Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 26 décembre 2020

Dundar condamné : pour avoir découvert l'« autoroute du djihad »

93b6da42379c8c18ae098797006724a3f6290ccd.jpg

Dundar condamné : pour avoir découvert l'« autoroute du djihad »

par Alberto Negri

Source : Il Manifesto & https://www.ariannaeditrice.it

La Turquie d'Erdogan, membre de l'OTAN, a fourni des armes à Al-Qaïda et à l’Etat islamique: les États-Unis le savaient parfaitement, ainsi que les services occidentaux et les monarchies du Golfe qui ont participé à la déstabilisation du régime syrien. Le journaliste Dundar, qui a publié les preuves, a été condamné à 27 ans de prison.

C'est lui qui a découvert la preuve irréfutable sur la "route du djihad". Can Dundar, ancien directeur de Cumhuriyet a été condamné en Turquie à plus de 27 ans de prison. Aujourd'hui, il vit en exil en Allemagne. Il est le journaliste qui avait publié en 2015 des images des véhicules des services de renseignement d'Ankara traversant la frontière syrienne pour fournir des armes aux combattants islamistes, engagés dans la guerre civile contre Bachar al-Assad.

La Turquie d'Erdogan, membre de l'OTAN, fournissait Al-Qaïda, I’Etat islamique et d'autres groupes radicaux : les Américains le savaient parfaitement, tout comme les services de renseignements occidentaux et les monarchies du Golfe qui ont participé à la déstabilisation du régime syrien. Il n’y a pas que cela. La Turquie a continué à soutenir les djihadistes dans la province syrienne d'Idlib, pour les utiliser contre les Kurdes du Rojava, lorsque les Américains se sont retirés en 2019, abandonnant sans vergogne leurs alliés contre le califat au massacre des troupes pro-turques. Ce sont les mêmes djihadistes qu'Erdogan a lancés en Libye pour soutenir "notre" gouvernement à Tripoli, assiégé par le général Haftar, puis les          a envoyés au Haut-Karabakh pour aider l'offensive azerbaïdjanaise contre les Arméniens.

L'autoroute du djihad a de nombreuses branches, au moins autant que les intérêts de la géopolitique omnidirectionnelle d'Erdogan : mais, dans nos pays, nous faisons semblant de ne rien voir car en Libye nous sommes les hôtes du sultan turc qui doit déjà être très irrité par les faiblesses de notre gouvernement à l’égard Haftar pour libérer les pêcheurs de Mazara del Vallo.

erdogan-isis-turkey-syria-kurds-altagreer.gif

Le tribunal d'Istanbul a condamné Dundar pour espionnage et pour avoir soutenu en 2016 le coup d'État manqué, attribué à l'imam Gülen : ce sont les accusations habituelles avec lesquelles le régime écarte les journalistes, les intellectuels et les parlementaires gênants de l'opposition. A tel point que la condamnation de Dundar a été précédée d'une autre, le 21 décembre, par le tribunal de Diyarbakir, contre l'ancienne députée du parti pro-kurde HDP, Leyla Güven, qui devra purger 22 ans de prison pour "association avec une organisation terroriste armée" et "propagande terroriste".

C'est la farce habituelle : en ces heures, la Cour de Strasbourg a ordonné à la Turquie de libérer le leader kurde du HDP Selahattin Demirtas, qui est en prison depuis quatre ans, estimant que ses droits ont été violés. Les juges européens ont jugé que sa détention est sans fondement. La "culpabilité" de Dundar est d'avoir révélé la fourniture d'armes à l’Etat islamique dans la guerre contre Assad. Un secret de polichinelle, puisque des dizaines de milliers de djihadistes du monde entier ont facilement atteint la Syrie et l'Irak en passant par les aéroports turcs, et que l’Etat islamique a vendu le pétrole nécessaire pour faire alimenter sa machine de guerre par la Turquie.

C'est Khaled Meshal, chef du Hamas parti en exil à Damas (et ensuite au Qatar), qui en 2011, a convaincu le ministre turc des affaires étrangères Davutoglu et Erdogan lui-même que la révolte contre Assad serait un succès. C'est à cette époque que des plans ont été élaborés pour ouvrir la "route du djihad" de la Turquie à la Syrie, ce qui a entraîné l'afflux de milliers de djihadistes dans le Levant arabe avec les effets dévastateurs que l'on sait.

Tout cela a été écrit et dénoncé par des journalistes turcs comme Dundar, vu par des reporters qui ont suivi les combats de Syrie sur le terrain, et également relaté dans une interview en prison avec la Sécurité intérieure par "l'ambassadeur" du califat Abu Mansour al Maghrabi, un ingénieur marocain arrivé en Syrie en 2013. "Mon travail consistait à recevoir des combattants étrangers en Turquie et à surveiller la frontière turco-syrienne. Il y avait des accords entre les services de renseignement turcs et l’Etat islamique. Je rencontrerais directement le MIT, les services de sécurité turcs et aussi des représentants des forces armées. La plupart des réunions ont eu lieu aux postes frontières, d'autres fois à Gaziantep ou à Ankara. Mais leurs agents étaient aussi avec nous, à l'intérieur du califat".

Turkey_Supports_ISIS.jpg

L’Etat islamique, dit Mansour, se trouvait au nord de la Syrie et, pour le compte d’Ankara, visait à contrôler la frontière avec la Syrie et l'Irak, de Kessab à Mossoul : il s’avérait fonctionnel pour les plans anti-kurdes d'Erdogan et pour son ambition d'annexer Alep, un objectif perdu avec l'intervention de la Russie et de l'Iran. Et lorsque le califat, après la chute de Mossoul, a négocié en 2014 avec Erdogan la libération des diplomates turcs, il a obtenu en échange la libération de 500 djihadistes pour combattre au Siraq. "La Turquie a protégé nos arrières pendant 300 kilomètres : nous avions une route toujours ouverte pour soigner les blessés et avoir des fournitures de toutes sortes, tandis que nous vendions la plupart de notre pétrole à la Turquie". Mansour s'était hissé au rang d'émir dans les hiérarchies du califat en raison de son rôle et recevait des fonds directement du Qatar.

Voilà l’histoire que Dundar a racontée pour la première fois à l'opinion publique turque et qui continue d'agacer, et pas seulement la Turquie d'Erdogan.

00:40 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : çan dundar, turquie, état islamique, levant, proche-orient, syrie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire