Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 juillet 2024

Les élections sont-elles toutes truquées ? Les partis politiques sont-ils tous manipulés ? Ou sont-ils tous complices ?

ZOF22VDRX5HORJR6FMZ6DBIPTM.jpg

Les élections sont-elles toutes truquées ? Les partis politiques sont-ils tous manipulés ? Ou sont-ils tous complices ?

*

Petite revue de la presse résistante

Pierre-Emile Blairon

Cette petite revue de la presse de la dissidence [1], consacrée à l’éventualité d’une manipulation des résultats de ces dernières législatives françaises, et plus généralement au déroulement des élections en France et dans le monde, nous a amenés à nous poser des questions concernant le rôle des partis en France et à supputer le degré de leur sincérité vis-à-vis de leurs engagements moraux, déclamés en permanence avec force effets de manche sur l’importance du respect des valeurs républicaines, humanistes, écologiques, sociales, progressistes ou autres (autant de mots creux), de leurs « engagements » concernant le respect du mandat que leur ont confié leurs divers groupes d’électeurs, et la volonté affichée en permanence de tout mettre en œuvre pour les satisfaire.

Ces mots vides de sens ne sont même pas des vœux pieux, ce qui consisterait à faire au moins l’effort de tenter de proposer certaines mesures vertueuses pour donner le change, à défaut de vouloir donner quelque chose de plus concret.

44034096_1852332601482429_8716429509240291328_o.jpg

Non, les politiciens jouent chacun le rôle qu’« on »leur a assigné dans une grande pièce de théâtre qui est écrite par des auteurs inconnus mais puissants et montée par des producteurs richissimes qui chargent leurs affidés locaux ( c’est-à-dire au niveau d’un pays, voire d’un continent) du casting ; pièce de théâtre où le peuple est convié, uniquement en qualité de spectateur payant et passif, mais jamais en tant qu’acteur, et encore moins en tant qu’auteur ou producteur.

Les partis politiques et leurs représentants sont des courroies de transmission de la secte mondialiste en guerre contre les peuples attachés à leur sol, leur pays, leurs coutumes, leurs traditions, leur maison, leur village, leurs valeurs ancestrales de bienveillance, d’entraide, de respect, d’honnêteté, de courage, de discrétion, de bon sens... autant de vraies valeurs que les « progressistes » abhorrent.

Les résistants ou dissidents qui se sont consacrés à un combat désintéressé, et presque désespéré,  pour tenter de dégager les peuples de l’emprise du mensonge établi comme dogme par la secte globaliste sont appelés « complotistes » ou « conspirationnistes », c’est-à-dire, précisément, ceux qui dénoncent les complots et conspirations que ne cessent de mettre en œuvre les « comploteurs » ou « conspirateurs » de l’Ordre mondial dont le but déclaré est de réduire à l’état de robot ou d’esclave l’être humain, de quelque pays que ce soit.

En France, la quasi-totalité des partis, des associations, des « mouvances », des « minorités », ont signé un pacte avec le diable mondialiste et sont ennemis déclarés de la dissidence : macronistes ploutocrates, bellicistes eurocrates, gaucho-wokistes violents de LFI, Otanolâtres, pseudo-écolos, passeurs négriers et militants pro-migrants, artistes et intellos en manque de reconnaissance, pédo-satanistes déclarés ou pas [2], LGBTistes transgenres et multigenres, progressistes, « humanistes » de toutes obédiences, transhumanistes  dotés d’une intelligence toute artificielle, et autres suppôts de Satan...

b3b8c65_1644070704973-000-par8142917.jpg

L’un des rares partis politiques à avoir porté les vraies valeurs des « vrais gens » depuis des dizaines d’années fut le Front national puis le Rassemblement National ; les partisans du premier n’y ont vu que du feu lors de la passation de l’un à l’autre, comme au jeu de bonneteau, alors même que, pour preuve initiale d’allégeance au Système, comme une sorte de droit d’entrée, il fallait d’abord, pour Marine Le Pen, accomplir un rituel satano-freudien qui consistait à tuer le père.

Les dernières élections (européennes et législatives) ont vu ce parti se dépouiller rapidement et sans vergogne, par la voix de ses dirigeants, de toutes les valeurs pour lesquelles il avait été porté à l’Assemblée sans que ses électeurs ne se rendent compte du tour de passe-passe et sans que ses députés n’émettent la moindre objection. Un nouveau parti-godillot comme le fut celui de la Macronie. On ne les a pas vus non plus protester contre les manipulations de toutes sortes qui ont accompagné ces dernières élections et dont ils ont, de surcroît, été les principales victimes, apparemment consentantes (bonjour, les sados-masos !) et qui sont précisément le sujet de cette revue de presse.

*

Nous avons été surpris lors des élections européennes de constater combien les sondages avaient été précis car les résultats qui ont suivi confirment, à la virgule près, l’exactitude de leurs prévisions (voir les tableaux). Etrange, n’est-ce pas ?

Nous avons également été surpris, dans ces mêmes tableaux, de constater les résultats catastrophiques des deux souverainistes et frexiteurs français, Florian Philippot et François Asselineau, alors même que l’un et l’autre disposaient, et disposent encore, d’une bonne image médiatique, d’un réel intérêt des Français pour leur action (voir les foules qui participaient aux manifestations organisées chaque samedi dans toute la France par Florian Philippot, depuis le début de la manipulation sanitaire, et jusqu’à ces dernières semaines) ; leurs scores respectifs (1%) font moins à eux deux que celui du parti animaliste, totalement inconnu, qui s’élève à 2,1 %.

D’autant plus que les Français sont largement favorables au Frexit, selon les sondages, tel celui du Figaro du 9 mai 2024 [3] où il est indiqué que 46% des Français éprouvent un sentiment d’inquiétude concernant l’Europe de Bruxelles, 13% de la colère et l’on constate que seulement 15% de la population ont de la sympathie pour les institutions européennes.

Enfin, étonnés également que les deux politiciens concernés n’aient pas émis de protestation devant un résultat aussi peu significatif et représentatif de leur électorat et des positions anti-européistes des Français, ce qui laisse légitimement penser que leurs votes auraient pu être l’objet de manipulations en leur défaveur...

*

A : le deuxième tour des législatives 2024 : sondages « sortie des urnes » à l’étranger

*

Réseau international

Ce ne sont pas les votes qui comptent, c’est celui qui compte les votes

Non signé, non daté

https://reseauinternational.net/ce-nest-pas-les-votes-qui...

Beaucoup de Français qui s’intéressent de près à l’avenir de notre pays ont, depuis longtemps, pris l’habitude de consulter les médias étrangers pour obtenir des informations sur la tendance des votes avant l’heure fatidique de 20h où les chiffres donnés, qui ne sont pourtant, à cette heure-là, que des estimations, sont fiables à près de 100%. De même que l’étaient les estimations des médias étrangers avec, cependant, une approximation plus grande, puisque ces estimations, établies vers 19h, ne pouvaient être aussi affinées que celles établies à 20h. C’est ce que nous explique ce premier article où l’auteur a fait comme tous ces Français impatients.

« Les premières estimations sont effectivement tombées autour de 19 heures en ligne avec les sondages publiés ces deux dernières semaines.

À 18h50, très précisément sur La Libre Belgique et RTS (Radiotélévision Suisse)

«Selon le premier sondage sorti des urnes d’Ipsos, voici ce à quoi ressembleraient les résultats de ce second tour

  • Rassemblement national et alliés : 228 sièges
  • Nouveau Front populaire : 161
  • Ensemble : 124
  • LR et divers droite : 50

Et tout à coup, en moins de 15 minutes, les résultats ont totalement changé et des destinations complètement différentes sont données par ces mêmes instituts.

  • Marie Rigot, 19h21, site de La Libre Belgique

«Un nouveau sondage «sortie des urnes» (notez les guillemets…) annonce une surprise

  • RN et alliés : 130 à 160 sièges
  • Nouveau Front Populaire 175 à 215
  • Ensemble 150 à 170
  • LR et Divers Droite ; 68 à 74

Puis à 20h, on a annoncé ces résultats revus. Les journalistes ont dits « ça alors, sacré renversement de tendances…»

Et puis, tout est terminé, nous avons juste rêvé en fait, les sondages des deux dernières semaines étaient faux (tous les autres étaient plutôt justes, mais ceux-là, juste ceux-là, étaient faux…) et IPSOS et HARRIS n’ont pas changé les résultats 15 minutes avant de les diffuser. »

*

thureselnail.jpg

Observatoire continental

Les législatives : un « coup d’État démocratique » ?

8 juillet 2024, Pierre Duval

https://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=6101

C’est François Mitterrand qui a instauré le scrutin proportionnel total lors des législatives de 1986, ce qui a permis au Front National de Jean-Marie Le Pen de faire entrer 35 députés à l’Assemblée, et c’est Jacques Chirac qui a rétabli le scrutin majoritaire en 1988 en ayant recours au… 49.3. Ce qui fait qu’un parti majoritaire en voix peut se retrouver minoritaire en sièges, un député élu n’ayant qu’un siège, quelque soit le nombre de voix qu’il détient.

Dans l’article qui suit, Pierre Duval rappelle qu’il n’y a pas de proportionnalité entre le nombre de voix obtenues par un parti et le nombre de sièges attribués dans l’Assemblée nationale. En fait, le « coup d’État démocratique », c’est Chirac qui l’a instauré en 1988 d’une manière permanente. Merci, Chirac !

D’autre part, cet article confirme celui de Réseau international en soulignant qu’il y a eu « un changement radical des sondages vers 19 heures avant le résultat final » citant La Tribune de Genève et RTL Belgique.

« Jusqu’à vers 19 heures hier, les sondeurs donnaient le RN victorieux des législatives. Le quotidien suisse, La Tribune de Genève, annonçait à 18h57 : «Le Rassemblement national (RN) serait en tête du second tour avec 228 sièges, selon Ipsos». «Le Rassemblement national (RN), avec les alliés d’Eric Ciotti, serait en tête du second tour des élections législatives anticipées, avec 228 sièges à 18h55, selon les premières estimations d’Ipsos. Suivent le Nouveau Front populaire (NFP), avec 161 sièges, puis la majorité présidentielle Ensemble, avec 124 députés, et les Républicains (LR) et divers droite, avec 50 sièges», publiait le quotidien suisse. »

*

Vote électronique, procuration

*

Radio Tocsin-Radio Courtoisie

Vote électronique, procuration: les résultats louches des élections législatives

8 juillet 2024, Guy de la Fortelle interrogé par Clémence Houdiakova

https://www.youtube.com/watch?v=c1LTJeDMWfo

« Plus vous avez un fort taux d’écart entre le vote dans les urnes et le vote par internet, le vote électronique, et plus on constate que cet écart profite aux macronistes. Il faudrait expliquer cet écart par un contrôle qui s’avère pratiquement impossible. En ce qui concerne le système de vote par procuration (3.200.000 procurations !), il devient là aussi plus difficile de contrôler les procès-verbaux car il n’y a plus de centralisation de ces votes depuis 2012 et il faut aller dans chaque mairie (36.529 communes en France en 2024) pour les consulter, suite à une modification de la loi en dépit de l’opposition de certains parlementaires qui craignaient... une intensification des fraudes ! Merci Sarkozy ! (https://www.banquedesterritoires.fr/le-regime-des-procurations-ne-devrait-pas-etre-modifie-dici-aux-elections-de-2012)

*

La minute de Ricardo

Election : les 3 scandales

le 9 juillet 2024, Richard Boutry

https://www.laminutedericardo.com/LMDR/election-les-3-sca...

Les 3 scandales : il s’agit du vote électronique et du vote par procuration déjà mentionnés, auquel Ricardo rajoute la « pression délirante exercée sur les personnes âgées dans les EHPAD, et notamment sur celles atteintes de la maladie d’Alzheimer »

*

20240630163033-ej6a41.jpg

François Ducroq

https://x.com/FrancoiDucrocq/status/181140146615160059

A la portée de tout un chacun ! Dans son intervention à Radio Tocsin, Guy de la Fortelle évoque le rôle prépondérant de ces machines qui ont facilité la fraude lors des présidentielles américaines (bien sûr, en faveur de Biden).

*

Retour vers les élections présidentielles du 24 avril 2022

*

Infographie de Campagnol TVL

Rien de plus clair et de plus concis  !

*

Riposte laïque

Malaise dans le décompte : il était une fois un problème de voix.

26 avril 2022, Henri Dubost

https://ripostelaique.com/malaise-dans-le-decompte-il-eta...

Il s’est passé la même chose lors des présidentielles de 2022 que lors des législatives de 2024 : un brusque retournement des sondages « sortie des urnes », cette fois à la vue de tous à la télé.

« A un moment donné, Marine Le Pen bénéficie, selon les compteurs officiels du ministère, de 13.899.494 voix, devançant Choupi de plus de 200.000 voix.

A partir de 01’34 de la vidéo épinglée par MyJournal.fr, les compteurs, remis à jour, font apparaître 14.432.396 suffrages pour Marine : son score s’est donc accru de 532.902 voix

Le problème, c’est que les chiffres officiels définitifs du ministère donnent 13.297.760 voix à Marine le Pen, soit un total final inférieur à deux totaux intermédiaires ! Respectivement avec un écart de 601.734 puis de 1.134.636 voix. Rien que ça. Alors qu’en principe, pour chaque candidat, le nombre de voix ne peut que croître au fil du temps, je me trompe ? »

*

Riposte laïque

Présidentielles 2022 : une élection truquée ?

26 avril 2022, Marquis de Dreslincourt

https://ripostelaique.com/presidentielles-2022-une-electi...

Cet article signé Marquis de Dreslincourt reprend l’infographie de Campagnol qui est celle affichée pendant de longues minutes par France 2 où l’on voit Marine Le Pen perdre pas loin de 3 millions de voix en un peu plus d’une heure, entre 21h20 et 22h40.

« Face à ce mystère, France 2 a plaidé l’erreur informatique, un bug,  à l’AFP, la direction de l’information de France Télévisions invoque une “erreur informatique” qui a conduit à diffuser des résultats “surestimés” par rapport à ceux fournis par le ministère de l’Intérieur. “France TV s’excuse pour cette erreur auprès de ses téléspectateurs“, a-t-elle indiqué.

La direction de France 2  disculpe les machines du ministère de l’intérieur , ce serait l’ ordinateur de la chaîne…Un ordinateur qui ne sait plus compter! Et pourquoi le score de Macron n’est-il pas atteint de la même perte? Étonnant. A moins que France 2 ait été connectée à un service brut des voix, avant le travail de “recomposition” du ministère?

Étrange également l’argument fourni par l’AFP factuel, que Marine était très contente de son score (argument donné par une perdante pour sauver la face !)  pour valider chez le lecteur le misérable 42 %, alors que les derniers sondages étaient beaucoup plus serrés, que les Français refusaient Macron à plus de 70 % ! […] Ce sont bien des escrocs qui ont organisé cette élection et qui ne sont plus à un délit près, car leur défaite aurait sonné le glas non seulement de leur carrière politique mais aussi de leur liberté; après tous ces méfaits, ils auraient dû finir à l’ombre. Cette élection était donc pour eux une question de vie et de mort! Et si nous étions encore en démocratie, cette élection aurait été annulée. »

Nice Provence Info

La fraude électorale fonctionnera-t-elle aussi bien au deuxième tour ?

17 avril 2022, Georges Gourdin

https://nice-provence.info/2022/04/17/fraude-electorale-d...

Georges Gourdin vient confirmer tout le mal qui a été dit sur ces fameuses machines électroniques avec une traduction d’un site américain sur le sujet : R for Resistance, ça tombe bien ! Il est remarquable que, désormais, pour s’informer en France, il faut passer par les sites étrangers qui ne sont pas censurés. Si vous voulez vous informer en France en passant par exemple par Google, vous n’aurez accès qu’aux sites dûment approuvés par le gouvernement, et l’AFP, c’est-à-dire ceux de toute cette presse subventionnée et donc aux ordres. Pas une seule information provenant d’un site non agréé et susceptible d’apporter une opinion quelque peu différente, voire une précision, ce qui constituerait déjà une infraction aux règles du « journalisme » français qui consistent à en dire le moins possible et à ne délivrer aucune information susceptible de faire réfléchir le brave citoyen lobotomisé ; quel progrès démocratique  !

cover-r4x3w1200-6667150f7f4ce-13488-hr.jpg

Voici ce que dit Georges Gourdin à propos de ces machines :

« Rappelons ici que :

  • Les électeurs n’ont jamais demandé ces machines : elles sont imposées par nos dirigeants qui y trouvent leur intérêt, pas les électeurs !
  • Il est démontré qu’elles peuvent être programmées, déprogrammées, reprogrammées.
  • Partout où ces machines sont en usage, Macron arrive très largement en tête, parfois de manière très étrange : ces machines fournissent donc des voix (ponctionnées sur d’autres candidats) qui viennent araser les résultats des bureaux où le dépouillement est manuel en présence d’assesseurs.
  • Les sondages d’opinion sont une des composantes de cette fraude : ils ne servent qu’à préparer l’opinion aux résultats que nos dirigeants ont concoctés pour nous. La preuve : le Pouvoir fait vite retirer les sondages qui ne sont pas "conformes" au plan. »

*

J’ai regroupé ci-après deux points de vue sur le comportement de nos partis faussement rebelles à l’époque de la grande offensive pseudo-sanitaire de la secte mondialiste contre les peuples entre 2020 et 2023; où l’on s’aperçoit que toutes les mesures liberticides et monstrueuses adoptées par notre gouvernement contre nos personnes âgées (Rivotril) ou nos enfants (pseudo-vaccins) étaient approuvées et estampillées par cette opposition dite contrôlée ; c’est un euphémisme car elle était plutôt abjecte dans sa soumission et son aplatventrisme.

*

Riposte laïque

Dictature sanitaire: et pourtant Macron avait tendu la perche à Marine!

24 avril 2022, Alain Lussay

https://ripostelaique.com/dictature-sanitaire-et-pourtant...

Alain Lussay, dans cet article, dénonce la passivité de Marine Le Pen lors du débat qui l’avait opposé à Macron en 2022 ; c’était d’ailleurs la même attitude qu’elle avait adoptée lors du débat opposant (?) les mêmes protagonistes en 2017, et sans doute pour les mêmes raisons exposées comme suit par Alain Lussay : « Marine aurait-elle donc préservé le sinistre cynique islamo-foutriquet de l’Élysée, lui assurant ainsi sa réélection, pour valoriser la position du RN, et particulièrement sa survie financière, en escomptant qu’il devienne à l’Assemblée Nationale, le premier parti d’opposition par le nombre d’élus ? »

*

La minute de Ricardo

RN, LFI, Macron: Pourquoi je les exècre ?

10 juillet 2024, Richard Boutry

https://www.laminutedericardo.com/LMDR/rn-lfi-macron-pour...

Très peu, dans le personnel politique français, ont été ceux qui ont refusé de se rallier à la gigantesque manipulation pseudo-sanitaire, excepté des souverainistes comme Philippot ou Asselineau; il faudra s’en souvenir; ceci est d’autant plus grave que la soumission à cette mascarade a entraîné et entraînera encore pendant des années la mort et la souffrance de milliers de Français dont seront responsables ces politicards qui ont fait passer leur intérêt avant celui de leurs électeurs.

*

Le RN fait-il partie du Système mondialiste ? La réponse est oui.

*

La minute de Ricardo

Pourquoi le RN refuse-t-il systématiquement la victoire ?

8 juillet 2024, Richard Boutry

https://www.tiktok.com/@laminutedericardo/video/738894710...

Dans cette intervention, Ricardo explique que le RN s’est engagé à ne pas vouloir prendre le pouvoir en contrepartie de l’effacement des dettes du parti et de celles (éventuelles?) de la famille Le Pen. Ceci rejoint l’avis d’Alain Lussay cité plus haut.

On comprendrait mieux, si cette hypothèse s’avérait exacte, la volte-face soudaine de Marion Maréchal, sa trahison vis-à-vis de Reconquête et son ralliement aux intérêts supérieurs de la nation, pardon, de sa famille.

*

000_34YN4BF.jpg

Jim le veilleur officiel

Le leurre RN : rien ne changera.

https://www.tiktok.com/@jimleveilleurofficiel/video/73792...

Le RN s’est aligné sur toutes les mesures préconisées par la secte mondialiste et a renoncé à toutes les propositions de caractère souverainiste pour lesquelles il avait été élu en force à l’Assemblée : pro-Europe (celle de La Hyène), pro-labos, pro-Otan, pro-guerre contre la Russie (Bardella faisant même de la surenchère en proposant de voler les avoirs russes en Europe au profit des politiciens corrompus de l’Ukraine), pro-Israël (le même Bardella tombant dans les bras d’un Meyer Habib, ou Yaël Braun-Pivet, la Présidente de l’Assemblée nationale, obligée de se défendre d’être de connivence avec Marine Le Pen), etc.

Jim le veilleur explique qu’il n’y a là rien d’étonnant car le RN est d’essence mondialiste, ajoutant même que le jeune Bardella a été formé par Davos pour être Young leader, c’est-à-dire entièrement contrôlé par l’Ordre mondial.

*

Nice Provence Info

Traditionalistes contre globalistes: le grand chambardement planétaire

22 février 2024, Pierre-Emile Blairon

https://nice-provence.info/2024/02/22/traditionalistes-co...

Je n’ai pas eu la preuve que Bardella ait été intronisé comme Young leader par Schwab, Soros, ou un autre membre éminent de la secte mondialiste, comme l’affirme Jim le Veilleur, mais j’ai réuni, dans l’article ci-dessus, nombre d’éléments indiquant sa collusion, et même sa sympathie pour le transhumanisme (qui aspire à transformer l’Homme en robot), le RN allant jusqu’à inviter le gourou du transhumanisme en France, Laurent Alexandre, à donner une conférence devant ses militants dans le cadre d’une promotion de « l’intelligence artificielle ».

6j2Vfl81_400x400.jpg

Extrait : « Le ralliement de Laurent Alexandre à "l’extrême-droite" nous fait penser à la position de l’éminence grise qui se tenait derrière l’élection de chacun de nos présidents depuis des décennies, je veux parler de Jacques Attali (celui qui rêve de voir disparaître les personnes âgées de plus de 65 ans parce qu’elles sont "improductives"), personnage pour lequel Alexandre a la plus grande sympathie et qu’il rêve peut-être de remplacer. Et quoi de plus facile à faire avec le RN quand on sait avec quel empressement les dirigeants de ce parti saisissent n’importe quelle occasion de s’immiscer dans la cour fermée des lanceurs de fatwa du politiquement correct pour tenter d’être épargnés de leurs traits redoutables.

Le philosophe Gaspard Koenig a publié dans le journal Les Échos du 11 octobre 2023 un article au sujet de cette marotte inattendue de Marine Le Pen et Jordan Bardella sous le titre : Pourquoi l’extrême-droite est devenue technophile ?

"Le transhumanisme a trouvé un écho très favorable dans les milieux d’extrême droite, satisfait de voir se dessiner une humanité homogénéisée, faite de clones hyperconnectés dressés dans le culte de la performance", regrette Gaspard Koenig. "Les masques tombent : le transhumanisme est un antihumanisme. Qui, parmi la classe politique, parle aujourd’hui de colonisation du cosmos, de sélection embryonnaire, d’Homo deus ou d’IA forte (l’autre “Grand remplacement”) ? Le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, qui se fait remarquer depuis un an par sa technophilie galopante et qui vante avec candeur les progrès des NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives) en déplorant les ardeurs régulatrices de l’Europe. Il se fait ainsi l’écho fidèle de Laurent Alexandre, l’importateur zélé des rêves de la Silicon Valley, qui parle aux politiques de tous bords et semble avoir trouvé oreille attentive. »

*

C’est l’Ordre mondial qui met en place vos dirigeants politiques

*

J’écrivais ceci la semaine dernière pour un article à paraître sur les chemtrails (tout est lié) :

"Tout ceci nous ramène à ce que les USA sont devenus, en tout cas, au prisme de leurs dirigeants psychopathes, car les peuples du monde ne sont plus responsables des faits et gestes de leurs élites ni même de les avoir mises en place, les élections, quand il y en a, étant la plupart du temps truquées et leurs résultats convenus d’avance, négociés entre les partis que les foules croient adversaires, voire ennemis, mais qui sont complices [4]. Pour exemple flagrant (flagrant pour les esprits éveillés), on peut se reporter aux dernières élections législatives en France le 7 juillet 2024. Le problème, c’est que ces personnes dévoyées, de quelque parti que ce soit, par le truchement de l’impérialisme américain et « occidental » (E.U, U.E. et Israël) ont pris le pouvoir sur l’ensemble de la planète et ont produit des petits clones à leur service à peu près partout dans le monde, et surtout en Europe, et surtout en France."

*

Aldo Sterone

https://www.youtube.com/watch?v=kV_W5keVMHE

Dans son intervention, Aldo Sterone, qui vit en Angleterre, s’étonne du processus des dernières élections législatives en Angleterre, qui aboutit aux mêmes résultats que celui des élections en France. Comme c’est étrange !

*

ev.png

Seceion.jpg

Le Courrier des stratèges

Une ingérence américaine dans les élections françaises?

https://www.youtube.com/watch?v=1Og5d7g4Fa8

Éric Verhaeghe explique que le RN est revenu sur ses positions, notamment la remise en cause de l’appartenance à l’OTAN, qui avait été décidé par le très nocif Sarkozy, à cause d’une intervention américaine, de même que les USA sont intervenus au sein de LFI du fait de son soutien à la Palestine, ce qui expliquerait la mise à l’écart de Mélenchon.

*

Jean-Dominique Michel

9 juillet 2024

https://odysee.com/@JeanDominiqueMichel:e/ils-ont-vot%C3%...

C’est le talentueux et pugnace anthropologue médical suisse, Jean-Dominique Michel, qui conclut et résume cette petite revue de la presse dissidente sur ce sujet des élections, envers lesquelles tous les individus sains d’esprit et disposant d’un bon sens autrefois commun ne peuvent que se montrer suspicieux concernant leur déroulement et leurs résultats qui ne semblent pas avoir été, tant en ce qui concerne les dernières que les précédentes, d’une parfaite transparence ; c’est le moins qu’on puisse dire.

Pierre-Emile Blairon

Notes:

[1]. Il est bien évident que cette revue de presse ne peut concerner que la presse qui s’exprime par internet, par quelques petites revues qui survivent miraculeusement, et par les réseaux sociaux, mais nullement par les médias de grand chemin (comme les bandits) dits en anglais mainstream. On peut relever le fait que les « maîtres du monde », ou « le Prince de ce monde », pour cibler plus précisément leur chef, peuvent commettre des erreurs et créer une technologie que, finalement, ils ne maîtrisent pas. La créature de Frankenstein a échappé à son créateur. Il en sera de même pour les actions du transhumanisme qui sert de façade « scientifique » aux satanistes.

[2]. En voici un déclaré : https://www.facebook.com/reel/1429489977712926

[3]. https://www.lefigaro.fr/flash-eco/sondage-une-majorite-de-francais-a-un-sentiment-negatif-sur-l-europe-20240509

[4]. https://actu.orange.fr/politique/assemblee-nationale-yael-braun-pivet-se-defend-des-accusations-d-arrangement-avec-le-rn-magic-CNT000002ep2Cu.html

mercredi, 17 juillet 2024

Bilan des élections françaises

Elections-legislatives-Actus-699x460.jpg

Bilan des élections françaises

Elections françaises : la progression de Le Pen, la résurrection de Hollande, l'embarras de Mélenchon et la survie de Macron

Par Raphael Machado

Source: https://jornalpurosangue.net/2024/07/08/um-balanco-das-eleicoes-na-franca/

Si nous nous fions aux médias occidentaux pour nous informer, nous croirons qu'en France le "nazifascisme" a été vaincu et que "la gauche" a triomphé, démontrant toute sa puissance et prouvant ainsi son soutien par le peuple, etc.

Le monde réel, cependant, ne semble pas très bien s'accorder avec les récits triomphalistes des appareils de propagande du pouvoir hégémonique.

Le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen et Jordan Bardella s'est imposé comme le parti politique le plus important et le plus populaire de France, avec 126 sièges à l'Assemblée nationale, avec un groupe parlementaire de 143 députés et plus de 10 millions de voix (correspondant à 37%) au second tour.

En chiffres absolus, c'est l'alliance RN qui a remporté le plus de voix.

Ceux qui parlent de la "défaite de l'extrême droite" font de la propagande, pas de l'analyse; et ce sont précisément ceux qui ont inventé un "risque" de voir le RN remporter plus de la moitié des sièges à l'Assemblée (tout comme la propagande occidentale a inventé un "Kiev tombera en 3 jours", pour dire ensuite que la Russie "n'a même pas pu prendre Kiev en 3 jours").

Dans la pratique, le résultat du RN est assez confortable et satisfaisant. Ils sont dans le meilleur des mondes. Un résultat écrasant mettrait peut-être le RN dans la position inconfortable d'occuper des postes dans un gouvernement de cohabitation, grillant sa popularité dans la bureaucratie de la "grand machin" français, tandis que Macron continuerait à prendre ses décisions librement sur les questions de sécurité nationale et de politique étrangère.

Le RN pourra désormais maintenir la pression sur le gouvernement (encore mieux si c'est un gouvernement de centre-droit et de gauche, tout en contrôlant 1/4 de l'Assemblée. 1/4 de l'Assemblée n'est pas suffisant pour que le RN bloque à lui seul tout projet de loi ou fasse tomber le gouvernement, mais il est suffisant pour forcer les autres partis à prendre en compte les nationalistes, les obligeant à adapter et à amender les projets de loi pour qu'ils puissent être adoptés.

3993142_1647979861852-jean-luc-melenchon-w.jpg

Le cas du "front populaire" de la gauche est une triste et pathétique histoire de fraude électorale. Ce "front populaire" a pour seule figure raisonnablement charismatique Jean-Luc Mélenchon, de la France Insoumise. Comprenez: il n'était pas le leader de la coalition, mais il a souvent joué le rôle de porte-parole parce qu'il était, comme je l'ai dit, le seul homme politique charismatique du groupe.

Eh bien, malgré toute la frénésie médiatique, le parti de Mélenchon n'a gagné que six sièges à l'Assemblée. S'agit-il d'une croissance? Bien sûr. Mais il est un peu particulier d'en parler comme d'une victoire digne d'une Coupe du monde. Cela donne l'impression qu'il y a quelque chose d'autre derrière.

C'est facile à comprendre quand on regarde de plus près qui a vraiment grandi dans ce sac de noeuds qu'était le soi-disant "front populaire" (sans peuple). En parallèle: sans peuple car, en fait, les presque 20 partis qui composaient ce "front" n'ont réussi à obtenir que 7 millions de voix au second tour des élections.

Au sein de cette "alliance antifasciste", les partis qui ont connu la plus forte croissance sont le Parti socialiste (PS) de l'ancien président François Hollande, qui a presque triplé de taille, et le parti écolo-névrotique EEV, qui a doublé de taille. Le PS est passé de 28 à 64 sièges, l'EEV de 15 à 33. Ensemble, ces partis représentent 50% de ce que l'on appelle le "front populaire"...

Caricature_François_Hollande.jpg

Le PS de Hollande est désormais le parti le plus belliciste, le plus "otaniste" et atlantiste de France, dépassant les LR de Sarkozy depuis l'arrivée au pouvoir de Macron.

Sous le gouvernement Hollande (2012-2017), le PS a soutenu l'intervention militaire française au Mali au motif de "combattre les extrémistes" - des extrémistes qui ont été armés et créés par l'intervention française en Libye, générant une boucle rétroactive qui a permis l'occupation permanente du pays. Le même gouvernement a également fait campagne pour l'organisation d'une expédition militaire internationale contre Bachar Al-Assad, et M. Hollande a publiquement admis qu'il armait les groupes terroristes kurdes et salafistes qui ont semé le chaos et la destruction au Moyen-Orient. M. Hollande a également été l'un des architectes européens du Maïdan et l'un des promoteurs des accords de Minsk en tant que stratagème pour donner du temps à la militarisation de l'Ukraine en préparation d'une guerre, utilisant l'Ukraine comme mandataire, contre la Russie. Sur le plan intérieur, il a également fait passer une réforme draconienne du travail et a rendu le pays encore plus ouvert à l'immigration, tout en mettant un point d'honneur à promouvoir une avalanche de lois sur les questions de genre et de sexualité.

Aujourd'hui, le PS est le parti le plus véhément dans son soutien à l'Ukraine et ses attaques contre la Russie. Sa défense de la reconnaissance d'un Etat palestinien n'est qu'une broutille dont le but est de "blanchir" le sionisme pour lui donner une chance de survie.

L'EEV ne fait pas exception, accusant la Russie et la Chine d'être des pays agressifs et de diffuser des "fake news", prônant des livraisons d'armes illimitées à l'Ukraine et même des sanctions contre l'entreprise stratégique française TotalEnergies pour avoir violé les sanctions anti-russes. Pour ne rien arranger, l'EEV ne prétend même pas être critique à l'égard d'Israël.

Ce n'est donc pas un hasard si le programme du front populaire parle d'armer l'Ukraine jusqu'aux dents et même d'effacer toutes les dettes ukrainiennes, afin de donner une bouée de sauvetage à cet État paria; ce "front populaire" prône aussi un "changement de régime" à Gaza - ainsi, lorsque le "front populaire" parle de reconnaître un État palestinien, il s'agit d'une Palestine sans le Hamas et les autres forces de résistance. En outre, outre des positions économiques peu différentes de celles de l'"aile gauche" du Rassemblement national, l'"alliance arc-en-ciel" promet de distribuer la citoyenneté aux immigrants nouvellement arrivés et d'inventer la catégorie de "réfugié climatique" afin d'accroître encore l'immigration, ainsi que l'adhésion totale à l'agenda "zéro carbone".

Les Brésiliens, comme moi, sont intéressés par le fait que le front populaire entend bloquer les importations de produits agricoles générés par la déforestation, ce qui revient à promettre de faire pression sur l'agenda amazonien dans notre pays, comme l'a fait Macron.

imraglages.jpg

Mélenchon gageant son charisme et sa réputation sur ce programme, pour ressusciter la carrière ruinée de François Hollande, pour élire l'extrémiste sioniste Raphaël Glucksmann (ancien conseiller de Mikhaïl Saakachvili, agitateur sur la place Maïdan avec Victoria Nuland, russophobe fanatique, récemment exposé comme agent de la CIA en France) et d'autres éléments néfastes, tout en se posant en "militant antifasciste", ce n'est pas de la naïveté, c'est de la crapulerie évidente.

Mélenchon joue le rôle du pompier du système, de l'opposition contrôlée, et ce n'est pas une surprise. Chaque fois que le nationalisme prend le dessus, Mélenchon est appelé à justifier l'appel à voter Macron en invoquant les mythes de l'antifascisme historique.

Ainsi, une fois de plus, il a été sciemment instrumentalisé pour éviter que la victoire du RN ne tourne au désastre pour Macron.

Le "front populaire" a retiré toutes ses candidatures dans les circonscriptions où, au second tour, un candidat RN était en concurrence avec un candidat Macron. Les macronistes ont fait de même dans des circonstances similaires. C'est la vieille stratégie du "cordon sanitaire", qui repose sur la création d'une "hystérie antifasciste" pour convaincre les communistes de voter pour des candidats qui sont pratiquement des alliés "contre le fascisme".

Ainsi, la coalition arc-en-ciel a uni ses voix à celles de la coalition macroniste dans toutes les circonscriptions. Et c'est cela, et cela seul, qui explique que le RN n'ait pas obtenu plus de la moitié des sièges à l'Assemblée.

Le problème, c'est qu'il était facile de faire le cordon sanitaire quand un vote pour Le Pen était un vote de protestation. Aujourd'hui, le vote pour Le Pen et son parti est un vote populaire, bien enraciné, organique et capillarisé. Qu'en est-il, aux yeux de l'électorat "de gauche" lui-même, de devoir soutenir Macron élection après élection ?

Est-ce pour cela que 6 % des membres du Parti communiste français (membre du "front populaire" et grand perdant de ces élections) ont préféré voter pour le RN lors de ces élections ?

jerc-caricature-Gabriel-Attal-le-nouveau-premier-ministre-st-2024-01-10-le-poing.jpg

Quant à Macron, qui a vu le cœur de son pouvoir s'effondrer avec une perte de 86 sièges dans son groupe parlementaire, ceux qui pensent qu'il est détruit se trompent. La preuve en est que non seulement il n'a pas l'air de vouloir démissionner (la rumeur voulait qu'il le fasse en fonction du résultat), mais il a également refusé de démettre le Premier ministre Gabriel Attal de ses fonctions.

Cela signifie que Macron se sent suffisamment fort pour au moins retarder un changement de gouvernement et peut-être même préparer une nouvelle alliance au pouvoir. Naturellement, comme toute nouvelle configuration gouvernementale devra être plus hétérogène, cela signifie un affaiblissement de Macron, mais pas de sa ligne de gouvernement.

Une alliance avec les LR protégerait déjà le nouveau gouvernement d'un "vote de censure". Ce serait encore mieux si Macron parvenait également à attirer le PS et l'EEV. Il disposerait alors de la majorité nécessaire pour former un nouveau gouvernement stable, bien qu'hétérogène. Mais si l'on considère que le PS et LR (sans l'aile gaulliste d'Eric Ciotti) sont des néocons et des atlantistes, cette hétérogénéité n'est pas si instable.

vendredi, 12 juillet 2024

La victoire à la Pyrrhus de Mélenchon en France

sipa_ap22887964_0001141.jpg

La victoire à la Pyrrhus de Mélenchon en France

Par Marcelo Ramírez

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/la-victoria-pirrica-de-melenchon-en-francia-por-marcelo-ramirez/

Les élections dans la pays de la deuxième économie de l'UE sont enfin arrivées et le résultat attendu s'est produit, confirmant l'effondrement du modèle mondialiste et suscitant le désespoir des élites de ce secteur. Malgré sa victoire au premier tour, le Rassemblement national (RN) de Mme Le Pen a perdu la première place au profit de l'alliance entre le macronisme et la gauche, qui, en coalition, s'est partagé les deux premières places. La prochaine nomination du premier ministre dépendra d'un éventuel accord entre ces blocs.

Macron, désabusé et en colère après les résultats des élections européennes, a décidé de prendre un risque et, au vu des résultats, de faire preuve d'une certaine maladresse en appelant à des élections anticipées. Les élections ont montré ce qui était attendu, à savoir que les Français en avaient assez de Macron et de sa politique, une politique qui existe depuis longtemps et qui a été largement désavouée lors des confinements pendant la pandémie.

Les questions non résolues de l'immigration, des faibles revenus par rapport aux normes locales et de l'alignement sur l'OTAN ont certainement explosé quand le président français à pris la position d'envoyer des troupes en Ukraine. Le risque d'une telle action est simplement que la France soit entraînée dans une guerre avec la plus grande puissance nucléaire du monde, et ce, en échange de rien de profitable pour le pays.

La propagande qui consiste à présenter la guerre comme un combat épique pour la liberté ou la démocratie ne convainc pas les Français, et peu d'entre eux sont prêts à mourir suite à des arguments aussi invraisemblables. C'est pourquoi le vote ne doit pas surprendre par ses résultats et ne fait qu'entériner un parcours de lassitude.

Le Front national, rebaptisé Rassemblement National, est arrivé en tête du premier tour, laissant la coalition de la gauche mondialiste en deuxième position. Les candidats de Macron sont arrivés en troisième position, ce qui a été inversé au second tour grâce à l'alchimie électorale, mais cela ne change pas le fond du problème étant donné que les candidats de Bardella et de Le Pen ont doublé le nombre de sièges détenus jusqu'à présent. Mme Le Pen est restée sereine, sachant que cela allait se produire mais que cela la mettait dans une position importante pour l'avenir.

ResultadosEleccionesFrancia2024.jpg

Graphique : en raison du système de circonscriptions et du jeu de l'élimination des candidats en troisième position, celui qui a obtenu le plus grand pourcentage de voix (37 %) est arrivé en troisième position.

Marine Le Pen est-elle la candidate idéale pour renverser un système injuste? Sûrement pas, c'est une professionnelle de la politique qui ne propose qu'une marche en arrière, à une époque où les temps étaient meilleurs pour les Français.

Si ses propositions n'apportent pas de solutions aux problèmes à venir, elles empêchent au moins l'escalade vers la guerre nucléaire et font de même avec l'avancée du mondialisme culturel, qui cherche la "déconstruction", c'est-à-dire la destruction des valeurs historiques.

C'est ce qui a déclenché la panique parmi les élites mondialistes, qui ont poussé à former une grande coalition contre le RN. Ce qui est curieux, c'est que cette même coalition inclut des fronts de gauche qui se présentent comme anti-système, attaquant Macron. Cependant, face à l'urgence, les anti-systèmes auto-proclamés ont décidé de voter pour les candidats du système, c'est-à-dire pour Macron. Dans un monde de poudre aux yeux où la réalité apparaît telle qu'elle est quand le temps presse, il est indispensable d'unir les différentes options du système pour faire face à la menace que fait peser le Rassemblement national sur les intérêts des uns et des autres.

Cette situation aboutit alors à définir une sorte de "tous contre Le Pen", à l'exception de l'"ultra-gauche" anticapitaliste. Il est donc clair qu'il y a une grande confusion derrière le mantra de la gauche contre la droite, qui permet alors d'enclencher la dispute entre les modèles globalistes et souverainistes, même si ceux-ci sont eux-mêmes socialement injustes.

C'est précisément pour cette raison qu'il n'y a pas de véritables options révolutionnaires, mais seulement des options cosmétiques.

Ce qui est inquiétant, c'est que ces secteurs émergents contestent la culture mondialiste sur le plan des valeurs, qui sont nécessaires pour schématiser le nouveau modèle de relations sociales en cours au niveau mondial. Et ils le font à partir d'une position complexe, puisque tant Mélenchon que Bardella ont défini qu'ils étaient contre la confrontation avec la Russie et qu'ils cherchaient d'autres solutions que l'extermination d'une grande partie de l'humanité, comme le proposent les faucons du mondialisme.

nda72-e1710256444533.jpg

Il y a plusieurs raisons à cela: premièrement, la France, curieusement avec Macron, a décidé d'être le principal soutien de l'ordre mondial mondialiste qui défie la Russie et ses partenaires.

La France, seule détentrice d'armes nucléaires dans l'Union européenne, pense pouvoir menacer le Kremlin, promettant que son "bouclier nucléaire" est suffisant pour lui donner un statut similaire à celui de la Russie.

Par le passé, Macron a promu l'idée de créer une armée européenne indépendante des États-Unis et de l'OTAN, un projet qui n'a pas pris de mesures significatives, mais qui dénote les intentions du Français.

macrone_930x520.jpg

C'est tout cela qui a conduit les Français à opter pour deux options contraires à la position interventionniste de Macron, qui, à certaines occasions, fait preuve d'un ego qui le pousse à vouloir être un nouveau Napoléon. Il est pour le moins étrange que la presse ne remarque pas le fait que la majorité des Français répudie la politique de Macron, mais soit choquée par la possibilité que Le Pen finisse par le conditionner dans ses positions de participation à une guerre contre la Russie.

"Mes décisions et mes actions sont dictées par les intérêts de la France. La Russie ne disparaîtra pas, elle ne sera pas rayée de la carte. Elle existe et il faut en tenir compte... Le monde est ce qu'il est et pas ce qu'on voudrait qu'il soit. En tant qu'homme politique, j'ai le devoir de dire la vérité aux Français, même si elle ne leur plaît pas. Nous avons soutenu l'Ukraine, nous avons condamné la Russie... Mais nous avons aussi tracé des lignes rouges et nous l'avons fait dans l'intérêt de la France."

"Nous ne voulons pas que l'Ukraine fasse partie de l'UE, nous ne voulons pas que l'Ukraine devienne membre de l'OTAN, nous ne voulons pas partager nos armes nucléaires avec le reste de l'Europe et nous sommes contre l'envoi de nos troupes dans une guerre qui, je le rappelle, ne concerne pas la France. J'ai été surpris par la légèreté avec laquelle Emmanuel Macron, un verre de whisky à la main, a déclaré à une chanteuse qu'il enverrait des troupes...".

Marine Le Pen a adouci son discours de sympathie pour Poutine, rénové sa rhétorique et s'est retranchée dans la défense des valeurs traditionnelles aux côtés d'une politique de lutte contre l'immigration incontrôlée. Cela a suffi à convaincre ses électeurs que c'était là le meilleur choix.

Un autre fait doit être remarqué. Alors que la presse mondiale américaine appelle à soutenir Biden à tout prix, considérant qu'avoir amené le monde au bord de la guerre nucléaire ne suffit pas à penser que sa figure est plus dangereuse que celle de Trump, l'histoire se répète en France.

Le grand danger est de voir arriver au pouvoir quelqu'un qui n'a jamais gouverné la France. La presse est scandalisée par la possibilité que Le Pen et ses semblables puissent prendre des décisions, mais elle oublie que la décision clé, celle de la guerre, a été prise par Macron.

9bc3fa2_1720105546216-865099.jpg

Le mondialisme voit donc le pouvoir lui glisser entre les doigts. L'AfD allemande, la FPÖ autrichienne et le Fidesz de Viktor Orbán ne sont que quelques-unes des alternatives émergentes. La réponse consiste à parler de la progression de l'extrême-droite, du fascisme, mais cela ne suffit pas à enrayer la lassitude des citoyens à l'égard du système politique traditionnel.

Après des décennies de baisse des revenus, d'augmentation de la pauvreté résultant de la destruction accélérée des classes moyennes et d'une violente concentration des richesses, la rébellion est en marche au cœur du monde occidental développé.

La France est un nouvel exemple des pressions exercées par des populations qui commencent à s'éloigner du schéma gauche-droite pour se rapprocher du clivage mondialisme-nationalisme.

Attal a déclaré le dimanche 30 juin: "la leçon de ce soir, c'est que l'extrême droite est aux portes du pouvoir... Jamais dans notre démocratie l'Assemblée nationale n'a été autant menacée d'être dominée par l'extrême droite que ce soir", "pas une seule voix ne doit aller au Rassemblement national... Si nous voulons être à la hauteur du destin français, il est de notre devoir moral de tout faire pour éviter que le pire ne se produise".

Le problème échappe aux élites politiques. S'unir sous le slogan de fermer la porte à l'"ultra-droite" dans un front démocratique n'émeut personne. Ce n'est pas non plus une idée nouvelle : lors de l'arrivée au pouvoir de Juan Perón en 1945 en Argentine, l'opposition politique qui contestait son accession au pouvoir avait formé une coalition sous le nom d'Union démocratique, qui réunissait conservateurs et communistes. Cela n'a pas fonctionné ; l'histoire est rebelle à de telles manœuvres. La décomposition du système est profonde et ne peut être maintenue en réunissant les différents acteurs discrédités par le système lui-même.

De moins en moins de citoyens s'émeuvent de la progression de l'ultra-droite et de moins en moins s'inquiètent du retour imaginaire d'un fascisme qui a, en réalité, disparu il y a plus d'un demi-siècle. Si les appels aux fronts antifascistes ont eu du succès à une époque, leur temps est révolu. Aujourd'hui, le malaise et la lassitude poussent à la rupture, que ce soit dans les pays développés, moyens ou sous-développés. La lassitude se manifeste face à un système qui a perdu sa capacité à séduire les masses.

C'est pourquoi nous assistons à un phénomène d'ascension qui semble inéluctable, gagnant du terrain, mais forçant indirectement l'accélération des conflits, car le mondialisme perd le contrôle de ses bases et la possibilité d'imposer son modèle s'éloigne définitivement. La France a montré que le système est à bout de souffle, qu'il se fissure rapidement et que les appels à la résistance contre l'"ultra-droite" perdent de leur efficacité ; le système doit chercher d'autres solutions s'il veut maintenir le consensus.

La démocratie libérale basée sur des partis politiques au service des causes imposées par l'establishment mondialiste ne répond plus de manière adéquate.

Nous pourrions assister à l'émergence de leaderships basés sur le web, dotés d'une capacité de communication éprouvée et mieux formés que la classe politique actuelle, qui est ignorante, et pas seulement vénale.

C'est là que nous pourrions voir une opportunité de construire des mouvements qui cherchent à changer réellement et mieux les choses face aux menaces qui pèsent sur nous tous. Mais il faudra savoir les différencier des faux prophètes qui participeront à ce discours, mais chercheront à l'amener à une inaction réelle, en changeant un petit quelque chose pour que rien ne change dans l'ensemble.

Caricature_Jean_Luc_Mélenchon.jpg

La victoire de Mélenchon est une victoire à la Pyrrhus car il a dû renoncer à ses positions anti-système et pactiser avec Macron, celui-là même qui est issu de la banque Rothschild et qui conduit la France vers la guerre avec la Russie.

Le prix de cette victoire est que le progressisme et la gauche ont montré leur vrai visage, celui d'un système, d'une dissidence contrôlée. La crédibilité est remise en cause et l'on s'interroge sur la gauche de notre région du monde (= l'Amérique ibérique) qui fête la victoire du candidat pro-USA, ce que l'on semble oublier face aux accusations de fascisme à l'égard de Le Pen.

Une victoire donc, coûteuse et inquiétante pour l'avenir, qui démontre que le processus de dislocation est toujours en cours.

Elections françaises: la grande rupture est là

elfrmage.jpg

Elections françaises: la grande rupture est là

Par José Javier Esparza

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/elecciones-francesas-la-gran-ruptura-ya-esta-aqui-por-jose-javier-esparza/

Le parti le plus plébiscité au second tour des élections législatives françaises est de loin le Rassemblement national de Marine Le Pen et Jordan Bardella: 8,7 millions de voix. Si l'on y ajoute les 1,3 millions de voix des Républicains de Ciotti, alliance perfidement qualifiée par le service des élections du gouvernement d'"union de l'extrême droite" (en tant que telle, pour ne pas mâcher ses mots) et favorables au soutien des listes du RN, le chiffre global s'élève à plus de 10 millions de voix. Les sièges déjà enlevés au premier tour ne sont pas comptabilisés ici. Cependant, en regardant le tableau officiel des résultats du second tour, on constate que les 8,7 millions de voix du RN ne se sont traduites que par 88 sièges, tandis que les 7 millions de l'ultra-gauche ont abouti à 146 sièges. De même, les 6,3 millions du groupe de Macron se sont traduits par 148 sièges. Au final, en intégrant les sièges déjà attribués au premier tour, l'Assemblée française se retrouve avec une majorité d'extrême gauche (le Nouveau Front populaire de Mélenchon) avec 178 sièges, un deuxième groupe macroniste avec 150 sièges, et, en troisième position, le RN de Le Pen avec 143 sièges; en quatrième position Les Républicains (centre-droit) avec 39 sièges, plus d'autres groupes mineurs. En d'autres termes, le parti qui a obtenu le plus de voix se retrouve en troisième position en termes de représentation. La distorsion du vote lorsqu'il est traduit en sièges est évidente.

35032291-parlamentswahl-in-frankreich-2024-PjBG.jpg

Comme chacun le sait - ou devrait le savoir maintenant - cette distorsion est due au modèle hyper-majoritaire du système électoral français, qui n'attribue qu'un seul siège par circonscription et permet à deux ou plusieurs candidats perdants au premier tour de concentrer les voix pour l'emporter au second tour. C'est exactement ce qui s'est passé et ce n'est pas particulièrement surprenant, car de nombreux observateurs (par exemple, Santiago Muzio dans El Gato al Agua) avaient déjà mis en garde contre ce phénomène. Quand on regarde les chiffres en détail, on s'aperçoit qu'en réalité ces élections se sont jouées à quelques dizaines de milliers de voix - c'est dire à quel point le résultat a été serré dans de nombreuses circonscriptions - et qu'une variation de ces chiffres - cent de plus ou cent de moins dans telle ou telle circonscription - aurait abouti à un parlement totalement différent. En tout état de cause, et en guise de bilan provisoire, ce que l'on peut conclure est ce qui suit:

1) Macron a convoqué des élections législatives pour refroidir la victoire du RN aux élections européennes. Il ne l'a pas complètement refroidie, car ce qu'il a réussi, c'est à enflammer la frustration d'une France majoritaire qui, tout en gagnant, perd.

2) Macron a convoqué ces élections législatives pour se consolider, mais il a obtenu exactement le contraire: la première chose que Mélenchon a faite dès qu'il s'est vu "vainqueur" n'a pas été d'attaquer Le Pen, mais de demander à Macron de "s'incliner" (sic) et de confier au Nouveau Front Populaire le soin de former un gouvernement.

6ea294bd2e50dcf1c66ad4ae62a5032d.jpg

3) Cette puissance de l'extrême gauche est probablement l'effet le moins anticipé par Macron: sans doute le président comptait-il que, au second tour, le discours "antifasciste" lui permettrait de recueillir le soutien de l'extrême gauche, mais il pensait sûrement que ce serait l'inverse, c'est-à-dire une extrême gauche subordonnée aux candidats à la présidence, un peu comme Sánchez, et non l'inverse, ce qui s'est finalement produit. L'araignée Macron s'est empêtrée dans sa propre toile.

4) Le fait est que, dans la pratique, Macron vient de céder le Parlement à l'extrême gauche. Et en plus, il lui a donné toute la légitimité (artificielle, mais efficace) de la "lutte contre le fascisme" proclamée par les médias et dont Macron se voulait le champion.

5) Au total, le RN ajoute six millions de voix et 60 sièges à ses résultats des précédentes élections législatives. Il est le premier parti politique de France. Peut-on gouverner contre lui ?

6) Si l'objectif était de pacifier le paysage politique, le résultat ne peut être plus catastrophique : l'Assemblée est divisée en trois groupes minoritaires profondément différents, au point que le pays sera objectivement ingouvernable.

L'aveuglement volontaire de la majorité médiatique, qui s'obstine à considérer le RN comme "extrémiste" mais pas le Front populaire, doit être laissé à l'analyse. De même que l'indigence idéologique d'une grande partie du vote macroniste, et même de certains modérés de centre-droit, qui ont préféré soutenir les candidats de l'ultra-gauche plutôt que le RN.

Et enfin, la grande question: qu'est-ce qui unit vraiment les bourgeois macronistes, les socialistes, les communistes, les islamistes et tous ces gens qui ont uni leurs voix dans ces élections? Parce que leurs programmes respectifs sont objectivement contradictoires sur beaucoup de choses. C'est pourquoi Bardella (et pas seulement lui) a parlé de "coalition contre nature". Il est vrai qu'en termes politiques traditionnels, le pacte du macronisme avec toutes les gauches dures ou molles est contre nature. Mais peut-être faut-il penser que la "nature" a changé. Ce n'est plus celle des termes traditionnels de droite et de gauche, de capitalisme et de socialisme, etc., mais une autre réalité: les partisans du mondialisme et de l'effacement des identités nationales contre les partisans de l'accentuation de la souveraineté nationale. De ce point de vue, l'actuel pacte français a tout son sens, car la seule chose sur laquelle Macronistes, libéraux, progressistes fluides, socialistes, communistes et philo-islamistes sont vraiment d'accord, c'est le rejet de la préférence nationale. Mondialisme contre souverainisme. C'est la grande rupture qui définit notre époque. Il faut choisir.

jeudi, 11 juillet 2024

Les capitalistes libéraux bellicistes vaincus en France et en Grande-Bretagne

6394ad9a802f7_drapo.jpg

Les capitalistes libéraux bellicistes vaincus en France et en Grande-Bretagne

Luca Bagatin

Sources: https://electomagazine.it/in-francia-e-gran-bretagna-sconfitti-i-guerrafondai-liberal-capitalisti/

Les résultats définitifs des élections françaises rejoignent ceux des récentes élections britanniques.

Les forces et les candidats qui ont le plus appuyé sur l'accélérateur de la guerre, ceux qui se sont laissés charmer par la mauvaise et irresponsable administration américaine de Biden, ceux qui, ces dernières années, ont mis en œuvre des politiques de massacre social, sont vaincus.

En Grande-Bretagne, les conservateurs perdent et en France, la droite libérale capitaliste de Macron perd.

On ne peut pas vraiment dire que la gauche gagne.

Ou plutôt, en Grande-Bretagne, le "Labour" édulcoré de Stamer recueille certes beaucoup plus de voix que les conservateurs, mais il en perd par rapport à la performance du Labour à l'époque du véritable socialiste Jeremy Corbyn (33,8% obtenus par le Labour de Stamer, 40% par le Labour dirigé par Corbyn).

fcb9b160-23dc-11ef-80aa-699d54c46324.jpg

Ce Jeremy Corbyn qui - fort de son programme basé sur "l'égalité, la justice et la paix", pour un "monde le plus cool et le plus juste possible" - dans sa circonscription londonienne historique d'Islington North, en tant qu'indépendant, a battu le candidat "travailliste".

En France, la large coalition de gauche réunie au sein du nouveau Front populaire a certainement gagné, comme on pouvait s'y attendre.

Une coalition cependant très composite et fruit de nombreux compromis, entre une aire idéologique autoproclamée "socialiste" - en réalité capitaliste libérale au moins depuis l'époque de Hollande - quelques communistes plus ou moins modérés et une aire authentiquement socialiste emmenée par Jean-Luc Mélenchon.

On peut toutefois sourire que ce dernier soit défini comme "radical de gauche" par notre mauvaise presse conformiste d'Italie, alors qu'un des reproches qui lui est souvent fait par de nombreux Français est justement d'être beaucoup trop modéré.

On peut également s'interroger sur les accusations absurdes d'"antisémitisme" lancées par certains à l'encontre de Mélenchon, simplement parce qu'il estime nécessaire la reconnaissance d'un État de Palestine et qu'il critique un gouvernement, celui de Netanyahou, qui n'est même pas aimé par de nombreux Israéliens.

jules-glucksmann_melenchon.jpg

Raphaël Glucksmann et Jean-Luc Mélenchon.

Ce sont les mêmes critiques absurdes que certains - surtout dans son parti à l'époque - ont faites à Corbyn.

À ce rythme, même Bettino Craxi et Giulio Andreotti - dont on devrait plutôt se souvenir pour leur excellente et stable politique étrangère italienne - auraient été accusés d'"antisémitisme" ! C'est tout simplement ridicule et honteux !

Malheureusement, toutes les accusations sont bonnes, de la part de nombreux libéraux capitalistes intégristes, pour salir les socialistes et les partisans du bon sens. Il en a toujours été ainsi, notamment depuis 1993 dans le monde dit occidental.

Le parti de Mélenchon, La France Insoumise, socialiste démocratique et populiste de gauche, a remporté, dans la coalition gagnante, le plus grand nombre de sièges (74 élus). Et il est plus que normal que ce soit lui qui gouverne. Et j'espère personnellement que c'est Mélenchon lui-même qui présidera un tel gouvernement.

Certes, il devra faire des compromis avec les "socialistes" autoproclamés, avec les communistes et avec les soi-disant écologistes, mais il pourra certainement remettre de l'ordre dans le chaos provoqué par l'hécatombe sociale parachevée par Macron, qui a trop longtemps déchaîné la colère des Français, au point que nombre d'entre eux se sont organisés dans le mouvement civique et démocratique des Gilets jaunes.

A condition, bien entendu, que les "socialistes" autoproclamés - avec Olivier Faure et Raphaël Glucksmann en tête - ne veuillent pas chercher un compromis avec la droite libérale-capitaliste battue de Macron, qui est la vraie perdante de l'élection et qui a causé de graves dommages à la France.

Y a-t-il donc lieu de se réjouir ?

Le peuple devrait être souverain, mais finalement ce sont souvent les politiques qui décident. Ceux de l'Europe d'aujourd'hui sont pour la plupart peu instruits et cultivés et encore moins responsables.

Nous verrons bien.

France, si la droite ne change pas la société, la société changera la droite

w980-p16x9-2022-11-05T105419Z_1124752480_RC2MFX9IQ7MI_RTRMADP_3_FRANCE-POLITICS-FARRIGHT.jpg

France, si la droite ne change pas la société, la société changera la droite

Enrico Toselli

Source: https://electomagazine.it/francia-se-la-destra-non-cambia-la-societa-la-societa-cambiera-la-destra/

C'est un merveilleux laboratoire politique que la France. Peut-être désastreux pour les Français, mais sans doute intéressant pour toute une série d'enchevêtrements politico-idéologiques, de tentatives de coopération inter-partis, de renaissances de filons idéologiques refoulés. A coup sûr, c'est plus passionnant que la roulette au Casino. Une France qui s'enthousiasme pour la droite du Rassemblement national aux élections européennes et au premier tour des élections législatives, mais qui récompense - en termes de sièges, pas de voix - la gauche de Mélenchon au second tour et exhume Macron, qui semblait mort mais qui réapparaît comme le gagnant d'un pari qui semblait risqué mais qui s'est avéré payant.

Le président sera-t-il celui qui distribuera les cartes au sein du gouvernement, même si Mélenchon insiste sur un changement radical? Pour l'instant, les marchés financiers rejettent le virage à gauche et c'est aussi un signal intéressant: on peut voter contre les marchés. En France, oui. En Italie, il semble que non.

Cependant, en profitant des marchés boursiers, Macron peut forcer ses nouveaux alliés gauchistes à larguer Mélenchon et ses alliés pour arriver à une coalition gouvernementale "de bon sens", toujours au service des marchés et des États-Unis. En concédant toujours plus aux vices privés, alors qu'il a déjà tout concédé, en favorisant les Français de différentes couleurs en échange de la poursuite de politiques économiques qui pénalisent les Français hors des grandes villes.

Et le Rassemblement national? La dédiabolisation n'a pas payé. L'option de bon sens et de modération n'a pas suffi. En revanche, Mélenchon a gagné précisément parce qu'il a choisi de ne pas modérer ses propos. La melonisation à la française s'est révélée erreur fatale. Les listes des macroniens et de la gauche dite "responsable" étaient déjà pleines de serviteurs de l'OTAN. Accepter les règles fixées par les adversaires ne suffit pas à se rendre présentable à leurs yeux. Plus vous concédez, plus ils vous demandent. Et, en bout de course, ils vous lâchent encore et toujours.

Le tiers des Français qui avaient choisi la droite aux élections européennes et au premier tour n'a pas pu résister à la pression du Front compact anti-lepéniste. Le pourcentage de voix a augmenté, mais malgré plus de 10 millions de voix (3 millions de plus que le Nouveau Front populaire et presque deux fois plus que les macroniens), les sièges ne sont pas tombés dans l'escarcelle, à cause du mécanisme électoral en vigueur et du front formé spécifiquement pour faire barrage à la droite. Un front qui n'a rien d'autre en commun que l'ennemi. D'autre part, l'imaginaire collectif se crée par des interventions quotidiennes non pas en politique mais en métapolitique. En construisant une nouvelle culture, un nouveau sentiment collectif. Avec la musique, la littérature, l'art, et même un journalisme de qualité. Là où la droite est toujours perdante parce qu'elle préfère les slogans, le désengagement (dédiabolisant), la défense des parasites qui votent ensuite pour d'autres.

dimanche, 07 juillet 2024

Macron-Brancaleone et Mélenchon-Brancaleone partent à la Croisade (antifasciste)

macron-162~1920x1080.jpg

Macron-Brancaleone et Mélenchon-Brancaleone partent à la Croisade (antifasciste)

Andrea Marcigliano

Source : https://electomagazine.it/brancaleone-alla-crociata-antifascista/

Permettez-moi d'apporter une précision immédiate. Je ne prétends pas être un expert de la politique française. L'un de ceux, si nombreux aujourd'hui, qui encombrent les médias et le web de leurs analyses. Et qui auraient sans doute du mal à trouver Orléans ou Bordeaux sur une carte.

Mais je suis un curieux. Et quand j'entends quelque chose, j'essaie, si possible, d'en vérifier le bien-fondé. Avec des données concrètes.

Ainsi, cette histoire de désistements entre le parti de Macron et le Nouveau Front Populaire de Mélenchon, annoncée à grand renfort de trompettes comme présageant la défaite de Le Pen, m'a mis la puce à l'oreille.

Et je me suis mis en quête de données. Du concret, du concret, et non pas des rêves, comme ceux de nos experts de salon.

26648445lpw-26648451-mega-une-jpg_10363707.jpg

En attendant, qu'est-ce que c'est que ce Nouveau Front Populaire ? Qui, dans son nom, rappelle celui de 1936, celui de Léon Blum. Qui a conduit la France au désastre. Mais qui reste l'un des mythes (ratés) de l'antifascisme transalpin. Et, à y regarder de plus près, aussi de celui de notre pays cisalpin.

Il a été créé le 10 juin 2024. C'est-à-dire, pour être généreux. Et à la suite du succès du Rassemblement national aux élections européennes. Avec l'objectif affiché de rassembler toute, mais vraiment toute la gauche pour écarter la menace d'un "gouvernement fasciste".

Ce qui, soyons honnêtes, en tant que programme politique, est vraiment un peu...  peu.

Car il ne suffit pas d'être contre quelqu'un ou quelque chose pour dire que l'on a quelque chose en commun.

Et en effet, nous voyons qui s'est joint à nous.

Nous trouvons l'ancien PCF, le parti communiste. Ou ce qu'il en reste... très peu de choses. Et la galaxie fragmentée des socialistes. Plus ou moins démocratiques, plus ou moins dégénérés, héritiers de l'ère Mitterrand, aujourd'hui curiosité archéologique. Et aussi le POI, marxiste, ou plutôt trotskiste.

Et jusqu'ici...

Et puis il y a les Verts transalpins. Là aussi un archipel d'atolls dans le courant. Des écologistes, des socialistes écologiques. Des écologistes profonds (qu'est-ce que ça veut dire ?). Et même un parti de végétaliens.

Et, pour ne rien gâcher, des gaullistes de gauche (sic !), des nationalistes polynésiens, des radicaux de diverses extractions, des libéraux de gauche, des altermondialistes, des anticapitalistes, des régionalistes alsaciens, des nationalistes basques, des libertaires...

Sans oublier, bien sûr, l'univers syndical, complexe et conflictuel. De la CGT historique aux autonomes.

Voilà donc le NFP. Il n'est soudé que par la haine et la peur. Qui sont, bien sûr, de bonnes colles électorales. Mais... après cela ?

Sur quelle base pourraient-ils rester ensemble ?

Et surtout, comment pourraient-ils s'entendre avec le parti (personnel et plastique) de Macron ?

Des pacifistes avec des bellicistes ?

Des pro-russes déclarés avec des atlantistes en colère ?

Ceux qui descendent dans la rue contre la réforme des retraites avec celui qui l'a imposée ?

Les partisans des Palestiniens, et même du Hamas, avec celui qui va bras dessus bras dessous avec Netanyahu ?

2374631.jpg

Franchement, l'armée de Brancaleone, en comparaison, apparaît bien plus homogène et disciplinée.

Ces résistances auront peut-être pour effet d'empêcher un gouvernement Bardella. Mais aucun gouvernement ne pourra jamais en sortir.

Macron s'en moque. Il vise le chaos parlementaire pour gouverner seul et sans être dérangé. Sans contrôle ni contrepoids.

À long terme, et probablement à court terme, cela pourrait avoir un effet dévastateur sur la société française. Un désordre ingouvernable et ingouverné.

Et cela ne peut que favoriser Marine Le Pen.

Dont l'objectif, ne l'oublions pas, n'est pas de faire de Bardella le chef du gouvernement. Mais d'entrer, en tant que présidente, à l'Elysée.

jeudi, 27 juin 2024

Le grand bazar hexagonal

d98c77af3eb9d7afcd6c337f86fa8919.jpg

Le grand bazar hexagonal

par Georges FELTIN-TRACOL

La déflagration des législatives anticipées décidées au soir du 9 juin recompose un paysage politique hexagonal désormais électrisé. Se confirme aussi l’existence de trois ensembles électoraux antagonistes aux contours mouvants et inégaux.

La « coalition nationale » aimantée par le Rassemblement national (RN) accélère la décomposition des Républicains (LR), ce centre-droit progressiste chiraco-sarkozyste. LR sont depuis longtemps divisés en écuries présidentielles rivales : Nous France de Xavier Bertrand, le président du conseil régional des Hauts-de-France, Nouvelle Énergie du maire de Cannes, David Lisnard, Soyons libres ! de Valérie Pécresse, la présidente du conseil régional d’Île-de-France ou Du  courage ! du député du Lot Aurélien Pradié. L’alliance conclue entre Éric Ciotti, toujours président LR, et le RN a provoqué la colère de ces personnalités ainsi que celle de Gérard Larcher, le président du Sénat, de Laurent Wauquiez, le président du conseil régional Auvergne – Rhône-Alpes, et de Bruno Retailleau, le président du groupe des sénateurs LR. Tous ces critiques adoptent un comportement suicidaire digne de la secte de l’Ordre du Temple solaire.

exclusion-d-eric-ciotti-suspendue-y-a-t-il-un-patron-a-lr-1-48f3f4-0@1x.jpg

Ils se pensent toujours en quatrième force à la fois opposée au RN, à la gauche et au macronisme. En réalité, dans des départements (Hauts-de-Seine, Yvelines, etc.), se nouent entre les caciques LR ou centristes et les cadres de la Macronie des accords électoraux favorables tantôt aux uns, tantôt aux autres. Marqués par un anti-lepénisme primaire et obsessionnel, les dirigeants LR anti-Ciotti s’illusionnent sur leur audience véritable. Certes, ils gardent une emprise notable sur les collectivités territoriales, mais ils n’intègrent pas que les élections européennes sont le troisième gadin consécutif après 2017 et 2022 sur quatre élections nationales.

Les temps changent. Le RN a acquis un poids électoral indéniable. En dépit de sa ligne sociale-populiste « ni gauche, ni droite », il bouleverse les équilibres politiques et entreprend la satellisation des « droites » conservatrice et identitaire. Il y aurait eu « union des droites » si ces forces s’équivalaient à peu près aux élections. Or, entre les 31,37 % de Jordan Bardella aux européennes, les 7,25 % du LR François-Xavier Bellamy et les 5,47 % de Marion Maréchal, le RN transforme son nouveau partenaire LR en aile gauche du marinisme, et Reconquête !, en aile droite, sans oublier la frange souverainiste.

x1080gbig.jpg

x72pg0.jpg

marcult.jpg

La période repoussoir est finie. Dans cette coalition nationale se présente dans la 2e circonscription du Territoire de Belfort l’ancien chroniqueur de CNews et ex-chevènementiste Guillaume Bigot. Sociétaire de l’émission « Bistrot Libertés » aux premiers temps de TVLibertés alors qu’il suivait des cours de droit à l’université, Pierre Gentillet, l’avocat qui défend Academia Christiana, est candidat dans la 3e circonscription du Cher. Rédacteur trentenaire à Éléments, auteur de quelques essais et invité régulier à Radio Méridien Zéro, Rodolphe Cart est candidat suppléant dans la 2e circonscription de Paris.

À terme, la formation LR éclatera vers trois directions différentes : une intransigeance programmatique dépassée qui croit encore à un avenir bien hypothéqué, le ralliement au RN et à ses partis-satellites (Les Localistes, la Droite populaire, le RPR reconstitué) et l’apparition des macronistes de la dernière heure. Le parti Horizons de l’ancien premier ministre Édouard Philippe se prépare à jouer le rôle de sas parfait dans l’accueil de ces derniers.

Cette perspective déséquilibre le groupe central qui entend regrouper la gauche sociale-démocrate, les écologistes de marché, les centristes, les progressistes sociétaux et la pseudo-droite républicaine dans l’extrême centre. Des dissensions la traversent toutefois. Présentant des candidats sous sa propre bannière, Édouard Philippe déclare en public que la dissolution a tué la majorité présidentielle. Les partis de centre-gauche associés à Renaissance (En Commun et Territoires de progrès) et le MoDem de François Bayrou s’irritent de cette droitisation en marche. Par ailleurs, maints candidats du président écartent le portrait d’Emmanuel Macron sur leurs affiches, preuve de son discrédit auprès de ses propres troupes prises en tenailles entre le nouveau bloc national et la NUPES ressuscitée.

1200x680_sc_000-34y27jh.jpg

FNUFWQN4HRHATKUUOMYOTIDI64.jpg

Elle s’appelle maintenant le Nouveau Front populaire (NFP). Cette alliance électorale s’étend bien au-delà de la bande des quatre (La France insoumise, les socialistes, les Verts et les communistes) puisqu’elle engage Génération.s de Benoît Hamon, Génération Écologie de Delphine Batho, Nouvelle Donne, Place publique, les trotskystes du Parti ouvrier indépendant et d’autres formations groupusculaires (le Parti pirate, le Mouvement républicain et citoyen, l’Union démocratique bretonne…) sans compter les associations subventionnées (Oxfam – France, Greenpeace – France, la Fondation Abbé-Pierre, etc.) et les syndicats dont la CGT, la FSU, la CFDT et SUD. En quelques heures et après bien de vives discussions, ce NPF a produit un programme gouvernemental maigrelet avec quelques beaux délires sur le gendérisme. D’autres propositions effarantes doivent s’élaborer plus tard. La « parité sociale » par exemple ? Après la parité obligatoire sur les listes de candidats entre les hommes et les femmes, la parité sociale impliquerait la présence sur chaque liste d’un certain pourcentage d’ouvriers et d’employés. À l’heure du harcèlement démocratique pour les anticonformistes, il sera difficile de monter des listes pertinentes.

Les quatre « Grands de gauche » se répartissent les circonscriptions tels des chefs mafieux réunis en Coupole (le conseil suprême de la pègre) qui se partagent espaces de chalandises illégales et activités lucratives illicites. Une fois les circonscriptions obtenues, chaque parti accorde son investiture à ses protégés et s’investit dans une lutte grotesque et délirante contre un fascisme fantasmatique. Le trotskyste Philippe Poutou du NPA (Nouveau parti anticapitaliste) – courant L’Anticapitaliste – se retrouve candidat dans l’Aude. Dans les Yvelines, le NPF investit Aurélien Rousseau, ancien ministre macronien de la Santé. En Corrèze, François « Flamby » Hollande revient en politique. Dans la cité d’Avignon s’active pour un mandat législatif le tristement célèbre Lyonnais Raphaël Arnault, figure de proue de la Jeune Garde antifasciste que devraient étudier tous les psychiatres de France. Si cet assemblage hétéroclite est censé gouverner la France au 8 juillet prochain, l’incertitude demeure sur l’identité de leur futur premier ministre. En 1997, la domination socialiste faisait de son premier secrétaire, Lionel Jospin, le candidat naturel à Matignon. Aujourd’hui, le NFP se tait sur ce sujet crucial. Dans les coulisses émergent quelques noms : Philippe Poutou, Jean-Luc Mélanchon qui se tient en retrait et attend son heure, ou bien Flamby. Il se verrait bien chef du gouvernement d’union de la gauche dans une cohabitation avec son ancien secrétaire général – adjoint de l’Élysée. Il est fort plausible que la charge revienne à François Ruffin. Insoumis en rupture de ban avec le mélanchonisme, il se définit social-démocrate réformiste afin de convenir aux hiérarques socialistes. Ses propos et sa démarche plaisent aussi bien aux Verts qu’aux communistes. Installé à Matignon, le fondateur du journal Fakir proposerait certainement le Quai d’Orsay, les relations extérieures et les affaires européennes - avec le rang de ministre d’État ! - à François Hollande...

sTFOQjX__400x400.jpg

Un gouvernement néo-Front dit populaire aurait à gérer dans l’urgence l’endettement faramineux de l’État, les sanctions à venir de la Commission de Bruxelles, le fiasco éventuel des Jeux olympiques de Paris 2024 et l’hostilité des marchés financiers planétaires. Dans un contexte d’appauvrissement bien réel, une multiplication des pénuries énergétiques, alimentaires, pharmaceutiques et sanitaires, des violences diverses croissantes et un désordre permanent, l’Opposition nationale, populaire, sociale, identitaire et européenne constituerait dès lors une cible prioritaire pour le pouvoir néo-popu : persécutions policières fréquentes, lourdes condamnations judiciaires et ostracisme social frapperaient aussi bien les militants radicaux que les ciottistes, les librairies rebelles que les maisons d’éditions dissidentes, les auteurs que les revues accusées d’alimenter une « ultra-droite » la plus large possible.

La fin prématurée de la XVIe législature redistribue donc les cartes politiques. Le bouleversement ne s’arrêtera pas dans la nuit du 7 juillet. La nouvelle législature, la  XVIIe, effacera-t-elle la durée de la IIIe législature (1967 – 1968) qui fut en un an, un mois et vingt-sept jours la plus courte de la Ve République ? Elle risquera la dissolution dès la rentrée de septembre 2025 sauf si, entre-temps, le peuple se sera soulevé au nom des libertés concrètes et des identités natives. Par-delà le grand chambardement en cours, la France entre ainsi dans une phase révolutionnaire, révolutionnaire nationale et populaire bien entendu.      

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 121, mise en ligne le 25 juin 2024 sur Radio Méridien Zéro.