Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 24 janvier 2021

Machiavel - L'utopie et l'Etat moderne

imageNMIS.jpg

Machiavel

L'utopie et l'Etat moderne
 
 
Renaissance et modernité

La naissance de la pensée politique moderne, rationaliste et réaliste, porte le nom de Niccolò Machiavelli. Cette pensée reflète les mutations fondamentales qui transformèrent l'Europe du XVI au XVII siècle et qui ouvrirent des nouvelles prospectives à la manière par laquelle les hommes réfléchissent à la chose politique. Celle-ci n'est plus subordonnée aux grandes interrogations métaphysiques ou à l’ordonnancement providentiel du monde, mais uniquement à la logique rationnelle de l'expérience humaine.
La pratique politique de la Renaissance, comme prototype de la civilisation européenne, porte en soi les germes de la Modernité, autrement dit :
- la politique d'équilibre ou de la balance dans les relations entre puissances continentales.
- l'autonomie du politique, personnifiée par le Prince, le Sujet - Maître de la realpolitik naissante marquée par l'absence de scrupules éthiques et moraux.
- la distinction des trois morales, du droit, de la force et de l'éthique.

S'ouvre encore au début du XVIème siècle une nouvelle page pour l'action politique, la page de l'incertitude et des calculs, liée à la précarité consubstantielle des situations de pouvoir !

En termes de légitimité, la marche vers la modernité est caractérisée par le fait que la loyauté politique, jadis personnelle, se commue en allégeance populaire et les guerres dynastiques, qui n'impliquaient pas des intérêts nationaux se transforment progressivement en « causes » idéologiques dans les affrontements entre États et entre peuples – nations.

20001935lpw-20002038-article-machiavel-le-prince-florence-medicis-jpg_6878236_1250x625.jpg

Les mutations induites par cette transition, qui va du XIVème au XVIIème siècle, reflètent la crise profonde et avancée des valeurs de la traditions et des institutions du Moyen–Age déclinant

L'irruption de la force

C'est dans dans un monde sans Dieu et sans harmonie universelle que l'irruption brutale de la force, celle de la « furia francese » de Charles VIIII, s’imposera en 1494 à la jeunesse de Florence, comme facteur diriment des rivalités et des luttes qui affectèrent le système des États italiens de la Renaissance.

Ce fut une période dans laquelle l'émiettement de l'Italie ne laissait d'autre choix que le triomphe de l'hégémonie impériale de Charles V, ou le jeu de balançoire entre l'influence des Habsbourg d'Espagne et d'Autriche et la prépondérance de la Monarchie française.
Or deux grands phénomènes marquèrent profondément l'univers spirituel du monde moderne : la laïcisation progressive de la culture en Italie et la Réforme Luthérienne en Allemagne.

Ces deux grandes réformes de la conscience et de la foi influèrent puissamment sur l'élaboration  d'un pensée politique qui allait procéder de nouveaux concepts, celui de souveraineté de Bodin, d’État-Léviathan ou  de Dieu Mortel de Hobbes, de droits civiques de Locke, autrement dit des trois théorisations fondamentales du pouvoir moderne, la supériorité du pouvoir civil chez Bodin, la garantie de l'ordre publique chez Hobbes et le droit d'insoumission contre le tyran chez Locke, autrement dit la laïcité, l'absolutisme et le constitutionnalisme.

Par ailleurs les historiens de la Renaissance saisirent avec la lucidité la lente désagrégation de l'unité religieuse du Moyen-Age et l’émergence parallèle d'une forme de pensée séculière, qui permit l'émergence de l'État territorial moderne. Dans cette période furent élaborés tous les concepts clés de la science politique occidentale : la souveraineté, l'État-Nation, l'Empire universel, le contrat politique, l’équilibre des forces, la « jealous emulation » et la théorie naturaliste du pouvoir.

L'analogie historique

En ce qui concerne l'analogie historique, le système des États italiens de la Renaissance rappelle  la conjoncture politique de l’Europe actuelle.

Machiavelli_Principe_Cover_Page.jpg

Intégration continentale au lieu de l'équilibre péninsulaire, ruptures d'âge, de conceptions et de politiques, bouleversement et extension des espaces et des théâtres de conflits, caractère excentrique des grandes décisions et des grandes puissances, convoitise des mêmes enjeux par des acteurs globaux, hier nationaux, aujourd'hui mondiaux, rayon d'action et puissance accrue des moyens d'intimidation et de force avec l'artillerie naissante à l'époque, les panoplies balistico-nucléaires et  les boucliers anti-missiles à la portée, hier, des économies nationales et, aujourd'hui, des économies continentales. Cette impressionnante démesure de l'histoire, dans deux conjonctures semblables, n'est rien de plus qu'une extraordinaire dilatation de la scène politique marquée par un déplacement des enjeux, une accumulation verticale de la puissance, une solidarité troublante entre l'organisation des ambitions et l'apparition de nouveaux étalons de la puissance et de l'influence.

Machiavel fut un pur produit de la Renaissance italienne et l'expression d'une Seigneurie puissante, en lutte pour l'expansion et la survie. à l'âge des monarchies nationales montantes de France et d'Espagne, l'Italie est le reflet de la crise définitive de deux grandes institutions œcuméniques du passé, la Papauté et l'Empire, érodées par un éveil collectif, il « Rinascimento », autrement dit l’enfantement d'un monde nouveau.

Ce dernier marque le modèle de la civilisation européenne de nos temps et l'Italie apparaît comme l'école de l'Europe, de la même manière par laquelle Athènes avait été l'école de la Grèce ancienne  pour  la Rome républicaine, puis impériale.

Le Prince entre «Virtu» et «Fortuna»

En termes philosophiques et suivant les conceptions de Machiavel , la convergence du réalisme et de l'utopie doivent permettre a la singularité de la « Virtu », dans la personne d'un grand architecte politique, le Prince-Mythe, d'épouser l'entité hasardeuse de la « Fortuna »,et de réaliser ainsi la nécessité politique de la Modernité, l'unité italienne, ou avec le langage d'aujourd'hui, l'unité de la Nation, à l'image de la France et de l'Espagne. Par cette référence constante et après la descente de Charles VIII en Italie, l'algorithme capital de toute équation politique deviens pour Machiavel l'Europe.

Les mutations des équilibres européens fait du Prince, le Sujet- Maître de la politique, le seul garant de l'action historique.

Ce sujet apparaît comme capable d'unifier le but de la conquête du pouvoir et de son maintien, avec la catégorie du changement radical du paysage politique et donc de l'utopie.

9782081358782.jpgOr l'utopie à l’épreuve de l’expérience n’arrivera pas à résoudre l'antinomie de fond entre l'espoir du salut et la Realpolitik ou encore avec les concepts du XXème siècle, entre l'idéologie du progrès et la réversibilité constante des aventures politiques.

En effet toutes les révolutions se feront au nom de l'utopie et toutes les restaurations au nom du réalisme. Ceci vaut sans exceptions pour la révolution démocratique des colonies américaines, l'ambivalence   de la révolution française, la révolution bolchevique puis soviétique, la longue marche de Mao Tse Toung et le révisionnisme pragmatique de Deng Tsiao Ping.

La modernité et l'âge des révolutions

Or la Modernité naissante n'entra dans les entrailles des siècles que par le radicalisme des idées et des principes, ouvrant sur un âge de révolutions.

Mais le mariage des intérêts et des idées n'est guère durable sans les assertions démonstratives de la science et sans une révolution paradigmatique. Or celle-ci était aux portes avec la remise en question de la théorie géocentrique de Ptolémée, par la révolution scientifique galiléo-copernicienne qui bouleversa les conceptions dominantes de l'homme, de la connaissance et du pouvoir .

En réalité, tous les penseurs qui préparèrent le terrain pour le triomphe d'une révolution cosmologique, de l’univers et de l’expérience humaine avaient la conviction que leurs contributions  aboutiraient non seulement à la libération de l'homme de toutes les servitudes ancestrales, mais que leurs expériences étaient la condition intellectuelle des réformes et, plus loin, des transformations radicales des relations entre les hommes, comme applications de la révolution scientifique à la société.

La Renaissance et sa représentation

L'image de la jeunesse, de la beauté corporelle, picturale, architecturale et statuaire, les métaphores du printemps, donnent une représentation de l'époque qui croit à l'homme nouveau et païen, à l'harmonie et à l'équilibre des formes, comme à des aspects centraux d'une nouvelle splendeur culturelle. Ce fut une époque bouleversée par une nouvelle cosmologie, par l'Astrologie, par la Philosophie et par l'Utopie, ce fut une saison marquée en Italie par un constellation de génies.
- Dans la peinture : Botticelli,Raphaël, Titien, Donatello, Michel- Ange.
- Dans l'architecture : Brunelleschi, Bramante, Palladio.
- Dans la musique : Palestrina, Gabrielli, Monteverdi.
- Dans les poèmes d'amour ou épiques : Petrarca, Boccacccio, Ariosto.

L'affirmation en somme d'une époque de géants et d'une profusion de richesse de l’esprit, qui firent de l’Europe l’avant-garde du monde et la maîtresse de l'espace artistique et intellectuel connu.

Politiquement la montée au pouvoir de Giangaleazzo Visconti, après Francesco Sforza, à Milan, de Cosimo puis de Laurent de Medici à Florence et, suite à l'ouverture des trafics maritimes entre l'Italie des manufactures et des marchands-banquiers vers l'Europe du Nord, à Gent, Anvers, Amsterdam, Rotterdam et vers les villes hanséatiques de la Baltique, à travers les routes atlantiques, marque une éclosion de la créativité, de la prospérité et de la culture générale.

71BY+Eq7LeL._AC_SL1000_.jpg

Au cœur de la Renaissance et de l'Humanisme il y a la frappante affirmation de l'homme et de l'individualisme humain comme virtualités dignes des développements les plus divers, allant de la philosophie morale à la logique et à la méta physique, du libre arbitre à la vie active et à la richesse, dont les expressions élevées étaient des palais fastueux et des théâtres, la musique de chambre, l'opéra et les belles lettres.

Or si l'Europe de la Renaissance et de la Modernité ont eu un tel retentissement  dans le monde , y– a-t-il encore une place dans l'avenir  pour l'Europe post-moderne, pour sa renaissance et pour une nouvelle utopie ?

Machiavel, la sécularisation du politique et le concept de légitimité

Avec Machiavel, la pensée politique devient une activité sécularisée inspirée par la logique des intérêts plutôt que par celle d'une vérité ou d'une valeur, métaphysique ou morale.

Elle marque l'émergence de l'État moderne, du réalisme politique et de la souveraineté absolue. Depuis Machiavel, la doctrine de l'État et la tradition du réalisme embrassent toute entière l'Histoire occidentale car elles font corps unique avec le concept moderne de souveraineté, comme soumission à une autorité absolue indivisible et inconditionnelle . C'est ce qu'on appellera plus tard la doctrine de la « Raison d'État », comme conception de la puissance internationale et interprétation calculée et rationnelle des intérêts nationaux.

La doctrine de Machiavel a un fondement idéologique et une justification prospective. Elle est empreinte de la force entraînante  d'une utopie armée et de la séduction d'un dessein politique porté par le Sujet maître du politique, le Sujet Prince. Elle débouche enfin sur une théorie de la volonté et du pouvoir d'État. Or l'antinomie entre l'utopie et la realpolitik n'arrivera pas à résoudre le caractère irréconciliable de ces deux philosophies contradictoires, l'utopie comme quête idéaliste de nouveaux horizons politiques et la Realpolitik, comme rappel de la réversibilité des conquêtes humaines. En effet, toutes les révolutions se feront au nom de l'utopie et toutes les restaurations au nom du réalisme.

La Sécularisation de la politique

Les historiens de la Renaissance, bien avant Machiavel, avaient parfaitement saisi la lente désagrégation de l'unité religieuse du Moyen Age et l'émergence parallèle d'une forme de pensée séculière qui permit l'élaboration de la théorie de l'État moderne. En effet, en moins de deux siècles furent élaborés tous les concepts clés de la pensée politique occidentale : la souveraineté, l'État-Nation, l'Empire universel, le contrat politique, l'équilibre des forces, la « jealouse emulation », la théorie naturaliste du pouvoir et le caractère décisif de la force dans le règlement des affaires humaines. Partout en Europe, les ruptures dictées par la force s'imposèrent comme les facteurs diriments des hostilités et des antagonismes. 

22535973260.jpg

Depuis 1945, et après trois siècles de conflits, le réalisme politique et la doctrine de l'État-force n’apparaîtront plus aux Européens comme les régulateurs suprêmes des controverses internationales, supplantées désormais par la domination universelle du droit. A la dure réalité de la puissance se substituerait ainsi l'utopie d'une ordonnancement idéaliste des affaires internationales par la voie du compromis et par l'empire de la norme.

La dépolitisation des conflits fut justifiée par la croyance dans la législation collective de la communauté internationale. A côté de cet affaiblissement de la politique comme rivalité violente, se développèrent deux pratiques et deux philosophies réciproquement actives, celle émergente de « la société civile » et celle ancienne de la « légitimité ».
La première apparaît immédiatement comme une « frontière » sociologique de l'État régisseur, la deuxième comme une « contrainte » du caractère oligarchique voire monocratique de toute forme de pouvoir. De surcroit, à côté d'une redéfinition de l'État actuel comme État post-moderne et post-national, une triple « limite » s'imposa à l'Europe . La première fut d'ordre historique, la deuxième d'ordre sociologique et la troisième d'ordre philosophique.

Les «limites » de l'Europe

La première limite porte sur la connaissance du présent et donc sur la conscience historique. Elle est focalisée sur le rôle de l'Europe dans le monde. Or ce rôle est appréhendé comme une coexistence hybride de sécularisation, de néo fonctionnalisme et de neutralisation des consciences. Il s'agit d'un amalgame complexe qui efface progressivement la conception de la politique comme engagement militant et foi combattante. Cette conscience du présent nous indique que nous vivons une période d'épuisement. En effet, l'Europe est devenue une puissance qui recherche une seule légitimité, celle du « status-quo ». Or cette conscience postule l'utopie d'un rebond, d'un réveil civilisationnel.

La deuxième limite porte sur le constat que la désacralisation et la laicisation absolues de l'esprit européen ont progressé dans la vie publique comme dépolitisation. Ce processus a fait penser à la neutralisation de l'existence, autrement dit la « paix universelle ».
La troisième est intrinsèquement liée à la deuxième. Il s'agit de l'illusion d'une harmonisation des intérêts. En ce sens, l'Europe incarne la revanche anti-machiavénienne d'une « utopie désarmée ». Historiquement, la neutralisation de la conscience européenne remonte au XIXème siècle, à l'apparition d'une neutralité générale, dont « l’État agnostique et laïc » est devenu l'expression emblématique. La légitimité de l’État, jadis régisseur, puis gouverneur et ensuite décideur, repose désormais sur son agnosticisme moral. Ainsi l'humanité européenne a accompli en cinq siècles une complète migration du terrain de la lutte vers le terrain du neutralisme et du champ de la foi et des guerres de religions vers les guerres nationales, puis économiques et pour finir, vers les luttes idéologiques.

imageISNicM.jpg

Si bien que de nouvelles guerres s'annoncent, à l'intérieur et à l'extérieur de l'Europe, les « guerres weberiennes des dieux » entre vérités et principes  opposés qui activent une virulence sanglante faisant rage depuis quatorze siècles.

État et « société civile »

En effet, l'Europe d'aujourd'hui mène à son terme un processus débuté avec la Renaissance, celui de la sécularisation de la politique. Pensant tout ce temps, on est passé de l’État absolu du XVIIème et XVIIIème siècles, à l’État libéral et neutre du XIXème, puis à l’État total et autoritaire de la première moitié du XXème siècle et à l’État social de la deuxième moitié du Xxème. On en est aujourd'hui à l’État post-moderne et post-national. Dans cette perspective, la « société » civile est devenue un « état de l'économie, de la culture, de l'assistance, de la bienfaisance et de la prévoyance, de la solidarité, de la transformation des moeurs. » La société civile embrasse ainsi tout le social. Les mouvements sociaux, dans lesquels s'organisent les tendances et les divers intérêts en lutte, constituant la société même, devenue un corps civil hétérogène.

La « société civile » d'aujourd'hui apparaît, en conclusion, comme un amalgame de courants et de minorités revendiquant des statuts particuliers au nom  de communautés non intégrées et comme segments d'un ensemble au sein duquel  s'opposent des « sens » disparates et conflictuels.

Le concept de légitimité

En revenant au concept d'État, là où il y a pouvoir, il doit y avoir légitimité. Pour qu'il y ait obéissance et pour qu'il y ait affectio societatis il faut une forme intime d'adhésion au pouvoir de la part des citoyens.

La légitimité  est un attribut de l'autorité. C'est l'adhésion volontaire à une forme spécifique de pouvoir. Dans l’État moderne, elle exprime une connexion entre la théorie générale du pouvoir et la théorie générale du droit. Anciennement et en tant qu’idée morale supérieure au droit, elle porte témoignage du sentiment de dévouement qui transcende la sphère de la politique. Ainsi, la source ultime de la légitimité se situe sur un plan qui allait au-delà de l’ordre juridique et remontait à la justification ultime de l’autorité (potestas). Depuis Ulpien et Thomas d’Aquin, la légitimité a été pensée comme la raison d’être de la société (affectio societatis) et causa remota du pouvoir.

La légitimité se définit de façon générale par rapport à la totalité d'une forme de pouvoir et pas à l'une des formes de régime politique, démocratie, aristocratie ou dictature. Elle désigne les différentes manières de se déterminer vis-à-vis de l'avenir ou pour le dire avec Ortega y Gasset, par rapport au passé. Elle remonte à un principe ordonnateur unique, la foi politique  et tire ses origines de la communauté des croyants. Elle conserve, par ailleurs, la connotation religieuse qui fait d'elle l'expression de la conviction profonde et du libre arbitre de l'individu.

En Occident et du point de vue phénoménologique, la capacité du pouvoir d’obtenir obéissance se définit par la croyance en la légalité, en sa conformité à la loi en vigueur et à l'ordonnancent juridique existant. Cette phénoménologie est soustraite  à l’incertitude de la norme coutumière.

Mais la suprématie de la légalité sur la légitimité est attribuée par Max Weber à l'avènement de la démocratie et au fait que le pouvoir est lui même soumis à la loi car il ne peut être en aucun cas « legibus solutus ».

Cristofano_dell'Altissimo_Ritratto_di_Niccolò_Machiavelli_.jpg

Par ailleurs, cette supériorité de la légalité est due à l’affirmation progressive d’une société hétérogène et individualisée (la Gesellschaft), prenant le pas sur une société homogène et organique (la Gemeinschaft).

La légitimité traditionnelle sera plus tard laïcisée par la théorie roussouienne du « contrat » et par l’effort intellectuel de donner un corpus idéologique à une fiction, celle de l'auto-institution de la société par le « peuple ».

La critique de l'ordre moral et de l'ordre politique du passé par les « Lumières » a conduit à renier la majesté de la tradition et de la hiérarchie.

La recherche de légitimité politique des sociétés traditionnelles non-occidentales naît aujourd'hui de la séduction qu'ont exercé et continuent d'exercer sur ces pays les notions de « démocratie », de « régime démocratique » et plus encore de « constitution » politique.

Exaltant le modèle occidental, né de la « Raison », ces pays ignorent la pluralité des courants de pensée, opposés et critiques des « Lumières Historiques » et qui sont à l'origine du conservatisme néo-libéral – Burke, de Bonald, de Maistre et plus proche de nous, Ortega y Gasset.

Ce qui est remis en cause par les penseurs de cette « autre modernité » est le fondement conceptuel de la démocratie, ainsi que le lien social des régimes modernes et donc les notions de « peuple », de « constitution écrite » et, in fine, de « souveraineté populaire ».
Ce ne sont guère les méfaits de la Révolution qui sont condamnés par ces penseurs, mais les détournements de la Raison. Ce sont les changements de la perspective sentimentale qui sont visés par les « Anti-Lumières », le « culte de l'idée » et de la « Raison pure », la « Raison more-geometrico » faite pour être aimée par elle-même. Ce sont ces changements, qui ont abouti au rejet du passé et à la réinvention totalitaire de la société et des empires idéologiques ou abstraits comme l'Union Européenne.

En effet la « légitimité » présuppose un accord sur les valeurs, les idées et la philosophie sur lesquelles est bâtie une communauté traditionnelle. Du point de vue du droit et de l’ordre international sont aujourd’hui « légitimes » non seulement les formes de gouvernement qui peuvent prouver l'effectivité de l'autorité, mais aussi l'expérience de la communauté internationale fondée sur la reconnaissance de l'État-nation et de l'État à souveraineté populaire.

Ceci pousse les régimes autocratiques à recourir au « suffrage universel »pour se faire reconnaître comme « États de droit » sur la base d’une « moralité positive », celle de la communauté internationale, car est légitime l'État qui est régi par des lois. En effet, comme le disait Rousseau, « les lois sont de actes de volonté générale ».

On peut ainsi affirmer que la « souveraineté du peuple » est le fondement de tout ordre juridique, interne et international et la première expression de la modernité.

En ce qui concerne l'Union européenne, la souveraineté et la légitimité du pouvoir ne sont pas à confondre  avec le déficit démocratique. Ce dernier fait référence à l'adoption d'un paradigme, le régime démocratique, et restreint ainsi la recherche du consentement aux citoyens qui considèrent l'organisation démocratique de l'Union comme une référence nécessaire. En effet, les partisans de cette doctrine ne décernent pas la logique des contre-pouvoirs qui est à la base de la conception rousseauienne de la démocratie.
Ces partisans se limitent à considérer les formes et les procédures d'exercice des décisions communautaires au lieu d'examiner l'efficacité comparative et les répercussions de ces mêmes politiques à l'échelle internationale. En réalité, les critiques des néoconservateurs, des néo-libéraux portent sur l’abstraction idéologique sur les artefacts sans légitimité et sans histoire et donc sur les constructions, qui ne sont pas fondées sur les mœurs, les traditions et le passé et dont la seule légitimité est un concept abstrait.

Écrire un commentaire