire de l'Arabie saoudite, et l'État estime donc avoir le droit de revendiquer la suprématie dans la région.

"Le printemps arabe a déclenché plusieurs conflits et tensions régionales au Moyen-Orient. Une des causes en est le conflit entre les sunnites d'Arabie Saoudite et les chiites d'Iran. Les États-Unis ont tenté d'étendre leur influence dans la région en envahissant l'Irak. L'Iran ne pouvait pas rester les bras croisés, surtout avec la menace sécuritaire que représente l'Irak à sa frontière occidentale, il a donc tenté par tous les moyens de réduire l'influence américaine dans une région déjà fortement fracturée. Téhéran s'en est plutôt bien sorti, compte tenu des graves sanctions imposées par les États-Unis et les Nations unies. En conséquence, les Iraniens ont réussi à établir en Irak leur influence sur le secteur de la sécurité et sur diverses forces politiques, y compris l'aspect religieux. Toutefois, comme on pouvait s'y attendre, une telle activité chiite ne pouvait manquer de mettre à mal le camp sunnite (celui que l’Arabie Saoudite cherche à contrôler et à dominer). Les Saoudiens ont trouvé un moyen de contrer l'influence iranienne en Irak en demandant l'aide des États-Unis. Ainsi, les États de Téhéran et de Riyad se sont une nouvelle fois retrouvés de part et d'autre des barricades. Dans le conflit irakien, les Saoudiens sont du côté des États-Unis et soutiennent l'opposition, tandis que l'Iran agit en faveur du gouvernement irakien.

2BHLMWKKRCN2EZRALOTMOJRPOM.png

Il ne faut pas oublier un autre aspect dans cette question, à savoir la Russie, qui a également signé un traité sur base de relations et de principes de coopération avec l'Iran en mars 2001. À en juger par les déclarations du ministre russe des affaires étrangères, Serguei Lavrov, les relations avec l'Iran atteignent un nouveau niveau et se renforcent. Le 13 avril, une réunion a eu lieu entre les représentants des ministères des affaires étrangères des deux pays, au cours de laquelle il a été décidé de signer un nouvel accord de coopération dès qu'il sera prêt.

Compte tenu des conflits récurrents, des attentats et du chevauchement des intérêts des deux États, les relations entre ces pays islamiques se sont détériorées année après année. Avec les sanctions imposées à l'Iran et les graves dommages causés au pays par la pandémie du virus COVID-19, les Iraniens bénéficieraient d'une amélioration des relations avec les États-Unis et les Saoudiens. La possibilité de coopérer pourrait non seulement mettre un terme au conflit régional, mais aussi devenir une alliance puissante au Moyen-Orient, capable de contrer l'influence de pays d'autres régions.

En avril de cette année, l'Iran et l'Arabie saoudite ont convenu de tenir une série de pourparlers. La première réunion n'a pas mis fin au conflit de longue date, ce qui était prévisible, car de telles questions ne sont pas résolues du premier coup. L'Irak a joué le rôle de médiateur entre les pays, alors que les États-Unis sont la partie intéressée par une résolution pacifique de la question. Il n'est pas certain que l'on puisse attendre des résultats sérieux des prochaines réunions.

Bien que les discussions entre les rivaux régionaux se déroulent sur le territoire irakien, les actions de Téhéran et de Riyad ne sont pas discutées dans le pays. Les principaux objectifs sont plutôt de mettre fin aux attaques des Houthis contre les installations pétrolières saoudiennes et de trouver une issue à l'impasse politique. L'Irak ne participe donc pas aux pourparlers, mais est seulement un médiateur entre les deux protagonistes.

5c9341a6230000cd00e90365.jpeg

Pour l'Arabie saoudite, une solution pacifique au conflit est tout aussi importante que pour les Iraniens. Étant donné que Biden n'a pas l'intention de poursuivre les mêmes relations avec les Saoudiens que Donald Trump, la perte d'un ami américain pourrait avoir un impact sérieux et plutôt négatif sur le pays. Par conséquent, Riyad a tout avantage à s'en tenir à ses seuls intérêts pour sécuriser ses relations avec l'Iran, au bénéfice de ses propres intérêts et de sa sécurité.

En ce qui concerne les relations américano-iraniennes à ce jour, la partie américaine est désireuse d'améliorer les relations avec l'Iran. En 2018, Donald Trump s'est retiré de l'accord nucléaire signé en 2015 par l'administration de Barack Obama. Maintenant, Biden espère relancer l'accord nucléaire autrefois perdu. La détermination de M. Biden est alarmante. Comme toujours, les Américains sont prêts à tout pour accroître leur influence dans la région. Pour l'Iran, le maintien de liens normaux avec les États-Unis l'aidera à résoudre ses problèmes économiques. Le gouvernement iranien a déjà présenté un certain nombre d'exigences, dont le respect permettra de rétablir l'accord nucléaire. Tout d'abord, Téhéran demandera la levée des sanctions précédemment imposées par les États-Unis sur les exportations de pétrole, le transport maritime et d'autres restrictions.

L'amélioration des relations entre l'Iran et l'Arabie saoudite n'est pas une tâche diplomatique facile, mais elle est possible. L'influence des États-Unis dans la région pourrait être un aspect important du réchauffement des relations saoudo-iraniennes, si le nouveau président Joe Biden y voit un avantage pour lui-même et son pays. Il envisage déjà une coopération diplomatique avec l'Iran et est un allié de l'Arabie saoudite. Bien que les Saoudiens se méfient de cette décision, ils espèrent une issue heureuse. Toutefois, des progrès clairs sur cette question pourraient ne pas se manifester avant longtemps, voire des années. Après tant d'années de confrontation et de désaccord en vue d'une réconciliation, il ne faut pas s'attendre à des solutions définitives. Par ailleurs, si la paix s'installe, elle peut être temporaire, jusqu'au premier signe d'un nouveau conflit. Compte tenu de la nature des deux pays et de leur insistance à avoir raison, des changements radicaux ne sont peut-être pas en vue avant longtemps. Les relations entre les Saoudiens et les Iraniens ne prendront une direction décisive vers un accord diplomatique entre les États que lorsque les dirigeants des deux pays seront prêts à faire des compromis et à poursuivre leur coopération.

mardi, 20 avril 2021

Non, le soldat Ryan n'a pas sauvé les Afghans

0-19965.jpg

Non, le soldat Ryan n'a pas sauvé les Afghans

par Fulvio Scaglione

Source : Fulvio Scaglione & https://www.ariannaeditrice.it/
 
L'Afghanistan, le retrait et la honte
 
Joe Biden a annoncé le retrait des troupes américaines (3000 hommes) et, par conséquent, des troupes de l'OTAN (7000 hommes) d'Afghanistan. Et il a choisi une date suggestive, le 11 septembre, le jour des tours jumelles, pour parachever le retrait. Inutile de s'appesantir sur le fait que, là aussi, le nouveau président suit les traces de son prédécesseur, ne prenant que quelques mois de marge de manœuvre en plus:il programme ce retrait pour septembre non pas pour mai, comme l'avait suggéré Donald Trump. Deux autres faits importent davantage, que M. Biden a lui-même soulignés, du moins partiellement. La première, c'est que cette guerre de vingt ans a été un échec colossal. Les États-Unis ont dépensé à eux seuls deux trillions de dollars (deux mille milliards) pour la mener à bien, une somme qui aurait pu être utilisée pour prendre l'Afghanistan et le rendre à nouveau neuf. Pour la combattre, 3541 soldats internationaux sont morts, près de  000 soldats afghans, des dizaines de milliers de guérilleros et, surtout, environ 200.000 civils qui, selon les statistiques les plus crédibles, ont été tués à 40% par ceux qui étaient venus de l'autre bout du monde (y compris d'Italie, ndlr) pour les libérer.
 
Et quel est le résultat ? Selon toute vraisemblance, nous assisterons d'ici quelques mois à une répétition de la guerre civile des années 90, car les talibans sont réapparus bien renforcés, au point de pouvoir s'asseoir à la table des négociations de paix en tant qu'interlocuteurs faisant autorité. Il est clair qu'ils ont des plans très très différents pour l'avenir de l'Afghanistan de ceux qui, avec plus ou moins de succès, gouvernent dans l'ombre des canons de l'OTAN. Et selon toute probabilité, ce seront les talibans qui l'emporteront, forts du consensus grâce auquel, surtout dans les campagnes, ils n'ont jamais perdu. Comme dans un jeu de l'oie pervers, nous allons donc revenir presque exactement au point de départ. Vingt ans et 300.000 morts plus tard.
 
L'autre fait, incroyable si l'on s'éloigne de la vision américano-centrée qui a dominé pendant des décennies, est que ce retrait est la réplique d'autres retraits. Celui du Vietnam, par exemple. Ou celle, beaucoup plus proche de nous, de l'Irak, décrétée en 2011 par Barack Obama, qui avait Biden comme adjoint à la Maison Blanche. En Irak, nous savons comment cela s'est passé. George Bush Jr. et Tony Blair ont inventé un tas de mensonges sur les armes de destruction massive pour mener leur guerre coloniale. Ils ont ainsi produit une vague de violence et de destruction responsable de nombreux massacres (environ 15.000 soldats de différentes nationalités, des soldats et des contractants irakiens sont morts, au moins 30.000 soldats de l'armée de Saddam Hussein, au moins 50.000 insurgés et un nombre de civils que personne n'a pu ou voulu préciser, mais qui se chiffre en centaines de milliers de personnes), de la déstabilisation de toute une région et de ces ressentiments qui, plus tard, ont ouvert la voie à Al-Qaïda et à Isis.
 
Et pourtant, à chaque fois, on aboutit à un retrait plus ou moins retentissant, dont on parle comme d'un mérite, d'un geste astucieux, et non comme de la conséquence inévitable d'un formidable entêtement et d'une impitoyable politique. Je me  trouvais en Afghanistan en 2001, lorsque cette folie qui a duré vingt ans a commencé. Je suivais l'avancée de l'Alliance du Nord et il était clair à un kilomètre à la ronde qu'il s'agissait d'une fausse guerre, gagnée d'avance en achetant le consentement des tribus contre les talibans. Comme toujours, l'achat de la victoire n'a pas été difficile. Acheter la paix, en revanche, s'est avéré impossible. Vous verrez, dans vingt ans, ils feront la même chose avec la Syrie. Et ils diront les mêmes choses qu'aujourd'hui.

mardi, 13 avril 2021

S’attendre à la prochaine grande guerre: Riyadh contre Bagdad

5a2c5809fc7e9379158b4567.jpg

S’attendre à la prochaine grande guerre: Riyadh contre Bagdad

Damir Nazarov

Ex : https://www.geopolitica.ru

Alors que la communauté mondiale est occupée à "résoudre" les crises en Libye et au Yémen et à mener des "espèces de simili-négociations" sur la Syrie, un autre conflit majeur, mais tout à fait attendu, mûrit dans le labyrinthe du Moyen-Orient. Ses origines remontent à l'agression de Saddam contre la République islamique d’Iran, mais après l'émergence de DAESH, il est devenu évident que nous pourrions très bientôt assister au début d'une confrontation directe entre les protagonistes. Nous évoquons ici une lutte potentielle entre l'Arabie saoudite et l'Irak (du moins sa partie pro-iranienne). Saddam et ISIS* (vous pouvez mettre un signe égal ici) sont depuis quelque temps la principale force de frappe des impérialistes contre Téhéran, mais malgré l'influence majeure des élites anglo-saxonnes, on ne peut ignorer l'énorme contribution(1) de la plus grande autocratie de la péninsule arabique au potentiel de combat des agresseurs du Baathisme*. Le subtil enchevêtrement entre pétrodollars et idéologie (arabisme, takfirisme) a fait l'affaire.

La première vague de "réveil islamique" a déclenché un mouvement tectonique dans la région et a mis à nu les anciennes contradictions antagonistes entre les partisans de la révolution islamique, d'une part, et les dictatures pro-occidentales, d'autre part. Ainsi, en 2012, les services de renseignement saoudiens avaient accusé le Conseil suprême de la révolution islamique d'Irak de fournir des armes aux révolutionnaires des zones chiites d'Arabie saoudite. C'est précisément en raison des nouvelles réalités, dans lesquelles la République islamique est devenue le premier allié des peuples rebelles de l'Oumma et les Saoudiens le premier ennemi intérieur (le sionisme est l'ennemi extérieur numéro un, après tout), que Riyad a commencé à agir directement contre la RII, ce qui a directement affecté l'Irak. Par exemple, en 2013, la milice irakienne Jaish al Mukhtar a tiré des roquettes sur les Saoudiens en représailles à une attaque terroriste contre l'ambassade d'Iran à Beyrouth.

regionalrivalen-saudiarabien-und-iran.jpg

194325_body_51644_eskalation_usa_iran_2092_a.png

Mais l'année 2019 a marqué un certain tournant, les services de renseignement américains signalant que les Irakiens ont attaqué les Saoudiens pour la première fois d'une ‘’nouvelle manière’’ (2). L'ombre du soupçon s'est abattue sur la Brigade du Hezbollah. Que cela soit vrai ou non n'a aucune importance, car il est devenu évident que l'"ancien" conflit est entré dans une nouvelle phase. Cette année encore, nous avons pu assister à un échange de coups. Le 21 janvier, les services spéciaux saoudiens, sous couvert d'ISIS, ont organisé une attaque à Bagdad, et deux jours plus tard, la ‘’Brigade de la vraie promesse’’ a utilisé un drone pour attaquer le palais royal.

L'omniprésence des Américains dans la région a également permis d'établir un lien entre l'organisation nouvellement fondée et le Hezbollah irakien. Acte de terreur, contre-attaque de guérilla, nous serons probablement témoins, encore et encore, d'un acte de terreur des Saoudiens et d'actions de guérilla de représailles des Irakiens qui illustrent qui est le guerrier et qui est le terroriste dans cette guerre.

Il est difficile de prédire à quelle faction de la Résistance islamique appartiennent les groupes qui attaquent la dictature saoudienne, mais sur un point, les Américains ont sans doute raison, le corps du Hezbollah d'Irak a vraiment des capacités énormes. Avec le soutien de la RABD et de l'IRGC, la ‘’Brigade du Hezbollah’’ a réussi à construire son propre "État profond" et à poursuivre son développement avec succès sur divers fronts. Dans ce contexte, il convient d'ajouter que les "partisans irakiens de Wilayat al-Faqih" ont établi des relations solides avec diverses forces politiques islamiques dans le pays, ce qui témoigne de leur crédibilité personnelle et de leur capacité à être des tacticiens flexibles.

Conclusion : peut-on encore affirmer qu'une nouvelle guerre à grande échelle nous attend ? Certainement oui (3), toute la question est celle du timing. Une guerre au plein sens du terme entre les éléments clés des deux alliances (4) est à prévoir dans un avenir proche, mais la "guerre froide" locale, utilisant des tactiques de sabotage, bat déjà son plein et trouve son origine dans l'intervention de Washington en Irak. Personnellement, je suis sûr que l'aventure yéménite n'aura absolument aucun effet sur les ambitions de la cour saoudienne. Il ne s'agit même pas ici de "folie politique", mais plutôt de "continuer la politique par d'autres moyens". Car ce n'est qu'une question de temps avant que l'Irak ne devienne "islamo-révolutionnaire", après quoi la présence des colonialistes commencera à reculer de manière accélérée, et leur départ imminent affectera certainement les marionnettes pro-occidentales de la région. Mais ce qui effraie le plus la Maison des Saoud, c'est qu'un État jeune et ambitieux, doté d'une nouvelle idéologie, émerge à côté d'une autocratie décrépite, Etat jeune qui a bien l'intention d'exporter des idées révolutionnaires. Riyad comprend que, dans ce scénario, le "nouvel Irak" ne se limitera manifestement pas à soutenir les enclaves chiites de l'Arabie saoudite; l'essentiel de l'aide ira aux forces sunnites et salafistes locales qui s'opposent au régime.

DWO-AP-Angriff-Arabien-ms-jpg.jpg

saudi_arabien_ol_online-01.png

En décrivant le régime saoudien au pouvoir comme un agresseur intransigeant, on peut se référer aux conclusions du camp du "Grand Satan". En 2019, le Washington Post a décrit Mohammad bin Salman (MBS) comme le "nouveau Saddam". Et si l'on compare les années 80 à notre époque, on constate effectivement de nombreuses similitudes. Le régime de Saddam, profitant du soutien des grandes puissances mondiales des deux camps de l'époque, a attaqué la jeune république révolutionnaire, et n'a pas caché la raison de l'agression - en pointant du doigt l'idéologie islamique de la révolution. Aujourd'hui en Irak, avec quelques réserves, mais il y a bien un "changement révolutionnaire", symbolisé par Hashad al-Shaabi et ses alliés. Le renforcement du facteur islamique dans un pays voisin, n'est-il pas une raison pour tenter une intervention visant à détruire l'institution de pouvoir nouvellement apparue et indépendante ? Une analogie avec le comportement de l'Irak baasiste à la fin du XXe siècle s'impose.

Le "Saddam saoudien" a déjà déclenché un massacre contre la Révolution (événements au Yémen), en échouant lamentablement, mais il faut savoir que le prince héritier n'est qu'un des nombreux intrigants ambitieux qui ne manqueront pas de saisir l'occasion pour éteindre la lumière d'un "nouveau soulèvement" ou déclencher une autre guerre au nom de leurs propres intérêts et d'une tentative de plaire au sionisme. En particulier lorsque les ressources pro-occidentales brossent le tableau d'un "Irak faible" avec une abondance de problèmes internes, le désir d'organiser une "guerre victorieuse éclair" est multiplié. La faiblesse de l'appareil d'État, gangrené par la corruption et protégé par les Américains, les tendances séparatistes au Kurdistan et à Anbar, la lutte à l'intérieur du camp chiite (Sistani, laïcs, chiraziens contre l'Iran), tous ces éléments présentent à première vue une perspective assez favorable à une nouvelle aventure saoudienne, surtout avec le soutien actif du sionisme et des États-Unis, mais Riyad se rend-il compte des conséquences évidentes ? Probablement pas, et l'histoire du Yémen en est la preuve.

Les Américains sont déjà activement engagés dans le développement de scénarios pour une future guerre entre les Saoudiens et l'Irak. Ainsi, The Economist, citant des "responsables irakiens", parle d'une prétendue "milice armée de 1400 missiles qui se rassemble près de la frontière avec l'Arabie saoudite". N'est-ce pas une remise en jeu provocante ?

Le soutien de Riyad aux Takfiris a été symbolisé par les propos du prince Saoud al-Faisal, alors ministre des Affaires étrangères, qui a déclaré au secrétaire d'État John Kerry à l'automne 2014: "ISIS est notre réponse à votre soutien au parti Dawa'a".

 

  • (1) Ce soutien se poursuit à ce jour, même en termes de logistique, les Saoudiens fournissent aux Takfiris tout ce dont ils ont besoin. Exemple avec les voitures, les Saoudiens en ont fourni à DAESH depuis début 2014 jusqu'à aujourd'hui.
  • (2) Signifie le rôle important du corps du Hezbollah dans le cadre de la force de mobilisation populaire irakienne.
  • (3) "La guerre ne peut être évitée, elle ne peut être que retardée - à l'avantage de votre ennemi", Nicolo Machiavelli.
  • (4) Il s'agit ici de la confrontation entre le bloc pro-américain, où les Saoudiens jouent un rôle majeur, et le bloc pro-iranien, pour lequel l'Irak est le principal maillon de l'Axe de la Résistance.

DAESH (ISIS) - interdit dans la Fédération de Russie.

mardi, 30 mars 2021

L'Iran signe un accord stratégique avec la Chine pour déjouer les sanctions américaines

0-50546.jpg

L'Iran signe un accord stratégique avec la Chine pour déjouer les sanctions américaines

par Michele Giorgio

Source : Il Manifesto & https://www.ariannaeditrice.it

Tous deux dans le collimateur des Etats-Unis, Pékin et Téhéran ont signé hier l'accord de coopération de 25 ans dont on parle avec insistance depuis l'été dernier. La poignée de main entre le chef de la diplomatie de Téhéran, Mohammad Javad Zarif, et le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, en visite en République islamique, a sanctionné un pacte entre les deux pays que les médias chinois qualifient de "coopération stratégique, au niveau politique et économique’’. Lors des sommets iraniens, l'ambiance a été tout simplement euphorique. Les investissements de 400 milliards de dollars que la Chine va réaliser dans la République islamique en échange d'un approvisionnement avantageux en pétrole, ne sont pas seulement un moyen d'annuler partiellement les sanctions américaines qui étranglent l'économie iranienne. Ils montrent que l'Iran est capable de se défendre et de résister au blocus asphyxiant mis en place par l'administration Trump passée et que le nouveau président Joe Biden ne lèvera que si Téhéran fait des concessions majeures, et pas seulement sur ses ambitions nucléaires.

Pékin fait comprendre une fois pour toutes qu'elle n'a plus seulement des ambitions économiques au Moyen-Orient. Elle proclame qu'elle est prête à jouer un rôle de premier plan à la table de la relance du JCPOA - l'accord international sur le nucléaire iranien dont Donald Trump est sorti en 2018 - et à celles de la diplomatie régionale, en concurrence avec Washington. "La coopération entre l'Iran et la Chine aidera à la mise en œuvre de l'accord nucléaire par les signataires européens et au respect des engagements pris dans le cadre de l'accord", a déclaré le président iranien Hassan Rohani, espérant le soutien de la Chine contre l'unilatéralisme américain. Il y a quelques jours, Pékin a proposé d'accueillir un sommet international avec les Israéliens et les Palestiniens. "Pour que la région sorte du chaos et bénéficie de la stabilité, elle doit se libérer de l'ombre de la rivalité géopolitique des grandes puissances... Elle doit construire une architecture de sécurité qui réponde aux préoccupations légitimes de toutes les parties", a ensuite déclaré un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. Traduction: nous sommes présents maintenant là aussi où il n’y a plus seulement les Américains (et les Russes) qui dictent leur volonté. Et ce n'est probablement pas une coïncidence si Wang est arrivé à Téhéran pour signer l'accord une semaine après le clash de la réunion d'Anchorage entre les États-Unis et la Chine. Une sorte de réponse sèche de Pékin aux intimidations de Washington.

Les projets à mettre en œuvre sont ambitieux. Des télécommunications au secteur bancaire, en passant par les ports et les chemins de fer jusqu'au système de santé. En échange, l'Iran vendra du pétrole à la Chine à des prix avantageux et en quantités suffisantes pour répondre aux besoins croissants de Pékin. Les deux pays coopéreront également sur le plan militaire en organisant des exercices conjoints. Le New York Times, qui a une vision américaine de l'accord, doute de la réalisation de nombreux projets tant que la question du programme nucléaire iranien n'est pas résolue: "Si l'accord nucléaire s'effondre complètement, écrivait-il hier, les entreprises chinoises pourraient également devoir faire face à des sanctions secondaires de la part de Washington".

En vérité, les critiques ne manquent pas, même en terres iraniennes où certains avertissent que trop d'espace et d'influence ont été accordés à la Chine. Mais Téhéran, en grande difficulté à cause de la pandémie et des sanctions économiques américaines, n'avait pas d'alternative à l'énorme investissement promis par la Chine. "Pendant trop longtemps, nous avons mis tous nos œufs dans le panier de l'Occident et cela n'a pas donné de résultats", a déclaré Ali Shariati, un analyste iranien, "maintenant si nous changeons notre politique et regardons vers l'Est, ce ne sera pas plus mal".

mercredi, 03 mars 2021

L'Amérique est de retour : Biden bombarde comme Trump

6XSSNQ6AMVDHTDWTQTS42FBZQ4-1.jpg

L'Amérique est de retour : Biden bombarde comme Trump

par Alberto Negri & Tommaso Di Francesco

Source : Il Manifesto & https://www.ariannaeditrice.it

Biden, personnage emblématique de certains des échecs internationaux des démocrates pendant les années Obama, accueille le pape en Irak en bombardant les milices chiites en Syrie. Un voyage au cours duquel le Pape Bergoglio devrait rencontrer le grand ayatollah Sistani qui, en 2014, a donné sa bénédiction aux milices chiites pour mener la lutte contre les coupeurs de têtes de l’Etat islamique.

Bien sûr, le monde est étrange. L'"espoir démocratique", le catholique Joe Biden, exactement comme Donald Trump, court aux armes et bombarde la Syrie, à la veille de la visite du pape en Irak le 5 mars. Un voyage au cours duquel le pape François devrait également rencontrer la plus haute autorité religieuse irakienne, le grand ayatollah Ali Sistani, qui en 2014 avait donné sa bénédiction aux milices chiites pour mener la lutte contre les coupeurs de têtes de l’Etat islamique, milices qui ont joué un rôle essentiel dans la libération de Mossoul, ville martyre musulmane et chrétienne que le pape devrait visiter dans quelques jours dans le cadre de sa mission en Irak.

Aujourd'hui, les raids américains risquent de nous démontrer voire de nous avertir urbi et orbi que le climat ne doit pas être exactement celui de la paix dans la région. Le monde est en effet étrange : l'ordre du jour ne devrait pas inscrire la guerre dans sa convocation mais plutôt l'urgence sanitaire vu le Covid 19. Et puis Biden n'a pas encore pris conscience du désastre de la démocratie américaine assaillie par des "terroristes internes" - comme il les a appelés - qui ont fait des ravages au Congrès. Le voilà qui commence déjà à se décharger de la crise interne en "exportant" la démocratie par les armes.

Cette fois, Biden frappe un peu au hasard, même s'il a tué plus de vingt personnes appartenant aux milices pro-chiites, celles qui ont soutenu Assad et le gouvernement irakien dans les opérations militaires qui ont conduit à la défaite du califat, qui est toujours dangereusement en action aux frontières entre la Syrie et l'Irak. L'année dernière, c'est Trump qui a frappé au Moyen-Orient en tuant le général iranien Qassem Soleimani à Bagdad, maintenant c'est Biden : mais on pouvait s'y attendre de la part d'un président qui, en 2003, a voté pour l'attaque de Bush Jr. contre l'Irak .

Biden est un type contradictoire. D'un côté, il souhaite reprendre les négociations avec Téhéran sur l'accord nucléaire de 2015 voulu par Obama et annulé par Trump en 2018, mais dans le même temps, il bombarde les alliés de l'Iran coupables, selon les Américains, de frapper leur base militaire en Irak et l'aéroport d'Erbil au Kurdistan irakien. Bien sûr, tout se passe sans la moindre preuve. Mais cela aussi fait partie de la "double norme" imposée au Moyen-Orient : les Américains et les Israéliens n'ont rien à prouver, ce qu'ils font est toujours juste.

C'est une bonne chose que Biden se soit présenté aux Européens comme le champion du multilatéralisme et des droits de l'homme en s'attaquant à la Russie et à la Chine : avec ces prémisses, il devrait au moins tuer par le truchement d’un drone le prince saoudien Mohammed bin Salman puisque, selon la CIA, celui-ci est derrière le meurtre du journaliste Khashoggi. Et pendant que nous attendons - mais cela va-t-il vraiment arriver ? - le rapport de la CIA qui le prouve, il y a des nouvelles d'un appel téléphonique "d'adoucissement" de Biden au roi Salman, pendant la nuit, sur les crimes de son fils et héritier.

Le Pacte d'Abraham entre Israël et les monarchies du Golfe, auquel le nouveau président, tout comme Trump avant lui, tient tant, pèse sur les bonnes intentions de Biden. Et on ne peut pas cacher le fait que Biden est l'une des figures emblématiques de certains des échecs internationaux des démocrates pendant les années où Obama, Hillary Clinton et Kerry ("M. Climat") tenaient les rênes du pouvoir aux Etats-Unis, alors qu'il était un vice-président connu surtout pour ses gaffes.

La preuve vivante de ces échecs est son propre homme fort, le général Lloyd J. Austin, l'actuel chef du Pentagone qui s'est dit hier confiant "que nous avons bien fait de frapper les milices chiites" qui, elles, nient toute implication dans les frappes en Irak. Devant le Sénat en 2015, le général Austin, alors commandant du CENTCOM, le commandement militaire du Moyen-Orient, a admis avoir dépensé 500 millions de dollars pour former et armer seulement quelques dizaines de miliciens syriens sur les 15.000 prévus pour combattre l’Etat islamique, qui, lui, s'est approprié toutes ces précieuses armes américaines.

Austin a également témoigné que le plan dit Timber Sycamore, géré par la CIA et doté d'un milliard de dollars, visant à évincer Assad du pouvoir, avait été lancé en Jordanie, puis décimé par les bombardements russes et annulé à la mi-2017.

Le général Austin a soulevé l'irritation et l'hilarité des Américains en découvrant une série d'échecs épouvantables dignes d'une république bananière. Mais il n'y a pas de quoi rire quand on pense à toutes les catastrophes que les États-Unis ont provoquées dans la région. Par exemple, la décision de retirer le contingent américain d'Irak : après avoir détruit un pays par des bombardements et par l'invasion de 2003 pour renverser Saddam Hussein - provoquant la fuite de millions d'êtres humains. Rappelons que cette invasion s’est déclenchée sur base de mensonges propagandistes concernant les armes de destruction massive de l'Irak. Washington a abandonné ce pauvre pays à son sort, sachant pertinemment qu'il n'avait pas les moyens de se débrouiller seul. Austin a suivi la politique d'Obama et de Clinton.

En 2014, l'Irak est submergé par la montée du califat qui, après avoir occupé Mossoul, la deuxième ville du pays, s'apprête à prendre également Bagdad : l'armée irakienne est en plein désarroi et c'est le général iranien Qassem Soleimani, avec des milices chiites, qui sauve la capitale. Et Soleimani a été tué par un drone américain à Bagdad. Pire encore : ce qui s'est passé en Syrie après le soulèvement de 2011 contre Assad. La guerre civile s'est rapidement transformée en guerre par procuration et les États-Unis, dirigés alors de facto par Hillary Clinton, ont donné le feu vert à Erdogan et aux monarchies du Golfe, dont le Qatar, pour soutenir les rebelles et les djihadistes qui étaient censés faire tomber le régime.

On sait comment cela s'est passé : les djihadistes ont envahi la Syrie puis ont inspiré plusieurs attentats à travers l'Europe mais Assad est toujours en place avec le soutien de l'Iran et surtout de la Russie de Poutine, entrée en guerre le 30 septembre 2015 en bombardant les régions de Homs et Hama. Quelques heures auparavant, Obama avait marqué son accord pour que Poutine agisse en Syrie en le rencontrant en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York.

Dans cette histoire tissée de ratés, Biden a joué un rôle, même s'il ne fut pas le premier dans le spectacle: aujourd'hui, en Syrie, il joue à la fois le rôle du canardeur tout en accueillant le pape en claironnant un bruyant "bienvenue au Moyen-Orient".

dimanche, 28 février 2021

Britanniques et Saoudiens au Yémen

838_000_1us0c5.jpg

Britanniques et Saoudiens au Yémen

Par Marco Ghisetti

Ex : https://www.eurasia-rivista.com

La guerre civile yéménite a éclaté en 2014, lorsque les insurgés houthi, rassemblant autour d'eux le mécontentement populaire généralisé causé par la "double" et continue ingérence américaine et saoudienne (1) dans leurs affaires intérieures, ont conquis la capitale yéménite Sanaa, incitant le président Hadi à se rendre en Arabie Saoudite et à demander au gouvernement de Riyad d'intervenir militairement contre les rebelles. Le 26 mars 2015, encouragée par le consentement tacite des États-Unis, l'Arabie saoudite a lancé la campagne de bombardement massif appelée "Storm of Resolve", qui est toujours en cours. Actuellement, les forces sur le terrain sont divisées en trois groupes : les Houthi, dirigés par Ansar Allah et soutenus par l'Iran (qui gagne de plus en plus de terrain), le gouvernement en exil de Hadi, soutenu par l'Arabie Saoudite, et le Conseil de transition du Sud, de moindre poids et soutenu par les Émirats. La guerre au Yémen a jusqu'à présent entraîné la mort violente de 100 000 à 250 000 personnes, selon les estimations, en plus des 4 millions de personnes déplacées et des 24 millions de personnes ayant besoin d'une aide humanitaire. La guerre au Yémen est considérée comme la plus grave catastrophe humanitaire en cours, "dont il est presque interdit de parler et d'écrire pour le moment"(2). Le silence du cirque médiatique et du clergé journalistique s'explique peut-être par l'insistance sur l'importance stratégique du Yémen et le rôle que jouent deux alliés des Etats-Unis - l'Arabie Saoudite et le Royaume-Uni - dans le conflit et, par conséquent, leur responsabilité plus ou moins directe dans la tragédie qui gangrène la population yéménite.

***

Quelle que soit l'ampleur des bombardements contre les forces houthi, il ne fait désormais aucun doute que le Royaume-Uni a joué un rôle d'accompagnement aux côtés des Saoudiens depuis le début de la campagne aérienne. Depuis 2015, "le Royaume-Uni a accordé au régime saoudien des licences d'armes d'une valeur d'au moins 5,4 milliards de livres sterling. 2,7 milliards de livres ont été dépensés pour les licences ML10, y compris les avions, les hélicoptères et les drones, et 2,5 milliards pour les licences ML4, y compris les grenades, les bombes, les missiles et les contre-mesures. En juin 2020, l'ONU a rapporté que plus de 60 % des morts de civils au Yémen sont causés par des frappes aériennes dirigées par les Saoudiens. BAE Systems - la plus grande société d'armement du Royaume-Uni - a réalisé un chiffre d'affaires de plus de 15 milliards de livres sterling en ventes et services à l'Arabie saoudite depuis 2015" (3).

AP_20056314026467-scaled.jpg

John Develler, un ancien employé du ministère britannique de la défense en Arabie Saoudite, a déclaré que "les Saoudiens sont complètement dépendants de BAE Systems. Ils ne pouvaient rien faire sans nous". Le soutien britannique aux Saoudiens va au-delà de la simple vente d'armes et d'équipements de guerre : on estime qu'il y a actuellement 6300 forces britanniques en Arabie Saoudite qui fournissent un soutien logistique continu, auquel il faut ajouter environ 80 soldats de la RAF. Un employé de BAE a déclaré : "Sans nous [les Britanniques], il n'y aurait pas un seul jet [saoudien] dans le ciel d'ici sept ou quatorze jours"(4).

L'aide britannique à l'Arabie Saoudite n'a pas été sans susciter des critiques internes. En raison de l'illégalité, au regard du droit international, de l'intervention saoudienne au Yémen, en 2019, un tribunal britannique a ordonné l'arrêt immédiat des ventes d'armes car elles étaient également utilisées contre la population civile. Toutefois, cette décision a été de facto annulée l'année suivante par la secrétaire d'État au Commerce national, Liz Truss : elle a déclaré qu'elle pouvait être rétablie après avoir "constaté" que de telles armes n'avaient pas été utilisées contre des civils, confirmant ainsi la volonté du Royaume-Uni de continuer à soutenir l'Arabie saoudite.

838_8f598a2a-ce84-4777-8a6e-840154630cfa.jpg

unnamedyrmrn.png

L'importance du Yémen

Le choix des Britanniques et des Saoudiens d'intervenir au Yémen est dû au fait suivant : ces deux acteurs doivent maintenir leur relation privilégiée avec le géant nord-américain, ils doivent partager les "responsabilités" qui leur ont été confiées par les Etats-Unis alors que ces derniers s’occupent de l'Asie. Par exemple, la "nécessité de créer un espace d'action pour Londres" a incité le Royaume-Uni à "renforcer les liens qui existent déjà entre les deux côtés de l'Atlantique" (5), afin de cultiver et de raviver la "relation spéciale" qu'il entretient avec le géant d'outre-mer après s'être séparé de l'Union européenne. Et de ce point de vue, si la guerre par procuration contre le Yémen est en fait une des "responsabilités" que Riyad doit assumer tandis que les Etats-Unis se concentrent sur l'Asie, la guerre et le soutien logistique britanniques à Riyad est une des "responsabilités" qui incombent à Londres.

La République du Yémen est stratégiquement positionnée pour dominer les voies maritimes qui, comme l'indique la stratégie navale américaine pour la décennie 2020-30, détermineront l'équilibre des pouvoirs au XXIe siècle (6). Selon cette stratégie, les États-Unis doivent maintenir leur domination sur les mers qu'ils ont acquise grâce à leur victoire lors de la Seconde Guerre mondiale, mais doivent également la partager et la placer partiellement sur les épaules de leurs "alliés" afin de tenir tête aux acteurs qui érodent leur suprématie navale (principalement: la Chine, la Russie et l'Iran). Le détroit de Bab al-Mandeb, qui sépare la péninsule arabique de la Corne de l'Afrique, peut être facilement fermé par une puissance qui exploite le Yémen comme un pivot terrestre ; c'est, avec le détroit de Gibraltar, le point terminal qui relie la route maritime qui, en passant par la Méditerranée, le canal de Suez et la mer Rouge, relie l'océan Atlantique à l'aire maritime indo-pacifique. Celui qui est maître de ces centres névralgiques de la mer est donc aussi maître d'une des principales routes maritimes mondiales.

picsart_1431537388483.jpg

-1x-1.png

Plus précisément, le rival des États-Unis que l'Arabie saoudite et le Royaume-Uni combattent au Yémen est l'Iran. En fait, si la République islamique devait obtenir, par l'intermédiaire des rebelles houthi qu'elle soutient, un accès direct au détroit de Bab al-Mandeb, "l'équilibre des forces dans la région changerait considérablement" (8) au détriment des États-Unis, car la suprématie américaine dans ces eaux serait grandement renforcée en faveur de son rival iranien. En outre, "un Yémen contrôlé par des Houthi serait un client potentiel pour les compagnies pétrolières russes ou chinoises" (9).

En tout cas, "si l'Arabie Saoudite est jusqu'à présent le grand perdant de la guerre" et que le Royaume-Uni a beaucoup perdu en termes d'image, "la population yéménite est sans aucun doute la grande victime de ce conflit" (10). Le rôle joué par l'Arabie Saoudite et le Royaume-Uni, deux des principaux alliés des Etats-Unis, au Yémen - et donc leur responsabilité plus ou moins directe dans la tragédie qui se déroule dans ce pays - explique pourquoi les médias occidentaux restent silencieux sur ce que les Nations Unies ont qualifié de crise humanitaire des plus graves en cours.

mric-sm70-yemen-1200x1081.jpg

Notes :

  • (1) Haniyeh Tarkian, La guerra contro lo Yemen, in “Eurasia. Rivista di studi geopolitici”, 3/2019, p. 142
  • (2) Marco Pondrelli, Continente eurasiatico. Tra nuova guerra fredda e prospettive di integrazione. Prefazione di Alberto Bradanini, Anteo, 2021, p. 89.
  • (3) Gabrielle Pickard-Whitehead, UK urged to follow Biden’s lead and end Yemen war support,  leftfootforward.org, 8 febbraio 2021
  • (4) Arron Merat, ‘The Saudis couldn’t do it without us’: the UK’s true role in Yemen’s deadly war, theguardian.com, 18 giugno 2019
  • (5) Andrea Muratore, Il tramonto della “global Britain”?, eurasia-rivista.com, 3 luglio 2020
  • (6) Pour une analyse de la nouvellestratégie navale américaine, voir : Marco Ghisetti, “Advantage at Sea”: la nuova strategia navale statunitense, 26 dicembre 2020, eurasia-rivista.com
  • (7) Haniyeh Tarkian op. cit., p. 142
  • (8) Angelo Young, War In Yemen: Tankers Moving Unimpeded Through Bab Al-Mandeb Oil Shipment Choke Point, Says Kuwait Petroleum Corporation, 29 marzo 2015, ibtimes.com
  • (9) William F. Engdahl, Yemen Genocide About Oil Control, 20 novembre 2018, williamengdahl.com
  • (10) Massimiliano Palladini, Cinque anni di guerra in Yemen, in “Eurasia. Rivista di studi geopolitici” 4/2020, p. 196