Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 20 juillet 2022

Poutine convient avec l'Iran d'intensifier l'utilisation de monnaies nationales autres que le dollar et de renforcer la coopération internationale en matière de sécurité

thumbs_b_c_508d707ee6f8d77110dd085fb9f32838.jpg

Poutine convient avec l'Iran d'intensifier l'utilisation de monnaies nationales autres que le dollar et de renforcer la coopération internationale en matière de sécurité

par KontraInfo

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/putin-acordo-con-iran-intensificar-el-uso-de-monedas-nacionales-por-fuera-del-dolar-y-reforzar-la-cooperacion-en-materia-de-seguridad-internacional/

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré, lors d'une rencontre avec le président iranien Ebrahim Raisi, qu'ils ont "renforcé la coopération internationale en matière de sécurité" et qu'ils "peuvent se targuer de chiffres commerciaux records", en réponse aux sanctions américaines imposées aux deux nations. Le président iranien, pour sa part, a exprimé à M. Poutine son espoir que "votre visite officielle en Iran sera un tournant dans le renforcement des relations entre les deux pays, tant sur l'agenda régional qu'international". Les deux nations s'acheminent vers un traité de coopération stratégique global et ont convenu d'intensifier les paiements en monnaies nationales, hors de l'hégémonie du dollar.

"Une attention particulière a été accordée au renforcement de la coopération dans les domaines de l'énergie, de l'industrie et des transports. Nous avons convenu de la réalisation d'importants projets communs et de l'intensification de l'utilisation des monnaies nationales dans les paiements directs entre les deux pays", a déclaré M. Poutine.

S'exprimant lors d'une réunion tripartite des dirigeants de la Russie, de l'Iran et de la Turquie à Téhéran, le dirigeant russe a également souligné que "la présence de l'État islamique et d'autres groupes extrémistes en Syrie doit prendre fin pour toujours". "Je tiens à souligner que la situation dans les territoires non contrôlés par les autorités syriennes est particulièrement inquiétante. C'est de là que viennent les véritables menaces de la criminalité, de l'extrémisme et du séparatisme. Cette situation est en grande partie due à la ligne destructrice des pays occidentaux, menés par les États-Unis, qui cherchent à démembrer à terme l'État syrien. Par conséquent, il est souhaitable que des mesures supplémentaires soient prises dans notre format pour stabiliser ces zones et les rendre au contrôle du gouvernement syrien légitime", a déclaré M. Poutine.

Le président iranien Ebrahim Raisi a déclaré au début des discussions que la présence illégale des troupes américaines en Syrie est un facteur de déstabilisation pour la région. "Il est nécessaire que les forces américaines quittent la région, y compris la Syrie, le plus rapidement possible", a déclaré M. Raisi. Le dirigeant perse a accusé Washington de piller les ressources syriennes, notamment le pétrole, et a condamné les frappes aériennes d'Israël sur le territoire syrien.

4218110.jpg

Le président russe est arrivé mardi à Téhéran, où il a tenu plusieurs séries d'entretiens bilatéraux avec les dirigeants de la Turquie et de l'Iran. Il a également pris part à une réunion trilatérale des chefs des Etats garants du processus d'Astana sur la résolution de la situation en Syrie : le président iranien Ebrahim Raisi et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, rapporte TASS. Il a également rencontré le chef suprême de la nation perse, l'Ayatollah Ali Khamenei.

L'une des questions les plus pressantes est le développement des relations entre la Russie et l'Iran sur le plan économique, compte tenu des sanctions anti-russes imposées par l'Occident et de la signature éventuelle d'un accord permanent entre l'Iran et l'Union économique eurasienne pour la création d'une zone de libre-échange. Au cours des quatre premiers mois de 2022, les échanges commerciaux entre la Russie et l'Iran ont augmenté de 31 %, a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

La veille de la visite, le Kremlin a déclaré que la Russie avait déjà remis au gouvernement iranien un projet de traité sur la coopération stratégique globale, qui pourrait être signé "assez rapidement" après la présentation et l'adoption de quelques amendements supplémentaires.

Les négociations sur l'accord nucléaire iranien - le plan d'action global conjoint (JCPOA) signé en 2015 et suspendu après que l'ancien président américain Donald Trump a annoncé en 2018 le retrait unilatéral des États-Unis - constituent une autre question clé, les deux nations préconisant de restaurer le document dans son format original.

L'agenda de Poutine à Téhéran prévoit également une réunion bilatérale avec son homologue turc. Entre autres sujets, Poutine et Erdogan discuteront des paiements en monnaies nationales autres que le dollar et de l'éventuelle visite du président turc à Moscou.

Les parties devraient également discuter de la situation autour de l'Ukraine et de l'exportation sûre des céréales ukrainiennes, ce qui prévoit la création d'un centre de coordination à Istanbul.

Selon de nombreux experts, la rencontre de Poutine avec le président iranien Ebrahim Raisi pourrait être considérée comme une réponse à la récente visite du président américain Joe Biden en Israël et en Arabie saoudite, qui a été marquée par une opposition à l'Iran dans la région. Les discussions russo-iraniennes seront donc suivies de près à Riyad et leur résultat sera certainement pris en compte à la lumière de la prochaine réunion de l'OPEP+ début août. La Russie, pour sa part, est intéressée par l'utilisation de la voie de transport du pétrole iranien pour contourner les sanctions logistiques occidentales : par la mer Caspienne, vers les ports iraniens du golfe Persique, puis vers l'Inde.

Écrire un commentaire