Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 novembre 2022

Ecroulement physique, fin du carbone et dépeuplement

zusammenbruch-mann.jpg

Ecroulement physique, fin du carbone et dépeuplement

par Nicolas Bonnal

La population française est de plus en plus inerte et prostrée. Elle est affaiblie et incapable de se défendre contre le régime Macron. Tout cela est voulu bien entendu. La fin du carbone est symbolique aussi. Nous rappelions récemment grâce au Figaro :

Tout le monde est vanné :

« Cette perte de motivation n’est sans doute pas sans lien avec la fatigue accumulée à l’occasion des épreuves occasionnées par la pandémie. En effet d’après notre enquête, 41% des Français se sentent plus fatigués qu’avant la crise Covid après un effort physique, contre 54% qui ne ressentent pas de changement et seulement 5% qui ont la sensation d’être moins fatigués qu’avant suite à un effort physique. »

Plus amusant encore l’effondrement des capacités de la cage thoracique :

« Les problèmes physiques de la population et de la jeune génération sont régulièrement documentés depuis plusieurs années maintenant. Ainsi, lorsqu’on compare les résultats à certains tests physiques passés par les adolescents des années 1990 avec ceux passés par les adolescents contemporains, on s’aperçoit que ces derniers ont perdu par exemple un quart de leur capacité pulmonaire en raison du développement de la sédentarité alimentée notamment par les écrans. Conséquence : les jeunes de 2022 mettraient 90 secondes de plus à courir 1600 mètres qu’il y a trente ans. »

Soyons précis : cela veut dire que la « jeune génération » a 30% d’air en moins dans les poumons. Elle n’a rien dans le ventre et pas grand-chose entre les oreilles, pour reprendre un vieux slogan des années 80.

Et nous ajoutions :

« Certes tout cela a commencé avec Loft Story et la culture du confinement née de l’addiction à la technologie, qui crée ce virtuel dont nous crevons maintenant (lire Baudrillard dans Le Paroxyste indifférent à ce propos). »

9782246530718-T.jpg

Evidemment cela rend la résistance difficile :

« Allez manifester râler et tempêter après cela. Macron, les résistants, il peut les attendre longtemps, et en ricanant encore. Qu’ils viennent me chercher ? Ils ne viendront pas, Manu. Tu n’auras même pas besoin de tes coûteuses automitrailleuses. Le mec il dort. Ou il clique. Ou il mate. »

C’est là que cet affaiblissement lié à la télé, la technologie, la sédentarité, rejoint les buts de Davos. Ne plus consommer de carbone… Lisons Eric Verhaege à ce propos :

« Dans l’hypothèse où Macron, en bon élève du mondialisme, déciderait de pousser les feux sur cette question, quel calendrier de mise en place pouvons-nous imaginer ?

La stratégie bas carbone publiée par le gouvernement a posé un jalon fort pour 2025. L’article de BFM souligne l’importance de l’effort que les ménages doivent fournir pour baisser leur consommation énergétique :

Pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, les experts estiment que l’empreinte carbone d’un Français ne devrait pas dépasser l’équivalent de 2 tonnes de CO2 par an. Elle est aujourd’hui estimée en moyenne à 9 tonnes, selon les dernières données pré-Covid du ministère de la Transition énergétique. »

Le Français est condamné à disparaître – famine, pénurie, puis élimination physique pure et simple ; tout cela pour sauver la planète et le climat.

Eric ajoute implacable :

« Autrement dit, il faudrait diviser la production des ménages par 4,5 pour tenir les objectifs… On mesure ici l’ampleur du désastre, et on peut penser que Macron compte fortement sur le renchérissement des prix, présenté comme une conséquence de la guerre en Ukraine, pour faire accepter les efforts. »

L’effondrement de la consommation de carbone sera comme dit H16 l’effondrement de nous-mêmes, l’effacement de l’espèce voulu par des élites psychopathes obéissant à un agenda évidemment satanique, la destruction de l’homme important plus à Satan que celle de Dieu contre qui il ne peut rien. Il a eu l’âme et l’esprit (voir mon texte sur Rudolf Steiner et les vaccins), il veut le corps maintenant avec la dévitalisation des organismes (vaccin, sous-alimentation, immobilisation, prostration chimique et télégénique, contrôle numérique forcené, etc.).

Les génies comme Goethe (voyez mes textes) avaient vu cela venir :

« — Notre population des campagnes, en effet, répondit Goethe, s’est toujours conservée vigoureuse, et il faut espérer que pendant longtemps encore elle sera en état non-seulement de nous fournir de solides cavaliers, mais aussi de nous préserver d’une chute et d’une décadence absolues. Elle est comme un dépôt où viennent sans cesse se refaire et se retremper les forces alanguies de l’humanité. Mais allez dans nos grandes villes, et vous aurez une autre impression. Causez avec un nouveau Diable boiteux, ou liez-vous avec un médecin ayant une clientèle considérable, il vous racontera tout bas des histoires qui vous feront tressaillir en vous montrant de quelles misères, de quelles infirmités souffrent la nature humaine et la société. »

Ajoutons que le G20, autre symbole de ce « démon des organisations » occidental, va imposer les passes sanitaires pour lutter contre les épidémies qui seront conçues et gérées par Bill Gates et ses acolytes.

Mais comme dit l’autre, on va se révolter… Ce ne seront pas « tous les gars du monde » de Paul Fort mais tous les gouvernements qui s’y mettront pour anéantir leur troupeau électoral cocu, désireux de sauver le climat. Aux dynamiques/éveillés de s’en sortir. Le reste finira comme dans Soleil vert.

Sources :

https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/11/15/bfm-sonde-lo...

https://reseauinternational.net/de-la-montee-de-la-flemme...

https://twitter.com/f_philippot/status/1592834204798423041

https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/07/12/lecon-libert...

https://h16free.com/2022/11/14/72682-le-suicide-par-ecolo...

https://myessentielles.fr/culte-des-vaccins-et-declin-de-...

https://lesakerfrancophone.fr/mon-nom-est-legion-locciden...

http://www.cultivonsnous.fr/si-tous-les-gars-du-monde/

 

17:15 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pandémie, nicolas bonnal, médecine, santé | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 18 juin 2022

La santé émotionnelle des générations futures a-t-elle été sacrifiée su l'autel de la pandémie?

1_GettyImages-1281624839.jpg

La santé émotionnelle des générations futures a-t-elle été sacrifiée su l'autel de la pandémie?

SOURCE : https://www.theunconditionalblog.com/la-salute-emotiva-delle-generazioni-future-e-stata-sacrificata-sullaltare-del-covid/

Je n'apporte rien de nouveau en publiant la traduction de cet article paru hier sur HART, mais je le fais parce que je crois qu'il est important de maintenir l'attention sur les très graves dommages subis par nos enfants au cours de cette pandémie et avec l'espoir, je ne sais pas si un tel espoir est bien de mise vu les décideurs actuels, qu'il y ait un changement de stratégie. Je tiens également à souligner que les mesures prises en Grande-Bretagne (dont traite l'article) étaient très différentes et beaucoup plus légères que celles prises en Italie.

(Prof. Maurizio Matteoli)

Le 4 avril 2022, l'Ofsted (Office for Standards in Education, Children's Services and Skills) a publié son dernier rapport sur les implications de la pandémie sur les enfants, en se concentrant sur les praticiens de la petite enfance. Cela donne une lecture intimidante.

La santé physique des enfants a été la moins affectée par le Covid, mais ce qui les a le plus blessés, c'est la réaction des travailleurs actifs dans le domaine de la petite enfance. Des politiques gouvernementales très discutables, mises en œuvre en théorie pour "arrêter la propagation", ont porté préjudice aux êtres les plus vulnérables de notre société. La plupart des gens étaient tellement terrifiés qu'ils ont adopté ces procédures sans réfléchir et ont transféré leurs angoisses sur les jeunes enfants. Au cours de la période de panique, les risques pour la santé émotionnelle ont été remplacés par les risques pour la santé physique dans l'esprit de beaucoup ; cela reflétait l'attention exclusive du gouvernement, des services de santé et des médias sur les taux de mortalité. Les enfants ont un taux de survie de 99,995 %, mais leur développement personnel, social et émotionnel a été considérablement compromis par ceux qui étaient censés les protéger. Ils ont suivi des directives fondées sur une science douteuse, fomentées par la peur et sans esprit critique apparent.

Ofsted Banner 1.jpg

Le rapport de l'Ofsted est une lecture intimidante. Les personnes travaillant dans le domaine de la santé, des soins aux enfants, de l'éducation, du développement de l'enfant et de la traumatologie devraient savoir, de par leur formation, à quel point les premières années de la vie sont cruciales pour le développement du cerveau. Pourtant, des pratiques profondément néfastes continuent d'être adoptées pour les jeunes enfants. Masques faciaux, confinements et barrages de toutes sortes, éloignement et isolement social, messages de peur constants, services de garde d'enfants incohérents et irréguliers, interdiction aux parents d'entrer dans les locaux pour déposer et récupérer leurs enfants. Cette liste est l'antithèse de ce dont les enfants ont besoin pour se développer en tant que membres sains, heureux et sûrs de la société.

22315583_web1_schoolseason-jsj-200722_1.jpg

Il est extrêmement décourageant de voir des masques faciaux portés autour des nourrissons et des jeunes enfants. Le préjudice résultant pour nos enfants, tel que décrit dans le rapport de l'Ofsted, était prévisible :

"Les enfants ont une confiance limitée ou nulle en leur vocabulaire. En outre, certains enfants avaient du mal à répondre aux expressions faciales de base. Les praticiens ont signalé que les enfants étaient particulièrement anxieux et peu habitués à voir des visages différents et beaucoup ont noté des retards dans les processus de parole et de langage des enfants."

La capacité de voir des visages entiers est cruciale pour le bon développement du cerveau des enfants. Les expressions invisibles sont très désorientantes et déroutantes. Indubitablement, cela aura souvent porté atteinte de manière significative au processus de création de liens et d'attachement entre les parents et leurs enfants, entraînant potentiellement de graves effets négatifs sur la santé mentale de ces derniers, voire des deux.

"Certains praticiens continuent de constater des retards dans le développement physique des enfants, avec des retards dans l'apprentissage du ramper et de la marche. Certains ont rapporté que les enfants avaient régressé dans leur autonomie et leur capacité à prendre soin d'eux-mêmes. En outre, un opérateur a fait remarquer que les enfants semblaient avoir passé plus de temps sur les écrans et avaient commencé à parler avec des accents et des voix qui ressemblaient au matériel qu'ils regardaient."

deJqREuikPutPfefhllE.jpg

Presque quotidiennement, de nouveaux rapports et des données choquantes sont publiés, soulignant les dommages supplémentaires causés à la prochaine génération par la pandémie de peur qui dure depuis deux ans. Il s'agit notamment de :

    - Les taux d'augmentation de l'IMC (indice de masse corporelle) ont presque doublé, avec un taux d'évolution 2,5 fois plus élevé qu'avant la pandémie pour les enfants âgés de 6 à 11 ans.

    - Une baisse de près de 20 points de ce qui devrait être plus ou moins équivalent au QI, réalisée en seulement 2 ans, pour des enfants âgés de 3 mois à 3 ans. Les enfants de cet âge apprennent des choses qu'ils ne pourront pas apprendre plus tard, comme la reconnaissance précoce du langage, aidée par l'observation et l'interaction avec des personnes qui montrent leur visage complet (non caché derrière un masque).

    - Les enfants nés pendant la pandémie ont souffert de retards de développement et peuvent être retardés par le niveau de stress de leur mère. Des chercheurs de l'Université de Columbia aux États-Unis affirment que les confinements, le travail et les problèmes de santé peuvent affecter le développement des nourrissons.

    - Selon une étude de l'UCL, 60.000 élèves du secondaire de plus en Angleterre ont sombré dans la dépression clinique.

    - Les enfants confinés sont incapables de parler ou de jouer correctement, selon les données du Royal College of Speech and Language Therapists. Les évaluations montrent qu'un enfant sur cinq ne répond pas aux normes à l'âge de 2 ans et demi. Ces pourcentages interviennent alors que l'on prévient que les diagnostics ont doublé depuis la pandémie et que les thérapeutes sont incapables de suivre le rythme.

    - Les dentistes ont prévenu que 20.000 enfants ayant des dents cariées ont perdu la possibilité de subir des opérations pour améliorer leur santé, le nombre d'extractions ayant diminué de moitié au cours de la première année de la pandémie.

    - Les services de santé mentale pour enfants en Angleterre sont surchargés au point que les jeunes attendent jusqu'à deux ans pour être traités. Et ce, après une décennie au cours de laquelle le gouvernement a promis que les maladies mentales bénéficieraient d'un "traitement égal" à celui des maladies physiques.

Il est honteux que les thérapeutes tenant compte des traumatismes ne se soient pas exprimés - si tant est qu'ils le fassent - pour protéger la précieuse vie émotionnelle et le développement délicat du cerveau des enfants. De même, il est remarquable que les adultes chargés de les soigner et de les protéger aient permis que les enfants soient traités de la sorte. Le fait que les parents aient généralement consenti est un témoignage supplémentaire du pouvoir de la peur pour influencer le comportement.

Dans un article que j'ai écrit pour HART en octobre 2021, intitulé "Can a trauma-informed approach and adherence to Covid-19 guidelines ethically co-exist ?", j'ai longuement documenté comment la réponse à la pandémie entravera profondément le développement émotionnel des enfants et que les professionnels et les soignants qui sont "trauma-informed" devaient reconnaître cela et remettre en question les politiques aberrantes. Malheureusement, cette prophétie d'un préjudice généralisé pour nos enfants était exacte. S'il est peut-être trop tard pour les personnes déjà touchées, il n'est pas trop tard pour veiller à ce que ces politiques ne soient plus jamais infligées à nos enfants. Utiliser les jeunes comme boucliers humains pour protéger les adultes de cette manière est antisocial, abusif et non scientifique ; cela ne doit plus jamais se reproduire.

Article original sur HART - Traduction par le Dr Maurizio Matteoli

jeudi, 02 juin 2022

Politique européenne: le traité de l'OMS sur la pandémie signifierait "l'abolition de la démocratie"

8dab31137b93e7eedb95527a12bb6999.jpg

Politique européenne: le traité de l'OMS sur la pandémie signifierait "l'abolition de la démocratie"

L'abolition de la démocratie par les élites mondiales se poursuit... Cela revient ni plus ni moins à priver les gens de leurs droits"

Source: https://www.tradicionviva.es/2022/05/22/politica-de-la-ue-el-tratado-pandemico-de-la-oms-significaria-la-abolicion-de-la-democracia/

BRUXELLES, Belgique ( LifeSiteNews ) - Le 11 mai, la députée allemande du Parlement européen (MEP) Christine Anderson (photo) a prononcé un discours corsé contre le traité sur les pandémies récemment proposé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), avertissant que "l'abolition de la démocratie par les élites mondiales se poursuit".

1350591264-npl_anderson_plakat_klei_4c_1-2o10VEMTsyec.jpg

"Le 3 mars, la Commission européenne a été autorisée... à renégocier le traité avec l'Organisation mondiale de la santé au nom des États membres. Sous le prétexte d'améliorer la réponse mondiale à la pandémie, le plan consiste à permettre à l'OMS d'assumer les pouvoirs exécutifs du gouvernement des États membres en cas de pandémie", a expliqué M. Anderson. "Accorder des pouvoirs gouvernementaux à [un] organe non élu est l'exact opposé du recours démocratique et supprime toute possibilité pour les gens de demander des comptes aux responsables."

"Cela revient à rien de moins qu'à priver le peuple de son droit de vote. Je vous implore de faire ce pour quoi vous avez été élus", a-t-elle exhorté ses collègues. "Regardez ça et protégez les droits des gens."

Anderson a appelé les citoyens à "écrire à vos députés européens [et] leur faire savoir que vous ne tolérerez pas qu'ils vous privent de vos droits à un recours démocratique. Faites-leur savoir que tout député européen qui soutient ou vote en faveur de cette mesure n'obtiendra plus jamais leur vote".

Comme l'explique la pétition de LifeSite contre le traité proposé, "194 États membres représentant 99 % de la population mondiale sont censés signer avec l'OMS des traités de lutte contre les pandémies qui permettraient au [directeur général de l'OMS] Tedros, ou à tout autre directeur général futur, de dicter exactement comment leur nation devrait réagir à une nouvelle épidémie d'une maladie qu'ils considèrent comme une pandémie. Cette attaque contre la souveraineté nationale ne surprendra pas ceux qui, pendant des années, ont écouté des élites comme Klaus Schwab et Bill Gates discuter de leur vision de la centralisation du pouvoir dans des organisations mondialistes comme le Forum économique mondial (WEF), l'OMS et le reste des Nations unies".

Dans un communiqué de presse daté du 21 décembre 2021, l'OMS a annoncé que "l'Assemblée mondiale de la santé a décidé de lancer un processus mondial pour... créer un organe intergouvernemental de négociation (OIN) chargé de rédiger et de négocier une convention, un accord ou un autre instrument international de l'OMS sur la prévention, la préparation et l'intervention en cas de pandémie."

"Les représentants de Biden ont soumis des amendements au Règlement sanitaire international (RSI) de l'OMS, qui donneraient au directeur général le droit de déclarer des urgences sanitaires dans n'importe quelle nation, même en cas de contestation par le pays en question", indique la pétition de LifeSite. "Ces amendements, qui seraient juridiquement contraignants en vertu du droit international, seront votés par l'Assemblée mondiale de la santé (l'organe directeur de l'OMS) lors d'une convention spéciale qui se tiendra du 22 au 28 mai et jetteront les bases de l'adoption d'un véritable traité sur la pandémie."

samedi, 19 mars 2022

Claudio Risè: "La pandémie et la guerre vont changer les jeunes générations"

claudio_rise2.jpg

Claudio Risè: "La pandémie et la guerre vont changer les jeunes générations"

Claudio Risé, l'universitaire et polémologue de Barbadillo : "Depuis des années, les centres de recherche américains considèrent comme dangereuses les tentatives d'élargissement de l'OTAN et de l'UE vers l'Est. Nous risquons une catastrophe mondiale".

Propos recueillis par Domenico Pistilli

Source: https://www.barbadillo.it/103569-claudio-rise-pandemia-e-...

Claudio Risé, professeur d'université, psychanalyste et écrivain, ainsi que rédacteur du quotidien La Verità, l'impact de ces deux années de Cccovvv,id a été dévastateur. Même pas le temps de reprendre son souffle, et voilà qu'un conflit guerrier aux proportions si vastes arrive pour rendre le monde encore plus anxieux.

Vous avez enseigné les sciences diplomatiques pendant plusieurs années : la polémologie, l'étude de la guerre. Quel effet auront les pandémies, les restrictions et les guerres sur la croissance des jeunes ? 

"Les pandémies comme les guerres sont des expériences fortes, avec des effets formateurs ou dommageables importants, parfois décisifs, sur les générations qui les vivent. Beaucoup dépend de l'attitude des adultes : s'ils sont conscients de l'importance formatrice du rôle qu'ils sont appelés à jouer dans ces situations, ou s'ils se mêlent principalement de leurs affaires".

Quelle est votre impression ?

"Qu'ils sont principalement préoccupés par eux-mêmes. Pensez à ce qui s'est passé avec cC,oooviid, une expérience existentielle totale, où il a été possible non seulement de combattre le virus mais aussi de contribuer au développement des qualités humaines et spirituelles de toute une génération. Au lieu de cela, tout a été joué sur l'augmentation de la peur et la suppression totale du courage pendant plus de deux ans, sans rien abandonner de ce qui pourrait augmenter la panique et la dépression. Au lieu de cela, l'accent a été mis sur le pouvoir et l'espace que les politiciens pouvaient tirer de la gestion de la catastrophe.  Tout cela a été aggravé par les interventions sur les libertés, allant jusqu'à obliger les gens à rester immobiles et à suspendre toute activité physique et toute relation avec la nature, même lorsque cela n'était pas nécessaire dans un pays comme le nôtre, qui est riche en ressources naturelles.

La-pandemie-s-accelere-dans-le-monde-la-bataille-des-vaccins-le-point-sur-le-coronavirus.jpg

Et maintenant, avec le début de la guerre ?  Comment transformer une guerre en facteur de croissance pour la génération qui en est témoin ?

"Pour qu'une guerre ait une fonction éducative, il est tout d'abord nécessaire d'être aussi clair que possible sur les raisons pour lesquelles elle est menée. Depuis des années, les tentatives américaines et européennes de se rapprocher de la sphère d'influence qu'elles avaient reconnue à la Russie après les accords consécutifs à la chute de l'URSS sont considérées comme dangereuses, même par les centres politiques et d'études américains. Pourquoi n'ont-elles pas été abandonnées ?

C'est en fait à cause des revendications de l'Ukraine sur des territoires largement habités par les Russes, et pour la volonté bien arrêtée de Kiev de rejoindre l'OTAN que Poutine a maintenant lancé son invasion, à laquelle l'Occident a répondu par des sanctions économiques sévères, déstabilisant le commerce mondial. Dès 2020, Foreign Affairs, l'une des revues d'études internationales faisant le plus autorité (entre autres très proche du Département d'État américain) écrivait : "L'Occident doit arrêter tout nouvel élargissement de l'OTAN et de l'UE en Europe de l'Est". Au lieu de cela, ils ont poursuivi des actions qui ont fini par provoquer la réaction musclée de Poutine. Pourtant, même un diplomate américain expérimenté comme Leslie Gelb (photo, ci-dessous) a averti dès 2015 : "Il est complètement irréaliste de penser que l'Occident obtiendra de la Russie la retenue qu'elle exige sans la traiter comme une grande puissance ayant des intérêts réels et légitimes".

Leslie-Gelb-CFR-Portrait_2-e1583942969932-704x491.jpg

41m9g5Auh3L._SX330_BO1,204,203,200_.jpg

Ce n'est pas une surprise, mais il y a apparemment beaucoup de détermination à vouloir rompre à tout prix les équilibres internationaux qui ont été laborieusement construits pendant des décennies, au risque d'une catastrophe mondiale... Pas vraiment un comportement limpide et un exemple éducatif pour les prochaines générations".

Dans le passé, vous avez beaucoup écrit sur l'homme sauvage et la conversion des jeunes à la nature. Quels sont les antidotes à la numérisation des existences de la génération Z ?

"L'antidote est le corps, avec l'esprit qui l'anime. Il doit être introduit dans la nature aussi peu contaminée que possible, une représentation vivante de l'esprit divin, pour nous purifier des toxines spécifiques du processus de sécularisation des derniers siècles de matérialisme scientiste. Ce n'est pas un échange défavorable : reprendre un corps et une âme en échange d'un gadget gênant".

71uc9pbXOIL.jpg

18:11 Publié dans Actualité, Entretiens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : claudio risé, entretien, guerre, pandémie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 12 février 2022

Les vérités du professeur Perronne

maxreschpdefault.jpg

Les vérités du professeur Perronne

par Georges FELTIN-TRACOL

Spécialiste français de la maladie de Lyme, le professeur Christian Perronne a fondé la fédération française de cette maladie dont il fut le vice-président et le responsable du conseil scientifique. Président de la commission des maladies transmissibles de 2001 à 2006 au Conseil supérieur d’hygiène publique de France entre-temps devenu le Haut-Conseil de la santé publique, ce médecin participe dans le cadre de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) entre 2007 et 2016 au groupe d’experts sur la politique vaccinale en Europe. Il a enfin été chef de service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Raymond-Poincaré à Garches. Sommité en matière d’épidémie, il se fait connaître du grand public à l’occasion de la pandémie coronavirale.

En juin 2020, il publie chez Albin Michel Y a-t-il une erreur qu’ILS n’ont pas commise ?, un réquisitoire nuancé et argumenté contre la gestion gouvernementale de l’actuelle crise virale. Cet ouvrage aurait dû susciter le débat si une chape de plomb médiatique ne l’avait pas recouvert. Pis, le professeur Perronne a perdu sa responsabilité de chef de service. Pour quelle faute professionnelle gravissime ? Ne pas souscrire à la narration officielle du covid-19 et pratiquer le doute systématique. On aura tout vu en Macronie !

Avec Décidément, ILS n’ont toujours rien compris ! (Albin Michel, 2021, 280 p., 17,90 €), Christian Perronne sort l’artillerie et arrose d’une ironie grinçante et d’un sarcasme de bon aloi les dirigeants et les sachants qui empoisonnent la vie des Français sous prétexte de combattre le covid, le variant Delta et Omicron. Ses accusations se fondent sur des faits précis, référencés et faciles d’accès pour tout chercheur intéressé. Cette catégorie ne concerne bien sûr pas les plumitifs à la solde du Régime.

decidement-ils-n-ont-toujours-rien-compris.jpg

Sa démarche irrite. Christian Perronne est le premier à le reconnaître. « J’ai d’abord été baptisé critique, puis dissident, mais aujourd’hui c’est fait, je suis chef de service du Complotisme ! » Dommage qu’il ne montre pas que ses contradicteurs inversent volontiers la charge de la preuve. Parce qu’il s’interroge sur les conséquences politiques, sociales, économiques, environnementales et psychologiques de la pandémie, et qu’il donne son point de vue, divergent par rapport au discours des autorités répercuté par des radios et des télévisions complaisantes, il subit des persécutions.

Le 10 décembre 2021, après l’avoir harcelé à deux reprises, le Conseil national de l’Ordre des médecins porte plainte contre lui et le professeur Didier Raoult pour de supposés « propos controversés ». Quelques semaines auparavant, le tristement célèbre CSA (Censure sociétaliste de l’audio-visuel) adressait à RMC (Radio Monte-Carlo) une mise en demeure pour « non-maîtrise de l’antenne ». En effet, le 31 août dernier, lors de son passage à l’émission « Les Grandes Gueules », Christian Perronne ne mâchait pas ses mots. Le CSA aurait-il une quelconque compétence médicale ? Christian Perronne sera-t-il la première victime d’une prochaine loi liberticide condamnant le                                    « covidoscepticisme » et toute « contestation virologique » ? Il n’est pas le seul. L’hebdomadaire des Monts du Lyonnais, Le Pays du 20 janvier 2022, rapporte qu’un pompier d’une trentaine d’années, par ailleurs conseiller municipal de la commune de Saint-Symphorien-sur-Coise dans le Rhône, a été suspendu en septembre dernier avant que le conseil de discipline lui inflige un mois d’exclusion dont quinze jours avec sursis. Dans une vidéo mise en ligne sur les réseaux sociaux, il établissait un lien entre le vaccin anti-covid et les risques d’AVC ! N’est-ce pas insupportable ? Remarquons cependant que les sanctions ne sont pas pénales. L’éventualité d’un procès pour des « propos controversés » doit en tout cas intriguer tous les avocats inquiets de l’étiolement accéléré de la liberté d’expression et de l’évaporation de la liberté de réflexion. Soulignons que les habituelles associations subventionnées toujours prêtes à dénigrer la Hongrie, la Pologne ou le Bélarus ne réagissent pas…

9782738149978.jpg

Bien plus percutant que le précédent, l’ouvrage de Christian Perronne explique pourquoi l’hydroxychloroquine, l’azithromycine, l’ivermectine, l’Artemisia annua, la nigelle (ou cumin noir) appartiennent aux « traitements qui marchent » si le malade en reçoit dans les premières heures de l’infection et non au stade terminal comme le prescrit le protocole officiel. Leur mise à l’écart médiatique s’explique par le poids massif du « pantouflage », c’est-à-dire « le fait de bosser pour l’État, puis pour une boîte privée, puis à nouveau pour l’État, puis encore dans le privé, etc. ». Cette connivence légale engendre d’inévitables conflits d’intérêts et encourage une large corruption. Un rapport de l’ONU signale que le domaine de la santé est l’un des secteurs les plus corrompus au monde. Envisager la vaccination de tous comme un facteur de grande rentabilité financière ne relève pas du complotisme. N’y a-t-il pas à ce sujet un véritable problème de déontologie quand 86 % des fonds de l’Agence européenne du médicament (EMA en anglais) proviennent de Big Pharma ? Plus sensationnelle que les costumes de François Fillon, cette information ne fait pas les gros titres. On se demande bien pourquoi…

artemisia-annua-armoise-anuelle-certifie-ab-ecocert-en-gelules.jpg

Christian Perronne dénonce le déséquilibre structurel de la gestion sanitaire de crise. D’un côté, « on a un président de la République et 2 ministres plus 13 conseils, agences ou organismes existants spécialistes de la santé, note-t-il. On en met 10 de plus, et une conseillère ». De l’autre, la loi de financement de la Sécurité sociale « prévoit 900 millions d’euros d’économies dans les hôpitaux en 2021 ». La crise sanitaire n’empêche pas les coupes budgétaires, le rationnement des soins, la réduction du nombre de lits et la compression du personnel hospitalier. La république macronienne est avare, chaotique et sur-administrée… pour un résultat minable. Or, on peut mobiliser des ressources financières importantes. Pour preuve, depuis le 1er février 2021, la dotation matérielle allouée aux députés a été augmentée pour atteindre un supplément annuel de 2842,50 € ! Que les élus de la majorité ne se plaignent pas ensuite d’être détestés et de recevoir quelques baffes…

Le covid-19 sert enfin de justification anxiogène pour museler et domestiquer les « Gaulois réfractaires ». Peu de temps avant de trépasser, Axel Kahn déclarait sur France Culture, le 6 octobre 2021, que « face à une pandémie, c’est un inconvénient d’être dans une démocratie ». Et face à une immigration allogène de peuplement ? Le professeur Perronne ne s’attarde pas malheureusement sur l’origine véritable de l’« Absurdistan sanitaire hexagonal ». Emmanuel Macron ne pardonnera jamais à la population d’avoir largement soutenu le mouvement des « Gilets jaunes » qui aurait dû emporter sa funeste présidence. Il se venge méthodiquement depuis bientôt deux ans. Il soumet le pays à un sadisme consommé et facilite l’hystérie médiatique. Gare presque à celui qui se mouche en public, il risque le lynchage !

L’ouvrage du professeur Christian Perronne contribue au combat contre le despotisme sanitaire et l’apartheid vaccinal qui en découle. Il dévoile les interactions profondes entre les entreprises audio-visuelles et le pouvoir. Ce livre fait l’objet d’une relative conspiration du silence. Par les exemples donnés, c’est pourtant une œuvre salutaire qui risque, un beau matin, de se retrouver par inadvertance « tolérante et démocratique » brûlée en place publique pour « crime de vérité ».    

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 19, mise en ligne le 8 février 2022 sur Radio Méridien Zéro.

17:41 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : christian perronne, actualité, pandémie, médecine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 08 février 2022

Entretien avec Sergio Fernández Riquelme sur la pandémie postmoderne

sergio_fernandez_riquelme.jpg

Entretien épistolaire avec Sergio Fernández Riquelme  sur la pandémie postmoderne

Propos recueillis par José Miguel Gala

Source: https://miscorreoscongenteinquietante.blogspot.com/search/label/Sergio%20Fern%C3%A1ndez%20Riquelme

Professeur à l'Université de Murcie, historien et docteur en sociologie, ainsi que principal promoteur du projet La Razón Hispánica, Sergio Fernández Riquelme a récemment publié un de ces livres qui ne paraîtront jamais dans les suppléments culturels de la presse "Blackrock", comme Babelia. Pandemia posmoderna : Historia de la crisis del coronavirus en España, comme s'intitule le livre, mérite ma petite et humble reconnaissance. Notre conversation a tourné autour du transhumanisme, de Fabio Vighi ou de Macron ; on ne peut pas faire plus inquiétant.

- Vous avez très récemment publié un livre très courageux sur la soi-disant "crise du coronavirus". Il est notoire que toute remise en cause du discours officiel est très misérablement condamnée comme "négationniste", c'est pourquoi aujourd'hui plus que jamais il est nécessaire de lire des livres comme le vôtre, intitulé Pandemia posmoderna: Historia de la crisis del coronavirus en España. Comment s'est déroulé le processus d'écriture de ce livre ? À quel moment de la soi-disant "pandémie" avez-vous décidé de commencer à rassembler des informations et à commencer à écrire ?

Je crois que l'histoire est une science humaine et sociale nécessaire pour le temps présent (magistra vitae), et j'ai voulu écrire une chronique de la crise du Coronavirus au-delà du journalisme, de la politique ou des réseaux sociaux. Celles-ci racontent l'actualité en une sorte de photo fixe, mais l'histoire apporte une dimension diachronique qui permet de voir, dans le récit, l'évolution de la crise, de ses causes à ses conséquences. Ainsi, dans la revue La Razón Histórica, je publie cette chronique par phases depuis mars 2020, et ces phases ont servi de base au livre Pandemia posmoderna. Un livre très différent de presque tout ce qui a été écrit sur le sujet car, premièrement, il relate presque en direct l'impact du coronavirus en Espagne (à partir de sources académiques et journalistiques) ; deuxièmement, il aborde systématiquement les mesures et les réactions que nous avons connues en Espagne avec les noms et les prénoms, en recueillant à la fois le discours officiel et les interprétations dissidentes ; et, troisièmement, il fait une Histoire à partir de l'Histoire, c'est-à-dire qu'il utilise des sources historiographiques modernes et classiques (Hérodote, Tite-Live, Ranke, Hegel...). .) pour comprendre et comparer cette crise avec d'autres crises plus graves survenues dans le passé, en constatant le changement et la continuité qui existent dans notre évolution.

FFcY56rWYAQ1NEH.png

- Selon la version officielle de la pandémie, tout commence à Wuhan, avec cette première épidémie en décembre 2019. Plus de deux ans se sont écoulés depuis, et j'ai le sentiment que cette crise va durer bien plus longtemps que la mal nommée "grippe espagnole" de 1918, si nous ne faisons pas attention. A mon avis, le but de ce que nous vivons est la mise en œuvre du modèle chinois en Occident, à travers la standardisation du "passeport covid". Quelle est votre opinion sur ce passeport ? 

À mon humble avis, ce passeport, comme le montre cette histoire, est un autre instrument créé et utilisé en désespoir de cause par les gouvernements et les élites (confinements, couvre-feux, restrictions de mobilité, masques et vaccinations), éventuellement en violation des droits fondamentaux, qui ne savent pas comment agir face à un phénomène qui leur est tombé dessus de manière inattendue ou qui est devenu incontrôlable. Ils l'utilisent pour contenir quelque chose qui, comme nous l'avons vu avec la variante Omicron, semble impossible à contenir par des moyens qui seraient strictement de santé publique ou par une simple volonté politique. Parce que ce virus est plus qu'une simple maladie ; c'est une pandémie typique de la société post-moderne, qui ne comprend ni ne tolère la douleur et la souffrance (qui nous coule ou nous sauve) ; et surtout qui accepte, entre nécessité médicale et propagande idéologique, un moyen de contrôle qui, pour certains auteurs et commentateurs, évolue, semble-t-il, vers un outil de contrôle socio-politique accepté par la majorité de notre génération, soit par paresse, soit par conformité.

- Pour approfondir le sujet du passeport ou "covid check", j'ai pu constater très récemment, de visu, que son utilisation est totalement régularisée et répandue au Luxembourg, et d'après ce que l'on m'a dit, la situation est la même dans des pays voisins comme la Hollande ou l'Allemagne. Il est décourageant de voir comment des centaines de personnes font la queue pendant des kilomètres pour entrer dans un marché de Noël en plein air, ce qui m'amène à penser que cette crise sera retardée aussi longtemps que nécessaire jusqu'à ce que la transition vers la soi-disant "nouvelle normalité" soit réussie... Quand pensez-vous que tout cela se terminera, si jamais ? Avez-vous lu Fabio Vighi, et sa théorie sur la simulation des pandémies et la crise du capitalisme ? Selon Vighi, elle est prolongée artificiellement, car le capitalisme actuel est totalement fictif, et est l'otage de la dette, de l'impression monétaire constante et de l'inflation artificielle des actifs financiers.

Je pense que l'analyse de Vighi  -et d'autres intellectuels qui voient la pandémie au-delà de la réalité socio-sanitaire-  est très nécessaire. La critique et le débat sont fondamentaux et très sains dans les sociétés démocratiques. Dans cette histoire que je raconte, je parle donc d'une "pandémie postmoderne" qui est une conséquence du monde globalisé, supposé sans frontières et sans patries, où les maux se répandent également : des maladies mondiales aux migrations incontrôlables, des délocalisations locales à la pollution massive, du consumérisme de masse à la dépression généralisée.

Et le coronavirus a démontré la nécessité de la souveraineté et des stratégies identitaires des nations qui contrôlent leurs frontières, qui s'occupent d'abord de leurs citoyens, et qui s'unissent à l'intérieur dans des missions communes de solidarité. Car le "capitalisme inclusif" ou "capitalisme de nouvelle génération" ("turbo-capitalisme" pour Diego Fusaro), profite des bons et des mauvais côtés de cette mondialisation détournée par sa ploutocratie pour étendre son pouvoir en période de prospérité, et le renforcer en période de crise. Je ne sais pas avec certitude si cette pandémie est fictive ou non, mais ce que j'ai étudié, c'est que la ploutocratie et ses partenaires locaux profitent des restrictions et de la dette publique pour soumettre directement les gouvernements (qui dépendent de leur financement, de plus en plus, pour survivre) et pour endoctriner encore plus les citoyens dans leurs idées transhumanistes qui les empêchent de penser et les obligent à ne pas être récalcitrants. Comme toujours, même dans les pays dits "démocratiques", les élites utilisent le pouvoir et la "violence", réelle ou symbolique, légitime ou illégitime, pour imposer leurs plans et imposer leur idéologie. C'est ainsi que la politique est grossière, comme nous l'ont appris Weber, Schmitt ou Freund.

205038256-5061a318-4542-44c5-a3dc-7e0f6dde9a9b.jpg

- Il y a quelque chose de très obscur dans le discours que des gens comme Trudeau, Macron ou Draghi lancent, à l'unisson et en coordination. Dans le cas de Macron, peut-être le plus belliqueux de tous, une idée très dangereuse est lancée : le statut de "citoyen" ne dépend plus que du statut vaccinal : pour Macron, quelqu'un qui ne reçoit pas de rappel n'est plus un citoyen, et doit être pénalisé. Que pensez-vous des déclarations de Macron ? Peut-être sait-il qu'il a été rayé de la carte, politiquement parlant, ou est-il prêt à aller jusqu'au bout ?

Les déclarations de Macron ou de Trudeau reflètent ce que sont les vassaux exécutifs du système mondialiste et comment ils pensent. De gré ou de force, même dans une soi-disant "démocratie libérale-progressiste", il semble que les citoyens soient obligés de croire et d'agir comme le dit le gouvernement, puisque leurs dirigeants ne pensent soi-disant "qu'à" leur santé, leur bien-être et leur bonheur. Pour la santé publique ou la "santé démocratique", ces dirigeants se sentent légitimés, en tant que vrais et seuls démocrates (par opposition à ceux qu'ils accusent d'être des extrémistes, des négationnistes, etc.), à insulter, diffamer, caricaturer, étiqueter, censurer ou "annuler" le dissident dans son opinion ou dans son erreur ; or, l'une des grandes conquêtes de la démocratie, même si elle peut paraître mensongère à la "science officielle", c'est que nous avons le droit souverain de "nous tromper" ou de dire n'importe quelle bêtise, s'il y en a une, qui nous plaît. Vous pouvez perdre votre emploi ou ne pas progresser dans celui-ci, être bloqué sur les réseaux sociaux ou stigmatisé dans les médias, être exclu de certains services ou condamné à différentes amendes si vous ne respectez pas des règles dont la légalité est parfois très douteuse (comme l'a jugé, bien que tardivement, le Tribunal constitutionnel espagnol dans l'affaire "État d'alerte").

wieder-arm-in-arm-emmanuel-macron-und-justin-trudeau-635x357.jpg

Les gouvernements qui se préoccupent aujourd'hui, pour certains de manière excessive, de sauver nos vies et d'éliminer tout "négationnisme", sont les mêmes qui ont initialement sous-estimé la menace venant de Chine, qui ont affirmé que la pandémie "ne serait que de quelques cas", qui se sont contredits quotidiennement sur l'utilisation des masques ou des tests antigéniques, ou qui, avec de très mauvaises données sur les infections, ne réimposent pas les confinements qui étaient auparavant essentiels. Parce qu'ils semblent n'être, en définitive, qu'une simple courroie de transmission "partitocratique" de la grande ploutocratie mondiale, qui impose un discours et des pratiques "politiquement corrects" même en pleine pandémie, et que les hommes et les femmes doivent accepter sans doute et sans discussion (au-delà des mesures hygiéniques et sanitaires logiques) malgré leurs propres croyances, leurs doutes obligatoires ou leurs libertés non négociables. Mais je l'ai déjà dit : la politique est vraiment très brutale, même si elle se présente comme tolérante ou démocratique. 

lundi, 22 novembre 2021

Giorgio Agamben et le virus du capitalisme

Giorgio_Agamben_wall_portrait-580x866.jpg

Giorgio Agamben et le virus du capitalisme

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2021/11/16/giorgio-agamben-ja-kapitalismin-virus/

57481480._SY475_.jpgLe philosophe italien Giorgio Agamben est l'un des rares universitaires à avoir critiqué l'exceptionnalisme, les masques de croissance et les restrictions excessives de l'ère Corona. Ces écrits et entretiens ont été rassemblés dans un livre, également traduit en anglais sous le titre Where Are We Now ? The Epidemic as Politics (Rowman & Littlefield, 2021).

Agamben a écrit la majorité de ses textes publiés dans ce livre pendant les premières phases de la crise du coronavirus, il se concentre donc sur les différentes contraintes imposées. Il s'est également exprimé ailleurs sur les vaccins, demandant "comment l'État peut blâmer ceux qui choisissent de ne pas se faire vacciner alors qu'il ne veut pas lui-même être responsable des effets secondaires des vaccins".

Agamben part du principe que ceux qui sont au pouvoir ne laissent pas une bonne crise se perdre, mais profitent de l'occasion pour faire avancer les pratiques et les politiques qui conviennent à leur programme, qui est "le capitalisme avec une touche communiste".

Cependant, il fait également référence aux scénarios de menace de l'Organisation mondiale de la santé d'il y a quelques années, à Bill Gates et à la simulation de pandémie Event 201, suggérant que cette "pandémie" ne s'est pas déclarée de manière inattendue. Le philosophe suggère-t-il que les courtiers du pouvoir suprême - les banquiers centraux, les grands investisseurs et leurs partenaires - ont également déclenché cette "crise" artificielle ?

Quoi qu'il en soit, dans "l'espace exceptionnel" des blocages sociaux, un "nouveau paradigme de gouvernance" a émergé, qui vise à "abandonner le paradigme de la démocratie bourgeoise - avec ses droits, ses parlements et ses constitutions - et à le remplacer par de nouveaux instruments, dont nous pouvons à peine commencer à cerner les contours".

Qu'est-ce qui a créé le contexte dans lequel tant de gens étaient prêts à accepter tout cela, demande le philosophe de manière rhétorique, et il répond. La première vague de panique en Italie a montré que la société moderne ne croit qu'en la "vie nue", ce qui s'est traduit par le fait que les Italiens étaient prêts à presque tout sacrifier - leurs moyens de subsistance, leurs relations sociales, leurs emplois, leurs convictions religieuses et politiques - face au risque de maladie."

frontImagesLink.jpg

La vie a été réduite au minimum, à la simple existence, dont tout le reste a été dépouillé. Dans la peur du virus, seule la "survie" semblait compter. En fait, pour vivre dans le nouveau système biopolitique, il fallait sacrifier les libertés à la "sécurité" et, paradoxalement, il fallait vivre dans un "état constant de peur et d'insécurité".

Il a également été suggéré dès le départ que l'interaction humaine devait se faire autant que possible sans présence physique, en faisant appel à la numérisation et à la technologie. Le télétravail a été proposé comme alternative à la prise de risque d'être physiquement présent auprès de collègues ou de clients.

Comment cela affectera-t-il l'espace public et le débat public à long terme ? Si nous ne pouvions plus nous rencontrer en personne ou en groupe et avoir des discussions ouvertes, il serait beaucoup plus facile pour des forces extérieures de contrôler et de manipuler des individus solitaires et isolés.

Les textes d'Agamben rappellent ce qu'était la vie au plus fort de la "panique pandémique", en particulier pendant les semaines du déclenchement de la dite pandémie qui a débuté en mars de l'année dernière. Avec l'avènement des vaccins anti-corona, beaucoup croient encore qu'avec le temps - peut-être après une couverture vaccinale de près de 100 % et plusieurs épisodes d'inefficacité ? - les choses reviendront à la normale. Agamben ne croit pas que cela se produira.

Dans l'Europe d'aujourd'hui, l'Autriche, berceau d'Adolf Hitler, a déjà enfermé les non-vaccinés dans un isolement temporaire et une assignation à résidence. Le fait de savoir que tout cela peut arriver si facilement et si rapidement est en soi déconcertant et inquiétant. Agamben va jusqu'à affirmer que le "seuil entre humanité et barbarie" a été franchi à l'époque du coronavirus.

Tout voisin est à craindre et à éviter, car il peut être malade et menacer la santé et le bien-être d'une personne. La Finlande a également introduit le terme "pervers", que certains restrictionnistes et vaccinateurs ont tenu à utiliser sur les médias sociaux et dans les fils de commentaires des journaux à propos de ceux qui n'étaient pas d'accord.

Et qu'en est-il des questions philosophiques sur la vérité ? Qu'en est-il de la fiabilité de la médecine ? Comment le profane doit-il comprendre et interpréter les statistiques qui nous sont présentées chaque jour ? Remettre en question les statistiques et s'opposer à l'autorité des experts est désormais considéré comme une désobéissance civile irresponsable.

3016836434639ba2a3d7268e30ecb3fb.jpg

D'autres maladies ont été éclipsées par la maladie du coronavirus, de sorte que les services de santé sont noyés dans une accumulation d'interventions qui entraînent elles-mêmes de nouveaux décès. La crise devient permanente, même si elle prend des formes différentes, alors quelles restrictions supplémentaires sont nécessaires pour lutter contre ces menaces pour la santé ? Dans le cas du coronavirus, le récit officiel est que nous luttons actuellement contre de nouvelles mutations et épidémies malgré la vaccination.

Des circonstances exceptionnelles assorties de restrictions ont été vendues au public avec la promesse d'un "retour à la normale" (alors que dans le même temps, des déclarations contradictoires ont été faites selon lesquelles il n'y a plus de retour à la normale). L'illusion de la normalité a été maintenue, en particulier pendant l'été, mais dans le même temps, les restrictions étaient toujours présentes en arrière-plan.

En Finlande, nous nous en sommes peut-être tirés plus facilement que beaucoup d'autres pays dans le passé, mais aujourd'hui, nous avons aussi resserré notre étau, et même le passeport corona a été introduit comme une absurde "mesure de sécurité sanitaire". Dans le même temps, les médias grand public et les experts de la santé mentent en affirmant que "la maladie est endémique, en particulier chez les personnes non vaccinées". Les citoyens sont divisés en camps opposés selon le principe politique "diviser pour régner".

Agamben affirme que tout le concept de citoyenneté est subtilement redéfini en nous réduisant à notre simple existence biologique - ou peut-être à de simples sources de revenus et à des animaux de laboratoire pour les grandes organisations ? Après tout, ce sont les grandes entreprises technologiques qui semblent avoir le plus profité de la numérisation de la vie quotidienne et des services de santé. Les citoyens sont contraints de se conformer aux nouvelles règles au motif qu'"il n'y a pas d'autre solution".

Le dernier argument qu'Agamben présente comme une " menace pour l'action politique " est l'utilisation de masques. Sans l'ouverture à l'autre que l'on ne peut obtenir qu'en étant capable de voir et de lire les expressions du visage, l'ensemble de la vie publique se détériorera.

61eb328c-b418-4d_153713_A.jpg

"Un pays qui décide d'abandonner son visage et de couvrir les visages de ses citoyens avec des masques est un pays qui a supprimé la dimension politique de lui-même", affirme le penseur italien, qui estime que le visage humain est un élément fondamental de la politique et de la vie sociale qui devrait pouvoir être affiché.

La "lutte contre le virus" en Occident a clairement tiré des leçons de la Chine, mais elle a également suivi le modèle américain de la "guerre contre le terrorisme", et les conséquences de la perte des libertés civiles ont été comparées aux conséquences du 11 septembre 2001.

Le réseau massif de structures - des agences gouvernementales aux institutions universitaires, en passant par des industries entières et des entreprises de technologie de la communication - est simplement passé de la guerre contre le terrorisme à la guerre contre le virus pandémique, tout comme les usines de la Seconde Guerre mondiale sont passées de l'industrie du temps de paix à l'armement du temps de paix.

Les enjeux politiques et humains sont importants, car l'état d'urgence de la période Corona est "le mécanisme par lequel les démocraties peuvent se transformer en États totalitaires". Comparer les actions des gouvernements actuels au totalitarisme nazi peut sembler exagéré, mais Agamben est convaincu que le "totalitarisme du XXe siècle" nous hante encore.

imafrcge.jpg

"Les restrictions imposées à la vie humaine par l'"État sécuritaire biomédical" ont en fait été plus extrêmes que les interdictions imposées à la population civile pendant la guerre, au nom de la protection contre les raids aériens et autres menaces.

Les espoirs d'Agamben pour l'avenir restent flous. Il parle d'une future "configuration politique alternative" et d'une "nouvelle politique future", mais d'un autre côté, il semble ne souhaiter qu'un retour aux conditions normales de la vie humaine, débarrassées des anomalies de la période Corona.

Cependant, la restauration de la société nécessite une action politique. Comme le craint Pavlos Papadopoulos, qui a analysé les écrits d'Agamben, "le grand danger est que nous permettions au nouveau normal de devenir le normal". Ainsi, toute une génération s'habituerait aux "diktats d'un système de santé publique devenu fou", les États et les entreprises technologiques adoptant des systèmes de notation du crédit social "à l'Ouest comme à l'Est".

Selon Agamben, nous assistons à un conflit entre le "capitalisme occidental" et le "nouveau capitalisme communiste", dans lequel "ce dernier semble sortir vainqueur". Selon le philosophe, la nouvelle gouvernance mondiale "combinera l'aspect le plus inhumain du capitalisme avec l'aspect le plus terrible du communisme d'État", où l'"aliénation extrême" entre les personnes est combinée à un "contrôle social sans précédent".

On ne peut qu'espérer que les politiciens y réfléchiront aussi, mais les vieux partis se sont montrés complètement à la merci de l'élite transnationale. Aujourd'hui, les dissidents de l'ère Corona constituent la plus grande population sous-représentée dans les démocraties occidentales, qui se transforment rapidement pour s'adapter à l'ordre mondial changeant du capital global.

dimanche, 21 novembre 2021

Entretien avec Pierre Le Vigan : « Le drame est que si nous n’avions pas déjà été atteints dans notre humanité, nous n’aurions jamais pu accepter cet enfermement »

7aqfpc6eqhen0jl6f6l26u7ivp._SX450_.jpg

Entretien avec Pierre Le Vigan: «Le drame est que si nous n’avions pas déjà été atteints dans notre humanité, nous n’aurions jamais pu accepter cet enfermement»

En observateur de la post-modernité, Pierre Le Vigan revient pour nous sur la grande transformation que nous vivons.

Deux après l’apparition du covid 19, pensez-vous qu’un retour au monde d’avant soit encore possible ? 

Je dis comme vous « le » covid car c’est « le virus du covid » qui est sous-entendu et non pas « la » covid pour « la maladie du covid ». Un virus n’est pas forcément une maladie, il faut le souligner. Il y a 800 millions de virus par m2 sur la terre, chaque seconde, nous en respirons 200.000. Beaucoup de virus sont dans l’eau. Nous avalons plus d’un milliard de virus quand nous nous baignons dans de l’eau de mer. Qui dit mieux? Il n’empêche que se baigner est bon pour la santé. En deuxième lieu, je note que le « monde d’avant » n’était pas idyllique, mais le monde de l’hygiénisme, des distances sociales, du contrôle des « cas contacts » est assurément monstrueux. Il est posthumain. Voulons-nous du monde post-humain de la perpétuelle vigilance covidiste (ou d’un autre virus), des pass vaccinaux, des vaccins obligatoires tous les trois mois ? C’est une question de civilisation, comme le dit justement Florian Philippot. Le drame est que si nous n’avions pas déjà été atteints dans notre humanité, nous n’aurions jamais pu accepter cet enfermement, l’interdiction de se promener plus d’une heure, et à plus d’un km de chez soi.  Si nous avons accepté cela, c’est que nous étions dejà très diminués collectivement et anthropologiquement. Le covid est donc un révélateur. Pour répondre à votre question, il y a deux options, soit nous nous enfoncerons dans une société de contrôle par l’Etat et les GAFAM qui est dans la logique du libéralisme (puisqu’il n’y a pas d’auto-contrôle du collectif par des communautés), soit un mouvement de libération nationale nous en délivrera car il nous délivrera de la domination de l’oligarchie. Dans les deux cas, il n’y aura pas de retour au « monde d’avant ». 

La dépression profonde de notre société est–elle uniquement le fait de la crise du covid ou de raisons plus profondes ? 

Notre société souffre de la perte du sens. Le travail, le métier ont été remplacés par l’emploi, le « job ». La patrie est remplacée par les identités de genre, les projets sont remplacés par des engouements éphémères, etc. Il faut retrouver le sens du long terme. Pour cela, il faut sortir du libéralisme, aller vers une économie dirigée et encadrée par un Plan, et remettre de la démocratie réelle, directe notamment, dans ce pays. Il faut libérer la démocratie des grands médias oligarchiques et mondialistes. 

bullshitjob.png

Les mesures sanitaires renforcent la société libérale de la surveillance et de la méfiance généralisée. Comment résister mentalement à ce contrôle social par la peur ? 

Dans La tyrannie de la transparence, livre publié il y a une dizaine d’années, j’avais déjà expliqué ce que sont les dégâts de la transparence et sa logique de justification perpétuelle de soi et de tous ses actes et même de ses pensées. C’est la société du soupçon. L’obsession de la transparence veut dire à terme la généralisation de la paranoia. Cela va avec des procès de plus en plus fréquents, et des condamnations, pour des propos dont le supposé caractère allusif ferait offense à telle ou telle communauté, ou à la mémoire de tel ou tel drame historique. Comment résister à ce contrôle social ? En désactivant certains applications numériques, mais surtout en lisant, en publiant, en combattant par les idées les manœuvres de terrorisme intellectuel des enfermistes, des vaccinolatres (mais ce ne sont pas des vaccins et ils n’empêchent ni d’être contaminés, ni de transmettre le virus ! Quand ils ne rendent pas malades des bien portants !). Face aux tenants de la dictature sanitaire, il faut aussi réagir en maintenant et en créant du lien social, humain, sans distanciation outrancière. 

Vous évoquez la notion de « fatum » dans le dernier Rébellion. Cette conception de la vie est-elle pour vous une voie héroïque de libération ?

J’ai beaucoup d’admiration pour les conceptions héroïques de la vie (Evola, Venner, etc). Je crois toutefois qu’on ne peut vivre tout le temps en haut des montagnes, sur les sommets. Montherlant le remarquait lui-même. A côté de cette conception héroïque, souvent inspirée de Nietzsche, il y a des leçons à prendre du côté des stoïciens, mais plus encore du côté des épicuriens – ceux-ci n’étant pas les éternels jouisseurs que l’on imagine. Je renvoie sur ce trop vaste sujet pour notre entretien à mes livres « Avez-vous compris les philosophes ? « (La barque d’or) et à « Comprendre les philosophes », qui vient de paraitre chez Dualpha. 

Les livres de l’auteur son disponible en ligne ici : https://www.amazon.fr/Pierre-Le-Vigan/e/B004MZJR1M%3Fref=dbs_a_mng_rwt_scns_share

Pour lire le dernier article de Pierre Le Vigan : https://rebellion-sre.fr/boutique/

lundi, 01 novembre 2021

Pourquoi les médias occidentaux ont-ils commencé à parler d'Armageddon ?

005929iabd.jpg

Pourquoi les médias occidentaux ont-ils commencé à parler d'Armageddon?

Vladimir Malyshev

Ex: https://www.geopolitica.ru/es/article/por-que-los-medios-de-comunicacion-occidentales-han-comenzado-hablar-del-armagedon

Lior Ron, responsable de la division logistique d'Uber Technologies, a déclaré dans une interview accordée à CNBC que l'effondrement du secteur du transport automobile américain est un "véritable Armageddon" (1).

Ce qui se passe actuellement était inimaginable, il y a peu: les ports américains connaissent d'énormes embouteillages et des dizaines de navires font la queue, incapables de décharger tout ce qu'ils transportent. Il faut des travailleurs pour décharger les conteneurs et des chauffeurs de camion pour transporter leur contenu vers les entrepôts. Il a même été dit qu'il y aurait de graves pénuries de nourriture et d'autres produits de base. La Maison Blanche a averti ses citoyens que les prix des produits de base risquent d'augmenter et que les rayons seront vides d'ici Noël (2).

imarayvifge.jpg

Selon CNBC, le coût du transport des marchandises a augmenté de 300 %. En outre, la pénurie de conteneurs a entraîné des retards dans l'arrivée des marchandises achetées en Chine, de sorte que l'augmentation du prix des marchandises affectera gravement les consommateurs. Un cadre supérieur d'Uber Technologies a déclaré que cette crise "affecte l'ensemble du secteur du transport routier, nous n'avons jamais rien vu de tel".

La chaîne de télévision CNBC a rapporté qu'il n'y a pas assez de chauffeurs de camions (3) en raison des restrictions imposées par le coronavirus. Les raisons de cette situation sont bien connues: licenciements massifs dus à l'inactivité et fermeture "temporaire" des écoles de conduite de camions. Selon le Bureau of Labour Statistics, le secteur du camionnage a perdu 6 % de ses travailleurs, plus une moyenne de 1,52 conducteur, soit au moins 90.000 travailleurs. Il y a maintenant une pénurie de près de 100.000 conducteurs.

Le quotidien italien Corriere della Sera accuse le "goulet d'étranglement" provoqué par les restrictions économiques volontaires dans le monde entier: "Celles-ci ont affecté tous les points de la chaîne logistique pour le transport des produits finis et semi-finis et des matières premières, provoquant un manque de conteneurs, de cargos, la congestion des ports, la pénurie de camions et de chauffeurs routiers, ainsi que la détérioration des capacités de stockage. Cette situation est aggravée par des pénuries de main-d'œuvre généralisées, qui se font de plus en plus sentir dans un large éventail de secteurs" (4).

Bloomberg affirme toutefois que la pénurie d'approvisionnement a d'autres causes: "À la suite des mesures restrictives imposées par la pandémie de coronavirus, les fabricants et les analystes ont prédit une baisse de la demande pour plusieurs produits. Cependant, la demande de nombreux produits s'est maintenue et a même augmenté, de sorte que de nombreuses industries n'étaient pas préparées à cela" (5).

Les entreprises n'ont pas non plus mesuré l'impact du passage du face-à-face au télétravail, d'autant plus que les gouvernements ont demandé aux consommateurs de rester chez eux et que beaucoup ont été contraints d'acheter des téléphones, des ordinateurs, des consoles de jeux vidéo, etc. en quantités jamais vues auparavant. Le marché des ordinateurs personnels a connu une croissance de 11 % en 2020, ce qui n'était pas arrivé depuis 10 ans.

061925481582-web-tete.jpg

En outre, il y a eu une réduction des importations de microprocesseurs en provenance d'Asie, ce qui a ralenti bon nombre des industries qui dépendent des microprocesseurs, comme les automobiles, les ordinateurs, les téléphones mobiles, les jeux vidéo, les appareils ménagers et les dispositifs médicaux..... Selon Bloomberg, "c'est un cauchemar non seulement pour les enfants qui s'attendaient à recevoir des consoles de jeux vidéo pour Noël, mais aussi pour les entreprises, puisque cette période de vacances leur procure la majeure partie de leurs revenus".

Joe Biden a dû rencontrer les représentants de plusieurs détaillants privés (Walmart, Target) et de compagnies maritimes, mais aussi les autorités portuaires de Los Angeles, de Long Beach et les syndicats de dockers pour obtenir qu'ils acceptent de travailler 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour transporter 40 % des conteneurs qui arrivent chaque jour aux États-Unis. Apparemment, il n'y aura plus de fermetures !

Beaucoup affirment que les marchandises qui n'ont pas été expédiées d'Asie jusqu'à présent n'atteindront pas les magasins avant la mi-décembre, ce qui montre que les chaînes logistiques se sont brisées assez facilement. Au cours des 12 derniers mois, les marchandises traversant l'océan Pacifique ne prennent plus 13 heures mais 13 jours pour être déchargées, sans compter que les prix sont montés en flèche. Par exemple, il est désormais sept fois plus coûteux d'expédier un colis de Los Angeles à Shanghai qu'il y a un an. Sameera Fazil, directrice adjointe du Conseil économique de la Maison Blanche, a déclaré qu'un miracle était nécessaire pour résoudre ce problème. D'autre part, il est devenu très difficile de construire des conteneurs car la "pandémie" a touché l'industrie de l'acier et du bois.

En Europe, la situation n'est pas bonne non plus : en Allemagne, il manque 80 000 chauffeurs de camions, alors que les ventes et la production de voitures ont diminué d'environ 30 %. Selon le cabinet de conseil Alix Partners, 7,7 millions de voitures en moins seront produites cette année, ce qui équivaut à 10 % de la production mondiale.

La crise des transports a entraîné une hausse des prix des denrées alimentaires. Selon la FAO, le prix de l'huile végétale a battu tous les records. Parallèlement, les prix des produits laitiers, de la viande importée et des céréales ont augmenté de 20 à 30 % par rapport à 2019 (6).

Cela a mis en évidence la dépendance croissante des États-Unis et de l'Europe à l'égard des importations en provenance d'Asie, notamment de la Chine. Les États-Unis dépendent à 90% des approvisionnements chinois pour la fabrication de certains produits médicaux et ce chiffre atteint plus de 80% pour les terres rares (7).

Dans de telles circonstances, la meilleure chose à faire n'est pas de claironner l'Armageddon ou de rencontrer la Maison Blanche, mais de combattre la psychose que la pandémie a générée.

Notes :

1. https://www.cnbc.com/2021/10/14/head-of-uber-freight-says-the-us-is-in-a...

2. https://www.reuters.com/world/us/americans-may-not-get-some-christmas-tr...

3. https://news.ati.su/news/2021/10/14/nehvatka-voditeley-vedet-k-krizisu-g...

4. https://www.corriere.it/esteri/21_ottobre_14/usa-merci-scarse-collasso-p...

5. https://www.bloomberg.com/opinion/articles/2021-03-31/prices-are-going-u...

6. https://www.fao.org/news/story/ru/item/1393201/icode/

7. https://asia.nikkei.com/Politics/International-relations/Biden-s-Asia-policy/US-and-allies-to-build-China-free-tech-supply-chain

Source : https://www.fondsk.ru/news/2021/10/18/pochemu-zapadnye-smi-trubjat-ob-ar...

09:58 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, économie, crise, pandémie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 13 octobre 2021

Sur la signification politique du "passeport vert" en Italie

073115669-d7acf022-b1f6-4252-a587-94c2640b7c8d.jpg

Sur la signification politique du "passeport vert" en Italie

par Andrea Zhok

Source : Sfero & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/sul-significato-politico-del-lasciapassare-verde

Pour comprendre le sens de la protestation contre l'imposition du "Green Pass" (GP), il faut comprendre sa nature hybride.

Deux motivations différentes, mais compatibles, convergent dans cette protestation.

1) La "dissidence cognitive"

La première ligne de protestation est liée à ce que nous pouvons appeler un "scandale épistémique", c'est-à-dire la perception par un nombre limité de citoyens de l'insuffisance flagrante des motivations qui devraient justifier l'introduction de la "certification verte". Cette inadéquation a interpellé certaines personnes pour des raisons tant juridiques que sanitaires. Ce groupe comprend principalement des personnes qui avaient des raisons professionnelles ou personnelles d'enquêter elles-mêmes sur la question, par exemple parce qu'elles sont des universitaires ou parce qu'elles devaient décider de la vaccination de leurs enfants, etc.

Ici, pour tout résumer, il y avait et il y a la perception claire que la législation fusionnée dans l'institution du Passeport Vert était incompatible avec les effets qu'elle prétendait vouloir atteindre, était disproportionnée et discriminatoire, alimentait un type d'intervention sanitaire ("le vaccin est le seul salut") qui était manifestement erroné et contre-productif.

Le camp opposé à ce groupe est représenté par tous ceux qui ont fait et font encore confiance aux enseignements des médias grand public et aux rapports des autorités scientifiques nationales, malgré les contradictions massives qu'elles ont rencontrées.

Pour des raisons évidentes, le nombre de "dissidents cognitifs" est une infime minorité: comme toute étude approfondie demande du temps et des compétences, ceux qui se fient aux voix officielles sont structurellement majoritaires, et cela, depuis toujours.

Cette lecture "cognitive", bien que cruciale d'un point de vue argumentatif, ne rend que partiellement compte de la nature de l'affrontement actuel.

La deuxième ligne de fracture devient explicite de nos jours.

2) Les antécédents

Sur la protestation "cognitive" contre les raisons de l'institution du "Pass Vert", s'est greffée une protestation sociale, liée à une dynamique claire, bien que non exprimée jusqu'à présent. Pour le comprendre, il est nécessaire de revenir sur l'évolution de la situation depuis le début de la pandémie. L'Italie, comme d'autres pays européens, mais dans un état plus critique que les autres, n'était jamais vraiment sortie des conséquences de la crise financière déclenchée par les prêts hypothécaires à risque. Le pays, déjà épuisé, avec des taux élevés de chômage et de sous-emploi, et des services publics en constante rétraction, à commencer par le système de santé, s'est retrouvé bloqué de force par un autre "coup du sort".

20832.jpeg

6860268_web-chomage-en-europe-avril-2017-01.jpg

L'incapacité des autorités à contrôler la propagation d'un nouveau virus et à en retracer les foyers, l'absence d'un plan d'urgence pandémique actualisé, la pathétique sous-estimation initiale de la situation (qui ne se souvient pas des campagnes de Zingaretti et Sala: "Milan ne s'arrêtera pas !"), avaient ouvert la boîte de Pandore d'une épidémie hors de contrôle, qui a eu un impact sérieux sur la fonctionnalité du système hospitalier, déjà en difficulté. La réponse a été un très long verrouillage/confinement national, qui a affecté de façon dramatique une économie réelle déjà en difficulté. Les "reliefs" ne couvraient que très partiellement les dégâts.

Après l'accalmie de l'été, au cours duquel le gouvernement s'est distingué par l'inanité de ses interventions (on se souvient tous de l'embarrassante rengaine des "bureaux roulants"), l'automne a ramené la crise sanitaire, plus forte qu'avant, avec cette fois-ci un confinement moins général, vu l'insoutenabilité évidente d'un confinement comme le premier. Pendant toute cette période, le secteur de la santé, qui avait le plus besoin d'un renforcement et d'une restructuration radicaux, est resté essentiellement paralysé. Il s'occupait exclusivement de la phase terminale de la maladie, cherchant à étendre les soins intensifs, et ignorant toute tentative sérieuse d'intervention précoce pour éviter d'entrer en soins intensifs. Pratiquement toutes les étapes fondamentales de la reconnaissance et du traitement de la maladie, de l'examen moléculaire du patient 1 aux autopsies qui ont révélé la dynamique thrombotique de l'affection, ont été franchies par des initiatives personnelles qui allaient à l'encontre des indications des protocoles officiels.

En termes économiques, cette situation a donné lieu à deux grands blocs de "perdants". Ceux qui ont continué à travailler, peut-être dans des secteurs considérés comme stratégiques, et qui l'ont fait dans des conditions de plus en plus difficiles, souvent sans protection sanitaire digne de ce nom, et puis ceux qui n'ont même pas pu travailler, perdant ainsi leurs principales sources de revenus.

Cette compression des conditions de travail et de rémunération avait pris le relais d'une situation déjà compromise par les années précédentes et aspirait à rétablir des conditions acceptables. L'urgence pandémique a non seulement réduit au silence toute aspiration à relever la tête, mais a poussé dans la boue nombre de ceux qui étaient restés à flot pendant les années de la crise financière. En Italie, cela s'est traduit par un résultat électoral déstabilisant jugé "anti-système", tandis que dans les pays voisins comme la France, le mouvement de protestation des "gilets jaunes" avait mis le gouvernement Macron au pied du mur. L'urgence pandémique a mis fin à tout cela, à toutes les rébellions et revendications sociales.

Pendant dix-huit mois, malgré la détérioration dramatique des conditions de vie d'une grande partie de la population, toute contestation sociale a été stérilisée à la racine par le caractère extraordinaire et d'urgence de la pandémie. Il y avait "bien d'autres choses" dont il fallait s'occuper.

Bien entendu, il n'est pas nécessaire de croire que la pandémie a été "créée avec art" pour obtenir des résultats si agréables aux grandes entreprises. En fait, la capacité à reconnaître le profil de ces états d'urgence et à les utiliser à son avantage est depuis longtemps une composante distinctive de la "gouvernance capitaliste". Le fond reste cependant le suivant: la condition d'urgence a permis aux secteurs les plus dématérialisés de l'économie, à commencer par la finance, de se maintenir en selle en améliorant leur position comparative, tandis que ceux qui vivaient de leur travail se sont retrouvés de plus en plus dépossédés, impuissants, limités dans leurs options et leurs conditions, alors qu'au nom de l'urgence aucune contestation n'était possible.

3) La Parousie du "pass vert"

Dans ce contexte, dans ce qui semblait être une phase de déclin de la pression pandémique, la proposition du "Pass Vert" est venue de nulle part. Rappelons que le GP italien a été proposé à une époque où les hôpitaux étaient vides et où 57% de la population s'était déjà spontanément vaccinée. Le geste implicite dans la mise en place du GP est donc celui d'anticiper une éventuelle nouvelle crise.

784334-thumb-full-29072021_protesta_in_aula_no_gre.jpg

Le problème, cependant, est qu'une telle stratégie crée en même temps les conditions d'une crise, en faisant passer le faux message que la vaccination préserve soi-même et les autres, et que la vaccination seule est la seule solution (tout en maintenant de force le système de santé publique sans protection). Au lieu de chercher la voie du bon sens d'une approche plurielle, axée sur différentes stratégies d'endiguement, le GP a servi à envoyer un message sans ambiguïté: le vaccin est la seule voie de salut national, et ceux qui s'y soustraient sont des déserteurs.

Le GP devient ainsi un moyen de prolonger et d'entretenir l'esprit d'urgence, le sentiment de menace naissante, et en même temps un moyen de soumettre volontairement la population à un moyen de contrôle et d'évaluation de sa propre conduite (une sorte de citoyenneté conditionnelle de bonne conduite).

En substance, le GP fonctionne comme un pont vers une extension du contrôle social, comme une garantie que toute protestation sociale éventuelle pourra être maintenue enchaînée à l'avenir. Après tout, seuls ceux qui se conforment peuvent aller travailler. En ne tenant pas compte de cette exigence, les esprits les plus critiques, les plus méfiants, les plus indépendants et les plus combatifs ont tendance à se dénoncer eux-mêmes. Le monde social se déploie sous nos yeux en créant les clivages orthodoxe/hétérodoxe, insider/outsider.

Beaucoup ont fait valoir que le GP est une mesure temporaire, visant à atteindre un objectif spécifique. Cet argument aurait été plus convaincant si quelqu'un avait mis noir sur blanc les conditions exactes dans lesquelles nous pouvons retirer cet instrument. Face à l'idée d'un instrument pour un objectif spécifique, la question qui doit être posée est la suivante: quel objectif ? Peut-être la "défaite du virus" ? Mais si c'est le cas, tout ce que nous savons nous indique que le virus restera endémique, et qu'il n'y aura donc jamais de jour où nous célébrerons l'extinction du virus. Et l'on peut toujours faire jouer un virus en circulation, avec un système de santé fugitif, comme une menace latente, contre laquelle la population est appelée à prouver sa fiabilité, peut-être en se soumettant à des conditionnalités supplémentaires. Sera-ce la troisième dose du "vaccin"? Ou peut-être la quatrième dose d'un vaccin "actualisé"? Et pourquoi faudrait-il arrêter les inoculations?

La vérité est que la seule véritable raison pour laquelle le GP pourrait rester une mesure temporaire est que (et tant que) il y a un défi important à relever, un défi qui crée un coût économique et politique pour le maintenir. Le jour où tout le monde décidera, pour le bien de la paix et de la tranquillité, de l'accepter ("Après tout, où est le mal ? Allez, c'est un outil utile !"), une autoroute sera ouverte à la possibilité d'étendre ses fonctions (pour le bien de tous, bien sûr).

4) Perceptions émancipatrices et perceptions réactionnaires

Eh bien, je crois qu'une partie importante de la population, bien plus importante que les "dissidents cognitifs", perçoit ce dessein; elle ne le voit pas clairement, mais le perçoit sous une forme indistincte, mais cela suffit à l'inquiéter. Beaucoup de citoyens qui ont été pressés par les crises, et dont les plaintes ont été réduites au silence par le caractère continuellement "d'urgence" des situations, comprennent que se soumettre à un instrument qui sépare ceux qui sont "dedans" et ceux qui sont "dehors" avec des raisons essentiellement arbitraires est l'arme ultime pour briser le dos de toute résistance. Après tout, pour faire grève, il faut être en service, il faut travailler, mais celui qui n'adhère pas aux directives centrales, aussi arbitraires soient-elles, ne peut être en service, ne peut travailler. Le problème des dissidents, des "cocardiers", peut ainsi être tenu à distance en amont.

081225984-f6a43927-289e-4878-b1d2-b631f1b901b1.jpg

Une partie essentielle de la population est en train de se rendre compte que l'enjeu est bien plus important, qu'après des mois d'indifférence à son égard, cette envie soudaine d'atteindre une "sécurité sanitaire absolue" est un acte instrumental. C'est surtout se rendre compte que près de deux ans après son apparition, avec plusieurs armes désormais disponibles contre ce virus, continuer à agir comme si le Covid-19 était le seul problème au monde, auquel tous les autres doivent être subordonnés et réduits au silence, est tout simplement une manipulation flagrante.

Mais attention, même ici, il est important de regarder l'autre côté en face. Ici, elle se compose de deux groupes distincts.

Le premier groupe est représenté par la partie de la population qui, soit par peur physique, soit par intérêt économique, est fixée sur un seul désir: que tout redevienne comme avant, coûte que coûte. La peur, qu'elle soit physique ou économique, qui s'est installée ces derniers mois a généré une impulsion qui aveugle et fait taire toute autre demande. L'attitude de base de cette (très grande) partie de la population peut se résumer à quelque chose comme : "Arrêtez de me casser les couilles, faites ce qui doit être fait, inclinez-vous si vous devez vous incliner, inoculez-vous si vous devez vous inoculer, parce que je ne veux pas revivre cette frayeur !".

Cette attitude, bien que psychologiquement compréhensible, est extrêmement dangereuse, comme l'ont toujours été les "grandes peurs" dans l'histoire, car une fois que quelque chose est érigé en une sorte d'"absolu négatif", on est prêt à piétiner n'importe qui, à écraser tout ce qui nous est présenté comme "favorisant" cet absolu négatif. Ici aussi, la peur crée des conditions particulières d'abaissement des défenses critiques et donc d'obturation pure et simple.

À côté de ce groupe, il en existe un second, petit mais très influent, représenté par ceux qui sont toujours sortis en selle, voire en position d'avantage, des crises passées et qui nourrissent sciemment tout type d'initiative pouvant garantir le maintien du statu quo, toute législation garantissant la disparition du conflit, la "paix sociale". Même dans un cimetière.

jeudi, 26 août 2021

Le soma de Huxley et le vaccin mondialiste

maxressomahuxdefault.jpg

Le soma de Huxley et le vaccin mondialiste

par Nicolas Bonnal

Le soma était une plante dangereuse, si dangereuse qu'elle rendait même malade le grand dieu du ciel en personne, Indra. Les simples mortels mouraient parfois d'une dose un peu trop forte mais l'expérience procurait une telle béatitude transcendante et une telle illumination qu'elle était considérée comme un privilège qu'on ne pouvait payer trop cher.

Aussi, ce genre de toxicomanie n'était-il pas un vice personnel, mais bien une institution politique, l'essence même de la Vie, de la Liberté et de la Poursuite du Bonheur garanties par la Déclaration des Droits. Mais ce privilège inaliénable des sujets, précieux entre tous, était en même temps l'un des instruments de domination les plus puissants dans l'arsenal du dictateur. L'intoxication systématique des individus pour le bien de l'Etat (et, incidemment, pour leur propre plaisir) était un élément essentiel du plan des Administrateurs Mondiaux. La ration de soma quotidienne était une garantie contre l'inquiétude personnelle, l'agitation sociale et la propagation d'idées subversives. Karl Marx déclarait que la religion était l'opium du peuple, mais dans le Meilleur des Mondes la situation se trouvait renversée : l'opium, ou plutôt le soma, était la religion du peuple. Comme elle, il avait le pouvoir de consoler et de compenser, il faisait naître des visions d'un autre monde, plus beau, il donnait l'espoir, soutenait la foi et encourageait la charité.

81rl0EJi5aL._AC_SY450_.jpg

Par exemple, le calmant classique est l'opium, mais c'est aussi un stupéfiant dangereux qui, depuis les temps néolithiques jusqu'à aujourd'hui, a fait des toxicomanes et ruiné des santés sans nombre. On peut en dire autant de l'alcool, euphorisant classique, qui, selon les termes du psalmiste, « réjouit le cœur de l'homme ». Malheureusement, il ne fait pas que cela; pris en quantités excessives, il provoque la maladie, l'accoutumance et, depuis huit à dix mille ans, il a été une cause majeure de crimes, de chagrins domestiques, de dégradation morale et d'accidents évitables.

Pendant ce temps, des forces impersonnelles sur lesquelles nous n'avons presque aucun contrôle semblent nous pousser tous dans la direction du cauchemar de mon anticipation et cette impulsion déshumanisée est sciemment accélérée par les représentants d'organisations commerciales et politiques qui ont mis au point nombre de nouvelles techniques pour manipuler, dans l'intérêt de quelque minorité, les pensées et les sentiments des masses. Ces procédés seront étudiés dans les chapitres suivants; bornons-nous pour le moment à ces forces impersonnelles qui sont en train de rendre le monde si peu sûr pour les démocraties, si peu hospitalier pour la liberté individuelle.

058f8f78720137.5cad0e15e0323.jpg

Un état de crise continu justifie le contrôle continu de tout et de tout le monde par les agents du gouvernement et c'est précisément cette tension entretenue à quoi l'on peut s'attendre, dans un monde où la surpopulation crée une situation telle que la dictature sous les auspices communistes devient presque inévitable.

Dans un tel univers, les Petits, avec leurs fonds de roulement insuffisants, sont gravement désavantagés; dans la concurrence avec les Gros, ils perdent leur argent et finalement leur existence même, en tant que producteurs indépendants - les Gros les ont dévorés. A mesure que les Petits disparaissent, la puissance économique en vient à être concentrée entre des mains de moins en moins nombreuses. Dans une dictature, les Grosses Affaires, rendues possibles par des progrès techniques constants et la ruine des Petites Affaires qui en est résultée, sont sous le contrôle de l'Etat - c'est-à-dire celui d'un groupe peu nombreux de chefs politiques et des soldats, policiers, fonctionnaires exécutant ses ordres. Dans une démocratie capitaliste comme les U.S.A., elles sont sous la coupe de ce que le professeur C. Wright Milis a appelé I'Elite du Pouvoir.

https://www.dedefensa.org/article/neo-totalitarisme-huxle...

https://reseauinternational.net/neo-totalitarisme-les-pre...

https://reseauinternational.net/de-platon-a-packard-de-la...

https://reseauinternational.net/dostoievski-et-la-prophet...

 

10:31 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soma, aldous huxley, pandémie, actualité, nicolas bonnal | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 04 août 2021

Tout ce qui nous restera de l'"ancienne normalité" sera le souvenir...

souvenirsdenfance-LiliGraphieshutterstock.com1200.jpg

Tout ce qui nous restera de l'"ancienne normalité" sera le souvenir...

par Daniele Scalea

Source : Daniele Scalea & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/tutto-cio-che-rimarra-a-noi-della-vecchia-normalita-sara-il-ricordo


Lorsque l'État s'arroge un nouveau pouvoir, il le fait presque toujours pour faire face à une "urgence". Puis l'urgence disparaît mais le nouveau pouvoir demeure.

C'est ainsi que s'est construit l'État moderne en Europe (l'urgence à l'époque était principalement celle d'entretenir de grandes armées permanentes : une fois les guerres terminées, les armées restaient avec tout l'appareil fiscal, administratif et logistique pour les entretenir). Pour prendre un exemple plus proche de chez vous : vous souvenez-vous comment les gens voyageaient en avion avant le 11 septembre 2001 ? Vingt ans ont passé mais les mesures de sécurité supplémentaires pour les voyages en avion sont restées et sont maintenant acceptées par tous comme la norme.

Voilà. Ce covid créera une "nouvelle normalité", nous ont-ils dit immédiatement et en toute franchise. Si j'ai prêché en mars 2020 qu'il fallait s'opposer au confinement, c'est parce que je savais que les "deux semaines pour abaisser la courbe" auraient un impact bien plus important que cette simple parenthèse de 14 jours.

En l'absence d'une forte réaction de la société (qui a d'ailleurs dans une large mesure salué les initiatives du gouvernement), l'État a consolidé entre ses mains de nouvelles compétences et de nouveaux pouvoirs qui lui resteront acquis, quel que soit les avatars du virus.

Ne vous attendez donc pas à ce que le Draghi de demain dise: "C'est le retour à la normale de 2019". Dorénavant, l'État pourra imposer des confinements ou d'autres mesures restrictives/coercitives en fonction des pics de maladies infectieuses (ne serait-ce que la grippe). Le principe restera que si vous avez des symptômes de la grippe (toux, éternuements), vous ne pouvez pas quitter la maison. Un passeport interne sera appliqué à chaque citoyen. Il est probable que le modèle sera également appliqué à d'autres domaines, en premier lieu l'écologie (pourquoi pas des confinements pour sauver l'environnement ?). Et comme je l'ai déjà écrit, le laissez-passer vert dissimule l'introduction en Europe d'un système de crédit social à la mode chinoise.

Tout ce qui nous restera de l'"ancienne normalité" sera le souvenir, et avec lui le regret de l'avoir perdue et de ne pas l'avoir léguée à nos enfants.

17:15 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, souvenirs, normalité, pandémie, coercition | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Pass sanitaire, biopolitique et apartheid social: quelles perspectives? Réponses de Nicolas Bonnal

bonnal-3-800x445.jpg

Pass sanitaire, biopolitique et apartheid social: quelles perspectives?

Réponses de Nicolas Bonnal

Nicolas Bonnal répond aux questions de strategika.fr au sujet du pass sanitaire et des évolutions possibles de la situation actuelle.

Strategika  – Le professeur Neil Ferguson a récemment expliqué que l’épidémie de Coronavirus pourrait être jugulée d’ici octobre. D’autres sources semblent indiquer la possible arrivée de nouveaux protocoles de traitements anti-covid en Octobre. Rappelons que Neil Ferguson – que les anglais appelle « Professor Lockdown » – est à l’origine du célèbre modèle de l’Imperial College de Londres. C’est lui qui avait averti Boris Johnson que, sans un confinement immédiat, le coronavirus causerait 500 000 décès et submergerait le National Health Service. Ses projections amèneront la plupart des gouvernements occidentaux à suivre la même politique. Il préconisait aussi dès le départ un confinement de 18 mois en six étapes. Confinement qu’il avait d’ailleurs lui-même enfreint dès mars 2020. Les récentes déclarations de Neil Ferguson ont amené Boris Johnson à mettre en garde la population contre des conclusions « prématurées ».

Dans la foulée de ces déclarations en Grande-Bretagne, on commence aussi à parler de la chute des contaminations pour d’autres pays comme les Pays-Bas ou la Tunisie, deux pays qui connaissent de grands soulèvements populaires. Selon vous, pourquoi Ferguson fait-il ces déclarations en ce moment ? Est-ce pour tenter de juguler la colère populaire qui monte dans le monde entier ? Allons-nous vers un changement dans la narration covidienne ?

Les propos de ce dangereux imbécile à la solde de Bill Gates sont une bonne nouvelle, mais vous avez raison d’y déceler un piège. Je rappelle mon texte de Zweig sur le manège nazi ; une dose, une pause ; une dose, une pause. Zweig rappelle aussi que le troupeau laisse tomber les victimes expiatoires, les boucs émissaires (penser au sort des futurs non-vaccinés). On ferme les yeux et on pense à autre chose pendant que les fervents et les bourreaux volontaires s’agitent. Ceci dit les mondialistes sont allés trop vite : ils nous ont vomi dessus et ont en fait alerté l’opinion éclairée (la « complotiste ») en délivrant bêtement leur programme monstrueux. Les gouvernements sont tous ou presque allés trop loin dans cette histoire. Sont-ils achetés par Gates et les labos, sont-ils idiots ou sont-ils simplement soucieux d’exercer leur droit de contrôle sur les populations, c’est toute la question. Proudhon et Tocqueville en ont déjà parlé il y a plus d’un siècle et demi, de ce pouvoir moderne inquiétant et omniprésent. Les guerres et les épidémies renforcent les pouvoirs, et Foucault (la référence la plus usitée dans le monde des travaux universitaires, et ce n’est pas fortuit) a bien décrit les effarantes mesures contre la peste de Marseille en 1720. Mais il y a aussi un plus : le virus ne tue plus, le vaccin oui, et seule l’effarante pression médiatique, la plus folle étant en France, maintient la fiction. Donc la pause est possible (mais pas en France)  ou même l’oubli du Covid, en attendant un nouveau storytelling de terreur déjà dans les dossiers atlantistes : terrorisme, climat, guerre contre la Russie. Il faut bien s’occuper.

Strategika – Pourquoi le gouvernement accélère-t-il la marche en France et tente-t-il de faire passer en force le pass-sanitaire au risque de déclencher un soulèvement populaire plus massif encore que celui des gilets jaunes ? Est-ce justement parce qu’il sait que la fenêtre de tir covidienne va bientôt se refermer ?

Revenons sur cette exception française. Le pouvoir pour l’instant en France ne veut pas changer de narration. Ailleurs il est plus prudent, sauf en Italie, création napoléonienne, et qui en a repris toutes les tares. Ce refus peut causer sa perte ici. On a un mélange de jacobinisme psychopathe, de bonapartisme aigu, et aussi de morgue caractéristique de de notre gauche caviar néo-mitterrandienne. C’est Saint-Germain de Prés qui veut tout vacciner avec la presse subventionnée. On en revient au dix-neuvième siècle de Napoléon III et de la République, qui à l’époque chassait les catholiques au lieu des non-vaccinés. J’ai parlé de tout cela dans mon Coq hérétique il y a vingt-cinq ans : la France est un pays autoritaire, hiérarchisé (Victor Hugo parle même de la « prodigieuse pyramide » au début des Misérables). Si nous nous en sortons, il faudra épurer ce pays, sa presse, son administration, liquider enfin Paris et son élite vulcanisée, comme disait Balzac. Car la dictature de la gauche libérale que prévoyais dans mon Macron publié en 2017 est arrivée. Et on ne s’en sortira pas avec trois manifs. Il faudra refaire des institutions dans un esprit libertarien. L’administration et l’Etat français qui tue et remplace sa population, qui la vaccine et la terrifie en reproduisant les méthodes du nazisme (simple mutation de la démocratie libérale) et de l’apartheid, doivent être radicalement transformés. Ne pas comprendre cela c’est se donner au prochain dictateur, qui sera de centre-droit ou de centre-gauche. Et pour lui comme pour sa presse la fenêtre covidienne n’est que médiatique, donc cela peut durer tant que les gens y croient, comme la peur de l’enfer. J’ajoute que cela ne marcherait pas sans la crétinisation et la préparation d’une grande partie de l’opinion. Certains me trouvent pessimiste mais Victor Hugo a dû attendre la défaite de Sedan pour rentrer à Paris. Et ce n’est pas Jean Moulin qui a libéré la France, mais le débarquement et l’Armée rouge.

B9726894433Z.1_20210501124750_000+GU2I1U1V3.2-0.jpeg.jpg

Strategika – Sur quoi la colère populaire et les manifestations peuvent-elles déboucher selon vous ?

On bouge, mais attention, le pouvoir est féroce. Il l’était déjà sous Hollande. Il peut fermer nos sites, coffrer Boutry ou Philippot, utiliser comme il l’a fait attentats et risques de guerre pour se renforcer. Ce n’est pas Ursula qui le contredira.  Ce pouvoir est du centre catho-bobo, donc il peut s’appuyer sur toutes les âmes damnées et Dieu sait que ce pays en compte. Il a aussi l’appui absolu de la presse et des télés (voyez la presse aux cent bras dans Maurice Joly). Mais soyons optimistes. C’est un énorme mouvement de masse. On peut espérer une suspension du passe avec des arrangements sinon ; ou, si la gendarmerie, la police et les militaires se réveillent enfin, à une transformation radicale à un putsch à l’envers, et à un départ des monstres. Ne rêvons pas trop, mais sincèrement on peut y  arriver. Il y aura un déclic, me disait Lucien il y a peu. Il a lieu et il peut aller loin car c’est la première qu’un gouvernement est suffisamment stupide et criminel pour marginaliser et priver de droit un tiers de sa population dans un pays moderne. Avant on avait l’alibi du racisme, là on n’a même pas d’alibi, sauf celui d’un vaccin qui ne marche pas, qui tue, et qui commence à être connu en ce sens. Ce pouvoir tyrannique irréel fournirait une bon sujet de nouvelle pour Philip K. Dick (voyez le livre de ma femme) ou même pour Buzzati ou pour Marcel Aymé, pour rester plus près de chez nous. Mais comme je le disais, il faudra un conseil national de la résistance en France pour empêcher notre administration pléthorique et notre Etat de nuire aux humains (je ne dis même pas citoyens, j’en ai marre du mot) de vivre tranquillement. J’étais à Biarritz à la plage il y a deux ans : la militarisation de cet espace beatnik par le surf industrialisé, les CRS, les sifflets, le troupeau résigné, m’a donné la nausée. On me reproche mon défaitisme et ma francophobie, il faut voir où sont tombés les Français avec leur politiciens mondialisés. Et discutez avec les gens, ils vous ricanent tout de suite au nez en lançant le mot d’ordre complotiste. Vaincus par les rhinocéros, les antisystèmes se réfugient dans le clic, ce qui n’est d’ailleurs bon ni pour eux ni pour le pays.

1045866310_51 107 1118 838_1067x731_80_0_0_e4da2e5f03b2a397af92d8354881ea91.jpg

Strategika – Est-il imaginable qu’on en finisse réellement avec le Covid ? Si oui le scénario covidien va-t-il être remplacé par autre chose ?

Ce Covid est un jeu pour nous exterminer à terme. Mais c’est un jeu ; rappelons Roger Caillois alors, qui dans son livre sur les Jeux parle de la Mimicry : on adore se faire peur ; on adore jouer au bourreau ou à l’expert ; on adore jouer au trouillards, et on adore jouer au dénonciateur. Cette dimension ludique de notre apocalypse pour débiles légers est ignorée, et c’est dommage. Tout le monde fait son théâtre comme pendant la Révolution (voyez Furet, Cochin, ou même Tocqueville et la révolution imbécile de 1848). On est dans une réalité bien française. Le Grand Reset c’est la pénurie et internet, a dit mon ami Alexandre. L’occupation c’était la pénurie et la radio. Et quelques résistants…

 Le jeu éculé du Covid, ils  peuvent le remplacer par autre chose ; le climat, une autre épidémie, le musulman gauchiste, le russe aux missiles entre les dents. On n’a pas cité  chez les antisystèmes le très bon livre de Zylberman intitulé Tempêtes microbiennes. Ce chercheur officiel a franchi un Rubicon en expliquant comment on avait lancé médiatiquement tout un tas d’épidémies, et comment on les gérait militairement en accord avec l’OTAN. Il fallait donc que cela nous tombe dessus. C’est fait. Comme disait Guy Debord, le destin du spectacle (de la démocratie occidentale) n’est pas de finir en despotisme éclairé. On connaît les épouvantables décisions en matière de désindustrialisation et de famine, décisions bénies par les médias et les bobos. Le fait d’ailleurs que l’occident veuille se désindustrialiser tout en menaçant le reste de la planète du feu nucléaire montre qu’il est entre les mains de sociopathes dûment sélectionnées par les Bilderbergs, Trilatérale et autre OTAN depuis soixante ans. Ces types-là doivent dégager : si on contente de trois manifs contre le passe, ils reviendront à la charge comme un moustique affamé. Enfin, n’oublions  pas que les chefs de la Résistance ont vite été écartés du pouvoir après la Guerre.

Strategika – Tout comme Bill Gates, l’épidémiologiste Bruce Aylward, conseiller du directeur de OMS et responsable du programme international Covax expliquait « qu’il faut vacciner autour de 60 % de la population mondiale pour stopper l’épidémie de Covid-19 ». Peut-on penser qu’une fois atteint ce taux de vaccinations dans la plupart des pays, les autorités lâcheront prise ? Que feront-elles alors des non-vaccinés ? Vont-elles tenter de réduire ce bloc d’irréductibles sur le temps long afin d’atteindre une couverture vaccinale totale ou accepteront-elles qu’une partie de la population (30, 20 % ?) continue de vivre normalement sans être vaccinée ? Comment devront alors vivre les humains non-vaccinés ? Seront-ils réellement des citoyens de seconde zone voire pire ? Un contrôle biopolitique global de type chinois est-il envisageable pour l’ensemble de l’humanité ou le réel est-il encore trop conservateur ? 

Le contrôle biopolitique peut aussi être festif, ludique, humanitaire (pensons à Philippe Muray), décalé, cool (pensons à Lipovetsky). Une émission sur You tube et Mr Président remonte dans les sondages. Beaucoup de gens sont vaccinés, beaucoup de gens sont bêtes, beaucoup de gens sont prêts à jouer le rôle (cf. supra) du bourreau volontaire. On a cent ans de radio, télé, propagande, abrutissement, écologie, humanitarisme, autoritarisme de marché et de gauchisme sociétal. Pensons à la jeune fille, alors, livre admirable par son contenu et même par sa forme. Sur l’affaire de Perpignan (rue piétonne pour vaccinés seulement) une jeune fille a répondu à Philippot (rendons-lui hommage, c’est une révélation, et remarquons que les politiciens courageux auront encore été les gaullistes : lui, avec Asselineau et Dupont-Aignan) qu’il se foutait du monde pour tout un tas de raisons. Cette folle ne veut plus d’un non-vacciné dans sa cour de récré. En effet le rêve du bobo techno écolo et bio c’est d’être le seul dans la rue avec une trottinette électrique, son masque, sa puce sous-cutanée et son smartphone. Pour lui le reste est de la viande sale et doit disparaître, être incinéré si possible. Ces types et ces filles sont mûrs pour l’asile.

-126826.jpg

Mais encore une fois, ce programme psychotique est-il réalisable ? Il semble que non : il ne faut pas trop toucher à la vie ordinaire des gens, surtout dans un occident où n’a pas connu de famine ou de misère crasse depuis des siècles. On le peut, mais en guerre… Mais on sent que l’intention est forte, que le soutien est fort et que si la victime ne se défend pas, elle finira à l’abattoir filmé par Franju dans le Sang des bêtes. Pour le contrôle biopolitique, il faut en revenir à ce que nous disions plus haut : il faut une remise à plat des institutions en France, il faut remettre l’informatique à sa place. Comme je le disais dans ma conclusion (Internet nouvelle voie initiatique), l’informatique et le web sont la meilleure et la pire des choses, comme la langue d’Esope. Il va falloir enfin apprendre à les maitriser. Sinon d’animal politique peu glorieux qu’il était depuis Aristote, l’homme deviendra un animal cyber-politique. La déshumanisation du monde moderne, sa fervente déchristianisation, y compris dans le troupeau catho et dans la hiérarchie ecclésiastique, nous y ont goulûment préparé, à cette techno-servitude dans le camp de concentration électronique. 

mardi, 20 juillet 2021

Giorgio Agamben: Carte verte

pasaporte-covid-diario-juridico-.jpg

Carte verte

par Giorgio Agamben

Dans un texte précédent, nous avons mise en exergue la discrimination injuste frappant une classe de citoyens exclus de la vie sociale normale suite à l'introduction de ce soi-disant "laissez-passer vert". Cette discrimination est une conséquence nécessaire et calculée, mais n'est pas l'objectif principal de l'introduction du laissez-passer vert, qui vise non pas les citoyens qui seront exclus, mais l'ensemble de la population. L'objectif des gouvernements à travers ce passeport sanitaire est, en fait, un contrôle méticuleux et inconditionnel de tout mouvement des citoyens, semblable au passeport interne que chacun devait avoir sur soi pour se déplacer d'une ville à l'autre sous le régime soviétique.

indexgag.jpg

Dans le cas qui nous préoccupe aujourd'hui, cependant, le contrôle est encore plus absolu, car il concerne tout mouvement du citoyen, qui devra montrer son laissez-passer vert à chaque fois qu'il se déplace, même pour aller au cinéma, assister à un concert ou s'asseoir à la table d'un restaurant. Paradoxalement, le citoyen non enregistré sera plus libre que celui qui dispose d'un laissez-passer vert, et ce devrait être la masse même des citoyens détenteurs de cette carte sanitaire qui devrait protester et se rebeller, car désormais ils seront comptés, surveillés et contrôlés dans une mesure sans précédent, même dans les régimes les plus totalitaires.

Il est important de noter que la Chine a annoncé qu'elle maintiendrait ses systèmes de suivi et de surveillance même après la fin de la pandémie. Comme cela devrait être évident pour tous, avec le passeport vert, ce n'est pas la santé mais le contrôle de la population qui est en jeu, et tôt ou tard, même le public qui a sa carte aura l'occasion de s'en rendre compte à ses dépens.

Source:

https://www.ariannaeditrice.it/articoli/tessera-verde

jeudi, 08 juillet 2021

Pandémie et Nécrodémocratie

Necrosyrtes_monachus.jpg

Francisco Tomás González Cabañas

Pandémie, Nécropolitique et Nécrodémocratie

Ex: http://novaresistencia.org/2021/07/04/pandemia-e-necrodemocracia/

La pandémie a mis en évidence l'échec des démocraties occidentales qui, au nom de leurs "grands" idéaux abstraits, n'ont pas fait grand-chose pour arrêter la propagation du virus ou pour prévenir les décès. Dans un contexte d'austérité néolibérale qui désigne une partie de la population, notamment les personnes âgées, comme "indésirable", nous sommes confrontés à l'émergence de "nécrodémocraties", le genre de régime occidental qui travaille activement à la mort d'une partie de ses propres citoyens.

Les décès que l'administration de la pandémie aurait pu éviter

    "La nécropolitique permet de problématiser les logiques politiques contemporaines, où s'entremêlent violence, droit, exception et souveraineté. C'est-à-dire que la nécropolitique conjugue les éléments nécessaires au contrôle de la population à partir de la construction de discours sur la guerre, sur l'ennemi et sur la terreur pour justifier l'exception comme seule alternative pour le retour à une normalité sociale" (Brito-Alvarado X., Capito Alvarado, J. 2020. Le néolibéralisme comme nécropolitique des zombies. Arguments : journal de critique sociale, 22, 252-279).

    " La prolifération des armes et l'existence de mondes de la mort - des lieux où les gens sont tellement marginalisés où ils vivent réellement comme des morts vivants - sont un indicateur qu'il existe une politique de la mort (une nécropolitique) plutôt qu'une politique de la vie (une biopolitique) telle que l'entend Foucault " (Mbembe, A. 2011. Nécropolitique. Santa Cruz de Tenerife : Melusina.).

Les auteurs de l'article cité, ont projeté avec une maîtrise théorique ce qui s'est passé quelque temps après l'avoir écrit: "Pour que la nécropolitique soit mise en œuvre, il doit y avoir un état d'exception, comme le propose Agamben, qui justifie la mise en œuvre de mesures politiques permettant au pouvoir souverain d'éliminer les sujets inutiles à ses intérêts" (Ibidem, 15).

M02020256452-source.jpg

agamben-giorgio-900x600.jpg

Bien que l'axe conceptuel qu'ils proposent passe par la réaffirmation du néologisme "nécropolitique", ils glissent un chapitre en relation avec ce que nous considérons en fait plus central, la nécrodémocratie, qui a été clairement démontrée, à travers la pandémie, par la gouvernance désastreuse en termes humanitaires de tant de gouvernements démocratiques ou de ceux qui s'en vantent, comme celui de l'Argentine :

    " Giorgio Agamben (en 2006), dénonce dans Homo Sacer I, Pouvoir souverain et vie nue, que les dispositifs juridiques capturent la vie de ces sujets. Par conséquent, pour Agamben, le meilleur contrôle de la population est la démocratie. Le pouvoir démocratique implique qu'il est nécessaire de rendre invisible une série d'actions qui visent à dissimuler certaines violations des droits de l'homme" (ibid., 19).

Enfin, au moins pour re-signifier l'article, pour reconnaître sa valeur théorique, qui a vu plus loin ce qui s'est passé quelque temps plus tard sous l'apparence sanitaire, nous citerons encore un passage d'Agamben, qui soutient ce que nous proposons, la constitution du concept postérieur à celui de " nécropolitique ", celui de " nécrodémocratie ".

    " S'il y a une caractéristique qui peut définir les démocraties et les totalitarismes actuels, c'est que chaque fois leurs complexités politiques alambiquées sont rendues visibles pour parvenir à l'exercice du pouvoir de l'État à travers la mise en œuvre de discours et de politiques, pour parvenir à la domination de la population ; ainsi, le pouvoir qui revient au "souverain est celui qui décide de la valeur et de la dévaluation de la vie en tant que telle" (Agamben, G. Homo Sacer. Pouvoir souverain et vie nue. Valence : PreTextos).

La responsabilité concrète, effective et irréfutable des gouvernements et, avec elle, des gouvernants, qui se perçoivent comme démocratiques, doit être découverte ou démasquée. Dans le clivage du signifiant maître dans lequel les outrages gouvernementaux sont soutenus, par des clins d'œil démocratiques, nous ne pouvons manquer de signaler le manque, la carence, le trou, cette pandémie par le biais delaquelle, il y a, ni plus ni moins, les milliers de morts qui ont avancé (volontairement) leur finitude, par le travail et la grâce des administrations qui au nom du sacré et du totem de la démocratie.... ont vaccinés tardivement et à tort, sautant les "démocratiques" et les "démocrates", vaccinés tardivement et mal, coupant la ligne pour consacrer leurs privilèges et ceux des leurs et condamnant à plus de pauvreté et de marginalité ceux qui survivent encore à une tragédie, clairement évitable dans ses chiffres énormes et douloureux dont sont responsables certaines nécrodémocraties dans lesquelles nous vivons.

Source : Geopolitica.ru

vendredi, 02 juillet 2021

Confinement et crétinisation systémique des enfants (et des parents)

1612160114817,kleiner-junge-am-fenster-haelt-sich-haende-vors-gesicht-100~_v-16x9@2dM_-ad6791ade5eb8b5c935dd377130b903c4b5781d8.jpg

Confinement et crétinisation systémique des enfants (et des parents)

par Nicolas Bonnal

On connaît les conséquences sur les sportifs français (Lemaître, Mbappé, cyclistes du Tour de France…)  des décisions de nos génies de la politique et de la médecine des labos. Voyons pour les enfants. On se doute que ces derniers allaient sortir particulièrement esquintés et déglingués des décisions gouvernementales.  Pour une fois, on ne va pas crier au complotisme, car ces données viennent du Monde. On cite donc sans commenter cet extrait qui vient du quotidien de la pensée inique (« dans le monde renversé le vrai est un moment du faux », a dit excellemment Guy Debord):

« Une baisse sensible des capacités physiques, mais aussi intellectuelles, des enfants… Les effets des confinements successifs liés à la pandémie de Covid-19 sont préoccupants, selon une étude menée auprès de 90 élèves de CE1 et CE2 d’écoles de Vichy, dans l’Allier, et de Riom, dans le Puy-de-Dôme, en septembre 2019 et en septembre 2020. »

Et puis, zut alors, on se met même à parler de catastrophe :

« Les chiffres sont catastrophiques », résume Martine Duclos, chef du service de médecine du sport au CHU Clermont-Ferrand, qui dirige l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (Onaps), et coordonne ce travail dont les résultats, préliminaires, ont été soumis à publication. En un an, l’indice de masse corporelle (IMC, poids divisé par la taille au carré), reflet de la corpulence, a augmenté de 2 à 3 points en moyenne. « Nous n’avons jamais vu ça, s’alarme la spécialiste. Des enfants sportifs, sans aucun problème de santé, aucun problème de poids, ont grossi de 5 à 10 kg, du fait de l’arrêt de la pratique sportive. Et tous n’ont pas repris l’activité physique. »

kinder-psyche-lockdown-104~_v-gseapremiumxl.jpg

On découvre aussi qu’ils ne peuvent plus courir ni réfléchir (remarquez, c’était presque déjà le cas, car le capitalisme de catastrophe a fait tout ce qu’il a pu) :

« Essoufflés au bout de dix mètres

La condition physique de ces jeunes de 7-8 ans s’est fortement dégradée. Lors du test navette, épreuve classique qui consiste à courir de plus en plus vite d’un plot à un autre (éloignés de 10 m), « des enfants, déjà très essoufflés, n’arrivaient pas à atteindre le premier plot avant le premier bip », décrit la professeure Duclos. Un constat également inédit, selon elle. Certains étaient incapables de faire le parcours d’habiletés motrices (parcours chronométré comprenant différents obstacles). »

Ici chez moi je vois des crétins pousser des chariots à 500 euros avec des gosses de cinq à sept ans dedans. Ces enfants sont condamnés à ne pas courir en attendant de ne pas savoir marcher (voyez le film Wall E). Mais restons-en à l’article du Monde qui évoque l’abrutissement massif des petits d’homme (que ne les confie-t-on aux loups, comme Romulus ou Mowgli ?) :

« Parallèlement, leurs capacités cognitives auraient baissé d’environ 40 %. Pour les mesurer, l’équipe du CHU de Clermont-Ferrand a notamment eu recours à un test consistant à relier les lettres aux chiffres correspondant dans l’ordre alphabétique, dans un temps imparti. Tous les écoliers l’ont fait dans le temps limite en septembre 2019. Un an plus tard, un grand nombre n’a pas terminé. « Un an de confinement a été catastrophique, à un moment essentiel de plasticité neuronale », constate Martine Duclos. »

Pas si sottes, les deux journalistes du Monde rappellent qu’on était déjà mal partis :

« Ces résultats sont d’autant plus inquiétants que la situation antérieure était déjà peu brillante. Ainsi, avant la pandémie, en France, 87 % des adolescents de 11 à 17 ans ne respectaient pas l’heure quotidienne d’activité physique préconisée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Et pendant le premier confinement, seulement 0,6 % d’entre eux ont atteint ce seuil, la proportion étant de 4,8 % chez les 5-11 ans (2,8 % des filles et 6,5 % des garçons), selon le Report Card de l’Onaps, l’état des lieux de l’activité physique et de la sédentarité des enfants et adolescents publié en janvier. »

b2ap3_large_lockdown-kinder.jpg

Le reste est réservé aux abonnés du Monde ! Donc…

Comme on l’a dit la situation était déjà grave. Les enfants sont rendus tarés par la technologie, la malbouffe et la prostration physique (voyez mon article sur l’idiocratie, et les références au cinéma de Jarmusch ou Payne). Je vais donc republier une lettre de lecteur, PHD en linguistique (ce n’est pas pour faire chic), père de trois enfants, expatrié et qui m’écrivait il y a trois ans déjà sur ce sujet :

« Pour le dire rapidement, ma belle-mère, instit donc depuis presque quarante ans, est terrifiée par ce qu’elle voit depuis peu. Les parents perçoivent majoritairement leurs enfants comme des nuisances. Du coup au moindre bruit, à la moindre agitation, ils leur mettent la tablette dans les mains, ils ne parlent jamais avec eux, ne s’intéressent pas à ce qu’ils font, ne jouent pas avec eux… Ils cherchent seulement à les figer (poussette, tétine, tablette, nourriture sucrée à volonté). »

Mon lecteur poursuit :

Dans sa classe de 4/5 ans, elle observe:

  • les mains complètement molles (elle appelle ça les “mains tabléteuses”): ils ne savent pas tenir un plateau droit, ont du mal à utiliser des crayons de couleur.
  • ils ne savent pas jouer avec des cubes. Quand on leur donne un bac de cubes, ils se contentent de brasser les cubes, il ne leur vient pas à l’esprit qu’on peut faire quelque chose avec.
  • un élève fait son activité en étant debout sur sa chaise : “Aydan assied toi”. Le gamin va ranger son activité, il n’a pas compris.
  • à un autre élève : “Louan, va prendre une activité”, l’élève va s’asseoir.
  • les mômes connaissent tous leurs couleurs en anglais, mais aucun ne les connaît en français (parce que l’appli de jeu gratuite sur les tablettes est en anglais)
  • premières tentatives de fellation dans les toilettes. Les garçons regardent du porno dans le bus qui les conduit aux matchs de foot/rugby avec papa.
  • la plupart des élèves pourraient être diagnostiqués comme ayant des TED (troubles envahissants du développement, incluant l’autisme), pourtant c’est juste l’effet des tablettes et du comportement des parents qui se débarrassent de leurs enfants.
  • Elle a dû abandonner la lecture de livres pour enfants de ce niveau, pour des livres habituellement réservés à un public d’enfants de 18 mois/2 ans parce que les élèves ne comprennent rien. Ils n’ont pas de vocabulaire, leurs phrases ne sont pas structurées. Les instits commencent traditionnellement l’apprentissage des gestes d’écritures dès la fin de la grande section. Il s’agit de travailler la motricité fine, de comprendre ce que c’est “en dessous”, “sur”, “entre” ou “au-dessus” par rapport à une ligne. Elle ne peut plus le faire, car les élèves de 4 ans ont la motricité d’un enfant de 12 mois. Ils vont devoir reculer l’âge d’apprentissage de l’écriture, et donc de la lecture. »

1-format43.jpg

La démission des parents est bien entendu totale, pardon, globale :

Mon lecteur :

« Les parents ne sont donc plus violents avec leurs enfants (on a beau jeu de légiférer sur la fessée quand presque tout le monde assomme son môme à coups de tablettes, de tétines, de poussettes et de sucreries), mais le deviennent de plus en plus avec le personnel enseignant. Ils mentent aussi sans vergogne, pour des motifs futiles. Ils se plaignent qu’on mette leurs mômes à la sieste. “Vous comprenez, quand ils dorment l’après-midi, à la maison, ils sont plein d’énergie”. Avoir autre chose que des zombies, quelle horreur en effet… »

Et de comparer la situation avec d’autres endroits :

« On parle ici d’école de campagne, entendez-moi bien. Tout cela est confirmé par une autre connaissance, instit en Lozère.

Une amie institutrice en Australie reconnaît parfaitement ces descriptions, et ajoute que le manque d’empathie, et le manque de patience, sont absolument effarants. Un gamin de 5 ans est maintenant incapable d’attendre quelques minutes, ou se mettra à hurler comme un autiste à la moindre frustration.

Moi je veux bien qu’on m’explique que la baisse du QI c’est le grand remplacement, et que le grand remplacement ça doit nous inquiéter. Mais c’est le grand remplacement de l’humain par le zombie, par le golem, par le robot qu’on observe. Car face à la destruction du monde par la tablette, toutes les races et toutes les classes semblent également atteintes dans les témoignages qui nous sont faits.

Vous imaginez ces mômes dans quarante ans ? »

Non on ne les imagine pas. Ceux qui parlent de l’an 2100 se foutent de nous comme ceux qui parlent de reprise économique, de victoire contre la Russie, d’immunité à partir du vaccin. 

Sources principales :

https://voxnr.com/49225/un-lecteur-met-en-garde-parents-e...

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2021/06/28/les-co...

mardi, 25 mai 2021

Bonnal et la dictature sanitaire

NicolasBonnal3.JPG

Le CDG-NB N.01

Bonnal et la dictature sanitaire

Le Coup de Gueule de Nicolas Bonnal, rubrique extraite de Café Noir du vendredi 21 mai 2021 (N.24 – Palestine : Terrorisme ou Guerre de Libération Nationale)
 
 
RÉFÉRENCES (LIVRES)
 
Georges Bernanos – La Liberté pour quoi Faire ? https://livre.fnac.com/a10106031/Geor...
Nicolas Bonnal – Louis Ferdinand Céline – La Colère et les Mots https://avatareditions.com/livre/loui...
 
RÉFÉRENCES (FILMS)
 
Vol au-dessus d'un Nid de Coucou https://fr.wikipedia.org/wiki/Vol_au-...

vendredi, 21 mai 2021

La fin de la Covid-mania en Amérique et ailleurs

Coronavirus-Article-202003251402.jpg

La fin de la Covid-mania en Amérique et ailleurs

par Nicolas Bonnal

Le système recule niaisement – sauf à prendre ses agents médiatiques pour des super-machiavels - sur plusieurs fronts (pass sanitaire, tests, propagande affolante, vaccins obligatoires…) ; oui, je sais, on va me dire que c’est une tactique et qu’il va revenir à la charge plus tard. Il n’empêche : toute retraite est bonne à prendre, et tout ce que veulent les plus fous des gâteux et les « nonagénaires génocidaires » aux commandes (Schwab-Rothschild-Soros-Bergoglio-Prince Charles-Gates-Rockefeller-etc.) ne se met pas en place comme, ça - et l’échec du concert des sexagénaires de la lamentable bande rock Indochine le montre. La masse inerte ou incertaine veut bien aller dans une certaine direction, mais jusqu’à un certain point seulement. La bande de bras cassés du gouvernement peut difficilement persévérer comme ça. L’économie s’écroule - et le fait que dans le Reset tout le monde, Chine et Russie en tête, ne veuille pas jouer au jeu du petit suicide façon Merkel-Macron-Leyen, va limiter la durée de la partie de football unijambiste. On ne va pas pouvoir continuer, pour contredire la phrase de Sartre dans Huis clos. C’est comme de déclarer la guerre à la Chine et la Russie en discutant des benêts idéaux Woke et du sexe des anges et des transgenres. La réalité a fini pas rattraper les fous, qui ne croyaient qu’en leur raison (Chesterton).

Car attention. On veut bien travailler moins et rester à la maison ; on veut bien prendre un peu d’argent et regarder internet ou la télé (le gouverneur du Texas oblige les gens déconfinés à retourner au travail, et comme on sait huit millions d’Américains attendent plutôt les allocs plantureuses de Biden qui font plier le dollar et relancent l’inflation) ; mais se faire marquer et étiqueter comme un veau pour aller au restau ou au concert de rock ?  Il y a vingt ans dans mon livre sur Internet je détaillais déjà les plans actuels des techno-lords comme nous les appelions : dépopulation (cinquante millions d’habitants sur terre et pas 500 ! – voyez Mark Pesce) ; transhumanisme pas très transcendant ; anti-nomadisme forcené et sédentarisme techno (Attali) et je parlais de la résistance des techno-paranoïaques, qui comme nous voyaient se mettre en place une « étrange dictature » (Viviane Forrester).

61b9jWC8-6L.jpg

41RPk1LSuTL._SX306_BO1,204,203,200_.jpg

Il ne faut pas oublier qu’entretemps Trump a été élu, fantastique claque au système, et que la résistance au quarteron de comploteurs en retraite (Davos, Bilderbergs, Trilatérale, Bruxelles) s’est renforcée. Ils ne font donc pas ce qu’ils veulent ; et même si je trouve l’opinion publique très assoupie, elle offre aussi parfois par son inertie une résistance passive assez efficace : toute comédie aura assez duré.

Pour ce qui concerne le déclin du culte de la Covid en Amérique, on prendra ces observations qui valent leur poids en or. Je les ai trouvées sur le site de Ron Paul, écrite par un contributeur nommé Jordan Schachtel :

 « Comment l’administration Biden a-t-elle pu activer COVID Mania et désactiver le régime de sécurité pratiquement du jour au lendemain, après 15 mois d’une propagande impitoyable et d’une campagne de peur affirmant que l’Amérique était au milieu d’une pandémie perpétuelle de mort et de destruction sans fin? Heureusement pour Team Biden, la Maison Blanche actuelle bénéficie du privilège démocrate ou du privilège d’initié de DC. Et comme ils font partie du club des initiés, ils ont la capacité de contrôler et de manipuler les centres de pouvoir de DC à tout moment. Pour donner un sens à ce changement rapide et déroutant des événements, vous devez comprendre comment nos institutions à Washington, DC fonctionnent réellement. »

Virus-Outbreak-Britain-46-1607420296.jpg

C’est donc un retournement dû au Deep State ou plutôt (restons humbles) à l’administration américaine, qui est à fond démocrate (depuis Obama ou depuis Roosevelt – ou même Wilson ?). Jordan :

« Il est compréhensible pour le citoyen américain moyen d’avoir du mal à comprendre comment le CDC et d’autres institutions gouvernementales de santé sont passés de la projection d’un «sentiment de malheur imminent» à «votre santé est entre vos mains» en quelques jours. »

Il ajoute donc que ce culte de la Covid avait plusieurs objectifs :

« Maintenant, les individus quelque peu pondérés de l’administration Biden cherchent un moyen de sortir de COVID Mania depuis un certain temps. Si les prises de pouvoir liées à «la pandémie» ont aidé les responsables à accumuler le pouvoir (notamment les gouverneurs maniaques des États) et à mettre en place un régime de sécurité autoritaire, les politiques de pandémie ont également manifesté plusieurs crises. »

J’aurais ajouté : se débarrasser de Trump, première cible de cette crise lamentable. La haine qu’il a inspirée a accéléré la fin de leur monde.

Toutes les administrations, y compris en France, ont crû en pouvoir dans cette crise qui ne sert que l’étatisme, comme la lutte contre le terrorisme. Sur cette croissance du pouvoir lié à des crises fantasmées et à une logique intérieure et administrative, on relira Marx et son dix-huit brumaire.

Mais. Il y a un mais, car tout s’écroule avec ce raffut, l’Amérique et ses alliés en tête :

«  L’administration Biden fait face à d’innombrables bouleversements nationaux et internationaux, en plus d’une économie en déclin, parmi de nombreuses autres bulles et catastrophes imminentes. Ils avaient besoin d’un moyen de sortir le plus tôt possible humainement. COVID Mania a eu tellement d’effets résiduels qu’il a commencé à menacer l’intégrité de l’ensemble du système. Ils avaient besoin d’une stratégie de sortie, alors ils ont simplement affirmé leur privilège d’initié, mis de l’ordre les personnes nommées politiques et la bureaucratie fédérale. »

Trump était coincé pour sortir de cette crise où on l’avait entraîné (son instinct était bon, mais ses conseillers..., et quel malheur d’avoir un gendre !) :

« Donald Trump aurait-il pu réussir cela de la même manière? Je ne suis pas si sûr. Il est important de comprendre comment Washington fonctionne quand quelqu’un qui menace l’État administratif arrive en ville, par opposition à quelqu’un qui est soutenu par la bureaucratie fédérale. »

Jordan rappelle que les dés étaient pipés :

« La bureaucratie fédérale est extrêmement libérale et conformiste lorsqu’il s’agit de soutenir les centres de pouvoir à Washington. Lors des élections de 2016,  95%  des dons politiques sont allés à Hillary Clinton, qui, comme Joe Biden, est vraiment l’initié ultime de DC. Lorsqu’un initié de la Maison Blanche comme l’administration Biden est en charge de l’exécutif, la fonction publique agit en solidarité avec l’administration. Ils ne perçoivent pas à juste titre l’administration Biden comme une menace pour le système. Lorsqu’un étranger comme Donald Trump arrive en ville, la fonction publique se donne pour mission de rendre le travail de l’étranger aussi difficile que possible. « 

Et de conclure :

« L’équipe Biden a été en mesure de débrancher si rapidement COVID Mania parce qu’elle a la capacité de contrôler la bureaucratie fédérale, en plus d’avoir le soutien des courtiers en puissance de DC et d’une presse d’entreprise pom-pom girl. Team Biden est un bénéficiaire du privilège d’initié, et ils l’ont utilisé pour mettre fin à COVID Mania dans un instant. »

Tout cela montre que la crise sanitaire était un moyen en vue d’une fin, pas une réalité (sauf peut-être en Chine au début, et pour cause, les services secrets occidentaux ayant décidé de se débarrasser de ce concurrent par des moyens peu orthodoxes) ; moyen diabolique au service des Etats et des administrations pour renforcer un agenda intérieur (voyez le texte de Delepine sur la médecine comme trou noir) et extérieur.

Or là aussi, on a patiné dans la choucroute : la résistance des « complotistes », en marge de la soumission de la masse (« si quelques résistants… ») a été mondiale et formidable. On a vu que le Reset pointait, avec ce transhumanisme et la Prison pour tous. On s’en rapproche bien sûr mais on n’y est pas encore. Et comme le disait Matthew Ehret, il y a cent-quarante pays qui ne marchent pas dans cette combine.

La Covid a menacé nos libertés mais elle a aussi ébranlé le système néolibéral occidental. Ils ne sont pas plus sortis de l’auberge que nous, comme on va tous s’en rendre compte bientôt.

Pour paraphraser Shakespeare : il y a plus de merveilles dans ce monde, monsieur le transhumain, que sur votre écran d’ordinateur et dans toute votre informatique – arme d’ailleurs qui peut être retournée contre le système lui-même.

Sources :

Bonnal - Internet, nouvelle voie initiatique, Les Belles Lettres, Avatar.

http://ronpaulinstitute.org/archives/featured-articles/2021/may/19/how-team-biden-ended-covid-mania-overnight/

 

17:35 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, coronavirus, pandémie, états-unis | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 08 mai 2021

Coronavirus et Servitude Volontaire

71Pm+joKF7L.jpg

Café Noir N.22

Coronavirus et servitude volontaire

Avec Nicolas Bonnal

Café Noir – Un Autre Regard sur le Monde.
Émission du vendredi 7 mai 2021 avec Gilbert Dawed & Nicolas Bonnal.
 
 
RÉFÉRENCES
 
Si quelques Résistants… Coronavirus et Servitude Volontaire https://www.amazon.fr/quelques-resist...
 
Psychologie des foules et religion vaccinale Quelques citations du bon Dr Gustave Le Bon, dont les enseignements demeurent impeccables. https://voxnr.com/51315/psychologie-d...
 
LIVRES DE BONNAL CHEZ AVATAR EDITIONS
 
Louis Ferdinand Céline – La Colère et les Mots https://avatareditions.com/livre/loui...
Internet – La Nouvelle Voie Initiatique https://avatareditions.com/livre/inte...
Le Choc Macron – Fin des Libertés et Nouvelles Résistances https://avatareditions.com/livre/le-c... #cafenoiraef

mercredi, 31 mars 2021

« Safetycracy », le nouveau paradigme du pouvoir fondé sur la protection de la vie

9e322ab7f64c9e3a31ef3523cd46cb16f8627321fe85cc49c198d1370322a1a4.png

« Safetycracy », le nouveau paradigme du pouvoir fondé sur la protection de la vie

par Guido Salerno Aletta

Source : Milano Finanza & https://www.ariannaeditrice.it

La science, dans les domaines médical et biologique, devient un instrument de pouvoir. Un pouvoir qui peut devenir illimité et incontrôlable si l'urgence induite par la Covid-19 se poursuit.

Chaque homme est un untore, un "semeur de peste", en acte ou en puissance. Toute personne qui n'a pas encore été infectée devient un parasite par le simple fait d'approcher une personne ‘’séropositive’’, même si elle ne présente aucun symptôme de maladie. Même ceux qui ont déjà été guéris ne sont pas sauvés: ils peuvent encore être un agent de transmission du virus, et donc un ‘’non-traité’’, et peut-être même retomber malades.

C'est le syllogisme sur lequel repose la Safetycracy, le nouveau paradigme du pouvoir fondé sur la protection de la vie, sur l'utilisation instrumentale de la science dans le domaine médical et biologique d'une part et des outils technologiques de la connectivité et de l'intelligence artificielle d'autre part.

La pandémie du coronavirus a déjà provoqué un choc socio-économique mondial bien plus profond que n'importe quelle guerre conventionnelle, avec des milliards de personnes confinées pendant des semaines à l'intérieur de leurs maisons, la vie tissée de relations interpersonnelles a été proprement annulée, l'activité productive réduite au minimum. Les gouvernements imposent le confinement, ou la distanciation sociale, pour empêcher la propagation de la contagion: le port d'un masque pour couvrir le nez et la bouche, pour se protéger et protéger, pourrait devenir une règle sanitaire imposée à tous.

Mais ce n'est là qu'un épiphénomène: nous sommes entrés dans une nouvelle ère, dans laquelle le pouvoir se justifie et se légitime d'une nouvelle manière. Il n'y a plus de démocratie directe ou représentative, ni de libertés individuelles capables de prévaloir sur la protection de la santé dont les gouvernements se sont proclamés les garants absolus, se protégeant derrière une nouvelle caste de mandarins.

reconfinement-france-seloger.jpg

La science, dans le domaine médical et biologique, devient un instrument de pouvoir. Elle perd sa fonction essentielle, celle d’être libératrice de l'angoisse de la mort pour prendre une fonction servile, ambivalente : ses relations avec le pouvoir politique renforcent en même temps ses répercussions économiques dans le domaine pharmaceutique. Au-delà des incertitudes sur l'évolution de l'épidémie, sur la mutation du virus dans le temps et sur la capacité des hommes à développer des anticorps capables de réagir à ses mutations, nous sommes déjà confrontés à trois étapes marquantes.

Premier point. Les mesures d'enfermement prises par les gouvernements de manière impérative, déterminant l'état d'exception et le réglementant, visent à sauvegarder la "vie nue" des hommes. Giorgio Agamben est intervenu sur ce point, avec un article très dur, intitulé L'état d'exception provoqué par une urgence injustifiée. Les mesures d'enfermement et d'éloignement réduisent l'essence même de l'homme, exerçant un pouvoir sans précédent puisqu'elles le dépouillent de son essence sociale. En fait, ils sacrifient la "vie pleine" qui distingue les êtres humains des autres animaux : une "vie pleine" qui va bien au-delà de l'activité économique. En ce sens, le débat sur les conséquences négatives qui découleraient de ces confinements vus comme des remèdes, et pour lesquels "le remède serait pire que le mal", apparaît également réducteur: la suspension de la production pourrait en effet entraîner encore plus de morts, par famine, que l'épidémie elle-même. Nous sommes confrontés à un banal exercice d'équilibrisme, entre la protection de la santé et les intérêts économiques, qui ne voit, une fois de plus, comme seul critère que la simple survie de l'homme. La mort contre la mort, et non la "pleine vie" contre la "vie nue".

Il y a plus: le pouvoir politique, qui se légitime donc actuellement par un confinement social visant à protéger la santé, exige par ailleurs une acquisition impressionnante de données sur les citoyens: tous les comportements habituels et naturels, et même la condition physique de chacun, sont analysés et mis en relation, depuis les contacts étroits avec d'autres personnes jusqu’aux déplacements, jusqu'aux relevés biométriques, tout est transformé en informations. Ces éléments sont posés comme importants pour la protection de l'individu et de la communauté: cela justifie et constitue le fondement de la Safetycracy. La vie même des êtres humains devient ainsi un contenu informationnel, et pas seulement leurs préférences en termes de consommation enregistrées lors de leurs achats ou leurs tendances récurrentes, dont le suivi s’effectue automatiquement grâce aux connexions aux sites d'information et aux réseaux sociaux.

imageruesvides.jpg

Le contrôle social ne se fait plus de manière médiate, par les convictions acquises car découlant des messages diffusés par la presse, la publicité ou les réseaux viraux: le comportement humain devient en soi un message, un contenu. La protection de la santé en est la justification contingente: l'attestation sur papier qui doit justifier tout déplacement, même anodin, a déjà été remplacée dans de nombreux cas par une plateforme numérique d'autorisation, de vérification et de contrôle.

Il y a ensuite un deuxième aspect, instrumental, totalement technologique, dont les polarités sont représentées d'une part par l'IOT (Internet of things) et d'autre part par l'AI (Artificial intelligence). L'’’Internet des objets’’, soutenu par la technologie 5G, bouleverse les métriques traditionnelles des télécommunications mobiles et personnelles, qui se sont concentrées pendant des années sur l'expansion de la capacité de transmission des données dans l'unité de temps, le passage de la voix aux images animées et l'augmentation de l'interactivité en termes de symétrie entre la vitesse de chargement et la vitesse de téléchargement. Or, avec l'IOT, il s'agit de connecter de manière asymétrique des millions d'émetteurs radio qui envoient en continu des contenus informationnels de très faible poids en termes de bits. Ce sont des capteurs de mouvement, de contact, de température ou d'autres gradients qui alimentent les bases de données sur lesquelles s'effectuent les élaborations d'intelligence artificielle. Il en résulte des mesures instantanées, c'est-à-dire des traces temporelles qui peuvent être soumises à différents niveaux de stratification. On peut s'attarder sur le comportement de l'individu et sur ses relations, ou élargir le champ d'observation aux territoires et aux clusters. L'intersection de ces données avec les données épidémiologiques constituera la grille invisible qui légitimera les décisions du pouvoir politique fondées sur la Safetycracy.

0603056012405-web-tete.jpg

Les informations diffusées quotidiennement sont symptomatiques de leur instrumentalisation à des fins de gestion politique de l'épidémie et non de compréhension du phénomène: rien ne peut être déduit des flux entrants et sortants, avec les nouvelles infections d'une part, les guérisons et les décès d'autre part, ni du nombre d'hospitalisations et d'admissions dans les unités de soins intensifs. On ne sait pas si les gens sortent guéris des unités de soins intensifs, et dans quel pourcentage ; ou si ceux qui sont guéris, cessant d'être positifs, sont principalement ceux qui, ayant des symptômes légers, sont restés chez eux en quarantaine assistée. La possession de données élémentaires est à nouveau un instrument de pouvoir.

Il existe un troisième aspect, crucial pour la transformation socio-politique en cours. La technocratie médicale, bigarrée entre épidémiologistes, infectiologues, virologues et hygiénistes, remplace celle des experts économiques et financiers. Ces dernières années, ce sont les économistes qui ont servi d'appui ou de contrepoids à la politique, en prescrivant ce qui est faisable ou non: ils considèrent le marché comme un sujet collectif capable d'agir et de réagir selon la logique d'interaction entre les réglementations et les comportements qui en découlent. L'économie, en revanche, étudie les meilleures combinaisons possibles entre les facteurs de production, en supposant que la terre, le capital et le travail sont naturellement et relativement rares. C'est à la politique de gérer les processus de distribution afin d'assurer un minimum de stabilité et d'acceptation sociale.

5edfa2e0074b7_li_m_contr_les_gendarmerie_bergue-00_00_05_16-4724134.jpg

Dans le cas de l'épidémie actuelle, nous avons affaire à un phénomène naturel dont il faut contrer les effets négatifs sur l'homme. En l'absence de vaccins ou de traitements médicaux adéquats, le pouvoir politique s'attaque au comportement humain, impose l'isolement et la distanciation sociale. La réduction des contacts entre les hommes, qui implique la suspension d'une série d'activités économiques, n'a donc rien de médical, en termes de traitement de la maladie: elle n'est que préventive, pour réduire les contagions et l'encombrement des structures hospitalières.

Nous sommes dans une phase de transition sombre: les gouvernements tentent de faire porter la responsabilité de leurs choix à la nouvelle technocratie de la santé. La mise en cause des relations sociales semble être la seule solution normative disponible, même en perspective: le sacrifice de la "vie pleine" récompense déjà celui de la "vie nue". La prochaine "vie pleine", au lieu d'être fondée sur l'autonomie des comportements et des relations humaines, garantie par deux siècles de constitutions libérales, sera dépouillée, contrôlée et gérée au moyen de réseaux de données et de l'analyse continue de nos comportements. C'est une "non-vie": l'humanité, infantilisée et déficiente, doit être protégée d'elle-même.

La logique du contrôle social par la biopolitique arrive ainsi à son terme: l'homme doit de toute façon être surveillé, car la présence de virus rend son comportement potentiellement dangereux pour lui-même et ses voisins.

Établir ce qui est légal a toujours été le fondement du pouvoir. Refuser le contrôle de son propre comportement et de ses relations sociales, en principe naturelles, devient en soi une infraction, la cause de la sanction: la "vie pleine", libre, sera dorénavant une utopie. Tous les hommes, les scientifiques en premier, sont face à une croisée des chemins: continuer à se battre pour se libérer de la souffrance et de l'obsession de la mort, ou devenir soumis et instrument du pouvoir.

Derrière cette épidémie se cache l'échec de la financiarisation de l'économie et d'une décennie de politiques monétaires qui ont vainement tenté de contrecarrer le caractère insoutenable des distorsions et des déséquilibres sous-jacents.

Dans la peste d'aujourd'hui, nous sommes tous coupables, tous « semeurs de peste » (untori). Une puissance illimitée et incontrôlable s'est placée devant nous pour protéger la "vie nue", la seule et simple survie animale : c'est elle, la Safetycracy. Heureusement, dans l'Histoire, les révolutions sont toujours au coin de la rue.

samedi, 27 mars 2021

Les États-Unis et leurs partenaires des Five Eyes, utilisent la « persuasion », le sabotage et la désinformation pour obtenir la suprématie en matière de vaccins

7APG473TCVEPPCZ2ETOLJZ7IAE.jpg

Les États-Unis et leurs partenaires des Five Eyes, utilisent la « persuasion », le sabotage et la désinformation pour obtenir la suprématie en matière de vaccins


Par Moon of Alabama

Ex: https://lesakerfrancophone.fr/

Les États-Unis et certains de leurs alliés s’efforcent de dénigrer le vaccin russe Sputnik V et de promouvoir les vaccins à ARNm, plus coûteux et produits par des sociétés « occidentales ».

En novembre dernier, nous avions prévenu que la concurrence entre les vaccins serait impitoyable :

Les vaccins à ARNm vantés par les médias américains sont tout simplement 
trop chers pour être utilisés dans le monde entier. Si nous voulons limiter
les effets mondiaux de la pandémie de SRAS-CoV-2, nous devrons utiliser les
vaccins à vecteur, moins chers. Le fait que le vaccin AstraZeneka ait été immédiatement attaqué dans les
médias américains par un auteur non qualifié citant une banque d'investissement
et Antony Fauci, le promoteur des industries pharmaceutiques américain (Remdesivir !),
est assez suspect. Pfizer et Moderna espèrent gagner des milliards de dollars
avec leurs vaccins. Ils utiliseront tous les moyens possibles pour vaincre
toute concurrence potentielle.

Vladimir Poutine, le président de la Russie, a récemment fait remarquer que des pratiques de concurrence déloyale sont utilisées pour empêcher certains vaccins de parvenir aux nations qui en ont un besoin urgent :

Les producteurs se disputent le marché mondial des vaccins, qui représente 
un marché de 100 milliards de dollars, a déclaré jeudi le président russe
Vladimir Poutine. Certains producteurs se livrent une concurrence déloyale, vendent un petit
lot de vaccins à un prix inférieur à condition d'être le fournisseur exclusif,
a déclaré M. Poutine, qui s'exprimait lors d'une réunion vidéo sur les mesures
visant à stimuler l'activité d'investissement à Moscou. "Nous voyons comment les concurrents se comportent sur le marché mondial des
vaccins, qui est évalué à 100 milliards de dollars. Ils viennent, vendent
un petit lot de leur vaccin à un prix réduit, à la condition que tout le
reste ne soit acheté qu'auprès de ce producteur"
, a-t-il déclaré.

2020-08-28T162048Z_1_LYNXMPEG7R1D0_RTROPTP_4_HEALTH-CORONAVIRUS-INDIA-SERUM-1600x1078.jpg

Sans que cela n’étonne personne, le gouvernement américain est directement impliqué dans ces manipulations. Comme l’a constaté Brazil Wire :

Le département américain de la santé et des services sociaux a récemment publié 
son rapport annuel pour 2020. "2020 a été l'une des années les plus difficiles de l'histoire de notre pays
et de l'histoire du département de la santé et des services sociaux"
, a déclaré

l'ancien secrétaire américain à la santé et aux services sociaux, Alex Azar,
en présentant le rapport. "La fin de la pandémie est en vue", poursuit-il, "avec la livraison de vaccins
sûrs et efficaces grâce à l'opération Warp Speed"
. En page 48, le rapport révèle la manière choquante dont les Etats-Unis ont
fait pression sur le Brésil pour qu'il rejette le vaccin russe Sputnik V.

Le rapport annuel du HHS est ici. À la page 5, il est écrit :

Développer une stratégie pour soutenir l'accès mondial aux vaccins : L'Office 
of Global Affairs (OGA) de HHS a dirigé le développement d'une stratégie
inter-agences, coordonnée par le Conseil de sécurité nationale, pour fournir
un accès international aux vaccins COVID-19 une fois les besoins nationaux satisfaits.

« Une fois les besoins nationaux satisfaits » n’est certainement pas une stratégie altruiste ni même une stratégie de priorisation raisonnable dont on peut être fier. Un effort raisonnable pour sauver des vies et mettre fin à la pandémie donnerait la priorité aux groupes à risque dans tous les pays de la planète avant d’inoculer des personnes chez elles qui présentent peu de risques de complications graves liées au Covid-19.

À la page 47, le rapport du HHS indique que les États-Unis coordonnent avec leurs partenaires en espionnage des Five Eyes la diffusion de messages sur les vaccins :

Combattre l'hésitation à l'égard des vaccins au niveau mondial : L'OGA dirige un groupe 
venant des pays dit des Five Eyes (Royaume-Uni, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande
et États-Unis) sur la confiance dans les vaccins, en alignant les efforts de nos
nations et en partageant les meilleures pratiques pour améliorer les messages de
confiance dans les vaccins au niveau mondial.

522856-0581b466-fb78-11e3-8184-7d8b4f4697c9.jpg

Une page plus loin, nous apprenons ce qu’implique une telle communication :

Combattre [sic !] les influences malveillantes dans les Amériques : L'OGA a utilisé 
les relations diplomatiques dans la région des Amériques pour ralentir les efforts
de certains États, notamment Cuba, le Venezuela et la Russie, qui s'efforcent
d'accroître leur influence dans la région au détriment de la sûreté et de la
sécurité des États-Unis. L'OGA s’est coordonné avec d'autres agences du
gouvernement américain pour renforcer ses liens diplomatiques et offrir
une assistance technique et humanitaire afin de dissuader les pays de la
région d'accepter l'aide de ces États mal intentionnés. Les exemples incluent
l'utilisation du bureau de l'attaché sanitaire de l'OGA pour persuader le Brésil
de rejeter le vaccin russe COVID-19, et l'offre d'une assistance technique du
CDC pour éviter que le Panama accepte une offre faite par les médecins cubains
.

« Persuader le Brésil de rejeter le vaccin russe COVID-19 » est, pour faire simple, un comportement criminel qui a des conséquences quasi génocidaires. Le Brésil est actuellement submergé par une variante plus infectieuse du virus SRAS-CoV-2 et ses institutions médicales sont au bord de la rupture :

"On a l'impression de mettre un pansement sur une blessure par balle", a déclaré 
Eduarda Santa Rosa Barata, une infectiologue de 31 ans qui travaille dans trois
unités de soins intensifs dans la capitale du nord-est de l'État de Pernambuco,
qui sont toutes débordées. "Nous sommes engagés dans la réduction des dommages...
On installe de nouveaux lits et ils se remplissent immédiatement".
 

image_processing20210225-1558-90owgh.jpeg

Quelques jours plus tôt, Barata avait admis un homme de 37 ans qui ne présentait 
aucune pathologie sous-jacente mais dont les poumons étaient si endommagés qu'il
devait être intubé. "Cela semble tellement aléatoire", dit-elle. "C'est une
maladie bizarre. C'est effrayant."
... "Avant la fin 2020, vous aviez une famille dont un membre serait infecté
mais pas les trois ou quatre autres membres, même s'ils vivaient dans le
même environnement. On ne voit plus cela aujourd'hui. S'il y a un cas confirmé,
tout le monde finit par être infecté par le virus"
, a-t-il déclaré. "Il est
évident que cette nouvelle variante circule désormais parmi nous"
.

Le Panama qui, sous la pression des États-Unis, a rejeté l’offre d’aide médicale de Cuba, a l’un des taux de mortalité les plus élevés de Covid-19. C’est une des raisons pour lesquelles son économie a diminué de 18%.

Le rapport du HHS parle également de la Bolivie :

Ouvrir la Bolivie à la diplomatie de la santé : Après des décennies de silence 
entre les États-Unis et la Bolivie, l'OGA a rétabli des relations diplomatiques
en matière de santé avec le ministère de la Santé de Bolivie à la suite des
élections nationales. Ce réengagement permet aux États-Unis de renforcer leurs liens dans la région, ce qui est important pour leur influence dans les forums régionaux et multilatéraux, notamment l'Organisation panaméricaine de la santé.

Ce qui s’est passé « à la suite d’élections nationales » en Bolivie fut un coup d’État fasciste qui a engendré répression et tyrannie. Les États-Unis ont utilisé leur coopération avec les putschistes pour influencer d’autres organisations.

Pendant ce temps, les États-Unis affirment également, à tort, que la Russie diffuse de la désinformation sur les vaccins, suite à un article du Wall Street Journal écrit par des fonctionnaires américains dans lequel ils affirment, sans preuve, que la Russie sème la peur au sujet des vaccins à ARNm :

Dimanche, le Wall Street Journal rapportait que quatre publications, toutes 
servant de façade aux services de renseignement russes, ont pris pour cible
les vaccins COVID-19 produits par les pays occidentaux, avec une couverture
trompeuse qui exagère le risque d'effets secondaires et soulève des questions
quant à leur efficacité. Le département d'État a confirmé ce rapport lundi, en indiquant que les
responsables américains avaient identifié quatre plateformes en ligne russes
qui diffusaient des informations erronées sur les vaccins COVID-19.

Cependant, le paragraphe 21 de l’article original du WSJ, co-écrit par Michael Gordon, propagandiste des ADM en Irak, reconnait que :

Dans chaque cas, les médias russes répétaient des informations réelles…

Les « médias russes » n’ont fait que répéter les informations que les agences de presse « occidentales » diffusaient. Il est cependant agréable de voir que l’on reconnaît qu’il s’agit souvent de désinformation.

The-Royal-United-Services-Institute-for-Defence-and-Security-Studies-RUSI.jpg

Certains signes indiquent que les États-Unis se coordonnent avec leurs partenaires en espionnage pour dénigrer le très efficace vaccin Sputnik V. Le Royal United Services Institute (RUSI) britannique a récemment publié un commentaire qui met en garde contre le gain de puissance de la Russie grâce à la diplomatie du vaccin, notamment en Amérique du Sud :

L’intrusion rapide de Sputnik V sur de nouveaux marchés en Amérique latine pourrait 
en effet avoir des implications à plus long terme dans une région qui a
traditionnellement été l'arrière-cour des États-Unis. L'Argentine a reçu
avec gratitude plus d'un demi-million de doses en janvier. Elle a en quelque
sorte servi d'ambassade pour Sputnik V ; selon les informations disponibles,
les délégations argentines qui se sont rendues à Moscou fin 2020 ont traduit
des quantités de détails en espagnol et les ont communiqués à la Bolivie,
au Pérou, au Mexique, à l'Uruguay et au Chili pour accélérer leur prise de
décision. Le premier lot pour la Bolivie est arrivé à la fin du mois de janvier.
À la mi-février, le Mexique a reçu ses 200 000 premières doses. À la mi-mars,
le Brésil et le Pérou semblaient sur le point de conclure leurs accords respectifs.

S’ensuivent des réflexions sur les cibles potentielles de sabotage :

Plusieurs facteurs pourraient faire en sorte que le rebond actuel de Sputnik V 
soit de courte durée. L'incapacité à fournir des approvisionnements rapides
est un facteur immédiat. La Russie a reconnu sa pénurie de production, ce qui
soulève des doutes quant à sa capacité à honorer ses engagements en matière de
vaccins. Elle est tributaire du respect des bonnes pratiques de fabrication
par des usines comme celles du Brésil, de l'Inde et de la Corée du Sud, ainsi
que de la réalisation rapide et à grande échelle de la promesse de Moscou de
fournir rapidement des centaines de millions de flacons de qualité.

L’article se termine par un appel à l’action de mauvais augure :

La science biomédicale de Spoutnik V pourrait bien être véritablement la bienvenue 
dans le monde entier, une fois que toutes les données seront disponibles et auront
fait l'objet d'un examen approprié. Mais les ramifications politiques correspondantes
d'une influence russe plus profonde et plus large dans le monde pourraient ne pas
être aussi bénéfiques. Le Royaume-Uni et les États-Unis ne doivent pas être aveugles
face à l'ampleur de la diplomatie vaccinale russe déjà en cours.

000_8zq8hq_1.jpg

Les efforts déployés par les États-Unis pour empêcher la distribution du vaccin russe ont échoué en Argentine, où le président Alberto Fernández a mené une action précoce et fructueuse pour introduire le vaccin russe :

Face au scepticisme du public, Buenos Aires a envoyé des missions à Moscou en 
octobre et décembre 2020 pour examiner les données de l'essai de la phase 3
du vaccin. Un collaborateur du président argentin a déclaré que la délégation avait traduit
en espagnol des centaines de pages d'informations sur le vaccin - nécessaires à
l'approbation - qu'elle a ensuite partagées avec d'autres gouvernements de la
région, notamment la Bolivie, le Pérou, le Mexique, l'Uruguay et le Chili. C'est ainsi qu'un jour avant la publication des résultats de la phase 3, des
camions de vaccins Sputnik V circulaient déjà dans les campagnes boliviennes.
La photo d'une livraison dans un camion frigorifié drapé d'un drapeau bolivien -
une solution créative (et approuvée par le ministère de la santé) pour répondre
aux exigences en matière de stockage au froid - est devenue virale. L'Argentine
a commencé à vacciner avec Sputnik en décembre dernier, tandis que le Mexique
a annoncé l'achat de 24 millions de doses de Sputnik le 25 janvier.

Les efforts des États-Unis pour dissuader les pays d’acquérir Sputnik V n’ont pas été pleinement couronnés de succès. Cela nécessite à nouveau de lancer une campagne de propagande pour dénigrer Sputnik V partout où il est distribué :

Maxim A. Suchkov @m_suchkov - 15:35 UTC – 13 Mars 2021

1. #Poutine : "Le marché mondial des vaccins #COVID19 vaut 100 milliards de 
dollars. Nous voyons comment les concurrents de nos producteurs se comportent :
ils entrent dans un pays [qui a besoin de vaccins], vendent un petit lot de vaccins
à un prix réduit, mais conditionnent la vente à ce que...
2. " ...le pays n'achètera ce vaccin qu'auprès de ce producteur à l'avenir ".

Il y a donc bien une véritable lutte pour les marchés. 3. 100 milliards de dollars, c'est un gros marché. #La Russie réalise plus de
15 milliards de dollars sur les ventes d'armes (des statistiques non officielles
font état de 55 milliards de dollars), environ 25 milliards de dollars sur les
ventes de produits agricoles, environ le même montant sur les ventes de gaz
(mais cela dépend de l'approvisionnement), le pétrole et les produits pétroliers
représentent un peu plus de 100 milliards de dollars. 4. Tout d'un coup, il y a ce marché énorme et il y a une lutte acharnée pour
le conquérir. @dimsmirnov175 cite une "source anonyme au #Kremlin" qui a déclaré
que les services de renseignement russes sont conscients que leurs homologues
étrangers cherchent à lancer une guerre d'information massive contre
la #Russie/ses vaccins. 5.La source aurait déclaré que de nombreux rapports seront bientôt publiés

sur l'inefficacité des vaccins #Russes et qu'ils seraient même dangereux
pour la santé. Des "cas mis en scène de pertes massives de vies humaines
après l'utilisation de Sputnik V seront propagés via @USAID, @georgesoros
@thomsonreuters"
. 6. Le public cible de cette campagne sera celui des pays européens qui

ont enregistré #SputnikV pour leur utilisation d'urgence - #Hongrie, #Slovaquie,
#Monténégro, #SanMarino et N.#Macédoine. 7. Parallèlement, les États-Unis et leurs alliés, selon la "source du
Kremlin", publieraient des "enquêtes" sur "l'incompétence des spécialistes
russes et nationaux de la vaccination et de l'immunologie afin d'empêcher
leur certification par l'OMS et d'autres organismes compétents, ce qui
ferait baisser la demande de vaccins russes dans d'autres pays"
. 8. "La source #Kremlin" ajoute que les #US "promeuvent agressivement
@pfizer, s'assurent que les États-Unis soient dispensés non seulement du
paiement d’une potentielle compensation pour les citoyens en cas de
procès pour effets secondaires, mais aussi de la responsabilité en cas de
négligence de la part du fabricant"
9. #SputnikV est désormais le deuxième produit le plus demandé au monde,

plus de 50 pays ayant autorisé son utilisation. La lutte pour les marchés
en #Europe, #Amérique latine, #Afrique et #Asie s'intensifiera encore
lorsque nous apprendrons [très probablement] que la vaccination n'est
pas une opération ponctuelle mais une routine saisonnière/FIN PS. Ce tableau est révélateur des astuces que l'on peut utiliser : #La
chaîne russe #SputnikV a franchi toutes les étapes, mais les concepteurs
du graphique (1) l'ont placé en bas, (2) n'ont pas utilisé le nom de son
produit, (3) l'ont marqué d'un astérisque (*), mettant en doute son efficacité,
comme si ABC avait "vérifié les autres de manière indépendante".

vaccinscovid.jpg

Source : ABCnewsAgrandir

Les graphiques ci-dessus ne sont qu’un exemple des manipulations médiatiques à l’appui de la « diplomatie » occidentale en matière de vaccins. Il ne s’agit pas seulement d’arrogance :

La réaction de l'Occident n'a pas été exactement objective en août 2020 lorsque 
la Russie a présenté le premier vaccin anti-corona au monde. Des mots comme
"merde vaccinale de Moscou", "méchante propagande pour le vaccin", et des
accusations de "manipulations maladroites" d'une "expérience à haut risque
sur les humains"
. La méfiance, la malveillance et la suspicion furent faciles.

Un journal a plaisanté en disant que Spoutnik V était efficace non seulement
contre le virus, mais aussi contre "l'homosexualité ainsi que l'épilepsie et
l'urticaire"
.

Les Five Eyes, leurs agences de renseignement et leurs amis, tirent sur toutes les ficelles possibles pour gagner les marchés pour leurs vaccins. Le report continu de l’autorisation officielle de l’UE à Sputnik V fait évidemment partie de ce plan de sabotage.

Le fait que ces efforts éloignent les gens d’autres bons vaccins disponibles et que cela coûtera inévitablement la vie à un certain nombre d’entre eux est considéré comme un prix raisonnable pour obtenir la suprématie dans le domaine des vaccins.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

00:12 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, five eyes, états-unis, pandémie, coronavirus, vaccins | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 15 mars 2021

La biocratie pendant la pandémie sans fin

covid-illustration.jpg

La biocratie pendant la pandémie sans fin

SOURCE : http://www.ilpensieroforte.it/dibattiti/4573-biocrazia-de...

Par Lorenzo Maria Pacini

Je suis désolé de devoir décevoir les pacifistes et les bien-pensants, les #willallbeallgood et les apologistes du c***d : nous sommes en guerre, et ce depuis longtemps. L'asymétrie avec laquelle les scénarios de guerre ont été redéfinis au XXIe siècle n'est plus celle des champs de bataille avec des canons, des chars et des avions, ni celle de l'espionnage entre l'Est et l'Ouest à la recherche de la pièce où se trouve le bouton rouge pour faire sauter quelques ogives nucléaires ; ces choses existent toujours, bien sûr, mais elles ont été incorporées dans la stratégie (pas si nouvelle) de la guerre sans fin qui utilise l'infodémie, le numérique et les technologies pour établir de nouveaux scénarios et différents paradigmes, en constante évolution et expansion.

En 1991, le CERN à Genève a publié le premier site web. En 2016, le Pentagone a reconnu le cyberespace comme un nouveau domaine de guerre, le cinquième après la terre, la mer, l'air et l'espace. Exactement 30 ans avant, pas après, en 1986, Ulrich Beck a prédit une lutte pour l'infosphère en écrivant cette phrase : "Dans la mesure où la localisation de la production s'épuise et s'effiloche, l'information devient le moyen central qui rend possible la connexion et la cohérence de l'unité de production. Le problème est donc de savoir qui, comment, par quels moyens, dans quel ordre, reçoit des informations sur qui, sur quoi et dans quel but. Il n'est pas difficile de prévoir que dans les conflits organisationnels de l'avenir, ces luttes de pouvoir sur le coefficient de distribution et de diffusion des flux d'information deviendront une source importante de conflits"[1]. Aujourd'hui, ces mots sont devenus réalité, plus que nous ne le pensons. Le développement de la techné en tant que nomos unique, hétéro-dirigé par le système libéral-capitaliste, paradigme consacré de la politique et de la vie sociale, nous a inévitablement projetés dans une dimension de transition, cette vraie transition qui est numérique mais ne l’est pas seulement ; elle est si inévitable que la roue du moulin a démarré à toute vitesse et ne montre aucun signe d'arrêt imminent. Pendant des années, nous avons été soigneusement éduqués à mesurer nos vies avec des critères numériques, des critères d'information et d'hyper-communication, dans la recherche compulsive du "like" du moment, entre une nouvelle application et le dernier modèle de smartphone, tandis que nous cliquions pour accepter les termes du contrat sur chaque page web sans jamais en avoir lu le contenu, dans une vente obsessionnelle d'images et de données parce que c'est comme ça et qu'on ne peut pas ne pas le faire si tout le monde le fait, abattant même le dernier mur de la dimension spirituelle, dont le culte a été mis en cage dans les minutes d'une émission en ligne en direct.

fairphone-3-blog-en~2020-03-05-09-10-10~cache.jpg

Nous sommes tous d'accord pour dire qu'il est impossible de ne pas communiquer, que le marché change et que nous sommes des marchandises, passant de la stratégie de l'entreprise qui offre le produit pour les masses sur une vitrine, à l'algorithme qui envoie des informations calibrées sur les goûts de l'utilisateur individuel, pour ensuite livrer le produit directement à sa porte ; il est vrai aussi que maintenant tout le monde aime s'envoyer des messages sur les réseaux sociaux, pour montrer ce que l'on fait, pour collecter des approbations et des followers pour compenser la profonde solitude du nihilisme post-moderne, en amplifiant l'émotivité jusqu'à l'exaspération parce qu'aveugle et sourd devant un outil comme le smartphone qui ne communique pas l'être mais seulement des chiffres mis en rang ; le problème est que très peu ont compris que tout cela n'est rien d'autre qu'une nouvelle dimension de la guerre, et que nous ne sommes pas seulement les cibles mais aussi les armes.

Essayez un instant d'envisager le scénario suivant : les plateformes d'info-communication sont des camps d'entraînement, où nous sommes constamment remplis d'informations sur la façon dont le monde évolue selon un récit précis, au niveau politique, économique, social ; nous sommes entraînés à trouver des informations sur d'autres personnes ou produits, en explorant le web et en entrant en contact avec d'autres utilisateurs ; nous effectuons des achats et des ventes en déplaçant les poteaux indicateurs du marché, selon les modes induites et les besoins présumés qui nous font percevoir comme rigoureux et essentiels pour suivre une dimension en mutation fluide ; on nous montre des modèles idéaux, de la nourriture, du travail, du sport ; on nous pousse à croire à des choses vraies et fausses, comme des cobayes dans des laboratoires d'expérimentation psychométrique et sociologique, recevant kilo après kilo d'expériences à digérer émotionnellement et socialement ; on nous fait aussi écouter de la musique, quand elle est mélodique, quand elle est rythmée, quand elle est faite de discours de chefs de service passant en revue des troupes, nous rappelant que le subliminal est 95% de la personne humaine. Dans une telle configuration, il faut se demander : sommes-nous vraiment libres ?

3ef9edb5-fairphone-3-une-mise-a-jour-legere-du-mobile-eco-responsable_png__w1280.jpg

L'ingénierie sociale que les théoriciens du XIXe siècle ont minutieusement décrite dans leurs traités sur les doctrines politiques et sociales a été superbement appliquée par les experts en la matière. Nous sommes arrivés à une guerre à la manière de l'homo homini lupus, où pour déstabiliser un peuple, une nation ou un gouvernement, il n'y a plus besoin de raids et de coups d'État, mais simplement de subversion sociale, de terrorisme médiatique, de fausses informations, de pilotage des élections par le piratage électronique, par exemple. Il suffit de modeler l'esprit des masses dans une certaine direction et selon des modèles précis pour changer le monde. Une seule donnée, une simple information, a le pouvoir de changer un grand nombre de personnes.

Les années 2020 et 2021 sont par excellence la contre-épreuve de ce système complexe. La dictature sanitaire en marche, prédite depuis des années et des années par les dirigeants des grandes entreprises informatiques, de l'industrie pharmaceutique et des gouvernements de certains États passionnés par l'exportation de la démocratie, qui nous ont offert des milliers de pages de livres, d'interviews et de conférences où ils ont notifié leurs intentions avec une précision magistrale : tout cela n'est rien d'autre qu'une biocratie, ou plutôt une forme de gouvernement basée sur la vie, ou plutôt sur le contrôle de celle-ci. La vie qui, rappelons-le, n'est pas une valeur absolue car nous la perdons tous tôt ou tard, mais qui, dramatiquement, est désormais érigée en seule valeur à partir du moment où l'homme a été matériellement massifié et privé de transcendance, pour être réduit, un parmi d'autres, à être un produit du marché à calculer selon les mécanismes du profit et de la rentabilité. Mais c'est précisément sur la vie que nous avons été trompés par la terreur de la mort, le dernier démon contradictoirement exorcisé d'abord par la recherche spasmodique de formes de survie et de prolongation de la vie, puis invoqué par l'offre de mort aux enfants dans le ventre de leur mère et aux personnes âgées arrivées à leurs derniers jours, mais aussi par la promotion d'une culture de l'auto-anéantissement avec les drogues, la violence, l'impossibilité de construire un avenir.

B9725646211Z.1_20201226180451_000+GIVHAAN8J.1-0.png

La pandémie du virus C***d est arrivée au bon moment, réalisant les prophéties de ces mêmes philanthropes immédiatement prêts à nous fournir la solution. Un stratagème dramatique, qui a coûté la vie à de nombreuses personnes, mais au bout du compte, pour le système, il s'agit d'une question de chiffres sur les plans d'affaires des entreprises et sur les comptes de pension de l'État ; ces ‘’chiffres’’ ne sont certainement pas des êtres dotés d'une dignité ontologique unique et non reproductible, et surtout inviolable. Au nom de la peur de mourir, ils nous ont forcés à ne pas vivre, et nous les avons laissés faire en bons écoliers trempés dans l'in-formation qui nous a donné la bonne forme pour recevoir un contenu fait de vide spirituel et d'identités fluides. Une pandémie qui, semble-t-il, ne semble jamais se terminer, au contraire elle trouve continuellement la raison politique ou économique pour revenir d'un moment à l'autre, tandis que des restrictions de plus en plus sévères nous sont imposées ; la pauvreté augmente, le désespoir se répand mais l'important est d'honorer le dieu Science, qui à travers ses prêtres Experts des CTS ou des Ministères de compétence prêchent l'évangile de Saint Virus selon les Médias, nous rappelant la nécessité de réparer nos terribles péchés que sont la socialité, la santé, les droits, la démocratie, la liberté, afin de pouvoir accéder au sacrement du Vaccin, instrument de l'insondable miséricorde du Gouvernement. Et ça ne s'arrête pas là. Beaucoup vont mourir de faim, et pas seulement ça, mais au moins ils auront un masque.

La biocratie de la pandémie sans fin est une réalité. La guerre est en cours et nous sommes ses troupes et ses cibles. La politique est un instrument de transformation et de privation du bien commun, et non plus son exercice et sa défense. Rien n'est sur le point de s'arrêter, car nous sommes dans une nouvelle normalité si évidente que même les descriptions littéraire ou cinématographiques de réalités dystopiques doivent céder devant ce nouveau réel et observer avec étonnement le chef-d'œuvre de l'ingéniosité humaine.

Nous sommes appelés à répondre à ce grand formatage par un grand réveil collectif, une prise de conscience qui conduit à une transmutation de la conscience et de notre mode de vie. La tâche de chacun d'entre nous est d'être un changement concret, donnant lieu à une redéfinition de la dynamique du pouvoir, qui appartient au peuple, et des structures de la politique, en vue de surmonter les formes précédentes qui ont échoué. Non pas un retour en arrière, à la vie d'avant, mais un dépassement, le dépassement de la mémoire nietzschéenne qui est une transformation vers une nouvelle dimension. Les processus déclenchés doivent suivre leur cours, dramatique d'un certain point de vue, mais nécessaire pour discerner ceux qui auront vraiment le courage de construire un monde nouveau et différent, dans cette nouvelle ère qui nous appartient déjà.

Lorenzo Maria Pacini.

Note :

[1] U. Beck, La société du risque. Vers une seconde modernité, Carocci Editore, 2005, p. 301.

00:20 Publié dans Actualité, Définitions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, pandémie, biocratie, définition | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 14 mars 2021

Patrick Zylberman et la préparation mondiale aux luttes contre le virus

838_zylberman_patrick_photo_c_helie_gallimard_coul_2_03_2013.jpg

Patrick Zylberman et la préparation mondiale aux luttes contre le virus

par Nicolas Bonnal

Tempetes-microbiennes.jpgUn livre d’expert nous prévenait (dans un langage scientifique) il y a une dizaine d’années ou plus : les mondialistes nous conditionnaient par la peur des pandémies depuis le début des années 2000 (langage complotiste), en particulier dans le bon vieux monde transatlantique. Tout cela avait suivi le 11 septembre qui devait nous préparer au bioterrorisme, au cyber-terrorisme et enfin à leur vieil objectif de dépeuplement (conspiration ou constatation ?). L’expert en question s’appelle Patrick Zylberman et s’est alors fait l’auteur de drôles de constatations. Le livre a évidemment été mal reçu alors, les journalistes étant comme les médecins vendus achetés pour vendre terreur, vaccin et dictature technologique. 

On se contentera ici de citer sa page Amazon.fr.

« À l'Ouest, du nouveau.
Fin septembre 2005, le coordinateur pour la lutte contre la grippe aviaire et humaine à Genève prédisait de 2 à 150 millions de morts dans le monde lors d'une prochaine pandémie, 'comme en 1918!' tenait-il à préciser. Assurément, un nouveau spectre hante le monde transatlantique : la terreur biologique.
Les États planchent sur des scénarios catastrophes, afin que l'économie mondiale ne soit pas frappée, du jour au lendemain, par la mise hors travail de cadres dirigeants et de simples ouvriers affaiblis par l'infection. Cette peinture des 'tempêtes microbiennes' traduit une amplification considérable de l'idée de sécurité sanitaire et une dégringolade vertigineuse dans la fiction (chiffres exagérés, analogies sans fondement, etc.) lorsqu'il s'agit de définir la prévention contre les menaces microbiennes et les procédures de gestion des crises épidémiques.

Patrick Zylberman dégage trois grands axes de la sécurité sanitaire :
La place grandissante faite aux scénarios (fictions qui feignent le réel en proposant des situations imaginaires mais propices à l'apprentissage des réflexes et comportements visant à la maîtrise des événements) ;
Le choix systématique de la logique du pire comme régime de rationalité de la crise microbienne. Or l'événement déjoue les prévisions : il est toujours autre chose. Les scénarios du pire deviennent un handicap pour la pensée, parce qu'ils demeurent prisonniers de la modélisation ;
L'organisation du corps civique : dans l'espoir de renforcer l'adhésion aux institutions politiques et de faire face à la désorganisation sociale engendrée par la crise épidémique, les démocraties sont de plus en plus tentées d'imposer un civisme au superlatif (l'accent est mis sur les devoirs et les obligations du citoyen comme sur la nécessité de faire preuve d'altruisme), qu'il s'agisse des quarantaines, de la vaccination, voire de la constitution de réserves sanitaires sur le modèle des réserves de la sécurité civile.
Ce faisant, la sécurité sanitaire transatlantique contribue à la crise de l'État-nation. Afin de maîtriser des problèmes qui sont précisément internationaux dans leur nature, les États adoptent des solutions globales, même ceux qui, comme les États-Unis ou la Chine, se montrent d'ordinaire extrêmement chatouilleux sur le chapitre de la souveraineté nationale. »

9782738153104.jpgLe storytelling du pire justifie leur tyrannie, mais cela commence à savoir, même dans la citrouille du citoyen Ran-Tan-Plan (le chien Ran-Tan-Plan de Goscinny sent au moins confusément quelque chose)….

On guette le grand réveil et le choc en retour ?

https://www.amazon.fr/Temp%C3%AAtes-microbiennes-politiqu...,

00:30 Publié dans Actualité, Livre, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, livre, patrick zylberman, microbes, pandémie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 04 février 2021

Une crise permanente pour activer la transition économique

80268dde-7efa-11ea-82f6-150830b3b99a.jpg

Une crise permanente pour activer la transition économique

Voir plus loin que le bout de son nez (ou de son rhinopharynx où l’on cherche la trace du mal)

Dominique Baettig
Médecin, Ancien Conseiller national

La situation de crise avec ses mesures renouvelées en permanence de serrage de vis, de restrictions et de culpabilisation de tous ceux qui ne respecteraient pas assez les directives d’experts se prolonge sans perspective d’amélioration ou de répit durable. Ils nous ont d’ailleurs prévenu : il faudra apprendre à vivre avec le virus et rien ne sera jamais plus comme avant. Un virus désormais mythologique, en mutation permanente forcément, et nommé selon des critères de propagande  idéologiques. Le dernier né serait un « variant »  nominé anglais, très contagieux depuis le Brexit qui fait trembler la classe politique européenne. Il est dorénavant clair que les aspects médicaux (dans le sens des soins et la mise en quarantaine des malades) sont secondaires et que la crise Covid obéit à une autre logique de formatage des comportements. Il suffit de voir comment, grâce à ces mesures, qui ont favorisé le vote par correspondance de la clientèle des minorités sociétales sanctuarisées, le parti démocrate, l’oligarchie financière, les milliardaires du green business, les GAFAM tout-puissants qui censurent illégalement les opinions contraires, les medias dominants ont bousculé Trump. Par un usage de votes « inclusifs » qui pèsent plus que ceux des déplorables, des péquenots du Middle-West, des hommes hétérosexuels d’origine européenne. La démocratie américaine, lumière interventionniste et exemple pour le Monde a montré son vrai visage : mépris des près de 80 millions d’électeurs qui ont choisi Trump, chasse aux sorcières médiatique, incitation à la haine, acharnement d’expulsion, d’épuration politique et sociologique, simulacre de la séparations des pouvoirs .Le système totalitaire qui s’installe dans l’hystérie a montré son vrai visage ( Biden, l’endormi et zombie survivant de l’époque Obama est resté masqué chez lui pour débiter une campagne d’abord alarmiste sanitaire) et n’a pas le soutien et le respect d’un citoyen sur deux.

Crise, grande réinitialisation de l’économie et pénurie préorganisée

Pour comprendre ce qu’il y a derrière cette crise, issue de la globalisation de la gouvernance et des nouvelles technologies numériques de contrôle, d’intelligence artificielle, déclarée scientifique et basée sur des faits, il suffit de lire ce que les théoriciens de cette mutation de l’économie ont écrit.

Schwab, fondateur du WEF, donne des pistes dans son ouvrage sur la quatrième révolution industrielle. La société mondialisée a atteint ses limites de croissance et il faudra gérer la crise, la transition, en utilisant de nouveaux outils qui mettent directement en contact le consommateur avec le propriétaire ( ubérisation) d’un service ou d’objets à vendre. Fini les intermédiaires, médiateurs que sont les petits commerces, les restaurateurs, les conseillers bancaires ou assurances, les médecins de famille. Priorité à la baisse des coûts au contact direct numérique, à la surveillance en continu de vos données, au profilage de risques, de votre consommation. L’intelligence numérisée aura pour fonction de rationner l’accès aux soins, en définissant des besoins essentiels et d’autres qui peuvent attendre, dissuader les comportements à risque. Les politiques qui n’oseraient pas mettre des limites peuvent se cacher derrière une machine qui propose une gouvernance optimale, écologique, durable etc. Ce que l’individu est incapable de faire durablement, l’intelligence artificielle le fera : gestion de la pénurie, freinage de l’accès aux soins, régulation de l’accès aux produits, gestion de l’énergie dans votre maison, conseils et contrôle de votre hygiène de vie et alimentaire, profilage, analyse de vos contacts et de vos opinions. C’est ce nouveau monde masqué, totalitaire, déshumanisé qui s’avance avec la crise Covid. Surveillance totale, gouvernance immédiate agile et dépersonnalisée. Le rêve pour certains politiciens qui n’ont plus de décisions à prendre et se réfèrent aux algorithmes justes scientifiquement .Fin de la démocratie trop émotionnelle, trop arbitraire, dépassement des limites organiques et rêve de traiter les maladies, considérées comme génétiquement favorisées, par des modifications préventives de l’ADN (l’humain comme soja transgénique).

Les restrictions COVID sont pensées pour nous préparer à la pénurie : d’énergie, alimentaire, fin de l’autosuffisance par la mondialisation, fin de la croissance, restriction de l’accès aux soins, Janvier sans alcool, janvier Végane pour se préparer à la diminution de la consommation de viande qui à l’avenir sera considérée comme participation à un écocide. On vous incite à vous comporter différemment (ski, sport, vaccination) pour moins accéder aux soins aigus hospitaliers qui deviendront le seul chemin puisque les médecins de premier recours seront court-circuités. Bien sûr qu’il faut changer notre mode de vie, mais en favorisant la proximité, la responsabilité individuelle, une plus grande autosuffisance, le maintien d’une agriculture à dimension humaine. Mais ceux qui instrumentalisent les moyens numériques et le contrôle des opinions et des déplacements des citoyens vont dans une toute direction : la tyrannie par une utopie qui ne profitera qu’à quelques milliardaires soi-disant philanthropes.

Prévenir et surveiller valent mieux que guérir

Le traçage des données individuelles, la détection de facteurs indirects de risque, la surveillance des déplacements, le repérage des contacts servent non pas à soigner un malade, mais à empêcher une surcharge imaginée des hôpitaux, eux-mêmes réduits dans leur personnel, leur capacité de prise en charge par le modèle néolibéral. Si c’est l’économie qui dicte sa loi, elle voudra gérer autoritairement la consommation de soins, surveiller et punir les mauvais comportements de santé. Quel cauchemar.

Priorité aux soins médicaux, transparence du mode diagnostic et de la cause des décès, retour à la démocratie et fin de la tyrannie des politiques dont les déclarations sont dictées par les experts et l’intelligence artificielle.

Dominique Baettig, médecin,  ancien conseiller national, militant souverainiste

17.1.2021

17:05 Publié dans Actualité, Santé | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, santé, crise, pandémie, covid-19, coronavirus | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 31 janvier 2021

Les conséquences psychologiques de la crise : Pierre Le Vigan

PLV-Clmerc.jpg

Les conséquences psychologiques de la crise : Pierre Le Vigan

Pierre Le Vigan, auteur prolifique, essayiste, urbaniste et spécialiste de l'Histoire des idées philosophiques était notre invité pour ce nouvel entretien. Nous y abordons les conséquences psychologiques du couvre-feu, des confinement et du port du masque. Les dépressions étudiantes, également.
 
Ses derniers livres :
1/ Le Grand Empêchement, éditions perspectives libres : https://cerclearistote.com/2019/11/pa...
2/ Avez-vous compris les philosophes ? III : https://www.bookelis.com/documents/44...
 
Soutenez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/Le-club-du-M...
Soutenez-nous sur Tipee : https://fr.tipeee.com/le-club-du-merc...