Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 13 février 2022

Endiguer les Etats-Unis dans les Caraïbes

60cb587f058fc_1428-arc-caribbean.jpg

Endiguer les Etats-Unis dans les Caraïbes

Source: https://katehon.com/ru/article/sderzhivanie-ssha-v-karibskom-basseyne

Comment la Russie peut contribuer à protéger la souveraineté de l'Amérique latine et obliger Washington à se montrer plus conciliant.

La crise des missiles de Cuba en 1962 a montré qu'il existe certaines limites au-delà desquelles les États-Unis commencent à se sentir menacés dans leur sécurité ontologique. Le déploiement de missiles nucléaires soviétiques à Cuba en réponse à la présence de missiles américains en Turquie a contraint l'administration Kennedy à faire certaines concessions. La situation peut maintenant se répéter, bien qu'avec une tension moins dramatique, sans la menace d'une guerre nucléaire. Comme la Maison Blanche n'a pas accepté les propositions de Moscou visant à établir un cadre de sécurité clair, le Kremlin a les mains libres. Des déclarations ont déjà été faites sur l'intensification de la coopération militaro-technique avec des partenaires proches des frontières américaines - Cuba, le Venezuela et le Nicaragua. Avec ces trois pays, la Russie a une expérience de la coopération militaire et sécuritaire.

Les portes de l'économie dans le collimateur

Les États-Unis réalisent une part importante de leurs opérations d'import-export par le biais du Golfe du Mexique. Les ports de Houston, de la Nouvelle-Orléans, de Mobile et de Miami en Floride sont des éléments importants des chaînes d'approvisionnement en marchandises et en matières premières pour l'industrie américaine. Et il ne s'agit là que des plus grands points de déchargement et de chargement ; en tout, il y a une vingtaine de ports maritimes ou fluviaux situés dans le Golfe du Mexique. S'ils sont paralysés en raison d'une menace militaire, les terminaux des côtes de l'Atlantique et du Pacifique ne pourront pas faire face à la charge d'approvisionnement. L'économie américaine s'effondrerait.

Les États-Unis sont bien conscients de cette perspective, et l'un des objectifs de l'embargo et des sanctions américaines contre Cuba est de réduire son potentiel industriel et de défense. En outre, une base militaire américaine est située illégalement dans la province de Guantanamo, ce qui permet à l'armée américaine de mener des activités de renseignement et de surveillance opérationnelle. L'aide de la Russie pour le retrait de cette base serait très précieuse pour Cuba, car elle contribuerait à l'établissement de la pleine souveraineté du gouvernement en place à La Havanne sur l'ensemble du territoire cubain. En plus des méthodes légales, des blocus et des moyens de pression pourraient être utilisés - jusqu'à la création de barrières de mines empêchant le passage des navires américains.

PKI7LRXY57JZP7EUMYMR7FSG3I.jpg

Cyber-guerre

À l'époque de la guerre froide, Cuba hébergeait un centre radio-électronique à Lourdes (Cuba) pour intercepter les données des satellites de communication américains et des câbles de télécommunications vers les États-Unis. Cependant, il a été fermé. Mais le centre radio-électronique russe GLONASS au Nicaragua est désormais opérationnel. L'apparition de centres et d'installations supplémentaires d'interception radio et de brouillage électronique à Cuba et au Venezuela créera également des problèmes supplémentaires pour le commandement sud des États-Unis, en particulier pour la marine.

Des cyberattaques provenant d'États voisins pourraient également être menées sur le territoire américain. Le Mexique pourrait être un lieu idéal, étant donné les activités de divers gangs criminels et cartels de la drogue - les attaques contre les infrastructures américaines pourraient être officiellement menées au nom de la communauté criminelle en représailles aux actions des agences de renseignement américaines au Mexique.

Des armes supersoniques au large des côtes américaines

Parmi les menaces actuelles pour leur sécurité, les États-Unis mettent surtout en avant la technologie moderne, qui comprend les robots, l'intelligence artificielle, la cybernétique et les transporteurs supersoniques. Entre autres choses, Washington réfléchit déjà à la manière de contrer la menace des armes supersoniques. Jusqu'à présent, la première analyse ne concerne que la Russie et la Chine.

Toutefois, la RPDC a récemment testé avec succès ses armes supersoniques (on ne peut exclure qu'il s'agisse de la version chinoise), ce qui crée des inquiétudes supplémentaires pour les États-Unis.

L'apparition d'une telle arme à proximité des frontières américaines rendrait leur système d'alerte précoce pratiquement inutile et obsolète. En termes pratiques, cela peut se faire par le biais de plusieurs options. La première, et la plus simple, consiste à équiper de missiles supersoniques des navires et des sous-marins qui seraient en alerte près des côtes américaines. Des vols de routine d'avions stratégiques russes en visite amicale au Venezuela ou à Cuba pourraient également ajouter une dimension supplémentaire à ce modèle.

Régime de prolifération

Toutefois, le coup le plus sensible pour les États-Unis serait le transfert de certains systèmes d'armes aux partenaires russes dans la région. Le régime de non-prolifération étant une priorité stratégique pour les États-Unis, son antipode provoquera une réaction immédiate de la Maison Blanche. De même que la vente de systèmes S-400 à la Turquie s'est transformée en un scandale majeur et a refroidi les relations entre Ankara et Washington, la fourniture d'armes russes à des pays d'Amérique latine pourrait devenir une douche froide pour les fonctionnaires de la Maison Blanche et du Département d'État. Si la Russie a déjà fourni des armes au Venezuela, au Nicaragua et à Cuba, le nouveau dispositif pourrait suggérer une approche légèrement différente. Non seulement la géographie peut être étendue au détriment, par exemple, de l'Argentine, mais les principes des livraisons eux-mêmes peuvent être modifiés.

Et si les systèmes d'armes supersoniques russes se retrouvaient à Cuba, au Nicaragua et au Venezuela dans le nouvel agencement des relations bilatérales ? Par exemple, une forme particulière de leasing sera élaborée avec le concours de spécialistes russes. Officiellement, il n'y aura pas de bases militaires russes dans les pays susmentionnés, mais seulement des conseillers militaires et du personnel de maintenance, ce qui s'inscrit également dans le cadre de l'interaction actuelle avec ces pays.

Enfin, des manœuvres et exercices réguliers dans la région des Caraïbes pourraient servir de base à la présence effective des forces armées russes dans la région. Et l'implication des partenaires de la multipolarité, notamment la Chine et l'Iran, serait un bon signal pour Washington.

Écrire un commentaire