Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 mars 2020

Coronavirus: quelles crise?

uploded_istock-912219502-2-1580140756.jpg

Coronavirus: quelles crise?

Par Michel LHOMME

Ex: https://metainfos.fr

Qu’on se le dise et qu’on le comprenne pour nos analyses, qu’elles soient européennes, africaines ou moyen-orientales, le système international est complètement reconfiguré, d’ailleurs depuis Obama, autour d’un nouveau centre de gravité: l’Asie du Sud-Est. Ce nouveau centre de gravité a remplacé le Moyen-Orient comme terrain de jeu des grandes puissances au point que les Etats-Unis laissent la Turquie « ottomane » de Erdogan faire le sale boulot des alliés. Le détroit de Malaca est aujourd’hui la zone la plus stratégique du monde, d’ailleurs la France vient d’y envoyer ses forces navales en observation. Dans cet espace, les États-Unis et la Chine déploient toutes leurs ressources pour faire pencher la balance mondiale en leur faveur. Dans un tel contexte, le coronavirus ne paraît-il pas pour les Occidentaux un don des Dieux ?

tp-graphic-corona-virus-2155.jpg

En effet, quelques semaines avant sa propagation, le temps de chercher des compromis, des accommodements avait été laissé de côté et même carrément abandonné. Les États-Unis avaient carrément appuyé sur le bouton rouge pour reprendre à zéro, rédéfinir complètement leurs relations avec la Chine, ne les percevant plus comme une menace bilatérale, mais comme un véritable défi à l’ordre libéral international, à leur puissance pour ne pas dire à leur décadence. Le résultat? Un effort effréné de tous les acteurs de la politique étrangère américaine – la Maison Blanche, le Département d’État, le Congrès – pour tenter de développer une stratégie cohérente efficace mais offensive envers la Chine dans le cadre mondialiste et libéral incontournable de l’économie américaine, sachant que quelle que soit les velléités protectionnistes de l’Etat profond américain, ce sont les multinationales qui gouvernent le monde. Avant la propagation du covid-19, il est bon de se rappeler que la tension sino-américaine était alors à son comble.

Avec Donald Trump, les « faucons » règnent toujours et de nouveau sur Washington. Ils n’ont cessé du coup d’encourager une confrontation artificielle avec Pékin en ignorant des décennies de compréhension, de conciliation, d’habileté diplomatique. Or, aux yeux de tous les stratèges américains, il est maintenant trop tard pour arrêter ou contenir la Chine, sauf, écrivait très opportunément quelques-uns, si survenait par exemple une crise sanitaire ou environnementale, dans un pays encore désorganisée par la corruption, le mercantillisme et sans aucun souci réel souci de préservation de la nature ou d’enrayer les pollutions de l’air, de traiter par exemple les déchets chimiques, les pesticides ou autres.

En transformant la Chine en ennemie, en déclenchant une guerre d’abord psychologique avec l’Empire du Milieu, on anticiperait et éviterait alors la confrontation militaire inévitable qui paraissait se profiler. Alors quel scénario aurait-on décidé en coulisses, à huis clos dans les tink thank de défense américains ? Un bon scénario, nuisant à l’économie mondiale, et puis au passage et en priorité à celle de l’Europe qu’il s’agit de dynamiter rapidement, d’où le Brexit déclenché en première ligne par les « amis » anglais, atlantistes de toujours.

Face à une telle situation extrapolée ou non mais bien descriptive des faits d’aujourd’hui, prise au milieu de cette rivalité croissante, exponentielle des Etats-Unis et de la Chine, l’Union européenne doit et devrait décider en urgence de se lever ou alors elle devra se résigner, hélas, à n’être qu’une étape de la bataille, l’étape sans doute d’ailleurs la plus « meurtrière ».

L’Inde, dans son coin, fait face à un dilemme similaire, forcée de maintenir l’équilibre entre Pékin, sa puissante voisine et son alliée stratégique, tout en cherchant à s’établir en tant que puissance régionale. Et les plus petits voisins de la Chine en Asie du Sud-Est ressentent également ce choc des plaques tectoniques sino-américaines. L’explosion de l’épidémie de coranovirus a ébranlé le muscle économique, militaire, politique et technologique de l’Asie du Sud-Est, la Chine plus ou moins garante de la stabilité régionale. La peur qui se généralise dans la région est alors moins une peur sanitaire qu’une peur géopolitique.

PP.jpg

N’oublions pas que les services secrets américains ont aussi levé d’autres fronts en Chine et très habilement des fronts « domestiques » comme ceux de Hong Kong et de Taiwan, la question musulmane avec les Ouïghours afin de casser des rapprochements éventuels entre les pays du Golfe, l’Iran et l’Empire du Milieu, de briser la route de la soie, sans oublier les désormais classiques revendications des droits de l’Homme, par artistes ou journalistes interposés, liés en particulier à la liberté de la toile et d’Internet.

javier-perez-de-cuellar.jpg

La pandémie qui a pris naissance très curieusement à Wuhan, proche d’un laboratoire « militaire » financé en partie par la France est certes une crise sanitaire, économique et géopolitique pour la Chine mais elle est peut-être même une crise existentielle pour Xi Jinping, une tempête, un typhon de niveau 5 qui en fait ne prédit rien de bon pour la paix mondiale, cette paix que le grand péruvien Xavier Perez de Cuellar qui vient de mourir à l’âge de cent ans avait su défendre à tous ses postes d’ambassadeur et à celui le plus prestigieux de Secrétaire Général des Nations Unies (http://www.perouenfrance.com/la-trajectoire-de-lun-des-pe... )

 

Écrire un commentaire