Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 février 2022

Le Congo des banques belges : beaucoup d'argent, peu de colons

b93_1221a.jpg

Le Congo des banques belges: beaucoup d'argent, peu de colons

Source: https://it.insideover.com/storia/

Entre les deux guerres, curieusement (du moins en apparence), la prospérité inattendue du nouvel "empire belge" et les importantes répercussions sur l'économie nationale - en 1936, rien qu'à Anvers, quelque 125.000 personnes travaillaient, directement ou indirectement, dans l'industrie du diamant - laissent l'opinion publique nationale assez indifférente. Insensibles à la propagande des milieux colonialistes ou aux suggestions des médias - on pense au grand succès de Tintin au Congo d'Hergé - la plupart des sujets flamands et wallons du roi Albert restent sceptiques quant au sort de la lointaine possession. Pour la majorité des Belges - tout à fait satisfaits de leur bien-être et uniquement intéressés par les querelles linguistiques et/ou l'affrontement entre les pouvoirs catholique et séculier - le Congo était "une affaire de dynastie, de banques, de trusts" et le rêve de quelques excentriques, donc un problème secondaire, un luxe superflu. Parfois une nuisance.

Ce n'est certainement pas le lieu pour une analyse des nombreuses fragilités et contradictions du royaume, mais nous pensons que l'expérience coloniale est paradigmatique de la complexité de la société belge. Au moment de la terrible crise de 1960, la froideur profonde pour toute hypothèse vaguement "aventureuse" ou impérialiste, l'éloignement et la distance vis-à-vis de la "grande politique", dont la Belgique profonde faisait montre, ont permis au gouvernement de Bruxelles - sans trop de crainte ni de remords - de faire des choix aussi hâtifs que dévastateurs.

91OtYglGUbL.jpg

Dans son reportage sur la tragédie africaine, Giovanni Giovannini (Congo nel cuore delle tenebre, Mursia 1966) soulignait, avec étonnement, la faiblesse de la présence blanche sur le territoire au moment de l'indépendance : à peine un pour cent de la population totale du pays, une "colonie pour millionnaires". Bien que loin de toute nostalgie fasciste, le journaliste était imprégné, comme toute sa génération, de visions post-Risorgimento et nationales et considérait ces chiffres inconcevables "pour des gens qui, comme nous les Italiens, ont toujours justifié leurs entreprises coloniales par la recherche de terres, où déverser l'excès de leur population, et qui ont gaspillé l'or, la sueur et le sang pour transformer les sables du désert en vignobles".

Bien que dans les années 1960, les lignes du gouvernement colonial aient pu paraître farfelues à un Italien, elles avaient leur propre logique. Préoccupées par la convoitise des grandes puissances, conscientes de la fragilité du dominion et attentives à la stabilité interne, les autorités bruxelloises ont sciemment empêché la formation d'une minorité blanche importante et cohérente, qui aurait pu se montrer capable de s'imposer à la métropole et de diriger - selon les schémas d'apartheid des dominions anglo-saxons ou, pire encore, sous le signe de la multiethnicité lusitanienne - une majorité noire toujours privée de droits politiques. Convaincus d'exorciser ainsi les conflits raciaux et de bloquer toute poussée centrifuge ou autonomiste des "Blancs d'Afrique", les pouvoirs centraux entravent toute hypothèse de migration européenne, limitant les entrées et décourageant toute installation. Au Congo, contrairement à l'Afrique du Sud, à la Rhodésie, à l'Afrique française, portugaise et italienne, il n'y a pas de place pour les pauvres hères turbulents, pour les petits blancs en quête de terre et d'avenir.

Comme Giovannini l'a toujours rappelé, la politique anti-peuplement est mise en œuvre d'une manière irréprochable : "Une première sélection est effectuée sur ceux qui ont l'intention de s'installer dans la colonie en exigeant d'aux qu'ils déposent une caution relativement importante; en outre, ils doivent faire preuve d'un niveau de vie honorable ; ainsi, sont considérés comme indésirables non seulement ceux qui, par manque d'instruction, ne peuvent pas lire ou écrire couramment une langue européenne, mais aussi ceux qui n'ont pas de moyens d'existence suffisants ; et aussi ceux qui ont fait l'objet de poursuites judiciaires ou de condamnations. Le candidat colon doit donc présenter un minimum de garanties prouvées par un certificat médical, un certificat judiciaire, une caution de cinquante mille francs pour le chef de famille et pour chaque enfant de plus de 18 ans et de vingt-cinq mille francs pour l'épouse et pour chaque enfant de 14 à 18 ans".

Le résultat fut, comme l'analyse Guy Vanthemsche, une présence blanche minimale, presque sans importance: "Pendant la période de l'EIC (= Etat Indépendant du Congo), le nombre de Belges au Congo était extrêmement faible, 1500 personnes tout au plus. Après l'annexion, la population a augmenté et a atteint 17.000 habitants en 1930. Après la Seconde Guerre mondiale, la présence s'est accrue: 24.000 en 1947 et 89.000 en 1959. En 1910, la Belgique comptait 7,4 millions d'habitants et 9,1 millions en 1961″.

COB_P029_1000F-xs.jpg

Le tableau social de la petite communauté belge à la veille de l'indépendance est d'ailleurs intéressant : près de la moitié de la population était composée d'employés de sociétés privées (les grands trusts miniers et les sociétés apparentées), 20% de fonctionnaires coloniaux (en majorité wallons), 15% de missionnaires (en majorité flamands), et seulement les 20% restants étaient des résidents permanents. Dans ce dernier segment, le moins aimé par l'administration, il faut inclure les indépendants, les commerçants, les artisans et les planteurs. En bref, les colons par choix ne s'élevaient même pas à 24.000. Quasiment rien.

La fermeture progressive - face à la croissance limitée de la composante belge - des accès et des permis pour les autres Européens a encore compliqué le tableau (et affaibli la composante blanche déjà insignifiante). En 1957, il ne restait plus au Congo que 5000 Portugais, 3639 Italiens (surtout du Piémont et des Abruzzes), 2800 Grecs (surtout des Israélites rhodiens) et quelques centaines de Français et de Britanniques. En bref, le Congo n'était délibérément pas un pays pour les Blancs.

20:22 Publié dans Belgicana, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgicana, belgique, congo, histoire, colonisation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire