Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 01 octobre 2022

Que se passe-t-il chez les Britanniques?

images-13.jpeg

Que se passe-t-il chez les Britanniques?

La livre britannique à un niveau historiquement bas, les taux d'intérêt souverains s'envolent

https://zurzeit.at/index.php/was-ist-denn-bei-den-briten-los/

L'ancienne et prestigieuse livre sterling, monnaie du Royaume-Uni et, jusqu'à récemment, l'une des grandes monnaies de réserve du monde, a connu une chute sans précédent ces derniers jours. Rien qu'au cours des deux semaines qui viennent de s'écouler, la livre s'est dépréciée de plus de 10% par rapport au dollar américain, atteignant lundi son niveau le plus bas jamais enregistré, à 1,038 GBP/USD. Depuis l'été dernier, la livre a même perdu plus d'un quart de sa valeur. Ce sont des proportions qu'en temps normal l'on ne connaît que pour les monnaies du tiers-monde.

Dans le même temps, les taux d'intérêt que le nouveau ministre des Finances britannique, Kwasi Kwarteng, doit payer pour sa dette publique sur les marchés obligataires sont en forte hausse. Depuis le début du mois, le taux de rendement des "gilts", le nom donné aux obligations d'État dans le jargon boursier, est passé de 2,6 à 4,1 %. Il y a un an, ces obligations d'État coûtaient encore moins de 0,2 % d'intérêt. Le nom "gilts" vient d'ailleurs de "gilt-edged" (en français : "avec un bord doré"), parce qu'autrefois, le gouvernement de Sa Majesté ajoutait justement un bord doré aux pièces physiques pour suggérer une solvabilité et une valeur particulières. Eh bien, ce vernis est maintenant enlevé ...

La chute de la devise et des obligations a été déclenchée par la présentation du budget et des réductions d'impôts prévues par la nouvelle Première ministre Liz Truss vendredi dernier. Pour atténuer le coût de l'explosion des prix de l'énergie, la Grande-Bretagne devra trouver au moins 60 milliards de livres (près de 70 milliards d'euros actuellement) de nouvelles dettes sur les marchés des capitaux au cours des six prochains mois. Parallèlement, les baisses d'impôts censées, selon Truss, relancer l'économie britannique, sont critiquées comme étant inadaptées à cet objectif, car elles allègent surtout les hauts revenus et n'ont donc pas d'effet économique à grande échelle.

Mais les véritables causes sont plus profondes. Depuis plus d'un an, les consommateurs et l'industrie souffrent des prix exorbitants du gaz. En 2021 déjà, plusieurs fournisseurs de gaz des îles britanniques ont connu des difficultés financières et de nombreux consommateurs ne peuvent plus payer leurs factures de gaz. Et ce, malgré l'existence depuis longtemps d'un plafond légal ("price cap") pour les dépenses énergétiques privées. En effet, le gaz naturel n'est pas seulement une énergie de chauffage importante dans les foyers anglais, mais il est également largement utilisé pour la cuisine et la pâtisserie. Le fait que la Grande-Bretagne possède elle-même d'importants gisements de gaz et de pétrole en mer du Nord n'aide pas la population britannique. En effet, le rendement de ces gisements est en baisse depuis 20 ans et aucun investissement n'a été réalisé dans de nouvelles sources d'énergie, l'avenir des énergies fossiles étant considéré comme politiquement incertain. Il n'est donc pas étonnant que le taux d'inflation officiel soit désormais de 10,1 % en juillet.

Les sanctions économiques contre la Russie, dans lesquelles le gouvernement britannique s'est jusqu'à présent particulièrement distingué, au même titre que les États-Unis, ont ensuite mis le comble à cette situation. Un bel exemple de ce qui pourrait malheureusement nous arriver en hiver.

Écrire un commentaire