Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 octobre 2021

L'UE tente de s'implanter dans la région indo-pacifique

euipreg.jpg

L'UE tente de s'implanter dans la région indo-pacifique

Leonid Savin

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/es-rvetsya-v-indo-tihookeanskiy-region

Le 16 septembre, la Commission européenne a publié la stratégie de l'UE pour la coopération dans la région indo-pacifique. Auparavant, le 19 avril, l'UE avait déjà déclaré son intérêt pour cette zone, en notant que la communauté souhaitait renforcer son implication dans l'espace indo-pacifique, pour lequel des approches et des principes d'engagement seraient développés.

Facteurs rationnels

Le document indique que l'avenir de l'UE et de la région indo-pacifique est inextricablement lié, compte tenu de l'interdépendance des économies et des défis mondiaux communs. La région comprend sept membres du G20 - l'Australie, la Chine, l'Inde, l'Indonésie, le Japon, la République de Corée et l'Afrique du Sud - ainsi que l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE), qui est un partenaire de plus en plus important pour l'UE. La région abrite les trois cinquièmes de la population mondiale, produit 60 % du PIB mondial, représente deux tiers de la croissance économique mondiale pré-pandémique et est à l'avant-garde de l'économie numérique. Les régions ultrapériphériques de l'UE et les pays et territoires d'outre-mer constitutionnellement liés à ses États membres constituent un élément important de l'approche de l'UE vis-à-vis de la région indo-pacifique.

Les bureaucrates de Bruxelles ont également inclus un programme vert dans la stratégie, déclarant dans le premier paragraphe que "la région indo-pacifique est à la fois une source importante de problèmes environnementaux mondiaux et un bénéficiaire potentiel de leur solution. La part de la région dans les émissions mondiales de dioxyde de carbone est passée de 37 % à 57 % depuis 2000, et la région sera responsable de plus de 70 % de la croissance de la demande énergétique mondiale d'ici à 2030. On s'attend à ce que le changement climatique exerce une pression supplémentaire sur la biodiversité marine, les ressources naturelles et la pêche, entraînant des changements dans la dynamique des écosystèmes. La région Indo-Pacifique comprend un certain nombre de points chauds en matière de biodiversité marine, comme le Triangle de Corail, qui abrite 76 % des espèces de coraux du monde et fait vivre 120 millions de personnes dans la région. À elle seule, la mer de Chine méridionale représente environ 12 % des captures mondiales de poissons et accueille plus de la moitié des navires de pêche du monde. La région est donc essentielle pour atténuer le changement climatique et protéger le fragile équilibre écologique de notre planète.

Elle est suivie d'une attaque ouverte contre la Chine.

"Ces dernières années, la dynamique géopolitique dans la région indo-pacifique a entraîné une concurrence accrue, notamment des tensions autour de territoires et de zones maritimes contestés. La part de l'Indo-Pacifique dans les dépenses militaires mondiales est passée de 20 % du total mondial en 2009 à 28 % en 2019. Une démonstration de force et des tensions accrues dans les points chauds régionaux, tels que la mer de Chine méridionale et orientale et le détroit de Taiwan, pourraient avoir un impact direct sur la sécurité et la prospérité de l'Europe. On constate également une augmentation des menaces hybrides, notamment dans le domaine de la cybersécurité. Les principes démocratiques et les droits de l'homme sont également menacés par les régimes autoritaires de la région, ce qui met en péril la stabilité de la région. De même, les efforts visant à créer des conditions de concurrence équitables au niveau mondial sur la base de règles commerciales transparentes sont de plus en plus compromis par des pratiques commerciales déloyales et la coercition économique. Ces évolutions exacerbent les tensions dans le commerce, l'approvisionnement et les chaînes de valeur. La pandémie de COVID-19 a mis à l'épreuve la résilience des économies, révélant davantage l'interdépendance de l'UE et des partenaires indo-pacifiques et soulignant que les deux parties gagnent en résilience grâce à un accès ouvert, diversifié et non faussé aux marchés mondiaux. Enfin, la crise actuelle en Afghanistan démontre également l'impact direct que les développements dans la région ont sur la sécurité européenne."

Libéralisme centré sur l'Occident

S'appuyant sur ces facteurs, l'UE déclare qu'elle doit renforcer sa coopération avec ses partenaires dans la région pour "promouvoir un ordre international fondé sur des règles". Avec cette phrase, les bureaucrates de l'UE montrent clairement qu'ils suivent les traces de Washington, où ils ne cessent de désigner un ordre international fondé non pas sur des lois et des accords, mais sur les règles que l'Occident collectif tente d'imposer au reste du monde.

Ce seront les principes sur lesquels l'UE fondera sa stratégie à long terme en Asie.

Il est indiqué que l'UE va :

- Renforcer et défendre un ordre international fondé sur des règles en promouvant une coopération multilatérale inclusive et efficace, basée sur des valeurs et des principes communs, y compris un engagement en faveur du respect de la démocratie, des droits de l'homme et de l'État de droit.

- Promouvoir des conditions de concurrence équitables et un environnement ouvert et juste pour le commerce et l'investissement ; - Contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD), en s'attaquant au changement climatique et à la dégradation de l'environnement sur terre et dans les océans, et soutenir.

- Soutenir une élaboration des politiques et une coopération véritablement inclusives qui tiennent compte des points de vue de la société civile, du secteur privé, des partenaires sociaux et d'autres parties prenantes clés.

- Établir avec la région des relations commerciales et économiques mutuellement bénéfiques qui favorisent une croissance économique et une stabilité inclusives, et facilitent et encouragent la communication.

- Participer dans la région en tant que partenaire à nos efforts de sensibilisation à l'impact des tendances démographiques mondiales.

twitter-global.jpg

Mise en œuvre pratique

En s'appuyant sur l'expérience antérieure de l'UE en matière d'accords multilatéraux, l'accent sera probablement mis sur la réglementation tarifaire des biens et des services, y compris le système de préférences généralisées, qui est déjà en place pour un certain nombre de pays. Le Pakistan, le Sri Lanka et les Philippines coopèrent déjà avec l'UE dans le cadre de l'accord SPG+ (qui porte sur le développement durable et la gouvernance). L'UE n'a jamais caché son intention de conclure des accords commerciaux avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande, qui appartiennent au bloc occidental, selon le schéma de civilisation de Samuel Huntington. L'Inde, avec laquelle des négociations ont déjà été engagées cette année, se distingue également. L'instrument de voisinage, de développement et de coopération internationale (NDICI) - Global Europe, une initiative lancée par le Parlement européen et le Conseil de l'Europe le 9 juin 2021, a un programme environnemental clair et s'inscrit dans la géographie de la région indo-pacifique.

En outre, l'UE entend conclure des partenariats numériques avec des acteurs clés tels que le Japon, la Corée du Sud et Singapour. Avec eux, l'intention est de tester le modèle initial et de l'étendre ensuite au reste des pays.

Le programme Erasmus+ sera appliqué à l'éducation. En matière de sécurité, l'expérience de l'EU NAVFOR dans diverses missions sera étendue de l'océan Indien au Pacifique. L'UE va tenter d'établir une présence dans le Pacifique Sud sous couvert de lutte contre la piraterie, la contrebande et le trafic de drogue. L'UE dispose également d'un projet intitulé "Enhancing Security Cooperation in and with Asia" (ESIWA), dans le cadre duquel l'Inde, l'Indonésie, le Japon, la Corée, Singapour et le Vietnam sont des partenaires pilotes. Des experts militaires de l'UE sont déjà déployés en Indonésie et au Vietnam.

La liste des actions prévues par l'UE comprend la nécessité de finaliser les négociations commerciales avec l'Australie, l'Indonésie et la Nouvelle-Zélande, de tenir des négociations sur les investissements avec l'Inde, de conclure les négociations avec les pays d'Afrique de l'Est, de relancer éventuellement les négociations commerciales avec la Malaisie, les Philippines et la Thaïlande et de négocier éventuellement un accord commercial entre les régions avec l'ANASE. Des accords éventuels avec la Malaisie, la Thaïlande et les Maldives, ainsi que la conclusion d'alliances et d'accords verts, sont envisagés. Australie, Nouvelle-Zélande,

Singapour, la Corée et le Japon sont indiqués comme des pays ayant une pensée similaire qui pourraient être connectés au programme Horizon Europe. Le Japon et l'Inde sont considérés comme des partenaires importants pour établir des liens avec la région. Enfin, la nécessité d'"explorer les moyens d'assurer un déploiement accru de forces navales par les États membres de l'UE pour aider à protéger les lignes de communication maritimes et la liberté de navigation dans la région indo-pacifique, tout en renforçant les capacités de sécurité maritime des partenaires dans la région indo-pacifique" est mentionnée.

Étant donné que la Chine est à peine mentionnée parmi ces partenaires et partenaires potentiels (uniquement dans le cadre de la nécessité de réduire les émissions de dioxyde de carbone et en tant que sujet de conflits), on peut en conclure que l'UE renforcera clairement sa présence face à la RPC, notamment en raison du recours déclaré à un "ordre international fondé sur des règles" et de la volonté de déployer des forces navales pour garantir la liberté de navigation. Ces actions des États-Unis n'ont fait jusqu'à présent qu'accroître les tensions et les risques en mer de Chine méridionale et autour de Taïwan. L'UE veut clairement marcher sur les mêmes plates-bandes.

Enfin, il y a un esprit clair de néocolonialisme dans la nouvelle stratégie, même s'il est dissimulé derrière des phrases sur la coopération et l'égalité.

Écrire un commentaire