Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 mai 2024

Fureurs et caprices à Paris: le Rassemblement national rompt sa collaboration avec l'AfD

Marine-LePen-1.jpg

Fureurs et caprices à Paris: le Rassemblement national rompt sa collaboration avec l'AfD

Source: https://zuerst.de/2024/05/22/zickige-franzosen-rassemblement-national-kuendigt-zusammenarbeit-mit-der-afd-auf/

Paris . Après des manifestations de mécontentement répétées et des tentatives infructueuses de l'AfD pour dissiper les malentendus, le Rassemblement national français (anciennement Front national) de Marine Le Pen a définitivement coupé les liens avec l'AfD. Désormais, il n'y aura plus de coopération entre les deux partis sous l'égide d'un groupe commun au Parlement européen. Actuellement, le RN et l'AfD sont membres du groupe Identité et démocratie (ID).

« Nous ne siégerons plus avec eux au cours de la prochaine législature », a déclaré Alexandre Loubet, directeur de campagne de la tête de liste européenne et chef du parti RN, Jordan Bardella.

La rupture avait déjà été annoncée en début d'année, lorsque le RN avait manifesté son mécontentement face à la participation de membres de l'AfD à la prétendue « réunion secrète » de Potsdam du penseur identitaire Martin Sellner. Ce dernier s'est récemment fait connaître par sa proposition de « remigration ». Au Rassemblement national, qui se réclame de la tradition républicaine de la « Lex soli », c'est-à-dire de la nationalité en fonction du lieu de naissance, on ne croit pas à cette idée. La présidente du RN, Marine Le Pen, avait fait part de son désaccord à la direction de l'AfD. Elle avait menacé de mettre fin à la coopération parlementaire.

La présidente de l'AfD, Alice Weidel, s'est alors rendue à Paris en février pour s'entretenir avec Le Pen et Bardella. Mais l'ambiance est restée glaciale. La partie française a même démenti explicitement par la suite qu'une entente ait été trouvée - ce qui ne l'intéressait visiblement plus à ce moment-là. Le directeur de campagne de Bardella, M. Loubet, a déclaré à l'AFP : « Nous avons eu des discussions ouvertes, mais aucune leçon n'a été tirée. Maintenant, nous en tirons les conséquences ».

Les Français invoquent toutefois comme raison officielle de leur décision les récentes déclarations de Maximilian Krah, tête de liste de l'AfD aux européennes, sur la Waffen-SS. Dans une interview accordée au journal italien La Repubblica, Krah a déclaré qu'il ne dirait jamais « que tous ceux qui ont porté l'uniforme SS étaient automatiquement des criminels ». Il a ajouté que la culpabilité devait être évaluée au cas par cas et qu'à la fin de la guerre, la SS comptait près d'un million de membres. « Même l'écrivain Günter Grass appartenait à la Waffen SS ». Le RN ne sait probablement pas non plus que des soldats français de la Waffen SS ont même fait partie des derniers défenseurs de Berlin.

On ne sait pas encore si le RN va faire en sorte que l'AfD soit exclue du groupe ID ou s'il va quitter le groupe lui-même. Le groupe ID est actuellement composé de neuf partis de droite. Mais les cartes seront de toute façon redistribuées après les élections européennes de juin (mü).

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin

 

mercredi, 28 février 2024

Tiraillements autour du vocable "remigration": Marine Le Pen demande à l'AfD de prendre ses distances

4dc3c1d8ba654450c8c4570d4bde6ed9.jpg

Tiraillements autour du vocable "remigration": Marine Le Pen demande à l'AfD de prendre ses distances

Source: https://zuerst.de/2024/02/28/probleme-mit-der-remigration-marine-le-pen-fordert-von-der-afd-distanzierung/

Paris. Marine Le Pen, fille du légendaire cofondateur du Front national, Jean-Marie Le Pen, deviendra-t-elle la prochaine Giorgia Meloni ? Après un échange entre l'actuelle dirigeante du Rassemblement national et la porte-parole allemande de l'AfD, Alice Weidel, les doutes se multiplient quant au sérieux du tournant "patriotique" de Marine Le Pen en Europe.

Il y a quelques semaines, alors que le ton montait suite à la prétendue "réunion secrète" de Potsdam, au cours de laquelle il a été question de "remigration" des étrangers en présence du penseur identitaire autrichien Martin Sellner, la politicienne française de droite a, peu après, exigé de l'AfD qu'elle se distancie de telles idées. L'AfD a alors cherché à discuter avec Marine Le Pen. Il en va de la pérennité du groupe commun "Identité et démocratie" au Parlement européen.

Le débat a maintenant eu lieu et sur X (anciennement Twitter), Alice Weidel s'est déclarée satisfaite : "Nous avons abordé de nombreux domaines politiques et constaté que nous avions les mêmes approches pour résoudre les grands problèmes d'aujourd'hui". Le chef du RN, Jordan Bardella, aurait également participé à l'entretien.

Mais la rencontre ne s'est apparemment pas déroulée de manière aussi harmonieuse. Du moins, le Rassemblement national vient d'en rajouter une couche. Comme l'ont rapporté plusieurs médias français, citant entre autres le député RN Thibaut François, Weidel a été confrontée à Paris à la demande d'exposer sa position sur le thème de la "remigration". Le RN aurait également exigé un "engagement écrit" selon lequel la demande de "remigration" ne ferait jamais partie du programme de l'AfD (ndlr: de quoi j'me mêle?).

Déjà après la réunion de Potsdam, Marine Le Pen s'était exprimée en déclarant qu'elle se sentait en "contradiction claire" avec ce qui aurait été discuté à cette occasion. Elle n'était absolument pas d'accord avec cela. L'AfD avait démenti être favorable, par exemple, à la déportation de citoyens allemands ayant un passé migratoire.

Contrairement à l'orientation précédente de son père, Marine Le Pen s'emploie depuis des années à "dé-diaboliser" le parti. Pour cela, elle accepte également de se rapprocher du courant dominant. On ne peut s'empêcher de faire le parallèle avec l'évolution en Italie, où la nouvelle dirigeante du gouvernement, Giorgia Meloni, fait également des concessions aux nuisances idéologiques dominantes et ne peut faire état d'aucun succès, notamment dans la lutte contre l'immigration clandestine (mü).

Demandez ici un exemplaire gratuit du magazine d'information allemand ZUERST ! ou abonnez-vous ici dès aujourd'hui à la voix des intérêts allemands !

Suivez également ZUERST ! sur Telegram : https://t.me/s/deutschesnachrichtenmagazin