Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 août 2021

Le court-circuit djihadiste provoqué par les États-Unis

01-65061.jpg

Le court-circuit djihadiste provoqué par les États-Unis

par Alberto Negri

Source : Alberto Negri & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/il-cortocircuito-jihadista-degli-stati-uniti

Scénarios. Ne gouvernant pas le chaos qu'ils ont eux-mêmes créé, les Américains ont tenté ensuite de l'utiliser à leur profit en Irak, en Libye et en Syrie. Nous sommes à l'avant-garde de nouveaux troubles. Et pas seulement en Afghanistan.

Il y a des djihadistes utiles et d'autres non. Il vaut mieux manœuvrer les djihadistes que les combattre, ont pensé les Américains après les échecs en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie. Avec les talibans, on peut aussi trouver un accord: ainsi, en 2018 déjà, ils ont demandé aux Pakistanais, parrains des talibans, de libérer le mollah Baradar (photo, ci-dessous) et les danses de Doha ont commencé. Un spectacle que tout le monde a apprécié parce que personne, à cette époque, ne s'y est opposé.

VMXF3CY2WFFTDPWCEUK5FUDB2E.jpg

Bien sûr, il fallait vendre les Afghans qui avaient cru en l'Occident aux anciens bourreaux, mais la Maison Blanche n'est nullement tourmentée de scrupules, tant avec Trump qu'avec Biden. Après tout, en octobre 2019, Trump avait vendu les Kurdes, courageux alliés des États-Unis contre Isis, à la Turquie d'Erdogan: où est le mal à le faire à nouveau? Après tout, l'OTAN et les Européens digèrent tout.

C'est en utilisant des extrémistes islamiques que les États-Unis ont commencé leurs aventures dans ces régions: dans les années 1980, avec le Pakistan et l'Arabie saoudite, ils ont soutenu les moudjahidines afghans contre l'URSS. Beaucoup étaient des djihadistes, mais en Occident, nous les appelions "combattants de la liberté". Ce fut un succès: l'URSS a perdu la guerre et s'est retirée en 1989, laissant un gouvernement qui a duré seulement trois ans de plus.

combattantssyrie.jpg

Ensuite, les Américains ont également tenté en Syrie, avec la complicité de la Turquie d'Erdogan, de renverser Bachar El Assad: mais là, ils ont été stoppés en 2015 par la Russie renaissante de Poutine.

Lesdjihadistes avaient également contribué, à l'époque, à éliminer le régime de Kadhafi en 2011. Des guérilleros libyens et des djihadistes revenant d'Irak et d'Afghanistan étaient transportés de la Libye vers la Turquie pour traverser le territoire syrien avec des Tunisiens, des Tchétchènes, des Marocains, etc. La secrétaire d'État Hillary Clinton, dont l'équipe comprenait alors Toni Blinken, l'actuel chef de la diplomatie américaine, a pensé former une alliance de complaisance avec les djihadistes libyens anti-Assad en envoyant l'ambassadeur Chris Stevens à Benghazi: il a été tué par les salafistes d'Ansar Al Sharia le 11 septembre 2012. Et Clinton a perdu la Maison Blanche.

EN NE GÉRANT PAS le chaos qu'ils avaient eux-mêmes créé, les Américains ont essayé de l'utiliser contre leurs rivaux. En Irak, les États-Unis se sont retirés sous la présidence d'Obama en 2011, laissant le pays à son sort après l'avoir envahi en 2003 avec le mensonge des armes de destruction massive: le pays est tombé aux mains d'Al-Qaïda puis d'Isis.

Ces djihadistes ont été utiles pour enliser l'Iran, parrain du gouvernement local: en 2014, les Pasdarans et les milices chiites ont dû intervenir pour arrêter le califat aux portes de Bagdad. Bloquer le Croissant chiite et le mettre sous pression était le véritable objectif géopolitique de Washington. Une fois la mission accomplie, les Américains ont livré les Kurdes au massacre par les Turcs, éliminé Al Baghdadi et, le 3 janvier 2020, tué le général iranien Qassem Soleimani à Bagdad avec un drone.

Maintenant, les États-Unis sont partis, pour la deuxième fois, même de l'Irak, laissant la place à l'OTAN avec un contingent sous le commandement de l'Italie. Et après la défaite à Kaboul, nous devons croiser les doigts, car ils laissent généralement une terre brûlée derrière eux.

1258doha317907.JPG

LES ACCORDS DE DOHA étaient censés rendre l'Afghanistan aux Talibans, complices d'Al-Qaïda le 11 septembre 2001, mais aussi héritiers des moudjahidines préférés des antisoviétiques. En bref, il s'agissait d'une bonne opération pour s'effacer et rétablir "l'ordre" après avoir constaté l'échec de l'exportation de la démocratie libérale.
Lorsqu'ils ont commencé à négocier au Qatar, les Etats-Unis étaient conscients qu'ils allaient démanteler la "bulle" pro-occidentale dans un Afghanistan déjà contrôlé à 50% par les Talibans. Il suffisait d'un coup de vent et tout s'effondrait entre leurs mains.

Le 2 juillet, les États-Unis ont fermé de nuit la base de Bagram, sans prévenir l'armée afghane, en coupant l'électricité et l'eau: Kaboul était alors déjà perdue. Le message a été dévastateur pour le moral des soldats afghans qui se sont également retrouvés sans couverture aérienne en raison du retrait des techniciens et des contractants. Le timing a été mal calculé et les États-Unis et l'OTAN se sont retrouvés dans le chaos de l'aéroport et dans une évacuation plus chaotique que celle de Saigon 1975, où, toutefois, il n'y avait pas de kamikazes à affronter.

medium_2021-08-27-6f6a9643b5.jpg

ISIS-KHORASSAN ne sort pas de nulle part. Fondée en 2015, elle a mené quelque 70 attaques et a massacré le 8 mai 55 étudiants à Kaboul. Les Américains, l'armée afghane, les talibans et même Al-Qaïda s'étaient mobilisés pour la combattre. Avec l'attaque de Kaboul, Isis-K avait quatre objectifs : 1) frapper les États-Unis ; 2) saper la crédibilité de l'"ordre" taliban ; 3) frapper le rival Al-Qaïda ; 4) envoyer un message au djihad mondial, de l'Asie à l'Afrique du Nord, du Moyen-Orient au Sahel. Le retrait américain peut provoquer un effet domino sur la sécurité internationale.

Ce que nous voyons est un avant-goût du chaos à venir en Afghanistan et dans d'autres régions critiques du monde. Maintenant, raccourcir le délai et fuir laisserait, selon la plupart des estimations, des centaines de citoyens américains et des milliers de collaborateurs afghans bloqués en territoire hostile. Tous les candidats deviennent des otages. Mais rester plus longtemps serait une invitation à de nouvelles attaques terroristes contre l'aéroport par Isis-K et, après le 31 août, par les Talibans eux-mêmes. Le court-circuit djihadiste, déclenché il y a 40 ans par les États-Unis, électrocute et incinère ses opérateurs maladroits.

Écrire un commentaire