Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 août 2021

Kaboul aujourd'hui signifie la fin de l'impérialisme. Nous n'avons plus besoin de l'OTAN

unSPamnamed.jpg

Kaboul aujourd'hui signifie la fin de l'impérialisme. Nous n'avons plus besoin de l'OTAN

Entretien avec le diplomate italie Sergio Romano

Propos recueillis par Umberto De Giovannangeli

Source : Il Riformista & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/kabul-e-la-fine-dell-imperialismo-noi-non-abbiamo-bisogno-della-nato

"Kaboul est la fin de l'impérialisme, de l'occupation de l'Afghanistan, illimitée dans le temps", a déclaré l'ancien ambassadeur Romano.

sergio-romano-il-rischio-americano-9788830420205-3-197x300.jpgLes leçons sont toujours les bienvenues lorsqu'elles sont données par des "professeurs" qui ont maîtrisé le sujet avec sagesse et avec une réelle indépendance politique et intellectuelle. Une leçon d'histoire et de géopolitique. Il s'agit de celle accordée à Il Riformista par l'un des analystes les plus autorisés en matière de politique étrangère, un profond connaisseur de la "planète USA", ainsi que de celle de la Russie : l'ambassadeur Sergio Romano. Au cours de sa longue et prestigieuse carrière diplomatique, il a été, entre autres, ambassadeur auprès de l'OTAN et ambassadeur à Moscou (1985-1989), dans l'Union soviétique de l'époque. Il a été professeur invité à l'Université de Californie et à Harvard, et a enseigné aux Universités de Pavie, Sassari et Bocconi à Milan. Parmi ses nombreux écrits, citons, à propos de l'Amérique, Il rischio americano (Longanesi, 2003) ; Il declino dell'impero americano (Longanesi, 2014) ; Trump e la fine dell'American dream (Longanesi, 2017).

En août 2019, l'ambassadeur Romano a écrit un article pour le Corriere della Sera qui, à la lumière des événements actuels, a une sorte de valeur prophétique, et cela, dès le titre: "Afghanistan, la guerre inutile". Et les risques du retrait américain. "Les 18.000 soldats que le président Trump veut retirer d'Afghanistan sont présents dans la région depuis 18 ans. Ils sont arrivés en octobre 2001, avec quelques milliers de soldats européens, lorsque le gouvernement américain, après l'attaque terroriste d'Al-Qaïda contre les tours jumelles, a demandé au gouvernement de Kaboul d'extrader son chef, Oussama ben Laden, qui avait trouvé refuge dans le pays. Les Afghans ont invoqué le devoir sacré d'hospitalité et les forces américaines ont répondu en envahissant l'Afghanistan. Ils ont gagné rapidement sur le terrain, mais ont dû se rendre compte qu'une victoire militaire dans les montagnes de l'Afghanistan peut être illusoire. Les Britanniques et les Russes l'avaient déjà appris lorsqu'ils se sont disputé le pays au XIXe siècle, dans un jeu qui a duré plusieurs décennies et qui a été appelé le "grand jeu". Les Soviétiques l'ont également appris lorsqu'ils sont intervenus militairement en 1979...". L'Amérique avait l'intention de participer à ce "grand jeu". En perdant.

Fuite, trahison, reddition de l'Ouest. Beaucoup se sont aventurés à définir les événements en Afghanistan. Ambassadeur Romano, quelle est votre clé d'interprétation?

Je ne veux pas aller trop loin, mais je pense que pour comprendre les événements d'aujourd'hui, il est bon de remonter dans le temps, dans ce cas à l'époque des empires coloniaux qui ont caractérisé l'histoire des États-Unis et de l'Europe pendant de nombreuses décennies. Aujourd'hui, les empires coloniaux sont en train de disparaître. Ces empires n'ont plus aucune raison d'exister. Mais un certain désir de continuer à récupérer les pouvoirs perdus existe toujours dans les sociétés politiques des États-Unis, de l'Europe, de l'Occident en général. Il y a toujours une tentative de récupérer les espaces perdus. L'Afghanistan est donc devenu, pour ainsi dire, le morceau le plus convoité, notamment en raison du grand désordre qui y a toujours régné. Tout cela a ouvert des perspectives. Cela dit, il faut se demander si tout cela avait un sens dès le départ. Parce que, franchement, à l'époque des empires coloniaux, cela avait un sens: il y avait une compétition, cette compétition était en quelque sorte justifiée par les relations internationales et aussi dans certains cas par des considérations purement économiques, c'est-à-dire qu'il y avait là quelque chose qui pouvait être utile aux divers protagonistes en place et donc ils ont tous essayé de mettre la main dessus. Dans cette affaire afghane, il y a une note de contre-temps, ce qui la rend parfois même un peu ridicule. Ce jeu de l'impérialisme défunt....

8830439924SRam9788830439924-195x300.jpgEn Europe, et aussi dans notre pays, un doigt accusateur a été pointé sur Joe Biden. Et maintenant, Trump a rejoint le mouvement. Considérez-vous le président américain comme un "traître" pour les Afghans ?

Non. Au contraire, cela me suggère une autre considération qui concerne les États-Unis en particulier. Je dis cela parce que je ne me souviens pas d'une autre situation dans laquelle un président américain a été une victime de ce genre, esclave de motifs strictement électoraux. Une petite élection qui se profile à l'horizon, une visite dans un endroit où il y a des gens qui, je l'espère, voteront pour moi aux prochaines élections, mais je sais qu'ils ont ce désir particulier, cette fixation particulière... Bref, non seulement les États-Unis font partie des pays qui, d'un point de vue impérial, sont les plus menacés, parce qu'ils sont en train de perdre ce qu'ils avaient, si, du moins, on pouvait considérer qu'ils possédaient réellement l'Afghanistan, mais, de plus, ils sont aussi très conditionnés par des considérations purement électoralistes. Et les considérations de cette nature produisent d'autres difficultés et problèmes. C'est ainsi et ce sera encore le cas pendant un certain temps.

En parlant de ça, précisément. Il y a vingt ans, l'intervention militaire en Afghanistan était justifiée comme un acte nécessaire dans la guerre contre le terrorisme, après l'attaque des tours jumelles. Maintenant, Biden, s'adressant en rafale au peuple américain, prétend que cet objectif a été atteint avec l'expulsion d'Al-Qaïda d'Afghanistan et l'élimination d'Oussama Ben Laden. Mais si c'est le cas, que faisons-nous dans ce pays depuis tout ce temps ?

Ici aussi, il faut revenir une fois de plus à ce problème de la crise des empires coloniaux. Lorsque les empires coloniaux sont devenus plus acceptables qu'ils ne l'avaient été dans le passé mais davantage critiqués par une partie de l'opinion publique, il est arrivé que de nombreux pays tentent de leur donner une couverture sublime en disant qu'ils étaient des pays de bons maîtres philanthropiques, qu'ils aideraient les générations futures de leurs citoyens coloniaux à devenir des citoyens modernes. Nous nous sommes tous, d'une manière ou d'une autre, promus ainsi en tant que maîtres, en tant qu'enseignants généreux dans un monde colonial, comme pour racheter notre passé de colonialistes et, en même temps, pour préserver une présence, parce que c'était ce qui était vraiment prévu. Et donc nous constatons ces situations, où les gens justifient leur présence ou leur désir d'être présents, avec un bel alibi moral. Ce en quoi il faut croire, ce sur quoi il faut parier ces jours-ci est plutôt limité, mais quant au sujet de notre conversation, je dirais que cette condescendance post-colonialiste est ce qui s'est réellement passé, et cela, permettez-moi d'ajouter, en regardant ces vingt années.

519YWQ7XUYL._SX336_BO1,204,203,200_.jpgEn parlant d'empires. L'Afghanistan a été appelé, historiquement, "le cimetière des empires". Est-ce aussi le "cimetière" de l'OTAN ?

J'avoue qu'il ne faut jamais dire oui d'avance à quelque chose que l'on veut mais qui ne s'est pas encore réalisé. Parce que franchement, si cela devait se produire, je dirais tout d'abord que cela découle d'une certaine logique. Parce que l'OTAN aussi est dans une situation similaire à certains égards, d'un point de vue politique et moral, à ce que je vous disais tout à l'heure, c'est-à-dire similaire à ces empires qui se promeuvent comme enseignants, missionnaires, savants. L'OTAN est également à la recherche d'un rôle international. Avec la fin de la guerre froide, l'OTAN aurait dû se retrouver dans la catégorie des organisations internationales au chômage. Et comme à un certain moment, certaines personnes, même de bonne foi, ont pensé qu'après tout, l'OTAN représente encore un lien de l'Europe avec les États-Unis qu'il ne serait pas prudent de gâcher, il y a donc cette tentative de l'OTAN de se réévaluer, de démontrer qu'elle a encore un but, une certaine utilité. Je regarde surtout vers nous, vers l'Europe, parce qu'en Europe il y a des pays et des groupes sociopolitiques qui raisonnent en ces termes sur l'OTAN. Ce discours de revalorisation de l'OTAN en ces termes présente un inconvénient extraordinaire pour nous, Européens. Parce que cela nous fait oublier que le prochain mouvement de l'Union européenne devrait être de reconstruire la CED, la Communauté Européenne de Défense, qui avait été par la suite torpillée par le Parlement français. Nous devons faire revivre la CED. Elle ne s'appellera plus comme ça, elle s'appellera l'Union européenne de défense ou quelque chose comme ça. Nous n'avons plus besoin de l'OTAN. Nous avons besoin de l'Union européenne de défense (UED).

En Italie, un débat s'est ouvert sur le fait de négocier ou de ne pas négocier avec les Talibans. Entre-temps, le directeur de la CIA a rencontré le chef des talibans à Kaboul il y a quelques jours. Comment dire? N'y a-t-il pas un peu d'hypocrisie dans tout ce tapage?

Je dois dire que le réalisme finit toujours par l'emporter. Et même ceux qui se sont exposés en déclarant qu'il était impossible de parler aux talibans finiront tôt ou tard par dire qu'il faut parler aux talibans. Il s'agit d'un type de logique qui présente de nombreux inconvénients. Car lorsque vous parlez à une organisation qui est si éloignée de ce que nous considérons comme la démocratie politique, ou l'État de droit, ou encore l'égalité des sexes, etc., c'est comme si vous l'aviez promue, autorisée à exister. J'avoue que cela me dérange un peu. L'idée que nous devions parler à ces gens m'agace. Bien sûr, chacun a sa propre justification pour exister, mais parler à ceux qui, à moins de changer d'avis, continueront à être ce qu'ils ont toujours été, eh bien, c'est vraiment difficile à accepter. Ils sont la négation de tout ce que nous considérons comme utile pour le plus grand nombre de personnes possible. Ils sont exactement le contraire. Parce que les Talibans ne sont pas une formation politique. Ce sont des "missionnaires". Et raisonner avec les missionnaires n'est jamais facile, et parfois c'est même carrément  inutile.

Écrire un commentaire