Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 novembre 2020

L'ÉCHAPPÉE BELLE ou comment j'ai fui le confinement pour ne pas finir en con fini

iss_3050_04319.jpg

L'ÉCHAPPÉE BELLE ou comment j'ai fui le confinement pour ne pas finir en con fini

par Frédéric Andreu-Véricel

Je quitte un pays à la litière poétique asséchée par deux cents ans de scientisme et d'hypocrisie mondaine. Ce n'est pourtant pas, comme l'annonçaient les romans d'anticipation de mon enfance, un robot "Hi Tech" qui dirige la société d'aujourd'hui mais un président élu démocratiquement au suffrage universel, un président jeune et dynamique, de surcroît.

Ils avaient tort ces romans, bien que l'image du robot omnipotent puisse être compris comme métaphore. Alors, de ce point de vue métaphorique, ils avaient aussi raison, ces romans de mon enfance...

L'élection de Macron marque en effet une étape supplémentaire de l'asservissement du peuple, sa soumission à l'ordre technocratique mondialisé. Claironnez les fameuses "valeurs de la république", tout en réduisant toujours plus les libertés concrètes, voilà la méthode Macron.

Je dis bien une "étape" supplémentaire, pas la feuille de route, planifiée ailleurs et par d'autres, il ne l'a connait pas, il ignore même en être un exécutant servile.

JOUR59_cln.jpg

Avant lui, Nicolas Sarkozy avait proclamé le métissage obligatoire, imposer des quotas d'immigrés et des limitations de vitesses de manière non moins autoritaire. Vous êtes au volant de votre automobile, vous roulez tranquillement sur une ligne droite, vous dépassez de 5 km/heure la limite autorisée et, un robot caché dans un buisson vous retire votre permis de conduire ; c'est très concret, voyez-vous, l'ordre technocratique !

Alors, oui, aujourd'hui, je m'éloigne de ce pays devenu invivable. Je prends refuge, du moins temporairement, dans un pays où il n'y a pas de limitation de vitesse là où il n'est pas nécessaire qu'il y en ait, un pays où il est possible de sortir de chez soi sans Ausweis républicain, où le confinement le plus strict permet à deux personnes de marcher côte à côte dans la rue, un pays où les administrations publiques répondent au courrier qu'on leur envoie, bref, un pays encore respirable.

Je quitte le pays légal, non le pays réel. Dans les textes que j'écris, il est toujours question de la vie la plus concrète, des chemins de mon enfance, des fêtes à l'école, des beaux moments passés entre amis à regarder la mer, un pays qui laisse encore deviner des îles mystérieuses à l'horizon comme cette Alcudia "visible seulement par temps de brume" si chère à Robert Brasillach...

Le problème avec ces Sarkozy, ces Macron et consorts, c'est qu'ils refusent la part de mystère du monde ou, comme le dit Roger Milliot, ils "refusent le halo autour des choses", le problème, c'est qu'ils appellent solidarité la cohabitation". A chaque fois qu'on les contredit, ils se brusquent et invoquent aussitôt la déesse TINA, vous savez la devise de Margaret Thatcher ; T. I. N. A., "There Is No Alternative", la divinité suprême de notre époque.

Vous en voulez des mesures technocratiques autoritaires ? En voici une: dans quelques heures en effet, se balader en forêt, déambuler dans son quartier seront passibles de 135 euros d'amende. Ces lois technocratiques et autoritaires - dont l'efficacité restent à prouver - ne sont à mon avis que la continuité des limitations de vitesse imposées sous Nicolas Sarkozy. Elles n'ont rien à voir avec le bien des gens, leur santé, mais tout à voir avec le processus de domestication du peuple.

Bref, assez parlé ! Il faut agir, car il est des circonstances où hésiter, c'est consentir. A minuit sonné de ce vendredi 30 octobre 2020, l'assignation à résidence entre en vigueur. Minuit, heure fatidique ! Les villes françaises se transformeront en usine intensive de poulets d'élevage, et les carrosses sans doute aussi, en citrouilles !

pays-bas-kinderdijk.1529129.w740.jpg

waterrecratie-groningen.jpg

34.large.jpeg

C'est donc décidé ! J'enfile mon duvet norvégien, mon ciré imperméable et mon camping-gaz dans mes sacoches vélo puis, tout de go sur ma bicyclette, je traverse la frontière !

Si tout va bien, dans quelques jours, je traverserai une seconde frontière, puis, je parviendrais dans la ferme où m'attend Wim. Wim est un ami néerlandais un peu solitaire. Il vit dans une ferme isolée au milieu du "polder", la vaste plaine hollandaise plantée de moulins à vent.

Les chevaux de traits, les moutons de Texel, le vent de la Mer du Nord qui soulève le foin telle une mèche blonde, et "les soleils mouillés de ces ciels brouillés" si chers à Baudelaire... c'est tout cet univers qui m'attend là-bas, au Pays Bas, du côté de Groningen...

Au fond, mon rêve n'est pas si compliqué, beaucoup de gens le partage, c'est le rêve d'une existence simple et heureuse, débarrassée de toute cette technostructure qui nous digère chaque jour davantage à coup de lois toujours plus coercitives. Ce que nous voulons, c'est vivre enfin à l'air libre, c'est respirer. C'est vivre dignement sur terre.

Frédéric Andreu

Contact : fredericandreu@yahoo.fr

Écrire un commentaire