Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 octobre 2021

Le bonisme ou le "do-gooderisme"     

farp,small,wall_texture,product,750x1000.u2.jpg

Le bonisme ou le "do-gooderisme"     

Pedro López Ávila  

Ex: https://posmodernia.com/el-buenismo/

Pérez Reverte déclare dans une interview accordée à Semanal du 12 au 18 septembre 2021: "le XXIe siècle milite dans la médiocrité. L'excellence est pénalisée". Et votre serviteur ajouterait autre chose: le mensonge est récompensé. Car mentir avec l'effronterie de certains - sans broncher -, débiter des mensonges à droite et à gauche, est récompensé dans les urnes. Des conneries, comme dirait l'autre, mais c'est comme ça. On dirait que la modestie est tombée au fond de l'abîme et que l'important dans chaque action est le résultat final, et pour atteindre les objectifs il faudrait, comme condition sine qua non, entretenir l'ignorance et végéter avec elle le plus longtemps possible. 

Jamais il n'a été aussi présomptueux - et d'une insolence orgueilleuse - de n'avoir jamais lu un livre, quelle différence pour les dirigeants ! L'important pour les responsables est plutôt d'annihiler tout espace de réflexion et de faire en sorte que le groupe ou le collectif acquière plus de consistance que l'individu lui-même. Cela a toujours été l'éternelle conquête de la classe dirigeante: essayer d'adapter l'individu au dogme éthique dominant et l'y enchaîner; et en ces temps de modorra (de dormition, de somnolence), le dogme éthique que les vents actuels nous apportent est celui du "goodisme", du "bonisme", qui, à vrai dire, me rend fou et me rappelle les réflexions de Baroja sur la conception qu'il avait du système démocratique, qu'il définissait comme "l'absolutisme du nombre".

7568f403-186f-41e8-8c1c-91ba920a2686_16-9-aspect-ratio_default_0.jpg

Ce qui est vraiment grave ici, c'est que les gens ne veulent pas être amenés à penser, ce qui est dangereusement grave ici, c'est que nos modèles de coexistence orientent leur existence vers une société organisée comme s'il s'agissait d'un pur commerce; car les changements qui se produisent actuellement ne sont que les symptômes d'autres changements d'une portée beaucoup plus grande, qui sont en train de se consommer, pour la restructuration d'un monde dans lequel un nouvel ordre et une nouvelle ère s'imposeront à l'Occident.

Pendant ce temps, les masses silencieuses et dociles vaquent à leurs occupations : travailler (pour qui a un boulot), manger, boire et dormir. Le reste du temps est consacré à des comportements inspirés par l'évasion du quotidien, c'est-à-dire à des fêtes pantagruéliques, aux offices de Bacchus et aux réjouissances nocturnes. Je vais le dire autrement, pour qu'on me comprenne un peu mieux: les week-ends et les jours fériés, y compris les longs week-ends, devraient être consacrés exclusivement à offrir un culte au ventre, à manger pendant de longues heures dans de bons barbecues, ou bien à participer à la restauration jusqu'à épuisement des stocks; et, bien sûr, comme il ne faut pas perdre de temps entre les bouchées, et que le palais n'est pas dépourvu du sens du liquide, il est bien nécessaire de ne pas engloutir comme des dindes une bonne poignée de vin et de bière. Et c'est tout, il ne manque que le whisky et le sarao, qui commence avant la tombée de la nuit et dont on ne sait pas quand il se terminera.  La musique est forte et la danse est bonne. Aujourd'hui, les gens sont très dansants, donc la communication est servie. Si quelqu'un veut parler, qu'il aille se faire foutre, qu'il fasse grincer ses cordes vocales ou qu'il apprenne le langage des signes ; d'ailleurs, il n'y a pas beaucoup de choses à dire non plus, les gens se considèrent suffisamment informés de tout par la télévision. Dieu merci, les youtubers sont arrivés comme le dernier espoir.

Pourtant, cette classe moyenne, stabilisatrice du système, composée d'ouvriers, de commerçants, de fonctionnaires, d'employés, etc. ne se rend pas compte qu'elle est arrivée. Ils ne se rendent pas compte que le moment est venu d'être plus vigilants que jamais, de plus en plus, car les forces du "bonisme", qui poussent à la haine, sont, par nature, viles et beaucoup plus véhémentes que les forces conciliatrices et, de plus, derrière elles se cachent des intérêts économiques beaucoup plus grossiers et méprisables que ceux qui correspondent au modus vivendi de la petite bourgeoisie, dont ils veulent extirper toutes les valeurs héritées de la tradition. 

Ici, nous devons être tolérants envers les squatters, les criminels, ceux qui assassinent, ceux qui violent les femmes, ceux qui pillent, ceux qui se moquent de la religion catholique, les pédophiles, ceux qui volent, les putschistes, ceux qui sont condamnés comme des terroristes sanguinaires et ceux qui leur rendent hommage..... En bref, nous devons être bons et sympathiques envers tout ce que nous avons assimilé dans notre culture comme étant pervers et atroce, afin de ne pas être traités d'antipathiques ou accusés de crimes de haine pour avoir maudit cette racaille toujours plus abondante.

Nous le voyons tous les jours : le "goodisme", c'est-à-dire l'absurdité, a pris le dessus, et lutter contre lui est encore plus important, à ce moment de notre histoire, que les augmentations des tarifs d'électricité. Pour toutes ces raisons, c'est une tâche inexcusable pour nous tous, pour l'avenir de notre peuple, de ne pas céder à ceux qui veulent modeler notre esprit avec l'idéologie des nouveaux papes, qui veulent nous conduire par la main pour succomber à la domination d'une nouvelle société vulgaire et mécaniquement organisée, avec la perte conséquente des libertés individuelles.  

Comme le dirait José Vicente Pascual dans Posmodernia 14-9-2021 : "Nous devons sauver le monde de ceux qui veulent sauver le monde. Il n'y a pas d'autre choix. Soit nous nous débarrassons d'eux, dans le meilleur sens du terme "eux". Ou ils se débarrassent de nous, dans le pire sens du terme. 

Écrire un commentaire