Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 06 septembre 2021

Dynamiques politiques au Moyen-Orient

Fotolia_66171389_©-odriography.jpg

Dynamiques politiques au Moyen-Orient

Un certain nombre d'acteurs régionaux ont entamé un rapprochement actif entre eux.

L'Irak à la veille des élections

Des élections générales sont prévues pour le 10 octobre en Irak. Des représentants de plus de 75 pays et organisations internationales ont été invités en tant qu'observateurs.

Les experts externes et les hommes politiques irakiens attendent beaucoup des prochaines élections, car l'Irak a été secoué ces derniers mois par des crises allant des grèves aux effets de l'épidémie de coronavirus, en passant par des problèmes de sécurité non résolus.

Dans le même temps, l'éventuel retrait des troupes américaines du pays a été discuté. Yossi Cohen, l'ancien chef des services secrets israéliens MOSSAD, a récemment laissé entendre que les États-Unis pourraient se retirer prochainement d'Irak.

Des responsables irakiens ont exprimé des points de vue similaires.

Juma_Inad222.jpg

D'autres développements intéressants ont lieu. Le ministre irakien de la Défense, Juma Inad (photo), a annoncé le 27 août que l'Irak avait conclu un accord préliminaire pour acheter à la Turquie un ensemble d'armes pour plusieurs millions de dollars comprenant des drones armés, des hélicoptères d'attaque et des systèmes de guerre électronique.

Selon des sources turques, les négociations sont en cours depuis plus d'un an, avec une éventuelle pression des États-Unis. D'autre part, le gouvernement irakien n'a cessé d'exprimer ses protestations à la Turquie concernant les opérations militaires contre le Parti des travailleurs du Kurdistan. Toutes les actions de l'armée turque violent la frontière irakienne, mais Ankara se justifie en disant qu'elle ne viole pas la souveraineté irakienne, mais veut seulement s'occuper des terroristes. Récemment, la partie turque a exprimé son intention d'établir une base militaire permanente dans la région de Metina, dans le nord de l'Irak.

Le facteur kurde

La question turco-kurde reste assez compliquée et confuse. En apparence, on a l'impression que les Kurdes et les Turcs sont des ennemis irréconciliables. Mais sur le plan politique et économique, il y a une coopération. Par exemple, une partie du pétrole produit au Kurdistan irakien est vendue à la Turquie. On a appris l'autre jour que le président du Kurdistan irakien, Nechirvan Barzani, avait facilité une réconciliation entre le président turc Recep Erdogan et le prince héritier d'Abu Dhabi Mohammed bin Zayed.

M. Barzani s'est rendu aux Émirats arabes unis en juin et a discuté d'un large éventail de questions avec les dirigeants.

Dm7JQpXW4AA_1wW.jpg

La couverture médiatique la plus importante a porté sur la lutte contre le terrorisme et l'aide des EAU au Kurdistan irakien.

Cependant, une visite du conseiller à la sécurité nationale des EAU, Tahnoon bin Zayed al Nahyan, à Ankara a suivi quelque temps plus tard, au cours de laquelle il a rencontré le chef de la république turque.

EAU et Qatar

Il est connu que les investissements des EAU vers la Turquie ont été discutés. Toutefois, il n'est pas dit ce qui a été décidé au sujet de la principale contradiction à l'origine du désaccord entre la Turquie et les EAU - l'activité des Frères musulmans (interdits dans la région). Alors que les Émirats arabes unis avaient auparavant critiqué de nombreuses actions d'Ankara, la rhétorique a maintenant changé. Par exemple, Anwar Gargash, qui était auparavant ministre des affaires étrangères des Émirats arabes unis et qui occupe aujourd'hui le poste de conseiller en politique étrangère, a qualifié la réunion d'Ankara d'historique et de positive.

Par ailleurs, les Émirats arabes unis avaient déjà tenté de persuader la Turquie de rétablir des relations normales avec Damas. En contrepartie, la Turquie comptait sur une certaine influence des EAU sur les Kurdes syriens. Nous devons maintenant observer dans quelle mesure la position officielle d'Ankara sur les Frères musulmans va évoluer.

L'amélioration des liens avec les autorités égyptiennes officielles serait également le signe d'un changement de la politique turque à l'égard des radicaux. Mais il semble que la Turquie va progressivement, étape par étape, changer sa stratégie, en s'orientant vers l'établissement de bons contacts avec les EAU et l'Égypte.

En juin dernier, les chaînes de télévision égyptiennes d'opposition basées en Turquie ont été sommées de cesser d'émettre.

Plus tôt encore, les médias turcs avaient également cessé de critiquer les autorités égyptiennes.

En même temps, il y a eu un rapprochement entre les EAU et le Qatar. Doha, comme Ankara, soutient les Frères musulmans, si bien que les relations avec les Émirats sont difficiles.

QatarOMCmap.png

Le Qatar, en revanche, était auparavant en mesure de nouer des relations avec les alliés idéologiques des EAU que sont l'Arabie saoudite et l'Égypte. Cela a permis à Doha de coopérer avec Le Caire pour faciliter un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, repoussant Abu Dhabi, car les Émirats n'avaient pas tenu leur promesse d'utiliser les accords d'Abraham pour faire avancer le processus de paix.

L'Arabie saoudite et le Qatar, quant à eux, ont discuté d'une coopération plus étroite sur toute une série de fronts, avec pour point d'orgue la création du Conseil de coopération Arabie saoudite-Qatar - le tout avec en toile de fond la manière dont les liens bilatéraux entre Abou Dhabi et Riyad sont passés d'une phase de "lune de miel" en 2017 à une confrontation en 2021.

Les Émirats arabes unis ont mis fin à leur soutien à l'Arabie saoudite au Yémen, tout en affichant son triomphe.

Il est vrai que la Turquie estime que les Émirats n'ont pas d'autre choix, car ils ne peuvent plus compter sur les États-Unis et, comme les relations avec l'Arabie saoudite sont au point mort, ils ont besoin du soutien d'autres acteurs régionaux pour tenir tête à l'Iran.

Toutefois, ni le Qatar ni la Turquie ne sont des adversaires irréconciliables de l'Iran comme l'Arabie saoudite. Il semble plutôt qu'il s'agisse pour les Émirats de mener une politique étrangère plus équilibrée, sans actions agressives ni ambitions excessives.

Source: https://katehon.com/ru/article/politicheskaya-dinamika-na-blizhnem-vostoke

Écrire un commentaire