Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 20 juillet 2022

Du gaz d'Algérie ? Pas assez pour sauver l'Italie de la récession

algerien-e2b2b1ea48cccdaa.png

Du gaz d'Algérie ? Pas assez pour sauver l'Italie de la récession

Par Filippo Burla

Source: https://www.ilprimatonazionale.it/economia/gas-algeria-non-basta-verso-stagnazione-239172/

Quatre milliards de mètres cubes en plus. C'est la quantité de gaz que l'Algérie, qui est maintenant devenue le premier fournisseur de l'Italie, s'est engagée à livrer à partir des prochaines semaines. Une bouffée d'air frais pour remplir les réserves et affronter l'hiver prochain avec un peu plus de certitude, mais cela ne suffira pas à donner du souffle à notre économie. En fait, les prévisions pour la fin de cette année et l'année prochaine (mais aussi pour 2024) s'assombrissent de jour en jour à mesure que nous nous rapprochons de l'arrêt des approvisionnements en provenance de Russie.

Pourquoi le gaz de l'Algérie ne suffira pas

La première raison est stratégique. Si l'Allemagne va littéralement à l'encontre de sa politique de fournisseur (presque) unique - à la poursuite de laquelle l'Italie a été empêchée de devenir une plaque tournante euro-méditerranéenne de l'or bleu -, avec l'interruption des flux en provenance de Moscou et la nécessité de se tourner vers d'autres, le pouvoir de négociation de cette dernière augmentera. L'exact opposé du principe de diversification, qui devrait guider toutes ces décisions en vue d'équilibrer les relations entre clients et fournisseurs. La deuxième raison est d'ordre économique. Compte tenu de la manière dont le marché est structuré sur le vieux continent, l'explosion des prix est désormais difficile à contenir, quelle que soit la quantité, la qualité ou la répartition géographique du gaz naturel entrant.

Gas_pipelines_across_Mediterranee_and_Sahara_map-en.svg.png

Clipboard-0019-kqkH-U33201848396077RNG-656x492@Corriere-Web-Sezioni.jpg

De la croissance à la (quasi) stagnation

Il y a quelques mois, la Banque d'Italie prévoyait, en cas d'embargo total contre la Russie, deux ans de récession et au moins un demi-million d'emplois partis en fumée. Le danger que plus aucun gaz n'arrive de l'Est devient chaque jour plus concret, et les estimations pour le futur proche vont en conséquence. Nous pourrons peut-être échapper au signe moins devant la tendance du PIB cette année, mais seulement parce que le flux ne s'est pas arrêté entre-temps et que nous avons mis suffisamment de foin dans la basse-cour. Or, selon le dernier bulletin de Via Nazionale, ce qui devait être, selon le gouvernement, une croissance de près de 5 % au plus tard à l'automne pourrait, dans le scénario défavorable, tomber en dessous de 1 %.

Oil_and_natural_gas_basins_and_pipeline_infrastructure_in_Algeria_(29079856511).png

D'une croissance soutenue à une quasi-stagnation, le pas a été court et nous livre un PIB au point mort aux niveaux de 2016, qui étaient à leur tour ceux du début du millénaire : la récupération des vingt années perdues devient de plus en plus difficile. La situation ne s'améliorera pas en 2023, lorsque - toujours dans le cas d'un scénario défavorable d'interruption des approvisionnements en provenance de Moscou - la croissance du PIB connaîtra une contraction proche de deux points de pourcentage. À ce stade, il faudra attendre 2024 pour une reprise, mais en présence d'une image détériorée, surtout du côté de l'emploi : "Le taux de chômage au cours de la période de deux ans 2023-24, écrit Palazzo Koch, atteindrait des niveaux supérieurs à ceux préfigurés dans le scénario de base d'un peu plus d'un point de pourcentage", donc au-dessus de 9%. Tout cela à condition qu'aucune autre (auto)sanction n'arrive. Ou encore pire.

Filippo Burla

Écrire un commentaire