Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 14 avril 2024

Ordre en échange d'uranium

2733f5918aec3f214e0717478fb11dec.jpg

Ordre en échange d'uranium

Leonid Savin 

Source: https://www.geopolitika.ru/article/orden-v-obmen-na-uran

Le président français Emmanuel Macron s'est rendu au Brésil le 26 mars. Dans le contexte de déclarations agressives sur l'envoi éventuel de militaires français en Ukraine, ainsi que de la perte d'influence dans un certain nombre de pays africains (le dernier sur la liste étant le Sénégal, où des élections présidentielles avaient eu lieu la veille), ce voyage ne doit pas être considéré comme une simple visite, mais comme une exploration du terrain en vue de réorienter la présence française dans le monde.

Il n'est pas exclu que la Russie soit évincée, du moins dans les domaines où nous pourrions concurrencer Paris, comme l'énergie nucléaire.

Bien qu'il s'agisse d'une visite d'État de haut niveau, les photos des deux présidents, qui sont déjà devenues un mème, ont suscité un véritable engouement. Une publication brésilienne les a qualifiées de "mariage", car le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva et M. Macron se tenaient la main et souriaient.

000-34mb74y-6603b2cbf1c3c537419753.jpg

LYNXNPEK2P0WP_L.jpg

Et la photo commune avec un chaman indien ressemblait vraiment à une parodie de mariage gay dans l'Église anglicane, où le mariage entre personnes de même sexe est autorisé*. Le chaman et le chef indien local à temps partiel ont reçu un ordre de Macron "pour leur contribution à la défense de l'environnement". Macron a répondu à ces mèmes en disant : "Oui, c'est un mariage. Le Brésil aime la France. Et la France aime le Brésil".

En réalité, la situation n'est pas aussi hilarante qu'on pourrait le penser en regardant la photo. Par exemple, un membre du parlement brésilien, Filipe Barros, a réclamé une enquête officielle pour savoir si les accords avec la France violent la souveraineté du pays.

Et ces doutes sur le fond de la politique étrangère française ne visitent pas que des personnalités brésiliennes. En Guyane, où Macron s'était rendu la veille, des députés se sont plaints de discuter de questions importantes à huis clos, qualifiant cette pratique de "forme de sectarisme".

Les sujets abordés par les deux présidents ont tourné autour de l'Amazonie, une région riche en bio-ressources, et ont évoqué la protection de l'environnement et la lutte contre le changement climatique dans une position "pour tous les bons contre tous les mauvais".

Amazonia_legal_brazil_map.PNG

Lula et Macron ont signé un plan d'action commun pour développer la bioéconomie et protéger la forêt tropicale. L'accord comporte de nombreuses phrases communes sur la nécessité de réduire les émissions et l'engagement envers les traités précédents, mais certains points mettent en lumière des mécanismes d'accompagnement très intéressants.

La lutte contre le dépérissement des forêts est liée à la nécessité de développer "des instruments financiers innovants, des mécanismes de marché et des paiements pour les services environnementaux".

La protection des arbres commence par l'Amazonie, mais se termine par l'ensemble des forêts tropicales de la planète et par la création de nouveaux instruments de paiement: "Le Brésil et la France sont déterminés à travailler bilatéralement et avec leurs partenaires pour créer un nouveau système de gouvernance pour l'architecture financière internationale... Ce changement... devrait... entraîner une réforme équitable des institutions financières internationales".

Alors que le Brésil est membre des BRICS et adopte une position modérée sur le développement de toutes sortes d'alternatives de paiement, en particulier dans le contexte du Sud global, la France fait partie du collectif occidental, qui s'engage à préserver tous les moyens de son hégémonie, y compris les systèmes de paiement et les systèmes financiers.

Dès lors, comment la France peut-elle être utile à la modernisation et à la transformation de l'architecture financière internationale ? Le rôle de Paris ne serait-il pas, dans ce cas, subversif et saboteur ? Ces questions sont particulièrement pertinentes aujourd'hui, en cette année de présidence russe des BRICS, où l'on discute de la possibilité de créer des instruments de paiement internationaux alternatifs.

Une clause de l'accord stipule également que "les présidents ont reconnu l'importance de promouvoir une science inclusive du climat et du développement durable avec une plus grande participation des scientifiques des pays en développement, à la lumière des considérations de genre".

Lula a certainement utilisé la rhétorique du "genre" pendant la campagne pour gagner les votes des électeurs "progressistes", mais ce flirt continu avec eux doit encore être rationalisé.

que_paises_atraviesa_el_rio_amazonas_43152_600.jpg

Le plan d'action pour la bioéconomie et la protection des forêts tropicales est plus spécifique et concerne directement l'Amazonie. Il prévoit des mesures globales pour développer l'industrie à l'aide de ressources publiques et privées. Un important programme d'investissement dans la bioéconomie de l'Amazonie brésilienne et guyanaise a été annoncé. L'objectif est de mobiliser 1 milliard d'euros au cours des quatre prochaines années.

Ce programme s'articulera autour de plusieurs axes. Un dialogue entre les administrations française et brésilienne, des partenariats techniques et financiers entre banques publiques sont envisagés. Des coordinateurs spéciaux seront affectés aux entreprises françaises et brésiliennes les plus innovantes dans le domaine de la bioéconomie. Un centre de recherche, d'investissement et d'échange de technologies clés sera également créé et un nouvel accord scientifique entre les pays sera conclu.

L'accord établira également de nouvelles normes pour récompenser les pays "forestiers" qui investissent dans la restauration des ressources. Enfin, pour financer la protection des forêts tropicales et de la biodiversité, il est prévu de promouvoir conjointement des partenariats innovants dans le monde entier.

D'une manière générale, si l'on résume ce qui a été écrit, il est prévu de créer une sorte de terrain d'expérimentation pour certaines actions, qui pourront ensuite être étendues à d'autres régions du monde. Étant donné que le Brésil présidera le sommet sur le climat COP30 en 2025, le PR sur l'agenda environnemental arrive à point nommé. Et il ne fait aucun doute que l'administration Lula continuera à s'appuyer sur ce thème.

Les projets communs dans le domaine de l'énergie nucléaire ont également été abordés. Selon le député brésilien Júlio Lopes, qui faisait partie de la délégation, un protocole d'accord a été signé entre les services géologiques du Brésil et de la France sur l'exploration de l'uranium.

origin.png

Geological-reserves-of-uranium-location.png

Actuellement, le Brésil se situe au huitième rang mondial en termes de réserves d'uranium - environ 280.000 tonnes. Elles sont estimées à environ 62 milliards de dollars et sont suffisantes pour alimenter l'ensemble du programme nucléaire du pays. Le monopole de l'exploration minière est détenu par l'entreprise publique Industrias Nucleares do Brasil.

Plusieurs sections de l'accord indiquent que les pays approfondiront leur coopération dans le domaine de l'énergie nucléaire et faciliteront l'échange d'informations pour l'exploration des minéraux critiques. L'investissement français dans le traitement des minerais sur le territoire brésilien est également envisagé.

Selon Júlio Lopes, dans le cadre de la réorganisation des activités nucléaires au Brésil, la reconstruction de la centrale nucléaire d'Angra-1 et la construction d'Angra-3 sont également prévues.

Cependant, fin 2022, Rosatom a signé un contrat avec Industrias Nucleares do Brasil pour la fourniture d'uranium enrichi destiné à la production d'assemblages combustibles pour les réacteurs d'Angra-1. Le contrat a été conclu à la suite d'un appel d'offres ouvert et durera jusqu'en 2027.

Angra-3-848x477.jpeg

Rosatom souhaite également achever la construction d'Angra-3. Le processus d'approbation de la construction de cette centrale a été compliqué pour un certain nombre de raisons, mais en 2022, la société brésilienne Eletronuclear a repris les travaux de construction des fondations. La mise en service d'Angra-3 est prévue pour 2028. La centrale aura une capacité de 1405 mégawatts et une capacité de production d'électricité de 12 millions de mégawattheures par an, ce qui est suffisant pour alimenter 4,5 millions de personnes.

Il est maintenant question que l'entreprise française Framatome, qui fabrique des réacteurs, s'implante au Brésil. Il n'est donc pas exclu que la France se prépare un coussin de sécurité nucléaire au Brésil, qu'elle considère en même temps comme un nouveau marché prometteur.

Si l'uranium cesse de provenir du Niger, ce qui est tout à fait possible à la lumière des événements actuels, Paris compensera avec du minerai brésilien. Et dans le même temps, elle importera ses technologies, en faisant du lobbying pour évincer les entreprises russes. Très probablement, elle ne fera pas l'économie des mécanismes de corruption, qui sont une composante indispensable de la grande politique des pays occidentaux.

Et l'agenda environnemental sera une bonne couverture pour la manipulation d'actifs, les activités de renseignement et l'extension de l'influence au niveau des communautés locales.

Il ne sera pas difficile pour la France de donner quelques ordres supplémentaires aux chefs de tribus. L'échange de perles de verre contre de l'or est un vieux truc éprouvé par les colonisateurs européens en Amérique latine.

* Le mouvement LGBT est considéré comme extrémiste dans la Fédération de Russie.

jeudi, 07 mars 2024

Notes pour l'histoire du pétrole au Mexique

09017636664-web-tete.jpg

Notes pour l'histoire du pétrole au Mexique

Par Gastón Pardo

Source: https://www.facebook.com/gaston.pardo.733

1900

En mai, le pétrolier nord-américain Edward L. Doheny (photo) se rend au Mexique pour explorer les émanations de pétrole dans la région de Huasteca Potosina. Après avoir acquis les droits sur plusieurs terrains de la région, il crée en novembre, dans la ville de Los Angeles, la Mexican Petroleum Company of California et commence à l'exploiter.

Edward_L._Doheny,_1920s.jpg

1901

La première loi sur le pétrole est publiée en décembre. Elle permet à l'exécutif fédéral d'accorder des permis à des particuliers et à des sociétés organisées pour l'exploration et l'exploitation de terres appartenant à l'État fédéral.

Weetman D. Pearson, un entrepreneur anglais qui a réalisé d'importants travaux publics pour le gouvernement mexicain par l'intermédiaire de sa société d'ingénierie S. Pearson & Son, entame des activités de prospection et d'exploitation pétrolières dans la région de l'isthme de Tehuantepec, dans le sud de l'État de Veracruz. Le gouvernement mexicain et les ressortissants mexicains ne sont en rien concerner au début de la production de pétrole.

Ezequiel-Ordóñez-por-Raúl-Anguiano_Archivo-Colegio-Nacional_foto-de-Francisco-Kochen.jpg

1904

Le géologue mexicain Ezequiel Ordóñez localise le puits prolifique de La Pez pour le compte de la Mexican Petroleum Company, situé dans le champ pétrolifère d'El Ébano, dont la production est estimée à 1500 barils par jour, la première production importante au Mexique. En novembre, S. Pearson & Son obtient sa première production commerciale dans les champs de San Cristobal, dans la région de l'isthme de Tehuantepec.

1908

Le puits Dos Bocas à San Diego de la Mar, Veracruz, appartenant à S. Pearson & Son, jaillit pour la première fois du sol avec un débit sans précédent de 100.000 barils par jour. Bien qu'un incendie ait failli anéantir toute sa production, le puits a définitivement prouvé la richesse pétrolière du pays. En mars, la première raffinerie de Pearson commence à fonctionner à Minatitlán. En août, Pearson crée la Compañía Mexicana de Petróleo El Águila.

1910

Le puits Casiano n° 7 de la Huasteca Petroleum Company, entreprise créée par Doheny en 1907 comme filiale de la Mexican Petroleum Company, fait jaillir 60.000 barils par jour. En décembre, le puits Potrero del Llano No. 4, propriété de la Mexican Petroleum Company El Aguila, produit à un rythme de 100.000 barils par jour. À la fin de la décennie, El Aguila et La Huasteca sont les compagnies qui dominent l'industrie pétrolière.

Anglo-mexican_oil_tank.jpg

1911

Le boom de la production entraîne l'expansion des compagnies Doheny et Pearson. Début des exportations de pétrole mexicain vers les États-Unis, l'Europe et l'Amérique latine. La production globale de l'industrie passe de 3,6 millions de barils par an en 1910 à 12,5 millions en 1911.

1912

Le gouvernement de Francisco I. Madero décrète, sous la forme d'un impôt spécial sur les timbres, le premier impôt sur la production de pétrole brut.

1915

L'extraordinaire productivité des gisements mexicains attire un nombre croissant de compagnies pétrolières, dont la Compañía Petrolera La Corona, la Compañía Transcontinental de Petróleo, la Penn Mex Fuel Company et la Mexican Gulf Oil Company. Au cours de cette année, Venustiano Carranza met en œuvre la régularisation et le contrôle de l'industrie pétrolière par l'intermédiaire du Secrétariat au développement. La Commission technique du pétrole est également créée, première étape du projet de restructuration des relations entre les compagnies pétrolières et le gouvernement.

s-mexoil0.jpg

1916

Le puits Cerro Azul numéro 4, appartenant à la Huasteca Petroleum Company, jaillit à Tepetzintla avec une production de 260.000 barils par jour, devenant ainsi l'un des gisements souterrains les plus importants de l'histoire de l'exploitation pétrolière. Confiant dans la croissance de sa production, le magnat Doheny étend ses activités au-delà de l'Atlantique en organisant la British Mexican Petroleum Company pour distribuer ses produits sur le marché britannique.

1917

Venustiano Carranza promulgue la Constitution politique des États-Unis du Mexique, réformant celle de 1857. L'article 27 restitue à la nation la propriété des richesses du sous-sol. Plusieurs des principales compagnies pétrolières se regroupent pour former l'Association des producteurs de pétrole du Mexique, en réaction à la promulgation de la nouvelle constitution mexicaine.

1918

Carranza impose de nouvelles taxes à l'industrie pétrolière: un droit de location annuel et une redevance de 5 % sur tous les terrains pétroliers exploités par les propriétaires de surface ou leurs bailleurs. Weetman D. Pearson transfère le contrôle de la compagnie pétrolière mexicaine El Aguila à Royal Dutch/Shell.

1921

Fin du premier boom pétrolier. La production totale atteint cette année le chiffre record de 193,4 millions de barils, une quantité qui ne sera atteinte que des années après l'expropriation de l'industrie. Le Mexique est alors le deuxième producteur mondial de pétrole. À cette époque, plus de 200 compagnies pétrolières privées opèrent dans le pays.

expropiacion-petrolera-en-la-prensa.jpg

1938

Le gouvernement du général Lázaro Cárdenas exproprie le pétrole et, au lieu d'établir la Common Law, qui donne aux citoyens propriétaires de terrains pétrolifères le droit d'exploiter l'hydrocarbure dans des conditions industrielles, comme c'est le cas dans les pays anglo-saxons, il rétablit la loi espagnole, qui donne à la monarchie le droit exclusif d'extraire les biens du sous-sol, en désignant la "nation" comme l'autorité à l'origine du processus de production.

2024

Pour la première fois dans l'histoire, Petróleos Mexicanos conjugue nationalisme énergétique et augmentation de la production d'hydrocarbures.  Le directeur général de l'entreprise, l'ingénieur Octavio Romero Oropeza, est chargé du boom pétrolier dans le sud et le sud-est du Mexique.

vendredi, 16 février 2024

Pour la défense du Salvadorien Nayib Bukele

GettyImages-1241047137.jpg

Pour la défense du Salvadorien Nayib Bukele

Sumantra Maitra

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/difesa-del-salvadoregno-nayib-bukele

"Le succès du Salvador dans la lutte contre la criminalité s'est fait au détriment des droits civils et au milieu d'accusations selon lesquelles Bukele prend un tournant de plus en plus autoritaire", a commenté Marcelo Rochabrun, chef du bureau de Bloomberg à Lima, dans un article récent. "Nayib Bukele a mis les gangs criminels du Salvador sous contrôle. Si cela a rendu le pays plus sûr et l'a rendu extrêmement populaire, ses tactiques d'homme fort se sont faites au détriment des libertés civiles".

L'essai faisait suite à un tweet du Somalia First caucus du Congrès américain, dans lequel Ilhan Omar, une décolonisatrice bien connue, appelait à une intervention au Salvador pour promouvoir les droits de l'homme et fomenter une révolution colorée.

Le contexte n'a pas besoin d'être expliqué. Le Salvador, selon la dextérité rhétorique de l'ancien président Donald Trump, était considéré comme l'un des "pays de merde", un shithole. Il avait le taux de criminalité et d'assassinat le plus élevé de la région et était un grand exportateur de migrants économiques et de trafiquants de drogue. Puis Nayib Bukele est arrivé au pouvoir, a suspendu les droits des criminels et a emprisonné des milliers de personnes tatouées par des gangs. Aujourd'hui, le Salvador est l'un des pays les plus sûrs et les plus prospères de la région. Le Salvador est la "seule" réussite de l'Amérique centrale ces dernières années; l'émigration est devenue négative, les emplois sont stables et le taux de criminalité actuel est comparable à celui du Luxembourg. Il n'est donc pas étonnant que Bukele soit aujourd'hui le grand favori pour sa réélection et que d'autres pays du sud suivent son modèle. D'où la panique qui s'est emparée des milieux libéraux américains.

230307160643-01-prison-nayib-bukele.jpg

La question n'est pas purement rhétorique. Le rétablissement de l'ordre par une autorité légitime n'est évidemment pas de l'"autoritarisme". Cela rendrait toute autorité, aussi légitime soit-elle, illégale. Tout le monde est favorable aux libertés, mais les préférences révélées, de fait, révèlent que la plupart des personnes normales et respectueuses de la loi souhaitent avant tout l'ordre. Une idée de libertés et de droits illimités qui n'assure pas l'ordre aux contribuables respectueux de la loi n'est par essence qu'un ensemble de libertés et de droits pour les seuls criminels, et constitue donc une vision du monde faillie.

La common law anglaise et les fondateurs américains influencés par elle prônaient tous deux la nécessité d'une "liberté ordonnée". Le cardinal de Richelieu, qui comprenait la différence entre la moralité individuelle et le devoir de l'État, l'a expliqué succinctement: "La verge, symbole de la justice, ne doit jamais être oisive".

Les médias libéraux américains ne comprennent pas que l'application d'une autorité sévère pourrait rendre une société meilleure et, contre toute attente, plus libre et plus libérale; un désarroi qui est partagé de l'autre côté de l'étang gris, si l'on considère la réaction aux tweets de la députée conservatrice Suella Braverman. La plupart des libéraux qui insistent sur la moralité de la "justice réparatrice" sont trop obtus pour comprendre qu'être "moral" n'est pas toujours bon. Ce n'est même pas moral. C'est souvent étroit d'esprit et stupide. Cela entraîne un chaos social et des dommages considérables et est, en fin de compte, plus explicitement immoral. Cela n'est nulle part plus évident qu'en matière d'ordre public.

Mais surtout, Bukele, en proposant un modèle d'autorité instinctive et naturelle, risque de démontrer la vacuité de la vision libérale du monde. C'est pour cette simple raison qu'il existe aujourd'hui une propagande organisée contre Nayib Bukele: il offre une alternative éprouvée et réussie au modèle libéral-gauchiste de gouvernement.

jeudi, 15 février 2024

Les trois moments du péronisme

170123-Schwartz-Trump-Peron-tease_m5dlmt.jpg

Les trois moments du péronisme

Enric Ravello Barber

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2024/02/los-tres-momentos-del-peronismo.html

Nous remercions Pablo Anzaldi, docteur en sciences politiques et militant péroniste, pour sa collaboration à l'élaboration de cet article.

"Pour ce grand Argentin qui a su conquérir la grande masse du peuple en luttant contre le capital".

Marche péroniste.

La naissance d'une nation

En 1816, la province de Río de la Plata, successeur politique de la vice-royauté espagnole de La Plata, proclame son indépendance. Le nouvel État contrôlait effectivement le centre de l'Argentine, la ville de Buenos Aires, l'Uruguay, mais pas de grandes régions de l'Argentine actuelle telles que El Chaco, La Pampa et encore moins la Patagonie. Le général San Martin était le héros de l'indépendance nationale.

À cette époque, la population argentine d'origine espagnole provenait de quatre points : la ville de Mendoza (qui avait été chilienne), le Paraguay, la vice-royauté du Pérou et le noyau fondateur de la ville de Buenos Aires.

Rosas_2_retouch.jpg

En 1833, Juan Manuel de Rosas (illustration) lance la "campagne du désert", qui consiste à contrôler efficacement le centre de l'Argentine, qui comptait jusqu'alors une population indienne peu nombreuse et dispersée. Le projet politique de Rosas ne se limitait pas à l'Argentine, mais à la construction d'une grande puissance biocéanique appelée "Provinces unies du Sud", qui inclurait le sud du Brésil, le Paraguay, la Bolivie, le Chili, l'Uruguay et l'Argentine. Bien entendu, le Royaume-Uni n'a laissé aucune chance à ce projet, allant même jusqu'à manœuvrer pour arracher à l'Argentine ce qui est aujourd'hui l'Uruguay et le rendre "indépendant" en tant qu'État.

En 1862, il adopte le nom définitif de République argentine.

Dans les années 1970, le général Julio Argentino Roca (1879) a mené une seconde et définitive campagne de conquête des régions désertiques et a fait de l'Argentine un État moderne avec toutes ses caractéristiques et ses éléments.

Le fascisme argentin des années 1930 a revendiqué le projet des Provinces unies du Sud et s'est inscrit dans la ligne politique de San Martín, Rosas, dans laquelle Perón se reconnaîtra plus tard.

Italian_immigrants_buenos_aires.jpg

Immigrants_in_Argentina_(1914).PNG

Imperial_Germans_in_Argentina_(1914).png

Entre 1880 et 1892, l'Argentine a été la destination d'une énorme immigration européenne qui a changé à jamais la physionomie du pays, le même phénomène s'étant produit au Portugal et dans le sud du Brésil. Cette immigration était principalement composée d'Italiens, suivis d'Espagnols et, dans une moindre mesure, d'Allemands, d'Irlandais, d'Anglais et de Français. Il s'agissait de la deuxième vague européenne en Argentine ; il y en a eu une troisième, beaucoup plus petite, composée principalement d'Allemands, d'Italiens et de Croates exilés suite à la Seconde Guerre mondiale.

Dans ces années-là, l'Argentine était le pays le plus riche du monde. Nous avons assisté à une véritable explosion, non seulement économique, mais aussi culturelle, philosophique et artistique. Pendant quelques années, Buenos Aires est devenue la première ville de la civilisation européenne.

Cependant, un problème structurel s'est posé dès le départ. La distribution des terres agricoles, après les campagnes de conquête des régions désertiques, avait créé une classe sociale, la dénommée "oligarchie" d'origine créole-espagnole, qui se consacrait à l'exportation de produits agricoles et d'élevage à grande échelle, dans un contexte de libre-échange et avec le Royaume-Uni comme principal acheteur.

Pendant la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle l'Argentine était neutre, les oligarchies se sont enrichies en exportant de la viande et des céréales vers les marchés européens, mais - et c'est là le défaut endémique de l'histoire économique de l'Argentine - elles n'ont fait aucun effort pour industrialiser le pays. L'excédent économique du secteur primaire n'a pas été investi - comme cela se faisait ailleurs dans le monde - dans la création d'un secteur secondaire puissant qui aurait signifié un saut qualitatif pour l'économie nationale.

647c72740befb_905_510!.png

Pour mettre fin à la décennie dite infâme, pleine de troubles et de tensions sociales, l'armée a organisé en 1943 un coup d'État militaire, coordonné par ses deux factions internes: les libéraux et les nationalistes. Le gouvernement militaire nomme l'un de ses officiers de l'aile nationaliste, le colonel Juan Domingo Perón, à la tête du ministère du travail et de la guerre, ce qui fait de lui le vice-président de facto. Perón développe une législation à fort contenu social et très favorable au travailleur argentin, ce qui lui vaut de se mettre à dos l'oligarchie en place, elle aussi traditionnellement anglophile, alors que Perón est clairement en faveur des puissances de l'Axe. Un nouveau coup d'État militaire à la fin de l'année 1945 met fin à son gouvernement et Perón est emprisonné.

Peronismoanzaldi9.jpg

Le péronisme classique 1946-1955

Le 17 octobre 1945, connu dans le calendrier péroniste sous le nom de "Jour de la loyauté", une grande manifestation de travailleurs nationalistes argentins aboutit à la libération de Perón. Après quelques mois de réflexion, Perón décide de se présenter aux élections présidentielles de 1946, son adversaire Branden étant soutenu par toutes les forces anti-péronistes du pays et, de façon claire et publique, par l'ambassade des États-Unis. Le slogan électoral choisi par Perón était clairement "Branden ou moi". Le résultat fut de 53,71 % en faveur du général Perón, inaugurant ce que l'on appelle le "péronisme classique" (1946-55). Cette même année, Perón, veuf depuis 1938, épouse une jeune et courageuse idéaliste, Eva Duarte, ancienne actrice en difficulté.

L'action politique de Perón s'articulait autour de trois points qu'il ne manquait pas de répéter comme base de sa conception politique et de son programme de gouvernement

- la souveraineté politique

- l'indépendance économique

- la justice sociale.

Eva Peron.jpg

Son épouse, Eva Duarte de Perón, se voit confier les postes de présidente du puissant syndicat national-populaire CGT, de présidente de la Fundación de Ayuda Social, organisation très importante en Argentine à l'époque, et de présidente du Parti des femmes péronistes, poste qui n'est guère plus que symbolique. Son rôle social et politique exceptionnel dans la défense des classes les plus défavorisées, "los descamisados", et sa confrontation avec l'armée, qu'elle préconisait de remplacer par une milice nationale-populaire armée, lui ont valu l'amour et le dévouement de la majorité des Argentins, qui l'appelaient affectueusement Evita, mais aussi l'inimitié de l'oligarchie réactionnaire, qui s'est déchaînée contre son mari.

L'Argentine pleure la mort d'Evita en 1952. La distance de l'Église à l'égard de Perón s'intensifie; elle ne tolère pas le "culte civique" d'Evita, qui, rappelons-le, a joué un rôle décisif dans l'approbation de la loi sur le divorce en Argentine. En 1954, des actes de violence commis par les "commandos civils" ont commencé à éclater dans toute l'Argentine et la synergie entre l'Église et les éléments réactionnaires et libéraux contre Perón s'est intensifiée. Une série de coups d'État échouent et Perón, qui bénéficie encore du soutien de la majorité, est conscient du grand risque d'une guerre civile sanglante. Pour éviter cela, Perón démissionne et part en exil; les conditions, qu'il avait posées, de respecter son héritage politique ne sont pas suivies d'effet par la nouvelle junte militaire libérale au pouvoir.

15tjp51482_orig.jpg

L'exil 1956-1973

Son exil marque le début de la deuxième phase du péronisme, qui s'étend de 1955 à son retour triomphal en 1973.

Perón s'exile d'abord au Paraguay, où il est accueilli par son ami Stroessner, mais la proximité de l'Argentine et la connaissance de tentatives d'assassinat par le nouveau gouvernement de la Casa Rosada l'obligent à choisir une autre destination: la République dominicaine. Il y rencontre Isabel, qui deviendra sa troisième épouse et la première femme présidente de la République argentine. Après un bref séjour dans le Venezuela de Marcos Pérez, il s'installe en Espagne en 1960. Franco l'autorise à vivre en Espagne, mais sans jouer aucun rôle politique, ce que Perón fait depuis sa résidence de Puerta de Hierro (Madrid).

John_fmt.jpeg

D_NQ_NP_706914-MLA25827337787_072017-O.jpg

Perón laisse le commandement de la résistance péroniste en Argentine à l'un de ses cadres les plus courageux et les mieux préparés intellectuellement, John William Cooke, un Argentin d'origine irlandaise.  Et c'est là que commence un sérieux problème. Cooke a voyagé à Cuba, a été fasciné par la révolution castriste et s'est déclaré marxiste-léniniste, affirmant que le péronisme devait se muer et réaliser la même révolution marxiste en Argentine, et est également devenu un ami personnel du philosophe français Sartre, pour lequel Perón éprouvait un profond mépris. Perón rejeta catégoriquement cette approche, démit Cooke de ses fonctions et le remplaça par le social-nationaliste Alberto Brito Lima (photo, ci-dessous).

20230415comandoorganizacionmasacreezeizacedocg-1547467.jpg

La dérive de Cooke préfigure le grand problème interne auquel Perón et le péronisme seront confrontés dans les années suivantes. La naissance du mouvement montonero. Il faut être clair et concret. Les Montoneros étaient une organisation criminelle marxiste-léniniste qui prétendait défendre un "péronisme sans Perón" qui n'était en réalité rien d'autre que la stratégie cubaine de création d'une révolution communiste en Argentine. Les Montoneros ont affronté Perón et ont été objectivement alliés aux forces antinationales et antisociales opposées au général. La tension entre Perón et ses fidèles nationaux-populaires et les Montoneros marxistes s'accroît rapidement, un fossé infranchissable les sépare. Les affrontements entre les Montoneros et les organisations nationales-péronistes: la Garde de fer, la Concentration universitaire argentine, le Commandement organisateur et les Montoneros-Lealtad (scission fidèle au général), prennent des allures de guerre civile.

Du retour triomphal au coup d'État des "gorillas" (1973-1976)

Le 20 juin 1973, Perón fait un retour triomphal à Buenos Aires. Avant de quitter Madrid pour retourner à Buenos Aires, il ordonne que l'estrade où il prononcera son premier discours sur le sol argentin soit occupée exclusivement par des partisans péronistes et il oppose son veto à la présence des Montoneros.  Le même jour, les Montoneros tentent de prendre d'assaut la scène pour manipuler la présence de Perón. D'importants affrontements armés opposent les Montoneros aux milices nationales-populaires péronistes, faisant 69 morts et 135 blessés, en grande majorité des Montoneros.

photo_2023-10-18_17-26-26.jpg

14.jpeg

Pour se venger, les Montoneros assassinent José Ignacio Rucci, le principal dirigeant du syndicat péroniste CGT et la personne en qui le général Perón avait confiance pour poursuivre son travail social et politique national avec sa troisième épouse, Isabel de Perón. Lors des élections présidentielles de 1974, Isabel Martínez de Perón (photo), soutenue par son mari, a remporté 62% des voix et est devenue la première femme présidente de l'Argentine. L'Argentine connaît alors des années difficiles et des violences éclatent. En 1974, Perón signe un document appelé Acta reservada dans lequel il ordonne de combattre les organisations marxistes par tous les moyens nécessaires, en faisant référence aux Montoneros et à l'ERP (1).

Perón meurt le 1er juillet 1974 et l'instabilité et la violence deviennent insupportables. En 1976, le secteur libéral de l'armée - les Gorillas (2) - a organisé un coup d'État et la junte militaire a été formée. La Junte des Gorillas a initié une forte répression anti-péroniste qui ne s'est achevée qu'avec la fin de la dictature en 1981.

Notes:

(1) Ejercito Revolucionario del Pueblo, une organisation terroriste trotskiste qui entretenait de bonnes relations avec les Montoneros.

(2). Gorilla : militaire anti-péroniste, libéral et atlantiste.

samedi, 03 février 2024

Chine et Brésil: la coopération s'intensifie

d78b751f-a19c-4c49-becf-5259faa2b0eb.jpg

Chine et Brésil: la coopération s'intensifie

Luca Bagatin

Source: https://electomagazine.it/cina-e-brasile-la-cooperazione-aumenta/

Le Brésil, la République populaire de Chine et le Vatican, trois réalités qui, au cours des deux dernières années, ont contribué et contribuent encore et toujours à jeter de l'eau sur le feu des conflits nés il y a des décennies, plutôt que de souffler sur le feu des nationalismes et des particularismes, comme l'a souvent fait et le fait encore quelqu'un d'autre.

Dans ce contexte, la coopération qui existe depuis cinquante ans se poursuit, en particulier - depuis quinze ans - au sein de l'alliance économique connue sous le nom de BRICS, entre la Chine et le Brésil.

58bfce37-d74c-4cb9-bc0f-bc07dbad4b58.jpeg

Le 19 janvier, le ministre chinois des affaires étrangères Wang Yi a rencontré le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva à Fortaleza, au Brésil.

Le ministre Wang a apprécié les positions du Brésil sur le principe d'une seule Chine et, également au nom du président Xi Jinping, a soutenu le Brésil dans l'accélération de son développement social et économique, l'invitant également à approfondir sa communication stratégique et les nouvelles perspectives qui en découlent dans la sphère géopolitique.

Le ministre Wang a également espéré la possibilité de renforcer les relations entre les deux pays, ainsi qu'avec la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) et le Mercosur (Marché commun du Sud), dans la poursuite de la "modernisation et de la promotion d'un ordre international juste et raisonnable".

Pour sa part, le président socialiste Lula a non seulement transmis ses salutations au président Xi, mais il a également exprimé sa volonté de renforcer les échanges de haut niveau entre les deux pays, ainsi que le partenariat stratégique global.

En particulier, le président Lula a déclaré qu'il était désireux d'apprendre de l'expérience de la Chine en matière de gouvernance mondiale, ajoutant que les entreprises chinoises sont les bienvenues pour investir au Brésil.

Enfin, le ministre chinois Wang a rencontré le vice-président brésilien Geraldo Alckmin et le conseiller principal de la présidence brésilienne Celso Amorim, ainsi que le ministre brésilien des affaires étrangères Mauro Vieira.

Toutes les parties ont convenu qu'il était nécessaire d'œuvrer à la construction d'un "monde ouvert, inclusif, propre et beau, jouissant d'une paix et d'une sécurité durables pour tous les citoyens de la planète".

mardi, 23 janvier 2024

L'antisionisme en Amérique latine

3d7eebb4bd2e389e1c9266ff6b7a8c3e.jpg

L'antisionisme en Amérique latine

Ronald Lasecki

Source: https://ronald-lasecki.blogspot.com/2024/01/antysyjonizm-w-ameryce-acinskiej.html

Les crimes de guerre, voire les crimes de génocide (déductibles du déroulement des opérations israéliennes dans la bande de Gaza de la volonté d'en éliminer le plus grand nombre possible de Palestiniens), commis par Israël dans la bande de Gaza, dans le cadre de sa réponse à l'attaque du Hamas perpétrée le 7 octobre, ont reçu une réponse négative de la part de la plupart des pays de gauche de la région latino-américaine, à savoir: Venezuela, Colombie, Cuba, Nicaragua, Bolivie, Brésil, Chili, Honduras et Belize.

Pérou

Le gouvernement de centre-droit de la présidente par intérim du Pérou, Dina Boularte, cherche à prendre une distance égale par rapport aux deux camps de la guerre en Palestine depuis décembre 2022. Mercredi 1er novembre, le ministre des Affaires étrangères du pays, Javier Gonzáles Olaecha, a exprimé au nom de Lima "sa profonde préoccupation face à la grave détérioration de la situation humanitaire à Gaza". Le gouvernement péruvien déclare qu'il "condamne les actes de violence d'où qu'ils viennent", indiquant ainsi sa distance avec le Hamas.

2015-02_map_ALBA_member_countries.png

Pays de l'ALBA

La position la plus prévisible, parmi les pays de la région, a été adoptée par le Venezuela, Cuba et le Nicaragua, qui forment le noyau de l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (espagnol: Alianza Bolivariana para los Pueblos de Nuestra América, ALBA), dont l'aversion pour Israël est motivée par le fait que Caracas, La Havane et Managua considèrent Tel-Aviv comme le principal allié de l'impérialiste Washington et un outil des mondialistes néolibéraux yankees au Moyen-Orient.

Bolivie

Toutefois, la position la plus dure à l'égard d'Israël parmi les pays de l'ALBA a été adoptée par la Bolivie, dont la position au sein du mouvement bolivarien s'est affaiblie en raison de l'instabilité politique: en 2019-2020, les Bolivariens ont été chassés du pouvoir par la droite lors d'un coup d'État. 31 octobre 2023. Sucre annonce la rupture des relations diplomatiques avec Tel-Aviv. La ministre des Affaires étrangères de l'État plurinational de Bolivie (espagnol: Estado Plurinacional de Bolivia), Celinda Sosa Lunda, justifie cette mesure par la "condamnation de l'offensive militaire agressive et disproportionnée menée dans la bande de Gaza", qui "menace la paix et la sécurité internationales".

Luis_Alberto_Arce_Catacora_(Official_Portrait,_2020)_Cropped_I.png

Auparavant, le président bolivien Luis Acre (photo) avait reçu l'ambassadeur palestinien Mahmoud Elawani, qui a condamné les crimes de guerre d'Israël sur les réseaux sociaux et annoncé que la Bolivie demanderait au Conseil de sécurité des Nations unies d'agir face au génocide des Palestiniens par Israël. Sucre a également envoyé 73 tonnes d'aide humanitaire en Palestine.

Evo Morales, leader du Movimiento al Socialismo (MAS) et président du pays de 2006 à 2019, demande à Sucre de durcir sa position à l'égard de Tel Aviv. Il critique L. Acre pour sa position prétendument vacillante à l'égard de la guerre en Palestine, affirmant que la rupture des relations diplomatiques avec Israël "n'est pas suffisante" et que la Bolivie devrait déclarer Israël comme un État terroriste et déposer une plainte auprès de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.

Colombie

La Colombie, gouvernée par la gauche depuis août 2022, émet également de vives critiques à l'égard d'Israël. Le premier président souverain de l'histoire récente du pays, Gustavo Petro, n'a pas condamné l'attaque du 7 octobre 2023 du Hamas contre Israël, comparant plutôt Gaza au camp de concentration d'Auschwitz et le régime israélien aux nazis dans ses déclarations sur la plate-forme X. Le jeudi 9 novembre, le dirigeant colombien a également annoncé le dépôt d'un acte d'accusation conjoint avec l'Algérie auprès de la CPI contre le Premier ministre israélien Binjamin Netanyahu pour crimes de guerre sous la forme du massacre d'enfants et de civils palestiniens par les forces de défense israéliennes.

Gustavo-Petro.jpg

Le parti de centre-gauche Alianza Verde (AV), l'un de ses principaux alliés au Congrès, ainsi qu'un certain nombre de députés du parti centriste Partido Liberal (PL), le parti le plus important de l'actuelle législature, ont pris leurs distances par rapport aux déclarations de M. Petro (photo). Les médias colombiens, contrôlés par Washington et par les compradores des élites conservatrices colombiennes, ont également réagi négativement aux critiques du dirigeant colombien à l'égard d'Israël. Le président les a accusés, en réponse, de pratiquer "la propagande du sionisme international qui soutient le pouvoir de l'extrême droite israélienne et rejette une solution pacifique au conflit qui dure depuis 75 ans".

Le dirigeant colombien a également été attaqué de manière insultante par l'ambassadeur d'Israël à Bogota, Gali Dagan. Le ministre colombien des affaires étrangères, Álvaro Leyva, a réagi en lui ordonnant de "s'excuser et de partir". Cependant, la crise diplomatique Bogota-Tel Aviv a été rapidement résolue, le ministre Á. Leyva a précisé que M. Dagan n'avait pas été expulsé du pays et que les relations diplomatiques entre la Colombie et Israël seraient maintenues "si ce pays le souhaite".

Le dimanche 15 octobre, le ministre israélien des affaires étrangères, Eli Cohen, a annoncé la suspension des exportations d'armes de son pays vers la Colombie. La coopération militaire entre Israël et la Colombie comprenait jusqu'à présent la fourniture et l'entretien de pièces pour l'avion de chasse Kfir, une licence pour la production de fusils d'assaut Galil et l'assistance d'instructeurs militaires israéliens pour préparer les forces armées colombiennes à des opérations de contre-insurrection.

Le protecteur yankee de l'État juif a également réagi: le 10 octobre, le porte-parole du département d'État américain, Matthew Miller, a déclaré que les déclarations de G. Petro "n'aident pas" et "ne reflètent pas ce qui se passe réellement"; à son tour, l'envoyée spéciale des États-Unis pour la surveillance et la lutte contre l'antisémitisme (sic !) Deborah Lipstadt a déclaré que "l'administration du président Joe Biden condamne les déclarations du président Petro".

sj1Zhx5D_400x400.jpg

Le Belize

Le Belize anglophone, situé dans la péninsule du Yucatan, a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec Israël. Le ministre des Affaires étrangères du "royaume du Commonwealth" (officiellement, le chef d'État du Belize est le roi britannique Charles III), Eamon Courtenay, a expliqué la position de Belmopan en déclarant que "depuis le 7 octobre 2023, Israël a continuellement violé le droit international, le droit humanitaire international et les droits de l'homme du peuple de Gaza", ajoutant que la "principale préoccupation" du gouvernement de Johnny Briceño est "le peuple de Gaza qui est soumis à des bombardements constants et impitoyables, qui est privé de nourriture, qui est privé d'essence, qui est privé d'assistance médicale. Ce qui nous préoccupe, ce sont les 11.000 personnes qui sont mortes et ont été tuées, dont la plupart sont des femmes et des enfants".

Le ministre de l'intérieur du Belize, Kareem Musa, a également critiqué sévèrement l'État juif en déclarant: "Il est temps de mettre fin à l'occupation: "Il est temps de mettre fin à l'occupation et au génocide. Mettez fin à l'apartheid. Il n'y aura pas de paix si vous n'arrêtez pas Israël (...). Il est très important que les superpuissances appellent à un cessez-le-feu avec Israël. Il ne peut s'agir d'un cessez-le-feu temporaire. Il ne peut s'agir d'un cessez-le-feu temporaire. Il ne peut s'agir d'un cessez-le-feu selon lequel je ne vous tuerai pas à huit heures ce matin, mais je déciderai de vous tuer à huit heures ce soir (...). Il doit s'agir d'un cessez-le-feu permanent si nous voulons trouver une solution à deux États".

La marche pour la Palestine libre, organisée par les anciens premiers ministres Said Musa (1998-2008) du Parti populaire uni (PUP), aujourd'hui au pouvoir, et Dean Barrow (2008-2020) du Parti démocratique uni (UDP), dans l'opposition, s'est déroulée à Belize City, la plus grande ville du pays, le mercredi 22 novembre. Les anciens ministres des affaires étrangères du PUP, Assad Shoman (2002-2003) et Godfrey Smith (2003-2006), ainsi que l'actuel Premier ministre J. Briceño et plusieurs membres du cabinet en place ont également participé à la marche.

70d8a9ff200cad5deb2b70b9c7940406.jpg

Communauté des Caraïbes

Le dimanche 12 novembre, une déclaration condamnant l'État juif a également été publiée par la Communauté des Caraïbes (CARICOM), une organisation regroupant les anciennes colonies britanniques principalement anglophones de Belize, Jamaïque, Bahamas, Antigua-et-Barbuda, Saint-Kitts-et-Nevis, Dominique, Sainte-Lucie, Barbade, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Grenade, Trinidad-et-Tobago, Guyana et la dernière colonie britannique de Montserrat, établie en 1973 par le traité de Chaguaramas. En outre, l'ancienne colonie néerlandaise du Suriname a été admise au CARICOM en 1995 et Haïti francophone en 2002. Les membres associés de l'organisation sont les colonies britanniques actuelles de la région des Caraïbes et les observateurs sont les colonies des Pays-Bas, des États-Unis et de certains pays hispanophones de la région.

La déclaration de position de la CARICOM exprime son inquiétude face à l'aggravation de la crise humanitaire à Gaza, au nombre croissant de morts, y compris des femmes et des enfants, appelle au respect du droit humanitaire international, condamne le manque de respect du droit humanitaire international, des droits de l'homme et des lois de la guerre qui se traduit par la destruction des infrastructures civiles à Gaza et le manque d'accès de ses habitants aux moyens de satisfaire leurs besoins fondamentaux, y compris les soins médicaux. Dans sa déclaration, la CARICOM préconise une solution à deux États, obtenue par des moyens pacifiques, sur la base des résolutions des Nations unies et conformément au droit international.

La Communauté des Caraïbes demande un cessez-le-feu immédiat à Gaza, la libération immédiate de tous les otages et leur traitement humain conformément au droit international, le respect par toutes les parties de leurs obligations en vertu du droit international, du droit humanitaire international et du système international de protection des droits de l'homme, l'accès immédiat, sûr et sans entrave des habitants de Gaza à une aide humanitaire adéquate et durable, notamment de la nourriture, de l'eau, des fournitures médicales, des médicaments, du carburant et de l'électricité.

Rapprochement entre les pays arabes et les Caraïbes

La position antisioniste des États anglophones des Caraïbes leur a apporté des avantages économiques presque immédiats, ce qui devrait conforter les membres de la CARICOM dans cette voie. Le premier sommet de la Communauté des Caraïbes et de l'Arabie saoudite s'est tenu à Riyad le jeudi 16 novembre. Saint-Vincent-et-les-Grenadines a reçu 50 millions. Vincent et les Grenadines ont reçu 50 millions d'USD pour financer la construction, l'agrandissement et la reconstruction des bâtiments endommagés ces derniers mois par les catastrophes dues au réchauffement climatique et Saint-Kitts-et-Nevis a reçu 40 millions d'USD pour l'agrandissement du centre d'accueil des réfugiés. Kitts et Nevis ont reçu 40 millions d'USD pour l'expansion de la centrale électrique de Needsmust.

Le ministre de l'investissement du Royaume d'Arabie saoudite, Khalid Al-Falih, a déclaré que Riyad considérait les pays de la CARICOM comme une "haute priorité pour l'investissement et les opportunités commerciales". La Communauté des Caraïbes a réagi en annonçant son soutien à l'Arabie saoudite pour l'organisation de l'Exposition universelle de 2030 et de la Coupe du monde de football de 2034. On peut donc s'attendre à un rapprochement entre les États des Caraïbes et l'Arabie saoudite dans les années à venir.

Ronald Lasecki

Soutenez mon travail d'analyse: https://zrzutka.pl/xh3jz5

lundi, 22 janvier 2024

Port chinois au Pérou. La route de la soie maritime est une réalité

MjAxODA2MzI3N2NmODU0Mzg3OGJiMjU0MTQ5YjFlYWE5YTE5Yzk.jpg

Port chinois au Pérou. La route de la soie maritime est une réalité

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/porto-cinese-in-peru-la-via-della-seta-marittima-e-realta/

Il n'y a pas que la guerre. Le scénario international évolue également sous le radar, tandis que les médias atlantistes se contentent d'exulter devant chaque difficulté - y compris celles qu'ils ont inventées - dans le Sud global. Ainsi, entre l'annonce des défaites russes en Ukraine et l'abattage de coûteux avions moscovites par d'héroïques fantassins-chasseurs à Zelensky armés de lance-pierres, les hommes de Poutine arrivent officiellement au Niger sans que les médias italiens et/ou occidentaux ne perdent de temps à en faire état.

De même, aucun espace n'est consacré à l'accord entre le Pérou et la Chine pour le port sud-américain de Chancay. Une infrastructure colossale qui appartiendra à la compagnie chinoise Cosco Shipping et qui pourra accueillir les grands navires marchands qui assureront le trafic direct entre l'Amérique latine et l'Asie. Pas seulement entre le Pérou et la Chine, puisque le port de Chancay a vocation à devenir un hub du sous-continent. Donc non seulement pour le cuivre andin, mais aussi pour le soja brésilien.

mapa-descripcion-generada-automaticamente-1.jpeg

Le port, du moins en ce qui concerne la première phase, pourrait être inauguré à l'automne par Xi Jinping, notamment pour souligner l'importance stratégique de l'infrastructure. Entre autres, un pôle industriel est déjà prévu à proximité du port, qui devrait notamment servir à la transformation des produits agroalimentaires en provenance du Brésil. Et c'est justement le Brésil et le Pérou qui sont engagés dans des négociations pour résoudre les différents problèmes juridiques, sanitaires et logistiques.

Chancay et son arrière-pays représenteront une nouvelle étape fondamentale dans le développement de la route de la soie maritime. Ainsi, entre autres, les pays d'Amérique latine situés sur la côte atlantique pourront éviter de passer par le canal de Panama, ce qui leur fera gagner plusieurs jours de navigation. Bien entendu, pour Pékin, cela représentera également la possibilité d'exercer une plus grande influence dans toute la région.

dimanche, 21 janvier 2024

La Colombie face aux défis économiques et stratégiques

d23e70cc65032939ff724549cb3d059d.jpg

La Colombie face aux défis économiques et stratégiques

Ronald Lasecki

Source: https://ronald-lasecki.blogspot.com/2024/01/kolumbia-wobec-wyzwan-gospodarczych-i.html

Gustavo Petro, premier président colombien souverain et de gauche du siècle, en poste à partir d'août 2022, est confronté au défi de trouver les ressources nécessaires pour financer ses politiques sociales ambitieuses, notamment la réforme agraire et les transferts financiers en faveur des pauvres.

Un exemple de ce dernier point est l'augmentation du salaire minimum de 12,06% à 1,3 million de pesos colombiens annoncée par le président le mardi 2 janvier. Selon la ministre colombienne du Travail, Gloria Inés Ramírez (foto), qui s'est exprimée aux côtés du président, malgré dix cycles de négociations entre le gouvernement, les représentants du capital et les syndicats, le secteur privé n'a pas accepté la décision du gouvernement (1).

0110_gloria_ines_k4crq2.jpg

Le ralentissement économique

La Colombie, quant à elle, se trouve dans une situation de récession économique, résultat du cycle naturel des périodes successives de croissance économique et de ralentissement du capitalisme. La situation actuelle est un ralentissement après l'épuisement de l'impact des stimuli destinés à relancer l'économie après l'austérité de l'épidémie COVID-19 et l'effet du resserrement de la politique monétaire pour lutter contre une inflation à deux chiffres.

La baisse des recettes publiques est le résultat d'un taux de croissance du PIB inférieur de 0,3 % en glissement annuel au troisième trimestre 2023, s'écartant sensiblement des prévisions de croissance de 0,5 %. Ce faisant, le recul de la croissance concerne principalement les secteurs de la construction et de l'industrie manufacturière, qui ont enregistré des baisses respectives de 8% et 6%. La banque centrale colombienne (Banco de la República, Banrep) prévoit une baisse de la croissance économique de 1,2% en 2023 à 0,8% en 2024.

Échec de la réforme fiscale

Des recettes estimées à 20.000 milliards de pesos colombiens par an pour financer les réformes étaient censées être apportées au budget colombien par la réforme fiscale de novembre 2022. Cependant, le 17 novembre 2023, la Cour constitutionnelle de Colombie (Corte Constitucional de Colombia) a annulé un élément clé de la réforme, laissant un trou financier de 3,2 billions de pesos colombiens, soit 15 % des recettes que la réforme était censée générer. La Cour constitutionnelle a jugé inconstitutionnelle l'interdiction faite aux compagnies pétrolières et charbonnières de déduire les redevances de l'impôt sur les sociétés, car elle violait le principe de l'égalité fiscale.

Politique monétaire restrictive

Un obstacle supplémentaire à la collecte d'argent pour le budget par les autorités colombiennes est la politique monétaire restrictive du conseil de politique monétaire de la Banco de la República, toujours nommé par les conservateurs, comme l'a souligné le président dans son discours lors de la cérémonie militaire du 15 novembre 2023. La banque centrale a maintenu les taux d'intérêt à 13,25% en novembre, ce qui a permis de contenir l'inflation, qui avait atteint un pic en mars : en août, elle était de 11,43%, en septembre de 10,99%, en octobre de 10,48 % et en novembre de 10,15%.

PCOLOMBIANO (1).jpg

En décembre, le Banco de la República a annoncé une baisse des taux d'intérêt à 13 %. Selon les prévisions de la banque centrale, la tendance à la baisse de l'inflation devrait se poursuivre en 2024, pour atteindre 5,7 % à la fin de l'année (ce qui reste toutefois supérieur à l'objectif de 3%). L'activité économique enregistrée par Banrep a quant à elle reculé de 0,4% en glissement annuel en octobre, ce qui a conduit la banque centrale à abaisser sa prévision de croissance pour 2023 de 1,2% à 1% (2).

Relever la limite du déficit budgétaire

La première des mesures prises par G. Petro (photo) pour faire face au déficit de financement est de s'éloigner de la "regla fiscale" - une loi introduite en 2011, sous le gouvernement de Juan Manuel Santos (2010-2018), imposant des restrictions sur les emprunts du gouvernement et fixant une limite supérieure au déficit budgétaire de 71% du PIB.

imagpetroes.wsj.jpg

Dans un discours prononcé le 15 novembre, le président colombien a qualifié la "regla fiscale" de produit du "fondamentalisme néolibéral", encourageant le débat sur son abandon. Il a souligné que la règle avait été contournée par ses auteurs mêmes, faisant une allusion apparente aux États-Unis d'Amérique et aux institutions financières de l'Union européenne. Selon le président, "lorsque le niveau d'investissement privé diminue, le niveau d'investissement public doit augmenter". Selon G. Petro, une réduction de l'un et de l'autre conduirait la Colombie à un désastre économique.

Le dirigeant colombien peut ici faire référence à la politique fiscale expansive menée par les plus fervents défenseurs de la discipline fiscale (les Etats-Unis, l'Allemagne et la Banque centrale européenne de facto sous leur contrôle) lors de la crise économique de 2008, mais surtout aux restrictions sanitaires sur fond d'hystérie autour du COVID-19. De telles politiques ont toujours eu plus de partisans à gauche qu'à droite, même si ce n'est pas la règle, comme en témoignent les gouvernements du PiS en Pologne.

Le premier problème de ce type de politique est que le relèvement de la limite de la dette de l'État entraînera probablement une hausse du prix des obligations d'État colombiennes, ce qui augmentera le coût de leur émission et de leur service, réduisant ainsi les ressources du budget de l'État - l'effet obtenu sera à l'opposé de ce que le président G. Petro souhaiterait obtenir. Après le discours de G. Petro, le peso colombien a vu sa valeur baisser par rapport au dollar américain.

Le deuxième problème est que l'augmentation des dépenses de l'Etat se fait dans l'hypothèse d'un remboursement ultérieur de la dette publique ainsi contractée dans le cadre d'une augmentation de l'activité du secteur privé. Or, cette croissance peut ne pas se produire du tout ou être plus faible que prévu, ce qui est d'autant plus probable que l'État complète d'autres segments du marché. Cela peut déclencher une avalanche incontrôlée de dépenses supplémentaires sur la dette publique toujours croissante, accompagnée d'une nouvelle augmentation du coût du service des titres de la dette publique et d'une baisse de la valeur de l'argent.

20230501_Posesion_Ministros-cg_(8)_(Cropped).jpg

Gel des salaires dans le secteur public

Une autre idée du président pour combler le trou de 3 200 milliards de pesos colombiens (le ministre des finances, Ricardo Bonilla (photo), affirme qu'il faudra jusqu'à 6500 milliards de pesos colombiens pour boucler le budget) est de geler les salaires du secteur public pour 2024. Le gouvernement veut atteindre un déficit budgétaire de 4,3% du PIB en 2023 et de 4,5% du PIB en 2024. Sur cette question, le président peut compter sur le soutien des députés de l'Alianza Verde (AV) de centre-gauche, tandis que la centrale syndicale Central Unitaria de Trabajadores do Colombia (CUT) est sceptique, ses représentants affirmant que le président ne peut pas modifier unilatéralement des accords salariaux négociés et signés antérieurement.

L'aide de la Chine

Confronté à des difficultés financières, G. Petro a également décidé de demander l'aide de la Chine. La Colombie est traditionnellement l'un des pays les plus dépendants des États-Unis, mais son président actuel souhaite équilibrer la politique étrangère de Bogota, en prenant ses distances avec Washington et en critiquant sa politique étrangère, en particulier au Moyen-Orient, et en équilibrant l'avantage yankee par une alliance élargie avec la Chine.

ugpxinnamed.png

maffccxresdefault.jpg

Le président colombien s'est rendu à Pékin au cours du dernier trimestre d'octobre 2023 et y a rencontré Xi Jinping. La Colombie a adhéré à l'initiative chinoise "la Ceinture et la Route", offrant à ses partenaires chinois des investissements dans les énergies renouvelables et la construction d'une voie ferrée pour relier l'Atlantique au Pacifique et constituer une alternative au canal de Panama contrôlé par les États-Unis. Du côté chinois, les relations avec la Colombie sont passées à un "partenariat stratégique" (3).

Arrêt des enlèvements contre rançon

Par ailleurs, le gouvernement de G. Petro peut se targuer d'avoir réussi à pacifier la situation interne. La guerre civile de grande ampleur a pris fin définitivement grâce à un accord entre l'administration du président Juan Manuel Santos et les Forces armées révolutionnaires de Colombie - Armée du peuple (espagnol:  Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia - Ejército del Pueblo, FARC-EP) en novembre 2016. À l'époque, seuls un groupe dissident relativement restreint des FARC, l'Estado Mayor Central (EMC), et l'Armée de libération nationale (Ejército de Liberación Nacional, ELN), moins importante, restaient sur le champ de bataille, faisant toutefois l'objet d'une criminalisation progressive.

Flag_of_the_FARC-EP.svg.png

fc78af3c9cef43f82629e4a4d69ee900.jpg

Le mardi 12 décembre, à l'issue d'un deuxième cycle de négociations qui s'est déroulé du 2 au 11 décembre, Camilo Gonzáles, représentant le gouvernement, et Oscar Ojeda ("Leopoldo Durán"), représentant l'EMC, ont signé un accord dans lequel l'EMC renonçait aux enlèvements contre rançon, sans toutefois indiquer de calendrier pour cette décision. Un nouveau cycle de négociations est prévu du 9 au 18 janvier, au cours duquel les questions de la culture illégale de la coca et des préoccupations sociales et environnementales de l'Amazonie (4) seront notamment abordées.

En revanche, l'abandon des enlèvements contre rançon a été annoncé par l'ELN le dimanche 17 décembre. Cette décision a été annoncée à l'issue du cinquième cycle de négociations à Ciudad de México, mené dans le cadre de la trêve de six mois annoncée en septembre. Les parties ont également convenu de ne pas impliquer les forces paramilitaires dans la guérilla pendant la durée du cessez-le-feu, de créer six "zones critiques" pour mettre en œuvre l'aide humanitaire et de faire participer le secteur social aux pourparlers de paix. Le prochain cycle de négociations doit avoir lieu à Cuba en janvier et portera sur la prolongation de la trêve (5).

L'abandon négocié des enlèvements contre rançon est un succès majeur pour le gouvernement de G. Petro : sur 287 enlèvements contre rançon au cours des dix derniers mois, l'ELN a été responsable de 11% et l'EMC de 10%. Selon le ministre colombien de la défense Iván Velásquez, au 7 décembre 2023, trente-huit personnes étaient retenues par l'ELN contre rançon. Le nombre de personnes enlevées contre rançon l'année dernière est le plus élevé depuis la démobilisation des FARC en 2016.

Ronald Lasecki

Soutenez mon travail d'analyse: https://zrzutka.pl/xh3jz5

Notes:

1) En bref : La Colombie augmente le salaire minimum (latinnews.com) (02.01.2024).

2) En bref : La Colombie baisse ses taux d'intérêt (latinnews.com) (02.01.2024).

3) COLOMBIE : Petro et sa corde raide budgétaire (latinnews.com) (02.01.2024)

4) COLOMBIE : Grabe reprend les négociations de paix avec l'ELN (latinnews.com) (02.01.2024).

5) COLOMBIE : L'ELN renonce aux enlèvements (latinnews.com) (02.01.2024).

jeudi, 11 janvier 2024

Amérique latine: élections, migrations et développement des relations avec la Russie

cf62ef63bd63656a00a08c8438364693.jpg

Amérique latine: élections, migrations et développement des relations avec la Russie

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/latinskaya-amerika-vybory-migraciya-i-razvitie-otnosheniy-s-rossiey

L'année 2023 a été marquée par de nombreux événements politiques en Amérique latine. Ces dernières années, les experts de la région ont souvent qualifié la possible revanche des forces de gauche de "vague rose". En Équateur, l'équipe de l'ancien président Rafael Correa a perdu l'élection présidentielle. En Argentine, les péronistes ont perdu face au financier extravagant et admirateur des États-Unis, Javier Miléi, et le pays a plongé dans une nouvelle crise. Des manifestations de rue ont secoué les grandes villes et le peso argentin est devenu l'une des monnaies les moins performantes du monde.

Mais même Luiz Inácio Lula da Silva au Brésil ou Gustavo Petro en Colombie peuvent difficilement être considérés comme des gauchistes classiques, même s'ils se sont réclamés d'un électorat de gauche. On pourrait plutôt les qualifier de populistes de gauche (bien que les droitiers soient généralement accusés de populisme). Gabriel Borich, au Chili, bien qu'appelant à des réformes progressistes, a critiqué la gauche traditionnelle, qualifiant notamment les gouvernements de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua de "dictatures répressives". L'ancien président péruvien Pedro Castillo, qui a spéculé sur les questions sociales et a perdu le pouvoir il y a environ un an après avoir tenté de dissoudre le Congrès et d'imposer un couvre-feu, n'a pas non plus répondu aux espoirs de la gauche (même des soi-disant progressistes). Dina Boluarte, qui l'a remplacé, n'a pas su faire face à la crise. Le centre-gauche Bernardo Arevalo a remporté l'élection présidentielle au Guatemala cette année et prendra ses fonctions le 14 janvier 2024.

-KUAM9NL-_1200x0__1.jpg

Au Paraguay, la droite continue de détenir le pouvoir, Santiago Peña (photo), du parti Colorado, ayant remporté les élections d'avril 2023. Les représentants du même parti ont remporté le plus grand nombre de sièges au Sénat et à la Chambre des députés. En Uruguay, il existe une dynastie politique : l'actuel président Luis Lacaye Pau est le fils de l'ancien président (1990-1995) Luis Alberto Lacaye, qui représente le Parti national, dont l'idéologie est un étrange mélange de conservatisme, de démocratie chrétienne et de social-libéralisme.

Il est donc plus juste de parler non pas d'une "vague rose" ou d'un virage à gauche, mais de tentatives de repenser les processus mondiaux et régionaux actuels, d'une autre articulation de sa propre identité sur fond de crises diverses, y compris idéologiques. Et cette secousse va se poursuivre.

6bb528d405f8920038932c5dd7419087.jpg

En Amérique latine, en 2024, des élections générales auront lieu au Salvador, en Uruguay et au Mexique, et des élections présidentielles se tiendront au Venezuela. La situation au Salvador est assez intéressante, car le président sortant Naib Bukele ne pouvait pas se présenter pour un second mandat, mais avec l'aide de la Cour suprême, il a trouvé une faille juridique et s'est mis en congé prolongé pour revenir en tant que candidat à l'élection présidentielle. Le plus important, bien sûr, ce sont les processus électoraux au Mexique et au Venezuela, où, à en juger par les preuves disponibles et les processus politiques actuels, la continuité sera maintenue.

Nous pouvons également noter les conséquences d'une telle continuité pour le voisin du nord - les caravanes de migrants d'Amérique centrale, ainsi que les cargaisons de fentanyl, de cocaïne et d'autres drogues à destination des États-Unis continueront d'affluer, continuant de saper l'économie, la politique sociale et la sécurité à l'intérieur des États-Unis.

Du côté positif, la continuité gouvernementale se poursuivra à Cuba, au Nicaragua, en Bolivie (malgré la division du parti Mouvement vers le socialisme entre les partisans de l'actuel président Luis Arce et ceux de l'ancien président Evo Morales) et au Venezuela. Le fait que tous ces pays soient membres de l'alliance ALBA, qu'ils s'opposent à l'hégémonie néo-impérialiste des États-Unis et qu'ils développent activement leurs relations avec la Fédération de Russie est révélateur.

0525-DC.jpg

À Cuba, l'Assemblée nationale a confirmé Miguel Diaz-Canel Bermudez (photo) pour un nouveau mandat présidentiel, ce qui a également donné un élan au développement des relations bilatérales entre Cuba et la Russie. De nombreux accords importants avec Cuba ont été signés en 2023. Une usine métallurgique a été lancée sur l'île de la liberté avec l'aide de la Russie, l'infrastructure ferroviaire est en cours de reconstruction, les vols directs ont été rétablis et la carte Mir est devenue opérationnelle. La Russie a également fourni une assistance pour la livraison de produits pétroliers et le ministre russe de la défense, Sergei Shoigu, a annoncé un certain nombre de projets conjoints dans le domaine de la coopération militaro-technique lors de la visite de la délégation cubaine en juin de cette année. Il existe un centre commun de coopération humanitaire sur Liberty Island, similaire à celui de la Serbie (notre partie est responsable du ministère des situations d'urgence), ainsi qu'un observatoire commun.

Au Nicaragua, la coopération la plus active entre nos pays se développe dans les domaines de la médecine, de l'énergie, des communications, de l'industrie, du commerce et de la sécurité. En décembre, Laureano Facundo Ortega Murillo, représentant spécial du président du Nicaragua pour les relations avec la Russie, s'est rendu à Moscou, où de nouveaux accords ont été conclus sur les fournitures directes et l'élargissement de la nomenclature du chiffre d'affaires commercial.

Un centre de recherche nucléaire polyvalent a été inauguré en Bolivie en 2023 avec la participation de Rosatom. Il fournira au pays les produits radio-pharmaceutiques nécessaires et contribuera à la médecine, à l'agriculture, à la science et à l'éducation du pays. En outre, un accord a été signé avec la Russie pour l'extraction du lithium, un élément chimique important pour les besoins de la radio-électronique, de l'industrie spatiale et de l'énergie nucléaire.

162154339-moscou-russie-5-décembre-2020-système-de-paiement-logo-mir-pay-sur-carte-bancaire-éditorial.jpg

La coopération avec le Venezuela se poursuit dans le domaine de la production de pétrole et de gaz, et il est également prévu de mettre en œuvre des projets communs dans les domaines de l'agriculture, de la médecine et du commerce. Dans un avenir proche, la carte russe "Mir" sera lancée dans la République bolivarienne. Tout comme avec Cuba, nos pays ont des liaisons aériennes directes, utilisées principalement par les touristes russes.

Par ailleurs, au début du mois de décembre de cette année, de nombreux pays d'Amérique latine ont commémoré le 200ème anniversaire de la doctrine Monroe, selon laquelle les États-Unis ont commencé à revendiquer une ingérence exclusive dans les affaires des pays d'Amérique latine, ce qui, au cours des 19ème et 20ème siècles, a donné lieu à de nombreuses interventions militaires, à des blocus (qui se poursuivent encore aujourd'hui contre Cuba), à des coups d'État militaires (ou à des tentatives de coups d'État) organisés par la CIA et le département d'État américain, ainsi qu'à toutes sortes d'escroqueries économiques et d'impasses politiques. Aujourd'hui encore, Washington tente de contrôler la région d'une manière ou d'une autre. Au niveau officiel, des projets tels que Build Back Better, qui faisait à l'origine partie de la campagne de propagande de Joe Biden visant à améliorer les infrastructures américaines, mais qui est ensuite devenu un élément de la politique étrangère et qui est clairement dirigé contre le projet chinois "One Belt, One Road", sont proposés. Dans les petits États des Caraïbes, les États-Unis s'intéressent de près à diverses propositions d'énergie dite verte. Parallèlement, des méthodes de hard power sont également utilisées, notamment par le biais du Southern Command du Pentagone et de la motivation à lutter contre le trafic de drogue (à un niveau, la propagande est utilisée contre certains pays et gouvernements, et à un autre niveau, les États-Unis tentent de conclure officiellement des accords intergouvernementaux afin qu'il existe une base juridique pour la présence, l'échange de données, etc.)

Toutefois, la confiance dans les États-Unis est de moins en moins grande, même de la part de leurs partenaires traditionnels dans la région. La rationalité prend le pas sur les formulations abstraites et les vagues promesses du département d'État américain. L'idée que l'Amérique latine dans son ensemble, comme en rêvait Simon Bolivar, peut devenir l'un des véritables centres de la politique mondiale, s'est déjà imposée non seulement dans l'esprit des intellectuels et des élites politiques, mais aussi dans la rue.

lundi, 08 janvier 2024

Venezuela - Guyane : un conflit territorial

l_2023_12_08_022241_xsb39qpvadnehl6y7zrcu4o15j2gimkt8fw_EN_.jpeg

Venezuela - Guyane : un conflit territorial

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/venesuela-gayana-territorialnyy-konflikt

Le référendum organisé le 3 décembre dans la République bolivarienne du Venezuela sur l'appartenance du territoire de l'Esequibo a montré que la majorité des citoyens de ce pays le considèrent comme une partie intégrante de leur pays et estiment nécessaire d'utiliser tous les moyens possibles pour en faire un autre État. Au cours du mois de novembre, les relations entre la Guyane, qui occupe aux deux tiers le territoire contesté d'Esequibo, et le Venezuela se sont envenimées. Les États-Unis ont également réagi, mais manifestement avec retenue, car la veille, un certain nombre de sanctions avaient été levées à l'encontre du Venezuela, à la suite de l'accord politique conclu entre les autorités et l'opposition. Cependant, les actions ultérieures des dirigeants vénézuéliens ont montré une position décisive.

Lors d'une réunion avec son gouvernement, le président Nicolas Maduro a ordonné "l'ouverture immédiate du débat à l'Assemblée nationale et l'adoption d'une loi organique visant à faire de la "Guyane Esequiba" un État vénézuélien". Il a également demandé à la compagnie pétrolière publique PDVSA de "créer l'unité PDVSA-Esequibo" et d'accorder immédiatement des licences d'exploitation pour le pétrole brut, le gaz et les minéraux dans l'Esequibo, qui est contrôlé par la Guyane mais revendiqué par Caracas.

11168832-800x600.jpg

Maduro a également ordonné la création d'une "zone de défense intégrée" située dans la ville de Tumerero, dans l'État de Bolivar (sud) et limitrophe de la zone contestée. Tumerero sera la capitale temporaire du nouvel État.

Dans cette petite ville, la délivrance de documents pour les résidents de la zone contestée d'Esequibo [i] a déjà commencé. Elle compte environ 125.000 habitants.

Le territoire contesté comprend deux petites villes, Lethem et Mabaruma, qui comptent chacune un peu plus d'un millier d'habitants. Elles ne jouent pas un rôle important dans l'économie de la Guyane.

La position du Venezuela dans le conflit bilatéral est que la voie du dialogue direct entre les parties est la seule solution dans le contexte du respect de l'Amérique latine et des Caraïbes en tant que zone de paix. D'ailleurs, la position de la Russie à cet égard coïncide: il devrait y avoir un dialogue direct entre les deux parties.

Guyana_President_Mohamed_Irfan_Ali_1658795906421_1658795906637_1658795906637.jpg

De son côté, le président de la Guyane, Mohamed Irfaan Ali (photo), a déclaré qu'il n'avait pas l'intention de céder le territoire et que, si nécessaire, il demanderait l'aide du commandement sud des États-Unis.

Le 14 décembre 2023, une réunion prévue entre les deux chefs d'État s'est tenue à Saint-Vincent pour discuter de la question. Outre les chefs d'État du Venezuela et de la Guyane, les premiers ministres de la Dominique, de la Grenade, de Sainte-Lucie, de la Barbade, des Bahamas et de Trinité-et-Tobago étaient les principaux participants. Étaient également présents Courtney Rattray, chef de cabinet de l'ONU, et Miroslav Jenča, secrétaire général adjoint de l'ONU pour l'Europe, l'Asie centrale et les Amériques [ii].

Les parties ont convenu de ne pas utiliser la force directement ou indirectement en toutes circonstances, d'adhérer au concept de paix dans les Caraïbes, d'aller de l'avant avec le dialogue et la diplomatie, mais ont également rappelé l'accord de Genève de 1966 sur la nécessité de résoudre les différends [iii].

La doctrine Monroe et les échos du colonialisme

Bien sûr, dans une position de souveraineté, aucun État ne voudrait céder son territoire à un autre, qu'il s'agisse d'un rocher sans vie au large ou de dizaines de milliers de kilomètres de territoire avec des ressources naturelles dans ses profondeurs (l'Esequibo couvre 160.000 kilomètres carrés). Cependant, le cas du Venezuela et de la Guyane est une relique typique de l'ère coloniale, causée par les politiques des États européens, principalement de la Grande-Bretagne. À cela s'ajoute l'intervention des États-Unis qui, en 1823, ont déclaré que "l'Amérique est pour les Américains", c'est-à-dire les citoyens des États-Unis et non ceux des autres pays de l'hémisphère occidental.

Robert_Schomburgk_(IZ_44-1865_S_228_E_G).jpg

Après avoir acheté cette partie du territoire aux Pays-Bas en 1814, les Britanniques n'ont pas fixé la frontière avec le Venezuela voisin, mais ont spontanément établi la limite de leurs possessions. En 1841, Robert Hermann Schomburgk (illustration), géographe et ethnographe d'origine prussienne, a été chargé par la couronne britannique de cette tâche. Cependant, les frontières ont été tracées à titre préliminaire et non définitif, c'est pourquoi elles ont été appelées "ligne Schomburgk". Par ailleurs, les autres voisins de la Guyane britannique, le Brésil et le Suriname, n'avaient pas non plus de frontières mutuellement reconnues à l'époque. La question a été résolue avec le Brésil au début du 20ème siècle, mais le Suriname revendique toujours une partie de la Guyane.

Tout cela rappelle des actions similaires des Britanniques dans d'autres parties du monde : la ligne Durand entre l'Afghanistan et le Pakistan n'est toujours pas reconnue comme une frontière du côté afghan, et l'occupation de Gibraltar est qualifiée par les Espagnols eux-mêmes de dernière colonie en Europe.

L'affaire a alors été portée devant la Cour d'arbitrage de Paris, qui a tranché le litige en faveur de l'Angleterre. Le Venezuela n'était pas satisfait de cette décision. Cependant, même cette décision de 1899 n'était pas définitive et déterminait que la frontière terrestre entre le Venezuela et la Guyane devait être respectée jusqu'à ce que les parties parviennent à un nouvel accord ou qu'un organe juridique compétent en décide autrement.

Au milieu du 20ème siècle, le "Mémorandum Severo Mallet-Prevost", un juriste américain, a été rendu public, affirmant que "les juges n'étaient pas impartiaux". Les documents historiques montrent la présence manifeste de l'Espagne, puis d'un nouvel État (d'abord la Grande Colombie, puis le Venezuela) sur le territoire de l'Essequibo, et la frontière avec les possessions hollandaises, puis britanniques, longe une ligne de partage des eaux naturelle - la rivière Essequibo (la rivière a deux "s" dans son nom, alors que le territoire n'en a qu'un seul - note de l'auteur).

Mais si vous regardez la carte de la Guyane et du fleuve Essequibo, vous verrez clairement que le territoire contesté représente en fait les deux tiers de la taille du pays, de sorte que la réaction du président de la Guyane, Mohamed Irfaan Ali, aux actions du Venezuela est tout à fait prévisible.

La réaction du président de la Guyane, Mohamed Irfaan Ali, aux actions du Venezuela est donc tout à fait prévisible. Les Britanniques eux-mêmes ont reconnu l'existence d'un différend lorsqu'ils ont accordé l'indépendance et la souveraineté à la Guyane en 1966.

L'accord de Genève entre le Venezuela et la Grande-Bretagne pour le règlement des différends du 17 février 1966 utilise le terme de frontière entre le Venezuela et la Guyane britannique. Dans le langage juridique, une frontière est une limite mobile.

Venezuela-invita-a-Guyana-a-retomar-negociaciones-sobre-la-Guayana-Esequiba.jpeg

La Guyane, même après son indépendance, avait déjà essayé de "revendiquer" le territoire contesté pour elle-même. Par exemple, le Premier ministre et président de la Guyane, Forbes Burnham, a fait appel aux Nations unies en 1968 au sujet des revendications du Venezuela sur un territoire contesté pouvant aller jusqu'à 12 miles. En mars 2018, la Guyane a intenté un procès à la Cour internationale de justice, lui demandant de reconnaître la légalité et la validité de l'arbitrage de 1899.

Bien que le Venezuela ait agi, il n'a pas été très actif en raison des dirigeants américano-centrés au pouvoir. Et tant que les entreprises américaines produisaient du pétrole au Venezuela même, l'establishment néolibéral en avait assez.

Il convient de rappeler qu'en 1948 a été créée l'Organisation des États américains, qui reste en fait un instrument de la politique de Washington dans les pays ibéro-américains et une continuation de la doctrine Monroe. Dans ce cadre, les États-Unis ont aplani les contradictions naissantes. Et si quelque chose menaçait leurs intérêts, les escadrons de la mort et les coups d'État menés par la CIA étaient utilisés, comme ce fut le cas au Chili en 1973.

À propos, un fait intéressant : le 8 novembre 1978, dans la communauté de Johnstown, en Guyane, 918 membres de la secte "Temple des Nations", dirigée par Jim Jones, se sont suicidés en masse. Parmi les morts figurait Leo Ryan, membre du Congrès américain. On pense que la CIA était également derrière ce suicide.

la-maladie-le-rattrape-a-la-fin-de-l-annee-2010-elle-m-a-ete-injectee-par-mes-ennemis-les-imperialistes-accuse-t-il-1362528198.jpg

L'ère du chavisme

La situation a changé sous la présidence d'Hugo Chavez. C'est sous lui que l'Esequibo, bien que symboliquement, a été associé au Venezuela - sous la forme d'une huitième étoile supplémentaire sur le drapeau de l'État (le drapeau a été modifié en 2006).

Mais des actions plus actives ont commencé à être menées par le gouvernement Maduro, alors même qu'il était sous le coup de sanctions américaines et européennes. En novembre 2019, la Cour suprême du Venezuela a créé le 1er Congrès de la Mission Esequibo, qui a pour "objectif de partager les connaissances et d'encourager le débat à un niveau académique, historique et juridique élevé sur une question pertinente pour l'État vénézuélien et ses citoyens." Lors de l'événement, qui s'est tenu dans la salle principale de la Cour supérieure de justice, le juge Moreno a déclaré qu'"en tant que plus hauts représentants du pouvoir public, nous avons l'intention de tout mettre en œuvre pour rendre à notre chère République ce qui est conforme à la justice, à l'histoire et au sentiment patriotique, c'est-à-dire notre territoire". Au cours de son discours, il a déclaré que l'Esequibo est une question sur laquelle l'État, par le biais des différentes institutions qui composent le pouvoir public national, a encouragé ces dernières années des arguments sérieux afin que tous les habitants du Venezuela et du monde comprennent qu'elle appartient au Venezuela et qu'ils sont absolument convaincus qu'elle ne sera pas négociable dans le cadre d'un accord autre que celui qui est conforme à la justice et à la tradition historique [iv].

Dès 2023, lorsque les États-Unis ont levé certaines des sanctions imposées au Venezuela, Caracas est passé à l'action en commençant à préparer un référendum.

Le 30 octobre 2023, la Guyane, invoquant l'article 41 du Statut et les articles 73 et 74 du Règlement de la Cour, a déposé auprès de la Cour internationale de justice des Nations unies à La Haye une requête en indication de mesures conservatoires. Dans sa requête, la Guyane déclare que "le 23 octobre 2023, le gouvernement du Venezuela, par l'intermédiaire de son Conseil national électoral, a publié une liste de cinq questions qu'il envisage de soumettre au peuple vénézuélien lors d'un... "Référendum consultatif" le 3 décembre 2023". Selon le demandeur, l'objet de ces questions, qui sont exposées au paragraphe 15 ci-dessous, est "d'obtenir des réponses qui appuieraient la décision du Venezuela d'abandonner la présente procédure et de recourir plutôt à des mesures unilatérales pour "résoudre" le différend avec le Guyana en annexant et en intégrant officiellement au Venezuela la totalité du territoire faisant l'objet de la présente procédure, qui comprend plus des deux tiers du Guyana."

À la fin de sa requête, la Guyane demande à la Cour d'indiquer les mesures conservatoires suivantes :

    - Le Venezuela ne doit pas organiser le référendum consultatif prévu pour le 3 décembre 2023 sous sa forme actuelle ;

    - En particulier, le Venezuela ne doit pas inclure la première, la troisième ou la cinquième question dans le référendum consultatif ;

    - Le Venezuela n'inclura pas non plus dans le " Référendum consultatif " prévu ou dans tout autre référendum public toute question impliquant des problèmes juridiques devant être déterminés par la Cour dans son jugement sur le fond, y compris (mais sans s'y limiter) :

        - la validité et l'effet contraignant de la sentence de 1899 ;

        - la souveraineté sur le territoire compris entre le fleuve Essequibo et la frontière établie par la sentence de 1899 et l'accord de 1905 ; et

        - la prétendue création de l'État de "Guayana Essequibo" et toute mesure connexe, y compris l'octroi de la citoyenneté vénézuélienne et de cartes d'identité nationales.

    - Le Venezuela ne doit entreprendre aucune action visant à préparer ou à autoriser l'exercice de la souveraineté ou du contrôle de facto sur tout territoire attribué à la Guyane britannique dans la sentence arbitrale de 1899.

    - Le Venezuela doit s'abstenir de toute action susceptible d'aggraver ou de prolonger le différend porté devant la Cour ou d'en rendre le règlement plus difficile.

Le 1er décembre 2023, la Cour internationale de justice a décidé d'adopter les mesures conservatoires suivantes :

    - À l'unanimité, en attendant une décision finale en l'espèce, la République bolivarienne du Venezuela s'abstient de prendre toute mesure susceptible de modifier la situation qui prévaut actuellement dans le territoire contesté et en vertu de laquelle la République coopérative de Guyana administre et contrôle la zone ;

    - À l'unanimité, les deux parties s'abstiennent de toute action susceptible d'aggraver ou de prolonger le différend porté devant la Cour ou d'en rendre le règlement plus difficile [v].

Dès la fin du référendum, lors d'une émission télévisée en direct, le président de la Guyane, M. Ali, a présenté une approche à multiples facettes impliquant un engagement diplomatique avec des alliés et des amis dans la région, y compris le ministère américain de la défense, le département d'État et la Maison Blanche. Il a évoqué l'engagement avec des organisations régionales telles que la Caricom, la CELAC et l'OEA, soulignant la "large coalition internationale mobilisée pour empêcher les actions irréfléchies du Venezuela". "Nous travaillons actuellement avec le SOCOM (United States Southern Command) et le ministère américain de la défense", a déclaré le président Ali.

Il a fait état d'une conversation avec le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, qui l'a assuré du "soutien ferme" du Brésil et de son opposition aux actions du Venezuela. "Nous ne pouvons pas permettre une situation comme celle de l'Ukraine dans l'hémisphère occidental. Nous ne pouvons pas permettre l'annexion de territoires dans cet hémisphère occidental", a-t-il déclaré [vi].

Les tentatives de comparaison avec la Crimée ou les nouveaux territoires de l'ancienne Ukraine sont bien sûr peu pertinentes, car la situation est asymétrique. Les régions de Crimée, Donetsk, Louhansk, Kherson et Zaporizhzhya ont organisé des référendums sur l'adhésion à la Russie. Les 125 000 Guyanais qui pourraient devenir vénézuéliens ne représentent pas un nombre important que Caracas peut facilement gérer en l'intégrant dans son cadre juridique. En matière de politique sociale, avec son expérience de divers programmes, le Venezuela l'emportera facilement sur la Guyane, compte tenu de la pauvreté relative de la majorité de sa population. La Guyane compte 795.408 habitants (chiffres de 2022), dont 30% vivent dans la capitale, Georgetown. Le Venezuela pourra donc se légitimer assez facilement aux yeux des communautés dispersées dans l'Esequibo. On sait qu'une école et un hôpital sont déjà en cours de construction dans les zones frontalières avec le Venezuela, sous la protection de l'armée vénézuélienne. La délivrance de passeports et probablement quelques aides matérielles suivront.

AdobeStock_298739374_655x335px_72dpi.jpg

Intérêts économiques

La décision de mettre fin à ce différend territorial a peut-être été influencée par la croissance extrêmement convaincante de l'économie guyanaise au cours des dernières années. Il s'agit de l'une des croissances les plus rapides au monde, malgré les effets de l'après-courbette et les soi-disant perturbations de la chaîne d'approvisionnement qui ont affecté la plupart des pays. La croissance du PIB de la Guyane a été de 19,9% en 2021 et de 62,3% en 2022. En 2023, elle devrait être d'environ 37%. L'un des principaux moteurs de l'économie guyanaise est le pétrole, dont d'importants gisements ont été découverts au large des côtes en 2015, et dont la première production commencera fin 2019. Des sociétés telles que Shell, Total et Mobil sont présentes en Guyane depuis l'époque britannique. Bien que les principaux revenus tirés de la production pétrolière (les exportations du pays comprennent également le sucre, l'or, la bauxite, l'alumine, le riz, les crevettes, la mélasse, le rhum, le bois et les conteneurs d'expédition ferroviaire) en Guyane soient générés par un petit groupe d'individus et de fonctionnaires corrompus, il n'en reste pas moins que dans le cas présent, le principal bénéficiaire est le gouvernement.

Mais dans ce cas, le principal bénéficiaire est la société américaine Exxon Mobil. Ce n'est pas une coïncidence si, sous l'administration de Barack Obama, cette société a commencé à mener des opérations actives liées au pétrole des Caraïbes. Il est également révélateur que le président d'Exxon Mobil de l'époque, Rex Tillerson, soit devenu secrétaire d'État sous Donald Trump. En fait, on peut dire que si les intérêts de la Grande-Bretagne en Guyane étaient auparavant motivés par les réserves d'or, le pétrole est devenu une ressource tout aussi précieuse.

Dans ce cas, selon l'accord, la Guyane reçoit 60% des bénéfices et 40% sont prélevés par les États-Unis. Habituellement, dans ce type d'accord, l'État où la production a lieu conserve 75 %. Et selon la position vénézuélienne, la concession est située dans des eaux contestées. En même temps, il y a un petit détail : selon l'US Geological Survey, la deuxième plus grande zone pétrolifère en termes de réserves de pétrole non découvertes, le bloc Stabroek, est situé sur le plateau de l'Esequibo. Les estimations des ressources récupérables du bloc ont d'abord atteint 5 milliards de bep (barils équivalent pétrole), avant d'être portées à 11 milliards de bep.

Si l'on imagine un affrontement armé, la Guyane n'a aucune chance. Les forces armées de la Guyane (forces d'autodéfense) comptent un peu plus de quatre mille hommes. Le Venezuela compte 123.000 militaires et 8000 réservistes. De plus, il faut tenir compte de l'élan patriotique général, car même l'opposition de droite considère l'Esequibo comme faisant partie du Venezuela.

Puisqu'il s'agit de contrôler le plateau pétrolier, les forces navales joueront un rôle essentiel. Il a déjà été annoncé qu'une nouvelle base de la marine vénézuélienne serait construite près de la frontière guyanaise. Le Venezuela possède deux sous-marins, six frégates lance-missiles et six patrouilleurs équipés de missiles et de canons, quatre grands navires de débarquement et un certain nombre d'autres navires auxiliaires. En outre, l'armée de l'air vénézuélienne dispose de plus de deux douzaines de chasseurs-bombardiers Su-30MKV, ainsi que d'avions américains. La flotte d'hélicoptères comprend des modèles français et russes.

Enfin, il existe également un sous-texte politique interne. Beaucoup considèrent le référendum comme une sorte de mobilisation de l'équipe chaviste avant les élections présidentielles de 2024. Ils ont besoin non seulement de nouveaux points, mais aussi de suivre l'humeur de la population afin de répondre rapidement aux aspirations et aux critiques du peuple vénézuélien.

Notes :

i - www.jamaicaobserver.com  

ii - venezuela-news.com 

iii - www.telesurtv.net 

iv - mppre.gob.ve 

v - www.icj-cij.org 

vi - guyanachronicle.com

jeudi, 04 janvier 2024

Argentine: l'ombre du faucon libéral Milei

JAVIER MILEI para CM.jpg

Argentine: l'ombre du faucon libéral Milei

par Carlos Peryra Mele

Source : Federico Dal Cortivo & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/argentina-l-ombra-del-falco-liberista-milei

Propos recueillis par Federico Dal Cortivo

Interview du Professeur Carlos Peryra Mele, membre du Centro de Estudios Estratégicos Suramericanos et directeur du groupe Geopolitical Dossier.

1) Professeur Peryra Mele, Javier Milei est devenu président de l'Argentine avec 55,95% des voix. Vous attendiez-vous à cette victoire au second tour ?

carlos-a.-pereyra-mele1.pngUne victoire de l'opposition était prévisible, car les raisons de la crise actuelle du système politique argentin et la fatigue de la population sont étroitement liées, par exemple, à la faible participation au moment du vote (en Argentine, le vote est obligatoire).

De plus, les pourcentages sont tout à fait relatifs, selon la manière dont on veut les considérer, bien qu'ils s'additionnent: absentéisme, bulletins blancs, bulletins observés et votes pour le candidat de l'UxP Massa, 6 Argentins sur 10 n'ont PAS voté pour Milei, il n'y a pas de chèque en blanc.

2) Selon vous, quelles sont les principales raisons qui ont conduit à la défaite du candidat péroniste modéré et à la victoire de Milei ?

La politique est l'art de diriger et s'il y a une chose que la coalition gouvernementale n'a pas su faire, c'est bien cela, et les contradictions internes et les affrontements permanents entre le président et le vice-président (qui vient de le déclarer dans une interview avec Alberto Fernandez). Ordres et contre-ordres égalent DESORDRES, et c'est là que se trouve la clé principale, à savoir la gestion des variables macroéconomiques et celles de l'économie quotidienne accumulées par la crise qui nous amène à avoir une inflation très élevée (dépassant 120% sur une base annuelle) et un frein aux importations, à laquelle il faut également ajouter le confinement pendant un an dans le cadre de la pandémie de Covid 19. A cela s'ajoute une sécheresse (la pire jamais enregistrée en Argentine) qui a affecté le secteur productif, et les effets de la guerre en Ukraine (avec les problèmes de semences et d'engrais) sont des arguments solides mais non définitifs, car le gouvernement Fernandez n'a pas respecté l'accord électoral de révision de la dette extérieure asphyxiante, la mauvaise gestion de l'administration Macri avec le FMI et de nombreuses autres défaillances de la gestion gouvernementale, et une presse d'opposition qui n'a jamais collaboré pour apporter une solution alternative, mais qui au contraire a approfondi le chaos politique. ... se termine par ce résultat électoral

3) Milei est décrit comme l'étoile montante du libéralisme de droite, quels sont les points de son programme à cet égard ?

Sur ce point, je serai clair et concret, nous avons vécu une semaine "dangereuse" depuis la victoire de Javier Milei, et aujourd'hui, alors que je réponds à votre questionnaire, la seule perception est que la lutte pour la formation du cabinet de Milei s'intensifie principalement entre les différents groupes d'intérêts économiques. Par conséquent, il n'est pas possible d'arriver à une conclusion sérieuse sur ce que sera le "véritable" programme du gouvernement, étant donné que les personnes prétendument convoquées changent et, quelques heures plus tard, n'occupent pas le poste supposé... par exemple: M. Milei a déclaré que S.S le Pape François était le représentant du malin. On sait maintenant que Milei s'est excusé auprès du pape dans l'interview qu'il a accordée plus tard dans la semaine. La liste des changements se poursuit, notamment dans le domaine très important et fondamental de la politique étrangère argentine, en particulier avec nos principaux partenaires commerciaux que sont le Brésil et la Chine... C'est pourquoi s'exprimer sur ces points de son programme politique relève plus de l'art de la divination que de la certitude.

31281307563.jpg4) Le concept de "Nuestra America", tel que défini par José Martí, avance et recule, comment Milei va-t-il se positionner par rapport aux autres Etats du continent ?

Il s'agit d'une autre alternative qu'il est presque impossible d'analyser et à laquelle il est impossible de répondre avec certitude aujourd'hui, car l'Argentine ne peut pas rester isolée ou entretenir des relations uniquement avec des pays dont les régimes ne respectent pas les droits de l'homme, comme le Pérou de Mme Boluarte, ni attaquer notre principal partenaire stratégique, le Brésil, qui est aujourd'hui dirigé par le président Lula Da Silva (ndlr : hier, la supposée ministre des affaires étrangères du gouvernement de Milei, Mme Mondino, est arrivée officieusement à Brasilia pour inviter le président Lula à l'investiture présidentielle du 10 décembre) et un autre président de notre région, Luis Lacalle Pou de l'Uruguay, revient d'un voyage réussi au cours duquel il a signé des accords économiques très importants avec la Chine populaire et est l'un des présidents les plus à droite de la région (ce qui contredit le discours de Milei selon lequel il ne faut pas négocier avec "les communistes et/ou les socialistes").

5) Quel sera, selon vous, l'impact sur la politique étrangère, à la fois par rapport aux États-Unis et à l'Occident dans son ensemble, et par rapport aux BRICS+, que l'Argentine a rejoints à partir de 2024 ?

Je pense que l'Argentine devrait faire partie des BRICS+ (ce sera une relation discrète) et je le répète jusqu'à ce que Milei prenne ses fonctions, nomme son cabinet de secrétaires et de ministres et prononce son discours inaugural devant le corps législatif le même jour. Tout ce que nous pouvons dire aujourd'hui, ce sont des conjectures et quelques pronostics, mais sans certitude, alors que le ballet des noms des postes à pourvoir dans son administration a commencé et qu'il y a peu de chances qu'ils soient occupés par les personnes proposées, tout est ouvert..... Le président élu s'est rétracté sur beaucoup de choses (ou peut-être a-t-il été contraint de se rétracter, mais cela m'échappe). Nous continuerons donc à vivre dans l'incertitude, ce qui limite chaque jour un peu plus la capacité d'action du nouveau président.

Argentine : la thérapie de choc et les obstacles qui l'entravent

beymedias.brightspotcdn.jpg

Argentine: la thérapie de choc et les obstacles qui l'entravent

Ronald Lasecki

Source: https://ronald-lasecki.blogspot.com/2023/12/argentyna-terapia-szokowa-i-przeszkody.html?fbclid=IwAR0t9JUOmVPcXGIGZuqh31jOkGWILf6-t-JQo7t2NXAipY8prVCZfRixcjY

Le nouveau président argentin Javier Milei commence à rencontrer des résistances dans la mise en œuvre de son programme de choc économique libertaire. Le 21 décembre, des manifestations "avec des casseroles" ont eu lieu dans plusieurs endroits de Buenos Aires et d'autres villes argentines. La ministre de la sécurité du gouvernement de J. Milei (et ancienne contre-candidate aux élections présidentielles), Patricia Bullrich, tente de contrer les protestations en augmentant la présence policière dans les rues et en adoptant un protocole visant à sanctionner sévèrement les barrages routiers.

Dévaluation du peso

Auparavant, dans le cadre de la politique gouvernementale, le ministre de l'économie Luis Caputo a annoncé le 12 décembre une dévaluation de 54% du peso argentin et un programme d'austérité fiscale. Ces mesures visent à freiner l'hyperinflation (143% en glissement annuel) et le déficit budgétaire (5,5% du PIB), que le ministre a identifiés dans son discours inaugural comme les principales causes des problèmes économiques de l'Argentine. M. Caputo a également souligné le manque criant de devises étrangères, répétant les mots "Il n'y a pas d'argent" qui reviennent souvent dans le discours de la nouvelle administration.

impacto.jpg

La décision du ministre de l'économie a été saluée par le Fonds monétaire international (FMI), à qui l'Argentine doit 44 milliards d'euros et par la Banque interaméricaine de développement (BID), dont le président Ilan Goldfajn a exprimé son soutien. Le ministre L. Caputo a déclaré à leur satisfaction que l'Argentine devait traiter non pas les "symptômes" (le déficit budgétaire), mais les "causes" ("l'addiction de l'Argentine au déficit").

Le nouveau chef du ministère de l'économie entend réduire le volume des dépenses publiques à l'équivalent de 2,9% du PIB en réduisant les subventions aux transports et à l'énergie, en minimisant les transferts fédéraux aux provinces, en réduisant les prestations sociales et les pensions, en réduisant le nombre de ministères de 18 à 9 et celui des départements ministériels de 106 à 54, en supprimant les appels d'offres pour les travaux publics, que L. Caputo a identifiés comme l'un des principaux centres de corruption.

Selon le nouvel occupant du Palacio de Hacienda, la dévaluation du peso devrait accroître la rentabilité des exportations (et donc de la production) et la quantité de dollars américains dans l'économie. L'Argentine va également augmenter temporairement les taxes à l'importation et maintenir le taux d'imposition actuel sur les exportations non agricoles, ce qui devrait permettre d'égaliser la charge fiscale pour tous les secteurs de l'économie et de mettre fin à la discrimination à l'encontre du secteur agricole.

Les licences d'importation du gouvernement seront réexaminées et les taxes à l'exportation, qui, selon L. Caputo, nuisent à l'agriculture argentine, seront finalement supprimées. Pour minimiser les coûts sociaux immédiats de la thérapie de choc, la valeur des cartes d'alimentation du gouvernement (Tarjeta Alimentar) sera augmentée de 50% et les allocations familiales (Asignación Universal por Hijo) seront doublées, ce qui profitera aux 40% de la population argentine qui vivent dans la pauvreté.

Mercredi 13 décembre, Santiago Bausili, président du Banco Central de República Argentina (BCRA) nommé par L. Caputo, a annoncé des mesures de politique monétaire, des taux d'intérêt et de la dette. Le président J. Milei avait auparavant indiqué que la liquidation de Leliq, l'instrument de dette à court terme de la BCRA libellé en peso, était une priorité (1).

le-slogan-presidentiel-de-javier-milei-vive-la-liberte-bordel-photo-sipa-natacha-pisarenko-1700502768.jpg

Décret d'urgence

Le mercredi 20 décembre, le président J. Milei a signé le Decreto de necesidad y urgencia (DNU) qui introduit une vaste déréglementation de l'économie argentine en 366 réformes détaillées. Le président a annoncé la signature du décret dans une allocution télévisée, entouré des membres de son cabinet. Il a souligné que ses prédécesseurs lui avaient laissé un État hypertrophié et inflationniste. Le décret vise à réduire les facteurs inflationnistes en limitant le rôle de l'État argentin dans l'économie.

Les entreprises publiques doivent être privatisées, les secteurs économiques déréglementés et le contrôle des prix aboli. Il s'agit d'un plan de stabilisation comprenant l'adaptation fiscale, l'alignement des politiques de change sur les taux de change réels et une politique monétaire pour guérir la banque centrale. M. Milei est ainsi revenu sur les annonces de sa campagne électorale concernant l'abolition de la BCRA.

Les mesures préliminaires comprennent la préparation des entreprises publiques à la privatisation, la déréglementation des secteurs du tourisme et de l'accès à l'internet par satellite, l'abrogation des lois réglementant les locations immobilières, le secteur minier, les prix des matières premières, le commerce foncier, ainsi que la réforme du code des douanes pour intensifier le commerce extérieur, les réformes de la santé, le code civil et le code du commerce.

La DNU mentionne la compagnie aérienne publique Aerolíneas Argentinas parmi les entreprises dont la propriété doit être transférée en totalité ou en partie à des entités privées (2). La possibilité que l'équipe de J. Milei privatise l'entreprise stratégique Yacimientos Petrolíferos Fiscales (YPF S.A.), qui contrôle l'exploitation des gisements de lithium du pays, suscite des inquiétudes (3).

Obstacles politiques et juridiques

Les décrets du 12 décembre et du 20 décembre resteront en vigueur jusqu'à leur éventuelle révocation par les deux chambres du Congrès national: la Chambre des députés, composée de 257 membres (où le parti présidentiel La Libertad Avanza compte 38 députés, soit 15% des sièges) et le Sénat, composé de 72 membres (où l'ALL compte 7 députés, soit 10% des sièges). Une telle annulation est très probable, car l'administration Milei n'a pas consulté les députés des chambres avant d'annoncer le DNU, s'aliénant ainsi, pour ainsi dire, ses alliés potentiels dès le début du projet.

000_33WM48B.jpg

Les partis d'opposition centristes et de gauche ont réagi négativement au DNU. Le président de la représentation au Sénat de la coalition péroniste Unión por la Patria, José Mayans, du Partido Justicialista, a qualifié le DNU de "vente du pays" au profit d'une petite minorité. Le prédécesseur de M. Milei à la tête de l'État, Alberto Férnandez (2019-2023), a accusé l'actuel président d'avoir "abusé de son pouvoir" en promulguant le décret. Le maire de centre-droit de Buenos Aires (2015-2019), Horacio Rodríguez Larreta, a remis en question la légitimité constitutionnelle et juridique de la DNU.

Comme nous l'avons déjà indiqué, il existe également des doutes quant à la mesure dans laquelle la DNU répond réellement aux critères de "nécessité" ("necesidad") et d'"urgence" ("urgencia") contenus dans son nom et s'il ne s'agit pas d'une usurpation de la compétence législative par le président. L'efficacité de la DNU sera également réduite par la nécessité de promulguer une loi pour la mettre en œuvre.

Obstacles dans la rue

Comme nous l'avons mentionné au début, l'opposition à la DNU afflue également dans les rues des villes argentines. Toutefois, jusqu'à présent, les manifestations n'ont pas atteint l'ampleur escomptée par les initiateurs. Le Polo Obrero, parti de gauche, a appelé à des discours de rue. Cependant, la manifestation du 20 décembre n'a probablement pas attiré les 50.000 participants annoncés; selon les chiffres du gouvernement, les manifestants devaient être environ 3000 à Buenos Aires.

La Confederación General del Trabajo, principal syndicat du pays et allié aux péronistes, aujourd'hui dans l'opposition, a jusqu'à présent adopté une attitude attentiste, mais l'ambiance devrait se durcir. Une grève générale est donc possible en Argentine en janvier.

En revanche, la déréglementation a été bien accueillie par le capital: le syndicat des industriels Unión Industrial Argentina, qui apprécie particulièrement la suppression de l'impôt sur les salaires et la flexibilité accrue du marché du travail, et l'Asociación Empresaria Argentina, qui regroupe les dirigeants des plus grandes entreprises. Sur le marché boursier argentin, suite à l'annonce du plan de L. Caputo et du DNU, les cours des actions et des obligations d'État ont augmenté (4).

Obstacles sur la scène internationale

En revanche, le positionnement international de la nouvelle équipe au pouvoir en Argentine pourrait s'avérer compliqué. Le président chilien de gauche Gabriel Boric, le président ukrainien Volodymyr Zelenski, autrefois proclamé libertaire (avec lequel J. Milei a échangé des mots chaleureux), le Premier ministre hongrois conservateur Viktor Orbán (avec lequel V. Zelenski a échangé des mots inamicaux) et l'ancien président brésilien (2019-2023) Jair Bolsonaro, entre autres, sont apparus lors de la cérémonie de prestation de serment de J. Milei. Cependant, le président brésilien sortant Luiz Inácio Lula da Silva ne s'est pas présenté, envoyant à la place son ministre des affaires étrangères Mauro Vieira - c'est la première fois en quarante ans qu'un président brésilien n'assiste pas à la prestation de serment d'un président argentin.

La nouvelle équipe n'a pas non plus hésité à faire des faux pas dans les relations avec la Chine. M. Milei a rappelé l'ancien ambassadeur de Buenos Aires à Pékin sans en nommer un nouveau pendant plusieurs jours. En réponse, la République populaire de Chine a convoqué son représentant dans la capitale argentine, Wang Wei. La Casa Rosada a tenté de sauver la situation en envoyant à Pékin le diplomate professionnel Marcel Suárez Salvia, anciennement en charge d'un avant-poste à Trinité-et-Tobago, mais les conséquences négatives du mépris des partenaires chinois ne pouvaient plus être contenues.

Buenos Aires bénéficie d'un prêt record du FMI. Son accès aux marchés financiers occidentaux étant fermé depuis 2018, elle rembourse les intérêts avec des fonds fournis par la Chine. Après son accession à la présidence, J. Milei a envoyé une lettre privée à Xi Jinping à ce sujet. La dégradation des relations politiques avec la Chine, entamée du côté argentin, a cependant conduit Pékin à suspendre un accord de swap de 6,5 milliards d'USD entre la BCRA et la Banque centrale chinoise, dont la mise en œuvre aurait permis à Buenos Aires de développer des réserves de devises fortes d'ici la fin 2024.

Cependant, pendant la campagne électorale, J. Milei avait déjà annoncé qu'il souhaitait rompre toutes les relations avec la Chine, qui, selon lui, est un pays communiste et "dépourvu de liberté". Après la prestation de serment de J. Milei, une délégation diplomatique chinoise dirigée par l'ambassadeur Wang Wei s'est rendue à la Casa Rosada. Les Chinois ont alors annoncé que le nouveau président "attache de l'importance aux relations bilatérales et adhérera au principe d'une seule Chine", mais ces propos n'ont pas été confirmés par la partie argentine. Au sein de l'administration du nouveau président, la ministre des affaires étrangères Diana Mondino est partisane d'une politique idéologique éloignant Buenos Aires de Pékin. En revanche, le ministre de l'économie L. Caputo (5) est partisan d'une politique moins idéologique et plus réaliste.

f638x638-1454091_1512258_4233.jpeg

Une période difficile pour l'Argentine

Milei lui-même, dans son discours d'investiture du 10 décembre devant les deux chambres du Congrès, prévoyait une inflation de 15.000%, des déficits financiers et fiscaux de 17% du PIB, un taux de pauvreté de plus de 45%. Selon le nouveau président, la thérapie de choc devrait conduire à la stagflation (stagnation économique et forte inflation), frappant l'activité économique, l'emploi, les salaires réels et le taux de pauvreté. Selon le nouveau président, l'Argentine, pour se relever, doit avoir atteint le creux de la vague économique.

La "douleur perçue" suite à la mise en œuvre du programme de la nouvelle administration a également été annoncée par le porte-parole présidentiel Manuel Adorni. Les priorités du nouveau gouvernement seront la cessation de l'émission d'argent non garanti, que le nouveau président de la BCRA, S. Bausili, devra assurer. Le déficit budgétaire doit, selon M. Adorni, être éliminé d'ici la fin de l'année 2024 (6). Le président lui-même, interrogé lors d'une interview à la radio sur ses premières réformes, a répondu : "Je vous préviens, il y en aura d'autres !".

Ronald Lasecki

Notes:

1) ARGENTINE : Le gouvernement de Milei dévoile des mesures de choc économique (latinnews.com) (30.12.2023).

2) ARGENTINE : Milei entame une démarche de dérégulation (latinnews.com) (30.12.2023).

3) Notizie dal mondo oggi : Israele vs Hamas, Ucraina - Limes (limesonline.com) (30.12.2023)

4) ARGENTINE : Milei fait face à la résistance sur le décret d'urgence (latinnews.com) (30.12.2023).

5) Il mondo questa settimana : patto di stabilità Ue - Limes (limesonline.com) (30.12.2023).

6) Milei prend ses fonctions, en faisant tourner la tronçonneuse (latinnews.com) (30.12.2023).

dimanche, 10 décembre 2023

Milei a gagné: réflexions sur un triomphe sans précédent

KFTXAVI3IRPPXJU2HCDLF4MF54.jpg

Milei a gagné: réflexions sur un triomphe sans précédent

Pablo F. R. Walker

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2023/11/gano-milei-reflexiones-en-torno-un.html

1) La victoire de Javier Milei exprime principalement le profond sentiment de lassitude du peuple argentin à l'égard des organisations de partis politiques et des dirigeants politiques "traditionnels" (c'est-à-dire ceux qui ont occupé l'espace public au cours des 40 dernières années). En effet, nombreux sont les citoyens qui, bien qu'ayant eu (et ayant encore) de sérieux doutes et inquiétudes sur la figure du Président élu, ont préféré lui accorder un "vote de confiance", favorisant ainsi sa candidature par rapport à l'option opposée, portée par le faux péroniste Sergio T. Massa.

2) Milei jouit d'un atout très important: la crédibilité. Il s'agit d'un attribut d'une valeur politique extraordinaire, surtout dans un contexte comme celui de l'Argentine d'aujourd'hui, dans lequel il existe une profonde méfiance à l'égard de l'arc politique en général. Cette méfiance marquée est due à un phénomène pathologique généralisé, bien connu et subi par les Argentins, qui est - pour parler franchement, tout en laissant de côté les exceptions honorables - l'installation du mensonge comme modus operandi fondamental, constant et systématique de la politique argentine éhontée des dernières décennies, la transformant en un marécage crasseux de mensonges, d'impostures, de fraudes, de machinations machiavéliques et de théâtralités perverses. Eh bien, au milieu de ce sombre abîme, apparaît un homme comme Milei, qui semble vraiment honnête et sincère; qui, pour autant que nous le sachions et que tout semble l'indiquer, outre le fait qu'il n'a participé à aucune escroquerie, exprime ouvertement, sans aucune dissimulation, ce qu'il pense et ressent vraiment... Quel oiseau rare... Un homme politique !

Un homme politique non corrompu qui, de surcroît, ne ment pas ! Face à une telle découverte, de nombreux Argentins ont voté pour lui pour cette seule raison, bien qu'ils ne soient pas d'accord avec les idées les plus saillantes de son idéologie et de son programme. Dans plusieurs cas, d'ailleurs, ce vote favorable est venu de ceux qui, en plus de ne pas partager ses idées, ne sympathisent pas avec la personnalité flamboyante du nouveau président, marquée par une incontinence de tempérament, comme en témoignent ses exaltations habituelles et ses débordements inhabituels en public. Des épisodes qui, pour le moins, témoignent aussi de la sincérité spontanée et authentique avec laquelle Milei se conduit....

TMFEZSE7UVALXIP3VS7BBJRSBY.png

En effet, de telles explosions publiques, l'affectation émotionnelle indéniable dont il a fait preuve lors des débats présidentiels, ainsi que son insistance indéfectible à mettre en avant ses idées et propositions les plus controversées... Tout cela a convaincu une grande partie de l'électorat de l'honnêteté intellectuelle avec laquelle Milei procède apparemment. Ainsi, ces attitudes ont fini par jouer plus en sa faveur qu'en sa défaveur.

3) En revanche, l'extrême sérieux et la circonspection, aussi impeccables qu'invraisemblables, dont Massa a fait preuve tout au long de sa campagne électorale et, surtout, lors des débats présidentiels, ont révélé l'encadrement rigoureux dont il a bénéficié, comme on l'a appris par la suite. En fin de compte, cette performance sophistiquée a plutôt joué en sa défaveur qu'en sa faveur. Son sérieux et sa circonspection ont été interprétés par le grand public comme une sorte d'hypocrisie professionnalisée.

De ce point de vue, le résultat des élections constitue une sorte de défaite (au moins partielle et momentanée) de la politique-spectacle (l'histrionisme politique, avec mise en scène), du marketing politique et du "politiquement correct" (que beaucoup évoquent et même dénoncent, mais que peu osent réellement remettre en question).

Beaucoup ont préféré la fraîcheur de l'authenticité que Milei est censé avoir ; qui, avec tous ses "plus" et ses "moins", a préféré se montrer tel qu'il est, comme tout semble l'indiquer...

4) Quant au discours de victoire du nouveau président, il est particulièrement intéressant de constater qu'en plus de ratifier son idéologie libérale libertaire (ce qui était plus que prévisible), il a inclus un message de nature clairement nationaliste: il s'est référé avec une insistance particulière, au moins à trois reprises, à l'idéal de la "Potencia Argentina" (cela faisait longtemps qu'aucun homme politique n'avait fait appel à un tel objectif de sens patriotique indubitable). Les traits de personnalité de Milei, déjà évoqués plus haut, suggèrent qu'il ne s'agissait pas seulement d'une tactique discursive pour satisfaire le secteur le plus nationaliste et conservateur de son militantisme (représenté par la vice-présidente élue, Victoria Villarruel). L'évocation de la figure historique de Juan B. Alberdi, emblème du libéralisme vernaculaire, mais aussi homme qui a cherché honnêtement le progrès scientifique, technique, industriel, économique et social du pays, est également remarquable.

000_33VC9NN.jpg

En définitive, on pourrait dire que le discours triomphal de Milei, plutôt qu'un libéralisme libertaire, est un libéralisme classique (un libéralisme modeste et plus acceptable) avec de gros "coups de pinceau" au sens national...

Quoi qu'il en soit, il faut souligner qu'au sein de la force triomphante des partis politiques, ainsi que parmi ses militants et adhérents, il existe une tension fondamentale entre deux extrêmes substantiellement antinomiques: les libéraux libertaires contre les nationalistes conservateurs. Ces extrêmes sont combinés, entre autres facteurs, par un vieux défaut dans certains secteurs du nationalisme diffus argentin (une sorte de syndrome de Stockholm avec le libéralisme), ainsi que par des peurs communes: dans les années 70, le terrorisme communiste, avec tous ses meurtres; aujourd'hui, le wokisme progressiste, avec tous ses menticides (meurtres de l'âme et de l'esprit, du latin mens, mentis, l'esprit).

 5) Autre fait intéressant : dans son discours de victoire, Milei n'a pas hésité à avertir qu'il irait de l'avant avec la réforme de l'État (dans un sens libéral et, par conséquent, réducteur et privatisant) et qu'il ne permettrait pas que la résistance - plus que prévisible - (provenant du soi-disant "péronisme" et d'autres secteurs) l'empêche de le faire.

À cette fin, il a déclaré : "dans le cadre de la loi, tout; en dehors de la loi, rien", ce qui est frappant, car il s'agit d'un slogan formulé par le général Juan D. Perón au début des années 1970 pour apostropher les "montoneros" (un groupement terroriste de gauche réprouvé, qui a émergé des entrailles d'un péronisme surinfiltré pendant l'exil de son fondateur). Il a également déclaré qu'il n'y aurait pas de place pour les violents. Le message d'avertissement a été clair et percutant...

6) D'autre part, l'irruption de Milei dans l'arène politique argentine a fini par briser et écarter une vieille distinction et correspondance qui existait dans la société argentine (bien que de manière générique):

- Les secteurs modestes avaient tendance à soutenir le péronisme, tant dans sa version originale et authentique (qui est de "troisième position") que dans ses détritus et imitations ultérieures, produits de graves distorsions idéologico-doctrinaires (qui ont pu conserver le soutien populaire pendant des décennies, d'abord par la tromperie et, ensuite, par l'inertie, en ajoutant à tout moment la peur ou l'antipathie à l'égard des options anti-péronistes ou, du moins, non-péronistes).

- Les secteurs moyen et supérieur ont eu tendance à soutenir d'autres expressions de partis politiques (à la fois de droite et de centre-droit, ainsi que de gauche et de centre-gauche; presque tous, avec une dose plus ou moins importante, selon le cas, d'anti-péronisme).

Or, le phénomène Milei a plongé ces catégorisations dans une crise profonde, très probablement terminale. Milei a attiré le soutien massif d'électeurs de divers secteurs sociaux (y compris des secteurs traditionnellement péronistes qui, de même qu'ils n'ont pas voté pour la gauche, n'auraient jamais voté pour la droite nationaliste, et encore moins pour la droite libérale).

f850x638-1458947_1536436_5050.jpeg

7) Quant aux différents groupes rassemblés dans "Ensemble pour le changement" (Juntos por el cambio), ils étaient essentiellement unis par l'anti-péronisme qu'ils partageaient historiquement. L'apparition de Milei sur la scène politique a finalement catalysé et mis à nu leurs contradictions internes. C'est un front "implosé". Avec son extinction, l'idée d'un bipartisme articulé autour de deux pôles dominants a perdu toute faisabilité : une force de centre-gauche (incarnée par un pseudo-péronisme progressiste ou "gauchiste") et une autre de centre-droit (incarnée par le malheureux front "Ensemble pour le changement"). Cette schématisation, à l'installation effective de laquelle beaucoup aspiraient, a été dépassée par le phénomène Milei.

8) Quant au péronisme : depuis les années 1990, il n'a cessé de subir diverses déformations doctrinales, ainsi qu'une profonde dégradation morale et même esthétique (le Général Perón avait prévenu que la doctrine - le justicialisme - était l'âme du mouvement péroniste ; et nous savons depuis Aristote que l'âme est le facteur qui façonne le corps ; la déviation de sa propre doctrine semble avoir transformé le péronisme en une simple machine politique ou, pire encore, en une sorte de franchise électorale).

De ce point de vue singulier, Massa apparaît comme le point culminant de ce processus de défiguration monstrueuse. A cause des origines de Massa dans l'U.C.D. libérale ? Oui, en raison de l'extraordinaire malléabilité opportuniste et accommodante du personnage en question, oui, et en raison des graves soupçons qui pèsent sur Massa en tant que membre de l'UCD. En raison des graves soupçons qui pèsent sur sa personne, de corruption et de liens avec le trafic de drogue ? Certainement. Mais surtout parce que, avec une effronterie difficile à ignorer, ce leader caméléon fait siens les diktats mondialistes et technocratiques de l'Agenda 2030, qu'il présente comme le "péronisme du 21ème siècle"...

Dans ces conditions, on peut dire qu'avec son triomphe, Milei a fini par rendre un service tout particulier au péronisme. Tout d'abord parce qu'il a enterré l'imposteur qui aurait fini par ruiner le peu qui reste encore du péronisme. Mais aussi parce que, par la dureté de leur échec électoral, les forces du péronisme sont inévitablement confrontées de plein fouet à leur propre stagnation. La dureté du coup reçu dans ce cas a un ingrédient supplémentaire particulièrement piquant: la gifle morale du châtiment, comme une punition biblique ou une némésis grecque, ainsi que la honte correspondante.

Ou avons-nous oublié que ce sont les forces du massaïsme imprudent qui, machiavéliquement, ont contribué de manière décisive à "gonfler" le chiffre de Milei et à étendre son exposition publique, dans le but de saper "Ensemble pour le changement" ?

En effet, Massa et alii (c'est-à-dire ses copains de Grupo América, les multimillionnaires Daniel E. Vila et José L. Apfelbaum, plus connu sous le nom de José L. Manzano) ont voulu être trop malins et cela s'est retourné contre eux ? Ah ! la récolte de la justice divine !

9) Intentionnellement ou non, les forces du péronisme, pendant la campagne électorale, ont présenté et promu une image erronée de Milei, en concentrant leurs attaques contre lui sur des sujets qui, outre le fait qu'ils n'avaient que peu de rapport avec la véritable nature du candidat, se sont avérés ne pas faire partie des priorités de la majeure partie des citoyens (par exemple, le sujet de la dictature des années 70 et les violations des droits de l'homme perpétrées à l'époque par le terrorisme d'État).

Ils n'ont pas su (ou voulu) interpréter correctement Milei, en qui ils voient une sorte d'incarnation créole de l'"extrême droite". Une accusation qui, d'un point de vue strictement conceptuel, est vaporeuse: le concept d'"extrême droite" est si grossièrement confus qu'il permet des associations et des identifications simultanées avec des figures aussi disparates que Mussolini, Videla, Bush (père et fils), Fujimori, Macri, Abascal Conde, Trump, Bolsonaro... Quel mélange !

imatbmges.jpgApparemment, seuls Dr. No, Dr. Evil et le Joker manquaient à l'appel de ce groupe de super-vilains très soudé...

Ils n'ont pas non plus su (ou voulu) bien lire les besoins, les urgences et les attentes de la majeure partie du peuple argentin, dont une grande partie se trouve, depuis plusieurs années, sous le redoutable "seuil de pauvreté" et, par conséquent, l'estomac vide et l'appétit éveillé et pressant ? Sans aucun doute, une situation urgente qui, quelle que soit la vigueur avec laquelle elle est appliquée, ne peut être résolue par le "langage inclusif", l'"identité de genre", la "fierté LGTB+" et la recherche incessante d'Argentins ayant un ancêtre "mapuche" ou "afro" pour "certifier" notre prétendue origine "multiculturelle", entre autres clabaudages, excentricités et absurdités de la parole...

Incroyablement, maintenant que la compétition électorale est terminée, certains journalistes et analystes politiques, qui se perçoivent comme des péronistes, s'obstinent à appliquer l'herméneutique absurde à laquelle il est fait allusion ici.

Au-delà de l'occasionnelle tactique de propagande délibérée (et ratée !), de telles bévues peuvent également être comptées parmi les effets de l'égarement doctrinaire des péronistes (ou soi-disant "péronistes").

10) Ainsi, après cette grave défaite, le péronisme doit se concentrer sur sa propre crise d'identité et de sens historique. Il doit tirer les leçons de ses propres échecs, en examiner les causes (abandon de la doctrine justicialiste; perméabilité naïve ou complice à toutes sortes d'infiltrations; avilissement éhonté d'une grande partie de ses dirigeants; imposition surjouée et clownesque de styles populaires; déclamation discursive éhontée sans ancrage dans la réalité des faits; etc.) et entreprendre d'urgence la purge de ces vices féroces...

Les péronistes persistants qui, malgré tout, demeurent, ainsi que ceux qui, s'étant égarés dans les méandres de la politique argentine, souhaitent redevenir péronistes, commettraient une maladresse inexcusable s'ils tombaient dans le même piège diagnostique qui a piégé une grande partie des forces non péronistes : la Reductio ad Kirchnerum... En effet, de même que beaucoup de non-péronistes attribuent tous les maux du pays au kirchnerisme, croyant que sa disparition éventuelle y apportera en soi des solutions, il y a beaucoup de bons péronistes pour qui l'arbre de Cristina cache la forêt du parasitisme et de la stagnation généralisée de leur propre mouvement et de leur propre parti.

Si les forces authentiques et saines du péronisme n'affrontent pas avec assurance la crise qui semble les avoir englouties (ou si, ce faisant, elles se limitent maladroitement à redéfinir les patrons internes du parti), il est très probable qu'il s'éteindra définitivement. Dans ce cas, la seule chose qui pourrait en réchapper serait une sorte de marque politique usée, avec une machine électorale déglinguée à louer ou à conquérir....

A moins que le gouvernement de Milei n'échoue lamentablement dans la gestion des affaires publiques (ce qui est certainement une situation très délicate). Dans ce cas, le péronisme (ou ce qui en tient lieu) pourrait devenir exceptionnellement pertinent comme facteur possible (ou supposé) de gouvernabilité, pour éviter que le pays ne soit plongé dans le chaos...

Dans un tel scénario, ce "péronisme" serait en concurrence avec Mauricio Macri, autre ancien président argentin minable, qui s'active aujourd'hui à placer ses agents dans le futur cabinet de Milei et qui demain, en cas d'échec de ce dernier, serait présenté comme un prétendu gage de gouvernabilité.

11) En guise de colophon provisoire : les mesures que Milei entend adopter (surtout en matière politico-économique) sont radicales et, dans une large mesure, sans précédent. De plus, personne ne doute que leur impact initial sera traumatisant et douloureux (comme Milei lui-même l'a annoncé dans le discours de victoire susmentionné).

En même temps, il est plus que douteux de savoir dans quelle mesure il sera en mesure de mettre en œuvre ces mesures, étant donné que le nouveau président ne dispose pas de la majorité dans l'une ou l'autre des deux chambres législatives. De plus, afin de discerner cette question, il est nécessaire d'envisager l'intervention possible du pouvoir judiciaire national face à d'éventuelles allégations d'inconstitutionnalité. À cet égard, il convient de noter qu'il y a quelques mois, Horacio Rosatti, président du Tribunal suprême de justice de la nation, n'a pas hésité à affirmer que la dollarisation, si elle impliquait l'abandon de la monnaie nationale, serait inconstitutionnelle.

L'avenir nous dira quelles mesures seront finalement mises en œuvre et lesquelles ne le seront pas. Et si ces mesures seront un bon remède ou non? Ce dont nous pouvons être sûrs, c'est que l'Argentine est profondément malade et que la majeure partie des citoyens a décidé de parier - contrairement au dicton populaire - sur la "bonne chose à savoir", contre la "mauvaise chose connue"?

Pour notre part, nous devons avouer que nous sommes loin de penser que la politique préconisée par Milei constitue un remède définitif à la grave crise qui frappe et menace les Argentins. En faisant appel, une fois de plus, à la sagesse populaire, à ce stade des événements et pour l'instant, nous espérons seulement que "le remède n'est pas pire que le mal"...

En tout cas, que DIEU éclaire et assiste tous les bons Argentins !

Le Chili est attaqué par les mondialistes: il est temps que les patriotes commencent à se défendre

8206e23fe9200d161cb96b7801e26dc3.jpg

Le Chili est attaqué par les mondialistes: il est temps que les patriotes commencent à se défendre

Le Chili pourrait bientôt sombrer dans le chaos et la tyrannie, ce qui conduirait à sa destruction

Sven von Storch

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2023/11/normal-0-21-f...

Le Chili pourrait bientôt sombrer dans le chaos et la tyrannie, ce qui mènerait finalement à sa destruction.

Pour éviter cela, il est très important que nous sachions quels sont les objectifs politiques de la nouvelle proposition constitutionnelle et quels sont les acteurs qui se cachent derrière elle. Et comment ces acteurs espèrent tirer profit de ce processus.

L'intention - et l'objectif politique - de la nouvelle proposition constitutionnelle et mondialiste est de déstabiliser le Chili et de le détruire en tant qu'État-nation. Ensuite, s'approprier son territoire et ses ressources naturelles. Laisser les Chiliens sans souveraineté et comme des citoyens de seconde zone sur leur propre territoire.

Empêcher cela - aujourd'hui - est possible et urgent. Si nous, patriotes, luttons ensemble et unis pour la défense de l'actuelle Constitution du Chili.

Pour comprendre contre quoi et qui nous luttons aujourd'hui, il est nécessaire de savoir comment nous en sommes arrivés là.

Qu'est-il arrivé au Chili et aux Chiliens au cours des dernières années et jusqu'à aujourd'hui ?

Depuis quelques années, le Chili et les Chiliens sont attaqués par ce que l'on appelle une "guerre hybride", par des acteurs extérieurs et mondialistes.

Qu'est-ce que cela signifie pour notre lutte pour la défense du Chili aujourd'hui ?

Une guerre hybride est une attaque d'une force extérieure contre un autre pays, qui n'est pas menée avec des armes conventionnelles ou du Hard Power. En d'autres termes, elle n'est pas menée avec une force militaire manifeste et directe.

Une guerre hybride est menée au moyen de ce que l'on appelle le soft power, c'est-à-dire officiellement avec une façade et une apparence civiles. En d'autres termes, des opérations secrètes sont menées par divers agents militaires et de renseignement étrangers en civil, des civils infiltrés ou des élites locales cooptées dans le pays afin d'affaiblir, de déstabiliser et de détruire le pays de l'intérieur.

66d8a9783e2eedc5f5d13593e58f7c88.jpg

Parallèlement, des forces extérieures cherchent à l'intérieur du pays, par l'intermédiaire de leurs ONG, représentations internationales et locales, groupes de réflexion et même ambassades, à prendre le contrôle de la bureaucratie et des principales institutions de l'État et du gouvernement du pays attaqué, afin d'en prendre peu à peu le contrôle et la direction.

Il s'agit alors de mettre un pays comme le Chili sous dépendance, dans la sphère du pouvoir et de l'ordre d'une force extérieure.

L'objet de la guerre hybride n'est plus les armes telles que les canons, les chars, les navires ou les avions de l'ennemi, mais l'esprit humain du citoyen ordinaire du pays attaqué. Le but de cette action est d'implanter des peurs, des idées, des idéologies, des perceptions et des sentiments de culpabilité dans l'esprit des citoyens. Il s'agit de diviser et de manipuler leur comportement afin de régner sur une population divisée et sans protection.

Les trois principaux objectifs d'une guerre hybride, dont le Chili et le peuple chilien sont les victimes, sont les suivants :

1) Premièrement : la destruction, de l'intérieur du Chili, de sa dimension de sécurité et de défense, par des forces extérieures, par l'intermédiaire de leurs agents locaux et nationaux.

2) Deuxièmement : la destruction, à l'intérieur du Chili, de sa dimension psychosociale, par des forces extérieures, par l'intermédiaire de leurs agents locaux et nationaux. En d'autres termes, la destruction et l'inversion du système de croyances et de valeurs des Chiliens.

3) Troisièmement : la destruction, de l'intérieur du Chili, de sa dimension économique et financière, par des forces extérieures, par l'intermédiaire de ses agents locaux et nationaux. En d'autres termes, la destruction du bien-être de chaque Chilien et de l'autonomie économique de la nation chilienne.

566bf8e36e8e445c030cd98e1f7a8cb2.jpg

Les instruments les plus courants dans une guerre hybride, et qui ont été appliqués au Chili, sont les suivants :

1) (premièrement) : la désinformation, qui consiste à créer le chaos et la confusion, à détourner l'attention des questions et des priorités importantes, et à maintenir le peuple dans la tromperie et le mensonge.

2) (Deuxièmement) : le contrôle du récit de l'opinion publique, qui s'effectue par l'intermédiaire des grands médias. Par exemple, la censure des médias alternatifs et des réseaux sociaux.

3) (Troisièmement) : diviser pour régner, c'est-à-dire que le pays est divisé entre différentes questions et idéologies, afin d'empêcher son unité et sa capacité à se défendre et à diriger.

4) (Quatrièmement) : la destruction du système économique, monétaire et financier.

5) (Cinquièmement) : la destruction du système de valeurs éthiques et morales du Chili.

6) (Sixièmement) : une politique migratoire de frontières ouvertes, sans contrôle.

7) (Septième) : la captation et la corruption subtile ou expresse des élites locales-nationales.

8) (Huitième) : la destruction de la sécurité des citoyens, par des émeutes et des troubles sociaux, l'encouragement de la violence, du vol, du terrorisme et du crime organisé, la destruction de la justice et de la confiance en elle, etc.

C'est ce qui a été fait au Chili ces dernières années. Une réalité que les élites chiliennes responsables ont tenté de cacher et qui doit aujourd'hui être rendue publique. Maintenant, ces mêmes acteurs, externes et globalistes, qui dans le passé ont travaillé depuis l'intérieur du pays pour déstabiliser et détruire l'ordre du Chili, offrent - aujourd'hui - à travers leurs agents locaux-nationaux traditionnels et nouveaux cooptés, une nouvelle constitution - Fake and Globalist. Qui cherche à mettre en œuvre l'Agenda 2030, à s'approprier enfin, légalement, étape par étape, la souveraineté du Chili, son territoire et ses ressources naturelles, et à laisser ses citoyens sans défense et sans leurs droits fondamentaux, prisonniers d'un régime totalitaire et d'une idéologie perverse et inhumaine.

dTyQX4X1_400x400.jpg

Par conséquent, voter en faveur de la fausse Constitution signifie livrer le Chili aux mêmes forces extérieures qui cherchent depuis quelques années à déstabiliser et à détruire l'ordre, la sécurité et le progrès du Chili.

Par conséquent, voter en sa faveur signifie amener le Chili, dans les années à venir, à une situation d'instabilité et de misère maximales, qui conduira à la destruction du Chili tel que nous le connaissons aujourd'hui.

Par conséquent, voter en faveur de ce projet, c'est livrer le Chili à un régime despotique et totalitaire, aux mains de la "gouvernance" mondiale.

Pour sauver le Chili - aujourd'hui - de cette tragédie, nous, les patriotes, devons voter contre cette fausse constitution.

Voter #EnConta, c'est récupérer la défense et la souveraineté du Chili. C'est prendre le chemin de la reconquête du Chili comme notre patrie.

Voter #EnConta, c'est reprendre les rênes de notre destin, nous les Chiliens.

Et nous pouvons le faire - je vous le promets - aujourd'hui ! Si nous luttons ensemble et empêchons cette fraude politique et votons #EnContra le 17 décembre.

Ces dernières semaines, les patriotes chiliens se sont levés et ont commencé à se mobiliser avec rapidité, astuce et courage. Maintenant, dans la prochaine étape, qui vient de commencer, dans la lutte pour défendre le Chili, nous devons mobiliser tous ceux que nous connaissons et doubler nos efforts personnels. Afin de remporter une victoire qui jettera les bases d'un avenir de liberté pour le Chili.

Il est de notre responsabilité de ramasser à terre le drapeau du Chili, qui a été jeté par ceux en qui nous avions confiance. Et de le hisser à nouveau au sommet.

Ensemble, nous gagnerons, nous récupérerons notre liberté et notre souveraineté.

Longue vie au Chili.

Que Dieu bénisse le Chili et ses familles.

vendredi, 08 décembre 2023

L'école argentine de géopolitique

e649fce75570b0d47a2df40081e6291a.jpg

L'école argentine de géopolitique

Ronald Lasecki

Source: https://ronald-lasecki.blogspot.com/2023/11/argentynska-szkoa-geopolityki.html

Les origines de la pensée géopolitique argentine se situent au 19ème siècle, dans le contexte de la formation institutionnelle et spatiale de l'État argentin lui-même. Le 25 mai 1810, l'Argentine a obtenu son indépendance en tant que Provinces unies du Río de la Plata (Provincias Unidas del Río de la Plata) par la révolution dite de mai (Revolución de Mayo) par rapport à la vice-royauté espagnole du Río de la Plata qui existait depuis 1776. La Bolivie s'est ensuite détachée de l'autorité de Buenos Aires. L'appellation "Provinces unies d'Amérique du Sud" (Provincias Unidas de Sud América), également utilisée de manière interchangeable à l'époque, reflétait les aspirations de Buenos Aires au contrôle politique de la périphérie indépendante de l'ancienne vice-royauté du Río de la Plata et à une intégration politique sud-américaine à un niveau plus élevé.

e35bf1273a40912c07686a6a4a6981a0.jpg

La Confédération argentine (Confederación Argentina), qui a existé entre 1831 et 1861, est une autre forme d'État argentin. Le terme "Fédération argentine" (Federación Argentina) a été utilisé de manière interchangeable à l'époque, ce qui reflétait le conflit entre les partisans de la centralisation de l'État et les partisans d'une forme plus souple d'union de ses provinces.

Rosas_2_retouch.jpg

Le gouverneur de Buenos Aires de 1835 à 1852, Juan Manuel de Rosas (1793-1877) (tableau, ci-dessus), représentait la Confédération argentine dans les relations extérieures. Après la défaite des forces de Buenos Aires à la bataille de Caseros en février 1852, Justo José de Urquiza y García, ancien gouverneur de la province d'Entre Ríos, prend la relève. Il a conduit à l'adoption de la Constitution de 1853, qui a entraîné la sécession de Buenos Aires, qui a existé en tant qu'État indépendant (Estado de Buenos Ayres) jusqu'à la bataille victorieuse de Pavón en septembre 1861, au cours de laquelle elle a rejoint la Confédération argentine, militairement vaincue, en tant qu'entité dominante. Cette bataille a été suivie par le dernier changement de nom du pays, à ce jour, en République argentine (República Argentina) en décembre 1861.

250px-Julio_Roca_color.jpgJulio Argentino Roca (1843-1914), meneur des guerres contre les Mapuches (la "conquête du désert", en espagnol : Conquista del desierto), menées entre 1879 et 1884, et figure dominante de la politique argentine entre 1880 et 1904, a joué un rôle déterminant dans la formation du territoire argentin. L'émergence de l'État argentin tel que nous le connaissons aujourd'hui ne peut être envisagée qu'à partir de la conclusion réussie de la "conquête du désert", c'est-à-dire à partir du milieu des années 1880. En 1867, le président Bartolomé Mitre Martínez a promulgué un décret accordant aux agriculteurs et aux éleveurs le droit d'occuper des terres dans les Pampas et en Patagonie. En 1879, une force argentine de 8000 soldats a lancé une agression contre les colonies mapuches au sud du Río Negro. Après avoir gagné la campagne au prix de 1,5 million de pesos, 20 millions d'hectares ont été distribués aux 500 plus proches collaborateurs de J. A. Roca, et la reconnaissance des titres antérieurs a permis d'étendre le contrôle effectif de Buenos Aires sur ces territoires.

Les conditions naturelles de l'Argentine

L'émergence de la pensée géopolitique en Argentine était compréhensible, étant donné les excellentes conditions géopolitiques du pays. L'Argentine est l'un des pays les plus isolés géopolitiquement au monde. Après l'élimination de la menace brésilienne lors de la Guerra da Cisplatina (1825-1828) et de la menace paraguayenne lors de la Guerre du Paraguay (1864-1870), la seule source de menace territoriale directe pour l'Argentine se trouvait à 12.000 km. Le Royaume-Uni, qui avait conservé la souveraineté coloniale sur les Malouines depuis 1833, dont la tentative de libération armée par l'Argentine en 1982 s'est soldée par la défaite de Buenos Aires, ne menaçait pas le noyau géopolitique continental de l'État argentin.

produccion_2_1.png

imaargges.jpg

L'Argentine est également favorisée par ses conditions naturelles. Contrairement au reste du continent sud-américain, l'Argentine n'a pas de climat tropical et la végétation prédominante n'est donc pas tropicale. Les étés argentins sont suffisamment secs pour permettre aux grains des cultures traditionnelles de pousser. Les hivers sont suffisamment frais pour éliminer les insectes porteurs de germes dangereux pour l'homme et le bétail. Le territoire de l'État est une vaste plaine plate, modérément irriguée. La planéité de la surface, combinée à la végétation des prairies et au climat tempéré, fait de la région argentine l'une des zones agricoles les plus fertiles du monde. Le système fluvial de La Plata, formé par les fleuves Paraná, Paraguay, Uruguay et l'estuaire du Río de la Plata, est navigable sur presque toute sa longueur et, avec les canaux et les écluses qui relient ses fleuves, il constitue l'un des systèmes de transport fluvial les plus étendus au monde - dont l'Argentine contrôle géopolitiquement l'embouchure sur l'océan.

rio-de-la-plata-46.jpg

La connectivité intrinsèque de la région de La Plata permet de réaliser des économies d'échelle, de produire plus de capital et de nourrir des populations plus importantes que les pays tropicaux ou andins d'Amérique du Sud. L'Argentine est privilégiée en ce qui concerne les conditions de transport des marchandises produites dans la région de La Plata. Le transport par voie fluviale est 10 à 30 fois moins cher que le transport par voie terrestre. Le réseau de transport du système fluvial de La Plata permet donc de générer d'importants capitaux à un coût bien inférieur à celui du transport terrestre. Il permet notamment de se passer d'infrastructures routières. Cependant, la planéité de la surface et sa bonne connectivité avec les ports maritimes réduisent également le coût de construction des infrastructures terrestres. Le transport fluvial augmente également la rentabilité de l'exportation de produits agricoles argentins tels que le soja, le maïs et le blé, dont le rapport volume/valeur rend peu rentable leur transport sur de longues distances par voie terrestre.

L'intégration du réseau fluvial et la planéité de la surface sont également propices à l'émergence d'une autorité politique unifiée, ce qui contraste, par exemple, avec l'Eurasie, où le réseau fluvial méridional a entraîné la formation d'organismes politiques distincts et hostiles le long des différents cours d'eau. Le seul organisme politique dont l'ensemble du territoire est situé dans le cône sud (Cono Sur) de l'Amérique du Sud est le Chili, qui est séparé de l'Argentine par une chaîne de montagnes des Andes de près de 7000 mètres d'altitude ; un vol de Santiago du Chili à Buenos Aires prend plus de temps qu'un vol de Londres à New York, de sorte que le Chili n'est pas un rival de l'Argentine qui menace son noyau géopolitique.

Les précurseurs de la géopolitique argentine

Sarmiento.jpgPendant la période de formation de l'État argentin au 19ème siècle, des ouvrages tels que "Argiropolis : O la Capital de los Estados Confederadus del Rio del Plata" (1850) de Domingo Faustino Sarmiento (1811-1888) (photo), futur président de l'Argentine entre 1868 et 1874, lorsque les derniers caudillos régionaux ont été vaincus, ont été publiés. L'auteur y plaide pour l'établissement d'une nouvelle capitale nationale sur l'île de Martín García, sur le Río de la Plata, afin de donner un élan à l'intégration des terres de l'ancienne vice-royauté du Río de la Plata. Il préconise de s'appuyer sur les traditions unificatrices du libéralisme européen pour surmonter l'héritage de l'empire espagnol et le caudillisme qui en découle. L'exemple emblématique du caudillo provincial fut pour D. F. Sarmiento le gouverneur de Buenos Aires, J. M. de Rosas - sous son règne, le pouvoir était concentré entre les mains d'une oligarchie privilégiée, ce qui, selon l'auteur d'"Argiropolis", constituait un obstacle à la formation d'un sentiment national et à la prise de conscience d'un territoire étatique intégré parmi les Argentins.

Juan_Bautista_Alberdi.jpgL'écrivain nationaliste Juan Bautista Alberdi (1810-1884) (photo) demanda à l'administration de J. A. Roca, dans les pages de son ouvrage "Reconstruction Geografico de America del Sur" (1879), d'accroître la force institutionnelle de l'État argentin afin de lier plus efficacement à Buenos Aires les terres qui faisaient historiquement partie de la vice-royauté du Río de la Plata. Comme D. F. Sarmiento, J. B. Alberdi a également attiré l'attention sur la menace d'une baisse du sens civique et de l'identification à l'État parmi les Argentins en l'absence d'un système politique et social participatif. Dans la seconde moitié du 19ème siècle, les gouvernements argentins successifs ont tenté de remédier à cette situation en développant l'endoctrinement patriotique et national dans l'enseignement public. Ce faisant, ils ont donné l'impression que l'Argentine et son territoire étaient constamment menacés par des centres de pouvoir puissants et expansifs: brésiliens, chiliens et britanniques. Au début du 20ème siècle, le récit patriotique argentin mettait l'accent sur les grandes réussites économiques du pays au 19ème siècle, contre lesquelles le Royaume-Uni et les États-Unis se sont élevés dans les années 1920 et 1930. En 1833, les Britanniques avaient pris à l'Argentine l'archipel des Malouines. Entre-temps, la source de tout renouveau économique pourrait venir de l'exploitation par Buenos Aires de zones précédemment non développées ou sous-développées telles que la Patagonie, les océans ou l'Antarctique. Se tourner vers elles permettrait de développer l'idée nationale argentine et de donner à l'Argentine la place qui lui revient dans la politique mondiale.

Caractéristiques générales de l'école géopolitique argentine

407323799_tcimg_6B6E0990.jpgParmi les pays latino-américains possédant un patrimoine de pensée géopolitique, seule l'Argentine, avec le Brésil, a produit sa propre école. La pensée argentine présente une doctrine intérieurement cohérente, elle a une tradition qui remonte loin dans le passé, elle est composée de nombreux représentants et elle exerce une influence significative sur la politique intérieure et extérieure du pays. Publié en Argentine entre 1969 et 1983, le périodique Estrategia représentait, dans son domaine, le plus haut niveau de contenu en Amérique latine, et probablement dans le monde.

Les principaux domaines d'intérêt de l'école argentine de géopolitique sont les suivants: l'expansion brésilienne et sa quête d'hégémonie; les préoccupations concernant l'alliance du Brésil avec les États-Unis; le rôle de l'Argentine en tant que leader naturel des pays de la région du cône sud; l'orientation maritime avec une référence particulière à l'Atlantique sud, la libération des Malouines du colonialisme britannique et la garantie des droits de l'Argentine dans l'Antarctique; l'énergie nucléaire et l'acquisition de ses propres armes nucléaires - en particulier si le Brésil en développe une; et l'influence des centres extérieurs sur la situation interne de l'Argentine et ses possibilités de développement national. L'une des caractéristiques de l'école argentine de géopolitique est également son attitude positive à l'égard de l'école allemande de géopolitique, même après la défaite de l'Allemagne lors des deux guerres mondiales successives.

L'école argentine de géopolitique accorde une attention particulière aux questions maritimes et océaniques; le rôle de l'Argentine en tant qu'État maritime, conformément à sa position particulière dans l'"hémisphère océanique" (c'est-à-dire le Sud) ; la responsabilité particulière de l'Argentine en tant qu'État maritime, conformément à sa position particulière dans l'"hémisphère océanique" (c'est-à-dire le Sud); la responsabilité particulière de l'Argentine en tant que centre de pouvoir contrôlant les "entrées" et "sorties" stratégiques de l'Atlantique Sud ; la domination de l'Argentine sur le détroit de Magellan et le cap de Bonne-Espérance, qui deviendrait particulièrement importante si le canal de Panama était fermé; l'importance stratégique de l'archipel des Malouines et la nécessité de le libérer du colonialisme britannique; l'importance stratégique actuelle et potentielle de l'Antarctique et la nécessité de garantir les droits de l'Argentine sur cette région face à la pénétration d'autres centres de pouvoir.

E8Dxwmmsl7sFMh48.jpg

Les origines de l'école argentine de géopolitique

intereses argentinos_thumb[1].jpgLe premier auteur argentin clairement inspiré par la pensée géopolitique anglo-américaine - plus précisément par les travaux d'un Anglais, Halford John Mackinder (1861-1947), et d'un Américain, Alfred Thayer Mahan (1840-1914) - est l'amiral Segundo Storni (1876-1954). Son ouvrage "Intereses Argentinos en la Mar" (1916) est considéré comme un précurseur de l'école argentine de géopolitique. L'auteur y identifie diverses routes commerciales et régions géographiques de l'océan mondial. Il considère l'Atlantique et le Pacifique comme des espaces non développés, la direction naturelle de l'expansion de l'État argentin, économiquement fort et leader au 19ème siècle dans l'exportation de maïs, de graines de lin, de bœuf et de blé. Il n'est pas exact que l'Argentine, qui dépend d'un réseau de transport et de commerce maritimes, n'ait pas manifesté jusqu'à présent d'intérêt pour les zones maritimes. Les mers et les océans qui entourent l'Argentine peuvent non seulement devenir des atouts économiques supplémentaires pour l'Argentine, mais l'expansion dans leur zone peut également devenir un axe pour la formation de l'idée nationale argentine. Pour être efficace sur les mers, l'Argentine doit créer une industrie forte et une force armée technologiquement moderne. Le développement du commerce argentin et du transport maritime devrait s'accompagner du développement de la pêche argentine et des industries de transformation du poisson.

L'intérêt de l'Argentine pour l'école géopolitique allemande s'est déplacé dans les années 1920 et 1930, lorsque la situation politique du pays a commencé à se dégrader pendant le règne inepte des radicaux petits-bourgeois (1916-1930) et la prolifération des soulèvements ouvriers contre eux, générant violence et chaos dans les rues et perturbant l'économie. La confusion s'est encore aggravée après la crise économique de 1929, qui a marqué le début de la "décennie infâme" (Década Infame) de 1930-1943, au cours de laquelle une grande partie des classes moyennes et populaires argentines ont été plongées dans la ruine économique et poussées dans la pauvreté. Dans ce contexte, la démocratie libérale et le capitalisme, considérés comme des régimes instables, inefficaces et générateurs de chaos politique et social, étaient de plus en plus remis en question. Le renversement du président petit-bourgeois-radical Hipólito Yrigoyen (1852-1933) par les militaires en septembre 1930 est devenu le symbole de l'effondrement de la confiance dans la démocratie.

Alfred-Arent+Argentinien-ein-Land-der-Zukunft.jpgLa pensée allemande a inspiré une vision alternative de l'État en tant qu'organisme. En 1900, le président J. A. Roca a créé l'École supérieure de guerre (Escuela Superior de Guerra) à Buenos Aires. Un an plus tard, le colonel (puis général) allemand Alfred Arent, auteur de l'ouvrage "Land der Zukunft" (1905) consacré à l'Argentine, en devient le doyen. Tout au long de la première décennie du 20ème siècle, la moitié du personnel de l'École de guerre, qui formait des officiers argentins dans le cadre de cours de deux ans, était composée d'officiers militaires allemands. Des officiers allemands tels que Johannes Kretzchmar ont continué à travailler en Argentine jusqu'aux années 1940, créant une structure hiérarchique disciplinée dans les forces armées argentines. À l'époque, l'armée argentine n'admettait que les catholiques dans les rangs des officiers, et l'un des anciens élèves de l'École de guerre était le futur dirigeant argentin Juan Domingo Perón (1895-1974), qui s'est rendu en Italie et en Allemagne en 1938, où il a donné des conseils sur la stratégie de guerre en montagne et sur des questions géopolitiques. À son retour en Argentine, J. D. Perón a été nommé commandant de l'unité de montagne de Mendoza et a écrit un certain nombre d'articles et de livres populaires sur la Première Guerre mondiale, l'histoire du 19ème siècle et les questions de stratégie militaire.

La vision du monde des forces armées argentines durant cette période peut être décrite comme saturée des théories du darwinisme social, de l'État organique de Friedrich Ratzel (1844-1904), du catholicisme, de l'anticommunisme, d'un nationalisme exubérant face aux relations commerciales défavorables avec le Royaume-Uni, et d'une aversion pour le démolibéralisme, tenu pour responsable de la faiblesse de l'État et des activités des partis politiques corrompus. La question de la sécurité nationale s'inscrivait dans une vision organique de la République argentine, dans laquelle les droits de l'individu devaient céder le pas au bien de la collectivité. Des officiers argentins comme le général Juan Bautista Molina se considéraient comme les sauveurs de la nation face à la menace du communisme et à la décadence démolibérale.

Richard-und-Leo-Körholz-Hennig+Einführung-in-die-Geopolitik.jpgLes lecteurs argentins ont été initiés à la pensée géopolitique allemande par l'ouvrage de Richard Hennig et Leo Korholz, Einführung in die Geopolitik (1934), qui a été publié en traduction espagnole en 1941 sous le titre Introduccion a la geopolitica. La thèse centrale du livre, à savoir l'État organique et la nécessité d'une armée forte comme garante de la sécurité en période d'incertitude, a trouvé des partisans dans le corps des officiers argentins. L'ouvrage du géopoliticien brésilien Mário Travassos (1891-1973), Projeção Continental do Brasil (1938), qui expose la théorie de la "frontière mobile" en tant qu'expression du pouvoir de l'État, a connu un succès similaire et a été adapté par les Argentins à leur propre périphérie patagonienne et antarctique. Dans les années 30 et 40, les auteurs argentins ont suivi de près le cadre méthodologique et doctrinal défini pour la géopolitique par Karl Haushofer (1869-1946) et ses disciples.

L'intérêt pour l'Antarctique s'est nettement accru à Buenos Aires après le coup d'État du Groupe des officiers unis (Grupo de Oficiales Unidos) en juin 1943, et surtout après la prise de pouvoir personnelle de son membre Juan Domingo Perón en 1946, qui a dirigé l'État argentin jusqu'en 1955. La pensée géopolitique de J. D. Perón se caractérise par la conviction que l'Argentine est victime de l'agression coloniale britannique aux Malouines et en Antarctique, qu'elle doit rester neutre face aux conflits des États de l'hémisphère nord et qu'elle doit parvenir à l'autosuffisance géoéconomique.

118390.jpgEn 1948, J. D. Perón ordonne à l'Institut de géographie militaire de produire des cartes de la République argentine couvrant les Malouines et l'Antarctique. Toutes les cartes de l'Argentine publiées sous J. D. Perón devaient inclure le secteur argentin de l'Antarctique et les Malouines. Les revendications britanniques et chiliennes sur l'Antarctique sont considérées comme illégales, voire inexistantes. Le concept d'une "Argentine tricontinentale" a été créé, comprenant une partie proprement dite sous la forme de la République argentine, les Malouines et l'Antarctique argentin. En 1946, ce concept a été introduit dans l'enseignement scolaire. En 1947, un ministère distinct pour les Malouines et l'Antarctique argentin a été créé. L'idée d'une "Argentine tricontinentale" a ensuite été reproduite sur les timbres-poste, les atlas et les peintures murales argentins.

Dans le récit péroniste, l'Argentine est victime de l'annexion coloniale et de l'usurpation de ses terres par le Royaume-Uni. Son territoire proprement dit, y compris les territoires insulaires et antarctiques, est ainsi passé virtuellement de 2,8 millions de km² à 4 millions de km². Les États du Nord, riches, surpeuplés et industrialisés, menacent la souveraineté économique de l'Argentine sur ses ressources naturelles et son industrie naissante. Les publications de cette époque, comme le Diccionario Histórico Argentina, reprennent le code géopolitique argentin défini par J. D. Perón. Les ouvrages de J. E. Jasón et de L. Perlinger, "Geopoliticum", sont également très populaires dans les milieux militaires argentins de cette époque. Perlinger (1948) et "Introducción a la Geopolítica Argentina" (1950) du major Emilio Isola et du colonel Angel Barra, où les théories les plus importantes de la géopolitique européenne sont présentées dans une perspective argentine. Les travaux de l'auteur espagnol Vicens Vives "Tratado general de geopolítica" (édition argentine 1950) et d'Alberto Escalona Ramos "Geopolitica mundial y geoeconomica" (1959) ont également été mis à la disposition des lecteurs argentins.

Doctrines de sécurité nationale

Après la Seconde Guerre mondiale, les doctrines de sécurité nationale ont été intensément développées dans les cercles militaires argentins en réponse à la reconnaissance d'une prétendue menace communiste lors d'événements tels que le Bogotazo (1948) en Colombie, la révolution cubaine (1959) et la défaite américaine à la baie des Cochons (1961), ou les activités d'Ernesto "Che" Guevara (1928-1967). L'inspiration pour les études publiées, entre autres, dans les pages de la Revista de Guevara (1928-1967). Les études publiées, entre autres, dans la "Revista de la Escuela Superior de Guerra" ont été inspirées par des contacts avec des participants à des missions militaires françaises dans les années 50; des consultations sur la géopolitique, la sécurité nationale, le développement économique et social et la stratégie avec les armées de pays tels que le Brésil, le Chili, le Pérou et le Venezuela; la formation d'officiers argentins et de spécialistes militaires dans des institutions américaines telles que l'École des Amériques en Géorgie et le Collège interaméricain de défense; des études de l'école brésilienne de géopolitique, en particulier celles du Gen. Golbery do Couto e Silva (1911-1987).

Dans le cas de l'Argentine, les doctrines de sécurité nationale mettent en évidence la menace que représentent pour la société et l'économie les courants subversifs qui cherchent à déstabiliser l'État et son espace et à saper les valeurs chrétiennes et occidentales. Les militaires ont cherché à établir une coopération avec les milieux industriels et commerciaux, à identifier et à détruire les tendances subversives. Les militaires sont intervenus dans le processus politique en 1963, 1966 et 1976, expliquant cela par la nécessité de contrer l'agression communiste et la crise économique. L'instabilité politique, les grèves ouvrières et les troubles des années 60 et 70 étaient, pour les militaires argentins, la preuve de tendances centrifuges qui menaçaient l'ensemble de la société, de la famille aux différentes branches de l'économie et à l'Église catholique. Les chefs militaires comme Juan Carlos Onganía (1966-1970), Jorge Rafael Videla (1976-1981) et Roberto Eduardo Viola (mars-décembre 1981) ont traité l'apparition de ces processus centrifuges comme des "défis" pour les Argentins, dont la réponse serait un nouvel axe d'intégration nationale pour eux.

Les classiques de l'école géopolitique argentine

Grâce aux militaires argentins, de nouvelles institutions ont été créées à Buenos Aires pour fournir des analyses et des commentaires d'experts sur la situation de l'Argentine et les défis auxquels le pays est confronté : l'Instituto Argentina de Estudios Estrategicos y de las Relaciones Internationales (INSAC), l'Institute de Estudios Geopoliticos (IDEG), ainsi que l'Agence nationale de développement et l'Institut argentin du service extérieur, qui prépare à l'exercice de la fonction publique. Entre 1969 et 1983, l'INSAC a publié l'influent périodique Estratégia (sans doute la principale revue géopolitique au monde à l'époque), qui traitait de questions géopolitiques telles que le développement de la Patagonie, la garantie de la position de l'Argentine dans le bassin du Río de la Plata, l'archipel des Malouines, le canal Beagle et l'Antarctique, et l'endiguement de l'expansion de centres de pouvoir concurrents tels que le Royaume-Uni, le Chili et le Brésil. Sous la bannière de l'IDEG, en revanche, la revue "Geopolítica" a été publiée, mettant davantage l'accent sur les questions d'intégration interne des différents territoires de l'Argentine. Des sujets tels que l'intégration régionale, le développement national et la coopération internationale ont été abordés dans les pages de ce titre.

149547686_tcimg_48511799.jpg

Des questions telles que la menace que le Royaume-Uni, le Chili et le Brésil faisaient peser sur les territoires argentins, le mécontentement croissant face à un gouvernement civil inepte et, enfin, la prétendue menace communiste et soviétique, ont créé un climat d'incertitude dans les années 1960 et 1970, sur la base duquel un environnement favorable au développement de doctrines géopolitiques s'est mis en place. Parmi les ouvrages géopolitiques écrits durant cette période, le plus remarquable est "Qué es la geopolítica" ? (1965) du colonel Jorge E. Atencio, qui affirme que la géopolitique doit servir de guide aux hommes d'État, en identifiant les besoins territoriaux et en matières premières de l'État. Cet auteur a également défendu la géopolitique allemande contre les accusations d'auteurs américains tels que Isaiah Bowman (1878-1950) et Robert Strausz-Hupé (1903-2002), en soulignant que l'utilisation de la géopolitique par les fascistes n'invalidait pas la légitimité d'une simple prise en compte du facteur spatial dans la réflexion politique. La distinction entre la pensée militaire allemande et les catégories du fascisme et du nazisme était d'ailleurs également présente dans les cercles militaires argentins au sens large; la pensée militaire allemande était tenue en haute estime, tandis que le fascisme se voyait reprocher sa faiblesse consistant à porter au pouvoir des dirigeants imprévisibles et irrationnels. L'approche de J. E. Atencio, qui présente dans son livre l'Argentine comme une grande puissance navale potentielle dans l'Atlantique Sud et l'Antarctique, s'inscrit dans cette tendance.

Une autre étude remarquable de cette période est Estrategia y Poder Militar (1965) de l'amiral Fernando A. Mill, où la tradition de la géopolitique allemande est également invoquée, mais où l'auteur ne présente pas de projets expansionnistes, mais plaide pour la nécessité de développer la périphérie du pays - y compris l'archipel des Malouines et l'Antarctique argentin, dont l'importance augmenterait d'autant plus si le canal de Panama était fermé. L'Argentine est ici perçue comme un État maritime et péninsulaire, et le récit est mené à partir d'une position thalassocratique. Il convient également de mentionner l'ouvrage "Geopolítica y geostrategia americana" (1966) de Justo P. Briano. L'auteur y défend l'intérêt pour les doctrines géopolitiques allemandes et plaide en faveur de l'adaptation des théories américaines et brésiliennes pour préparer l'Argentine à jouer le rôle d'une puissance de premier plan dans les relations internationales.

Guglialmelli-Juan-Enrique.jpg

guglialmelli_juan-pensar_con_estrategia.jpg

La figure la plus importante de l'école géopolitique argentine est le général Juan E. Gugliamelli, commandant du cinquième corps d'armée, recteur de l'École de guerre, membre du gouvernement militaire de J. C. Onganía et rédacteur en chef de la revue "Estratégia". En tant qu'officier, il est responsable des régions périphériques du pays, telles que la Patagonie et l'Atlantique. Il voyait l'Argentine comme un État péninsulaire, avec des régions périphériques éloignées au nord et au sud. Pour éviter que la souveraineté argentine ne soit minée par des centres de pouvoir concurrents, Buenos Aires doit sécuriser ces régions périphériques, y investir et les développer. Dans les concepts de J. E. Gugliamelli, le concept allemand de l'État organique et la théorie sud-américaine (péroniste) de la dépendance (dependista) et l'idée de la lutte pour la subjectivité géoéconomique se rencontrent.

31465539650.jpg

L'ouvrage le plus important de J. E. Gugliamelli est "Geopolítica del Cono Sur" (1983), où il affirme que la structure des exportations argentines, dans laquelle la place la plus importante est occupée par les cultures agricoles, expose le pays au risque de dépendance vis-à-vis de centres extérieurs, réduit le champ des décisions politiques prises librement et ne permet pas de répondre aux besoins de bien-être et de prospérité. En ce qui concerne la sécurité nationale, elle restreint la liberté d'action stratégique, crée des espaces susceptibles d'incitations négatives dans les relations des pays du cône sud du continent sud-américain (Argentine, Chili, Paraguay, Uruguay, noyau historique du Brésil dans le sud-ouest du pays). Sur le plan de la politique intérieure, cette situation menace l'Argentine d'une instabilité sociale permanente et d'une agitation gauchiste.

E. Gugliamelli s'intéresse particulièrement à l'expansionnisme brésilien, qui remonte aux expéditions bandeirantes et qui a étendu la portée du pouvoir effectif de Rio de Janeiro (1) bien plus à l'ouest que ne le prévoyait le traité de Tordesillas (1494), qui délimitait les sphères d'influence de l'Espagne et du Portugal. Cette tendance a été poursuivie par le "père de la diplomatie brésilienne", le baron Rio Branco (2) (ministre brésilien des affaires étrangères de 1902 à 1912), dont la doctrine en matière de politique étrangère comprenait: l'expansion des "frontières naturelles" du Brésil; le contrôle des zones tampons que sont le Paraguay et l'Uruguay; l'affaiblissement de l'Argentine - en particulier dans la province de Misiones; et le remplacement du Royaume-Uni par les États-Unis en tant qu'allié le plus important du Brésil. J. E. Gugliamelli a également polémiqué avec M. Travassos, le mettant en garde contre sa doctrine géopolitique d'expansion est-ouest du Brésil vers la Bolivie, qui visait à briser l'axe de communication nord-sud traditionnel de la Bolivie à travers le système fluvial de La Plata.

Dans de nombreux articles publiés dans Estrategia, J. E. Gugliamelli a abordé des questions telles que: la menace que représente l'accord nucléaire entre le Brésil et l'Allemagne (1975); la centrale hydroélectrique d'Itaipú sur le Río Paraná, construite par le Brésil entre 1975 et 1983; il a effectué une critique des théories géopolitiques de M. Travassos et de G. de Couto e Silva; en même temps, il a appelé à l'adaptation de la théorie des frontières de ce dernier à la géopolitique argentine; il a critiqué les relations étroites du Brésil avec les États-Unis et a proposé une "alliance de libération" à Brasília, si celle-ci décidait d'abandonner ses liens étroits avec Washington, et, dans le cas contraire, a mis en garde contre une "confrontation ouverte " (3).

Dans le même ordre d'idées, Julio E. Sanguinetti, écrivant dans Estrategia (4) sur l'importance de l'alliance du Brésil avec les États-Unis. Le Brésil est un satellite de l'AP américaine, lié à elle par des liens de subordination et de dépendance unilatérale et déséquilibrée. Cette situation s'explique par des raisons stratégiques, mais aussi économiques: les États-Unis ont besoin du Brésil pour étendre leurs lignes de défense du Natal au Cap de Bonne Espérance ; ils doivent également veiller à ce que le Brésil ne devienne pas un État communiste, car cela pourrait menacer le flanc sud des États-Unis et servir de catalyseur à des révolutions de même nature dans le reste de l'Amérique latine; enfin, le Brésil se trouve dans la sphère d'influence et de domination économique des États-Unis. Le Brésil est l'un des "pays clés" de la domination mondiale de Washington, partageant ce statut avec l'Allemagne de l'Ouest, Taïwan et d'autres.

Le colonel Augusto B. Rattenbach a souligné (5) que la cooptation des industries d'armement américaines et brésiliennes et les exportations d'armes brésiliennes étaient l'expression de l'impérialisme de Washington et du sous-impérialisme subordonné et instrumentalisé de Brasilia. L'industrie brésilienne de l'armement est une extension du complexe militaro-industriel yankee, et la vente par le Brésil de ses produits aux pays hispanophones voisins est une autre manifestation de l'expansionnisme du géant lusophone, qui fait partie de la construction de la domination anglo-saxonne sur le continent sud-américain.

Bianchi met en garde contre la domination brésilienne dans l'espace sud-atlantique. Oscar Camillion a mis en évidence l'axe géopolitique Washington-Brasilia et sa pertinence pour les relations Brasilia-Buenos Aires, tout en soulignant que la position plus faible de l'Argentine dans ce rapport de force est en partie responsable de la faible cohérence géopolitique interne de l'État argentin. Nicolás Boscovich a analysé l'expansion du Brésil dans le bassin de La Plata et a proposé, pour la contrer, d'offrir à la Bolivie une sortie vers l'océan via le fleuve argentin Bermejo, et donc sous le contrôle de Buenos Aires. Le colonel Florentino Diaz Loza a également décrit le Brésil comme un outil aux mains de Washington et ses aspirations comme un "sous-impérialisme" américain. Au milieu des années 70, Andrés Fernandez Cendoya a souligné la transformation de la Bolivie en un pion de Brasilia et a mis en garde contre une alliance Brésil-Chili dirigée contre l'Argentine. Eduardo Machicote a critiqué les théories et la doctrine de G. de Couto e Silva, estimant qu'elles servaient en fait l'impérialisme américain. Carlos P. Mastrorilli a également reproché au Brésil de servir les États-Unis et a fait référence de manière polémique aux écrits du géopoliticien brésilien Carlos de Meira Mattos (1913-2007).

Armado Alonso Piñeiro a mis en garde contre l'expansion brésilienne dans des États tampons tels que la Bolivie et le Paraguay, et a recommandé à l'Argentine d'être le fer de lance de l'intégration des pays hispanophones pour faire contrepoids à l'axe États-Unis-Brésil. L'amiral Isaac F. Rojas a mis en garde contre les dangers posés par l'expansion du Brésil dans la région de La Plata et les projets hydroélectriques de Brasilia dans cette région; le projet brésilien de barrage et de centrale hydroélectrique d'Itaipú nécessite l'approbation de Buenos Aires en raison de son impact sur le projet de barrage de Corpus en Argentine. L'Argentine devrait commencer à exploiter son potentiel électrique, qui gagne en importance face à la crise de l'accès à l'énergie. Le Cmdr Rolando Segundo Siloni a effectué une analyse historique de l'expansion lusitanienne et brésilienne dans le bassin de La Plata.

md31676619135.jpgLes théories de J. E. Gugliamelli ont également inspiré d'autres représentants de l'école géopolitique argentine, comme le général Osiris Guillermo Villegas (1916-1998), ministre de l'Intérieur, alors négociateur clé dans les pourparlers visant à résoudre la crise du canal Beagle (1978). Le collaborateur de l'INSAC, en revanche, était le général J. T. Goyret, auteur de l'ouvrage "Geopolítica y subversión" (1980), où il adapte aux besoins argentins la théorie de la sécurité nationale liant les variables stratégiques aux variables économiques et sociales de G. de Couto e Silva. Dans les pages de la revue Armas y Geoestrategia, qu'il a fondée, il insiste sur la nécessité de lier les questions de sécurité et de développement dans la pensée militaire, et de veiller au développement des régions marginalisées afin de repousser les menaces qui pèsent sur la sécurité de l'État à l'intérieur et à l'extérieur de la République argentine.

L'économiste et géopoliticien Carlos Juan Moneta a plaidé en 1975 pour que Buenos Aires assume la souveraineté matérielle sur les Malouines et pour la nécessité de défendre l'Atlantique Sud contre la pénétration communiste et brésilienne. C. J. Moneta a prévenu que le Brésil chercherait à étendre son occupation sur l'Argentine Antarctique d'ici 1990, les militaires brésiliens ayant pris conscience de l'importance du continent polaire et du détroit de Drake. Les intérêts de Buenos Aires dans la région antarctique devraient également être menacés par Washington et Moscou. Des auteurs tels que Vicente Palermo (né en 1951), F. A. Millia et Pablo Sanz ont souligné que le développement des zones océaniques entourant l'Argentine deviendrait le moteur d'un développement économique sans précédent et donnerait à l'Argentine une mission historique, lui conférant une importance dans la famille des nations chrétiennes de l'Occident. Les cercles militaires argentins ont cherché pendant cette période à construire, avec l'aide des États-Unis, l'Organisation du traité de l'Atlantique Sud (SATO) pour contrer le communisme et la prétendue diversion soviétique dans la région.

c.argentina-triangular-gustavo-f-j-cirigliano_iZ165873554XvZgrandeXpZ1XfZ29360507-659639611-1XsZ29360507xIM-e1510336874369-201x300.jpgUne ligne complètement différente, continentale et émancipatrice était représentée, associée à la revue Geopolítica, par Gustavo F. J. Cirigliano, auteur, entre autres, de La Argentina triangular : geopolítica y proyecto nacional (1975). Il propose de surmonter deux faiblesses géopolitiques de l'Argentine: le sous-développement des "espaces ouverts" en Patagonie et en Antarctique, et la concentration démographique et industrielle excessive dans la province de Buenos Aires. En intégrant sa périphérie et en atteignant l'équilibre en tant qu'État-nation, l'Argentine devait "rectifier sa géographie et son histoire". Sur le plan international, G. F. J. Cirigliano prône l'intégration régionale latino-américaine et une politique de non-alignement pendant la guerre froide. L'Argentine prendrait la tête des pays du Cône Sud, qui seraient libérés de l'influence américaine. Le développement du Cône Sud se ferait dans un triangle géopolitique d'axes stratégiques dominés par Buenos Aires: l'axe fluvial (Río de la Plata), l'axe andin (nord-ouest de l'Argentine, Chili, Pérou) et l'axe méridional (détroit de Magellan, Malouines, Antarctique). L'échec de l'Argentine sur la voie de la superpuissance est imputable aux États-Unis et au Royaume-Uni.

L'importance de l'intégration nationale et de l'ordre interne dans le pays pour sa cohérence géopolitique a été soulignée par Basail Miguel Angel. La défense des droits de l'Argentine sur l'Atlantique Sud, les Malouines et l'Antarctique argentin, et l'importance de ces zones en cas de fermeture du canal de Panama ont été présentées par Juan B. Bessone. La conception continentale de l'émancipation de l'Amérique du Sud de la domination des thalassocraties yankee et brésilienne a été présentée dans l'ouvrage "Geopolítica de la liberación" (1972) de Norberto Ceresole : l'axe thalassocratique Washington-Brasilia conserve un avantage sur les mers, l'Argentine devrait donc être le fer de lance de l'intégration tellurique des États hispanophones d'Amérique du Sud. Le Cmdr Benjamín Cosentino a souligné l'importance historique, géopolitique et stratégique des Malouines et de l'Atlantique Sud. Héctor Gómez Rueda a proposé de renforcer l'importance et la grandeur de l'Argentine par son intégration avec les États voisins. Jorge Nelson Gualco a fait des recommandations similaires, proposant une intégration sud-américaine sous la direction de l'Argentine, mais excluant le Brésil, dont il critiquait le modèle de développement qu'il considérait comme néo-capitaliste et soumis aux intérêts américains. L'émancipation de l'Argentine vis-à-vis des États-Unis dans le domaine de l'industrie de l'armement a été préconisée par le général Eduardo Juan Uriburu. Il a appelé le projet "Plan Europa" et il impliquait l'achat d'armements et de technologies militaires auprès de pays européens, en particulier l'Allemagne, la France et la Belgique. Horacio Veneroni a également souligné que les États-Unis avaient "piégé" les industries d'armement latino-américaines dans un système de dépendance à leur égard. L'émancipation de l'Argentine par le développement de son plein potentiel géopolitique a été préconisée en 1970 par le général Osiris Guillermo Villegas.

Provincia-de-Tierra-del-Fuego-Antartida-e-Islas-del-Atlantico-Sur-Argentina-Instituto.png

Augusto Pinochet (1915-2006), note (6) que l'élite politique argentine et les fondateurs de l'école argentine de géopolitique sont conscients que la situation géographique de leur pays le place hors de portée effective des puissances mondiales, ce qui donne à Buenos Aires la liberté de lutter pour l'hégémonie dans la région du Cono Sur. Ces tendances se traduisent à la fois par un sentiment de responsabilité à l'égard de la paix et de la sécurité du cône sud et par la volonté de créer une "Grande Argentine" qui englobe également les Malouines, les Sandwich du Sud et l'Antarctique argentin. Pour illustrer cette prédisposition géopolitique de leur pays à dominer la région de La Plata, les officiers argentins utilisent la métaphore de la "route de l'orange" (El Camino de la Naranja): une orange (ou toute autre chose) jetée dans le courant de n'importe quelle rivière appartenant au système fluvial de La Plata doit tôt ou tard atteindre Buenos Aires, passant ainsi sous le contrôle de l'Argentine.

La disparition de l'école géopolitique argentine

Après la fin du régime militaire, pendant la période connue sous le nom de "Processus de réorganisation nationale" (Proceso de Reorganización Nacional) entre 1976 et 1983, et après l'avènement du démolibéralisme et sous le règne du premier président démolibéral du pays, Raúl Alfonsín (1983-1989), l'école argentine de géopolitique s'est décomposée et a perdu de son originalité. Les anciennes orientations "continentales" (indépendantistes) et "occidentales" (pro-yankee) ont perdu de leur pertinence, tandis qu'ont émergé de nombreux ouvrages écrits dans une veine marxiste ou libérale, accusant la géopolitique d'être un outil doctrinal du militarisme, de la dictature, de l'expansionnisme et du terrorisme des gouvernements militaires. La tradition de l'école argentine de géopolitique est défendue par des auteurs tels que N. Boscovich (par exemple, l'ouvrage de 1999 "Geoestrategia Para la Integracion Regional"), C. J. Moneta, Hugh Gaston Sarno, Andres Alfonsin Bravo et d'autres. Des traductions en espagnol d'ouvrages de K. Haushofer, H. J. Mackinder et Saul Cohen, entre autres, sont également publiées. Les thèmes abordés sont les suivants : l'intégration économique régionale. Mercosur, la gouvernance démocratique et la politique de non-alignement, la mondialisation et les relations des États-Unis avec l'Amérique latine, ainsi que les questions classiques de sécurité territoriale et frontalière - en particulier en ce qui concerne les Malouines, qui sont toujours une colonie britannique.

Ronald Lasecki

Publié à l'origine dans Polityka Narodowa

Soutenez mon travail d'analyse: https://zrzutka.pl/xh3jz5

Littérature :

    1) Child J., Geopolitical Thinking in Latin America, 'Latin American Research Review', vol. 14, no. 2/(1979), pp. 89-111.

    2) Dinges J., Le temps du condor. Comment Pinochet et ses alliés ont semé le terrorisme sur trois continents, Czarne Publishing House, Wolowiec 2015.

    3) Dodds K., Geopolitics and Geographical Imagination of Argentina, [in] K. Dodds, D. Atkinson (eds), Geopolitical Traditions.A century of geopolitical thought, Routledge, London and New York 2000, pp. 150-185.

    4) Dobrzycki W., Latin America in the modern world, Ministry of National Defence Publishing House, Varsovie 1989.

    5) Tenże, Les relations internationales en Amérique latine. Histoire et contemporanéité, Wydawnictwo Naukowe SCHOLAR, Varsovie 2000.

    6) The Geopolitics of Brazil : An Emergent Power's Struggle with Geography, https://wikileaks.org/gifiles/attach/44/44401_An%20Emergent%20Po.pdf (14.03.2020).

    7) Pinochet Ugarte A., Geopolítica. Segunda Edicion, Editorial Andres Bello, Santiago 1974.

jeudi, 07 décembre 2023

Laura Richardson, chef du Commandement Sud, a appelé à réactualisation de la Doctrine Monroe pour sécuriser les ressources de l'Amérique du Sud

211223-Laura-Richardson-730x438.jpg

Laura Richardson, chef du Commandement Sud, a appelé à réactualisation de la Doctrine Monroe pour sécuriser les ressources de l'Amérique du Sud

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/laura-richardson-jefa-del-comando-sur-pidio-actualizar-la-doctrina-monroe-para-asegurar-los-recursos-de-america-del-sur/#google_vignette


Le général Laura J. Richardson, chef du Commandement Sud des États-Unis (SouthCom), a rappelé, samedi 2 décembre, l'importance pour son pays de "fournir une assistance" à la région sud-américaine et caribéenne en raison de ses "ressources naturelles infinies" et stratégiques et de la nécessité de rivaliser avec les contrats que la Chine a conclus avec les pays d'Amérique du Sud.

Lors du Forum sur la défense nationale Reagan 2023 (organisé par l'Institut Ronald Reagan -RRI-), Mme Richardson a participé à une table ronde intitulée "Retour à Monroe ? Protéger notre hémisphère et notre patrie" - en référence à la doctrine Monroe - où elle a souligné les richesses du continent et mis en garde contre l'avancée de la Chine dans la région: "Il est temps d'agir", a-t-elle déclaré, et elle a précisé l'objectif des États-Unis de récupérer le leadership de l'hémisphère face à leur "concurrent stratégique".

"Le pétrole, 50% du soja mondial, 30% du sucre, de la viande et du maïs proviennent de cette région", a indiqué Mme Richardson qui a cité ces exemples parmi les ressources stratégiques dont il faut "prendre soin" dans le cadre de la doctrine Monroe actualisée.

Avec la participation des plus hauts officiers militaires du pays, des législateurs et de certains experts, l'événement de cette année s'est concentré sur l'analyse et le débat sur la géopolitique, la croissance économique de la Chine, le soutien à l'Ukraine et à Israël, ainsi que sur l'importance du développement de l'IA (Intelligence Artificielle) et une série d'autres questions relatives à la sécurité nationale.

Parmi les participants figuraient le général Charles A. Flynn, commandant général de l'armée américaine dans le Pacifique, le secrétaire américain à la défense Lloyd J. Austin III, James D. Taiclet, président-directeur général de Lockheed Martin Corp, l'amiral Lisa Franchetti, chef des opérations navales de la marine américaine, le représentant Ken Calvert, président du House Appropriations Defence Subcommittee on Appropriations ; le général David W. Allvin, chef d'état-major de l'US Air Force, Missy Ryan, vice-présidente exécutive de Microsoft et modératrice, et les organes de presse suivants : The Economist et le Washington Post.

LithiumTriangle.png

Il convient de noter que la chef du Southern Command (l'un des dix commandements de combat unifiés appartenant au ministère américain de la Défense) a publiquement et à plusieurs reprises exprimé son intérêt pour les ressources naturelles de la région, notamment "le triangle du lithium : Argentine, Bolivie et Chili", ainsi que "le pétrole, le cuivre et l'or du Venezuela", "le poumon du monde : l'Amazonie" et "31% de l'eau douce de la planète".

vendredi, 03 novembre 2023

La validité et l'efficacité de la pensée de Perón

7a0343bc9be213bdbed8828f8c69cb12.jpg

La validité et l'efficacité de la pensée de Perón

Antonio Rougier

Source: https://geoestrategia.es/noticia/41680/opinion/la-vigenci...

Comme la vie le veut, et parce que les âmes sœurs se rencontrent aussi, je suis entré en contact via Facebook avec Pedro Jubera García de Madrid. Et, partant de conceptions apparemment différentes (socialisme espagnol et justicialisme argentin), nous nous sommes mis d'accord sur les fondamentaux : le respect de la dignité humaine et la lutte pour la justice sociale.

Sur cette base, il me demande d'essayer d'apporter des concepts sur "la validité et l'efficacité de la pensée de Perón" (dans un bref résumé) afin de contribuer à sa clarification dans les milieux espagnols à travers la prestigieuse REVISTA GEOESTRATEGIA.

Ma gratitude est suprême.

Péronisme ou justicialisme

Commençons par clarifier le "nom". Il faut savoir que le mot Justicialismo est synonyme de "doctrine péroniste". Parmi les idées et les concepts qui fondent le projet politique, le "péronisme" a été la première concrétisation de ces "idées ou doctrine" au cours de la vie du général Juan Domingo Perón.

Cela signifie qu'il peut y avoir d'autres "réalisations" de la doctrine péroniste, des idées de Perón, du justicialisme, comme ce fut le cas en Argentine, selon mon concept, du kirchnerisme et de l'actuel "multilatéralisme" en tant qu'expression de la "troisième position" proposée par Perón.

La coïncidence entre la "doctrine péroniste" et le "justicialisme" se trouve dans la définition même de la doctrine péroniste :

"La Doctrine péroniste ou Justicialisme, qui a pour but suprême d'atteindre le bonheur du Peuple et la grandeur de la Nation, au moyen de la Justice sociale, de l'Indépendance économique et de la Souveraineté politique, en harmonisant les valeurs matérielles avec les valeurs spirituelles, et les droits de l'individu avec les droits de la société".

Et sa réalisation, Perón l'explique ainsi, en parlant de sa "troisième position" le 1er décembre 1952 :

"Le gouvernement des nations peut se réaliser de différentes manières ; mais toutes, au cours de l'histoire, ont oscillé comme un pendule entre l'individualisme et le collectivisme. Nous pensons qu'entre ces deux extrêmes, il existe une troisième position, plus stable et permanente, et c'est sur cette troisième position que nous avons fondé toute notre doctrine, dont les principes constituent le Justicialisme et dont la réalisation est le Péronisme".

Nous essaierons donc désormais de partager avec vous ce qu'est le Justicialisme, dont la première "réalisation" a été le Péronisme. Et qui a été pensé comme une proposition universelle, comme nous essaierons de le justifier.

Le Justicialisme est un Mouvement National

Qu'est-ce que cela signifie ? Cela signifie que toute la proposition politique de Perón, dans ses idées et ses réalisations, s'adressait et s'adresse toujours "au peuple argentin dans son ensemble". Par conséquent, le Justicialisme n'est pas un "parti politique", même s'il prend cette forme pour pouvoir participer à la structure "démocratique" nationale et internationale actuelle.

Parce que Perón a pris l'Argentine, l'ensemble du peuple argentin comme une unité, comme un corps, comme une organisation unique. Et pour Perón, toute organisation, et donc l'Argentine, doit comporter deux éléments essentiels :

- l'organisation spirituelle, constituée par l'ensemble des idées et surtout par l'objectif qui "unit" les membres de toute organisation. Idées ou objectifs qui visent à unir les membres du Mouvement Justicialiste National.

- L'organisation matérielle, constituée par la forme et la manière de réaliser ces idées, cette finalité, que Perón appelle "formes d'exécution".

peron.jpg

Pour Perón, l'instrument de l'organisation spirituelle est la "doctrine". Réaliser ce qu'il appelle "l'unité de conception", l'unité d'idées, l'unité d'objectifs au sein du peuple dans son ensemble.

Pour que le peuple nous accompagne librement et volontairement dans la réalisation de ces idées, de cette doctrine. Réaliser "l'unité d'action". Une tâche qui implique nécessairement une occupation constante pour "transmettre" ces idées, cette Doctrine.

Le but premier pour atteindre le but suprême

Le but premier des idées, d'une "doctrine nationale" était de réaliser ce qu'il appelait "l'unité nationale" le 1er mai 1950 avec ces concepts.

"Pour que notre peuple adopte notre idéologie et réalise la coïncidence essentielle pour atteindre notre objectif premier d'unité nationale, il était nécessaire d'abattre toutes les barrières de séparation entre le peuple et ses gouvernants et entre les différents groupes sociaux d'un même peuple, et de faire en sorte que chaque Argentin se sente maître de son propre pays. C'est pourquoi nous avons lancé le grand objectif de notre mouvement : la justice sociale".

La doctrine n'est pas née d'une réflexion de bureau mais d'un "processus" permanent de contact et de dialogue avec les travailleurs en particulier.

Ce processus peut se résumer ainsi : le premier objectif de Perón était la "justice sociale" : que chaque Argentin vive un peu plus heureux, un peu plus dignement que jusqu'alors, comme le veut le principe de la "dignité humaine".

Lorsqu'il a essayé de mettre cela en pratique, il a constaté que presque tous les biens du pays se trouvaient dans des mains étrangères : la Banque centrale, les chemins de fer, les transports terrestres et maritimes, etc. Il lui faut donc réaliser l'"indépendance économique" et la "souveraineté politique" sans lesquelles cette justice sociale est impossible.

f6aa43ab00db9b7a867357de7e2e02b1.jpg

b2e98553027a29c27a216cd4baebc312.jpg

La réalisation de cette "justice sociale" par le biais de l'"indépendance économique" et de la "souveraineté politique" a pris toute la durée du premier gouvernement : de 1946 à 1951, et il l'a réalisée par le biais du premier plan quinquennal.

Une fois la "justice sociale" réalisée avec succès au cours de cette période et en préparation du deuxième plan quinquennal, il définit "la doctrine péroniste ou justicialisme" comme le troisième article de la loi "nationale" 14.184 du deuxième plan quinquennal :

"Aux fins d'une interprétation correcte et d'une exécution efficace de la présente loi, la "doctrine nationale", adoptée par le peuple argentin, est définie comme la doctrine péroniste ou le justicialisme, qui a pour objet:

- L'objectif suprême est d'atteindre le bonheur du peuple et la grandeur de la nation,

- par la justice sociale, l'indépendance économique et la souveraineté politique,

- en harmonisant les valeurs matérielles avec les valeurs spirituelles, et les droits de l'individu avec les droits de la société.

L'objectif premier de "l'unité nationale" pour atteindre l'objectif suprême du "bonheur du peuple et de la grandeur de la nation".

Tous ces concepts proposés dans l'histoire, en tant que projet politique, n'ont été proposés par le Justicialisme qu'avec cette clarté et sont parfaitement réalisables aujourd'hui dans n'importe quelle partie du monde.

Dans n'importe quel pays du monde, il est possible de former un Mouvement qui vise le "tout" du Peuple. Il est "national".

Il a pour but premier l'unité nationale.

Son but suprême doit être "le bonheur de son peuple et la grandeur de sa nation".

Qu'il réalise ce bonheur et cette grandeur par la justice sociale, l'indépendance économique et la souveraineté politique.

En cherchant toujours, en toutes choses, à harmoniser les valeurs matérielles avec les valeurs spirituelles et les droits de l'individu avec ceux de la société.

Bien sûr, en essayant de comprendre, par la réflexion et l'étude, quel est le sens et la signification que le Justicialisme donne à chacun de ces concepts.

Un sens et une signification que l'on retrouve dans le plan de formation mis en œuvre par Perón à travers l'École supérieure péroniste et les Écoles syndicales pour parvenir à l'"élévation culturelle" permanente de l'ensemble du peuple. Vous pouvez consulter ce plan sur le site www.escuelasuperiorperonista.com

Et dont la première et synthétique explication se trouve dans ce résumé.

APERÇU GÉNÉRAL DE LA DOCTRINE PÉRONISTE OU JUSTICIALISME:

1 - Objectifs de la doctrine.

1.1 - Immédiat : l'unité nationale. 1.2.

1.2 - Ultime : bonheur du peuple et grandeur de la nation.

2.- L'homme, la femme, l'être humain est une dignité (c'est le principe philosophique fondamental).

2.1 - Est un principe et une fin en soi (a des valeurs individuelles).

2.2 - Elle a une fonction sociale (valeurs sociales).

2.3 - Elle a des valeurs spirituelles (c'est l'harmonie de la matière et de l'esprit).

3.- La justice sociale (c'est le principe sociologique fondamental), qui implique :

3.1 - Elever la culture sociale (sociologie de la culture)

3.2 - Dignifier le travail (sociologie du travailleur, de la famille, du peuple, de l'Etat).

3.3 - Humaniser le capital (sociologie économique).

4.- L'indépendance économique (principe économique fondamental) signifie:

4.1 - Récupérer le patrimoine national (première étape).

4.2 - Réactiver l'économie (mettre le capital au service de l'économie).

4.3 - Répartir équitablement les richesses (mettre l'économie au service de la fonction sociale).

5.- La souveraineté politique (c'est le principe politique fondamental) qui signifie :

5.1 - Respecter la souveraineté des citoyens (droits des citoyens)

5.2.- Respecter la souveraineté du peuple (démocratie).

5.3 - Respecter la souveraineté de la Nation (autodétermination des Peuples).

44a731fa88affd849db310e4824ade1f.jpg

Sans jamais oublier le fondement spirituel du Justicialisme et ses conséquences, exprimé dans ce texte de l'Histoire du Péronisme d'Eva Perón.

"Les doctrines triomphent, dans ce monde, selon la dose d'amour infusée dans leur esprit. C'est pourquoi le Justicialisme, qui commence par affirmer qu'il est une doctrine d'amour et finit par dire que l'amour est la seule chose qui construit, triomphera.

Plus la doctrine est grande, plus elle est niée, plus elle est combattue. C'est pourquoi nous, les Justiciers, nous devons être fiers de savoir que les incapables, les vendus, les vénaux, ceux qui ne sont pas dans les intérêts patriotiques, la combattent de l'intérieur et de l'extérieur. Notre doctrine doit être bien grande quand elle est ainsi redoutée, combattue, détruite".

"Son efficacité et sa permanence dans le temps (1945-2023), comme le dit une chanson populaire : "malgré les bombes, les fusillades, les camarades morts, les disparus, ils ne nous ont pas vaincus". Et ils ne nous vaincront pas parce que le Justicialisme est une doctrine d'amour, parce que l'amour est la seule chose qui construit. Ce n'est qu'avec l'amour que l'on peut construire le bonheur d'un peuple et la grandeur d'une nation.

Et l'amour ne peut être tué. Il ne meurt jamais".

samedi, 21 octobre 2023

Argentine: Milei, dit « La Perruque », bientôt à la Maison rose ?

20231019044105-54596812.jpg

Argentine: Milei, dit «La Perruque», bientôt à la Maison rose ?

par Georges FELTIN-TRACOL

Le 22 octobre prochain va se dérouler en Argentine un scrutin présidentiel. Après un mandat chaotique de quatre ans miné par une inflation annuelle de 125 % et un taux de pauvreté avoisinant les 50 % de la population, l’actuel chef de l’État, Alberto Fernández, péroniste de centre-gauche, ne se représente pas. L’ancienne présidente péroniste de gauche de 2007 à 2015, Cristina Kirchner, qui est la vice-présidente, passe elle aussi son tour. Rappelons qu’en 2023, le péronisme a perdu tous ses axes fondamentaux et occupe tout le champ politique, de l’extrême gauche à la droite radicale sans oublier le centrisme. On attend cependant un écologisme péroniste ou un péronisme écologique…

Le candidat des dirigeants sortants est l’actuel ministre de l’Économie, Sergio Massa. Face à lui, le vieux parti Union civique radicale en coalition avec d’autres formations présente Patricia Bullrich, ministre de la Sécurité (de l’Intérieur si l’on veut) de 2015 à 2019 sous la présidence du libéral Mauricio Macri. Myriam Bregman porte les couleurs du Front de Gauche et des Travailleurs. Quant à l’actuel gouverneur de Córdoba, Juan Schiaretti, il incarne un centre-gauche modéré anti-kirchnériste et mécontent de la politique erratique de Macri. Mais ces quatre candidats à la « Maison rose », le siège de la présidence, craignent un cinquième que la presse surnomme « El Peluca » (« la Perruque ») en raison de sa coiffure excentrique : Javier Milei.

Aux élections primaires, obligatoires et simultanées du 13 août dernier, Javier Milei est arrivé en tête avec 29,86%. Ce député fédéral de Buenos Aires élu en 2021 met chaque mois à la loterie son indemnité parlementaire de  350.000 pesos (environ 2.900 euros). Les chaînes de télévision retransmettent en direct l’événement. C’est en 2014 que les animateurs radiophoniques et de télévision ont commencé à inviter cet économiste qui aborde la situation économique et politique du pays. Sa franchise et ses coups d’éclats verbaux en font vite une vedette médiatique.

000_33WM48B.jpg

Né dans la capitale argentine en 1970 d’un père chef d’entreprise de transports et d’une mère au foyer, Javier Milei s’essaye d’abord au football, puis au rock avant de suivre des cours d’économie et de décrocher un diplôme. Dans un pays où l’héritage interventionniste péroniste demeure fort présent dans les esprits, Milei se veut iconoclaste. Ce lecteur attentif de l’« École de Vienne » (Hayek par exemple) aime dénoncer la « caste politicienne parasite ». Ainsi prône-t-il la libération de l’Argentine ou, plus exactement, sa « libéralisation » : réduction draconienne des dépenses publiques, baisse massive des impôts, suppression des ministères de l’Éducation, de la Santé, de la Condition féminine, des Travaux publics et du Développement social, abandon de la gratuité de l’instruction, dissolution de la Banque centrale argentine, fin du contrôle des changes, arrêt du protectionnisme économique et recours au libre-échange total. Si Javier Milei se réclame du président faussement péroniste Carlos Menem (1989 – 1999), il apprécie beaucoup ce grand humaniste d’Al Capone. Il déteste en revanche le « pape » Bergoglio en qui il voit un fourrier du communisme.

Plus que libéral, Javier Milei est en réalité libertarien. Les Européens connaissent mal cette pensée politique. En 1988, Pierre Lemieux publie aux PUF dans la célèbre collection « Que sais-je ? », n° 2406, L’anarcho-capitalisme, c’est-à-dire la théorie d’une société sans aucun État dans laquelle toutes les relations humaines dépendraient du contrat et du droit. En 2009, Sébastien Caré sortait encore aux PUF dans la collection « Fondements de la politique » La pensée libertarienne. Genèse, fondements et horizons d’une utopie libérale. Pour cet auteur, les libertariens quittent le milieu conservateur et tombent à gauche. Dans les faits, en minarchiste fidèle à l’enseignement de Murray Rothbard, d’Ayn Rand et de Robert Nozick, Milei conçoit un « État minimal » réduit à ses seules fonctions régaliennes. Ainsi veut-il la liberté du port d’arme, la vente des organes humains, la légalisation de toutes les drogues. Il ne s’oppose ni au mariage pour tous, ni au changement de genre à la condition que cela ne coûte rien aux finances publiques. Il propose la dollarisation de l’économie. Le dollar des États-Unis remplacerait le peso et deviendrait la seule monnaie officielle. En revanche, ce climatosceptique avéré rejette l’avortement et le féminisme. Pourtant, il a choisi pour la vice-présidence la députée Victoria Villarruel accusée de nostalgie envers la junte militaire (1976 – 1983). Âgée de 50 ans, Karina dirige d’une main de fer la campagne de son frère si bien que de mauvais esprits la décrivent comme la véritable cheftaine…

E8g3zCHXoAcPOrp.jpg

Javier Milei a vécu en couple avec une célèbre chanteuse du cru. Désormais célibataire, il ne cache pas son hostilité à l’institution du mariage. Catholique de culture féru d’occultisme, il a déjà fait cloner l’un de ses chiens et a remercié les quatre autres décédés le soir de sa victoire aux primaires. Il organiserait des séances de spiritisme avec des tables tournantes afin de discuter avec ses chiens défunts.

Si existe depuis 2018 un Parti libertarien, Javier Milei a lancé son propre mouvement, La Libertad avanza (La Liberté avance), qui, pour l‘échéance présidentielle, s’est associée avec d’autres partis libéraux-conservateurs et des partis provinciaux assez anti-péronistes. Le système médiatique le soupçonne de proximité avec le parti espagnol Vox.

Suivi sur les réseaux sociaux par plus de cinq millions d’abonnés, Javier Milei considère que « la redistribution des richesses est un acte violent ». Il justifie sa chevelure exubérante en avouant être peigné par « la main invisible du marché ». En politique étrangère, ce super-atlantiste regrette l’entrée prochaine de l’Argentine dans les BRICS et soutient autant Israël que l’Ukraine. Il a enfin à plusieurs reprises mentionné devant micros et caméras son éventuelle conversion au judaïsme, bien sûr libéral. On est très loin d’une figure nationale-conservatrice, illibérale ou nationale-révolutionnaire...

Si Javier Milei devient le 54e chef d’État de l’Argentine, il est peu probable que son alliance électorale obtienne la majorité absolue au Congrès (Sénat et Chambre des députés). Dans un régime présidentiel tel que l’Argentine, le blocage risque alors de devenir permanent. Le chef de cabinet des ministres d'Argentine, soit l’équivalent du Premier ministre et du Secrétaire général de l’Élysée, devra pratiquer un art élevé de la séduction, du compromis et de la négociation auprès de parlementaires plus ou moins rétifs. Sa possible victoire peut aussi cristalliser l’activisme des forces de gauche et d’extrême gauche. En 2021, son slogan pendant la campagne législative était : « Je ne suis pas venu ici pour guider des agneaux mais pour réveiller les lions ! » Au pays des pumas, cette allusion féline relève de ses habituelles saillies.  

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 88, mise en ligne le 20 octobre 2023 sur Radio Méridien Zéro.

vendredi, 25 août 2023

Commentaires sur les élections en Argentine

71b8b0189e75ccc461b920b15577d9bd.jpg

Commentaires sur les élections en Argentine

Enric Ravello Barber

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2023/08/comentarios-sobre-las-elecciones-paso.html

La presse argentine et mondiale s'accorde à qualifier d'énorme surprise le résultat des élections des élections dites "PASO" qui se sont déroulées le dimanche 13 août en Argentine. Pour expliquer cette surprise au public non argentin, il faut tenir compte de l'énorme désastre économique et social que ces dernières années de gouvernement du parti justicialiste (péroniste) ont entraîné.

Les quatre candidats qui se sont présentés aux élections PASO avec une chance de devenir le prochain président argentin à l'automne partagent tous une idéologie libérale - à des degrés divers - et font partie du parti atlantiste - dans ses différentes familles - de Milei à Massa, les différences sont de l'ordre de la nuance, jamais de l'essence.

-1jmx-1.jpg

Le grand vainqueur Javier Milei (photo, ci-dessus), fondateur du parti La Libertad Avanza, doit son triomphe à son attaque constante contre la classe politique dont l'inaptitude a conduit l'Argentine à la situation chaotique actuelle; il n'a pas tort sur ce point. Mais Milei est de ceux qui ne critiquent jamais la classe économique mondialiste qui est la première responsable de toute gabegie, où que ce soit dans le monde. Politiquement, il se situe à l'extrême droite, mais en réalité, c'est un ultra-libéral (un anarcho-libéral, aime-t-il à dire de lui-même), un admirateur de Margaret Thatcher, qui a déclaré la guerre à l'Argentine et qui est favorable au libre marché des organes humains, comme il l'a lui-même répété. Le parti espagnol VOX a été le premier à le féliciter.

20230814044305-6173412.jpg

La coalition d'opposition de centre-droit JxC (Juntos por el Cambio) est le perdant politique de la soirée, sa deuxième place est loin des attentes et la distance avec le Justicialismo est très faible. Lors de l'élection interne, l'ultra-libérale Patricia Bullrich (photo, ci-dessus) l'a emporté sur le plus centriste Larreta, l'actuel maire de Buenos Aires. Bullirch, militante des Montoneros dans les années 1970, est aujourd'hui très proche de Milei dans sa vision économique, sans pour autant tomber dans l'histrionisme de ce dernier.  Du fait de son mari juif argentin, elle a des liens étroits avec Israël.

La coalition gouvernementale Unidos por la Patria (UxP) est arrivée en troisième position, son noyau politique, le Partido Justicialista, enregistrant les pires résultats de son histoire. Le candidat soutenu par Cristina Kirchner et l'aile gauche qui gouverne le Parti obtiennent un résultat ridicule. L'élection interne a été remportée par Sergio Massa, un autre centriste, lié au groupe de communication de Vila Manzano, soutenu par les exilés cubains et le Parti démocrate américain.

Les PASO (Primeras, Abiertas, Simultáneas, Obligatorias) n'ont pas d'effet administratif immédiat, mais ils permettent d'élire les candidats de chaque bloc et de voir qui pourrait être le vainqueur. Après les résultats d'hier, le scrutin d'octobre risque d'être un duel Milei-Bullirch - tant pis - et l'Argentine entrera dans quatre années d'ultralibéralisme et de soumission servile à l'atlantisme, avec une possible dollarisation de l'économie. Le péronisme passera à l'opposition, lourdement défait, la bonne nouvelle étant que cette défaite sans appel signifierait des changements internes au parti justicialiste et une activation politique des secteurs nationaux et sociaux du péronisme qui sont actuellement dispersés et sans cohésion politique en Argentine.

Les élections PASO ont été un premier avertissement du panorama politique actuel en Argentine. En octobre, nous reviendrons sur les résultats électoraux définitifs.

mercredi, 26 juillet 2023

L'Amérique latine contre la guerre irréfléchie des atlantistes

11Celac.jpg

L'Amérique latine contre la guerre irréfléchie des atlantistes

Luca Bagatin

Source: https://electomagazine.it/lamerica-latina-contro-la-sconsiderata-guerra-atlantista/

Les 17 et 18 juillet s'est tenu à Bruxelles un sommet entre l'UE et la CELAC, la Communauté des États latino-américains et caribéens, composée de 33 dirigeants latino-américains, dont beaucoup sont d'inspiration socialiste.

Et c'est justement eux qui ont pu donner une véritable leçon de paix, de souveraineté et de rationalité aux dirigeants de l'UE, depuis longtemps en proie à l'irrationalité, au bellicisme, à la médiocrité de la diplomatie et à l'absence de perspectives d'avenir.

Pensez au président de Cuba, Miguel Diaz-Canel, qui a déclaré : "L'Amérique latine et les Caraïbes ne sont pas l'arrière-cour des États-Unis, ce ne sont pas d'anciennes colonies qui ont besoin de conseils et nous n'accepterons pas d'être traités comme de simples fournisseurs de matières premières. Nous sommes des pays indépendants et souverains avec une vision commune de l'avenir, nous créons la communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes en tant qu'organe unique représentant notre unité. Le pillage colonial et le pillage capitaliste ont fait de l'Europe un créancier et de l'Amérique latine et des Caraïbes des débiteurs. Nous sommes préoccupés par l'insistance des États occidentaux à remplacer l'adhésion à la charte des Nations unies et au droit international par un soi-disant ordre international fondé sur des règles qui n'ont pas été négociées, et encore moins convenues avec qui que ce soit".

La vice-présidente du Venezuela, la socialiste Delcy Rodriguez, a également apporté un message de paix et de coopération, déclarant que "le Venezuela aspire à une coopération authentique, fructueuse pour les peuples, qui attendent quelque chose de leurs gouvernants, c'est pourquoi nous venons avec beaucoup d'espoir avec un message de paix, d'harmonie, qui devrait être la voie qui guide nos pays". Et il a souligné : "Il est douloureux de voir comment les gouvernements occidentaux dépensent 30 fois plus pour les guerres et les instances militaires et ne font rien pour atténuer la crise climatique, c'est pourquoi nous promouvons le message d'égalité et de vérité de nos peuples".

GA36BC42TRLAZFNFJ3R3WUVOKI.jpg

Le président socialiste du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, était du même avis, déclarant que "Deux milliards d'euros ont été dépensés pour financer cette machine de guerre qui n'apporte que mort, destruction et encore plus la famine" et que "Discuter de la paix, c'est arrêter la guerre. Tant que l'on tire, on ne peut pas parler", c'est-à-dire qu'il faut "créer un état d'esprit pour construire la paix".

Après la terrible pandémie de Co vid 19 (qui a été très bien surmontée, en Italie, grâce aussi à la contribution des médecins envoyés de Cuba) et avec une augmentation imparable des inégalités dans le monde, ainsi que des crises économiques sans précédent, souvent causées par des politiques économiques totalement dépassées et en faillite (voir l'augmentation inconsidérée des taux d'intérêt de la BCE qui, au lieu de réduire l'inflation réelle, mettent les citoyens à genoux), ainsi que des sanctions qui nuisent à tout le monde (surtout aux pays qui les ont émises), il est donc nécessaire de remettre les pendules à l'heure.

Un monde occidental qui a abouti à l'insouciance, à l'irrationalité, qui voit réapparaître des oppositions absurdes et réactionnaires du type de la guerre froide, est le moins souhaitable qui soit, et c'est précisément de l'Amérique latine socialiste que semblent nous venir d'importantes leçons.

Une Amérique latine qui, contrairement à l'Europe, n'a heureusement jamais connu le totalitarisme du 20ème siècle, mais qui a malheureusement été exploitée pendant longtemps - par les Européens et les Américains. Mais qui a su, au fil des siècles, influencée par la pensée chrétienne, théosophique, maçonnique, garibaldienne, libertaire et socialiste, non seulement se relever - surtout depuis les années 1990 jusqu'à aujourd'hui - mais aussi donner une perspective d'authentique socialisme réformateur, ce qui s'est perdu depuis longtemps dans une Union européenne où droite et gauche sont pratiquement indistinctes et se rejoignent dans l'irrationalité et l'absence de perspectives.

Construire un monde de paix, de coopération, de respect mutuel, sans ingérence, basé sur le droit international, est le seul antidote à l'irrationalité et le seul antidote capable d'apporter la prospérité économique, sociale et civile à chaque peuple.

C'est ce qu'a fait l'ancien secrétaire d'État américain, Henry Kissinger, qui, à l'âge de 100 ans, est beaucoup plus lucide que nombre de jeunes politiciens d'aujourd'hui et que le président américain Biden, qui est totalement inapte à assumer le rôle qu'il occupe.

19china-kissinger-tkwh-facebookJumbo.jpg

Henry Kissinger avait déjà entrevu, dans les années 1970, l'émergence de la République populaire de Chine et avait compris, comme lui, la nécessité d'un dialogue et d'une coopération entre les États-Unis et la Chine, au lieu de chercher des oppositions idiotes, puériles, anachroniques, irrationnelles.

Pietro_Nenni_speech.jpgCela me fait penser au dirigeant socialiste et ancien ministre des affaires étrangères Pietro Nenni (1891 - 1980) (photo), qui a été le premier en Europe à voir la nécessité d'ouvrir l'Occident au dialogue avec la Chine (et nous n'étions même pas au début des années 1950).

Et je me souviens aussi de la rationalité, du pragmatisme et du sens de la coopération d'un autre grand ministre socialiste des affaires étrangères, Gianni De Michelis (1940 - 2019), que j'ai eu le plaisir et l'honneur de rencontrer en 2004.

Des personnages très différents, sans grande expérience ni grand curriculum, qui ont néanmoins rempli - ces dernières années - le rôle que Nenni et De Michelis ont si bien joué.

Le monde que nous avons connu, en Europe, semble avoir changé pour le pire, mais espérons que l'insouciance, l'ignorance et l'irrationalité s'arrêteront au plus vite. Ce serait déjà quelque chose.

mercredi, 12 juillet 2023

Russie-Cuba: un nouveau départ

Russia-Cuba.jpeg

Russie-Cuba: un nouveau départ

La relance de la coopération stratégique doit être mise en œuvre de manière globale et intégrée.

Leonid Savin

MOSCOU, 30 juin 2023, Institut RUSSTRAT. Dans les turbulences géopolitiques actuelles, rares sont les pays qui continuent à adopter une position amicale et sans ambiguïté à l'égard de la Russie. Même parmi les voisins, il y a des États dont les dirigeants préfèrent garder le silence ou utiliser la situation pour améliorer leur propre position. Mais parmi les vieux amis, la République de Cuba maintient un cap clair. Aux Nations unies, Cuba vote toujours en faveur de la Russie (ou contre les résolutions anti-russes poussées par l'Occident collectif). Le président cubain Miguel Diaz-Canel a clairement exprimé son soutien à l'opération militaire spéciale de Moscou et a condamné les pays de l'OTAN. Les médias cubains, en particulier ceux qui ont une diffusion internationale, comme Prensa Latina et TeleSuR, ont couvert de manière adéquate les événements dans les nouveaux territoires, le déroulement des hostilités en Ukraine et la position de la Russie. Les relations commerciales, économiques et humanitaires atteignent également un nouveau niveau.

diaz-canel-putin-2019.jpg

À la mi-mai, une délégation russe s'est rendue à Cuba, où s'est tenue une réunion régulière de la commission intergouvernementale sur la coopération commerciale, économique, scientifique et technique. Parmi les documents signés figuraient des mémorandums et des accords visant à développer la coopération bilatérale dans le secteur de la construction, la coopération dans le cadre du système unifié de préférences tarifaires de l'Union économique eurasienne, le renforcement de la sécurité énergétique de Cuba, l'expansion de l'approvisionnement mutuel en produits agricoles d'origine végétale, etc.

1760292.jpg

En juin, une délégation cubaine de haut niveau dirigée par le Premier ministre Manuel Marrero Cruz (photo) s'est rendue en Russie. Les négociations sur l'élargissement de la coopération se sont poursuivies et des accords supplémentaires ont été signés. M. Marrero Cruz a rencontré le président russe Vladimir Poutine, ainsi que les présidents des deux chambres de l'Assemblée fédérale, Valentina Matvienko et Vyacheslav Volodin. Ils ont discuté non seulement de l'interaction bilatérale, mais aussi de la position à l'égard de l'antagoniste géopolitique commun, les États-Unis. Lors de la rencontre avec l'invité cubain, Vladimir Poutine a assuré que "la partie russe, à son tour, fera tout pour aider Cuba à surmonter les sanctions illégales de l'Occident". Mme Marrero Cruz a également participé directement aux travaux du sommet de l'Union économique eurasienne à Sotchi et a assisté au Forum économique international de Saint-Pétersbourg.

Naturellement, un tel développement des relations bilatérales ne peut qu'inquiéter l'Occident. Ainsi, le journal français Le Figaro écrit que "comme au temps de la guerre froide, lorsque les citoyens soviétiques se promenaient en limousine "Tchaïka" sur les quais de La Havane, la russification de Cuba bat son plein. Les hommes d'affaires, les touristes et les hommes politiques russes reviennent". Les États-Unis, quant à eux, tentent de manipuler l'opinion publique cubaine par l'intermédiaire de leurs agents de propagande concentrés à Miami. Par l'intermédiaire de ces médias et blogueurs triés sur le volet, diverses idées sont lancées dans l'espace d'information cubain : les Russes vont dévorer l'économie cubaine, des missiles nucléaires seront bientôt à nouveau déployés sur l'île, des militaires russes se rendent à Cuba déguisés en diplomates, la base radar de Lourdes va fonctionner à nouveau, les Cubains vont perdre leur emploi, etc. etc. etc.

342b33c6766de6189ddf13d11bd3228f.jpg

Tout d'abord, il est absurde de placer des armes nucléaires directement sur le territoire cubain et de l'exposer à une hypothétique frappe de représailles. Avec la technologie hypersonique moderne, dont dispose la Russie, une frappe sous-marine depuis le golfe du Mexique ou l'Atlantique pourrait être lancée contre le territoire américain. En outre, Cuba est partie prenante au traité de Tlatelolco sur le statut de zone dénucléarisée de l'Amérique latine et des Caraïbes, auquel La Havane a adhéré en 1995, même si les Cubains ont relevé les problèmes liés à son application, citant la politique agressive des États-Unis, l'occupation continue de la baie de Guantanamo et le passage dans la région de navires et de sous-marins américains avec des armes nucléaires à leur bord.

Quant à Lourdes, la station n'existe tout simplement plus. Il n'y a ni infrastructure ni équipement. Le bâtiment de l'ancienne base militaire abrite un établissement d'enseignement, l'Université des technologies de l'information. Bien entendu, les spéculations à ce sujet se poursuivent. Récemment, les médias américains ont à nouveau lancé des accusations, mais cette fois-ci, c'est la Chine, et non la Russie, qui a été accusée d'avoir créé un nouveau centre de renseignement.

Personne n'a nié la possibilité de renforcer la coopération militaro-technique entre la Russie et Cuba. Il s'agit d'un processus naturel et, compte tenu de la proximité des États-Unis avec cette Liberty Island, l'expérience et les technologies militaires conventionnelles de la Russie peuvent s'avérer utiles et vitales pour La Havane. En outre, l'interaction des agences de sécurité peut être importante pour le maintien de l'ordre public, la prévention du scénario de révolutions colorées (et de telles tentatives ont été faites à plusieurs reprises à Cuba), la lutte contre le trafic de drogue, etc.

D'ailleurs, Cuba dispose d'un centre spécialisé du ministère russe des situations d'urgence, qui fonctionne dans le cadre d'un projet commun. Il existe une initiative similaire en Serbie et ses activités s'étendent à l'ensemble des Balkans. Il convient de noter que la situation socio-économique de Cuba est actuellement très difficile. Le pays connaît actuellement une crise du carburant et de l'énergie. En raison de la pénurie d'essence, la circulation des transports publics est limitée. La demande dépasse l'offre.

9510a9fb9c575ad733092421ff2bb487.jpg

Et l'offre est difficile à organiser. Bien que Cuba produise suffisamment de pétrole et de gaz, ces ressources naturelles sont utilisées pour produire de l'électricité. Le secteur agro-industriel manque également de denrées alimentaires et certains produits sont en rupture de stock depuis des mois. Le blocus américain en cours empêche tout commerce international digne de ce nom. Toutefois, certains pays voisins défient les sanctions de Washington. Il s'agit notamment du Mexique, du Venezuela et du Nicaragua. Depuis le retour de Lula à la tête du Brésil, les relations entre les deux pays se sont également améliorées (sous Bolsonaro, le programme des médecins cubains travaillant au Brésil a été réduit). En mai, le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères, Josep Borrell, s'est rendu à La Havane. Il a même promis au gouvernement cubain de faire des efforts pour résoudre les problèmes liés aux sanctions.

Bien que le premier jour de sa visite, il ait tenté de faire des remarques sur qui devrait coopérer avec Cuba (en se référant à la position vis-à-vis de la Russie), on lui a immédiatement fait comprendre que la question de l'interaction entre La Havane et Moscou ne serait pas du tout abordée avec lui, car cela ne le concernait pas. Borrell a retenu la leçon et n'est plus revenu sur ce sujet.

D'une manière générale, Cuba attribue à la Russie sa percée technologique et l'élimination d'un certain nombre de problèmes actuels. Des accords ont été signés dans le domaine de l'énergie, de la logistique et de l'approvisionnement alimentaire. Le réseau des magasins d'État à Cuba devrait bientôt recevoir une large gamme de produits alimentaires en provenance de Russie. Les travaux ont déjà commencé à l'usine métallurgique J. Marti Antillana de Acero, où l'atelier électrique de fusion de l'acier est équipé de matériel russe et son lancement a été rendu possible grâce à des investissements russes. Le système ferroviaire est en cours de modernisation. Le projet, mis en œuvre par la Compagnie des chemins de fer russes, est conçu pour une durée de dix ans. Une nouvelle flotte de wagons et de locomotives a également été fournie par la Russie il y a environ cinq ans.

5f5138803f5604ba9b0d1a3e15a01817.jpg

Enfin, les cartes MIR ont été introduites à Cuba et Aeroflot a commencé à opérer des vols vers le pays, ce qui augmentera considérablement le flux de touristes. Il faut toutefois reconnaître que, par rapport aux États-Unis et au Canada, il n'y a pas beaucoup de citoyens russes à Cuba. Au départ des États-Unis, il y a environ 30 vols par jour vers différents aéroports. Au départ du Canada, il y en a plus de dix. Jusqu'à récemment, il n'était possible de se rendre directement de Russie à Cuba que deux fois par semaine par charter. En outre, seuls les aéroports de Varadero et de Cayo Coco étaient desservis. Il n'y a toujours pas de vols directs vers les plus grandes villes de Cuba, y compris la capitale La Havane.

Toutefois, la flotte d'avions achetés aux États-Unis et risquant d'être bloqués par les pays occidentaux peut être utilisée pour les vols à destination de Cuba. Le tourisme, malgré les pays d'où l'on se rend à Cuba, est l'une des principales sources de revenus de l'État. Mais indirectement, il reflète aussi le niveau d'intérêt mutuel des pays. Si nous considérons d'autres segments dans lesquels Cuba occupe une position de leader, il convient de noter l'industrie minière. Plus précisément, le cobalt et le nickel. Cuba figure parmi les leaders de l'exploitation du nickel, aux côtés de la Russie, du Canada et de l'Australie.

Le travail de la société minière canadienne Sherritt International à Cuba présente une nuance très intéressante. Alors que les États-Unis se montrent sévères à l'égard de l'application des sanctions par leurs partenaires, cette société bénéficie d'une exception. La raison en est que ce nickel est utilisé pour fabriquer des cents, ce qui signifie que le nickel est extrait au bénéfice direct des États-Unis. Théoriquement, si la Russie devait écraser la présence canadienne dans ce secteur à Cuba (avec un traitement préférentiel pour La Havane), nous porterions un coup parallèle aux intérêts de deux États hostiles à la fois. D'autres projets de ce type pourraient voir le jour, puisque la Russie bénéficie d'un traitement de faveur maximal. Toutefois, un certain nombre de nuances compliquent encore les transactions, comme l'absence de banques russes à Cuba.

714cd38f571952663b8a997210968c17.jpg

On sait que ce problème est en cours de résolution et que sa solution permettra de renforcer la coopération entre les deux pays, non seulement au niveau des États, mais aussi au niveau des entreprises privées. Un autre aspect important qui entrave la coopération est la bureaucratisation des processus de part et d'autre. Par exemple, les parties se mettent d'accord sur certaines mesures ou certains projets à un niveau élevé. Mais lorsqu'il s'agit de passer aux choses sérieuses, tout est entravé au niveau intermédiaire en raison de l'absence d'un cadre législatif approprié. Et ni la Russie ni Cuba ne modifieront les lois pour les adapter à un quelconque accord.

C'est pourquoi nous avons besoin d'options alternatives qui conviendraient aux deux parties et contourneraient les obstacles existants. Les étudiants cubains viennent chez nous pour étudier dans le cadre de quotas et doivent apprendre le russe pendant une année supplémentaire. Cuba et la Russie dépensent des sommes considérables pour leurs études et leur hébergement. Il serait plus efficace de créer des cours de russe directement à Cuba, afin que des étudiants déjà préparés et motivés viennent chez nous. Cela réduirait les dépenses des deux pays, tout en renforçant l'image de la Russie à Cuba.

Il en va de même pour les échanges d'étudiants et de scientifiques entre les deux pays. Ces échanges n'existent tout simplement pas. Pourtant, il semblerait qu'après les sanctions imposées par les États-Unis et les pays de l'UE, nous ayons libéré un potentiel considérable (on peut y ajouter le personnel diplomatique), qui peut être partiellement réorienté vers Cuba. En effet, en creusant un peu, on s'aperçoit que depuis l'époque soviétique, il y a des projets non réalisés à Cuba, comme la construction d'une centrale nucléaire et du métro de La Havane. Ces deux projets pourraient être dégelés et relancés sur la base de technologies plus efficaces. De telles initiatives à long terme soutiendraient une ligne commune de coopération stratégique.

Источник: https://russtrat.ru/analytics/30-iyun-2023-2243-12119

mardi, 11 juillet 2023

Le rôle des ONG et des groupes religieux américains en Amérique latine

16250216_605.jpg

Le rôle des ONG et des groupes religieux américains en Amérique latine

Source: https://katehon.com/ru/article/rol-amerikanskih-npo-i-religioznyh-grupp-v-latinskoy-amerike

L'Amérique latine est une région particulièrement intéressante pour les États-Unis, qui cherchent à exercer une influence mondiale. Cependant, les pays d'Amérique Latine sont des territoires avec leurs propres caractéristiques, évoluant dans un scénario similaire en raison de leur histoire et de leur culture communes.

Pour comprendre la spécificité de la région, il faut remonter au début du 19ème siècle, lorsque les peuples américains, littéralement "asservis" par les colonies européennes, ont commencé à lutter pour leur indépendance. Une fois libres, ils ont commencé à créer des États individuels, à établir des constitutions et à s'organiser pour résister à l'impérialisme. À cette époque déjà, les mots "liberté" et "souveraineté" n'étaient pas des mots vides de sens pour de nombreux pays. La recherche de leur propre voie a donné lieu à des politiques de gauche et de droite dans les pays d'Amérique latine. Ces politiques étaient souvent extrêmement radicales, mais les dirigeants autoritaires et rigides étaient toujours remplacés par des démocrates idéologiques et vice versa.

fidel-castro-kuba-kupp-maktovertagande-uppror-rebell.jpeg

À la fin du 20ème siècle, de nombreux pays d'Amérique latine se sont retrouvés dans une situation économique difficile, qu'ils ont décidé de corriger par des réformes néolibérales, provoquant un mécontentement massif parmi la population, car les mesures visant à stabiliser l'économie impliquaient des réductions des dépenses sociales, une politique d'"austérité". C'est ce qui a conduit à ce que l'on appelle le "virage à gauche". Ce processus a déclenché un rejet définitif par les États latino-américains de toute intervention américaine, qu'il s'agisse d'investissements, de financements ou même d'exportations. Cependant, la lutte contre l'impérialisme américain ne date pas d'hier. Cuba, par exemple, vit sous les sanctions américaines depuis plus de 60 ans. Tout a commencé après la révolution, lorsque Fidel Castro a décidé de nationaliser les entreprises américaines. L'effondrement de l'Union soviétique n'a fait qu'aggraver la situation, l'île de la liberté perdant son "grand frère". En fait, l'économie dévastée du pays est devenue le prétexte d'un blocus intensifié de la part des États-Unis, qui cherchent à gagner de l'influence sur l'île de la Liberté sous le prétexte de lutter contre un régime dictatorial communiste.

C'est ainsi que toutes sortes d'organisations non gouvernementales américaines sont entrées dans l'arène de la lutte pour la domination régionale. Sous le prétexte d'une aide matérielle aux pays "affligés d'une maladie dictatoriale", elles ont commencé à mettre en œuvre les politiques exigées par le gouvernement américain dans les pays d'Amérique latino-américains dans le cadre de la lutte pour les droits de l'homme et la démocratie. La méthode dite du "soft power" est toujours efficace, car elle permet de fomenter des idées révolutionnaires pour renverser le gouvernement en place dans les pays d'Amérique latine.

Ainsi, pour gagner en influence dans la région, les États-Unis ont exercé une influence complexe sur les autorités "indésirables" en appliquant des sanctions, comme à Cuba ou au Venezuela, et avec des mesures supplémentaires de la part de diverses ONG et groupes religieux, qui parrainent souvent des mouvements antigouvernementaux.

USAID, NED, NDI, IRI... Ces organisations "non gouvernementales" portent des noms différents : pour les États-Unis, elles remplissent la mission messianique d'étendre la démocratie au reste du monde. Pour l'Amérique latine, il s'agit d'ouvrir la porte à la déstabilisation financée de l'ordre politique et de l'autonomie. Le principal intérêt des ONG est le maintien d'un gouvernement loyal et dominé par les États-Unis dans les pays latino-américains. Elles jouent également un rôle majeur dans les mouvements révolutionnaires et de protestation.

Seal_of_the_United_States_Agency_for_International_Development.svg.png

USAID

Cette organisation a été créée en 1961 pour lutter contre le communisme et aider les pays du monde entier à sauver la démocratie. Cette ONG est souvent associée à la CIA, au département d'État et au Pentagone. Mais que fait réellement l'Agence américaine pour le développement international ?

Le plus gros problème pour les États-Unis, ce sont les pays dont la politique vise à renforcer les relations avec la Russie et la Chine et à lutter contre l'hégémonie américaine. C'est pourquoi les principaux États "aidés" par l'organisation sont la Bolivie, le Venezuela, Cuba, le Mexique, le Panama, la Colombie, le Brésil et d'autres encore.

Selon un rapport du 17 mars 2023, les États-Unis prévoient d'allouer plus de 171 millions de dollars pour aider les personnes touchées par la crise politique prolongée au Venezuela. Cela comprend les migrants qui ont quitté le pays et ceux qui s'y trouvent encore, ce qui porte le total de l'organisation à environ 8 millions de personnes dans le besoin. Quelque 130 millions de dollars de financement humanitaire du département d'État sont également prévus pour les réfugiés et les migrants vénézuéliens, notamment pour l'hébergement d'urgence, l'accès aux soins de santé, l'approvisionnement en eau, l'assainissement et l'hygiène, ainsi que l'amélioration de l'accès à l'éducation ; le soutien aux moyens de subsistance ; le soutien au COVID-19 ; et la protection des groupes vulnérables, notamment les femmes, les jeunes, les LGBTQI+ et les peuples autochtones dans dix-sept pays, dont l'Argentine, Aruba, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, Curaçao, la République dominicaine, l'Équateur, la Guyane, le Mexique, le Panama, le Paraguay, Trinidad et Tobago, l'Uruguay et le Vénézuéla. Au début du siècle, l'USAID s'est associée à la NED pour fournir plus de 100 millions de dollars afin de créer plus de 300 groupes d'opposition au Venezuela. Ce travail se poursuit encore aujourd'hui.

sf_demo.jpg

En réalité, il s'agit d'une manifestation de la lutte contre le régime de Maduro au détriment de la démonstration qu'il gère mal "l'état déplorable du système social du pays", qui ne peut pas assurer un bon niveau de vie aux citoyens du Venezuela. L'activité des ONG dans l'État est une tentative de faire pression sur son gouvernement sous le couvert de l'aide aux pauvres.

En outre, l'organisation est activement impliquée dans le financement des médias latino-américains. Elle se concentre donc sur Cuba, en formant des journalistes. Cependant, il est important de noter ici que sur l'île de la Liberté, les médias sont contrôlés par l'État et au service de la "révolution", alors que dans le même temps, avec l'avènement de l'internet partout en 2018, les mouvements anti-gouvernementaux sous la forme de médias d'opposition, qui sont basés à l'extérieur du pays et souvent financés par les États-Unis, ont pris de l'ampleur dans les médias sociaux. L'USAID, par exemple, a joué un rôle majeur dans les manifestations de juillet 2021. Dans son article intitulé "The Bay of Tweets : Documentos apuntan a la mano de Estados Unidos en protestas en Cuba", l'un des principaux portails d'information du pays, Cubadebate, cite des "preuves d'"activités subversives" de la Maison Blanche". L'auteur suggère que la National Endowment for Democracy et l'Agence américaine pour le développement international financent des projets antigouvernementaux à Cuba (quelque 250 millions de dollars ont été alloués pour "renverser le socialisme" à Liberty Island). Cette dernière a notamment lancé en 2010 une application appelée Zunzuneo (l'équivalent cubain de Twitter). Son nombre d'utilisateurs a atteint 40.000 à son apogée. L'idée était de créer un service qui diffuserait progressivement de la propagande en faveur d'un changement de régime et inciterait à la protestation. Creative Associates International Inc. (CAII), un autre projet de l'USAID, a travaillé sur des campagnes et a guidé des rappeurs pour engager les jeunes.

Sans titre.jpg

L'USAID a également été active dans d'autres pays, en particulier au Mexique, intervenant dans la vie politique du pays, qualifiant cela de "partenariat stratégique". En 2016, l'organisation a été au cœur des nouvelles réformes constitutionnelles de l'État. "De 2020 à 2025, USAID approfondira son partenariat stratégique avec le Mexique, en ciblant les gouvernements étatiques et locaux qui démontrent leur capacité et leur engagement à lutter contre l'impunité et la violence, tout en renforçant l'alliance économique bilatérale." Mais qu'est-ce que cela signifie réellement pour le Mexique ? En réalité, le gouvernement du pays se retrouve une fois de plus mal aimé par les Etats qui, sous couvert d'aide humanitaire et avec l'aide de diverses ONG, promeuvent leur politique de "démocratie propre". Le 3 mai 2023, le président mexicain sortant, Andrés Manuel López Obrador, s'est élevé contre les ONG américaines présentes dans le pays. Les États-Unis prévoient d'augmenter le financement des ONG travaillant au Mexique, ce à quoi le chef de l'État est prêt à opposer une protestation diplomatique à son voisin du nord : "Comment allez-vous donner de l'argent à une organisation qui s'oppose ouvertement à un gouvernement légitime et démocratique ? Comment vont-ils financer des opposants de l'étranger ? C'est une violation de notre souveraineté, c'est de l'interventionnisme", a-t-il déclaré, en s'indignant du financement par les États-Unis d'organisations telles que Mexico Evaluates et Mexicans Against Corruption. Le président n'a pas non plus ignoré les activités de l'USAID qui, avec le soutien de l'administration américaine, a apporté une aide économique à des mouvements antigouvernementaux au Mexique.

en-ned-web-ea681.jpg

NED

National Endowment for DEMOCRACY ou DESTABILIZATION ? L'organisation a été fondée en 1983, ce qui n'est pas une surprise : aujourd'hui, elle travaille activement avec le département d'État américain et la CIA. Son objectif principal est de promouvoir la démocratie dans le monde et elle le fait par tous les moyens, même radicaux, en renversant le gouvernement en place, en fomentant des révolutions et d'autres moyens similaires.

La NED est un amalgame de plusieurs organisations : Le Centre américain pour la solidarité internationale du travail (ACILS), devenu le Centre de solidarité, le Centre pour l'entreprise privée internationale (CIPE), l'Institut national démocratique pour les relations internationales (NDI) et l'Institut républicain international (IRI), chargés d'être de connivence avec les partis et mouvements locaux de gauche et de droite respectivement. Tous ces organismes sont financés par les mêmes fonds.

Comment fonctionne la NED ? C'est très simple, l'organisation influence les jeunes, les syndicats, les ONG dans les pays où elle opère, organise des formations, influence les médias indépendants. Tous ses programmes visent à influencer directement le pays, à promouvoir des politiques pro-américaines, à interférer dans les processus électoraux et à faire passer l'agenda nécessaire par les médias sous le prétexte des libertés démocratiques.

Parmi les mesures d'influence de la NED figure l'utilisation de jeunes pour tenter d'affaiblir l'esprit des forces de sécurité et d'obtenir la soumission des nations à l'impérialisme.

alianza_democratica.jpg

La NED a soutenu des partis politiques de l'opposition vénézuélienne, notamment Primero Justicia, Acción Democrática, Copei, Movimiento al Socialismo (MAS) et Proyecto Venezuela.

Ainsi, par exemple, le président autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido, reçoit un soutien financier d'une organisation non gouvernementale soutenue par les États-Unis et leurs alliés. Il convient de noter qu'il représente l'opposition politique à l'actuel chef de l'État, Nicolás Maduro, qui est non seulement détesté par les États, mais qui pose également de sérieux problèmes en termes d'influence politique et de domination économique sur le pétrole vénézuélien.

Il est également prouvé que quelque 40 à 50 millions de dollars sont alloués chaque année à des activités subversives anti-étatiques dans le pays. Les programmes sont promus sous des thèmes clés tels que "l'autonomisation, la liberté, la démocratie" et autres.

Quant à Cuba, tout y est également "clair" et "transparent". Permettez-moi de vous rappeler que Liberty Island est pratiquement le seul État socialiste de l'hémisphère occidental. Le communisme a toujours été le principal ennemi des États-Unis, c'est pourquoi Cuba, ou plutôt le régime de Díaz Canel, est diabolique. Même après la révolution, Fidel Castro a décidé de nationaliser les entreprises américaines, le pays a commencé à échapper aux mains des États-Unis, de sorte que la Maison Blanche fait pression sur le pays depuis plus de soixante ans par le biais d'un blocus économique : de nombreuses sanctions dans tous les domaines de la vie.

En 2018, 4,7 millions de dollars ont été détournés au profit de mouvements et d'ONG anti-cubains. Les activités de la NED sont particulièrement visibles dans la sphère médiatique : CubaNET, Diario de Cuba, HyperMedia, Cartel Urbano, qui se présentent comme des médias "indépendants", sont financés par le gouvernement américain.

sos-cuba-be-varvaro.jpg

Les médias sociaux ont joué un rôle important dans l'organisation des manifestations de 2021. Sur Twitter, les publications accompagnées du hashtag #SOSCuba ont circulé activement. La journaliste espagnole Juliana Maciasa Tovar a mené sa propre enquête et est parvenue à la conclusion suivante : "Que se passe-t-il à Cuba ? J'ai analysé plus de deux millions de tweets utilisant le hashtag #SOSCuba, qui ont commencé par une demande d'aide humanitaire impliquant des artistes, des milliers de comptes nouvellement créés et des bots, et qui se sont terminés par des manifestations dans les rues", a déclaré la journaliste citée par Telesur. Juliána Macíasa Tovar a souligné que le nombre de messages similaires (écrits comme des copies avec les mêmes erreurs) avec ce hashtag a augmenté rapidement grâce à leur diffusion par de faux comptes depuis les États-Unis : entre le 5 et le 8 juillet, il y en a eu environ 6000, et le 10 juillet, le nombre de tweets a dépassé les 500.000, ce qui explique l'"explosion" dans les réseaux sociaux le 11 juillet, le problème a pris un caractère de masse et les gens sont descendus dans la rue. "Plusieurs comptes automatisés diffusent le même tweet, avec la même référence à la personne qui a publié le texte original, y compris la vidéo qu'ils publient", a déclaré le journaliste. Il est très probable que les "bots" soient un projet d'ONG, parmi lesquelles l'USAID et la NED jouent un rôle majeur.

La Bolivie a également été touchée par le travail des ONG. En 2018, elle a reçu 908.832 dollars. Quelque 47% de cette somme ont été utilisés par l'Institut républicain international du Parti républicain, chargé de financer les partis de droite, et le Centre pour l'entreprise privée internationale, chargé de financer la chambre de commerce et d'industrie du secteur privé.

Les États-Unis ont été l'organisateur de la campagne antigouvernementale contre Evo Morales, l'ancien président du pays. L'opposition a commencé à s'opposer avec véhémence à sa réélection, et nous savons tous comment cela s'est terminé : le renversement du gouvernement légitime de la Bolivie. Les principaux diffuseurs et propagandistes sont, bien entendu, les médias, tels que l'agence de presse Fides, la plus ancienne agence de presse de Bolivie, et la Fondation pour le journalisme.

Bolivians-protest-coup.jpg

C'est exactement le même schéma qui fonctionne en Équateur. La NED est accusée d'avoir soudoyé des groupes antigouvernementaux dans le pays en 2013 (plus d'un million de dollars à diverses personnes de l'État, à des groupes d'extrême droite, à des fonctionnaires, à des ONG), en 2016, et l'actuel président de l'État, Guillermo Lasso, reçoit des fonds de pays étrangers et a ses comptes fiduciaires aux États-Unis.

Fondation Soros

La Fondation, connue pour son financement des révolutions de couleur dans le monde, "aide" économiquement des médias connus pour leurs positions anti-cubaines et anti-vénézuéliennes.

Plus de 60 millions de dollars ont été alloués l'année dernière pour empêcher des hommes d'affaires latino-américains pro-gouvernementaux "indésirables" et des membres de diverses communautés de s'exprimer. Deux organisations ont également été liées à la Fondation Soros : Latino Media Network et Lakestar Finance, qui ont infiltré les médias de la région et versé plus de 80 millions de dollars en faveur d'un programme pro-américain.

La fondation finance également des stations de radio indépendantes diffusant à Los Angeles aux États-Unis (plus de 18 stations).

Groupes religieux

La religion a toujours été une composante importante de tout État - c'est une force centralisatrice et unificatrice dont le rôle ne peut être sous-estimé. C'est pour cette raison que diverses associations confessionnelles peuvent devenir décisives dans la sphère politique intérieure d'un État.

En 2019, nombreux sont ceux qui établissent un lien entre l'arrivée au pouvoir du candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro au Brésil et le triomphe de la droite en Uruguay, le renversement du pouvoir en Bolivie et les organisations ecclésiastiques.

L'éviction présidentielle en Bolivie a été accompagnée d'un fort arrière-goût religieux, avec des dirigeants de l'opposition, notamment la présidente autoproclamée Janine Agnés, et l'homme d'affaires et chef du parti civil Comité pro Santa Cruz Luis Fernando Camacho. La Bible qu'ils tenaient entre leurs mains était le symbole de la lutte pour la liberté et la démocratie.

44A6PAD6NRNSRPJJT7VLLDRF3A.jpg

Dans le même esprit, Fernando Camacho (photo), catholique et membre de l'élite politique bolivienne du district de Santa Cruz, est devenu la référence la plus importante de l'opposition locale : "Je ferai de mon mieux pour que Dieu revienne au Palais brûlé".

De même, l'ancien président brésilien Jair Bolsonaro a utilisé la religion pour promouvoir ses idées d'extrême droite. Le parti politique Alliance pour le Brésil a été présenté avec le slogan suivant : "Défense de Dieu et rejet du communisme". Il existe également un groupe religieux sérieux au sein du gouvernement, le Front évangélique, qui comptait une cinquantaine de députés lors de sa création, mais qui en compte désormais 250.

Les pentecôtistes, qui sont apparus dans la région il y a plus de 100 ans, jouent un rôle important dans l'élaboration de l'agenda politique latino-américain. Aujourd'hui, le nombre de pentecôtistes dans ce pays d'Amérique latine est proche de celui des catholiques pratiquants.

Au départ, ce groupe religieux s'efforçait d'être apolitique, mais avec le temps, les choses ont commencé à changer : dans les années 1950, ils sont devenus plus civiques, essayant de se faire élire dans les parlements du Brésil et du Pérou. La première grande victoire des pentecôtistes a eu lieu en 1986, lorsque 18 représentants du groupe ont été élus au parlement. Ils ont souvent adopté une position de droite en opposition à la position de gauche de l'Église catholique.

e2b4a580c6b85ea8681bfec7b4495d40_XL.jpg

Convenção Geral das Assembleias de Deus no Brasil et Igreja Universal do Reino de Deus, les grandes églises pentecôtistes, ont donc une politique de droite. Elles créent leurs propres associations au sein du gouvernement, par exemple au Brésil avec le Front parlementaire évangélique (Frente Parlamentar Evangélica do Congresso Nacional, FPECN). Elles jouent donc un rôle croissant dans l'élaboration de l'agenda politique et, en soutenant des candidats de droite lors des élections, elles influencent l'équilibre des pouvoirs politiques en Amérique latine. Comme avec le président brésilien Jair Bolsonaro (19% des protestants ont déclaré avoir voté pour les candidats que l'Église leur avait signalés, tandis que 70% des évangéliques ont choisi Bolsonaro). Par conséquent, la politique de droite est "entre les mains" des États-Unis.

Outre les changements électoraux, les pentecôtistes influencent également l'humeur générale de la société en prônant des valeurs traditionnelles liées à l'idée de la famille et de l'église. Cela peut également expliquer leur virage politique à droite, Jair Bolsonaro étant connu pour ses déclarations sévères à l'égard des familles non traditionnelles, des femmes, etc. Cependant, malgré cette vision classique et correcte de la société, il ne faut pas oublier que les politiciens de droite restent fidèles aux États-Unis et cherchent souvent à établir des relations avec eux par la subordination et l'acceptation d'un cours néolibéral et de l'influence du voisin du nord sur l'économie, la politique et la société.

jeudi, 29 juin 2023

Le fiasco d'Annalena Baerbock au Brésil

aussenministerin-annalena-baerbock-besucht-china.jpg

Le fiasco d'Annalena Baerbock au Brésil

Par le Mouvement de Solidarité ibéro-américain

Source: https://jornalpurosangue.net/2023/06/27/o-mico-da-annalena-no-brasil/

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a expérimenté un fiasco diplomatique lors de sa visite au Brésil en compagnie de son collègue du ministère du Travail, Hubertus Heil. Outre le fait qu'elle ne s'est pas contentée de déclarations creuses et de platitudes, elle a prononcé un discours désastreux à São Paulo, ce qui a obligé l'ambassade d'Allemagne à Brasilia et Itamaraty à apporter les précisions officielles habituelles sur le fait qu'elle avait été "mal interprétée".

Tout d'abord, elle n'a pas été reçue par son homologue, le chancelier Mauro Vieira, qui était en déplacement et avait délégué cette tâche à la secrétaire générale d'Itamaraty, Maria Laura da Rocha. La seule autre personne officielle qu'elle a rencontrée est la ministre de l'environnement et du changement climatique, Marina Silva, en compagnie de laquelle elle a exprimé le soutien obligatoire de l'Allemagne à la politique de préservation de la forêt amazonienne.

Quant à l'intention d'influencer un changement dans la position brésilienne de neutralité par rapport au conflit ukrainien, l'échec a été mis en évidence dans l'allocution qui a été prononcée à São Paulo, où elle a tenu un discours à la Fondation Getúlio Vargas. Elle y a feint la condescendance à l'égard de la position du Brésil, mais l'a justifiée par un prétexte qui ne permet pas d'utiliser les adjectifs adéquats pour le qualifier: "Je voudrais dire clairement: je comprends parfaitement que vous, ici en Amérique latine, perceviez la menace de cette guerre différemment de nous en Europe. J'ai entendu partout dans le monde tout d'abord la question suivante; "où étiez-vous quand nous avions besoin de vous?" mais aussi "où est vraiment l'Ukraine?". Je comprends parfaitement qu'une mère d'Itaquera [un quartier de São Paulo] ou de Campinas dise: 'Pour moi, le prix du riz et des haricots au supermarché cette semaine est plus important que ce qui se passe dans un pays situé à 11.000 kilomètres' (Sputnik Brésil, 09/06/2023)".

Dans un commentaire sur la chaîne Arte da Guerra, le capitaine de frégate Robinson Farinazzo (RRm) a déclaré que Baerbock "a quitté le Brésil les mains vides" et a ajouté : "L'Occident a investi 124 milliards de dollars et a mis en place une coalition de 28 pays contre la Russie, envoyant toutes sortes d'armes, de mercenaires, de satellites, et ils ne parviennent toujours pas à résoudre le problème. Et maintenant, ils essaient de rejeter le problème sur le Brésil ? Les problèmes de l'Europe ne sont pas les problèmes du monde. Il faut que ces gens coincés, obtus, le comprennent".

Les médias allemands indépendants n'ont pas laissé les problèmes du ministre passer inaperçus. Sur le site Nachdenkseiten, l'un des rares à remettre en cause l'orthodoxie dominante des médias allemands officiels, le journaliste Jens Berger, à la plume acérée, a souligné: "Que faites-vous lorsque l'impopulaire tata de Berlin annonce une visite? Bien sûr, vous avez soudain des engagements importants qui ne peuvent être reportés ou, malheureusement, vous êtes loin de chez vous. C'est ce qui s'est passé hier au Brésil. Le président [Luiz Inácio] Lula da Silva avait soudain des engagements importants, l'homologue de Baerbock, [le chancelier] Mauro Vieira, avait un autre engagement urgent... Mas de temps pour la ministre allemande des affaires étrangères, qui voulait certainement donner aux Brésiliens ingrats son point de vue sur la guerre en Ukraine et sur le monde... Au moins, Baerbock a pu prendre quelques photos avec la ministre de l'environnement, Marina Silva. Cela a bien fonctionné, même si Silva n'avait presque rien à dire - en politique étrangère féministe, les symboles sont particulièrement importants pour votre électorat. Allemagne a atteint le degré zéro (Nachdenkseiten, 08/06/2023)".

Le passage de Baerbock au Brésil dénote l'effondrement diplomatique de l'Allemagne, au moment même où le gouvernement Scholz, inféodé à l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) et aux Etats-Unis, fait eau au rythme de la récession qui s'est abattue sur l'économie, entraînant dans son sillage le reste de l'Union européenne.

Abonnez-vous à la Revue de solidarité ibéro-américaine.

lundi, 19 juin 2023

La vice-présidente Delcy Rodríguez au Forum de Saint-Pétersbourg: "Le monde passe d'une économie hégémonique à une économie diversifiée"

delcy-rodriguez.jpg

La vice-présidente Delcy Rodríguez au Forum de Saint-Pétersbourg:

"Le monde passe d'une économie hégémonique à une économie diversifiée"

Source: https://misionverdad.com/venezuela/el-mundo-transita-de-la-economia-hegemonica-una-diversificada

S'exprimant lors du XXVIe Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) 2023, la vice-présidente exécutive du Venezuela, le Dr Delcy Rodríguez Gómez, a souligné la construction d'un nouvel ordre économique international comme un élément clé de l'ordre du jour de la réunion, où le commerce et la chaîne d'approvisionnement sont axés sur la région et localisés pour faire face aux blocages économiques illégitimes.

Le forum se tient à Saint-Pétersbourg, la deuxième ville de Russie, avec la participation de plus de 100 pays du monde entier. La haute fonctionnaire vénézuélienne a présenté une analyse de l'économie mondiale et a appelé à la dédollarisation du commerce international de l'énergie, soulignant que certains pays commencent déjà à vendre du pétrole et du gaz dans d'autres monnaies.

Une nouvelle étape, un nouveau tournant

La fonctionnaire vénézuélienne a souligné que la Chine et l'Inde sont désormais reconnues comme acteurs majeurs dans le monde, compte tenu du rôle que jouent actuellement les BRICS. Elle a souligné que:

"Il y a une rupture importante dans l'ordre économique international que les puissances du monde s'étaient données antérieurement pour contrôler le reste des pays. Nous sommes en train de faire un pas historique transcendantal en passant d'une économie hégémonique à une économie diversifiée, entre des pôles différents, divergents, qui vont recevoir une nouvelle configuration".

Elle a reconnu le rôle fondamental joué par la Chine dans la construction d'un nouvel ordre économique mondial, dont elle a dit que, dans 35 ans, la Chine aura le même PIB par habitant que les États-Unis. "Nous assistons ici à une nouvelle reconfiguration dans laquelle la région eurasienne retrouve sa position de leader historique", a-t-elle déclaré.

Elle a également analysé la façon dont le monde connaît actuellement des situations complexes et de nouveaux défis: "Lorsque nous regardons ce qui est arrivé à la situation hégémonique et au nouvel ordre international que les grandes puissances du monde ont créés, cela ne fait que montrer une rupture majeure".

Elle a présenté des estimations : d'ici 2040, les États-Unis et certains pays européens connaîtront une contraction majeure. Dans le même temps, elle a souligné que la demande principale d'énergie proviendrait de la Chine, de l'Inde, de l'Asie du Sud-Est, de l'Afrique du Sud, de l'Amérique latine et de l'Asie de l'Ouest. "Avec une demande énergétique plus élevée, nous assisterons déjà à une contraction dans les pôles nord", a-t-elle déclaré.

Un monde au-delà du dollar

Mme Rodriguez a souligné le déclin de la part du dollar dans les réserves et le commerce international, ainsi que la montée en puissance du yuan chinois. Selon elle, il n'est pas justifié qu'une monnaie dans laquelle un cinquième du commerce est effectué soit la référence alors que d'autres monnaies sont de plus en plus utilisées. En outre, elle a appelé à la création de nouveaux systèmes de paiement autres que SWIFT, qui régit jusqu'à présent la finance internationale, pour ceux qui utilisent des monnaies nationales ou autres.

1075345.jpg

Elle a noté: "Nous voyons déjà les pays arabes, les pays du Golfe, commencer à vendre leur pétrole et leur gaz dans des monnaies autres que le dollar américain", et elle a fait référence à l'augmentation de l'activité commerciale entre les régions qui placent la géopolitique avant les marchés.

Elle a rappelé la proposition du Comandante Hugo Chávez concernant l'utilisation de paniers de devises dans le commerce du pétrole. Elle a souligné: "La masse d'argent circulant dans l'économie américaine s'élève à 21.000 milliards de dollars, mais si l'on considère la masse d'argent circulant sur le marché international du pétrole, elle est cinq fois supérieure, c'est-à-dire 104.000 milliards de dollars".

Elle a insisté sur l'appel lancé par le président Nicolás Maduro, conjointement avec le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, à "commercer dans nos monnaies".

Le Venezuela vers les BRICS

Suivant les directives du président Maduro, la vice-présidente Rodríguez a annoncé que le Venezuela avait déjà demandé à rejoindre les BRICS. Ce bloc économique émergent représente 27% du PIB mondial, 30% du territoire mondial, 18% du commerce international, 43% de la population mondiale et a attiré 25% des investissements étrangers. Il a ajouté que l'économie des pays BRICS dépassait déjà celle des pays du G7. À cet égard, elle a déclaré: "Le président Nicolás Maduro a déjà présenté une demande d'adhésion par l'intermédiaire d'un pays de notre région, qui est le Brésil, pour commencer à faire partie de ce bloc important qui dessine aujourd'hui une nouvelle économie, qui cherche aujourd'hui un nouveau mécanisme financier pour ses relations commerciales, qui cherche de nouvelles formes de transaction qui remplacent l'hégémonie du dollar."

Elle a appelé à repenser le monde, les relations économiques, commerciales et financières internationales, soulignant que c'est la raison de la présence du Venezuela dans un forum aussi important que le SPIEF, et a conclu en appelant à un nouvel ordre économique "de justice, d'équilibre, d'inclusion et de compensation".

- Nous, animateurs de Mision Verdad, sommes un groupe de chercheurs indépendants qui se consacrent à l'analyse du processus de guerre contre le Venezuela et de ses implications mondiales. Depuis le début, l'utilisation de notre contenu est gratuite. Nous comptons sur les dons et les collaborations pour soutenir ce projet. Si vous souhaitez contribuer à Mision Verdad, vous pouvez le faire ici: https://misionverdad.com/donate

lundi, 15 mai 2023

L'horizon illibéral comme base et transition vers le nouvel ordre économique multipolaire et sa transcendance pour le Pérou et l'Amérique latine

9dbc48b3450769a4498893f9bf01dbf5.jpg

L'horizon illibéral comme base et transition vers le nouvel ordre économique multipolaire et sa transcendance pour le Pérou et l'Amérique latine

Israël Lira

Source: https://www.geopolitika.ru/es/article/el-horizonte-iliberal-como-base-y-transicion-al-nuevo-orden-economico-multipolar-y-su

Présentation donnée par Israel Lira le samedi 29 avril dans le cadre de la Conférence mondiale sur la multipolarité et la quatrième théorie politique grâce à l'organisation du mouvement culturel et social Nova Resistencia du Brésil, du Mouvement russophile international et du China Thinkers Forum, sous la direction de l'Institut Tsargrad (Moscou).

z_dc9Ix2_400x400.jpg

Israel Lira.

1. Introduction : la fin de Fukuyama par le passage de l'histoire

En 1992, Fukuyama nous a clairement dit que la fin de l'histoire était la victoire de la démocratie libérale sur le monde entier en tant que dernière étape du développement idéologique de l'humanité. Cependant, cette même histoire a joué un mauvais tour au politologue américain, dans la mesure où, à ce jour, le rejet de cette forme de système politique (la démocratie libérale) et socio-économique (le capitalisme libéral) est cyclique et s'accentue en période de crise. Fukuyama lui-même a dû accepter le nouveau scénario dans une interview qu'il a accordée au magazine londonien New Statesman en octobre 2018, où il approuve le fait que les démocraties libérales n'essaient même pas de définir ce qu'est une bonne vie, mais la laissent entre les mains de personnes qui se sentent aliénées, sans but, et que c'est la raison pour laquelle le phénomène des personnes qui s'identifient à des projets et à des groupes identitaires qui leur donnent un sentiment d'appartenance à une communauté est en train de croître. Mais ce n'est pas tout, puisque, en totale contradiction avec ce qu'il disait en 1992, et en signe évident de la défaite de Fukuyama face à l'histoire, il conclut que le socialisme doit revenir. On ne sait pas ce que Fukuyama entend par socialisme, mais telles ont été ses déclarations.

Dans le même ordre d'idées, et alors que nous pensions que rien ne pourrait faire reculer Fukuyama encore plus, non seulement en acceptant le retour des politiques socialistes dans certains domaines, dans une autre partie de l'interview, et à la surprise de l'interviewer et de nous-mêmes, il finit par accepter que Marx avait raison sur certaines choses, et c'est alors bien la fin de Fukuyama.

Cela confirme le fait que nous sommes confrontés à un nouveau scénario en matière de politique internationale, dans le cadre d'une vision qui n'est pas linéaire mais cyclique, qui n'est pas unipolaire mais multipolaire, qui n'est pas individualiste mais communautaire, qui n'est pas libérale mais illibérale, et qui n'est pas capitaliste mais anticapitaliste ou, du moins, orientée vers des formes alternatives, et que le mariage entre la démocratie (libérale) et le capitalisme a pris fin (avec l'émergence de démocraties illibérales et de capitalismes dirigés), le mariage que Fukuyama considérait comme la dernière frontière est devenu la dernière demeure face au divorce imminent sous l'expérience des puissances émergentes, le rejet de la mondialisation, la réaffirmation du patriotisme comme phénomène populaire et le renforcement des identités ethniques et culturelles des peuples.

screen_shot_2017-05-05_at_10.49.02.png

2. Le divorce entre démocratie et capitalisme (libéral) et le nouvel horizon illibéral

Ce divorce est désormais un fait accompli et ne fait que suivre la voie de la désintégration, augurant l'émergence de nouveaux systèmes politiques et socio-économiques, non pas par la subjectivité de nos propos, mais par l'objectivité des faits, et nous allons directement aux prémisses factuelles, en paraphrasant Mounk et Foa (2018), en l'espace d'un quart de siècle, les démocraties libérales sont passées d'une position de force économique sans précédent à une position de faiblesse économique sans précédent...(...). Sur les 15 pays du monde ayant les revenus par habitant les plus élevés, près des deux tiers sont des démocraties illibérales. Ajoutez à cela la nouvelle récente (RT, 13.04.2023) selon laquelle les BRICS ont largement dépassé le G7 en termes de croissance économique, par rapport au PIB mondial.

Cela réaffirme le fait que les démocraties libérales perdent du terrain face aux démocraties dites illibérales, qui acquièrent une plus grande force politique et économique sur la scène internationale, ce qui prouve que, comme l'a dit Zizek (2018), le lien entre la démocratie et le capitalisme est rompu.

Cela dit, il est clair que le nouvel horizon n'est nullement celui que prévoyait Fukuyama, mais qu'il se rapproche chaque jour davantage de la vision du philosophe russe Alexandre Douguine, d'un monde multipolaire, d'une géopolitique des grands espaces, d'une réversibilité du temps, de l'avènement d'une authentique laocratie et du retour à une vision communautaire de l'existence humaine en tant que revalorisation de l'ethos particulier des peuples. En d'autres termes, tout cela signifie que le nouvel horizon est un horizon illibéral qui augurera de l'émergence de nouveaux paradigmes politiques et socio-économiques.

C'est pour ces raisons que le facteur socioculturel est très présent dans la formation du pouvoir actuel des puissances et de leurs systèmes et structures politiques et socio-économiques particuliers, dans la mesure où ils ont pu se reconnaître comme des civilisations. En ce qui concerne le Pérou en particulier et le continent latino-américain en général, nous avons tous les outils pour faire du continent une grande puissance émergente, mais le Pérou, comme les démocraties latino-américaines en général, est toujours en transition vers des modèles de plus en plus illibéraux en raison des luttes constantes avec les oligarchies locales qui ont généralement toujours été serviles et fonctionnelles par rapport aux modèles libéraux de démocratie et d'économie, en particulier les modèles néolibéraux. Cependant, la volonté nationale d'opter pour des modèles illibéraux, tant sur le plan politique qu'économique, se réaffirme chaque jour, afin de changer la position économique des nations ibéro-américaines, qui ont toujours été reléguées au rôle de simples producteurs de matières premières, et non de produits manufacturés à valeur ajoutée dans le cadre de la division internationale du travail.

icrisolismomages.jpg

3. L'horizon illibéral comme étape de transition vers la quatrième théorie économique

Pour en revenir aux puissances émergentes, c'est la raison pour laquelle on parle de plus en plus de démocraties illibérales au détriment de la démocratie libérale, ainsi que la raison pour laquelle on parle de capitalisme aux valeurs asiatiques, d'économie sociale de marché ou de socialisme aux caractéristiques chinoises au détriment du capitalisme libéral habituel. En d'autres termes, des systèmes politiques et économiques qui se révèlent être des alternatives mixtes à l'échec de la trichotomie globalisante (en référence à l'individualisme comme proposition éthico-morale, à la démocratie libérale comme système politique et au capitalisme libéral comme système économique), et qui (trichotomie comme Alain de Benoist, 2002) par sa nature totalitaire même est toujours étrangère et indifférente aux héritages culturels, aux identités collectives, aux patrimoines et aux intérêts nationaux.

C'est dans ce scénario que la Quatrième Théorie Politique d'Alexandre Douguine commence à se manifester aussi sur le plan économique comme la Quatrième Théorie Économique (qui se base sur trois principes que nous déduisons à notre avis, sans être limitatifs, nous les considérons comme centraux, comme une synthèse dérivée de l'exposé de Douguine sur le sujet: 1) Principe intégral du travailleur comme sujet et du travail comme activité ; 2) Principe d'interprétation eschatologique de la réalité économique ; et 3) Principe d'équilibre entre production et consommation), dans la mesure où elle ne peut ignorer le fait que si l'on part de la reconnaissance que le libéralisme est devenu la seule réalité existentielle de la post-modernité et que nous vivons un troisième totalitarisme, on ne peut pas non plus ne pas accepter que le capitalisme libéral est le système économique de choix de cette réalité post-libérale (dans sa troisième phase de capitalisme financier).

En conclusion, la quatrième théorie économique en tant que nouvel horizon d'interprétation de l'économie est précisément cela, un guide d'action pour une nouvelle orientation ontologique de l'économie, et en tant que guide, elle sera enrichie par les traditions et les coutumes des peuples ancestraux et en cela sa transcendance tant pour le Pérou que pour le reste du continent ibéro-américain dans ses processus d'autonomisation émergente pour faire partie de cette réalité multipolaire naissante avec une dignité civilisationnelle. C'est pourquoi, au Pérou, les études politiques et socio-économiques orientées vers la quatrième théorie ont conduit à la création du Crisolismo, une théorie politique et économique péruvienne qui intègre les lignes d'action de la quatrième théorie politique en général et de la pensée andine en particulier, laquelle intègre l'antique tradition péruvienne et fusionne de ce fait avec le Dasein péruvien, soit le Dasein andin-amazonien auquel a été ajoutée la Tradition hispanique, ce qui a produit un syncrétisme car le peuple péruvien se réfère implicitement à des formes politiques et économiques diverses, lesquelles, ensemble, forment le Dasein péruvien, et, en tant que telles, étaient appliquées aux temps des Incas.  Par exemple, à l'époque des Incas, les habitants du Pérou ont toujours été guidés par deux principes: la réciprocité et la redistribution. Ce sont ces deux principes qui ont façonné le Tawantinsuyo en tant qu'empire hydraulique (en référence au système de service et d'administration de l'eau dans l'empire), avec les nuances du cas, dont les vestiges, après presque 1600 ans, fonctionnent encore aujourd'hui, bénéficiant toujours à de nombreuses populations locales. C'est pour cela que nous nous battons, pour un système politique et socio-économique pour l'éternité.