Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 mars 2022

Guerre de l'information et action psychologique en Occident à un niveau sans précédent

875.jpg

Guerre de l'information et action psychologique en Occident à un niveau sans précédent

Par Marcelo Ramirez

Source: https://kontrainfo.com/guerra-informativa-y-accion-psicologica-en-occidente-en-un-nivel-sin-precedentes-por-marcelo-ramirez/

La guerre de l'information s'est définitivement installée à un niveau sans précédent en temps de paix, ou du moins de guerre non déclarée.

Les actions de Poutine ont été fermes, mais nous assistons aujourd'hui à une offensive de communication dans laquelle on tente de fixer un double concept dans l'esprit des sociétés occidentales : Poutine est un dirigeant dictatorial et sanguinaire, mais en même temps maladroit et improvisé qui prend des mesures sans calculer les répercussions de ses actions.

On assiste ainsi à une dualité incongrue mais répétitive, d'où l'insistance sur l'improvisation de l'armée russe dans son avancée sur l'Ukraine, soulignant les problèmes logistiques et la destruction de matériel, allant même jusqu'à dire que les rations alimentaires pour les troupes ont presque une décennie de retard.

Bien entendu, les sources de ces histoires sont des vidéos téléchargées sur les médias sociaux à partir de sources ukrainiennes, y compris des documents du SBU, le service de renseignement ukrainien, ou des États-Unis et du Royaume-Uni.

Ces documents sont pris pour vrais, même s'il s'agit de véhicules non identifiés écrasés par des explosions. Des chaînes spécialisées de YouTube ont même affirmé que plus d'un millier de véhicules russes ont été détruits par les forces ukrainiennes, en prenant ces sources pour vraies.

Cette situation s'accompagne de descriptions apocalyptiques des perspectives économiques de la Russie face à des sanctions sévères et inattendues. C'est là que nous voyons le double standard, Poutine est un fou qui n'a même pas estimé les dommages causés par l'Occident à son économie via les sanctions, ce qui, couplé à la planification militaire épouvantable, met en doute les perspectives d'avenir de Poutine à la tête du gouvernement russe.

Si vous ne détestez pas Poutine parce qu'il est un tyran sanguinaire, peu importe, au moins ne le soutenez pas parce qu'il est un homme inepte qui détruit la Russie.

L'une des erreurs qui lui est maintenant attribuée est que le dirigeant russe fait face à une opposition croissante dans son pays en raison des manifestations contre lui. Poutine est approuvé à 73 % ses initiatives militaires en Ukraine et les protestations proviennent d'un petit groupe aligné sur l'Occident, favorable aux politiques culturelles de Washington et financé par les Occidentaux.

C'est la même chose que ce qui s'est passé avec Navalny, qui était présenté comme une menace pour le pouvoir de Poutine et pourtant sa popularité n'a jamais dépassé 2%.

Information-warfare-functional-areas.png

Un autre exemple de la manipulation de l'information est que, profitant de l'ignorance générale en Occident, il est rapporté que les médias indépendants sont censurés, citant ce qui s'est passé avec la radio Echo de Moscou, présentée dans ces contrées comme une voix libre qui s'oppose à Poutine, omettant de dire qu'il s'agit simplement d'un média appartenant au capital américain.

La Russie a limité la participation de la propagande culturelle mondialiste occidentale, mais n'a pas réussi à la faire taire. De plus, contrairement à ce que les sociétés occidentales sont amenées à croire, Poutine est un dirigeant très populaire, mais il est loin d'être le maître de son pays.

Dans une nation où les leaders ont historiquement une forte personnalité, Poutine a dû faire face aux soi-disant oligarques, qui accueilleraient sûrement quelqu'un qui leur permettrait de contrôler le pouvoir politique grâce à leurs millions et sans se mêler des questions "patriotiques".

Ce sont ces personnes que l'Occident sanctionne aujourd'hui, en saisissant des yachts de luxe et en espérant que cela signifie que ces oligarques chercheront à renverser Poutine, mais l'équilibre interne des forces ne leur permet pas d'avancer comme dans nos pays habitués aux coups d'État économiques.

La Russie est un pays complexe avec plus de 150 nationalités et des intérêts différents, c'est pourquoi il est nécessaire de connaître son histoire et ses références politiques pour comprendre que Poutine ne fait qu'exprimer ce que la société russe dans son ensemble demande.

Seule l'ignorance peut faire croire que l'assassinat de Poutine, tel que proposé par le sénateur américain Lindsey Graham, changerait la position de la Russie vis-à-vis de l'OTAN.

imamafges.jpg

Ceux qui le pensent devraient prêter attention à certains détails tels que les demandes répétées de Ranzam Kadyrov, le leader tchétchène dont les hommes combattent le gouvernement de Kiev, qui a publiquement demandé au président d'avoir les coudées franches pour contrôler la situation dans les 48 heures.

En cela, nous voyons ce qui se passe réellement. La Russie n'a pas pris le contrôle de l'Ukraine simplement parce que l'intention de Poutine est de détruire l'appareil militaire de Kiev et de chasser les néonazis du pouvoir, mais pas d'annexer l'Ukraine ou d'anéantir sa population pro-occidentale.

Libérer Kadyrov aurait des résultats rapides, mais cela signifierait beaucoup de morts parmi les civils et la destruction des infrastructures. Une telle politique, similaire à celle de l'OTAN, c'est-à-dire des mois de bombardements jusqu'à ce que tout ce qui bouge soit détruit et ensuite passer sur les cendres pourrait bien être faite, la Russie a les moyens de l'exécuter, cependant, le ressentiment des Ukrainiens s'aggraverait et la Russie devrait également supporter les coûts ultérieurs de la reconstruction.

Ce n'est pas un problème pour les États-Unis car leur économie est beaucoup plus importante, mais surtout parce qu'il s'agit d'une entreprise à détruire et d'une autre à reconstruire, les sociétés américaines s'attellent à la tâche avec des prix gonflés et une qualité douteuse, laissant un trou dans les poches du trésor américain et dans les économies meurtries des pays dévastés.

La presse, et les communicateurs des médias sociaux, prennent cela comme un signe de faiblesse et d'incapacité, une telle stratégie est inconcevable, et cela a à voir avec les différents modèles que chaque camp a en tête.

L'action psychologique est si grande qu'elle finit par montrer que le pays qui a vu en quelques heures la perte de sa marine, de son aviation, de presque toutes ses bases militaires, d'une bonne partie de son armée de terre et qui a toutes ses villes principales encerclées, y compris sa capitale, est en train de gagner.

Ils ont également construit l'illusion que la Russie va se heurter à une résistance du peuple ukrainien comme cela s'est produit en Afghanistan, ignorant le fait qu'en réalité les caractéristiques du peuple ukrainien sont très différentes de celles de l'Afghanistan. Il n'y a pas de différence religieuse substantielle et ils sont tous slaves, bien que la moitié d'entre eux est pro-occidentale pour des raisons historiques et l'autre moitié pro-russe.

Pour cette raison, la population ukrainienne est à peu près divisée en deux en ce qui concerne la sympathie pour la Russie, et il y a tout lieu de croire que parmi ces Slaves occidentaux, une bonne partie doit être mécontente de la destruction de leur pays par la défiance de Zelensky et son soutien politique néo-nazi.

Un mensonge, s'il est répété mille fois, devient la vérité, est un principe de propagande désormais apprécié en Occident.

Une simple question permet d'exposer la réalité. Si l'OTAN est si puissante et l'armée russe si faible et mal préparée, comment se fait-il que la Russie défie ceux qui s'y opposent et annonce qu'elle détruira les convois d'armes occidentaux vers l'Ukraine, alors que l'OTAN ne fait que reculer et évite tout contact direct ?

À ce stade, nous constatons que si les villes ukrainiennes disposent aujourd'hui d'eau, d'électricité et d'Internet, c'est simplement parce que la Russie le permet, ce qui devrait faire réfléchir aux raisons ultimes et ne semble pas compatible avec le dirigeant sans cœur.

Les versions qui laissent penser que la Russie prépare des attaques contre des centrales nucléaires à ses propres frontières et à celles du Belarus ne manquent pas - quelle logique y a-t-il à générer une fuite radioactive à proximité de son propre territoire ?

Mais ce n'est pas tout, nous voyons aussi la Russie être accusée de préparer une attaque aux armes chimiques contre les Ukrainiens, tout en laissant l'eau et l'électricité fonctionner, personne ne remarque l'absurdité ?

Nous ne devrions pas être trop surpris quand nous voyons les allégations que la Russie fait depuis des années, allégations qui sont rendues vraies par les 26 laboratoires biologiques en Ukraine, en plus de la demi-douzaine trouvée au Kazakhstan et de la plus d'une centaine dans d'autres nations limitrophes de la Russie.

Les États-Unis ignorent ces allégations et, face aux preuves fournies par Moscou, choisissent d'expliquer qu'ils sont préoccupés par le fait que la Russie puisse avoir accès à ces agents pathogènes mortels.

shutterstock_264343766.jpg

Personne en Occident ne semble s'inquiéter du fait que les États-Unis et l'OTAN possèdent plus d'une centaine de laboratoires pour la guerre biologique, que des programmes sont développés pour capturer le matériel génétique russe et chinois afin de fabriquer des armes ethniques qui ne sont mortelles que pour les groupes cibles.

Non, pour l'Occident, il est normal que de telles recherches soient menées à la frontière russe (et chinoise), et le danger est que la Russie puisse mettre la main sur ces informations.

Le niveau de l'approche est vraiment enfantin, et pourtant nous devons apprécier avec une certaine tristesse qu'une grande partie de la société occidentale est tellement aliénée par la propagande qu'elle est incapable de comprendre quelque chose d'aussi basique que ce que nous décrivons.

Une dernière question à mentionner dans ce sens est la question économique et financière, présentée une fois de plus dans la sphère occidentale comme des sanctions surpuissantes (la déconnexion de Swift a été annoncée comme une bombe nucléaire économique). Peu après le coup initial, nous voyons des données qui devraient amener l'Occident à se demander si c'est la bonne façon de vaincre la Russie.

Tout d'abord, nous avons assisté à la flambée des prix de l'énergie, des métaux et des denrées alimentaires, ce qui a exercé une pression inflationniste sur les économies. Mais ce n'est qu'un début, la déconnexion de Swift a fini par être partielle car l'UE, comme l'a reconnu Josep Borrell, ne peut se passer du gaz russe et son remplacement prendra plusieurs années, voire pas du tout, et à un coût exorbitant.

Pour avoir une idée de ce dont nous parlons, le gaz qui, il y a un an, coûtait environ 300 dollars pour 1000 m3, vaut aujourd'hui 3900 dollars, ce qui a un impact non seulement sur les poches des consommateurs européens qui ont besoin de chauffage, mais aussi sur l'industrie, déjà chère en soi, et qui perdra sa compétitivité dans le monde.

L'Europe est en train de se suicider et elle le fait aux mains de ses propres dirigeants, qui ont formé une croisade qui les conduit à interdire tout ce qui est russe, avec des absurdités telles qu'un orchestre symphonique qui a refusé de jouer Tchaïkovski parce qu'il était russe.

Les politiques de la "cancel culture" que nous avons vues à l'oeuvre il y a quelques mois dans leur absurdité progressiste ont maintenant une utilité géopolitique.

La Chine est le grand gagnant, elle obtient du gaz supplémentaire pour son économie et profite de l'absurdité du Swift car les États-Unis et leurs partenaires démontrent simplement que le dollar n'est pas une valeur refuge, que les réserves peuvent être confisquées à volonté et que la soi-disant sécurité juridique n'est qu'un bluff.

Tout est prêt pour que le yuan, désormais doté d'une version cryptographique, adossé à l'or et soutenu par CIPS, l'équivalent chinois de Swift, le supplante dans au moins deux tiers du monde non occidental.

Espérons que pour l'Occident, c'est le pire, s'il s'oriente vers une division mondiale en deux secteurs dans une répétition de la guerre froide, il se retrouvera avec la pire partie, celle d'une économie spéculative tandis que le camp rival dispose du secteur productif, avec le design et la technologie comme agrégat.

L'Occident s'est trompé sur la réalité, la Russie n'a pas été effrayée par les sanctions, qui loin d'être surprenantes ou dévastatrices comme la presse voudrait nous le faire croire, les a utilisées à son avantage en rachetant à prix cassés les entreprises qui quittent son pays et en nationalisant l'économie, en sapant le pouvoir réel des Etats-Unis, qui était le dollar comme monnaie de réserve et de commerce et en démontrant à l'Occident que ses entreprises dépendent des matières premières russes. Combien de temps faudra-t-il pour le remplacer et à quel prix ? Et ce n'est qu'un exemple.

En réalité, les sanctions occidentales ne sont qu'un catalyseur pour l'émergence d'une puissance alternative aux Anglo-Saxons et à leurs partenaires de moindre importance, qui a pour corrélat la perte de marchés tels que les 140 millions de Russes plus leurs alliés, auxquels on peut ajouter la Chine si on continue à faire pression sur elle.

L'UE est laissée pour compte, ses capacités sont réduites et ses contradictions internes sont exposées, ce qui la conduira à l'effondrement dans un court laps de temps. Les États-Unis perdent un partenaire tel que cette UE décadente et se referment sur eux-mêmes, mais pas en position de force comme le voulait Trump, mais en position de faiblesse.

Si nous prêtons attention aux acteurs mondiaux les plus pertinents, seuls les plus proches ont suivi les États-Unis, à preuve les pays que la Russie a signalés, l'UE plus 14 autres.

L'Inde, les 15 de l'ANASE, la Chine, les Africains, les Ibéro-Américains et les pays d'Asie centrale, entre autres, ont décidé de ne pas se plier aux États-Unis et à leurs sanctions.

Si le calcul de Poutine est si faux, si tout a si mal tourné pour lui, pourquoi ne se plie-t-il pas aux actions occidentales ? Il ne voit certainement pas le triomphe de l'Occident aussi clairement que la presse et les communicateurs de réseaux voudraient nous le faire croire.

Ces manipulateurs de nouvelles ont parlé de l'effondrement du rouble. Pourtant, lundi dernier, il a ouvert à 153 roubles pour un dollar et vendredi, il a clôturé à 114 roubles par unité de la devise américaine.

cyberdog.jpg

Le fait de cacher cette nouvelle crée une réalité parallèle, un sentiment d'euphorie triomphale qui vise à maintenir le soutien du public et à faire passer les États hésitants dans le camp des vainqueurs.

Le problème réside dans le fait que les élites occidentales sont bien conscientes de la réalité : leur défaite à moyen terme est scellée et ne peut être évitée que par une action militaire visant à stopper la dérive naturelle des événements.

Bien sûr, même en cas de triomphe militaire hypothétique et douteux, le monde serait détruit et des milliards de personnes perdraient la vie directement et indirectement. L'hémisphère nord serait pratiquement inhabitable et c'est là que se concentre la majorité de la population mondiale.

Une question :

Qui pourrait souhaiter un monde réduit à 10 ou 20 % de sa population, car ce serait le résultat d'une guerre entre les grandes puissances. Il existe des groupes qui travaillent sur cette hypothèse.

Par coïncidence, on assiste à un boom des transactions immobilières où des méga-milliardaires occidentaux, notamment du monde anglo-saxon, investissent dans des terres de l'hémisphère sud comme l'Amérique du Sud ou des îles du Pacifique.

C'est peut-être un indice de ceux qui jouent le jeu et de ce qu'ils recherchent, utiliser les nations qu'ils ont parasitées à leurs fins pour imposer leur volonté de suicide afin d'imposer leur modèle.

Écrire un commentaire