Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 29 août 2021

Échecs et Jeu de Go : les deux philosophies opposées des États-Unis et de la Chine

filejgo.png

Échecs et Jeu de Go : les deux philosophies opposées des États-Unis et de la Chine

Federico Giuliani

Ex: https://it.insideover.com/politica/scacchi-e-go-le-due-filosofie-opposte-di-usa-e-cina.html

En observant ce qui se passe en Afghanistan, et en retraçant ce qui s'est passé sous ces latitudes ces dernières années, il est possible de comparer deux approches différentes utilisées par les puissances mondiales pour faire des incursions à Kaboul et dans ses environs.

La première approche, adoptée par les Etats-Unis et, plus généralement, par les puissances occidentales, vise essentiellement à atteindre les objectifs fixés. À tout prix, sans compromis et sans prendre de raccourcis. L'autre, beaucoup plus pragmatique et attentiste, suit le comportement de la Chine, ce qui renvoie à l'esprit asiatique dans la résolution des affaires de la vie. Dans ce cas, au lieu de mener une action verticale, il est préférable d'encercler la cible sans la frapper, en attendant sa capitulation qui, tôt ou tard, devra venir.

jeu-echecs-sante.jpg

Soyons clairs: ces deux façons de traiter l'adversaire géopolitique ne sont pas construites à la planche à dessin et ne peuvent pas être définies comme de véritables stratégies. Beaucoup plus simplement, nous nous trouvons devant deux modes opératoires qui peuvent être placés aux antipodes et dictés par des contextes culturels différents. De ce point de vue, l'Ouest et l'Est peuvent être considérés comme deux extrêmes diamétralement opposés, tandis que les États-Unis et la Chine incarnent les "idéaux types" parfaits des approches mentionnées.

L'approche américaine (et occidentale) : la partie d'échecs

Nous pouvons faire une comparaison pour mieux comprendre la différence entre ces deux approches. L'attitude géopolitique utilisée par les Américains en Afghanistan suit les principes appliqués dans le jeu d'échecs ; au contraire, l'approche chinoise propose les règles du go (ou weiqi), un jeu de société similaire mais en même temps différent des échecs.

Dans le détail, deux philosophies opposées sous-tendent ces modus operandi. En comparant les stratégies des échecs et du go, il est possible de déduire une "philosophie de l'attaque" que l'on retrouve également dans les actions de politique étrangère de Washington et de Pékin. Alors qu'aux échecs l'objectif est d'abattre le roi par une attaque directe, auquel cas tous les autres pions sont éliminés, au go il existe un plan d'encerclement visant à neutraliser l'ennemi grâce à la force qui l'entoure et l'empêche de se déplacer.

En d'autres termes, aux échecs, le but est de dominer le centre du terrain afin d'obtenir un échec et mat. Les deux adversaires contrôlent une "armée" de 16 pions, chacun d'importance variable, dont un roi chacun. Dès qu'un des deux rois est "mangé", la partie est terminée avec la victoire de celui qui a réussi à manger le roi de son adversaire. Le concours se termine par l'anéantissement de l'adversaire. L'un des deux challengers devient ainsi le maître du territoire après avoir détruit l'autre. Et c'est précisément l'approche utilisée par les États-Unis en Afghanistan (et ailleurs).

L'approche chinoise : le jeu de go

Le discours du weiqi est différent, comme l'a souligné le site web China Files. Le go répond à une philosophie bien éloignée de celle qui guide les échecs. Dans ce cas, les deux joueurs doivent placer des pions d'importance égale sur une grille de 19×19 lignes. Calculatrice en main, il y a 361 intersections sur un plateau de Go, ce qui est beaucoup plus qu'aux échecs. Il y a deux camps, les Blancs et les Noirs. Mais personne n'est obligé de manger quelqu'un d'autre. Au début de chaque tour, chaque challenger place sa pierre dans l'une des intersections libres. L'objectif ici est de placer les pièces de manière à encercler celles du challenger.

Le but du go n'est donc pas d'anéantir l'adversaire, mais de contrôler une plus grande surface de la table que l'ennemi. De ce point de vue, la stratégie de la politique étrangère chinoise semble suivre la voie d'un joueur de Go. En Afghanistan, Pékin a essentiellement encerclé Kaboul par le biais d'accords commerciaux, de réunions et de dialogues de toutes sortes, afin d'amener le pays sous son influence géopolitique sans y faire la guerre. Il reste à voir laquelle des deux stratégies, surtout à long terme, portera le plus de fruits.

Commentaires

C'est marrant parce que les deux jeux sont chinois : échecs et Go.

Écrit par : MBM | lundi, 30 août 2021

Écrire un commentaire