Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 12 juillet 2022

La guerre hybride dans les zones grises

22-04-06-iss-today-hybrid-warfare-KA-banner.jpg

La guerre hybride dans les zones grises

Anastasia Tolokonina

Source: https://www.geopolitika.ru/article/gibridnaya-voyna-v-seryh-zonah

Recension du livre de L.V. Savin Hybrid Warfare and the Grey Zones (en anglais)

"Celui qui sait faire la guerre conquiert l'armée d'autrui sans combattre ; prend les forteresses d'autrui sans les assiéger ; écrase l'État d'autrui sans garder longtemps son armée", dit le célèbre et antique traité chinois L'art de la guerre, dont la paternité est traditionnellement attribuée au chef militaire et stratège Sun Tzu (VIe-Ve siècles avant J.-C.).

Étonnamment, cette déclaration est encore très pertinente aujourd'hui. En outre, Sun Tzu peut être considéré comme l'un des premiers théoriciens dans le domaine de la guerre hybride, qui semble être un phénomène moderne. Le traité de cet ancien philosophe chinois sert encore de base aux approches théoriques des services de renseignements de nombreux pays, dont les États-Unis.

sun-tzu-illustration-wall-art.jpg

En parlant du rôle des États-Unis dans la formation du concept de guerre hybride, il convient de noter que le terme a été développé et appliqué pour la première fois dans ce pays. Au fil du temps, le concept américain (et généralement occidental) de guerre hybride n'a cessé d'évoluer, provoquant de nombreuses controverses parmi les nombreux chercheurs et analystes qui étudient la guerre hybride. L'un de ces analystes est L. Savin, qui, dans son livre Hybrid War and the Gray Zone, a examiné en détail la genèse du concept de guerre hybride, les développements savants des auteurs occidentaux et la transformation ultérieure du terme. Dès le titre de la monographie, il est facile de comprendre qu'en plus de la guerre hybride, l'ouvrage examine un autre phénomène non moins remarquable, à savoir la "zone grise". Ainsi, Savin examine en détail l'évolution du concept occidental de guerre hybride et de zone grise, et analyse les changements intervenus dans les approches de l'étude de ces phénomènes dans le contexte de l'évolution de l'image géopolitique du monde.

savin_gvsz_oblozhka.jpg

Avant d'aborder le contenu du livre, je voudrais dire quelques mots sur l'auteur. L.V. Savin est un politologue et l'auteur de nombreux ouvrages sur la géopolitique et les conflits contemporains, dont Towards Geopolitics, Networked et Networked Warfare. Une introduction au concept, Ethnopsychologie. Peuples et pensée géopolitique, Nouvelles façons de faire la guerre. How America Builds Empire, et bien d'autres. Il est le rédacteur en chef du portail d'information et d'analyse geopolitika.ru, qui suit la ligne et l'approche eurasiennes. À cet égard, même avant de lire le livre, on aurait pu supposer que L.V. Savin s'exprimerait dans l'esprit de l'eurasianisme, en critiquant le modèle mondialiste unipolaire du monde promu par les États-Unis. Il s'est avéré que ces hypothèses n'étaient pas fausses.

La monographie Guerre hybride et zone grise se compose de trois parties, elles-mêmes divisées en paragraphes plus petits. Toutefois, avant de passer directement à l'examen des concepts de guerre hybride et de zone grise, L.V. Savin met en lumière certains des changements intervenus dans les conflits contemporains ces dernières années. En outre, l'auteur aborde les nouvelles tendances des relations internationales dans le contexte de la réalité géopolitique actuelle. Selon le politologue, dans notre monde complexe et controversé, la question des nouvelles formes de conflits doit être abordée de manière aussi objective et prudente que possible, car il n'est pas facile de trouver une compréhension commune de tout problème moderne.

La première partie du livre est consacrée à l'évolution du terme "guerre hybride" depuis sa première mention en 1998 jusqu'à aujourd'hui. L.V. Savin examine les diverses interprétations du concept développées par la communauté militaro-scientifique occidentale. Ainsi, l'auteur étudie et analyse les travaux de R. Walker, J. Pinder, B. Nemeth, J. Mattis et F. Hoffman, C. Gray, M. Booth, J. McQueen, N. Freyer, R.W. Glenn, B. Fleming, ainsi que les documents doctrinaux américains sur la guerre hybride, notamment le concept américain de menace hybride de 2009, Le guide 2015 de l'organisation de la structure des forces pour contrer les menaces hybrides, Analyse de la stratégie militaire américaine 2015, TRADOC G-2, Joint Operating Environment 2035. La force interarmées dans un monde contesté et désordonné 2016. En outre, L.V. Savin examine les approches de l'OTAN et de l'UE, qui ont développé leur propre concept de guerre hybride.

Il convient de noter qu'une place à part dans tous les développements théoriques des pays occidentaux sur la question de la guerre hybride est accordée à la Russie. L'auteur de la monographie consacre un paragraphe séparé à ce phénomène. En particulier, Savin décrit en détail l'approche du major de l'armée américaine Amos Fox, qui évalue les actions de la Russie dans le contexte de la guerre hybride.

guerre-hybride-1024x620.png

Après avoir lu ce chapitre, il devient clair pourquoi le terme "guerre hybride" est si difficile à comprendre. La réponse est simple : il n'existe pas de définition unique de la "guerre hybride" car, premièrement, chaque chercheur interprète le concept différemment, et deuxièmement, il change et évolue constamment en fonction du contexte géopolitique.

En outre, le terme est très ambigu et est interprété par toutes les parties selon leurs propres intérêts. Quant aux interprétations occidentales du concept de guerre hybride, la plupart d'entre elles affirment que la guerre hybride est principalement menée par la Russie, la Chine, la Corée du Nord et l'Iran. De toute évidence, qualifier ces pays d'"acteurs hybrides" est largement dépourvu de sens, puisqu'il n'y a pratiquement aucun pays (et encore moins de grandes puissances) qui ne soit actuellement engagé dans une guerre hybride. La guerre hybride est la nouvelle réalité (est-elle nouvelle ?) dans laquelle la société moderne existe. De plus, le fait d'étiqueter un "acteur de la guerre hybride" fait lui-même partie de la guerre hybride menée par les pays occidentaux, entre autres.

La deuxième partie de la monographie, comme on peut le deviner, explore un autre concept, la "zone grise". Ce chapitre commence à nouveau par l'étiquetage de la Russie. Cette fois, L.V. Savin cite l'exemple d'une déclaration de Brian Clark de l'Institut Hudson, qui a noté que "la Russie mène une guerre agressive dans la zone grise contre le Japon". Ainsi, l'auteur lance le sujet d'une nouvelle discussion - sur les interprétations du concept de zone grise.

Le deuxième chapitre examine à nouveau l'évolution du concept, en fournissant les interprétations du Département d'État et du Congrès américains, ainsi que des principaux groupes de réflexion tels que RAND et CSIS. Il convient de noter que de nombreuses approches sont accompagnées d'illustrations sous forme de diagrammes, ce qui facilite grandement la compréhension de l'une ou l'autre interprétation du concept de "zone grise". L.V. Savin considère deux interprétations de la "zone grise" - comme une zone géographique contestée et comme un instrument de lutte politique. L'auteur présente les cas de la Chine, qui a des territoires contestés en mer de Chine méridionale, et d'Israël avec son activité de longue date dans la zone grise.

Le concept de "zone grise" n'est pas moins ambigu que la notion discutée précédemment. Comme dans le cas de la guerre hybride, L. V. Savin pense également que la "zone grise" servira d'étiquette spéciale pour toute action de certains États dans les années à venir, principalement la Russie, la Chine, l'Iran et la Corée du Nord. Après avoir lu ce chapitre, on peut tirer une conclusion similaire à celle citée précédemment sur la guerre hybride, et ce n'est pas un hasard : les concepts de "guerre hybride" et de "zone grise" sont en effet très similaires et interchangeables à bien des égards ; on ne voit pas immédiatement quelle est la différence, ou si elle existe tout court. C'est à cela que notre auteur consacre la troisième partie du livre.

Ainsi, dans le troisième chapitre, le politologue combine les deux concepts en question en analysant divers documents et études dans lesquels "zone grise" et "guerre hybride" semblent être synonymes. Cette partie du livre répond définitivement à la question de savoir si la guerre peut encore être menée sans hostilités directes. En outre, l'étude de cas la plus récente de l'auteur, l'opération spéciale russe en Ukraine, prouve une fois de plus que les acteurs de la guerre hybride et des actions dans les "zones grises" ne sont pas seulement la Russie, la Chine, l'Iran et la Corée du Nord, mais aussi l'Occident "collectif". De nouveaux instruments et méthodes de confrontation sont en effet régulièrement introduits et testés dans les points chauds par divers pays, dont la Russie et les États membres de l'OTAN et d'autres acteurs internationaux.

Quant aux différences entre les deux termes, elles sont effectivement difficiles à définir, et le troisième chapitre le confirme. Comme le montrent de nombreuses études examinées par L.V. Savin, la confusion entre "zone grise" et "guerre hybride" est effectivement possible. Ce phénomène est expliqué le plus clairement par Arsalan Bilal, membre de l'équipe de recherche de l'Université de l'Arctique : "une guerre hybride elle-même peut avoir lieu dans une zone grise, et une zone grise, respectivement, crée les conditions d'une guerre hybride.

amosfoks.jpg

En résumé, L.V. Savin répète la thèse selon laquelle l'Occident continuera à qualifier la Russie d'"acteur hybride" et à l'accuser d'actions malveillantes dans la zone grise, en utilisant pour ce faire une rhétorique politique et des données fabriquées. En outre, Savin explique pourquoi il est important et nécessaire d'étudier les approches et l'expérience occidentales en matière de guerre hybride.

En ce qui concerne l'impression de la lecture de la monographie, on peut dire sans aucun doute qu'elle ajoute grandement au bagage de connaissances sur le sujet de la guerre hybride, qui est actuellement plus pertinent que jamais. Cette monographie sera particulièrement utile aux lecteurs qui étudient les nouvelles formes de conflits - guerre de l'information, cyber-guerre, guerres économiques, etc.

Il convient également de noter plusieurs nuances. Tout d'abord, malgré la petite taille du livre, on ne peut pas dire qu'il soit facile à lire. La monographie de L.V. Savin contient beaucoup de terminologie complexe, qui ne convient pas au lecteur non préparé. Mais il ne faut pas oublier que cet ouvrage s'adresse à un public particulier - chercheurs et théoriciens dans le domaine de la polémologie, des relations internationales et de la stratégie militaire, décideurs politiques et personnes impliquées dans le développement de contenus d'information. Autrement dit, pour lire cette monographie, il faut avoir une certaine base de connaissances, au moins en relations internationales.

Deuxièmement, pour la plupart, l'ouvrage décrit des études occidentales sur le sujet donné. Bien que l'on ressente le point de vue et le sentiment de l'auteur "entre les lignes" en lisant la monographie, il aurait été souhaitable que L.V. Savin commente davantage et raisonne ouvertement. Cela aurait permis d'approfondir le sujet des guerres hybrides et des zones grises, ainsi que de mieux comprendre ce que les experts occidentaux tentent de transmettre aux lecteurs de leurs travaux. Les commentaires d'un expert ne sont jamais superflus.

hybrid_warfare-001_0.jpg

Deux conclusions importantes peuvent être tirées après la lecture de ce document. Premièrement, la guerre hybride est une réalité dans laquelle nous devrons toujours exister. Nous faisons nous-mêmes partie de la guerre hybride, et à bien des égards, nous en sommes l'objet. À l'ère de la société de l'information et de la technologie, il n'y a pas d'autre moyen : nous faisons partie de cette réalité géopolitique lorsque nous accédons aux réseaux sociaux, lisons les nouvelles, allumons la télévision, etc. Nous sommes tous des objets d'une influence omniprésente, des objets d'un flux d'informations sans fin qui sert les intérêts d'un côté ou de l'autre de la guerre hybride. La deuxième conclusion, qui découle de la première, est que nous devons être capables de prendre toute information de manière critique. Même si une source fait autorité (et les sources citées dans la monographie font très autorité), elles servent toutes également les intérêts de quelqu'un et sont toujours biaisées, comme le prouve le livre de L.V. Savin.

Où en sommes-nous ? Leonid Savin, expert russe en géopolitique, a répondu à nos questions sur l'avenir possible

savin.jpg

Où en sommes-nous ?

Leonid Savin, expert russe en géopolitique, a répondu à nos questions sur l'avenir possible

Costantino Ceoldo & Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/es/article/donde-estamos

Près de six mois se sont écoulés depuis le début de l'opération militaire spéciale russe en Ukraine et le scénario qui se présente à nous n'est pas celui auquel l'Occident s'attendait.

Les attentes caressées par les chancelleries occidentales ici, dans l'Empire du Bien, étaient de voir la Russie perdre son élan initial en peu de temps, pour finir dans une coulée de boue suite aux sanctions politiques et économiques et aux défaites militaires de plus en plus patentes, jusqu'à ce que les armées russes soient obligées de s'arrêter et de rentrer à Moscou la tête basse et la queue entre les jambes, vaincues et humiliées.

Il est difficile de comprendre ce qui passe par la tête de nombreux analystes occidentaux qui nient l'évidence ou, du moins, ne suspendent pas leur jugement en attendant des événements plus précis. Peut-être qu'un sens mal placé du patriotisme pousse certains à se ranger systématiquement du côté de ce qui est maintenant le mauvais côté depuis la chute du mur de Berlin et la dissolution de l'Union soviétique. En pensant aux autres, feu le journaliste allemand Udo Ulfkotte me vient aussi à l'esprit, aux nécessités de la vie quotidienne et à ces petits luxes indispensables qui rendent la vie si agréable à certains qu'ils en oublient qu'ils ne sont que des scribouillards dont on loue les services (ndlr: Sur Udo Ulfkotte, lire: http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2017/01/15/une-grande-perte-pour-nos-libertes-udo-ulfkotte-est-mort.html ).

Malgré la quantité impressionnante de sanctions que l'Occident a imposées à la Russie de Poutine, malgré l'aide militaire, économique et en matière de renseignement apportée au régime de Kiev, le Donbass est désormais presque entièrement libéré et Moscou se prépare à libérer également Odessa et la Transnistrie. À moins d'un bouleversement inattendu sur le terrain en faveur de Kiev et de son président qui peut jouer du piano avec son propre pénis, la guerre se terminera probablement par une victoire russe et la réalisation des objectifs déclarés de Moscou.

Quels objectifs, à moyen et à long terme ?

Leonid Savin, un expert russe en géopolitique, a répondu à nos questions sur l'avenir possible.

Pourquoi la politique étrangère américaine stagne-t-elle depuis des décennies sur les voies habituelles que nous connaissons tous bien maintenant ?

La principale technique américaine est simple. En politique intérieure, elle se fonde sur la formule du triangle de fer (entreprises - lobbies - gouvernement) qui se reflète également dans la politique étrangère. Dans les relations internationales, en revanche, Washington utilise le principe de la carotte et du bâton, masqué par l'idée de hard power/soft power. Mais l'objectif est le même: contrôle des ressources à l'étranger, domination et hégémonie.

Est-il possible que la situation actuelle, y compris la guerre en Ukraine, soit due au caractère excessivement raisonnable de la Russie envers l'Occident dans le passé ?

C'est à cause de l'irresponsabilité et de la logique tordue de l'Occident. Même aux États-Unis, de nombreux scientifiques et personnalités politiques s'accordent à dire que la crise en Ukraine est le résultat de l'expansion de l'OTAN impulsée par les États-Unis. Nous constatons maintenant que de nombreuses initiatives de la part des gouvernements occidentaux, en particulier des États-Unis, ont eu lieu pour isoler et fragmenter la Russie. L'esprit de la guerre froide est encore dans leur tête. Mais l'époque de la guerre froide est révolue. La Russie n'attendra pas de voir comment l'Occident tente de la détruire.

La Maison Blanche, le Pentagone et le Département d'État suivent-ils la même ligne de conduite convenue, ou devons-nous nous attendre à une autre "fronde des généraux" comme cela s'est produit avec la Syrie ?

Il semble que la Maison Blanche et le Département d'Etat soient d'accord sur la Russie. Le Pentagone est plus prudent, mais suit les ordres de Biden et Blinken. Le ministère de la Défense a récemment annoncé qu'il allait fournir une aide supplémentaire à l'Ukraine. Globalement, nous voyons donc une stratégie unifiée contre la Russie.

La crise ukrainienne vise-t-elle également à neutraliser les aspirations de Berlin à une plus grande indépendance vis-à-vis de Londres et de Washington ? À votre avis, Berlin aurait-il pu chercher la protection de Moscou ces dernières années en poursuivant un programme sur le long terme ?

L'axe Moscou-Berlin-Paris est le pire cauchemar des atlantistes. En effet, le livre de Brooks Adams écrit à la fin du 19e siècle contient la thèse de la nécessité pour l'Amérique d'empêcher une future amitié entre la Chine, la Russie et l'Allemagne au profit de Washington. Les États-Unis craignent l'intégration continentale de l'Eurasie sous quelque forme que ce soit. C'est pourquoi ils utilisent la stratégie du "diviser pour régner". Jusqu'à présent, il n'y a aucun signe que Berlin s'engage dans une politique souveraine et indépendante. Certains ministres font simplement des pas de géant. Nous avons entendu que l'Allemagne ne fournira plus d'armes à l'Ukraine parce qu'elle doit maintenir la Bundeswehr dans un état normal de fonctionnement. C'est une bonne nouvelle, mais elle n'est pas suffisante. D'autre part, la leçon de la Russie sur l'approvisionnement et les prix du gaz aidera les politiciens allemands à bien réfléchir.

L'opération militaire spéciale en Ukraine se déroule-t-elle comme prévu ?

Oui, c'est le cas. Nous procédons étape par étape. Il n'y a pas de termes concrets, seulement des objectifs. Maintenant, la République populaire de Lugansk a été libérée. L'étape suivante sera la République populaire de Donetsk et d'autres régions d'Ukraine. Chaque jour, il y a moins de chances pour la dictature de Zelensky et plus de chances pour les prochaines revendications russes.

Kiev court-il le risque sérieux de se retrouver enclavé et de voir l'étendue de son territoire fortement réduite, même au profit de certains de ses "amis" à la frontière occidentale ?

Les "amis" de la frontière occidentale sont très intéressés par l'intégration de ces parties de l'Ukraine dans leur territoire le plus rapidement possible. Je pense que ce genre d'opportunité se présentera bientôt. Mais la côte revêt également une importance stratégique pour l'Ukraine. Les régions qui produisent la majeure partie du PIB de l'Ukraine (les secteurs industriels du sud-est) sont actuellement sous contrôle russe. Le port d'Odessa sera une bonne récompense après d'autres succès dans la région de Zaporozhie et la région de Nikolaev sous administration russe (très bientôt, espérons-le).

Pouvez-vous nous informer sur les laboratoires biologiques américains (malheureusement) notoires en Ukraine ?

Les dernières nouvelles concernaient le lien entre les citoyens russes disparus en Ukraine depuis 2014 et l'activité de ces laboratoires. Des enquêtes sont en cours.

Parlons économie : le système MIR rend-il la Russie indépendante de SWIFT et à l'abri de son éventuelle exclusion ?

En Russie, nous pouvons utiliser Mastercard et Visa ; il n'y a pas encore de problèmes. Le MIR est plus indépendant car c'est un produit national, mais il est limité à l'étranger. Aujourd'hui, les gouvernements russes négocient pour l'installer dans des pays amis.

À quoi ressemblera la nouvelle monnaie de réserve internationale, sera-t-elle exclusive ou coexistera-t-elle avec le dollar ?

Sur le marché boursier russe, nous constatons que le yuan est plus utile que le dollar américain. La Chine est en train de construire son propre système de transaction. En outre, Pékin et Moscou ont convenu d'organiser une autre monnaie mondiale pour éviter toute dépendance.

Le moment unipolaire américain est-il définitivement terminé ?

Oui, bien sûr. Mais comme pour tout changement global, nous aurons des turbulences pendant un certain temps encore.

Si vous le permettez, j'aimerais conclure par une question naïve : pourquoi les peuples occidentaux sont-ils encore si convaincus que leurs gouvernements sont "bons" ?

Les raisons sont peu nombreuses. Les gouvernements sont issus du peuple et le mythe de la démocratie reste fort. Les élites politiques disposent d'outils d'influence, de l'éducation aux médias en passant par l'appareil répressif. Enfin, ces dernières décennies, on a assisté à un sérieux déclin de la pensée politique indépendante, influencée par le consumérisme.

lundi, 06 juin 2022

La guerre hybride: encadrer le discours

guerre-hybride-1024x620.png

La guerre hybride: encadrer le discours

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/gibridnaya-voyna-teper-uzhe-diskurs-freym

Outre les militaires de haut niveau et les décideurs politiques, des institutions et organisations de recherche occidentales s'impliquent dans l'étude du phénomène de la guerre hybride (qui est devenu un domaine interdisciplinaire). L'Université arctique norvégienne, par exemple, dispose d'un groupe de recherche sur la zone grise et la guerre hybride. Il compte 20 membres, dont sept professeurs. Les domaines de recherche comprennent la géopolitique, la technologie, le droit et la sociologie. Les résultats sont des propositions de gestion des conflits, de stratégies, de défense, etc. Le site Web du groupe indique que "nous explorons à la fois la manière dont ces concepts sont définis et compris, ainsi que les différentes menaces et la manière dont elles sont perçues, de l'individu et du public aux niveaux national et international. Nos sujets de recherche incluent : "Personnes", "Géopolitique", "Droit" et "Technologie". Nous examinons les différentes manières de gérer les menaces, les crises et les guerres possibles, y compris la préparation locale et la confiance du public, les stratégies de préparation nationales, la défense commune, les approches pan-gouvernementales et intégrées. Nous souhaitons comprendre les complexités du vaste tableau des menaces, de l'utilisation de la désinformation et des opérations psychologiques/d'information aux cyberattaques sur les infrastructures et aux incursions militaires qui conduisent à l'érosion de la confiance et de la sécurité dans les sociétés" (1).

Christer Pursiainen May 2016.JPG

L'une des publications d'un auteur de ce groupe, Krister Pursiainen (photo), porte sur l'infrastructure critique de la Russie (2). Elle fournit une analyse des définitions, une liste des installations et des structures qui traitent de la sécurité dans leur domaine.

La responsable du groupe, le professeur Gunhild Hoogensen Gjorv, est également l'une des responsables du groupe international EU-HYBNET, un réseau paneuropéen de lutte contre les menaces hybrides qui est financé par la Commission européenne dans le cadre du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'UE et lancé en mai 2020 (le projet lui-même est d'une durée de 60 mois, soit cinq ans). Le projet est coordonné par l'Université des sciences appliquées d'Espoo, en Finlande.

indhybnetex.png

Le réseau comprend le Centre d'excellence européen pour les menaces hybrides (European Hybrid CoE (3), le Centre de ressources communes de la Commission européenne (4), l'Organisation européenne pour la sécurité (5) représentant la communauté des chercheurs et des CSI de 15 pays de l'UE, la Plate-forme polonaise pour la sécurité intérieure et plusieurs autres institutions, organisations et agences gouvernementales de toute l'Europe.

f6d0d4317b2c45f9915df0eea54a69c1.jpg

800x12inter00.jpg

Il ressort de ces publications que les auteurs de l'équipe de recherche de l'Université de l'Arctique adoptent une large approche interdisciplinaire. Par exemple, dans une publication, Gunhild Hoogensen Gjorv (photo) écrit que "bien qu'il n'existe pas de définition convenue des menaces et/ou de la guerre hybrides, certaines caractéristiques peuvent être mises en évidence. En général, la guerre hybride 1) utilise une combinaison de techniques militaires et non militaires, englobant les domaines militaire, politique, économique, civil et de l'information ; 2) l'adversaire est souvent caché ou dispersé et peut être un acteur étatique ou non étatique (ou les deux) ; 3) elle contrôle le récit par des combinaisons d'informations et de désinformation ; 4) elle utilise des cyberattaques contre des infrastructures critiques ; 5) elle est conçue pour déstabiliser ou affaiblir la cible, ce qui se traduit par des attaques souvent inférieures aux "seuils définis par l'article 5 de l'OTAN". En bref, cela conduit à une distinction floue entre la paix et le conflit. La guerre hybride s'appuie fortement sur des sphères non militaires. Les civils jouent un rôle central dans le conflit en tant que source de vulnérabilité sociopolitique potentielle pour la société et en tant que cibles de menaces et d'attaques non militaires, y compris de campagnes de désinformation" (6).

Un autre article examine la question du genre dans le contexte des menaces hybrides. Il indique que "la dynamique qui sous-tend les menaces hybrides démontre la complexité des différentes manières dont le genre et les autres marqueurs d'identité sont définis et manipulés pour atteindre des objectifs spécifiques. Le genre est un concept relatif dont la construction varie en fonction de l'espace géographique et du temps. L'influence des constructions de genre doit être comprise en relation avec d'autres catégories et hiérarchies de pouvoir socialement construites, telles que la race et la classe. La conceptualisation et la définition du genre sont très fluides et dynamiques, en fonction des événements et des acteurs impliqués dans le processus de construction. Les catégories de genre peuvent être manipulées et modifiées dans les discours, utilisées en politique ou reconstruites par les individus et les communautés pour répondre à la vulnérabilité sociale. Les menaces hybrides ... montrent comment le genre est complexe et s'entrecroise avec d'autres identités. Dans les situations de menace qui se concentrent sur les identités (généralement) marginalisées ou non dominantes, l'identité de l'autre est créée par rapport à soi-même et posée comme anormale, ne correspondant pas au groupe dominant" (7).

69773_Elementsofhybridwarfare101_1578577050785.jpg

Il convient de noter que l'article fait référence à des dimensions mondiales, ce qui indique une tentative des pays de l'OTAN d'élaborer un plan d'action en dehors de leur domaine d'expertise. "L'utilisation d'approches intersectorielles de l'analyse nous permet de comprendre des régions plus vastes et plus complexes qui sont de plus en plus ciblées par des menaces hybrides. Mais nous devons aller plus loin. Certaines recherches s'accumulent sur les démocraties du nord du monde, mais on en fait moins sur le sud du monde, où un nombre croissant de nouvelles démocraties émergentes peuvent être extrêmement vulnérables à d'éventuelles opérations d'influence et de désinformation. Il existe une lacune dans la littérature qui explore les divers aspects des menaces et des guerres hybrides dans le sud du monde, en particulier en Afrique. La littérature existante sur les cas africains fait très peu de recherches sur la mesure dans laquelle la technologie affecte les institutions, la gestion de crise ou les normes (et vice versa) " (8).

Étant donné l'activisme politique des États-Unis dans la diffusion de l'idéologie des minorités sexuelles sous le couvert de la normalité, on peut dire que la Maison Blanche et le Département d'État américain mènent une guerre hybride en instrumentalisant le genre comme objectif politique.

Le numéro de février 2022 de leur lettre d'information aborde le thème de la manipulation et de l'interférence des informations. "L'action proposée est considérée comme un moyen de renforcer la réponse paneuropéenne aux menaces hybrides survenant dans le domaine de l'information. En outre, les actions proposées pourraient être un moyen de soutenir la mise en œuvre du système d'alerte rapide des États membres de l'UE et la mise en œuvre du plan d'action de l'UE pour la démocratie, axé sur la "lutte contre la désinformation, l'ingérence étrangère et les opérations d'ingérence dans l'information". La solution proposée contribuerait également aux actions prévues dans la stratégie de sécurité de l'UE en mettant l'accent sur les menaces hybrides.

Un autre membre du groupe, Arsalan Bilal, a publié son texte directement sur le site de l'OTAN. Il stipule que "la guerre hybride implique l'interaction ou la fusion d'instruments de pouvoir conventionnels et non conventionnels et d'instruments de subversion. Ces outils se combinent de manière synchronisée pour exploiter les vulnérabilités de l'antagoniste et obtenir des effets synergiques. L'objectif de la combinaison d'outils cinétiques et de tactiques non cinétiques est d'infliger des dommages à l'État en guerre de manière optimale. En outre, la guerre hybride présente deux caractéristiques distinctives. Premièrement, la frontière entre la guerre et le temps de paix devient floue. Cela signifie qu'il est difficile de définir ou de distinguer le seuil de la guerre. La guerre devient insaisissable car elle est difficile à mettre en œuvre.

La guerre hybride en deçà du seuil de la guerre ou de la violence ouverte et directe rapporte des dividendes, même si elle est plus facile, moins chère et moins risquée que les opérations cinétiques. Il est beaucoup plus facile, disons, de parrainer et de diffuser de la désinformation en collaboration avec des acteurs non étatiques que d'introduire des chars sur le territoire d'un autre pays ou de faire voler des avions de chasse dans son espace aérien. Les coûts et les risques sont sensiblement moindres, mais les dégâts sont réels. La question clé ici est : peut-il y avoir une guerre sans hostilités directes ou confrontation physique ? Étant donné que la guerre hybride imprègne les conflits interétatiques, on peut répondre à cette question par l'affirmative. Elle reste également étroitement liée à la philosophie de la guerre. L'art suprême de la guerre consiste à soumettre l'ennemi sans combattre, comme le suggérait l'antique stratège militaire chinois Sun Tzu.

bb19dfe7426d844a0e42bc6427246504.png

La deuxième caractéristique déterminante de la guerre hybride concerne l'ambiguïté et l'attribution. Les attaques hybrides ont tendance à se caractériser par une grande ambiguïté. Cette ambiguïté est délibérément créée et étendue par les acteurs hybrides afin de compliquer l'attribution ainsi que la réponse. En d'autres termes, le pays visé est soit incapable de détecter l'attaque hybride, soit incapable de l'attribuer à un État susceptible de la perpétrer ou de la parrainer. En utilisant les seuils de détection et d'attribution, l'acteur hybride rend difficile pour l'État cible l'élaboration de réponses politiques et stratégiques... La guerre hybride rend la dynamique du conflit peu claire non seulement parce qu'elle offre une boîte à outils vaste et en expansion pour miner l'ennemi, mais aussi parce qu'elle permet de miner sa sécurité sur deux fronts simultanément. Cela s'applique également aux objectifs primordiaux de la guerre hybride. Le front des capacités exploite les vulnérabilités de l'État cible dans les sphères politique, militaire, économique, sociale, informationnelle et infrastructurelle jusqu'à l'affaiblir de manière tangible et fonctionnelle" (10).

Bilal qualifie le paysage complexe du conflit lui-même de zone grise, confondant ainsi les deux concepts. Selon cette approche, une guerre hybride elle-même peut se dérouler dans une zone grise, tandis que la zone grise crée par conséquent les conditions d'une guerre hybride.

Ensuite, selon la logique de Bilal, la Russie n'a pas mené de guerre hybride contre l'Ukraine en 2014, lorsque les troupes russes sont arrivées en Crimée, car il s'agit d'un niveau différent et évident d'utilisation des forces armées. Mais alors, pourquoi les représentants de l'OTAN et de l'Ukraine ont-ils constamment accusé la Russie de mener une guerre hybride ? La pluralité des interprétations de ce terme continue de différer de façon spectaculaire.

Les chercheurs de l'Université de la défense nationale de Suède ont également tendance à confondre zone grise et guerre hybride. Dans une monographie sur le sujet, ils écrivent que "l'environnement de sécurité internationale a évolué ces dernières années en une zone instable et de plus en plus grise de guerre et de paix. Les défis de sécurité posés par les menaces et les guerres hybrides figurent désormais en bonne place sur l'agenda de la sécurité dans le monde entier. Cependant, malgré l'attention et le nombre croissant de recherches sur des questions spécifiques, il existe un besoin urgent de recherches qui attirent l'attention sur la façon dont ces questions peuvent être abordées afin de développer une approche globale pour identifier, analyser et contrer la violence liée au sexe" (11).

Il est intéressant de noter qu'un chapitre a inclus le référendum catalan sur l'indépendance en Espagne parmi les cas de guerre hybride. Cependant, il a été déclaré (sans aucune preuve) que les forces de sécurité russes étaient impliquées dans ce projet.

Ainsi, nous pouvons constater que la guerre hybride en Occident devient un concept de plus en plus confus et flou, mais de plus en plus commode à utiliser à des fins politiques, car pratiquement n'importe quel domaine de la vie peut être attribué à la guerre hybride et ainsi justifier l'ingérence des gouvernements dans la vie privée, restreindre les droits et libertés des citoyens, et justifier leurs propres échecs, leur corruption et leur ignorance par certaines menaces hybrides émanant d'autres États.

Sources :

1) https://uit.no/research/thegreyzone

2 Christer Pursiainen. Russia’s Critical Infrastructure Policy: What do we Know About it? European Journal for Security Research (2021) 6:21–38. https://doi.org/10.1007/s41125-020-00070-0

3 https://www.hybridcoe.fi/

4 https://ec.europa.eu/info/index_en

5 http://www.eos-eu.com/

6 Gunhild Hoogensen Gjørv. Hybrid Warfare and the Role Civilians Play, Aug 2, 2018.

https://www.e-ir.info/2018/08/02/hybrid-warfare-and-the-r...

7 Jane Freedman, Gunhild Hoogensen Gjørv, Velomahanina Razakamaharavo. Identity, stability, Hybrid Threats and Disinformation // Icono 19 (1), 2021. Р. 43. doi:10.7195/ri14.v19i1.1618

https://uit.no/Content/713066/cache=20210201130129/2021%2...

8 Ibidem. Р. 61.

9 EU-HYBNET Policy Brief No3. Information Manipulation and Interference. Empowering a Pan-European Network to Counter Hybrid Threats, February 2022. Р. 4.

https://euhybnet.eu/wp-content/uploads/2022/02/EU-HYBNET_...

10 Arsalan Bilal. Hybrid Warfare – New Threats, Complexity, and ‘Trust’ as the Antidote. 30 November 2021.

https://www.nato.int/docu/review/articles/2021/11/30/hybr...

11 Niklas Nilsson, Mikael Weissmann, Björn Palmertz, Per Thunholm and Henrik Häggström. Hybrid Warfare - Security and Asymmetric Conflict in International Relations. Bloomsbury Publishing, 2021.

 

vendredi, 13 mai 2022

Le bâton américain est resté sans carotte

teddy4.jpg

Le bâton américain est resté sans carotte

Leonid Savin

Source: https://katehon.com/en/article/american-stick-was-left-without-carrot

Les États-Unis exercent des pressions sur d'autres pays dans le cadre des relations avec la Russie, limitant de fait leur souveraineté!

Les États-Unis ont la capacité d'appliquer de vastes mesures pour exercer des pressions sur d'autres pays, non seulement dans le cadre de relations bilatérales, mais aussi par le biais d'organisations internationales contrôlées telles que le FMI et la Banque mondiale. Bien que ces mesures violent le droit international, elles sont devenues monnaie courante pour les praticiens de la diplomatie préventive, c'est-à-dire des menaces de sanctions ultérieures qui peuvent avoir un effet économique et politique à long terme.

En particulier, il a été noté précédemment que les pays qui votaient contre la position des Etats-Unis à l'ONU, étaient ensuite confrontés à des restrictions dans l'obtention de prêts ou de crédits auprès de ces organisations financières. Ce fut le cas lors du vote pendant l'opération Tempête du désert contre l'Irak. Les États-Unis ont appliqué une option similaire à la Russie. Cela explique la participation d'un si grand nombre de pays en développement à la liste des États qui ont voté contre la Russie à l'ONU.

Dans le même temps, afin d'éviter le coup de bâton américain, la Serbie amie a même voté contre Moscou ! Le président Aleksandr Vucic s'est défendu plus tard en disant que la décision a été prise sous la pression des pays occidentaux, mais la Serbie ne va pas imposer de sanctions contre la Russie. Compte tenu de l'occupation du Kosovo, la Serbie ne dispose pas de sa pleine souveraineté, même en théorie, et elle est donc obligée de trouver un équilibre entre le collectif occidental, au milieu duquel elle est encerclée, et la Russie.

Cependant, elle comprend que la restauration de sa souveraineté ne peut se faire que grâce à l'aide de la Russie, et non aux actions de l'Occident. Le temps le plus proche nous dira comment cette orientation se développera, surtout si l'on considère la récente fourniture d'armes par la Grande-Bretagne aux Kosovars, que Belgrade a considéré comme une action inamicale [i].

Le cas le plus évident d'ingérence américaine récente dans les affaires intérieures d'un autre pays en raison d'une position indépendante est le changement de gouvernement au Pakistan. Le Premier ministre était à Moscou lors du début de l'opération spéciale en Ukraine et a rencontré les dirigeants de notre pays [ii].

Le Pakistan n'a pas voté contre la Russie à l'ONU et a également refusé de condamner Moscou après un appel collectif des ambassadeurs de l'UE. De Washington, par l'intermédiaire de l'ambassadeur pakistanais aux États-Unis, on lui a dit qu'il devait démissionner, sinon ce serait pire pour le Pakistan. Imran Khan n'a pas eu peur de le dire ouvertement lors d'un rassemblement public, où il a déclaré qu'une ingérence évidente de l'extérieur avait eu lieu.

1903_TR_Intervenes_In_Panama-Scar.jpg

Mais le coup d'État parlementaire a quand même eu lieu, bien qu'il y ait eu des tentatives pour empêcher un vote de défiance. Il y a maintenant un gouvernement pro-américain au Pakistan, qui a commencé à changer les principaux ministres. Et le "Mouvement pour la solidarité" fait descendre des milliers de ses partisans dans les rues de différentes villes du pays. Des manifestations de masse sont prévues à Islamabad même, à la fin du mois sacré du Ramadan.

Aujourd'hui encore, le Pakistan connaît un niveau record de sentiment anti-américain. Imran Khan a juré de combattre à la fois l'ingérence américaine et le "gouvernement importé", par lequel il entend la coalition actuelle à l'Assemblée nationale de la Ligue musulmane-N et du Parti du peuple pakistanais.

Étant donné la situation fragile du Pakistan, ce "coup d'État" frappera en premier lieu le peuple pakistanais lui-même, qui souffre de turbulences à long terme et d'un manque de stabilité politique.

En Inde voisine, Washington a également tenté d'influencer les décisions relatives à l'interaction entre New Delhi et Moscou.

Lors du sommet 2+2 entre l'Inde et les États-Unis, qui s'est tenu le 12 avril dans la capitale indienne, les questions du conflit en Ukraine et d'éventuelles restrictions commerciales et économiques ont été abordées. Au cours de la conférence ministérielle conjointe, il y a eu une condamnation sans équivoque des morts civils et des appels à un cessez-le-feu immédiat, mais il n'a pas été possible d'obtenir que l'Inde cesse d'acheter des ressources énergétiques russes et même des armes aux États-Unis.

Bien que Blinken et le chef du Pentagone, Lloyd Austin, tentent d'attirer l'Inde dans leur orbite, New Delhi ne croit pas aux promesses et se montre pragmatique quant à l'élargissement de la coopération indo-américaine dans le domaine militaro-technique. La méthode du bâton n'est pas appliquée à l'Inde, même si les États-Unis n'ont pas vraiment de carotte.

Roosevelt_monroe_Doctrine_cartoon.jpg

Mais la Turquie a clairement succombé à la pression américaine. La veille, Ankara a annoncé la fermeture du ciel turc aux avions russes se rendant en Syrie. Comme l'a expliqué le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, l'autorisation de vol des avions russes a été délivrée pour trois mois et a été prolongée à plusieurs reprises, et maintenant elle a pris fin. Les Turcs en ont informé Moscou à l'avance. Cela s'applique aussi bien aux avions civils que militaires.

Tout cela ne va évidemment pas sans l'intervention des États-Unis, qui tentent d'exercer une pression maximale sur la Turquie, puisqu'elle ne s'est pas jointe aux sanctions contre la Russie (ce qui affecterait grandement les intérêts de la Turquie elle-même).

En Amérique latine, la Maison Blanche tente également, sinon de mettre sur pied une coalition anti-russe, du moins de forcer certains pays à imposer des sanctions anti-russes. À cet égard, les États-Unis ont obtenu le plus grand succès en Colombie, où de nouvelles élections présidentielles pointent le bout de leur nez et où, dans un contexte d'instabilité sociale aiguë, des accusations se font de plus en plus entendre en direction du Venezuela, où se trouveraient des militaires russes susceptibles de causer quelques dégâts en Colombie.

En outre, le président colombien Ivan Duque a tenu des propos sévères à l'encontre de la Russie, soulignant que les militants des FARC pourraient avoir certains liens avec la Russie. Et en relation avec sa rhétorique, une déclaration spéciale a été faite par la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Mariya Zakharova, notant la nécessité de préserver les relations amicales russo-colombiennes, malgré un tel ton ignorant du chef de la Colombie [iii].

Nous pouvons supposer que l'activité actuelle du département d'État américain, d'une manière ou d'une autre, est liée à la politique anti-russe. Si ce n'est pas directement, c'est au moins indirectement.

Vers le 20 avril, le secrétaire d'État américain Antony Blinken, accompagné du secrétaire à la sécurité intérieure Alejandro Mayorkas, s'est rendu au Panama pour discuter des questions de migration et des sanctions contre la Russie. Officiellement, Blinken a remercié les dirigeants panaméens pour leur position pro-américaine [iv].

Étant donné que pour le Panama, les États-Unis sont le principal partenaire économique et le principal investisseur direct (y compris l'exploitation du canal, où plus de 70 % des marchandises qui y transitent sont destinées aux États-Unis ou en proviennent), il est évident qu'ils suivront les instructions de Washington [v].

En outre, plus tôt, l'Ukraine, par l'intermédiaire de son ambassadeur dans ce pays, a essayé d'obtenir du Panama qu'il ferme le canal pour le passage des navires russes. Cependant, les autorités panaméennes ont refusé d'imposer de telles restrictions, invoquant le statut neutre du canal par rapport aux affaires internationales [vi].

Il est significatif qu'auparavant, l'affaire du dossier Panama contenant des données sur les comptes de divers oligarques ait été utilisée par les États-Unis contre la Russie pour imposer des sanctions supplémentaires [vi]. Il est probable qu'à l'avenir, le Panama imposera des restrictions sur l'utilisation de son pays pour les investissements russes ou un certain type de transactions financières. Mais les principaux acteurs d'Amérique latine résistent encore aux exigences anti-russes de Washington.

Le Mexique a refusé de se conformer aux sanctions contre la Russie, comme il l'a fait précédemment avec Cuba. Il ne faut pas oublier que le président Lopez Obrador est critique à l'égard des États-Unis, même s'il comprend la forte dépendance de son pays vis-à-vis de son voisin du nord [vii] - [viii].

Jusqu'à présent, l'Argentine fait face à cette pression avec succès - le ministre des affaires étrangères de ce pays, Santiago Cafiero, a déclaré que l'Argentine ne prendra pas de telles mesures [ix].

Roosevelt-Corollary-to-Publish.jpg

Le Brésil a généralement condamné les sanctions occidentales contre la Russie car elles exacerbent les conséquences économiques du conflit et nuisent aux peuples qui dépendent des ressources de base.

"[Ces sanctions] peuvent exacerber les conséquences économiques du conflit et affecter la principale chaîne d'approvisionnement", a déclaré début avril le ministre brésilien des Affaires étrangères, Carlos França, en référence à l'embargo imposé par l'Occident, dirigé par les États-Unis, contre la Russie.

Lors d'une audition devant la commission des relations étrangères du Sénat, le ministre brésilien des affaires étrangères a clairement indiqué que de telles mesures visent à réaliser les intérêts d'un petit groupe de gouvernements, tout en nuisant aux autres qui dépendent des ressources de base [x]. Il est nécessaire de prendre en compte la forte dépendance de ces deux pays à l'égard de la fourniture d'engrais russes, dont dépend le secteur agricole du Brésil et de l'Argentine.

Il existe encore de nombreux pays d'Afrique et d'Asie qui ont condamné extérieurement les actions de la Russie à l'ONU, mais qui continuent officiellement à coopérer. Tôt ou tard, Washington leur demandera de se joindre aux sanctions imposées ou d'établir des restrictions spéciales.

Évidemment, cela affectera leur propre souveraineté, et dans ce choix difficile, beaucoup dépend de la volonté politique des dirigeants. Toutefois, la diplomatie russe ne devrait pas attendre les nouvelles machinations du Département d'État, mais plutôt poursuivre activement sa politique étrangère et maximiser la coopération avec les États amis et neutres.

Notes:

[i] https://ria.ru/20220417/serbiya-1783965016.html

[ii] https://www.geopolitika.ru/article/chto-budet-s-pakistanom

[iii] https://mundo.sputniknews.com/20220421/rusia-lamenta-la-retorica-negativa-del-presidente-colombiano-en-su-contra-1124653073.html

[iv] https://www.state.gov/secretary-antony-j-blinken-and-homeland-security-secretary-alejandro-mayorkas-panamanian-foreign-minister-erika-mouynes-and-panamanian-public-security-minister-juan-manuel-pino-forero-at-a-joint-pr/

[v] https://www.state.gov/secretary-blinkens-trip-to-panama-commitments-to-a-regional-approach-to-hemispheric-migration-and-to-anti-corruption-efforts/

[vi] https://mundo.sputniknews.com/20220420/el-canal-de-panama-el-arma-que-occidente-no-podra-usar-contra-rusia-1124605364.html

[vii] https://www.telesurtv.net/news/EE.UU.-usara-Panama-Papers-para-imponer-mas-sanciones-a-Rusia-20160407-0026.html

[viii] https://www.business-standard.com/article/international/mexico-declines-to-join-russia-sanctions-seeks-to-stay-on-peaceful-terms-122030200448_1.html

[ix] https://ria.ru/20220423/sanktsii-1785124287.html

[x] https://www.hispantv.com/noticias/brasil/540594/sanciones-rusia-conflicto-ucrania

jeudi, 12 mai 2022

Que faut-il attendre de l'élection présidentielle turque de 2023?

180625123719-07-turkey-election-062418-exlarge-169.jpg

Que faut-il attendre de l'élection présidentielle turque de 2023?

Leonid Savin

Source: https://katehon.com/en/article/what-expect-2023-turkish-presidential-election

Pour la Russie, la défaite de Recep Erdogan peut être utile

Des élections présidentielles et législatives auront lieu en République de Turquie à l'automne 2023. Le pays ayant récemment connu une forme de gouvernement présidentiel (ce qui a donné lieu à des accusations d'usurpation du pouvoir par Erdogan de la part de l'opposition et des pays occidentaux), l'essentiel pour l'avenir de la Turquie n'est pas la répartition des sièges au parlement, mais le poste de chef d'État. L'orientation future de notre politique en dépend, tant dans la sphère extérieure que dans les affaires intérieures.

Le Parti de la justice et du développement de Recep T. Erdogan, au pouvoir, dispose aujourd'hui, selon les sondages, d'environ 33 % du soutien des électeurs. Les avoirs économiques créés sous le règne d'Erdogan sont orientés vers la Russie, le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Asie.

Mais la politique étrangère d'Erdogan elle-même est clairement expansionniste - sous lui, la Turquie a pris pied dans le nord de la Syrie et dans certaines parties de l'Irak, a participé aux batailles en Libye et a étendu sa zone économique en Méditerranée, bien que de manière unilatérale. Les méthodes de soft power de la Turquie sont activement utilisées en Asie centrale, en Afrique et dans les Balkans.

Accord-cartttEgypte-Carte.jpg

5172eae_57453tensionsB-TURQUIE-630.png

Bien que des mesures conservatrices aient été prises en politique intérieure, comme le retrait de la Convention d'Istanbul, qui rapproche les positions de la Turquie et de la Russie, et assimile aux yeux de l'Occident le président Vladimir Poutine et Erdogan à des dirigeants autocratiques.

Quelles sont les ambitions politiques de l'opposition turque actuelle et des autres forces qui prétendent participer à la construction de l'État ?

Le principal concurrent du parti d'Erdogan est le Parti républicain du peuple aux racines historiques, puisqu'il a été créé par le fondateur de la Turquie moderne, Atatürk Kemal. Selon les sondages de sortie des urnes, ils ont maintenant 28%. Le parti n'a pas de programme et d'idéologie clairement perceptibles. Ils sont un mélange hétéroclite de libéraux de gauche, d'anciens communistes, d'Alevis (c'est-à-dire de minorités religieuses), de groupes laïques, de partisans du mariage homosexuel et d'autres pro-occidentaux.

Ils ont une position pro-allemande prononcée (il faut rappeler qu'un grand nombre de Turcs vivent en Allemagne), d'où l'orientation extérieure vers l'UE. En ce qui concerne l'agenda politique intérieur, ils s'appuient sur une opposition ouverte à Erdogan.

kapak_090555.jpg

Le chef du parti est un politicien plutôt âgé, Kemal Kılıçdaroğlu (photo), qui est complètement dépendant des sociétés occidentales et des oligarques turcs liés à l'Europe. Il a déjà annoncé qu'il participerait aux élections en tant que candidat à la présidence. Sur les questions internes du parti, Kılıçdaroğlu est une figure de compromis qui règle les désaccords internes du parti.

Il est assez significatif que l'actuel maire d'Istanbul, Ekrem İmamoğlu, soit plus charismatique et plus performant. Il a également manifesté son intérêt à participer aux élections, mais la direction du parti lui a interdit de se présenter, considérant qu'il valait mieux occuper le poste de chef de la métropole.

Il convient d'ajouter que le parti dispose d'un assez bon financement, et que l'ancienne élite kémaliste le soutient par solidarité. L'Union des industriels et des entrepreneurs de Turquie, qui a précédemment établi des liens avec des structures européennes, est un donateur du Parti républicain du peuple.

Un autre personnage clé du Parti républicain du peuple est Ünal Çeviköz, qui est responsable de la politique étrangère. Ancien employé du ministère turc des Affaires étrangères, il est membre d'une loge maçonnique et a participé en 2019 à une réunion du club Bilderberg.

Il y a aussi le relativement nouveau Parti du Bien (IYI) - ce sont des nationalistes occidentaux, et le parti lui-même a en fait été créé par les États-Unis et l'UE afin d'arracher une partie de l'électorat au parti de Recep Erdogan. Il est paradoxal que les dirigeants de l'IYI s'opposent à la Russie, alors que l'électorat ordinaire nous traite normalement (y compris au sujet de l'opération en Ukraine).

Meral_Akşener_İYİ_Party_(cropped)1.jpg

Le chef du parti est une femme - Meral Akşener (photo), et elle est pro-occidentale dans ses convictions. Ils sont maintenant dans une coalition avec le Parti républicain du peuple. On ne sait pas encore si Meral Akşener se présentera en tant que candidate indépendante à la présidence.

Le Parti démocratique des peuples, qui représentait les intérêts des Kurdes, ne pourra probablement pas se remettre des purges et arrestations massives. Le chef du parti, Selahattin Demirtaş, est un politicien expérimenté, et les représentants locaux ont remporté de nombreux sièges à la mairie lors des dernières élections, mais ils ont tous été arrêtés car soupçonnés d'être impliqués dans le terrorisme. Théoriquement, leurs chances sont bonnes, mais le gouvernement actuel ne leur permet tout simplement pas de consolider officiellement leur victoire et d'étendre leur influence.

Toutefois, les analystes occidentaux soulignent que ce sont les Kurdes qui constitueront un atout important lors des prochaines élections, car ils ont une démographie croissante et comptent de nombreux jeunes de dix-huit ans et plus parmi eux.

Il se murmure qu'un parti trouble-fête pourrait être formé, composé de partisans du clan Barzani du Kurdistan irakien, car ils entretiennent de bonnes relations officielles avec Ankara. Barzani admet le bombardement turc d'une partie du Kurdistan irakien, où se trouve le siège du Parti des travailleurs du Kurdistan.

La question est de savoir comment convaincre la jeunesse kurde de Turquie de rejoindre ce parti, et quelle sera la position concernant la nomination d'un candidat à la présidence. Bien que tout cela ne soit que des affabulations théoriques et qu'il soit tout à fait possible qu'Erdogan poursuive le cours de la répression des Kurdes turcs.

Selon les sondages d'opinion, le Parti démocratique des peuples est le plus russophobe et le plus pro-occidental.

resized_a094d-78cbb38f7f26ad4c400bf5d270fee1f6.jpg

Enfin, il y a le Parti du mouvement national (dirigé par Devlet Bahçeli - photo). En fait, ce sont les fameux "loups gris", c'est-à-dire les nationalistes religieux. Ils sont maintenant les alliés d'Erdogan. D'ailleurs, de toutes les organisations répertoriées, ce sont les meilleures en Russie.

Et le dernier facteur de la politique turque est l'armée. Mais après une tentative de coup d'État ratée en 2016, l'armée a été sévèrement purgée. Maintenant, ils sont complètement subordonnés à Erdogan, et il n'y a aucune ambition politique parmi les militaires, à moins qu'à un niveau secret profond, il y ait un petit groupe de conspirateurs.

Si l'on parle de chances réelles, compte tenu de la situation actuelle, alors Recep Erdogan a les meilleures positions à l'heure actuelle. Bien que le pays connaisse un niveau élevé d'inflation et que la livre turque se soit effondrée il y a quelques mois, le parti au pouvoir dispose d'une ressource administrative et utilise la situation de la politique étrangère à son avantage.

0630534001589840695_1515065_920x517.jpg

À titre d'exemple, nous pouvons citer l'équilibre actuel des relations avec la Russie et l'Ukraine. Pour organiser le flux touristique de la Russie vers la Turquie, une compagnie aérienne supplémentaire est créée. Tandis que des drones Bayraktar sont livrés à l'Ukraine et qu'un soutien diplomatique est apporté.

Et c'est dans ces relations et cet équilibre des forces que la Turquie a un intérêt géopolitique important à affaiblir la Russie. Ce n'est pas un hasard si les Turcs s'intéressent activement à la Crimée et ne la reconnaissent pas comme faisant partie de la Russie, ainsi qu'au Caucase et à la région de la Volga. La Turquie a besoin du projet du panturquisme pour servir de parapluie et de justification à une éventuelle ingérence dans les affaires intérieures de la Russie.

La chaîne de télévision russophone TRT adhère à un cours ouvertement russophobe, qui soutient Navalny et Khodorkovsky, sans parler de l'incitation au séparatisme à l'intérieur de la Russie en mettant l'accent sur l'identité musulmane et turque. Le projet de "génocide circassien" y est également lié, ainsi que divers éléments commémoratifs, tels que des noms de rues en l'honneur de Dzhokhar Dudayev.

Comme le Parti de la justice et du développement se concentre sur l'identité religieuse turque, le souvenir de l'ancienne grandeur de l'Empire ottoman est également très important pour la politique moderne. Et là aussi, il y a une place pour les aspirations anti-russes, car la Turquie rappelle le rôle de l'Empire russe dans la libération des Balkans de la domination turque et une série de guerres russo-turques.

Par conséquent, l'affaiblissement possible de la Russie dans cette région est considéré comme une nouvelle opportunité pour le retour du pouvoir perdu. Et si vous le regardez à travers un prisme religieux, l'expansion turque pour Ankara est aussi la propagation de l'Islam dans de nouveaux territoires. Dans le même temps, la version turque de l'Islam est clairement différente de la version arabe classique.

Par conséquent, il est peu probable que le maintien du pouvoir suprême pour Erdogan conduise à une amélioration des relations avec la Turquie. Au mieux, une coopération pragmatique se poursuivra, notamment en raison de la forte dépendance de la Turquie vis-à-vis des approvisionnements en pétrole et en gaz russes. Mais dans le pire des cas, Ankara se comportera de manière plus persistante et agressive à l'égard de Moscou, et elle devra alors envoyer des signaux explicites, tels qu'une interdiction d'importation de légumes ou une suspension du flux touristique.

Si la situation s'avèrera encore pire, il est difficile d'imaginer quel niveau la confrontation entre la Russie et la Turquie pourra atteindre. Encore une fois, il faut se rappeler que la Turquie est membre de l'OTAN et peut se joindre aux sanctions occidentales à tout moment.

Considérons maintenant la version qui se produirait si des forces pro-occidentales prenaient le pouvoir en Turquie. Par exemple, avec l'aide d'injections financières et d'autres moyens, le chef du Parti républicain du peuple prendra le poste de président.

Tout d'abord, ils commenceront à éliminer les réalisations d'Erdogan, tenteront de revenir au format de la république parlementaire et promouvront activement un système politique laïc. Bien sûr, étant donné leur position pro-occidentale, les Etats-Unis et l'UE les presseront pour qu'ils se dressent contre la Russie. Mais il est peu probable qu'ils renoncent au gaz et au pétrole russes, même s'ils peuvent soutenir certaines des sanctions et le feront très probablement.

En général, il y aura un grand conflit d'intérêts. Cependant, il y aura le chaos à l'intérieur du pays, et compte tenu de cela, il est peu probable que les pro-occidentaux poursuivent une politique étrangère expansionniste. Le plus probable est qu'ils essaieront d'améliorer les relations avec l'UE, et encore une fois, ils attendront naïvement de rejoindre cette association.

Il est certain que les pays musulmans seront sceptiques à l'égard du nouveau gouvernement, ce qui signifie une réduction ou un retrait du soutien des riches États du Golfe. Et un tel affaiblissement de la Turquie sera bénéfique pour la Russie, car avec une approche compétente, il sera possible non seulement de préserver les acquis nécessaires, mais aussi de montrer à la société turque tous les avantages de relations bilatérales véritablement de bon voisinage.

dimanche, 08 mai 2022

Technogéopolitique : réinterpréter la formule de Mackinder pour le pouvoir sur le monde

AdobeStock_274411692.jpg

Technogéopolitique : réinterpréter la formule de Mackinder pour le pouvoir sur le monde 

Par Leonid Savin

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/tecnogeopolitica-reinte...

Dans son ouvrage classique intitulé Democratic Ideals and Reality, Halford Mackinder a souligné que le développement économique de la Grande-Bretagne et de l'Allemagne au XIXe siècle et les actions ultérieures des gouvernements de ces pays, qui ont conduit à la Première Guerre mondiale, ont été influencés par la même source. - Il s'agit du livre d'Adam Smith Sur la richesse des nations.

En raison des différentes attitudes culturelles, des conclusions différentes ont été tirées et des méthodes différentes ont été utilisées. La Grande-Bretagne était une nation insulaire et utilise sa puissance maritime pour protéger ses intérêts, souvent au détriment des peuples colonisés. Bien que l'Allemagne possèdait également des colonies dans différentes parties du monde, elle donnait davantage le ton aux projets continentaux, d'où l'émergence d'une union douanière et de projets ferroviaires.

Avec le changement actuel de l'ordre technologique mondial, nous observons un phénomène similaire dans différentes régions: malgré les 30 dernières années de mondialisation active, il existe des signes évidents de protectionnisme national tant dans les pays industrialisés que dans les États qui sont encore en train de rattraper leur retard... Seulement, l'accent est désormais mis sur d'autres technologies.

Selon un rapport du Boston Consulting Group et de Hello Tomorrow, les technologies profondes pourraient "changer le monde comme l'a fait Internet". Les investissements dans ce domaine aux États-Unis ont quadruplé depuis 2016 dans des secteurs tels que la biologie synthétique, les matériaux avancés, la photonique et l'électronique, les drones et la robotique, et l'informatique quantique, en plus de l'intelligence artificielle. Alors que le rapport affirme qu'il n'existe pas de technologie profonde, il n'y a qu'une seule approche de la technologie profonde. [i]

Les entreprises deep tech partagent quatre caractéristiques communes: elles sont orientées vers les problèmes (elles ne commencent pas par la technologie pour ensuite chercher des opportunités ou des choses qui peuvent être résolues); elles sont à l'intersection des approches (science, ingénierie et design) et des technologies (96% des entreprises deep tech aux États-Unis utilisent au moins deux technologies). Ils s'articulent autour de trois pôles (matière et énergie, calcul et cognition, et détection, c'est-à-dire capteurs et mouvement); ils vivent dans un écosystème complexe; 83 % d'entre eux fabriquent un produit comportant un composant matériel, notamment des capteurs et de gros ordinateurs.

Ils font partie d'une nouvelle ère industrielle. Ces entreprises entrepreneuriales reposent sur un écosystème d'acteurs étroitement liés. Ils impliquent des centaines ou des milliers de personnes dans des dizaines d'universités et de laboratoires de recherche. Par exemple, Moderna et l'alliance BioNTech avec Pfizer ont utilisé le séquençage du génome pour mettre sur le marché leurs vaccins COVID-19 respectifs en moins d'un an.

Ces entreprises ont bénéficié des efforts de nombreux autres universitaires, de grandes entreprises et du soutien du secteur public. Tous, ainsi que les États-nations, sont des acteurs importants de cette vague de grande technologie qui est déjà en cours aux États-Unis, en Chine et ailleurs, ainsi que dans l'UE et ses États membres. [ii]

En termes de technologie, les composants nécessaires à sa mise en œuvre, tels que les métaux des terres rares et les semi-conducteurs, ainsi que les produits eux-mêmes, comme l'informatique quantique et l'intelligence artificielle, les systèmes sans pilote et automatisés, sont désormais l'enjeu de la confrontation géopolitique. des grandes puissances (et pas seulement).

La formule du pouvoir sur le monde de Mackinder peut maintenant être interprétée quelque peu différemment. Ce n'est pas celui qui contrôle l'Europe de l'Est qui possède le monde, mais celui qui contrôle les technologies critiques et nouvelles.

usa-china-guerrclasha-comercial-chips.jpg

Lutte entre la Chine et les États-Unis

En octobre 2021, le bureau américain du directeur du renseignement national a publié une note sur les nouvelles technologies critiques. Il indique que "comme on s'attend à un champ technologique plus large à l'avenir, de nouveaux développements technologiques apparaîtront de plus en plus souvent dans de nombreux pays sans être annoncés. Si la démocratisation de ces technologies peut être bénéfique, elle peut aussi être déstabilisante sur le plan économique, militaire et social.

C'est pourquoi les avancées dans des technologies telles que l'informatique, la biotechnologie, l'intelligence artificielle et la fabrication requièrent une attention particulière pour prévoir les trajectoires des nouvelles technologies et comprendre leurs implications en matière de sécurité." [iii] Les agences de renseignement américaines accordent une attention particulière aux semi-conducteurs, à la bioéconomie, aux systèmes autonomes et aux ordinateurs quantiques.

Auparavant, en juillet 2021, le président américain Joe Biden a publié un décret visant à encourager la concurrence dans l'économie américaine. [iv] Elle est intervenue au milieu de discussions sur la nécessité de dompter le pouvoir croissant des grandes plates-formes technologiques dont la puissance nuit à la concurrence dans l'économie américaine, et sur la nécessité d'aider à maintenir la position des États-Unis en tant que leader technologique mondial face à la concurrence de la Chine.

Dans un communiqué de presse de la Maison Blanche daté du 2021, le président a reconnu l'importance du leadership dans les domaines technologiques critiques, tels que les normes sans fil et de cinquième génération (5G), et a annoncé un nouveau partenariat public-privé entre la National Science Foundation et le ministère de la Défense pour soutenir la recherche sur les réseaux et systèmes de prochaine génération. [v]

Cependant, les chercheurs du Renewing American Innovation Project estiment que le décret maintient le leadership de la Chine dans la 5G et pose donc un risque inutile pour la sécurité nationale, laissant le leadership américain dans cet espace vulnérable. Dans le même temps, la Chine reconnaît à la fois le pouvoir du renforcement des droits de propriété intellectuelle (PI) pour récompenser ses inventeurs, et le pouvoir de la loi antitrust comme outil de politique industrielle, tout en maintenant la viabilité de ses propres entreprises. [vi]

Les brevets sont reconnus comme l'un des seuls outils dont disposent les start-ups, les petites entreprises et les inventeurs pour protéger leurs idées, tandis que les grandes plateformes technologiques disposent de plusieurs autres moyens pour protéger et monétiser leurs idées, comme l'intégration verticale et la formation de conglomérats, où les deux stimulent l'économie. aux grandes plateformes.

C'est pourquoi les grandes plateformes technologiques se sont traditionnellement opposées à l'IA au Congrès et dans les tribunaux pour cette raison, selon les recherches. Les petites entreprises et les inventeurs individuels ne disposent souvent pas des investissements et des capitaux nécessaires pour traduire leurs intentions en produits et services commerciaux à grande échelle ou pour les monétiser sur des marchés connexes.

Au contraire, ils créent souvent des prototypes, espérant trouver d'autres développeurs pour fabriquer et commercialiser plus avant leurs inventions et récupérer leur investissement en recherche et développement (R&D) en concédant des licences de leurs inventions à ces développeurs. Cela est vrai non seulement pour les États-Unis, mais aussi pour d'autres pays, dont la Russie.

La tendance actuelle est que la réglementation des brevets aidera la Chine à long terme, car elle dissuadera les entreprises américaines d'investir et permettra à Pékin de prendre la tête des normes critiques de la 5G (et de la future 6G).

shutterstock_1570958317.jpg

Selon la communauté américaine du renseignement, si davantage de réseaux mondiaux fonctionnent avec Huawei et d'autres technologies chinoises, la Chine pourra alors voler des secrets commerciaux, recueillir des renseignements et influencer ses concurrents en fermant les infrastructures de communication et en punissant les détracteurs.

On peut attribuer cela à la politique anti-chinoise de Washington et à la manipulation des données reflétant l'implication croissante de la Chine. Toutefois, si l'on regarde les statistiques objectives, le nombre de délégués associés à des organisations chinoises participant au projet de partenariat de troisième génération (3GPP) a considérablement augmenté ces dernières années.

Ce projet, lancé en 1988, est un organisme de normalisation dont les membres sont les plus grandes entreprises de télécommunications du monde. Gagnant en influence au fil du temps avec l'introduction de la 4G et maintenant de la 5G, le 3GPP s'est retrouvé au centre d'un débat géopolitique sur l'importance de la 5G pour l'économie mondiale.

Pour l'instant, c'est la Chine qui compte le plus grand nombre de représentants d'autres pays. Et en novembre 2021, Huawei possédait le plus grand portefeuille 5G et annonçait le plus grand nombre de familles de brevets (un ensemble de brevets obtenus dans différents pays pour protéger une invention), ce qui en fait le leader et laisse derrière lui des acteurs tels que Qualcomm aux États-Unis, Samsung en Afrique du Sud, la Corée et Nokia en Finlande.

Aucune entreprise ni aucun pays ne peut combler aussi rapidement l'écart de leadership technologique, même si, pour l'instant, les États-Unis et l'Union européenne continuent de tenir la tête en matière de participation aux normes et à certaines technologies. Bien que le nombre de contributions et de divulgations de brevets ne soit pas une indication de la valeur ou de la qualité, ces modèles illustrent l'investissement croissant de la Chine dans la technologie cellulaire pour combler l'écart avec ses concurrents.

Les États-Unis tentent de contrer la Chine à la fois directement et indirectement, en créant de nouvelles initiatives avec leurs partenaires.

Le Conseil du commerce et de la technologie a été lancé lors du sommet États-Unis-UE de juin 2021. [vii]

Ses objectifs déclarés sont les suivants :

- Élargir et approfondir le commerce et les investissements bilatéraux ;

- Le rejet de nouvelles barrières techniques au commerce ;

- Collaboration dans les domaines clés de la technologie, du numérique et de la politique de la chaîne d'approvisionnement.

- Soutien à la recherche conjointe ;

- Coopération dans le développement de normes compatibles et internationales ;

- Promouvoir la coopération dans le domaine de la politique et de l'exécution ;

- Promouvoir l'innovation et le leadership des entreprises européennes et américaines.

Le Conseil comprendra initialement les groupes de travail suivants, qui traduiront les décisions politiques en résultats concrets, coordonneront les travaux techniques et rendront compte au niveau politique :

- Collaboration sur les normes technologiques (notamment l'intelligence artificielle et l'Internet des objets, entre autres technologies émergentes) ;

- Climat et technologies vertes ;

- Sécuriser les chaînes d'approvisionnement, y compris les semi-conducteurs ;

- Sécurité et compétitivité des TIC ;

- Gestion des données et plateformes technologiques ;

- L'utilisation abusive des technologies qui menacent la sécurité et les droits de l'homme;

- Contrôles des exportations ;

- Filtrage des investissements ;

- Promouvoir l'accès des PME aux technologies numériques et leur utilisation ;

- Questions relatives au commerce mondial.

Parallèlement, l'UE et les États-Unis ont établi un dialogue conjoint sur la politique de concurrence en matière de technologie qui se concentrera sur l'élaboration d'approches communes et le renforcement de la coopération en matière de politique de concurrence et d'application des règles dans les secteurs technologiques.

Le 3 décembre 2021, le Département d'État américain et le Service d'action extérieure de l'UE ont publié une déclaration commune sur les consultations de haut niveau sur la région indo-pacifique. Outre les déclarations de valeurs et d'intérêts communs, notamment les tendances actuelles liées à la pandémie de coronavirus et au changement climatique, il existe un certain nombre d'aspects techniques tels que les normes de travail, les infrastructures, les technologies critiques et émergentes, la cybersécurité, etc.

Sont également mentionnés l'approfondissement de la coopération avec Taïwan et l'intégration des initiatives d'infrastructure régionale Build Back Better World et EU Global Gateway. Le premier est mené par les États-Unis et le second par l'UE, respectivement. [Bien sûr, tout cela est fait pour contenir la Chine, y compris l'initiative "Belt and Road".

Il existe des exemples de confrontation flagrante, conduisant à ce que l'on appelle le découplage, c'est-à-dire la rupture des relations commerciales et économiques.

Le 24 novembre 2021, le ministère américain du Commerce a annoncé qu'il imposerait des contrôles à l'exportation à huit entreprises chinoises spécialisées dans l'informatique quantique. Une semaine plus tôt, Bloomberg a fait état de nouveaux contrôles à l'importation mis en place par un groupe industriel chinois quasi-étatique connu sous le nom de "Comité Xinchuan", qui établit effectivement une liste noire des entreprises technologiques détenues à plus de 25 % par des sociétés étrangères qui fournissent des industries sensibles. [X]

Le ministère du Commerce a déclaré dans un communiqué de presse qu'il avait ajouté huit entreprises chinoises spécialisées dans l'informatique quantique à la liste afin "d'empêcher que les nouvelles technologies américaines soient utilisées pour les efforts d'informatique quantique [militaires chinois]".

chinaquantum.jpeg

Il est interdit aux entreprises américaines d'exporter certains produits à des sociétés cotées en bourse sans demander une licence spéciale au département du commerce, et ces licences sont rares. Une telle liste a été créée à la fin des années 1990 pour répondre au problème de la prolifération des armes, mais est devenue depuis un instrument courant de pression des États-Unis sous couvert de protection de leurs intérêts économiques.

Et cela a entraîné une réaction correspondante de la Chine, comme dans le cas des sanctions contre la Russie. Les analystes chinois affirment que la création du comité Xinchuan et la recherche par la Chine de l'autosuffisance technologique sont le résultat direct des contrôles américains des exportations. Le cabinet de recherche Internet chinois iResearch a déclaré que "la politique d'endiguement des États-Unis, illustrée par la liste des entités, a été un catalyseur direct pour pousser la Chine à établir le secteur Xinchuan... [La liste des entités] a mis en évidence le besoin urgent pour la Chine d'investir davantage dans l'innovation technologique et de produire des technologies clés en Chine".

On prétend également que l'appel du président Xi Jinping à une plus grande autosuffisance technologique était motivé en partie par ce qu'il considérait comme l'impact des restrictions américaines à l'exportation sur Huawei.

En novembre, des rapports ont révélé que le régulateur central chinois de l'Internet a approché les cadres supérieurs du géant Didi Chuxing pour leur demander de proposer un plan visant à retirer la société de la Bourse de New York pour des raisons de sécurité des données. Ces gestes indiquent que le fossé technologique entre les États-Unis et la Chine va se poursuivre, malgré les assurances des deux dirigeants qu'ils sont prêts à résoudre le différend.

didi-chuxing-2-1200x716.png

Les partenaires européens de l'OTAN des États-Unis sont également inclus dans la politique anti-chinoise. "La Chine constitue une menace non seulement du point de vue de la défense, mais aussi du point de vue économique, et pose également des défis à court et moyen terme pour la reprise post-pandémique et la transition vers une énergie propre. Ce domaine est la sécurité de l'approvisionnement en matières premières critiques et, en particulier, en éléments de terres rares", indique le site web du Centre international estonien pour la défense et la sécurité. [xi]

Il existe un groupe de 17 éléments dans le tableau périodique qui sont utilisés dans la production de biens de haute technologie, de supraconducteurs, d'aimants et d'armes (et plus récemment dans la production d'énergie propre), de sorte que l'utilisation de ces minéraux a considérablement augmenté la demande. pour eux, mais leur extraction et leur approvisionnement dépendent largement de la Chine.

La Commission européenne a déjà développé un système d'information sur les matières premières et continuera à le mettre à jour et à l'améliorer, mais il reste encore beaucoup à faire. La Commission renforcera son travail avec les réseaux de prospective stratégique afin de développer des preuves solides et des scénarios de planification pour l'offre, la demande et l'utilisation des matières premières dans les secteurs stratégiques.

Ces réseaux assurent une coordination politique à long terme entre toutes les directions générales de la Commission européenne. La méthodologie utilisée pour évaluer la criticité de certaines ressources pourra également être révisée en 2023 afin d'intégrer les dernières connaissances. [xi]

Surmonter les défis

La société de haute technologie Mitre, qui est l'un des contractants du Pentagone, a publié en août 2021 un rapport sur la rivalité croissante entre les États-Unis et la Chine. Il y est question de préparer une action nationale, c'est-à-dire un effort de collaboration impliquant le gouvernement, l'industrie et le monde universitaire, en réponse aux défis technologiques posés par les avancées et les ambitions de la Chine pour les États-Unis. [xiii]

Nous avons identifié trois recommandations qui sont de nature universelle, c'est-à-dire qu'elles peuvent être appliquées à tout État, y compris la Russie, en s'adaptant aux réalités nationales.

1.

"N'essayez pas trop fort. Plutôt que de supposer que n'importe qui peut identifier et gérer les nombreux facteurs qui stimulent l'innovation technologique et l'adoption dans l'ensemble de l'économie américaine, une politique fédérale prudente en matière de science et de technologie devrait se concentrer sur ce qui est le plus nécessaire pour assurer le succès concurrentiel national dans le domaine de la haute technologie, y compris l'élimination des défaillances réelles et identifiables du marché .....

Nous devons également remédier au manque de financement dans la "vallée de la mort" intermédiaire du cycle de vie technologique, entre la recherche fondamentale et le stade final de la commercialisation : c'est-à-dire les étapes où les nouvelles idées technologiques sont validées et démontrées dans un environnement approprié. Cette zone correspond à peu près à la zone située entre la zone académique traditionnelle de la recherche fondamentale et la zone de confort du secteur privé dans le prototypage et le déploiement de nouvelles applications.

2.

Fournir une approche "techno-systémique". Une stratégie technologique efficace ne doit pas seulement couvrir le développement de nouveaux gadgets en soi, mais aussi prendre en compte les vastes facteurs réglementaires, institutionnels, politiques et même sociologiques associés à l'adoption efficace de la technologie et au développement de nouveaux cas d'utilisation.

Cela nécessite une réflexion sur les "systèmes de systèmes", qui couvre également des questions plus pratiques sur le fonctionnement de l'économie technologique au sens large. De ce point de vue, la gestion de la technologie (par exemple, les normes techniques, les incitations fiscales, la sécurité de la chaîne d'approvisionnement, les contrôles technologiques, le suivi et l'audit du financement de la R&D, une main-d'œuvre de qualité) peut être aussi importante pour le succès que des idées techniques plus intelligentes.

Dans le cadre d'une stratégie scientifique et technologique nationale, c'est le gouvernement qui a un rôle particulier à jouer ici, car pour un tel "technosystème", les enjeux sont souvent liés à des problèmes et à des facteurs, qu'ils soient purement nationaux ou systémiques, comme la sécurité nationale. Il s'agit de questions sur lesquelles les entités du secteur privé ne sont généralement pas incitées à dépenser leurs ressources.

3.

Accrochez-vous à vos valeurs. Selon cette publication, face aux énormes défis économiques et technologiques de la Chine, les États-Unis ne peuvent pas poursuivre une stratégie analogue à la "fusion civilo-militaire" de Pékin, car les dirigeants américains ne doivent pas utiliser la coercition de l'État pour la coopération intersectorielle et l'utilisation des mécanismes du marché à des fins étatiques (en fait, de telles méthodes ont été utilisées dans l'histoire des États-Unis, notamment pendant la Seconde Guerre mondiale - ndlr).

Il est demandé de veiller, quelle que soit la forme qu'elle prenne, à coordonner les efforts nationaux visant à intensifier la collaboration innovante et volontaire entre les processus publics, privés et éducatifs, ainsi que le financement fédéral de la recherche et du développement des entreprises, avec le rôle clé des organisations à but non lucratif. intermédiaires favorisant la collaboration et régulant les divisions entre les intérêts concurrents.

Outre les décisions politiques, une approche idéologique peut également être utilisée. Eileen Donahue, directrice exécutive du Stanford Global Digital Policy Incubator et ancienne ambassadrice des États-Unis auprès de l'ONU, estime que la numérisation, et notamment l'intelligence artificielle, peut contribuer à renforcer la démocratie libérale et donc la puissance américaine. Elle propose de considérer la concurrence dans le cyberespace à travers le prisme de la rivalité systémique, où la Chine est présentée comme un régime autoritaire qui représente une menace.

Selon elle, "les pratiques technologiques dont nous faisons preuve dans notre contexte national, les normes que nous défendons dans les forums technologiques internationaux et les investissements que nous faisons dans les nouvelles technologies et les infrastructures d'information démocratiques se renforceront mutuellement. Si cet ensemble complexe de tâches est embrassé et traité avec le sens de l'urgence et de l'objectif qu'il mérite, un avenir démocratique prospère et sûr peut être renforcé.

Ce sont les éléments les plus importants sur lesquels nous pouvons construire une société numérique démocratique." Cependant, étant donné les innombrables contradictions au sein des États-Unis, il est difficile de savoir comment mettre cela en pratique.

data-centres.jpg

Énergie, semi-conducteurs et stockage en nuage

L'énergie propre est un autre domaine technologique prometteur.

Selon une étude du CSIS sur la production d'énergie propre aux États-Unis, une analyse et une évaluation sérieuses de la diversification énergétique et économique sont nécessaires pour optimiser les stratégies actuelles. [xv]

À l'heure actuelle, les sources sans carbone (énergies renouvelables et nucléaire) fournissent un faible pourcentage des électrons qui alimentent les bâtiments et le secteur des transports. Mais au fil du temps et de la croissance de la demande énergétique, les sources d'énergie sans carbone représenteront une part plus importante de la production. 21% des entreprises privées et 61% des gouvernements nationaux ont déjà fixé des objectifs ambitieux de décarbonisation ou d'émissions zéro.

Selon l'Agence internationale de l'énergie, d'ici 2040, avec une forte croissance de la production d'énergie éolienne et solaire, les énergies renouvelables représenteront environ 47 % du marché mondial de l'électricité, contre 29 % aujourd'hui (voir graphique). En 2050, les sources d'énergie renouvelables représenteront plus de 90 % de la production totale d'énergie et les combustibles fossiles moins de 10 %. [xxi]

Et la transition vers de nouveaux types d'énergie entraînera inévitablement la création d'un nouveau paysage technologique pour les flux énergétiques mondiaux. Actuellement, les chaînes d'approvisionnement complexes et puissantes reliant la production à la consommation sont constituées de pipelines et de routes maritimes avec des infrastructures pour les pétroliers et les gaziers.

Des pourparlers sont déjà en cours pour exporter de l'hydrogène vert vers l'Europe à partir d'endroits où l'électricité renouvelable bon marché est abondante, comme le Moyen-Orient et l'Islande, ou de l'Australie vers le Japon. Il existe déjà des projets de construction de réseaux de transmission d'électricité depuis les zones à fort potentiel de production d'électricité renouvelable vers les centres de demande, comme la ligne de transmission Australie-ASEAN reliant l'Australie à Singapour.

Les technologies du cloud, qui offrent une puissance de calcul et une capacité de stockage de données accrues, constituent un autre domaine critique.

Actuellement, les États-Unis représentent près de 40 % des principaux centres de données Internet et de cloud computing, mais l'Europe, le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Asie-Pacifique affichent des taux de croissance plus élevés. Aujourd'hui, la Chine, le Japon, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Australie représentent ensemble 29 % du total. Les fournisseurs mondiaux de centres de données en nuage hyperscale ne sont présents que dans quelques grands marchés émergents, tels que le Brésil et l'Afrique du Sud.

Ils sont principalement situés dans les pays à revenu élevé et moyen supérieur. Parmi les opérateurs hyperscale, Amazon, Microsoft et Google représentent collectivement plus de la moitié de tous les grands centres de données, ainsi que d'autres acteurs clés, dont Oracle, IBM, Salesforce, Alibaba et Tencent. Les plus grands fournisseurs de services en nuage exploitent des centres de données dans le monde entier, segmentant les clients en différentes régions qui peuvent s'étendre sur plusieurs pays, voire des continents entiers.

Les semi-conducteurs figurent également sur la liste des technologies critiques. Récemment, un terme spécial "chipageddon" est apparu, reflétant la pénurie mondiale de puces informatiques qui est apparue l'année dernière. [xviii]

Comme indiqué, tout a commencé par le fait que la demande d'électronique grand public a augmenté en raison de l'enfermement, car de nombreuses personnes ont été contraintes de travailler et d'étudier à la maison.

Les puces semi-conductrices sont également utilisées dans les appareils ménagers, les moniteurs et les automobiles. Par exemple, une voiture moderne peut avoir plus d'une centaine de puces.

microchip.jpg

Et la production de 60 à 70 % des puces à semi-conducteurs du monde et de 90 % des puces les plus avancées se fait à Taïwan. En 2021, le manque à gagner qui s'est produit est lié à diverses circonstances. Mais, en fait, la raison en est la sécheresse qui a sévi sur l'île en 2020. Le fait est que la fabrication des puces informatiques est assez laborieuse : il faut environ 8 000 litres d'eau pour produire un seul panneau de puces.

Si le secteur agroalimentaire taïwanais a été le plus sévèrement limité en 2020, les entreprises de puces à semi-conducteurs ont également réduit leurs volumes de production.

Dans ce contexte, l'environnement géographique devient un environnement technostratégique. Compte tenu de l'utilisation de technologies à double usage dans l'armée et de l'importance de l'innovation en matière de défense, les armées des pays leaders mettent également l'accent sur les priorités technologiques.

Le ministère américain de la défense a identifié onze de ces domaines : systèmes de contrôle de combat entièrement en réseau, 5G, technologies hypersoniques, guerre cybernétique/informationnelle, énergie dirigée, microélectronique, autonomie, IA/apprentissage machine, science quantique, espace et biotechnologie, dans lesquels des investissements sont réalisés. attirant activement. [xviii]

La Russie devrait également tirer certaines leçons de la concurrence technologique. Un protectionnisme approprié, la promotion de nos propres développements et le soutien au secteur scientifique et technique ne sont plus des questions d'économie domestique, mais de géopolitique mondiale.

Notes:

[i] https://hello-tomorrow.org/bcg-deep-tech-the-great-wave-of-innovation/

[ii] https://www.bcg.com/publications/2021/deep-tech-innovation

[iii] https://www.dni.gov/files/NCSC/documents/SafeguardingOurFuture/FINAL_NCSC_Emerging%20Technologies_Factsheet_10_22_2021.pdf

[iv] https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2021/07/09/fact-sheet-executive-order-on-promoting-competition-in-the-american-economy/

[v] https://www.whitehouse.gov/ostp/news-updates/2021/04/27/the-biden-administration-invests-in-research-to-develop-advanced-communications-technologies/

[vi] https://www.csis.org/analysis/promoting-competition-american-economy

[vii] https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=3909528

[viii] https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/IP_21_2990

[ix] https://www.state.gov/eu-us-joint-press-release-by-the-eeas-and-department-of-state-on-the-high-level-consultations-on-the -indo-pacifique/

[x] https://www.lawfareblog.com/us-china-tech-decoupling-accelerates-new-export-controls-chinese-quantum-computing-companies

[xi] https://icds.ee/en/chinas-rare-earth-dominance-is-a-security-risk-for-nato-and-western-supply-chain-resilience/

[xii] https://hcss.nl/report/energy-transition-europe-and-geopolitics/

[xiii] https://www.mitre.org/sites/default/files/publications/pr-21-2393-charting-new-horizons-technology-and-us-competitive-success.pdf

[xiv] https://www.justsecurity.org/78381/system-rivalry-how-democracies-must-compete-with-digital-authoritarians/

[xv] https://csis-website-prod.s3.amazonaws.com/s3fs-public/publication/211207_Higman_Clean_Energy_Opportunity.pdf?QdgdC6L90fRgz9F6PgP2F2DEDr0QySI

[xvi] https://www.strategy-business.com/article/State-of-flux

[xvii] https://www.abc.net.au/news/2021-05-07/what-does-chipageddon-have-to-do-with-climate-change/13327926

[xviii] https://cimsec.org/the-influence-of-technology-on-fleet-architecture/

mercredi, 04 mai 2022

Les effets en cascade de la cyberguerre

28ea2048050075.588fe1a203ef6-1-min.jpg

Les effets en cascade de la cyberguerre

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/cascading-effects-cyber-warfare

Dans le présent article, nous aborderons les aspects actuels de la cyber-guerre que mènent les États-Unis et les pays de l'OTAN contre la Russie. Bien entendu, le concept même de "cyber" doit être compris dans le sens traditionnel, platonicien, où le "cybernet" constitue le souverain. Par conséquent, même l'application des technologies de communication modernes est une question de domination et de contrôle.

Le 10 mars 2022, une autre conférence juridique du Cyber Command s'est tenue aux Etats-Unis pour discuter d'un certain nombre d'aspects juridiques et de questions de sécurité nationale.

640px-General_Paul_M._Nakasone_(NSA).jpg

Étant donné que l'opération lancée par la Russie en Ukraine était déjà en cours à ce moment-là, le chef du Cyber Command, le général Nakasone (photo), n'a pas pu s'empêcher d'en parler, notant que "le Cyber Command surveille la ligne de front numérique des actions russes en Ukraine...". Le conflit russo-ukrainien augmente la probabilité d'opérations russes dans le cyberespace visant les intérêts américains et alliés... La situation en Ukraine a revigoré nos alliances et augmenté l'appétit pour des opérations conjointes parmi nos partenaires internationaux dans le cyberespace. C'est un aveu ouvert sur la structure d'élite du Pentagone qui travaille contre la Russie. Il semble que dès les premiers jours, on ait tiré certaines conclusions à Washington.

Le lieutenant général Charles Moore, qui est l'adjoint de Nakasone, a expliqué que la combinaison d'opérations d'information et de mesures cybernétiques pourrait donner aux États-Unis un avantage stratégique sur leurs futurs adversaires. "Sans aucun doute, nous avons appris que les opérations de cyberattaque, lorsqu'elles sont combinées - plutôt une approche globale - avec ce que nous appelons traditionnellement les opérations d'information, sont un outil extrêmement puissant." Selon lui, les États-Unis devraient adopter "une stratégie visant à influencer les perceptions des adversaires.

Il s'agit d'un niveau de guerre informationnelle-psychologique, cognitive ou mentale.

Entre-temps, M. Moore a déclaré que son commandement dispose des autorisations nécessaires pour mener des opérations quotidiennes visant à s'engager continuellement avec les adversaires dans le cyberespace pour exposer leurs cybermesures et les forcer à faire des dépenses. "Nous montrons que nous pouvons opérer dans cet espace en dessous du niveau d'utilisation de la force - en dessous de ce que nous considérerions comme un conflit armé - et mieux nous défendre sans escalade", a-t-il déclaré.

Pour le dire autrement, il s'agit du type de guerre hybride auquel les experts de l'OTAN se plaisent à faire référence ces dernières années, car l'une de ses caractéristiques est un niveau inférieur au seuil du conflit armé traditionnel.

Sur le plan pratique, il faut se pencher sur le cyber exercice OTAN Locked Shields, qui s'est déroulé du 19 au 22 avril au Centre de cybersécurité de Tallinn.

Cyberdéfense-la-France-gagne-le-Locked-Shields-20192.jpg

Selon les responsables, cet exercice annuel de défense des réseaux en temps réel offre aux participants une occasion unique de s'entraîner à protéger les systèmes informatiques civils et militaires nationaux et les infrastructures critiques. Ils se déroulent dans un environnement sous haute pression, avec une série de cyberattaques sophistiquées s'abattant sur les équipes. Les exercices sont l'occasion de pratiquer la coopération en cas de crise entre les unités civiles et militaires, ainsi que les secteurs public et privé, car ces décideurs tactiques et stratégiques doivent travailler ensemble en cas de cyberattaque de grande envergure.

Dans le scénario de cette année, la nation insulaire fictive de Berelia connaît une situation sécuritaire qui se détériore. Une série d'événements hostiles a coïncidé avec des cyberattaques coordonnées sur des systèmes informatiques militaires et civils clés.

En plus de protéger de multiples systèmes cyber-physiques, les équipes impliquées s'exercent à la prise de décision tactique et stratégique, à la coopération et à la subordination dans une situation de crise où elles doivent également traiter des questions judiciaires et juridiques et répondre aux défis des opérations d'information.

Les similitudes avec l'Ukraine sont évidentes.

Cette année, plus de 2000 participants de 32 pays ont pratiqué ces actions. Quelque 5500 systèmes virtualisés ont été impliqués dans l'exercice, qui a été soumis à plus de 8000 attaques. Outre la sécurisation de systèmes informatiques complexes, les équipes participantes doivent également signaler efficacement les incidents et s'occuper de la criminalistique, des aspects juridiques, des opérations médiatiques et de la guerre de l'information.

L'exercice a été organisé par l'OTAN en coopération avec Siemens, TalTech, Arctic Security, CR14. Le Centre reconnaît également les éléments uniques ajoutés à Locked Shields 2022 par Microsoft Corporation, le Financial Services Information Sharing and Analysis Centre (FS ISAC), SpaceIT, Fortinet.

Nous pouvons donc constater que la grande industrie occidentale aide ouvertement l'OTAN dans la cyberguerre.

Ajoutons que de nombreux experts occidentaux en cybersécurité et des responsables ukrainiens n'ont cessé de mentionner que la Russie compléterait son opération par une puissante cyberattaque visant les infrastructures critiques.

En général, les publications américaines à vocation militaire diffusent continuellement des informations sur d'éventuelles nouvelles cyberattaques de la Russie contre des infrastructures critiques aux États-Unis et dans d'autres pays occidentaux.

Incidemment, à la veille de l'exercice, le Tallinn Center a publié une autre monographie collective sur la cybersécurité, consacrée aux attributions des cyberattaques. Elle accuse la Russie d'avoir interféré dans l'élection américaine et d'avoir lancé une cyberattaque avec SolarWinds en 2020.

Et le 7 avril, une nouvelle initiative visant à développer les technologies critiques et émergentes, l'Accélérateur d'innovation de défense pour l'Atlantique Nord - DIANA, a été lancée au siège de l'OTAN.

DIANA devrait permettre de réunir le personnel de la défense et les jeunes talents, les chercheurs universitaires et les entreprises technologiques les plus brillants de l'Alliance pour relever les défis critiques en matière de défense et de sécurité. Les innovateurs participant aux programmes DIANA auront accès à un réseau de dizaines de sites d'accélération et de centres d'essai dans plus de 20 pays alliés. Les dirigeants de l'OTAN ont décidé que DIANA disposera d'un bureau régional en Europe et en Amérique du Nord. Le bureau régional européen de DIANA a été choisi à la suite d'une candidature conjointe de l'Estonie et du Royaume-Uni, et le Canada envisage activement d'accueillir un bureau régional nord-américain.

DIANA se concentrera sur les technologies profondes et de rupture que l'OTAN a définies comme prioritaires, notamment : l'intelligence artificielle, le traitement des données massives, les technologies quantiques, l'autonomie, la biotechnologie, les nouveaux matériaux et l'espace.

Les Alliés occidentaux ont également décidé de créer un fonds multinational d'innovation de l'OTAN. Il s'agit du premier fonds de capital-risque multi-souverain au monde. Il investit un milliard d'euros dans des start-ups en phase de démarrage et dans d'autres fonds de technologie profonde qui correspondent à ses objectifs stratégiques.

Si vous regardez la carte des centres de cette initiative, ils sont concentrés en Europe de l'Est, c'est-à-dire plus près des frontières de l'Ukraine et de la Russie/Biélorussie. Cet emplacement a clairement été choisi avec une certaine intention.

Si l'on considère d'autres aspects pratiques de la guerre contre la Russie, l'enquête journalistique sur le programme d'espionnage des Zignal Labs, grâce auquel les États-Unis ont suivi le mouvement des troupes russes avant même l'opération en Ukraine et ont identifié les soldats, est très importante.

sticker-png-atlantic-capital-bank-zignal-labs-logo-brand-bank-blue-angle-text-logo-bank-thumbnail.png

Il est évident que ces données ont été transmises à la partie ukrainienne.

La numérisation du Pentagone se poursuit également à un rythme accéléré. Le 25 avril, l'un des dirigeants de Lyft, Craig Martell, a été nommé responsable de la transformation numérique et de l'intelligence artificielle au Pentagone.

Martell a également travaillé sur l'apprentissage automatique chez Dropbox et LinkedIn. On sait que son adjoint sera Margaret Palmieri, responsable de la guerre numérique à l'US Navy.

L'armée américaine utilise actuellement l'intelligence artificielle pour analyser les opérations de combat en Ukraine, ce qui permet de traiter plus rapidement de grandes quantités de données et de simuler divers scénarios. Il est probable que les États-Unis souhaitent dériver une formule générale qui permettra de calculer les vulnérabilités de la Russie et de les utiliser à l'avenir.

De plus, à en juger par le site Web du Département d'État américain, l'agence se concentre désormais sur les activités anti-russes, ce qui ne peut qu'être alarmant. Si vous descendez sur le site, vous pouvez voir des publications consacrées exclusivement à la Russie, laquelle y est toujours présentée sous un jour négatif. Trois articles ont été postés en avril, bien que les thèmes datent de 2017, 2018 et 2020. Il est clair que cela fait partie de la campagne globale de désinformation contre la Russie. Cela dit, ce site ShareAmerica lui-même a été, comme indiqué, créé pour couvrir la vie et les événements aux États-Unis.

Si l'on place tout ces éléments dans un même puzzle et que l'on ajoute le flux 24/7 de faux et de mises en scène à des fins politiques, on obtient une conclusion assez sérieuse avec laquelle il faut compter et à laquelle il faut répondre en conséquence.

mercredi, 06 avril 2022

Sur la procrastination géopolitique

2c66320ccf_50176484_cerveau-pense-e.jpg

Sur la procrastination géopolitique

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitica.ru/article/o-geopoliticheskoy-prokrastinacii

La formule de Carl von Clausewitz, selon laquelle la guerre est la continuation de la politique par d'autres moyens, a été renforcée au XXIe siècle par la géoéconomie, où les chaînes d'approvisionnement, les technologies prometteuses et le contrôle des actifs financiers et autres ne firent qu'obliger à une prise de décision rapide et à des effets en cascade qui pouvaient survenir dans une situation complexe. L'opération spéciale en Ukraine est une bonne preuve de cette thèse. Si la Russie n'avait pas lancé cette opération, les forces ukrainiennes soutenues par l'OTAN auraient lancé une attaque massive sur le Donbass et même la péninsule de Crimée dans un avenir très proche. Le conflit n'aurait pu être évité, mais la Russie a devancé l'Ukraine et ses sponsors occidentaux. Entre-temps, ce scénario se préparait depuis des mois, mais certains des actifs de la Russie continuaient à être détenus en Occident. Maintenant, ils ont été gelés et seront probablement confisqués. Je concède que l'on aurait pu commencer à les retirer dès décembre, lorsque des propositions sur le reformatage de l'architecture de sécurité européenne ont été envoyées aux États-Unis et à l'OTAN par la partie russe. Cependant, cela n'a pas été fait. On peut difficilement imaginer que l'Occident collectif aurait approuvé l'opération en Ukraine, ou du moins serait resté à l'écart. Des signaux de soutien à Kiev (et par conséquent des menaces indirectes contre Moscou) provenaient de Washington et de Bruxelles depuis huit ans. Les forces armées russes ont été suffisamment préparées, mais il faut admettre que sur certaines questions, la Russie a pris du retard. Elle doit maintenant rattraper son retard, ce qui est beaucoup plus difficile dans le climat actuel.

Cette procrastination n'est pas propre à la Russie. De nombreux États, en Occident et dans d'autres parties du monde, souffrent souvent d'attentes prolongées, de promesses non tenues de la part de leurs partenaires et d'espoirs irréalistes, comme le culte du karma, selon lequel quelqu'un de l'extérieur résoudra leurs problèmes et les rendra heureux dans un avenir très proche. Certains pouvoirs politiques s'appuient sur leurs ressources naturelles, qui peuvent être précieuses et attrayantes. D'autres misent sur la technologie, comme le Salvador, qui a même converti certaines de ses réserves nationales en crypto-monnaies. D'autres s'appuient sur une position géopolitique exceptionnelle, comme dans le cas du Panama. Et la quatrième, comme de nombreux pays occidentaux, sur le statu quo sans fin de leur propre hégémonie, qui s'érode maintenant rapidement.

La crise actuelle exacerbe de nombreuses nuances et nous permet de voir comment les autres acteurs agissent en fonction de leurs intérêts et de leurs capacités. L'Inde a décidé d'augmenter fortement ses achats de pétrole russe, en profitant d'énormes rabais, ce qui démontre son indépendance dans le choix des décisions qui ont une connotation politique claire. Certains pays arabes sont actifs, réagissant avec souplesse aux changements économiques mais ne prenant pas définitivement parti. Dans l'ANASE, il s'agit de manœuvres pragmatiques et calculatrices, conscientes de la puissance croissante de la Chine. Les États-Unis tentent de maintenir la solidarité au sein de l'OTAN et essaient même de projeter des instruments politico-militaires dans la région asiatique, plus proche du Céleste Empire. Les pays de l'UE vacillent, calculant rationnellement les pertes futures mais craignant de prendre des décisions souveraines contraires aux directives américaines et aux affirmations de la bureaucratie de Bruxelles. La Grande-Bretagne semble compter sur une confrontation à long terme avec la Russie, c'est pourquoi elle prend déjà des mesures pour son approvisionnement énergétique. Elle a décidé d'abandonner la construction d'éoliennes, qui étaient prévues comme une transition vers l'énergie verte. Au lieu de cela, de nouvelles centrales nucléaires seront construites. Jusqu'à un quart de l'électricité totale devrait provenir de centrales nucléaires d'ici 2050. Une telle décision est logique, car les approvisionnements en gaz de la Russie pourraient être interrompus.

Mais on ne peut pas dire que l'absence de réponse visible soit une procrastination géopolitique. Il y a aussi le facteur de la culture stratégique, comme dans le cas de la Chine. Bien que les analystes et les observateurs occidentaux aient tiré des conclusions hâtives sur le rôle et la fonction de la Chine dans le conflit entre la Russie et l'Ukraine (soutenu par l'Occident), en pointant nécessairement Taïwan comme une sorte de parallèle, cette affaire est bien plus complexe et intéressante qu'il n'y paraît à première vue. Les stratagèmes de Sun Tzu et de Wu Tzu sont peu compliqués, mais ils font référence à des événements historiques spécifiques et sont donc associés au passé dans l'esprit des Chinois. Lorsque les auteurs occidentaux établissent un lien entre ces stratagèmes ou d'autres stratagèmes chinois et certains événements actuels, ils commettent une erreur typique de mauvaise perception de la culture orientale, superposée à leur propre hubris. La stratégie chinoise est beaucoup plus multi-couches et ses dirigeants politiques plus patients. Mais leur agilité fait l'envie des pays les plus agiles.

Caste_Solomon_islands.jpg

Les îles Salomon en sont un bon exemple. En 2019, les dirigeants des îles ont rompu leurs relations diplomatiques avec Taïwan. Des liens ont rapidement été établis avec la Chine. Parallèlement aux tensions diplomatiques, un vieux conflit interethnique s'est rallumé sur les îles. Comme aucune aide n'était apportée par les pays voisins, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, en matière de contre-insurrection (et que le Premier ministre avait fait appel à ces nations), la Chine a été choisie comme futur protecteur. Un traité prévu entre la RPC et les îles Salomon permettrait aux navires chinois de faire escale dans les ports et d'effectuer des réapprovisionnements logistiques. L'Australie et la Nouvelle-Zélande ont immédiatement piqué une sainte colère, accusant la Chine d'établir une base militaire dans leur voisinage, bien qu'aucune disposition de ce type ne figure dans le projet de traité.

Mais si nous parlons de confrontation entre la Russie et l'Occident, l'urgence actuelle serait de couper complètement les livraisons aux pays inamicaux de ces produits, qui sont critiques pour leurs industries ou qui sont impliqués dans les chaînes de production. Pourquoi faire de la procrastination géopolitique et attendre qu'ils trouvent eux-mêmes une solution alternative et imposent avec arrogance de nouvelles sanctions sur ces produits ? Mieux vaut être proactif. La Russie n'est pas aussi centrée sur la consommation que l'Occident. Les restrictions temporaires ne constitueront donc pas une menace pour l'État russe. Au contraire, elle contribuera à mobiliser et à consolider la population et les autorités face aux défis extérieurs.

lundi, 04 avril 2022

La stratégie économique de Cuba contre les sanctions

b1140a8ac47409182852519f164a1bae.jpg

La stratégie économique de Cuba contre les sanctions

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitica.ru/article/ekonomicheskaya-strategiya-kuby-v-borbe-s-sankciyami

L'expérience de Liberty Island pourrait être utile à la Fédération de Russie

Immédiatement après la révolution de 1959, Cuba a subi une pression sans précédent de la part des États-Unis. Au cours des premières années, une agression militaire a été tentée et projetée, mais après le déploiement des missiles soviétiques en 1962 et la présence de nos experts militaires sur place, la ferveur belliqueuse à Washington s'est refroidie. La Maison Blanche est passée aux méthodes des opérations secrètes et du blocus économique.

Jusqu'en 1991, avec le soutien direct de l'Union soviétique, Cuba n'avait aucun problème de gestion économique, mais après l'effondrement de l'Union soviétique, le poids de la confrontation économique et politique avec les États-Unis est devenu beaucoup plus difficile à supporter. Cependant, malgré le blocus et les mesures de sanctions, Cuba n'a pas succombé au chantage et aux menaces des États-Unis. Dans ces nouvelles conditions, le pays devait réformer son système économique, trouver des méthodes de travail plus efficaces et chercher des moyens de coopérer avec d'autres pays.

En 2010, Raul Castro a annoncé des réformes économiques, qui ont autorisé les entreprises privées et transformé les industries d'État. Comme les sanctions à l'encontre de Cuba ont été quelque peu assouplies sous Barack Obama, cela était encourageant.

Mais après l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, la politique de pression dure est revenue et a été poursuivie sous l'administration de Joe Biden. Pour contourner les sanctions, les dirigeants cubains ont dû recourir à une série de mesures forcées. En 2014, Cuba a ouvert la zone économique libre de Mariel.

En juillet 2020, le gouvernement de la République de Cuba a adopté une stratégie sociale et économique pour renforcer l'économie et atténuer les effets de la crise provoquée par l'épidémie de coronavirus. En parallèle, les travaux se sont poursuivis sur le Plan national de développement socio-économique 2030 [i].

Selon le président Díaz-Canel, une stratégie a été adoptée qui donne des résultats, avec comme point de départ la situation du monde et du pays, en analysant le débat public dans les médias sociaux et les milieux universitaires. 

De manière révélatrice, les dirigeants cubains ont adopté une approche globale pour comprendre les menaces qui pèsent sur la société et l'État.

 "Au niveau mondial, nous assistons à une crise profonde résultant de l'impact du Covid-19, de l'effondrement final des paradigmes néolibéraux de l'impérialisme et des actions insultantes de l'hégémonie impériale identifiées dans le livre de John Bolton" - a déclaré le dirigeant cubain.

Le Président a noté que le livre de Bolton soulève la question de savoir comment le gouvernement américain fait pression sur d'autres pays. Il parle de son soutien aux tentatives de coup d'État, à l'ingérence, à la violence, à l'intervention militaire et au déploiement de bases dans le monde entier.

surrender-is-not-an-option-9781416552857_hr.jpg

Le chef d'État cubain a déclaré que l'administration américaine était préoccupée par le prestige et les résultats de notre pays. "Cela explique pourquoi elle accroît son agressivité dans les circonstances actuelles, comme en témoignent l'augmentation des persécutions financières, le gel des comptes cubains dans des pays tiers, diverses actions visant à discréditer les dirigeants cubains, la réduction des envois de fonds, l'application de restrictions aux entreprises qui font des affaires avec Cuba et les tentatives constantes de créer les conditions d'une explosion sociale."

Dans le cadre d'une stratégie visant à contrer l'ingérence des États-Unis, le président cubain a noté la nécessité de pouvoir anticiper les manipulations médiatiques visant à discréditer le gouvernement, ainsi que d'éviter de provoquer davantage de controverses potentielles sur des questions sensibles, telles que l'égalité du mariage, le racisme, la violence à l'égard des femmes, la protection des animaux, etc ;

Le leader cubain a également souligné que, parce que les États-Unis disposent de beaucoup de fonds ainsi que de laboratoires idéologiques, ils appliquent de nouveaux modèles de médias. Cuba a donc décidé de développer une stratégie de communication adéquate capable de faire face à de tels défis. Dans le même temps, la nécessité d'actualiser les méthodes de communication, c'est-à-dire sa débureaucratisation et sa numérisation, a été soulignée.

Après la promulgation du nouveau programme, la priorité a été donnée à la production et à la souveraineté alimentaires, ce qui a entraîné des changements dans le système du ministère de l'agriculture.

En outre, les travaux visant à améliorer le secteur non étatique, l'unification monétaire et monétaire ont commencé.

À partir de janvier 2021, Cuba a supprimé la circulation parallèle de deux types de peso et n'a laissé qu'un seul type de monnaie nationale. Et depuis juillet 2021, elle a dû renoncer à l'utilisation de dollars en espèces en circulation en raison du renforcement des sanctions par les États-Unis.

Récemment, le vice-premier ministre Ricardo Cabrisas Ruiz, dans le rapport annuel du ministère du commerce extérieur et de l'investissement étranger, a déclaré que la diversification et la recherche de nouveaux marchés de niche en alliance avec des formes de gouvernement non étatiques doivent également être envisagées et être en mesure de récupérer les secteurs traditionnels qui sont viables [ii].

Facts-About-Cuba-1600x1067.jpg

À cet égard, Rodrigo Malmierca Dias, chef du ministère, a noté que le nouveau portefeuille d'opportunités, aligné sur les principales orientations stratégiques du Plan national de développement économique et social 2030, compte 678 projets, dont 130 sont prioritaires.

Selon Alejandro Gil, ministre de l'économie et de la planification, la nouvelle stratégie cubaine pour faire face à la crise économique repose sur une planification centralisée. "Cette particularité fait la force de notre système, qui ne signifie pas une distribution centralisée des ressources. Nous prenons des mesures pour décentraliser l'allocation administrative des ressources", a-t-il souligné.

Deuxièmement, comme la Russie, Cuba pratique également la substitution des importations pour protéger sa propre production. Ensuite, il y a la régulation du marché, principalement par des méthodes indirectes. Le quatrième principe de la stratégie consiste à réunir différents acteurs économiques dans les secteurs étatique et non étatique. Le cinquième point concerne le rôle stimulant de la demande intérieure. Cela permet la création d'emplois et garantit que la demande intérieure est utilisée en fonction de la croissance productive du pays.

Le sixième principe concerne une plus grande autonomie dans la gestion du secteur des entreprises, un élément largement réclamé par la population et par les entrepreneurs eux-mêmes. Le septième élément concerne la mise en œuvre des aspects clés approuvés et planifiés dans le cadre du renouvellement des formes de gouvernance et de propriété. 

Le huitième élément concerne la promotion de la compétitivité en assurant l'utilisation efficace des ressources matérielles et financières ainsi que l'épargne comme moyen d'accroître l'efficacité. Et le dernier principe de la stratégie concerne le respect de la politique environnementale et du développement durable.

En ce qui concerne ce dernier point, Cuba introduit activement des sources d'énergie renouvelables. Les contrats passés par les particuliers et les entreprises pour l'énergie solaire photovoltaïque devraient avoir un impact économique dans un avenir proche.

Le ministère de l'Agriculture a indiqué sur son site Web que les économies monétaires réalisées grâce aux sources d'énergie renouvelables permettent une réduction annuelle de 2 % de la consommation d'électricité [iii].

L'Union nationale de l'énergie est en train d'introduire de nouveaux systèmes qui produisent de l'électricité à partir de panneaux solaires. Le remplacement de 37 % de la consommation d'électricité par des sources d'énergie renouvelables d'ici 2030 est une priorité dans tous les secteurs du pays.

Dans l'ensemble, on peut dire que la transition vers l'énergie verte à Cuba est assez prometteuse en raison du grand nombre de jours ensoleillés et de la possibilité d'exploiter l'énergie marémotrice.

Attirer les entreprises étrangères dans l'économie cubaine est également l'une des priorités de la nouvelle stratégie.

On sait que sept entreprises étrangères de sept pays interagiront avec 51 entreprises nationales lors de la XXIIIe édition du Salon international de l'agroalimentaire Fiagrop 2022, qui se tiendra du 4 au 8 avril au parc des expositions de Rancho Boyeros [iv].

La foire, organisée par la société Agroholding sous les auspices du ministère de l'Agriculture, du ministère de l'Industrie alimentaire, de la société Azcuba Sugar et de la Chambre de commerce de la République de Cuba, encourage les relations commerciales par le biais d'expositions de produits et de services, de séminaires, de conférences, de présentations de produits, d'un forum d'affaires, de ventes aux enchères et d'une exposition de 1000 bovins.

De toute évidence, cet événement sera d'une grande importance pour l'économie cubaine après deux années de suspension dues aux restrictions de quarantaine dans le pays.

Pourtant, les interactions internationales comportent certains risques de tomber sous le coup des sanctions américaines. Par exemple, le 21 mars 2022, une juge fédérale de Miami s'est prononcée contre les navires de croisière Carnival, Norwegian, Royal Caribbean et MSC, qui, selon elle, menaient à Cuba des opérations touristiques interdites par la loi américaine entre 2015 et 2019 [v]. Dans sa décision, la juge Beth Bloom a déclaré que, bien que ces compagnies soient autorisées par le gouvernement fédéral à amener des citoyens à Cuba, elles n'étaient pas autorisées à les utiliser pour le tourisme.

En outre, une compensation a été demandée pour les descendants d'un homme d'affaires américain pour l'utilisation du terminal de La Havane, qui "a été confisqué après la révolution cubaine pour des voyages effectués en dehors des catégories autorisées par la loi".

Le tourisme est l'un des secteurs les plus touchés par l'embargo unilatéral des États-Unis. Parce qu'il génère des revenus importants pour les caisses de la République de Cuba, Washington cherche constamment de nouvelles excuses pour restreindre les visites des étrangers qui viennent en tant que touristes.

Donald Trump a adopté 243 mesures coercitives contre Cuba, qui sont toujours en vigueur. Entre mai et juin 2019, Trump a activé le titre III de la loi Helms-Burton (adoptée en 1996 par Bill Clinton), qui renforce le caractère extraterritorial de l'embargo économique, commercial et financier, et a annoncé des restrictions qui ont conduit Cuba à annuler les escales de bateaux de croisière sur l'île.

Cela permet aux Américains de poursuivre pratiquement toute entreprise considérée par Washington comme faisant des affaires ou profitant des biens saisis par le gouvernement cubain.

En réponse, le 24 décembre 1996, Cuba a adopté la loi n° 80, Réaffirmation de la dignité et de la souveraineté de Cuba, qui a déclaré la loi Helms-Burton illégale et nulle et non avenue.

Les autorités cubaines ont déclaré qu'aucune loi étrangère ne peut les empêcher de tirer profit des biens de leur peuple, qui ont été autrefois nationalisés sur la base de décisions parfaitement conformes au droit international.

Néanmoins, selon les chiffres officiels, rien qu'entre avril 2019 et mars 2020, plus de 880 millions de dollars ont été endommagés à Cuba en raison de ces persécutions. Cela oblige le gouvernement cubain à rechercher activement diverses formes de solidarité avec d'autres pays pour atténuer l'impact des sanctions américaines.

Il est certain que des initiatives stratégiques conjointes dans ce domaine avec d'autres États qui ont également fait l'objet de sanctions et de pressions de la part de Washington profiteront à toutes les parties concernées et constitueront un autre pas concret vers la fin de l'hégémonie américaine et l'établissement d'un ordre mondial multipolaire et plus équitable.

Notes:

[i] http://www.minrex.gob.cu/es/node/2987

[ii] https://www.granma.cu/cuba/2022-03-14/que-falta-para-incentivar-mas-la-inversion-extranjera-y-vincular-a-los-actores-economicos-...

[iii] https://www.granma.cu/cuba/2022-03-27/destacan-beneficios-de-las-fuentes-de-energia-renovable-27-03-2022-09-03-04

[iv] https://www.granma.cu/cuba/2022-03-26/abrira-fiagrop-2022-las-puertas-para-el-intercambio-de-firmas-extranjeras-con-empresas-nac...

[v] https://www.prensa-latina.cu/2022/03/24/cruceros-en-la-mira-del-bloqueo-de-eeuu-a-cuba

***

L'Ukraine et la cyberguerre

Capture_2c0fbd4461.JPG

L'Ukraine et la cyberguerre

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitica.ru/en/article/ukraine-and-cyberwarfare

Dans sa récente interview avec la chaîne de télévision japonaise TBS, le président de la Biélorussie Alexandre Loukachenko a déclaré que les cyber-armes sont plus dangereuses que les armes nucléaires. Il a expliqué que ces armes sont difficiles à détecter et que "nous ne sommes pas prêts à avoir peur de la cybercriminalité et des cyberarmes". Il y a de la logique dans ses propos. Si nous considérons l'informatique comme la science de la rétroaction et de l'interaction homme-machine, alors les armes nucléaires font également partie des cyber-armes, bien que nous ayons l'habitude de considérer le "cyber" uniquement comme relevant de l'Internet et des applications actuelles de contrôle et de communication liées aux gadgets technologiques.

Les armes nucléaires ont servi de stratégie de dissuasion pendant des décennies et n'ont été utilisées que deux fois par les États-Unis en 1945 contre des civils dans des villes japonaises. Les cyberarmes, depuis leur apparition sous la forme de logiciels malveillants, en sont venues à être utilisées comme un moyen de guerre clandestin, bien que leur effet soit principalement des dommages matériels et financiers.

Fondamentalement, "cyber" est un concept, un phénomène et une sphère d'activité très vastes. Des médias sociaux à la fourniture de commandement et de contrôle sur le champ de bataille, tout cela est "cyber". La phase militaire intense de la guerre inclut inévitablement des techniques de manipulation via Internet, mais même en l'absence de combat, la confrontation invisible ne s'arrête pas. Attaques de piratage contre des infrastructures gouvernementales, piratage de systèmes informatiques pour voler et distribuer des données, diffusion de contenus divers faisant partie d'opérations d'information et d'opérations psychologiques - tous ces éléments de la cyberguerre sont constamment utilisés dans la confrontation entre pays.

La crise ukrainienne ne fait pas exception. Les systèmes Starlink d'Elon Musk sont utilisés en Ukraine pour la reconnaissance préliminaire et le ciblage. Diverses plateformes diffusent des appels à la violence et collectent des fonds. Il existe des cas d'utilisation hybride d'Internet. Le 14 mars, les forces ukrainiennes ont tiré un missile balistique Tochka-U sur Donetsk. Vingt personnes ont été tuées et 30 autres ont été blessées, toutes des civils, y compris des enfants. La veille, un appel aux habitants de Donetsk au nom du Comité des mères du Donbass à se rendre à un rassemblement sur la place centrale à midi était apparu sur les réseaux sociaux. C'est à ce moment-là que l'incident s'est produit dans le centre de la ville. "Le Comité des Mères du Donbass" est une fausse structure créée par le service de sécurité ukrainien pour mener des provocations.

Les collectifs de hackers de différents pays ont divisé leurs positions - certains d'entre eux attaquent les sites Web du gouvernement russe, tandis que d'autres font de même pour l'Ukraine. Souvent, c'est la société, et non l'État, qui souffre de ces attaques.

Le 22 mars, on a appris que le plus grand holding agricole de Russie, Miratorg, avait été attaquée par un crypto-malware. Selon les spécialistes qui s'occupent du problème, le processus de récupération des données est difficile en raison du travail nécessaire pour trouver un chiffre pour le cheval de Troie lui-même et les fichiers affectés.

cyber.jpg

Les États-Unis, quant à eux, utilisent le conflit à leurs propres fins, notamment la cybersécurité. Le 21 mars, la Maison Blanche a publié une déclaration indiquant que la Russie pourrait lancer des cyberattaques sur le territoire américain, et que nous devons donc "accélérer notre travail pour renforcer la cybersécurité intérieure et la résilience nationale". Selon M. Biden, "la Russie pourrait se livrer à des cyberactivités malveillantes contre les États-Unis, notamment en réponse aux sanctions économiques sans précédent que nous lui avons imposées ainsi qu'à nos alliés et partenaires. C'est l'un des éléments de la stratégie de la Russie. Aujourd'hui, mon administration réitère ces avertissements sur la base de renseignements indiquant que le gouvernement russe étudie les possibilités de cyberattaques". Tout cela a été dit sans aucune preuve.

Alors que le conflit exacerbe la réalité politique, ses participants sont contraints de reconsidérer de nombreuses dispositions qu'ils tenaient auparavant pour acquises. Le lundi 21 mars, le tribunal de Tverskoi à Moscou a jugé que Facebook et Instagram, des applications logicielles de Meta Platforms, sont extrémistes. Leurs activités sont désormais totalement interdites en Russie. En fait, il est interdit à Meta d'ouvrir des succursales et de mener des activités commerciales en Russie, car ces activités sont dirigées contre le pays, ses citoyens et les forces armées.

Auparavant, une grande quantité de contenu était diffusée sur Facebook appelant au meurtre de Russes, l'initiative venant de la direction de l'entreprise. Les deux réseaux ont été bloqués en Russie au début du mois de mars. Instagram a ignoré plus de 4500 demandes de suppression de faux sur les opérations spéciales des troupes russes en Ukraine et d'appels à des rassemblements non autorisés.

Maintenant, le tribunal a mis un terme à l'affaire. La représentante de Meta au tribunal a tenté de justifier que les utilisateurs russes comptent sur Facebook et Instagram comme plateformes de communication. Elle a également souligné que les informations à l'origine des réclamations des autorités représentent une partie négligeable du flux total d'informations et que la société a déjà payé des amendes pour des violations. Et le blocage entraînerait la perte d'accès à une énorme quantité d'"informations non controversées". Mais étant donné que les citoyens et les organisations ne seront pas poursuivis pour extrémisme pour avoir utilisé Facebook et Instagram, cet accès est pratiquement préservé. La seule question qui se pose est celle de l'utilisation de serveurs VPN pour contourner le blocage. Il est bien sûr peu probable que la plupart des citoyens qui possèdent des comptes Facebook et Instagram prennent de telles mesures.

L'important est que Meta perde la possibilité de gagner de l'argent auprès des citoyens russes. Commander de la publicité sur les deux réseaux sociaux ou négocier des actions Meta peut être qualifié de financement d'une activité extrémiste - c'est une responsabilité pénale. En outre, tout affichage public de symboles - sur le site Web, sur les portes des magasins et des cafés, sur la voiture, dans les réseaux sociaux, sur les affiches et les cartes de visite - sera un motif de responsabilité administrative pouvant aller jusqu'à 15 jours d'arrestation.

Cependant, il existe encore d'autres organisations en Russie qui présentent des risques pour la sécurité et distribuent du contenu extrémiste (ou suppriment le contenu russe). Google, propriété d'Alphabet, a déclaré avoir bloqué l'accès aux médias d'État russes dans le monde entier et supprimé les contenus sur les actions de la Russie en Ukraine qui violent ses politiques. Google a retiré 1000 chaînes et plus de 15.000 vidéos de YouTube. Apple a également suivi cet exemple et a bloqué le trafic direct et les rapports d'incidents liés à l'Ukraine en coopération avec les autorités locales. Dans une démarche similaire, Apple a également bloqué l'accès aux applications des médias d'État, comme RT News et Sputnik, dans toutes les régions de l'AppStore situées en dehors de la Russie. Apple a également suspendu les ventes de produits et cessé d'exporter vers sa chaîne russe.

Il est fort probable que YouTube soit la prochaine plateforme à être bloquée en Russie. De nombreux experts estiment également qu'il est nécessaire de surveiller d'autres applications et réseaux sociaux plus petits, ainsi que divers médias occidentaux qui diffusent des fausses informations sur la Russie - tous devraient être bloqués et/ou interdits en Russie.

Il est certain que ces interdictions devraient être considérées comme une mesure importante et longtemps retardée pour restaurer la souveraineté informationnelle de la Russie. L'expérience des réseaux sociaux VKontakte et Telegram montre que la Russie peut avoir ses propres découvertes et applications qui ne sont pas inférieures à celles de l'Occident. Et, très probablement, d'autres pays suivront également cet exemple. Pour commencer, la Russie n'est pas le seul pays où les réseaux sociaux des États-Unis sont interdits. Facebook et Twitter sont bloqués en Chine depuis 2009. Une alternative aux réseaux occidentaux en Chine est la plateforme multifonctionnelle WeChat. La situation avec ces réseaux est similaire en Iran. Twitter est interdit en Corée du Nord depuis 2016. Il n'existe pas non plus de réseaux sociaux au Turkménistan. Il est probable que d'autres pays prendront bientôt le relais, limitant ainsi l'influence destructrice exercée par les réseaux américains.

Mais la question de la réglementation juridique de l'Internet en tant que tel reste entière. Les débats à ce sujet durent depuis des années et jusqu'à présent, les pays se sont divisés en deux camps : l'un est en faveur d'un Internet souverain, et l'autre tente d'imposer une politique de multipartisme, où ils font la promotion de leurs propres entreprises en tant qu'acteurs importants dans le domaine de l'Internet.

vendredi, 01 avril 2022

Mythe, utopie, & réalisme pluriversel

AXE-1-1D.jpg

Mythe, utopie, & réalisme pluriversel

Leonid Savin (2013)

Source: https://www.geopolitica.ru/en/article/myth-utopia-pluriversal-realism

Georges Sorel divisait les formations sociales et politiques en deux types : (1) celles qui avaient un mythe comme base de leur idéologie, et (2) celles qui faisaient appel à des idées utopiques. La première catégorie, il l'attribue au socialisme révolutionnaire, où les véritables mythes révolutionnaires ne sont pas des descriptions de phénomènes, mais l'expression de la volonté humaine. La deuxième catégorie est celle des projets utopiques, qu'il attribue à la société bourgeoise et au capitalisme.
 
Contrairement au mythe, avec ses attitudes irrationnelles, l'utopie est le produit du travail mental. Selon Sorel, elle est l'œuvre de théoriciens qui tentent de créer un modèle avec lequel critiquer la société existante et mesurer le bien et le mal en son sein. L'utopie est un ensemble d'institutions imaginaires, mais elle offre également de nombreuses analogies claires avec des institutions réelles.
 
Les mythes nous poussent à nous battre, alors que l'utopie vise à réformer. Ce n'est pas un hasard si certains utopistes, après avoir acquis une expérience politique, deviennent souvent d'habiles hommes d'État.
 
Le mythe ne peut être réfuté, car il est tenu de concert comme une croyance de la communauté et est donc irréductible. Les utopies, en revanche, peuvent être examinées et rejetées.
 
Comme nous le savons, les diverses formes de socialisme, tant à gauche qu'à droite de l'échiquier politique, ont en fait été construites sur des mythes, comme en témoignent aisément les ouvrages de leurs défenseurs. Il suffit de rappeler le Mythe du 20e siècle d'Alfred Rosenberg, qui s'est fait l'apologiste du national-socialisme allemand.
 
À l'autre extrémité du socialisme, nous constatons également une base mythologique, bien qu'elle soit analysée post-facto. Même si Marx disait que le prolétariat n'a pas besoin de mythes, qui sont détruits par le capitalisme, Igor Shafarevich a démontré de manière concluante le lien entre les attentes eschatologiques du christianisme primitif et le socialisme. La théologie de la libération en Amérique latine confirme également la forte présence du mythe à l'œuvre au sein du socialisme de gauche du 21e siècle

pieter_bruegel_the_elder___the_tower_of_babel__vienna____google_art_project___edited.jpg

Si nous parlons en termes de deuxième et troisième théories politiques qui ont lutté contre le libéralisme, il est pertinent de rappeler la remarque de Friedrich von Hayek qui, dans son ouvrage La route de la servitude, note que, "en février 1941, Hitler a jugé bon de dire dans un discours public que le national-socialisme et le marxisme sont fondamentalement la même chose".
 
Bien entendu, cela ne diminue pas l'importance du mythe politique moderne et explique également la haine qu'en ont les représentants du libéralisme moderne. Ainsi, les alternatives politiques - que ce soit la Nouvelle Droite, l'indigénisme ou l'eurasisme - représenteraient une nouvelle menace totalitaire pour les néolibéraux. Les libéraux, qu'ils soient classiques ou néo-libéraux, nous refusent nos idéaux, car ils pensent qu'ils ont un caractère largement mythologique et ne peuvent donc pas être traduits dans la réalité.
 
Revenons maintenant à l'utopie. L'économie politique libérale, comme le note à juste titre Sorel, est elle-même l'un des meilleurs exemples de pensée utopique. Toutes les relations humaines sont réduites à la forme de l'échange sur le marché libre. Ce réductionnisme économique est présenté par les utopistes libéraux comme une panacée aux conflits, aux malentendus et à toutes sortes de distorsions qui surgissent dans les sociétés.
 
imagtccses.jpgLa doctrine de l'utopisme a émergé des œuvres de Tommaso Campanella, Francis Bacon, Thomas More et Jonathan Swift, ainsi que de philosophes-libéraux comme le chef de file des radicaux britanniques Jeremy Bentham. L'incarnation de l'utopie a d'abord été érigée sur une politique réglementaire rigide, qui incluait en même temps la violence comme forme de coercition sur ses citoyens. Elle est ensuite passée à l'expansion coloniale, qui a permis l'accumulation de capitaux et l'établissement d'une seule et même "norme civilisée" pour les autres pays. Puis l'utopie libérale est allée encore plus loin, devenant, selon les termes de Bertram Gross, un "fascisme amical", dans la mesure où elle a commencé à institutionnaliser la domination et l'hégémonie par le biais d'un régime de lois et de règlements internationaux. À ce moment-là, l'utopie libérale est elle-même devenue un mythe moderne : technocentrique, rationnelle et totalitaire - démasquant la première idée utopique d'une société juste et la remplaçant par le matérialisme et la loi utilitaire, devenant, en fait, une dystopie.
 
31OvbfMDMxL._SX322_BO1,204,203,200_.jpgDans le cas des deux sociétés centrées sur le mythe, et des utopies, mises en œuvre de manière cohérente par des expériences de droit, d'économie, de philosophie et de politique, une erreur majeure a été commise en essayant d'étendre le modèle à l'échelle mondiale. Le fascisme et le marxisme sont tombés en premier historiquement. Cependant, le libéralisme est désormais lui aussi remis en question, comme l'a noté avec prescience il y a une vingtaine d'années John Lukacs dans son ouvrage La fin du 20e siècle et la fin de l'ère moderne.
 
Le mythe et l'utopie ont tous deux tiré leur force du monde pluriversel, l'homogénéisant et détruisant sa richesse de cultures et de visions du monde. Le pluriversum était la base sur laquelle se formait la superstructure de l'utopie. C'est également là que certaines forces modernes visant à mettre en œuvre des projets historiques violents ont puisé dans les couches mythologiques profondes.
 
Dans la réalité pluriverselle, il y a de l'espace pour le mythe et l'utopie, s'ils sont limités à un certain espace avec des caractéristiques civilisationnelles uniques et séparés les uns des autres par des frontières géographiques. Le mythe peut être réalisé sous la forme d'une théocratie ou d'un empire futurologique. L'utopie pourrait en même temps tendre vers une technopole biopolitique ou un melting pot des nations, mais bien sûr séparément des ordres centrés sur le mythe.
 
Carl Schmitt a suggéré la construction et la reconnaissance de tels "Grands Espaces Politiques" autonomes ou Grossräume. La formation de ces espaces nécessiterait un programme mondial de pluriversalisme, faisant appel aux mythes distinctifs et aux fondements culturels des différents peuples. Mais toutes les parties à un ordre pluriversel doivent avoir une chose en commun comme condition préalable : la déconstruction de la superstructure de l'utopie néolibérale naissante.

samedi, 26 février 2022

La Russie entre dans une nouvelle phase de confrontation avec l'Occident

2111-06-2d25a.jpg

La Russie entre dans une nouvelle phase de confrontation avec l'Occident

Leonid Savin

Source: https://katehon.com/ru/article/rossiya-vstupaet-v-novuyu-fazu-protivostoyaniya-s-zapadom

La reconnaissance de la DPR et de la LPR, ainsi que l'opération de maintien de la paix en Ukraine, était nécessaire pour un certain nombre de raisons

La décision des dirigeants russes de reconnaître la DPR et la LPR était une mesure forcée et prévisible. Bien que près de huit ans se soient écoulés depuis les référendums organisés dans les anciens oblasts ukrainiens de Donetsk et de Louhansk, cette reconnaissance par Moscou a suscité un soutien public non seulement dans les républiques déjà légitimées, mais aussi en Russie, au Belarus, en Serbie et dans plusieurs autres pays.

Kiev s'est rendu coupable non seulement d'une planification de génocide contre le peuple russe en Ukraine au fil des ans, mais aussi d'une glorification irrationnelle et stupide du nazisme et d'une politique étrangère clairement destructrice qui a inclus une militarisation outrancière avec l'aide des pays occidentaux, assortie de tentatives actives d'adhésion à l'OTAN.

Ces facteurs ont été fondamentaux dans la décision, bien que Moscou ait espéré jusqu'au dernier moment que l'Ukraine applique correctement les accords de Minsk. Cela ne s'est malheureusement pas produit, de sorte qu'un retournement contre l'Ukraine, comme celui de ces derniers jours, était tout simplement nécessaire. Principalement pour des raisons humanitaires.

Il faut également prêter attention à la situation stratégique qui s'est installée autour de l'Ukraine. Après le coup d'État de 2014, les dirigeants biélorusses, notamment, ont été fidèles au régime de Petro Porochenko, puis à celui de Vladimir Zelenski. Ce n'est qu'après une tentative de coup d'État similaire au Belarus même qu'Alexandre Loukachenko a commencé à mener une politique clairement pro-russe. Et à la veille de la reconnaissance de la DNR et de la LNR, un exercice militaire conjoint avec la Russie s'est tenu sur le territoire du Belarus. Les dirigeants biélorusses ont également annoncé leur intention d'acheter un certain nombre de systèmes d'armes de fabrication russe, notamment des avions de combat et des systèmes de défense aérienne.

Par conséquent, le rôle du Belarus dans l'opération conjointe de maintien de la paix est désormais très important. Kiev ne s'est pas seulement retrouvé sous un blocus économique de la part de la Russie et du Belarus. L'une des directions d'avancée vers Kiev a été choisie à partir de cette position stratégique.

medium_2022-01-24-3944e9ecc7.jpg

Il est maintenant nécessaire d'examiner la procédure de reconnaissance de la RPD et de la RPL du point de vue du droit international. Déjà le 21 février, et même avant, alors que les politiciens occidentaux étaient hystériques à propos de l'"invasion" imminente de la Russie, les représentants du cartel néolibéral de l'OTAN parlaient d'une seule voix de la violation du droit international. Mais l'ont-ils fait ? Et qu'entendent-ils par droit international ?

Il suffit de rappeler que le bombardement de la Yougoslavie en 1999 et la reconnaissance de l'indépendance du Kosovo ont violé les accords d'Helsinki sur l'inviolabilité des frontières politiques en Europe. Mais l'Occident n'y a pas prêté attention. Comme le droit de précédent s'applique en Occident, ces événements ont effectivement ouvert la voie à de telles actions.

Mais encore plus tôt, en 1994, les États-Unis ont envahi Haïti sous des prétextes fallacieux, alors qu'ils avaient reçu l'approbation des Nations unies. Cela a été relativement facile à faire dans le sillage immédiat de l'effondrement de l'URSS, surtout si l'on considère qu'à l'époque Andrei Kozyrev était ministre des Affaires étrangères et écoutait les instructions de Washington. L'administration de Bill Clinton a motivé sa décision d'occuper Haïti par la nécessité de protéger les citoyens américains dans ce pays.

Ces deux cas, et plus tard le bombardement de la Libye en 2011, sont connus sous le nom de doctrine de la responsabilité de protéger (R2P). Cette doctrine a été développée directement en Occident. Entre-temps, elle a été mise en œuvre à l'ONU en 2005 à la demande du Canada, qui l'avait rédigée en 2001 [i]. L'implication est que la souveraineté n'est pas seulement un droit, mais aussi une obligation. Et si certains gouvernements manquent à leur devoir de respecter les droits et libertés de leurs citoyens, ils doivent être punis.

R2P.png

Une autre association apparaît avec la partition du Soudan. Le Sud-Soudan a obtenu son indépendance par un référendum en juillet 2011, qui faisait suite à un accord entre le gouvernement et les rebelles du sud [ii]. Le processus a été directement supervisé par des politiciens américains de haut rang, qui voyaient dans la partition un intérêt pour les États-Unis, notamment l'accès aux ressources pétrolières. De manière révélatrice, cette préoccupation de Washington n'a pas sauvé le Sud-Soudan - il a plongé dans une nouvelle guerre civile en 2013.

640px-A_young_girl_hangs_the_South_Sudan_flag_5925619011-1.jpg

Une question légitime se pose : le gouvernement ukrainien a-t-il réussi à garantir les droits de la population russophone sur le territoire ukrainien depuis le coup d'État de février 2014 ?

Tout d'abord, le gouvernement lui-même peut difficilement être qualifié de légitime, car après le coup d'État, une alliance de néonazis et d'Occidentaux s'est lancée dans une politique d'intimidation et de chantage. Et les décisions prises par le parlement ukrainien après le 22 février 2014 ne peuvent être considérées comme des actes juridiques.

Deuxièmement, lorsque la polarisation politique a clairement mis en évidence les deux camps opposés, des tentatives ont-elles été faites pour résoudre pacifiquement les différends par le biais de négociations ? Non, la junte de Kiev a envoyé non seulement des unités des forces de l'ordre et des services spéciaux, mais aussi des formations militaires dans les régions qui défendaient leurs droits (notamment en parlant leur langue maternelle). Donetsk et Luhansk ont subi des raids aériens et des tirs d'artillerie.

Par conséquent, l'Ukraine, en tant qu'État, a perdu son droit à la souveraineté. Et lorsque la Russie vient protéger les civils dans un pays voisin dont la population est liée historiquement, culturellement et spirituellement par des traditions séculaires, elle a bien plus le droit de parler de "responsabilité de protéger" que les États-Unis et les pays de l'OTAN, qui ont envahi d'autres pays sous des prétextes farfelus. Enfin, ni la Yougoslavie, ni Haïti, ni l'Irak, ni la Libye, ne représentaient une menace existentielle pour les États-Unis. Mais l'Ukraine, transformée par l'Occident en un pays carrément hostile à la Russie, représente certainement une telle menace.

Nous avons donc affaire à deux poids, deux mesures. Et si l'on prête attention au fait que c'est à la Russie que l'Occident refuse de prendre la défense (on se souvient de la réaction à l'opération visant à contraindre la Géorgie à la paix en août 2008), alors cela suggère une certaine forme de racisme.

Après tout, il s'avère que ce sont les Russes qui ne sont pas autorisés à venir en aide à leurs compatriotes ou à d'autres peuples. C'est presque comme Orwell, où dans son œuvre "La Ferme des animaux", les cochons qui ont pris le pouvoir ont déclaré que tous les animaux sont égaux, mais que certains sont plus égaux que d'autres. Cela n'est pas explicitement indiqué, mais clairement sous-entendu.

De plus, les États-Unis refusent le droit non seulement de prendre la défense de ces populations harcelées, mais aussi de critiquer, de signaler les violations et d'établir des comparaisons - tout cela est déclaré faux par le département d'État américain, tandis que les satellites de Washington s'emploient activement à informer et à laver psychologiquement le cerveau de leur propre population et de la population russe par le biais d'agents étrangers, des médias sociaux et de divers programmes de subventions par le biais de missions diplomatiques.

La médisance des politiciens occidentaux à l'égard des pays non-occidentaux relève également clairement du double standard. Prenez, par exemple, le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a déclaré que la décision de Moscou de reconnaître la LNR et la DNR était inacceptable. "Nous appelons les parties à se laisser guider par le bon sens et à respecter le droit international", a déclaré le président turc [iii].

La présence de l'armée turque en Syrie et en Irak ne viole-t-elle pas le droit international? Ont-ils reçu une invitation des autorités de ces pays? Bien sûr que non. Et la situation en Chypre du Nord ne correspond clairement pas aux normes dont parle Erdogan.

À propos, pendant des décennies, la République de Chypre du Nord n'a été reconnue que par la Turquie pour des raisons évidentes. Et la DNR et la LNR ont déjà été reconnues non seulement par la Russie, mais aussi par la RCA. La Syrie, qui a déjà soutenu la décision du président Poutine, est la prochaine [iv]. Des reconnaissances officielles suivront sûrement de la part de la Biélorussie, du Venezuela et du Nicaragua, dont les dirigeants ont soutenu la décision de Moscou. Et aussi d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud.

Bien sûr, Erdogan est préoccupé par la question kurde, car la population kurde de Turquie augmente chaque année, ce qui entraînera inévitablement des déséquilibres politiques à terme. Mais Erdoğan lui-même mène plutôt dans son pays une politique répressive sous couvert de lutte contre le terrorisme, puisque le Parti des travailleurs du Kurdistan y est reconnu comme une organisation terroriste.

Toutefois, le rôle de la Turquie pourrait être plus destructeur en direction de l'Ukraine - où des drones de combat Bayraktar ont déjà été livrés, qui pourraient être utilisés contre les habitants du Donbass [v]. Et les combattants sans scrupules utilisés par la Turquie à Idlib en Syrie ou en Libye pourraient également se déployer après les Bayraktars [vi]. Au moins, la possibilité d'un tel scénario doit être envisagée. D'autant plus qu'il a déjà été fait état du recrutement de combattants de Bosnie-Herzégovine, d'Albanie et du Kosovo pour les envoyer en Ukraine [vii].

En résumé, on peut conclure clairement que la Russie est du bon côté de l'histoire. Il sera difficile de briser le blocus de l'information et de faire connaître la vérité aux citoyens d'autres pays, notamment ceux de la communauté euro-atlantique. Bien qu'il y ait là aussi des médias et des politiciens adéquats. Il sera également difficile de surmonter les nouvelles mesures de sanctions qui concernent la dette souveraine de la Russie et sa capacité à opérer sur les marchés occidentaux.

Mais, d'un autre côté, cela nous oblige à continuer à développer notre propre stratégie mondiale, où il n'y aura pas de place pour le totalitarisme occidental. Par conséquent, la reconnaissance de la DNR et de la LNR est un autre pas vers la multipolarité émergente [viii].

Sources:

[i] https://www.un.org/en/genocideprevention/about-responsibility-to-protect.shtml

[ii] https://ria.ru/20210109/sudan-1591607931.html

[iii] https://www.forbes.ru/society/456553-erdogan-nazval-nepriemlemym-resenie-putina-priznat-dnr-i-lnr

[iv] https://ria.ru/20220221/siriya-1774191571.html

[v] https://www.mk.ru/politics/2022/02/21/eksperty-ocenili-ugrozu-ot-tureckikh-bayraktarov-na-donbasse.html

[vi] https://ru.armeniasputnik.am/20200122/Idlib-kak-zhertva-voenno-politicheskoy-avantyury-Turtsii-pochemu-Erdogan-zhaluetsya-Putinu-21797766.html

[vii] https://rg.ru/2022/02/21/zapadnye-specsluzhby-verbuiut-boevikov-dlia-otpravki-na-ukrainu.html

[viii] https://katehon.com/ru/article/liberalizm-umiraet-priblizhaetsya-mnogopolyarnost

samedi, 29 janvier 2022

Entretien avec Leonid Savin: "Lorsque les Européens auront retrouvé une identité forte, personne ne pourra les dominer spirituellement et culturellement"

maLsavdefault.jpg

Entretien avec Leonid Savin: "Lorsque les Européens auront retrouvé une identité forte, personne ne pourra les dominer spirituellement et culturellement"

Entretien avec le journal Deutsche Stimme réalisé par Alexander Markovics

Cher Monsieur Savin ! Actuellement, les relations diplomatiques entre l'Occident et la Russie sont tendues. L'UE accuse la Russie et la Biélorussie de mener une guerre hybride. L'Occident déclare craindre une intervention militaire russe en Ukraine et accuse la Russie de vouloir déclencher une guerre alors qu'elle a elle-même rompu les accords de Minsk. La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock appelle même à l'arrêt du Nord Stream 2.  La Russie mène-t-elle une guerre hybride contre l'UE et les Etats-Unis ou les politiques occidentaux accusent-ils le président Poutine de crimes dont ils sont eux-mêmes responsables ?

En fait, l'UE et les Etats-Unis affirment depuis six ans déjà que Moscou mène une guerre hybride et que la Russie est intéressée par la division de la société occidentale. En réalité, les gouvernements occidentaux jouent ce jeu de manière bien plus efficace, en raison des erreurs politiques et idéologiques qu'ils commettent chaque jour et de l'état actuel de la démocratie dans leurs pays (n'oublions pas que les bureaucrates de la Commission européenne ne sont même pas élus par leurs propres peuples). Le coup d'État de 2014 en Ukraine a été organisé par l'Occident (notamment avec le soutien financier et diplomatique des États-Unis) et, lors de la "révolution orange" précédente, en 2004, les pays européens et les États-Unis ont également soutenu des politiciens qu'ils ont choisis dans ce pays. Où est donc ici la "guerre hybride de la Russie" ?

image_0991366_20210415_ob_4c53da_crimee.jpg

Après le référendum en Crimée qui a conduit à la réunification avec la Russie, l'Occident a affirmé qu'il s'agissait d'une "annexion", mais les pays occidentaux oublient la sécession du Kosovo en 1999, qui a été soutenue par l'OTAN. Lorsque 100 personnes ont été brûlées vives par des néonazis à Odessa et que les autorités ne les ont pas empêchées, l'Occident n'a pas daigné jeter le moindre regard. La Russie ne pouvait pas rester les bras croisés et attendre que le même scénario se produise en Crimée (et c'est en fait ce qui a été préparé par les forces qui ont mené à bien le putsch de février 2014).

Le terme de "guerre hybride" a été inventé à l'origine par la marine américaine pour décrire des situations de combat complexes impliquant différents acteurs. Plus tard, c'est devenu une marque d'infamie politique, qui a été utilisée pour stigmatiser toute forme d'activité russe (économique, politique, diplomatique, etc.). Si Moscou fait un pas quelconque dans ses relations économiques ou initie de nouveaux contacts, l'Occident le qualifie immédiatement de "guerre hybride". Mais je suis tout à fait certain que toute inactivité serait également qualifiée de "guerre hybride". L'Occident affirmerait immédiatement que la Russie est en train d'ériger un nouveau rideau de fer. Nous nous trouvons dans une situation étrange, ne pensez-vous pas ? 

546x840.jpg

Depuis la fin de la guerre froide, l'Occident dirigé par les États-Unis a pris plusieurs mesures unilatérales et a fait la guerre à la Yougoslavie, à l'Irak, à l'Afghanistan et à la Libye. Ce "moment unipolaire" a provoqué le chaos, une violence massive et des mouvements de réfugiés aux quatre coins du globe. Dans votre livre récemment paru Ordo Pluriversalis. The End of Pax Americana & the Rise of Multipolarity, vous vous prononcez en faveur d'un monde multipolaire avec plusieurs centres de pouvoir au lieu de la domination occidentale. Les détracteurs occidentaux de ce concept affirment qu'un ordre mondial multipolaire entraînerait davantage de conflits et une plus grande instabilité dans le monde. Quels sont les avantages d'un système multipolaire par rapport à l'hégémonie occidentale, notamment pour les Européens ? 

Du point de vue de l'Occident, la multipolarité sera toujours présentée comme un désordre instable et semi-anarchique, car la vision occidentale de la multipolarité est basée sur l'époque multipolaire précédente, qui était eurocentriste et colonialiste. Aujourd'hui, la situation a changé et le centre de l'économie mondiale s'est déplacé vers l'Asie. Toutefois, la multipolarité n'est pas seulement une question d'équilibre des forces, mais aussi et surtout une question de restauration prudente de l'histoire elle-même, des traditions et du développement du potentiel culturel des groupes ethniques et des peuples du monde entier. Il existe de nombreuses formes uniques de gouvernance, de juridiction et de droits, enracinées dans une expérience millénaire.

Le néolibéralisme (même s'il a malheureusement connu un grand succès dans les années 1990 et jusqu'à récemment) ne peut pas prétendre à une validité mondiale (ce qui vaut bien sûr aussi pour d'autres types d'idéologies politiques). Un seul système peut être valable pour le monde entier, et c'est le pluriversalisme. Celui-ci peut contenir des éléments controversés, mais c'est normal parce que c'est naturel. Regardez la carte du monde et vous verrez que l'Occident politique (l'alliance transatlantique) n'est qu'une partie du monde, et même pas la plus grande ! Jusqu'à présent, il a eu une influence énorme sur le monde entier, mais celle-ci est aujourd'hui en déclin.

ccsavin_cover_0.jpg

Du point de vue européen, la multipolarité signifie davantage de souveraineté et d'indépendance vis-à-vis des États-Unis. Il existe déjà des initiatives pour une autonomie européenne, soutenues par l'Allemagne et la France, mais elles ne sont pas réalisables dans le futur proche tant que l'on ne se sépare pas de Washington. Les Etats-Unis poursuivent leur propre agenda au sein de l'UE et diffusent ainsi une propagande anti-chinoise et anti-russe afin d'attiser diverses craintes chez les Européens. Mais l'Europe est destinée à coopérer avec la Russie (et, dans une moindre mesure, avec la Chine) parce que nous sommes voisins et que nous vivons ensemble sur le continent eurasien. C'est un fait évident.

Dans ce contexte, il est tragique de voir la cancel culture se répandre en Europe et une nouvelle forme de décadence entraîner de nombreux pays vers l'abîme. La reconfiguration du monde dans le cadre de la multipolarité aurait le pouvoir de guérir l'Europe et de l'aider à trouver sa propre place et sa propre voie dans la politique mondiale. 

L'avenir des relations internationales et de la géopolitique est un sujet très discuté par les experts. Alors que Samuel Huntington a avancé la thèse du "choc des civilisations", Mohammad Khatami parle d'un "dialogue des civilisations". Selon vous, quelle prédiction est la plus probable et que peuvent faire les militants et partis politiques à tendance antimondialiste pour permettre une coexistence pacifique des civilisations ?

Huntington a parlé du "choc des civilisations" non pas dans le sens d'une fatalité inéluctable, mais comme un avertissement. Beaucoup ne lisent pas correctement son œuvre, voire pas du tout, tout comme beaucoup de libéraux de notre époque ne lisent pas Adam Smith. Mais ce qui est important dans son œuvre, c'est la constatation claire qu'il existe plusieurs civilisations ! Pas une seule, comme l'ont suggéré de nombreux érudits occidentaux auparavant, mais plusieurs ! Une multitude de civilisations signifie à son tour qu'il existe automatiquement une multitude de systèmes politiques différents.

Cibergeopolitica_organizaciones_y_alma_rusa_Leonid_Savin.png

Le problème de nombreux antimondialistes est qu'ils voient la culture politique des autres peuples à travers la lentille de leurs propres modèles d'ennemis.  Il s'agit d'une nouvelle forme d'exclusivité. Nous devons oublier le principe de l'ethnocentrisme, qui repose sur le double codage du "groupe du nous" et du "groupe des autres", et commencer à penser à partir d'un point d'inclusion approfondi. Je suis conscient que tout cela n'est pas facile. Mais nous devons enfin commencer ! Si nous avons l'intention de construire un pont entre les civilisations, il est plus sage de parler dans les langues de ces civilisations et de ne pas utiliser le langage de la pseudo-"civilisation" représentée par la société mondiale actuelle de la consommation et du capitalisme financier.   

En raison du matérialisme dominant, du chaos social, de l'individualisme et de l'aliénation dans l'Occident moderne, le nombre d'Européens qui cherchent à revenir à la forme traditionnelle de leur civilisation augmente. Dans votre livre Ordo Pluriversalis, vous proposez le concept de pluriversalité pour prouver qu'une alternative à la société capitaliste et moderne de l'Occident est possible. Veuillez expliquer le concept de pluriversité/pluralité et sa signification pour un futur monde multipolaire !   

La société capitaliste et moderne est fondée sur l'uniformisation et le nivellement de tout vers un standard unique. D'où le sentiment de supériorité et le racisme profondément enracinés dans la société occidentale. Paradoxalement, cet état d'esprit se développe également dans les sociétés non occidentales. Des phénomènes tels que les traitements médicaux visant à éclaircir la peau dans certains pays arabes sont le résultat de la domination occidentale imposée à cette région (car il existe aussi des personnes à la peau blanche en Yakoutie, au nord-ouest de la Russie, mais elles n'ont jamais conquis le Moyen-Orient).

md30507010240.jpg

Lorsque nous parlons de plurivers, nous entendons par là la multiplicité des visions du monde. Dans la région andine de l'Amérique latine et dans l'Afrique profonde, les gens suivent leurs propres traditions ancestrales. Certains éléments ressemblent à la tradition indo-européenne (parce que nous vivons sur la même planète et voyons le même soleil et la même lune), mais d'autres non. Nous pouvons y trouver des systèmes de débat public et des modèles d'auto-organisation politiques et économiques très uniques - tous doivent être préservés et développés. L'expérience d'autres peuples peut également être instructive et utile pour les sociétés "avancées".

1511292432_5.jpg

Tout d'abord, nous devons considérer les autres peuples comme des entités similaires. Le géographe russe Nikolaï Miklukho-Maklay (photo, ci-dessus) a probablement été le premier anthropologue culturel à contester l'existence d'une hiérarchie raciale et à affirmer que les peuples "primitifs" d'autres régions du monde sont égaux aux Européens. Aujourd'hui, sous l'égide de l'idéologie néolibérale, nous entendons des slogans similaires en Occident, mais dans la pratique, ils ne se manifestent que par des actions telles que "Refugees welcome !", le "Cancel Culture", etc. En fin de compte, nous n'avons pas un seul système politique mondial, car la Terre n'est pas un disque, mais un système composé de nombreux systèmes avec différentes couches d'organisation.

De nombreux détracteurs du mondialisme en Occident ont d'une part une opinion très positive de la résistance russe à l'impérialisme américain, mais sont d'autre part sceptiques quant à une coopération avec la Chine et l'Iran en raison de leurs systèmes politiques et de leurs convictions religieuses divergents. En cas d'alliance, ils craignent une exportation de systèmes comme celle que les Européens ont connue avec l'américanisation. En tant qu'expert en géopolitique et connaisseur des pays musulmans d'Asie, pensez-vous que ces craintes sont justifiées ? 

Outre l'Iran et la Chine, l'Asie compte de nombreux autres pays et cultures. Le soufisme se distingue de l'islam sunnite d'inspiration saoudienne. L'islam chiite n'est pas seulement présent en Iran, mais aussi en Azerbaïdjan (où les gens boivent de l'alcool), ainsi que sous des formes spécifiques en Syrie et au Liban, mais aussi en Afghanistan et au Pakistan. Il serait particulièrement simpliste de considérer les pays musulmans d'Asie comme un bloc musulman unique, car il existe en leur sein de nombreuses coutumes et traditions culturelles, qui possèdent à leur tour différents marqueurs en tant que nomades, clans, groupes ethniques et tribus. Chacun d'entre eux a une signification.

Même si nous considérons le monde musulman du point de vue de la multipolarité, il ne se compose pas d'un seul pôle, mais de plusieurs. En Afrique du Nord et en Asie occidentale, nous trouvons un mélange très intéressant de traditions soufies, de culture berbère et de vestiges des empires byzantin et ottoman. En Asie centrale, nous trouvons de très fortes influences d'éléments nomades et de nostalgie postsoviétique, et en Asie du Sud-Ouest, un melting-pot d'éléments indigènes, de nouvelles écoles de renaissance islamique, qui ont vu le jour dans le cadre d'une matrice postcoloniale/anticoloniale. Mais ce qui est important dans tout cela, c'est que toutes les régions mentionnées se trouvent en Eurasie (l'Afrique du Nord y est historiquement et géographiquement liée, c'est pour cette raison que Halford Mackinder a considéré l'Eurasie et l'Afrique comme une unité appelée l'île mondiale).

La Russie se trouve au centre de l'Eurasie. Un mur mythique a été construit par Alexandre le Grand pour se protéger de Gog et Magog sur la côte caspienne près de la ville de Derbent - il s'agit de la ville la plus au sud de la Russie, dans l'actuelle République du Daghestan (en fait, il a emprunté un autre chemin lors de sa campagne en Bactriane et en Inde). C'est la raison pour laquelle la Chine est si intéressée par la construction d'infrastructures dans le cadre de la Nouvelle route de la soie via la Russie, afin d'établir une connexion avec l'Europe.

Le corridor nord-sud relie l'Iran et donne à la Russie un accès à des ports libres de glace. Un corridor similaire sera également créé via le Pakistan.  C'est la question de la géopolitique eurasienne et elle ouvre de formidables perspectives. Pour les Européens, tout cela peut sembler un peu suspect. D'un point de vue pragmatique, vous pouvez poser la question suivante : "Qu'allons-nous accomplir dans ces circonstances ?" Le moteur économique du monde n'est plus l'Occident, mais l'Asie.

Enfin, toute exportation de valeurs culturelles et religieuses n'est pas possible si vous la refusez. Par exemple, après l'effondrement de l'Union soviétique, il y avait en Russie beaucoup d'émissaires de sectes occidentales et de religions orientales, mais ils n'ont pas réussi. Les Russes sont en effet retournés à leurs propres racines, le christianisme orthodoxe (il y a bien sûr aussi des adeptes du bouddhisme, de l'islam et du judaïsme chez nous). La Russie est d'ailleurs l'un des pays où l'on trouve des adeptes d'un paganisme traditionnel tel qu'il existait en Europe. Lorsque les Européens auront retrouvé une identité forte, personne ne pourra les dominer spirituellement et culturellement. Vous pouvez étudier l'expérience russe en ce qui concerne la reconquête de sa propre souveraineté spirituelle et nous serons heureux de vous aider !  

    Merci beaucoup pour cet entretien !  

Leonid Savin est chef de l'administration du Mouvement eurasien international, membre de la Société des sciences militaires du ministère de la Défense de la Fédération de Russie et membre du comité directeur du Forum international de lutte contre le terrorisme à Islamabad. Il est l'auteur de nombreux livres, publications scientifiques et études spéciales sur les relations internationales, la philosophie politique, la géopolitique et les conflits internationaux. 

vendredi, 19 novembre 2021

La communauté du renseignement américain définit ses priorités

intel-community_0.png

La communauté du renseignement américain définit ses priorités

Leonid Savin

Ex: https://www.geopolitica.ru/en/article/us-intelligence-community-sets-out-its-priorities

Le jeudi 30 septembre 2021, la commission du renseignement de la Chambre des représentants des États-Unis a approuvé le budget de l'exercice 2022 pour le renseignement et les activités liées au renseignement. Ces activités couvrent le travail du ministère de la Défense, de la CIA, du bureau du directeur du renseignement national, de la Defense Intelligence Agency, de la National Security Agency, des départements de l'armée, de la marine et de l'armée de l'air, des garde-côtes, du département d'État, du département du Trésor, du département de l'énergie, du département de la justice, du FBI, de la Drug Enforcement Administration, de la National Geospatial-Intelligence Agency, du National Reconnaissance Office et du département de la sécurité intérieure. Comme on peut le constater, on s'attend à une étroite coopération et coordination inter-agences. Avec une compréhension générale des priorités américaines en matière de renseignement, il est possible de dresser un tableau plus précis de ce que les États-Unis feront l'année prochaine: dans quelles régions ils augmenteront leur activité et sur quels domaines ils se concentreront le plus.

Le texte complet de la loi sur l'autorisation du renseignement pour l'année fiscale 2022 compte 155 pages et est disponible sur le site Web de la commission du renseignement.

Les plans de la communauté du renseignement américaine comprennent 12 grands domaines d'intervention pour lesquels des fonds seront alloués.

1. "Prise en charge des victimes d'incidents sanitaires anormaux". Le projet de loi comprend des dispositions découlant de la surveillance approfondie par le HPSCI [House Permanent Select Committee on Intelligence] de la réponse de la communauté du renseignement aux incidents de santé anormaux, qui ont touché de nombreux officiers de la CI et employés du gouvernement, leurs conjoints et leurs enfants."

Il s'agit du "syndrome de La Havane". Des responsables américains ont récemment déclaré que des employés américains avaient également eu des problèmes de santé dans d'autres pays. Officiellement, la décision a été prise afin d'améliorer et de standardiser la fourniture de soins médicaux de qualité aux fonctionnaires du gouvernement qui ont connu un incident de santé anormal. Pour la CIA en particulier, cela devrait permettre de garantir le plus haut niveau de service aux employés dans toutes les activités.

2. "Se préparer à la prochaine pandémie". Le projet de loi prend plusieurs mesures pour mettre la CI dans une position plus forte pour faire face à la prochaine pandémie. Le projet de loi renforce considérablement les pouvoirs du Centre national de lutte contre la prolifération pour qu'il puisse faire face à l'ensemble des menaces biologiques étrangères et fournir des indications et des avertissements sur les menaces biologiques émergentes. Le projet de loi comprend également un rapport évaluant la valeur de l'ajout du Bureau de la sécurité nationale du Département de la santé et des services sociaux à la Communauté du renseignement, ainsi que l'obligation de produire des rapports supplémentaires sur la position de la CI contre les menaces biologiques étrangères de toutes sortes. L'annexe classifiée comprend plusieurs dispositions sur la préparation à la pandémie et la sécurité sanitaire mondiale."

La communauté américaine du renseignement

Le président américain Joe Biden s'est adressé au personnel de la communauté du renseignement lors d'une visite au bureau du directeur du renseignement national, en Virginie, en juillet 2021.

Cela soulève un dilemme : la communauté du renseignement américaine sait-elle déjà qu'il va y avoir une nouvelle pandémie ou prend-elle simplement des mesures de précaution? À en juger par l'activité accrue des laboratoires biologiques du Pentagone dans le monde et les nouvelles données sur le coronavirus, les États-Unis pourraient bien être en train de préparer une nouvelle épidémie, d'où les nouveaux pouvoirs des autorités officielles du pays.

3. "Afghanistan - Perspectives d'avenir". Le projet de loi exige un National Intelligence Estimate ... sur les menaces et les opportunités découlant de l'Afghanistan au cours des deux prochaines années, y compris les relations entre les talibans et la Chine, l'Iran, le Pakistan et la Russie, l'approche des talibans en matière de droits de l'homme, ainsi que la sécurité et la capacité de sécuriser le transit des alliés afghans des États-Unis. Le projet de loi exige également un rapport détaillé sur notre capacité actuelle à collecter des renseignements concernant l'Afghanistan, y compris la détection et la prévention de toute menace accrue pour la patrie, et une évaluation de la façon d'améliorer nos capacités après le retrait des États-Unis."

Ce point montre que les États-Unis continueront à surveiller de près la région. Bien que les Talibans aient détruit une partie de l'infrastructure déployée par les services de renseignement américains, Washington a l'intention de rétablir une présence clandestine en Afghanistan (il existe encore quelques cellules dormantes et des agents infiltrés). Il est également intéressant de noter qu'il est question de contrôler les liens des talibans avec d'autres pays et que l'accent est mis sur certains alliés afghans, c'est-à-dire ceux qui défendent les intérêts américains dans la région.

4. "La Chine et le contre-espionnage". Le projet de loi exige que la division du contre-espionnage du FBI effectue une évaluation de la sécurité de tout produit ou service d'origine chinoise avant que le FBI ne se procure ce produit ou service. Une autre disposition prévoit un rapport sur la coopération entre la Chine et les EAU en matière de défense, de sécurité, de technologie et d'autres questions."

Il s'agit d'un problème technologique, puisque diverses entreprises chinoises soupçonnées d'espionnage se sont implantées aux États-Unis.

5. "Comprendre la suprématie blanche transnationale". Le projet de loi comprend une disposition détaillée qui comble les lacunes en matière de renseignement et permet à l'Amérique de mieux se concentrer sur les menaces extrémistes suprématistes blanches transnationales. Plus précisément, ce projet de loi améliorera la capacité des agences fédérales de renseignement à hiérarchiser les menaces extrémistes suprématistes blanches, y compris les liens avec des groupes internationaux et leurs finances. Il impose au National Counterterrorism Center - aux côtés du Federal Bureau of Investigation et du Department of Homeland Security - d'explorer et d'analyser de manière plus approfondie l'idéologie et les objectifs qui animent les groupes suprématistes blancs ayant des liens transnationaux, y compris leur direction et leur structure opérationnelle."

Assaut-au-Capitole-retour-en-images-les-evenements-de-Washington.jpg

Cette section a clairement été influencée par le parti démocrate et les mondialistes, qui ont décidé de déplacer l'attention sur la question des soi-disant "extrémistes blancs". Il est assez étrange qu'il ne soit pas fait mention du fondamentalisme islamique ou des cartels de la drogue, comme si les activités des extrémistes mentionnés représentaient une réelle menace pour la sécurité nationale des États-Unis. L'horreur causée par la prise d'assaut du Capitole américain en janvier 2021 est probablement encore bien ancrée dans l'esprit des fonctionnaires du parti démocrate. Il est plus que probable que les activités des extrémistes blancs fassent référence aux partisans de Donald Trump et du mouvement QAnon. Les théories du complot s'emparent des esprits de la communauté du renseignement américain, bien que, depuis des années, c'est exactement ce que les politiciens américains appellent des enquêtes sur l'ingérence des services de renseignement américains dans les affaires d'autres pays.

6. "Empêcher les anciens agents de renseignement de faire un mauvais usage de leurs compétences". Le projet de loi impose à certains anciens agents de renseignement, qui occupaient des postes particulièrement sensibles, de signaler tout emploi auprès d'un gouvernement étranger lié à la sécurité nationale, au renseignement ou à la sécurité intérieure. Il interdit également ce type d'emploi pendant 30 mois après avoir travaillé au sein de la CI. La disposition prévoit des sanctions pénales pour ceux qui ne la respectent pas, notamment en cas de violation du délai de réflexion, de non-déclaration d'un emploi auprès d'un gouvernement étranger ou de falsification des rapports. L'intention de la disposition est de décourager les anciens employés de la CI de fournir des services de renseignement à des adversaires ou à des pays ayant un mauvais bilan en matière de droits de l'homme."

Ce point caractérise un problème au sein de la communauté du renseignement américain, notamment les menaces d'initiés comme Edward Snowden. Le resserrement des vis au sein des agences et les nouvelles mesures restrictives feront clairement de la communauté du renseignement un lieu de travail moins attrayant pour les citoyens américains.

7. "Promouvoir les droits de l'homme". Plusieurs dispositions font progresser l'intérêt de longue date de la commission pour la protection et la promotion des droits de l'homme. Une disposition aidera le comité à comprendre comment la CI donne la priorité à l'application des sanctions relatives aux droits de l'homme prévues par la loi actuelle, telles que les sanctions globales Magnitsky et l'interdiction Khashoggi. Une autre disposition exige des rapports sur les cyber-vulnérabilités acquises par la CI et sur certains fournisseurs commerciaux étrangers de cyber-vulnérabilités dont les services peuvent être utilisés pour violer les droits de l'homme."

Il s'agit là d'un autre axe des démocrates qui se déploie à l'échelle mondiale. Auparavant, le département d'État mettait l'accent sur le thème de l'application des sanctions et de l'imposition de nouvelles sanctions. Il est clair que la question LGBT sera politisée, et que les services de renseignement américains surveilleront de plus près les représailles contre les homosexuels dans les États qui adhèrent et soutiennent les valeurs traditionnelles.

8. "Détection et surveillance des feux de forêt aux États-Unis". Le projet de loi exige que la National Geospatial Intelligence Agency dirige un examen coordonné et interagences avec le ministère de la Défense et les organisations du National Interagency Fire Center, afin d'évaluer les capacités techniques existantes et les possibilités futures de détection et de surveillance des feux de forêt. Cette mesure permet de s'assurer que le gouvernement exploite toutes les ressources possibles, dans le cadre des autorités existantes, pour fournir des informations précises et opportunes aux pompiers qui luttent contre les incendies de forêt, y compris dans l'ouest des États-Unis.

C'est probablement le seul point visant à protéger réellement les intérêts nationaux américains.

9. "La compétition entre grandes puissances dans la 'zone grise". Les États-Unis sont confrontés à de nouvelles formes de concurrence et de menaces de la part d'adversaires utilisant des tactiques qui se situent sur un spectre entre la politique ordinaire et la guerre ouverte. Le projet de loi contient une disposition rendant obligatoire un National Intelligence Estimate qui utilise les rapports classifiés de l'IC pour décrire comment les adversaires étrangers utilisent les activités de la zone grise pour faire avancer leurs intérêts et évaluer quelles réponses américaines amèneraient nos adversaires à intensifier - ou désescalader - cette activité".

27-Figure2-1.png

Nous constatons ici que l'accent est mis sur les activités des États et des acteurs non étatiques que les États-Unis jugent incompréhensibles ou inacceptables. Il s'agit notamment de la revendication par la Chine d'une partie de la mer de Chine méridionale, de la situation dans le sud-est de l'Ukraine, de la présence de la Russie en Syrie, etc. Les États-Unis entendent généralement par "zone grise" toute activité qui menace les intérêts américains de quelque manière que ce soit.

10. "Protection des employés de la CI". Une disposition vise à obtenir des informations sur les cas dans lesquels l'inspecteur général de la DIA [Defense Intelligence Agency] a étayé des allégations de représailles ou d'abus de pouvoir contre des responsables de la DIA, et sur la manière dont les décisions disciplinaires qui en ont résulté ont été prises. Cela renforce également le besoin critique d'indépendance de l'IG [inspecteur général] par rapport à la direction de l'agence. Cela a pour effet de garantir que les employés de cette agence voient leurs allégations faire l'objet d'une enquête complète et approfondie et que les hauts dirigeants et les gestionnaires à tous les niveaux soient tenus responsables de leurs actions."

Un autre problème interne à la communauté du renseignement américain qu'ils vont tenter de résoudre.

11. "Faire la lumière sur l'extrémisme saoudien". Le projet de loi exige que le directeur du renseignement national prépare un rapport détaillé sur la menace des idéologies extrémistes propagées depuis l'Arabie saoudite et sur l'échec du gouvernement saoudien à empêcher la propagation de ces idéologies.

Ce point va clairement détériorer les relations entre les États-Unis et l'Arabie saoudite. Si Riyad s'est peut-être senti à l'aise sous l'administration de Donald Trump, il est possible que les démocrates exercent une pression politique accrue, voire imposent des sanctions intelligentes à l'Arabie saoudite en réponse à certains problèmes. Cela obligera le royaume à ajuster sa politique étrangère.OVNI

12. "Poursuite persistante des phénomènes aériens inexpliqués". Suite à une audition bipartisane sur les phénomènes aériens inexpliqués (UAP), le projet de loi comporte une disposition bicamérale rendant obligatoire le partage des renseignements avec le groupe de travail UAP du ministère de la Défense. Cette disposition garantira que le groupe de travail sera en mesure de tirer pleinement parti de tous les rapports classifiés sur les UAP, alors qu'il continue à enquêter sur cette mystérieuse menace pour l'espace aérien américain et nos forces militaires".

Bien que le terme OVNI ne soit pas utilisé, c'est exactement ce dont il s'agit. Les États-Unis ont commencé à parler plus ouvertement de ces phénomènes étranges issus du domaine de la science-fiction. On ne sait pas dans quelle mesure cette approche est justifiée, mais, combinée au point sur les extrémistes blancs, cette fascination pour les phénomènes aériens inexpliqués pue le complot.

mercredi, 17 novembre 2021

Les Américains nous visent tous : l'alliance eurasienne doit être renforcée

russia-eurasia-map.jpg

Les Américains nous visent tous : l'alliance eurasienne doit être renforcée

Leonid Savin

Source : https://www.geopolitica.ru/it/article/gli-americani-ci-prendono-tutti-di-mira-lalleanza-eurasiatica-deve-essere-rafforzata

Au cours de la dernière décennie, le rapprochement croissant entre la Turquie et la Russie a déclenché un vaste débat sur l'émergence d'un monde multipolaire dans les grands médias occidentaux. C'est pourquoi, afin de bien comprendre la dynamique du débat actuel, le juriste et journaliste turc de renom Ali Göçmen a interrogé l'expert politique russe et chef adjoint du Mouvement international Eurasia, le Dr Leonid Savin.

Ali Göçmen : Bonjour M. Savin, je voudrais tout d'abord commencer par une question sur l'évolution de la situation en Afghanistan. S'exprimant devant le Congrès américain le 7 novembre 2007, le nouveau président français, Nicolas Sarkozy, a déclaré : "La France restera en Afghanistan aussi longtemps que nécessaire parce que ce qui est en jeu là-bas, ce sont nos valeurs et les valeurs de l'Alliance atlantique. Je le dis sérieusement devant vous : l'échec n'est pas une option". Dans le contexte de cette conversation, peut-on dire que non seulement l'Amérique, mais aussi les valeurs atlantiques ont été perdues en Afghanistan ?

Leonid Savin : Absolument. Cela s'est également reflété dans les discours de plusieurs politiciens américains. Les valeurs comptent, certes. Et c'est là l'échec du libéralisme occidental, non seulement en Afghanistan mais aussi sur la scène mondiale. Mais c'est aussi un manque de confiance dans l'Occident. Même les partenaires des États-Unis ont commencé à discuter de la manière de modifier les relations avec Washington à l'avenir en raison de son comportement en Afghanistan. La frustration suscitée par la création de l'AUKUS et la décision de la France d'annuler le contrat portant sur les sous-marins australiens est un autre signe des problèmes de confiance au sein de la communauté transatlantique.

La Turquie en tant que leader et décideur régional

Ali Göçmen : Vous dites depuis longtemps que l'ordre mondial unipolaire est arrivé à son terme. De nombreux analystes affirment que le retrait américain d'Afghanistan est une proclamation symbolique d'un monde multipolaire. Le monologue est maintenant terminé et le nombre d'intervenants augmente. Quel rôle la Turquie peut-elle jouer en tant que pôle important, notamment dans le monde islamique, dans la nouvelle période ?

Leonid Savin : La Turquie s'est déjà déclarée leader et décideur régional. Toutefois, il subsiste quelques tensions avec les pays arabes et les réactions négatives de certaines forces à la présence turque en Syrie et en Irak. Les États-Unis comprennent les vulnérabilités de la Turquie, telles que la question kurde, et sont susceptibles de manipuler ce facteur pour leurs propres intérêts dans la région. L'Iran est également une puissance émergente avec un agenda spécifique et Ankara (surtout à cause de l'Azerbaïdjan) devra coordonner ses activités avec Téhéran. De notre point de vue, la Turquie peut être l'un des centres du nouvel ordre mondial polycentrique et un défenseur des valeurs traditionnelles. Il est très positif que la Turquie ait rompu certains des accords pro-occidentaux qui constituent des bombes à retardement pour la société turque. Mais la Russie, la Chine, etc. en Eurasie, devraient avoir de bonnes relations pragmatiques avec d'autres centres de pouvoir comme la Turquie.

Ali Göçmen : Début septembre, le philosophe russe Alexandre Douguine a écrit un article intitulé "La fin du monde unipolaire au lieu de la fin de l'histoire": "Selon certaines rumeurs, l'administration Biden prévoit d'utiliser des extrémistes contre la Chine et la Russie, libérant ainsi les mains des talibans (considérés comme une organisation terroriste interdite en Russie)", écrit Douguine dans son article. Pensez-vous que cela soit possible ?

Leonid Savin : Ils provoquent et attaquent la Russie à chaque fois et continueront à le faire à l'avenir. [Nous devons combattre la pression exercée par l'Occident sur Moscou par d'autres moyens que la désinformation, les opérations spéciales, la guerre par procuration (où le terrorisme est utile), les lois, les sanctions, la diplomatie préventive...]. Et pas seulement à Moscou. N'oublions pas que certaines sanctions ont également été imposées par les États-Unis et leurs alliés à la Turquie ! Cependant, l'Afghanistan a un impact sur certains pays d'Asie centrale dans le domaine des intérêts russes. Moscou doit donc réagir là aussi. Et la Russie est prête.

En Syrie : les mesures à prendre

Ali Göçmen : Comme je l'ai dit, au début du mois de septembre, le philosophe russe Alexandre Douguine a écrit un article intitulé "La fin du monde unipolaire au lieu de la fin de l'histoire". Bien qu'il y ait eu quelques désaccords au cours de l'histoire, la Russie et la Turquie sont fondamentalement des amis proches. Récemment, ces relations amicales se sont encore renforcées. Enfin, les efforts désintéressés des pilotes russes lors des grands incendies de forêt du mois d'août ont été accueillis avec gratitude par la nation turque. La tension actuelle entre la Turquie et la Russie se concentre sur la Syrie. Comment la Turquie et la Russie, les deux acteurs importants du monde multipolaire, peuvent-ils surmonter la crise en Syrie ?

Leonid Savin : Le fait est que la Russie a été invitée en Syrie par le gouvernement légal. Et après dix ans de conflit, le gouvernement syrien est toujours au pouvoir. La présence russe était fixée par des traités. D'un point de vue rationnel, le soutien continu de la Turquie aux groupes militants aura l'effet inverse. Les tensions se situent maintenant autour de la province syrienne d'Idlib. Les Kurdes sont aussi là. La situation est complexe. Mais la Turquie a entamé le processus de normalisation avec les pays arabes et nous en voyons les fruits. Par exemple, l'activité d'opposition des médias égyptiens est désormais interdite en Turquie. Le même processus est requis pour la Syrie. Et la Russie accueillera toujours favorablement de telles mesures.

Ali Göçmen : Je veux maintenant parler de la politique eurasienne. L'idéal de l'eurasisme n'est pas seulement une question de relations internationales, il a pour base une forte philosophie. Nous le savons. L'un d'eux est la préservation de la famille et des valeurs traditionnelles pour la réhabilitation des institutions sociales corrompues par l'hégémonie libérale. Que peut-on faire pour raviver la tradition dans un monde multipolaire ? Par exemple, que pensez-vous du mariage gay, du féminisme radical, de la lutte contre l'euthanasie ?

Leonid Savin : Vous voyez, la plupart des problèmes liés à l'érosion de nos sociétés traditionnelles viennent de l'Occident. Les déviations existent dans toutes les sociétés. La question est de savoir comment y faire face. Dans les tribus amérindiennes des Amériques, l'homosexualité était définie comme la faute de la coordination du corps et de l'âme. Si le corps est mauvais, le comportement pervers commence dans l'âme (avec le sexe opposé). Il s'agit donc de spiritualité. On peut trouver des réponses à ces questions dans les religions car elles concernent Dieu, l'éternité, notre destin et les ennemis spirituels tels que les démons. Il n'y a pas de réponses à ces questions dans la culture occidentale matérielle, la psychanalyse seule est destructrice. C'est pourquoi ces activités sont exaltées politiquement en Occident. Le fondement spirituel est détruit, les problèmes s'amplifient. C'est pourquoi nous sommes dans le multiculturalisme, le transhumanisme, les LGBT, etc. Ils ont décidé de se convertir.

Le virus qui fuit vers la gauche

Ali Göçmen : Je voudrais vous faire part d'une anecdote qui est restée gravée dans ma mémoire : le clocher d'une église de village figurait en arrière-plan sur les affiches électorales de Mitterrand, l'ancien président de la France... Cela signifie : "Je suis français, pas américain. On est en France, pas à Disneyland ! Je suis dans l'ère classique de la maçonnerie de pierre, pas des tours d'acier". Mitterrand était un socialiste. Mais aujourd'hui, à gauche, les partis socialistes mettent les bannières LGBT derrière eux. Pensez-vous qu'une orientation de gauche nationale et traditionnelle soit possible dans un monde multipolaire ?

Leonid Savin : L'idée la plus forte au sein des organisations et des partis de gauche était la justice. Mais la justice n'est pas le monopole de la gauche. Elle est au cœur des deux principales religions du monde, le christianisme et l'islam. Il est intéressant de constater que certains partis socialistes utilisent le christianisme à des fins politiques (comme au Venezuela sous Hugo Chávez ou en Amérique latine en général, où est née la doctrine catholique de la théologie de la libération). Mais l'application des perversions homosexuelles et autres à la politique de gauche leur semble également dévastatrice. De plus, l'école néo-marxiste de Francfort, développée avec le soutien de la CIA, a une forte influence en tant qu'attaque idéologique contre l'Union soviétique. Le vieux poison est toujours efficace même après que la cible ait été éliminée il y a plusieurs décennies. Parallèlement, Karl Marx a utilisé les idées d'Adam Smith dans son "Capital", de sorte que les idées de la gauche y trouvent leurs racines. Bien sûr, nous devons adapter notre approche à la vision économique et réorganiser nos théories. L'économie ne peut être une fin en soi, elle est une sorte d'environnement, un processus de construction d'une maison dans nos cultures. J'ai d'ailleurs attiré l'attention sur ce problème dans mon livre Ordo Pluriversalis : Revival of the Multipolar world order, qui traite du lien entre les différentes religions et les modèles économiques.

Ali Göçmen : J'espère que votre livre sera traduit en turc et qu'il rencontrera bientôt des lecteurs turcs. Merci pour votre temps, M. Savin.

*****************************************************

Article original de Leonid Savin :

https://www.geopolitica.ru/en/article/usa-targeting-us-all-eurasian-alliance-must-be-strengthened

Traduction par Costantino Ceoldo

 

mercredi, 06 octobre 2021

L'UE tente de s'implanter dans la région indo-pacifique

euipreg.jpg

L'UE tente de s'implanter dans la région indo-pacifique

Leonid Savin

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/es-rvetsya-v-indo-tihookeanskiy-region

Le 16 septembre, la Commission européenne a publié la stratégie de l'UE pour la coopération dans la région indo-pacifique. Auparavant, le 19 avril, l'UE avait déjà déclaré son intérêt pour cette zone, en notant que la communauté souhaitait renforcer son implication dans l'espace indo-pacifique, pour lequel des approches et des principes d'engagement seraient développés.

Facteurs rationnels

Le document indique que l'avenir de l'UE et de la région indo-pacifique est inextricablement lié, compte tenu de l'interdépendance des économies et des défis mondiaux communs. La région comprend sept membres du G20 - l'Australie, la Chine, l'Inde, l'Indonésie, le Japon, la République de Corée et l'Afrique du Sud - ainsi que l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE), qui est un partenaire de plus en plus important pour l'UE. La région abrite les trois cinquièmes de la population mondiale, produit 60 % du PIB mondial, représente deux tiers de la croissance économique mondiale pré-pandémique et est à l'avant-garde de l'économie numérique. Les régions ultrapériphériques de l'UE et les pays et territoires d'outre-mer constitutionnellement liés à ses États membres constituent un élément important de l'approche de l'UE vis-à-vis de la région indo-pacifique.

Les bureaucrates de Bruxelles ont également inclus un programme vert dans la stratégie, déclarant dans le premier paragraphe que "la région indo-pacifique est à la fois une source importante de problèmes environnementaux mondiaux et un bénéficiaire potentiel de leur solution. La part de la région dans les émissions mondiales de dioxyde de carbone est passée de 37 % à 57 % depuis 2000, et la région sera responsable de plus de 70 % de la croissance de la demande énergétique mondiale d'ici à 2030. On s'attend à ce que le changement climatique exerce une pression supplémentaire sur la biodiversité marine, les ressources naturelles et la pêche, entraînant des changements dans la dynamique des écosystèmes. La région Indo-Pacifique comprend un certain nombre de points chauds en matière de biodiversité marine, comme le Triangle de Corail, qui abrite 76 % des espèces de coraux du monde et fait vivre 120 millions de personnes dans la région. À elle seule, la mer de Chine méridionale représente environ 12 % des captures mondiales de poissons et accueille plus de la moitié des navires de pêche du monde. La région est donc essentielle pour atténuer le changement climatique et protéger le fragile équilibre écologique de notre planète.

Elle est suivie d'une attaque ouverte contre la Chine.

"Ces dernières années, la dynamique géopolitique dans la région indo-pacifique a entraîné une concurrence accrue, notamment des tensions autour de territoires et de zones maritimes contestés. La part de l'Indo-Pacifique dans les dépenses militaires mondiales est passée de 20 % du total mondial en 2009 à 28 % en 2019. Une démonstration de force et des tensions accrues dans les points chauds régionaux, tels que la mer de Chine méridionale et orientale et le détroit de Taiwan, pourraient avoir un impact direct sur la sécurité et la prospérité de l'Europe. On constate également une augmentation des menaces hybrides, notamment dans le domaine de la cybersécurité. Les principes démocratiques et les droits de l'homme sont également menacés par les régimes autoritaires de la région, ce qui met en péril la stabilité de la région. De même, les efforts visant à créer des conditions de concurrence équitables au niveau mondial sur la base de règles commerciales transparentes sont de plus en plus compromis par des pratiques commerciales déloyales et la coercition économique. Ces évolutions exacerbent les tensions dans le commerce, l'approvisionnement et les chaînes de valeur. La pandémie de COVID-19 a mis à l'épreuve la résilience des économies, révélant davantage l'interdépendance de l'UE et des partenaires indo-pacifiques et soulignant que les deux parties gagnent en résilience grâce à un accès ouvert, diversifié et non faussé aux marchés mondiaux. Enfin, la crise actuelle en Afghanistan démontre également l'impact direct que les développements dans la région ont sur la sécurité européenne."

Libéralisme centré sur l'Occident

S'appuyant sur ces facteurs, l'UE déclare qu'elle doit renforcer sa coopération avec ses partenaires dans la région pour "promouvoir un ordre international fondé sur des règles". Avec cette phrase, les bureaucrates de l'UE montrent clairement qu'ils suivent les traces de Washington, où ils ne cessent de désigner un ordre international fondé non pas sur des lois et des accords, mais sur les règles que l'Occident collectif tente d'imposer au reste du monde.

Ce seront les principes sur lesquels l'UE fondera sa stratégie à long terme en Asie.

Il est indiqué que l'UE va :

- Renforcer et défendre un ordre international fondé sur des règles en promouvant une coopération multilatérale inclusive et efficace, basée sur des valeurs et des principes communs, y compris un engagement en faveur du respect de la démocratie, des droits de l'homme et de l'État de droit.

- Promouvoir des conditions de concurrence équitables et un environnement ouvert et juste pour le commerce et l'investissement ; - Contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD), en s'attaquant au changement climatique et à la dégradation de l'environnement sur terre et dans les océans, et soutenir.

- Soutenir une élaboration des politiques et une coopération véritablement inclusives qui tiennent compte des points de vue de la société civile, du secteur privé, des partenaires sociaux et d'autres parties prenantes clés.

- Établir avec la région des relations commerciales et économiques mutuellement bénéfiques qui favorisent une croissance économique et une stabilité inclusives, et facilitent et encouragent la communication.

- Participer dans la région en tant que partenaire à nos efforts de sensibilisation à l'impact des tendances démographiques mondiales.

twitter-global.jpg

Mise en œuvre pratique

En s'appuyant sur l'expérience antérieure de l'UE en matière d'accords multilatéraux, l'accent sera probablement mis sur la réglementation tarifaire des biens et des services, y compris le système de préférences généralisées, qui est déjà en place pour un certain nombre de pays. Le Pakistan, le Sri Lanka et les Philippines coopèrent déjà avec l'UE dans le cadre de l'accord SPG+ (qui porte sur le développement durable et la gouvernance). L'UE n'a jamais caché son intention de conclure des accords commerciaux avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande, qui appartiennent au bloc occidental, selon le schéma de civilisation de Samuel Huntington. L'Inde, avec laquelle des négociations ont déjà été engagées cette année, se distingue également. L'instrument de voisinage, de développement et de coopération internationale (NDICI) - Global Europe, une initiative lancée par le Parlement européen et le Conseil de l'Europe le 9 juin 2021, a un programme environnemental clair et s'inscrit dans la géographie de la région indo-pacifique.

En outre, l'UE entend conclure des partenariats numériques avec des acteurs clés tels que le Japon, la Corée du Sud et Singapour. Avec eux, l'intention est de tester le modèle initial et de l'étendre ensuite au reste des pays.

Le programme Erasmus+ sera appliqué à l'éducation. En matière de sécurité, l'expérience de l'EU NAVFOR dans diverses missions sera étendue de l'océan Indien au Pacifique. L'UE va tenter d'établir une présence dans le Pacifique Sud sous couvert de lutte contre la piraterie, la contrebande et le trafic de drogue. L'UE dispose également d'un projet intitulé "Enhancing Security Cooperation in and with Asia" (ESIWA), dans le cadre duquel l'Inde, l'Indonésie, le Japon, la Corée, Singapour et le Vietnam sont des partenaires pilotes. Des experts militaires de l'UE sont déjà déployés en Indonésie et au Vietnam.

La liste des actions prévues par l'UE comprend la nécessité de finaliser les négociations commerciales avec l'Australie, l'Indonésie et la Nouvelle-Zélande, de tenir des négociations sur les investissements avec l'Inde, de conclure les négociations avec les pays d'Afrique de l'Est, de relancer éventuellement les négociations commerciales avec la Malaisie, les Philippines et la Thaïlande et de négocier éventuellement un accord commercial entre les régions avec l'ANASE. Des accords éventuels avec la Malaisie, la Thaïlande et les Maldives, ainsi que la conclusion d'alliances et d'accords verts, sont envisagés. Australie, Nouvelle-Zélande,

Singapour, la Corée et le Japon sont indiqués comme des pays ayant une pensée similaire qui pourraient être connectés au programme Horizon Europe. Le Japon et l'Inde sont considérés comme des partenaires importants pour établir des liens avec la région. Enfin, la nécessité d'"explorer les moyens d'assurer un déploiement accru de forces navales par les États membres de l'UE pour aider à protéger les lignes de communication maritimes et la liberté de navigation dans la région indo-pacifique, tout en renforçant les capacités de sécurité maritime des partenaires dans la région indo-pacifique" est mentionnée.

Étant donné que la Chine est à peine mentionnée parmi ces partenaires et partenaires potentiels (uniquement dans le cadre de la nécessité de réduire les émissions de dioxyde de carbone et en tant que sujet de conflits), on peut en conclure que l'UE renforcera clairement sa présence face à la RPC, notamment en raison du recours déclaré à un "ordre international fondé sur des règles" et de la volonté de déployer des forces navales pour garantir la liberté de navigation. Ces actions des États-Unis n'ont fait jusqu'à présent qu'accroître les tensions et les risques en mer de Chine méridionale et autour de Taïwan. L'UE veut clairement marcher sur les mêmes plates-bandes.

Enfin, il y a un esprit clair de néocolonialisme dans la nouvelle stratégie, même s'il est dissimulé derrière des phrases sur la coopération et l'égalité.

mardi, 23 juin 2020

Al principio fue... la guerra

guerre-de-troie-1024x768.jpg

Al principio fue... la guerra

Traducción de Juan Gabriel Caro Rivera

Ex: https://www.geopolitica.ru

Fragmento de un libro inédito sobre la guerra.

El antiguo filósofo griego Heráclito afirmó que la guerra (en griego Polemos es el nombre de un antiguo dios griego, quien, junto con su hija Alala, se encuentra en el séquito de los dioses de la guerra, y este término se convirtió en la forma de designar una gran variedad de tipos de conflictos) es el padre de todas las cosas. "Todo surge en virtud de los opuestos... son los opuestos los que conducen al surgimiento (del cosmos), esto es lo que se llama guerra, mientras que lo que destruye el mundo se llama armonía y paz", dijo otro filósofo helénico Diógenes Laercio (1). El término "guerra" aplicado al universo también fue utilizado por los teólogos cristianos. En particular por Máximo el Confesor, comentando uno de los capítulos de Dionisio el Areopagita, dice que "lo concebible y lo sentido, es decir lo que se forma es lo que surge de los opuestos mismos, que están en paz unos con otros... Esta es la guerra interna que el Creador inventó sabiamente" (2).

Herakleitos-Hayatı.jpgSi hablamos de las causas de la guerra, entonces Platón las vio en la riqueza de la gente. Aristóteles argumentó que las guerras se libraban para vivir en paz. Algo similar fue expresado por el antiguo pensador chino Sun Tzu, quien calificó la guerra como una lucha para obtener ganancias. Su diferencia con otros tipos de conflicto era que cuando los ejércitos entran en una confrontación, este tipo de lucha termina siendo la más difícil. Además del hecho de que este método es el menos rentable, también es el más inseguro. Según el trabajo de Sun Tzu, el primer lugar en las prioridades de la guerra es preservar el país del enemigo, y solo en el segundo es su destrucción. De manera similar se piensa en el ejército del enemigo: debe ser derrotado solo cuando no hay forma de conquistarlo. Por lo tanto, "el objetivo principal (del arte de la guerra) debería ser la subyugación de otros Estados sin entrar en un conflicto militar: el ideal completo de la victoria se refleja aquí" (3).

Muchas ideas sobre la guerra se basaron en puntos de vista religiosos y espirituales. El hinduismo politeísta consideraba la guerra como un fenómeno natural normal, una ley del dharma que todos los creyentes deben seguir, independientemente de la casta a la que pertenezcan. En uno de los capítulos del Mahabharata, que habla sobre la batalla en el campo de los Kaurava, Krishna responde a la pregunta de Arjuna sobre cómo matar a sus seres queridos explicándole las leyes cósmicas de la reencarnación, la mortalidad de la vida terrenal y la inmortalidad: 

Lo igual no es razonable: lo igual nunca sucede 

Lo mismo quien mata como aquel a quien matan. 

Para el Espíritu no hay muerte, así como tampoco hay nacimiento, 

Y no hay sueño, y no hay despertar (4).

Otra epopeya india, el "Ramayana", refleja el plan cosmogónico de los dioses: estos decidieron encarnar en la tierra para derrotar al señor demonio Ravana, que una vez fue un gran asceta y un regalo de Brahma, sorprendido por sus hazañas, que eligió el poder sobre los dioses y los rakshasas.

Incluso los himnos sagrados de los hindúes están plagados de llamados a los dioses supremos, pidiéndoles que envíen la victoria sobre sus enemigos (5). Se creía que el dios del trueno y la guerra, Indra, atravesó las fortalezas enemigas con su mazo relampagueante, y que el dios del fuego Agni los quemó con sus llamas. Y en sánscrito, los términos dasa / dasyusignificaban tanto tribus hostiles de la población local como demonios. También hay descripciones de las batallas victoriosas de Indra contra el demonio Vritra y los Asuras. Sin embargo, por otro lado, muchos mitos narran que los dioses y los asuras, de hecho, están relacionados entre sí.

Según los expertos en el hinduismo y la cultura india antigua, las guerras eran una condición para la existencia de los arios y, en su modelo del mundo, la guerra tenía un significado religioso. “Existía la idea de que los enemigos del rey ario eran asesinados directamente por Dios, la mayoría de las veces por Indra. Cuando dos tribus arias luchaban entre ellas, cada una de ellas intentaba atraer a Indra a su lado con la ayuda de oraciones y sacrificios. Antes del inicio de una expedición militar, se realizaba un sacrificio. El rey sacrificaba a la víctima; se creía que esto le daba fuerza en la batalla. La batalla con los propios enemigos se basaba en la idea del sacrificio: los enemigos eran sacrificados a los dioses arios... Por lo tanto, la guerra se incluyó en el alcance de la ley cósmica del universo – rta” (6). El historiador de las religiones rumano, Mircea Eliade, propuso un intento de explicar racionalmente tal fenómeno, cantado en varias epopeyas. Como señala, “la Edad del Hierro se caracterizaba por una alternancia continua de guerras y masacres, de esclavitud y empobrecimiento casi completo. En la India, y no solo en ella, toda la mitología conecta a los fabricantes de hierro con diferentes tipos de gigantes y demonios: todos son enemigos de los dioses que representan otros siglos y otras tradiciones" (7).

main-qimg-7cd13c4e0b7e9fbc89aa4e7e855855e0.jpgLa escuela filosófica del tradicionalismo también consideró la manifestación del conflicto como un reflejo de las leyes universales. “La razón principal de la guerra, desde cualquier punto de vista, es considerada como el fin del desorden y la restauración del orden; en otras palabras, la unificación de lo plural por medios que pertenecen al mundo de la pluralidad misma... Según este entendimiento, la guerra no está limitada únicamente a la condición humana, expresa el proceso cósmico de reintegración de lo manifiesto en la unidad original; Por eso, desde el punto de vista de la manifestación misma, esta reintegración parece destrucción” (8). Además, el papel de catalizador de las cualidades espirituales fue algo atribuido a la guerra. Proporciona a una persona un despertar en sí mismo del héroe que duerme dentro. "La guerra permite que una persona se dé cuenta de la relatividad de la vida humana y, por lo tanto, aprenda la ley de que existe algo "más que la vida", por lo tanto, la guerra siempre tiene un significado espiritual antimaterialista", decía el destacado representante de la escuela del tradicionalismo Julius Evola (9). El filósofo italiano también habló de la necesidad de combatir al enemigo interno, que era una sed animal por la vida y lo extrapolaba a un enemigo externo (10).

Al igual que en los sagrados himnos indios, en la antigua Europa también existía la idea de que los dioses ayudan a las personas a librar guerras. La Ilíada de Homero describe con gran detalle cómo la enemistad entre los dioses olímpicos puede tener un efecto en las acciones combatientes de los pueblos, y cómo varios dioses simpatizan con los héroes y los ayudan personalmente en el campo de batalla. La diosa Pallas Athena en la antigua Grecia era considerada la patrona de las guerras justas, mientras que Ares lo era de las guerras traicioneras y sangrientas que se luchaban por el bien de la guerra en sí misma. También estaba la diosa Nike, que estaba a cargo de la victoria, en la mayoría de los casos, llegaba a la conclusión lógica del conflicto armado a favor de una de las partes. En otras culturas, hasta el establecimiento del cristianismo, también existieron complejos mitológicos significativamente arraigados en la estructura social. En Europa, el dios supremo era Odín (Wotan), considerado el santo patrón de las alianzas militares. Según varios investigadores, este dios no estaba incluido originalmente en el panteón supremo, y el aumento de su importancia específica se asocia con el fortalecimiento de las alianzas militares y la división de la idea inicial de la vida futura. El reino de los muertos se transfiere al cielo para los elegidos: los valientes guerreros que cayeron en la batalla (11). Por lo tanto, Odín superó a Thor (Donar), uno de los ases, el dios del trueno y la guerra, que era el protector de los dioses y de las personas frente a los monstruos y gigantes (12).

phpThumb_generated_thumbnailjpg.jpgLas profundas conexiones entre la cultura y la guerra en varias sociedades fueron estudiadas por el crítico cultural holandés Johan Huizinga en su estudio clásico Homo Ludens. Tanto la batalla sangrienta como los torneos en los festivales tenían ciertas reglas y se percibían como parte de la idea inicial del juego. Existían restricciones incluso si al enemigo no se le reconocía una naturaleza humana (bárbaros, demonios, herejes), pero luego se impusieron ciertas restricciones en nombre del honor. "Hasta el momento, tales restricciones se basaban en el derecho internacional, que expresaba el deseo de incluir la guerra en la esfera de la cultura" (13). La formación de la etiqueta en las artes marciales junto a los líderes militares y los duelo en la época medieval también se asocia con esto. Incluso la guerra se definió de manera diferente. Si se trataba de un conflicto de caballeros contra caballeros, era Guerre, pero si los caballeros se oponían a todas las demás enemigos, era Guerre guerroyante y no se consideraba una guerra como tal. En las guerras modernas, Huizinga observaba los rudimentos de tratar la guerra como un juego honesto y noble: este es un intercambio de regalos y cortesías, aunque a veces, sin embargo, toma la forma de una sátira. Huizinga también introdujo una tipología especial de la guerra, basada en el concepto de "agón" (competencia, un término aparentemente asociado con la palabra "ágora", asamblea popular). Así, el tipo de guerra agonal incluye aquellos "cuando los beligerantes comienzan a verse como un adversario que lucha por lo que tiene derecho" (14). Además de la agonal, existe la esfera sagrada de la guerra, cuando la guerra se considera en la esfera del deber sagrado y el honor. Y ambos tipos de guerra son difíciles de separar el uno del otro. Huizinga también notó una conexión etimológica, refiriendo la antigua palabra alemana oorlog (guerra) al reino sagrado, lo que indica que el significado de las palabras correspondientes a oorlog fluctúa entre el destino, la lucha frente al destino y cuando la alianza jurada por el juramento expira.

En las guerras del siglo XX, Huizinga vio directamente la emasculación del factor del juego y se preguntó qué elegirían las personas en el futuro: la acción volitiva como algo serio o la acción como un juego (15). La guerra como un estado de excepción (Ernstfall) niega la naturaleza de la competencia y obedece a nuevos principios, pasa de la relación final a la rabia más terrible. El culturólogo holandés también criticó el modelo bipolar de "amigo-enemigo" de Carl Schmitt, ya que el concepto del otro pertenecía solo a estas dos categorías. El Inimicus se convirtió en el hostis, el enemigo simplemente se convirtió en un extraño, en cierto sentido, un obstáculo, y esto redujo toda la gravedad, la profundidad y, en cierto sentido, la belleza del conflicto a una relación casi mecánica. Además, unas de las características modernos de la guerra, la propaganda, no se corresponde a la atmósfera del juego y, en el mejor de los casos, resulta ser su simulacro. "La propaganda que quiere penetrar en cada parte de la vida actúa por medios diseñados para provocar reacciones histéricas en las masas, y por lo tanto, incluso cuando toma la forma de un juego, no puede actuar como una expresión moderna del espíritu del juego, sino solo como su falsificación" (16).

Notas:

1 Фрагменты ранних греческих философов. Ч.1. – М.: Наука, 1989, с. 201 (Fragmentos de los primeros filósofos griegos. Parte 1. - M .: Nauka, 1989, pág. 201).

2 Мистическое богословие восточной церкви. – Харьков: Фолио, 2001. С. 552-553 (La teología mística de la iglesia oriental. - Jarkov: Folio, 2001.S.552-553).

3 У-Цзин. Семь военных канонов Древнего Китая. СПб.: ИГ Евразия, 2001, с.195 (Wu Ching. Siete cánones militares de la antigua China. San Petersburgo: IG Eurasia, 2001, p. 195).

4 Махабхарата. Рамаяна. М.: Художественная литература, 1974, с.175 (Mahabharata Ramayana M .: Ficción, 1974, p.175).

5 Que podamos conquistar presas en las batallas con el enemigo,

¡Obteniendo una parte para hacernos famosos entre los dioses!

I, 73 p. 90 K Agni.

Queremos pedir la felicidad del generoso Indra,

El más valiente para capturar presas en esta batalla,

(De Dios), quien nos escucha, amenazante - para el apoyo en las batallas,

¡Matar enemigos, ganar recompensas!

III, 50. К Индре. С. 339.

6 Ригведа. Мандалы I-IV. – М.: Наука, 1999, С. 456 (Rig veda. Mandalas I-IV. - M.: Nauka, 1999, S. 456).

7 Подробнее См. Мирча Элиаде. Азиатская алхимия. – М.: Янус-К, 1998 (Para más detalles, vease Mircea Eliade. Alquimia asiática - M.: Janus-K, 1998.).

8 Генон Рене. Символика креста. – М.: Прогресс-Традиция, 2004, С.77 (René Guénon. El simbolismo de la cruz. - M .: Progreso-Tradición, 2004, P.77).

9 Эвола Ю. Метафизика войны. – Тамбов, 2008, с. 9 (Julius Evola. Metafísica de la guerra. - Tambov, 2008, p. nueve).

10 Ibíd. С. 45.

11 Мифы народов мира. Т.2. – М.: Большая Российская Энциклопедия, 1998, с. 241 (Mitos de los pueblos del mundo. T.2 - M .: Gran Enciclopedia Rusa, 1998, pág. 241).

12 En las mitologías de otros pueblos, como se sabe, también había deidades correspondientes responsables de la guerra. Dado que el estudio de los mitos en relación con diversas formas de conflicto no es nuestro estudio central, nos limitamos a mencionar solo algunos episodios.

13 Хейзинга Йохан. Homo ludens/Человек играющий. – СПБ.: Азбука-Классика, 2007, с.130. (Johan Huizinga. Homo ludens / Man playing. - SPB.: Alphabet-Classic, 2007, p.130).

14 Ibid, с. 131.

15 Sin embargo, las guerras que tuvieron lugar en las últimas décadas tuvieron elementos obvios del juego. La emisión de bombardeos en vivo durante las campañas de Irak, el uso de simuladores de computadora para entrenamiento militar, la creación de un juego de rol basado en combates reales. - L.S.

16 Ibid, с. 285.

12:34 Publié dans Militaria, Polémologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, militaria, polémologie, leonid savin | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 01 mars 2020

The new art of war

savin_tasnim.jpg

The new art of war

Ex: https://www.geopolitica.ru
 
Translating into Italian the work of the Russian political scientist Leonid Savin Coaching & conflicts was for me an experience that aroused mixed emotions. If on the one hand, in fact, you must necessarily face similar works to enrich the baggage of your knowledge and ability to understand the world around us, on the other hand, you exposes yourself to the risk, far from being merely potential, of the disenchantment in finding yourself deceived by those you trusted: this is what happened to me, when the miserable events of Italian politics mixed in August 2019 with my efforts to translate the chapter dedicated to the Ukrainian Maidan.
 
ccsavin_cover_0.jpgCoaching & conflicts deals with the theory concerning the “new art of war”, which is also the title of the Italian edition [1]: not only information and disinformation as they are generally understood but also, among other things, the set of methods by which a country can be affected economically and socially through the manipulation of its economy on international markets, so as to favor a change of government (or “regime”, just to use a word that makes so much bad anti-demokrats...). From these manipulations to the sadly known colored revolutions, perhaps followed by an external military intervention, the step may not be really immediate but still remains tragic: Libya docet, the Latins would say, and so also Syria even if right against the lions of Damascus the mechanism has jammed, showing its inevitable limits.
 
Reading and translating Savin's book I got the idea that the great puppeteers of our time, the United States of America dully stuck in their illusion of still living in an exquisitely unipolar world, succeeded in the crazy and visionary task to turn the generic ideas about war of Sun Tzu into a field operating manual. The world of Sun Tzu is two-dimensional, as are all agricultural and technological ones: in it, there is no Air Force that can be deployed against the enemy nor are possible any reconnaissance in the skies of an enemy country to gather valuable information or disturb its communications. In such a world, there are not even computers, Internet and computer networks that have allowed the diffusion of a different type of networks, the social ones, which today find wide application in the context we are talking about.
 
Sun Tzu believed that the best warrior is the one who wins a battle without having to fight it for real. But this belief, which today has become so well established in certain cirlces that it even generated concepts such as that of neocortical warfare, came from a person who had still fought with the sword in his hand and therefore knew the war not only by hearsay but also in the stench of spilled blood, in mutilations and infected wounds, in cries of anger and despair, in men who get dirty by fear and terror.
 
Sun Tzu tried to win without going to the open fight but did not refuse the need to wield weapons and place himself at the head of an army.
 
The Americans who, to bring down governments that they dislike because they do not obey their wishes, make a casual use of some social theories (gender and identity policies) and some war practices (the use of Islamic militants soaked in hatred religious as infantry that can be sacrificed on the ground) inevitably end up paying the price for their wicked choices when their society and the whole West increasingly show signs of an evident moral, human and material decline, which suggests more a Sodom and Gomorrah type end than a bright future of peace and prosperity.
 
I can only share Savin's wish that his book could be a “toolbox” for all those who really want to understand the changes of our time and maybe equip themselves with those useful tools not only to resist but also to reverse the destructive process or at least soothe it in part.
 
It was therefore a pleasure to find in the small but brave publishing house Idrovolanti Edizioni [2] and in its accountable for publishing, Daniele Dell'Orco, a sensitive shore to these hopes: what follows is my brief interview with Dell'Orco both on nature of Idrovolante Edizioni both on the reason that allowed the publication of the Italian edition [3] of Savin's book. Inevitably, Italy is also mentioned.
 
 
Q) Why a publishing house like Idrovolante Edizioni? Are you targeting any specific audience?
 
A) The name refers to a historical era, that of the first half of the twentieth century, in which Italy was at the forefront in the world in the development of aeronautical technologies but above all produced an unprecedented quantity of pilots and adventurers during the course of the history. Many of them, defying logic, risked their life (and in many cases lost it) for the sole purpose of experiencing uncommon emotions and making fun of the laws of gravity. The seaplanes built in Italy, commanded by the great Italian flyers, became known all over the world and gave our country a prestige probably without equal. And in the contemporary slumber, today's Italians are not aware of how exhilarating the idea that their grandparents and great-grandparents were basically ante litteram astronauts. In line with the name and its mission, first ethical and then editorial, Idrovolante Edizioni is aimed at those who consider themselves the custodians of the legacy of those characters who made us great, or simply to those who consider immaterial and solidity of spirit as a vocation.
 
41f3ZZ3zTGL._SX331_BO1,204,203,200_.jpgQ) Why did you want to publish Leonid Savin's essay?
 
A) Geopolitics is a macro area that in Italy is perceived as far from the needs of people's daily lives. In reality it is the battlefield, diplomatic but sometimes also practical, in which many of the fates of the “common man” are decided without his being aware of it. Leonid Savin, a fine geopolitical analyst from a world that is in many ways obscure and demonized, such as the Russian one, offers ideas for a better understanding of many of those 2.0 conflicts taking place all over the world.
 
Q) Looking at Italy, do you think that the events that happened in our country in recent years are to be placed in an area of ​​“colored revolution”? If so, cui prodest?
 
A) Talking about a colored revolution would presuppose a movement destined to subvert an order of an often authoritarian nature. This is not the case with Italy, a country in which, however, popular sentiment has never translated into a movement in the streets and indeed has not even managed to translate into government representation. The experience of the yellow-green government, in fact, has failed and also in a hurry precisely because of the many “compromises” with the power that two parties such as the Northern League and the 5Stars Movement, already difficult to combine each other, found themselves forced to do by subverting in their populist narrative. It is no coincidence that the M5S is rapidly losing consensus while remaining in government and therefore still finding itself forced to change its connotations, while the League is managing to assert itself according to the opposition.
 
Q) What does it mean to be sovereign in Italy today and where is it possible to find a political response to sovereign requests and demands?
 
A) The concept of sovereignty is a re-edition in a contemporary key of patriotism, which in turn is used to sweeten the erroneously negative heritage that is hidden in the word nationalism. In reality, if from a philosophical-political point of view, sovereignism can take on meaning due to the transfer of sovereignty to which Italy has met with its entry into the European Union and the adoption of the Euro, from the point of view of politological view is related to a malpractice typical of our country where political class, or rather a part of the political class, is elected by the Italian people, swears on the Italian Constitution, occupies the chairs of the Italian institutions but politically acts against the needs and lacks of the Italian people. If in fact the sovereign demands, starting from the use of the term, are typical of the right-wing parties, almost everywhere at European and world level tend to adopt political measures functional to the well-being of their own people, including social democratic, liberal and progressive forces. The examples that come to my mind are those of Merkel and Macron, moderate and pro-European in theory but ultra-nationalist in practice, or even Trump himself, often considered an example of a sovereign leader but capable of adopting less nationalist and more “workfare” political measures of the Democrat Obama.
 
Q) What is "Nazione Futura" [Future Country] and why should it be part of your political project?
 
A) Nazione Futura is a cultural and metapolitical container, it does not have a political character of its own and therefore does not provide for a “political project”. It is a reference “for” politics, if anything. From the point of view of cultural, social and metapolitical promotion, it is present in over 40 Italian cities and organizes national and international events and initiatives, placing politicians, intellectuals, conservative-oriented professionals and local connotations around a table, going sometimes to replace and sometimes to support the work of traditional parties. The added value of Nazione Futura is that it connotes itself as a reference in the typical debates of the political agenda without having a party-like logic and without being an integral part of a party. It therefore makes use of a priceless faculty, namely that of being able to speak with anyone, support the right demands of anyone, and freely confront anyone.
 
Q) How do you see the future of our country in the medium and long term?
 
A) Our country is experiencing a moment of strong political, economic and anthropological decline. Something that we could define as cyclical, which throughout history has affected more or less vehemently all societies. However, the responses that came from politics are insufficient, and indeed they have accelerated this process and in some cases even gone along with it. Despite the difficulties that come from afar, politics would have, or should have, the tools to be able to manage the moment with courageous and forward-looking choices, perhaps even unpopular, but which in the medium-long term may prove useful to the country and even bring it to a position of strength. I give an example: the economic and financial condition of a country is the first instrument of sovereignty. Without economic stability, which must be created by politics, a State ends up at the mercy of others. Is there a public debt management problem? The answers must come from politics. Is there a problem of European constraints? Politics re-discuss them. Is there an employment problem? Politics studies adequate solutions to stimulate free initiative instead of proposing welfare choices and continue to harass VAT numbers. Politics can and must rediscover this role, otherwise it would be worthwhile to elect a bankruptcy trustee as prime minister.
 
 

jeudi, 06 février 2020

On The Decline In US Strategic Thinking And The Creation Of False Stereotypes

US+Flag.jpg

On The Decline In US Strategic Thinking And The Creation Of False Stereotypes

Ex: https://www.geopolitica.ru

In early January 2020, the RAND Corporation published its latest research report on Russia entitled “Russia’s Hostile Measures. Combating Russian Gray Zone Aggression Against NATO in the Contact, Blunt, and Surge Layers of Competition”.

The report is made up of four chapters: 1. Russian hostile measures in every context; 2. The evolution and limits of Russian hostile measures; 3. Gray zone cases and actions during high-order war; and 4. Deterring, preventing, and countering hostile measures. There are also two appendices: 1) An evolutionary history of Russia’s hostile measures; and 2) Detailed case studies of Russia’s use of hostile measures.

By the headings alone, it is possible to gauge the kind of psychological effect that the authors of the monograph wanted it to have. They clearly wanted to say that Russia as a political entity is aggressive – it has been that way throughout history and it will continue to be so in the future – and it is therefore vital to prevent such aggression in a variety of ways.

It is also stated that the report was sponsored by the US Army as part of the project “Russia, European Security, and ‘Measures Short of War’” and that the research and analysis was conducted between 2015 and 2019. The purpose of the project was “to provide recommendations to inform the options that the Army presents to the National Command Authorities to leverage, improve upon, and develop new capabilities and address the threat of Russian aggression in the form of measures short of war.” In addition, the report was reviewed by the US Department of Defense between January and August 2019, and the RAND Corporation conducted seminars in European NATO member countries as part of the project. Notably, one of the first events was held in February 2016 at Cambridge University, which has become a kind of hub for visiting experts from other countries.

From a scientific perspective, the report’s authors adhere to the classical American school – Kremlinologist George Kennan and his concepts are mentioned, as is Jack Snyder, who coined the term “strategic culture” on the basis of nuclear deterrence. The sources referred to in the footnotes are also mostly American, with the exception of a few translated texts by Russian authors (both patriots and liberal pro-Westerners) and official government bodies. But, on the whole, the report is of rather poor scientific value.

Two interrelated topics are discussed in the first chapter that, over the last five years, the West’s military and political communities have steadfastly associated with Russia – the grey zone and hybrid warfare. It is clear that these phrases are being used intentionally, as is the term “measures”, since Western centres are trying to use the terminological baggage of the Soviet past alongside their own modern concepts, especially when it refers to military or security agencies (the term “active measures” was used by the USSR’s KGB from the 1970s onwards). It is noted that NATO officially began to use the term “hybrid warfare” with regard to Russia following the events in Crimea in 2014.

Examples given of active measures during the Cold War include: assassination (the murder of Stepan Bandera); destabilisation (training Central and South American insurgents with Cuba in the 1980s); disinformation (spreading rumours through the German media that the US developed AIDS as a biological weapon; disseminating information about CIA sabotage efforts); proxy wars (Vietnam, Angola); and sabotage (creating panic in Yugoslavia in 1949).

Although America’s involvement in such techniques was more sophisticated and widespread (from establishing death squads in Latin America and supporting the Mujahideen in Afghanistan by way of Pakistan to the Voice of America radio programmes and governing remotely during riots in Hungary and Czechoslovakia) and certain facts about the work of Soviet intelligence agencies are well known, the examples cited of measures taken by the USSR are not backed up by authoritative sources.

Russias-hostile-measures.jpg

Russia’s hostile measures in Europe

Other methods for influencing the report’s target audience are noticeable, and these have been used before to create a negative image of Russia. These include a comparison with the actions of terrorist organisations: “the shock and awe generated by the blitzkrieg-like success of Russia in Crimea and the Islamic State in Iraq generated considerable analytic excitement. A few early accounts suggested that Russia had invented a new way of war” (p. 6).

According to the authors, the West had already clearly decided what to call Russia’s actions in 2016. With that in mind:

“– Gray zone hostilities are nothing new, particularly for Russia.

– Russia will continue to apply these tactics, but its goals and means are limited.

– Deterring, preventing, or countering so-called gray zone behavior is difficult” (p. 7).

The report also states that many articles on the subject written in 2014 and 2015 contained overly exaggerated value judgements, but, in 2017, analyses of the grey zone and hybrid warfare shifted towards a balanced and objective view of Russian power.

This should also be queried, because a relatively large number of reports and papers on similar topics have been published since 2017. Even the US national defence and security strategies had a blatantly distorted view of both Russia and other countries.

The only thing one can possibly agree with is the coining of the new term “hybrid un-war”, which emerged from debates in recent years. It’s true that Russia is employing certain countermeasures, from modernising its armed forces to imposing counter sanctions, but many of these are in response to provocative actions by the West or are linked to planned reforms. Evidently, the authors understand that it will be difficult to make unfounded accusations, so they are covering themselves in advance by choosing a more suitable word. Against the general backdrop, however, the reference to an “un-war” seems rather vague.

It should be noted that the first appendix contains a list of academic literature on Soviet and Russian foreign policy that supposedly backs up the authors’ opinions on the methods of political warfare being carried out by Russia (and the USSR before it). Among the most important sources are declassified CIA reports and assessments, along with similar files from the US National Security Archive that were posted online by staff at George Washington University. Needless to say, the objectivity of documents like these is rather specific.

The section on the institutionalisation and nature of Russian hostile measures is interesting. The authors point out that Russia has an existential fear of NATO and the West as a whole because it has been threatened by external invasion for centuries. The timeline begins in the 13th century with the Mongol invasion that ended with the destruction of Moscow, and it finishes with Germany’s invasion of the USSR and the deaths of 20 million Russians. Interestingly, the 20th century also includes the North Russia intervention by the US and its allies. Such selectivity is surprising, as if there had been no aggression from the Teutonic Order or other wars prior to the 13th century. The 18th century is excluded from the list entirely, yet it was a pivotal era for the Russian state (the Great Northern War, the wars with the Persian and Ottoman empires, the Russo-Swedish War and so on), when numerous external challenges had to be met.

But the report then mentions NATO’s expansion to the East and America’s use of soft-power methods, including the organisation of colour revolutions in the post-Soviet space, where there were Russian client governments. Although it says in justification that NATO never threatened Russia, it emphasises that NATO’s physical infrastructure and military capabilities forced Moscow to include it on its list of national security threats.

In addition to this, the RAND experts point out Russia’s worry over internal revolt. The report once again provides a selective timeline that includes the Decembrist revolt, colour revolutions in the post-Soviet space, and even the war in Syria, which is described as “a long-standing Russian client state” (p. 15).

It then goes on to paraphrase Dmitri Trenin, director of the Carnegie Moscow Centre, who said that the Kremlin fears US intervention and the Russian General Staff fears NATO intervention. It therefore follows that “[t]he perception of a threat influences behavior, even if the perceived threat is overblown or nonexistent. Whether or not one believes that worry, or even paranoia, is the primary driver behind current Russian actions in the gray zone and its preparations for high-order war, this essential element of Russian culture demands an objective and thoughtful accounting” (p. 16).

Following this is a description of the security apparatus that carries out hostile measures. A line is drawn between the NKVD, KGB and FSB, and these are also joined by the SVR, for some reason. The armed forces are considered separately, with a focus on the GRU and special forces. And that’s it. There is no mention of the police, the public prosecutor’s office and the investigative committee or even the FSO. It is even a bit strange not to see “Russian hackers” and private military companies, which are a regular feature of such reports. It is also noted that current actions are nothing other than a “continuity of the Brezhnev Doctrine” (p. 21), which only exists in the imaginations of Western experts. The authors themselves acknowledge further on that this is how speeches by Brezhnev and Gromyko, quoted in Pravda in 1968, were interpreted by Western observers.

On the next page, it claims that neo-nationalism is an ideological tool for Russian foreign policy! And there is another rather interesting passage further on, when the authors of the report confuse former Russian Foreign Minister Igor Ivanov with former Russian Defence Minister Sergey Ivanov. Although they mention Igor Ivanov’s name in the context of grand strategy, foreign policy and neo-nationalism in Russia, they then refer to “Ivanov’s own 2003 military doctrine and reform plan” (p. 23). And this is given as confirmation of the aggressive neo-nationalist strategy that, according to the authors, is associated with Igor Ivanov! If the authors had been more attentive, they would have discovered that, at that time, Igor Ivanov was serving as the head of the foreign ministry, while the defence minister was Sergey Ivanov. Especially as they make reference to an article by a Western author, who, in 2004, analysed the Russian defence ministry’s reform and uses the right name (Matthew Bouldin, “The Ivanov Doctrine and Military Reform: Reasserting Stability in Russia,” Journal of Slavic Military Studies, Vol. 17, No. 4, 2004). It seems that, when compiling the report, they simply copied an additional footnote to lend extra weight, but it was the wrong one.

It goes without saying that such a large number of errors undermines the entire content of the report. And this raises a logical question: what was the authors’ intention? To earn their money by throwing a bunch of quotes together or to try and understand the issues that exist in relations between Russia and the West?

Judging by the number of mistakes and biased assessments, it was most probably the former. There are also traces of a clear strategic intent, however.

This can be seen in the description of the grey zone where Russia is actively operating, because the case studies provided as examples of Russia’s activities in the grey zone are its bilateral relations with Moldova (1990–2016), Georgia (2003–2012), Estonia (2006–2007), Ukraine (2014–2016), and Turkey (2015–2016). According to the authors, then, the grey zone is independent sovereign states, including NATO members! And virtually all of them, with the exception of Turkey, are former post-Soviet countries that are in the sphere of Russia’s natural interests.

As for the methods that Russia allegedly employs, these are all heaped together in a big pile: economic embargoes, which have been imposed by Moscow for various reasons (the ban on wine imports from Moldova and Georgia, for example), support of certain political parties, compatriot policies, and diplomatic statements and sanctions (in relation to Turkey, for example, when a Russian plane was shot down over Syria).

Eventually, the report states: “Our five cases may not stand alone as empirical evidence, but they are broadly exemplary of historical trends. […] Russia applies hostile measures successfully but typically fails to leverage tactical success for long-term strategic gain” (p. 49).

From this, the report concludes that:

“1. Russia consistently reacts with hostile measures when it perceives threats.

  1. Both opportunism and reactionism drive Russian behavior.
  2. Russian leaders often issue a public warning before employing hostile measures.
  3. Short- and long-term measures are applied in mutually supporting combination.
  4. Diplomatic, information, military, and economic means are used collectively.
  5. Russia emphasizes information, economic, and diplomatic measures, in that order.
  6. All arms of the government are used to apply hostile measures, often in concert.”

In their description of Russia’s actions, the RAND experts even go so far as to include resistance to the Wehrmacht in occupied Soviet territories during the Second World War, including the partisan underground, as an example of “Soviet hostile measures”, when “Soviet agents aggressively undermined the German economic program […] in the western occupied zone”! (p. 53). The report then goes on to say: “By the time the Soviets shifted to the counteroffensive, they had generated a massive, multilayered hostile-measures apparatus tailored to complement conventional military operations” (p. 53) and “[f]ull-scale sabotage, propaganda, and intelligence operations continued apace throughout the war” (p. 54). Immediately after this ludicrous statement is a paragraph on the actions of the KGB and GRU against insurgents in Afghanistan. This is then followed by an attempt to predict what Russia will do in the future.

So, from the report we can draw the following conclusions. First, it is unclear why the “hostile measures” described in the report include fairly standard practices from international experience that are also used in the West as democratic norms. Second, the report contains a number of distorted facts, errors, incorrect assessments and conclusions that undoubtedly undermine its content. Third, such specific content with attempts to manipulate history is clearly intended to further tarnish Russia’s image, since it will be quoted by other researchers and academics in the future, including by way of mutual citation to reinforce credibility. Fourth, if the US command and NATO are going to perceive this mix of speculation, phobias and value judgements as basic knowledge, then it really could lead to a further escalation, although the hostile measures will be employed by the US and NATO. Fifth, the report clearly adheres to the methodology of the liberal interventionist school, which is somewhat strange for a study that claims to be a guide to action for the military, since the US military usually adheres to the school of political realism, in accordance with which the interests of other states must be respected. And since Russia’s sphere of interests is included in the grey zone, this suggests attempts to deny Russia its geopolitical interests.

Source: OrientalReview

vendredi, 17 janvier 2020

The Nomos Of Cybersecurity And A Sovereign Internet

cyber_14.jpg

The Nomos Of Cybersecurity And A Sovereign Internet

Ex: https://www.geopolitica.ru

The term “Nomos” was introduced into modern political science by the German lawyer Carl Schmitt. The word had several meanings in Ancient Greece, including “law” or “custom”. It was also an administrative territorial unit (divided into “nomoi”). Carl Schmitt used it to denote the principle of organising space. And with the advent of cyberspace, it is worth thinking about the division of this particular territory, given that maritime, air and land borders already exist. The space is unique because it is man-made, it can be altered, and it does not have clear borders. Although it is possible to clarify jurisdiction over the infrastructure used for the World Wide Web, there are still no internationally recognised rules governing behaviour in cyberspace itself.

This preamble is necessary for a more adequate understanding of the current state of the Internet and recent events related to it.

First: tests to make Russia’s infrastructure autonomous. Despite bold statements in the Western press about Russia trying to disconnect itself from the global Internet, there have been no moves in this direction. Similar tests have been carried out in the past and they had absolutely no effect on the Internet’s operation, for the majority of Internet users, at any rate. This attests to the effectiveness of measures designed to ensure the smooth operation of the Internet within Russia in the event of systemic cyberattacks or related political decisions directed against Russia by countries with a clear advantage in the governance of cyberspace.

Second: the threat of these cyberattacks. Pentagon officials publicly spoke about offensive operations in cyberspace back in February 2019. In the same month, US Cyber Command confirmed that its specialists had carried out a cyberattack against Russian infrastructure. In December 2019, meanwhile, the head of Cyber Command once again stated that, to prevent interference in the 2020 US presidential election, more cyberattacks would be carried out against the Russian Federation. In the dry language of the US Defense Department, it is “when authorized, taking action to disrupt or degrade malicious nation-state cyber actors ability to interfere in U.S. elections.”

US-Cyber-Command.jpg

Soldier in glasses of virtual reality. Military concept of the future.

General Paul Nakasone noted that Cyber Command would target “senior leadership and Russian elites, though probably not President Vladimir Putin, which would be considered too provocative.” An article in The Washington Post stated that the aim would be “sensitive personal data” that could be of some value. And it might not just be personal data. The capabilities of US Cyber Command, the CIA, the National Security Agency and other organisations that develop and use cyber tools for various purposes are constantly being improved. The budget increases every year, new departments and centres are established, and specialised competitions and events are held to recruit promising hackers.

Third, and directly related to the previous two points: the methods of information warfare used in cyberspace. Leading US technology companies whose products are available on the global market work closely with the White House and US State Department, fulfilling all political requirements. Blocking pages on social media, creating a stealth mode for Internet posts at odds with the ideologies of the US government and even deleting accounts have all become the kind of norm that your average American wouldn’t have dreamed of.

The fact is that social media in the US has long been used for advertising. This relates primarily to Facebook, which makes a lot of money out of it. But Facebook recently began blocking and even removing this advertising. Put another away, it took the money without providing the service. This resulted in a number of lawsuits being filed against Facebook. While it’s possible to seek compensation within the US or begin a public debate on the illegality of such methods, this is virtually impossible for people who live in other countries.

Looking at regional clusters, it is possible to see that blackouts are politically motivated. Take Georgia, for example, where hundreds of Facebook pages related to the country’s government were recently deleted. On 20 December alone, according to a statement by Nathaniel Gleicher, Head of Security Policy at Facebook, the company removed 39 accounts, 344 pages, 13 Facebook groups and 22 Instagram accounts. They were all registered in Georgia, so it was nothing to do with fake accounts. Facebook was simply confused by the usual kind of information related to local political events that was being circulated on these pages.

Facebook also removed 610 accounts, 89 pages and 156 groups in Vietnam and the US.

Yet the US Agency for Global Media (best known for its Radio Liberty/Radio Free Europe project) systematically circulates fake news, as well as finances and trains its agents abroad to generate propaganda on a new level and pursue US foreign policy through regional media outlets. There is a map on the agency’s old website showing the location of its offices around the world, a clear indication of which countries it covers.

bbg_1.jpg

In 2019, the agency launched a modernisation project that also seems to involve working with other US companies, the consequences of which we can see in the targeted information purges around the world.

Let’s not be naive and assume it will all work itself out or the issue will be peacefully resolved by the UN Internet Governance Forum. The West, and the US in particular, sees the Internet as a new frontier that has yet to be conquered. The pioneers of the cyber frontier represented by US Cyber Command and hired hackers will try to control this new Nomos both legally and by way of covert operations to introduce spyware, Web crawlers and Internet scanners.

With this in mind, testing the possibility of a sovereign Internet is a matter of fundamental importance that combines issues of national security, the performance of critical infrastructure, the combating of negative propaganda (not necessarily just political in nature but also cultural, which could nevertheless have far-reaching implications – outbursts of strange fads among the young, for example, that don’t fit in with social patterns of behaviour and often have a certain illegality to them), and the adequate performance of one’s own media space.

Source: OrientalReview

00:21 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cybersécurité, internet, stratégie, léonid savin | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 14 novembre 2018

Le naufrage de l’ordre libéral mondial

concordia-19h.jpg

Le naufrage de l’ordre libéral mondial

Ex: https://www.geopolitica.ru

Il y a quelques semaines, le président du think tank Council on Foreign Relations, Richard Haass, a publié un article intitulé « Ordre mondial libéral, RIP ». Il y établit que la menace actuelle contre l’ordre mondial libéral ne provient pas d’Etats-voyous, de régimes totalitaires, de fanatiques religieux ou de gouvernements obscurantistes (des termes spéciaux employés par les libéraux en référence à des pays qui ne s’alignent pas sur le modèle de développement capitaliste), mais de son architecte principal – les États-Unis d’Amérique.

« Nous assistons à l’émergence d’ordres régionaux. Les tentatives de construction de cadres mondiaux sont en train d’échouer. »

Haass écrit : « Le libéralisme recule. Les démocraties ressentent les effets de la montée des mouvements populaires. Les partis des extrêmes politiques gagnent du terrain en Europe. Le vote britannique en faveur de la sortie de l’Union atteste de la perte d’influence de l’élite. Même les USA subissent des attaques sans précédent de la part de leur propre président contre les médias du pays, les cours de justice et les institutions de maintien de l’ordre. Les systèmes autoritaires, y compris la Chine, la Russie et la Turquie ont acquis de l’influence. Des pays comme la Hongrie et la Pologne semblent indifférents au sort de leurs jeunes démocraties…

« Nous assistons à l’émergence d’ordres régionaux. Les tentatives de construction de cadres mondiaux sont en train d’échouer. »

Haass avait déjà publié des affirmations alarmistes, mais cette fois, il emploie cette rhétorique pour souligner la nature mondiale du phénomène. Bien qu’entre les lignes, on puisse aisément lire, d’abord un certain degré d’arrogance – l’idée que seuls les libéraux et les mondialistes savent vraiment comment administrer la politique étrangère – et ensuite, un certain complotisme.

« Les autres grandes puissances d’aujourd’hui, y compris l’UE, la Russie, la Chine, l’Inde et le Japon pourraient être critiquées pour ce qu’elles font, pour ce qu’elles ne font pas ou pour les deux. »

Cette liste pourrait probablement s’étendre à un certain nombre de pays d’Amérique latine, plus à l’Égypte qui signe des contrats de ventes d’armes avec la Corée du Nord en violation des sanctions de l’ONU, et au nouvel axe chiite Iran-Irak-Syrie-Liban.

Mais Haass est navré parce que c’est Washington elle-même qui change les règles du jeu et semble totalement indifférente à ce que vont faire ses alliés, partenaires et clients dans divers coins du monde.

« La décision de l’Amérique d’abandonner le rôle qu’elle joue depuis sept décennies marque ainsi un tournant. L’ordre mondial libéral ne peut pas survivre de lui-même, parce que les autres manquent soit d’intérêt, soit de moyens de le maintenir en vie. Le résultat en sera un monde qui sera moins libre, moins prospère et moins paisible, pour les Américains comme pour les autres. »

Un confrère de Haass au CFR, Stewart Patrick est d’accord avec lui sur le fait que les USA sont en train d’enterrer l’ordre mondial libéral. Ils ne le font toutefois pas seuls, mais avec la Chine. Si les USA avaient auparavant entretenu l’espoir que le processus de mondialisation allait graduellement transformer la Chine (et possiblement la détruire, comme dans le cas de l’Union Soviétique plus tôt), alors les Américains doivent avoir été très surpris de ce qui s’est en fait produit. Le pays s’est modernisé sans s’occidentaliser, une idée qui avait été également préconisée par le leader de la révolution islamique iranienne, l’Ayatollah Khomeini.

Aujourd’hui, la Chine étend son influence en Eurasie dans le respect de son modèle, et elle est généralement bien accueillie par ses pays partenaires.

Mais cela a été un processus douloureux pour les USA, parce qu’elle grignotait progressivement et irrévocablement son hégémonie.

« Son ambition à long terme est de démanteler le système des alliances des USA en Asie, pour le remplacer par un ordre régional de sécurité plus bienveillant (dans la vision de Pékin), dans lequel elle aurait une place d’honneur, et idéalement une sphère d’influence proportionnelle à sa puissance. L’initiative Belt and Road (nouvelle Route de la soie) fait parie intégrante de cet effort, en offrant non seulement des investissements (hautement bienvenus) dans des infrastructures pour les pays voisins, mais aussi la promesse d’une plus grande influence politique dans le Sud-Est, le Sud et l’Asie Centrale. Sur un ton plus agressif, la Chine continue de réclamer scandaleusement pour elle-même la presque intégralité de la Mer de Chine méridionale, où elle continue à bâtir ses îles artificielles, et aussi à mener des actions de provocation contre le Japon dans la Mer de Chine orientale, » écrit Patrick.

Quant aux USA, « Les États-Unis, pour leur part, sont un titan las, qui ne veut plus assumer la charge du leadership mondial, que ce soit économiquement ou géopolitiquement. Trump traite les alliances comme un racket mafieux de protection et l’économie mondiale comme une arène de compétition à somme nulle. Le résultat en est un effilochage de l’ordre libéral international sans champion prêt à investir dans le système lui-même. »

On peut tomber d’accord avec les analyses des deux auteurs sur le changement de comportement d’un secteur de l’élite américaine, mais il est lié à beaucoup plus que Donald Trump (qui est si imprévisible qu’il s’est entouré de créatures du marécage même qu’il disait vouloir drainer) ou la classe populaire nord-américaine. Il faut regarder bien au delà.

Dans son livre Nation of Devils:  Democratic Leadership and the Problem of Obedience, Stein Ringen, un politicien norvégien fort d’une longue carrière dans des institutions internationales, note, « Aujourd’hui, l’exceptionnalisme démocratique américain est défini par un système qui est dysfonctionnel à tous les niveaux nécessaires à des règlements amiables et à la loyauté… Le Capitalisme s’est effondré dans une crise due à une orgie de dérégulations. L’argent s’ingère dans la politique et mine la démocratie elle-même. » Et, en citant son confrère Archon Fung de la Harvard Kennedy School, « La politique américaine n’est plus caractérisée par le vote de l’électeur moyen, si cela avait jamais été le cas. Aujourd’hui, dans l’Amérique contemporaine, le capitaliste moyen règne, et les partis démocrate et républicain ajustent leurs politiques à des intérêts d’argent pour les attirer. » Et finalement, Mr Ringen ajoute, « Les politiciens américains réalisent qu’ils ont sombré dans un bourbier de corruption, mais ils sont piégés. »

Trump ne fait que refléter la dysfonction et les contradictions internes de la politique américaine. C’est le Gorbachev américain, mais qui a lancé la perestroïka au mauvais moment. Il doit être malgré tout concédé que si Hillary Clinton était devenue présidente, l’effondrement des USA n’en aurait été que plus douloureux, surtout pour les citoyens du pays. Nous aurions vu des réformes encore plus calamiteuses, un afflux accru de migrants, un déclin encore plus prononcé de la base industrielle du pays, et encore plus d’incitations à de nouveaux conflits. Trump tente de garder le corps de la politique nationale américaine à peu près en vie à l’aide de rustines, mais ce qu’il lui faut est une restructuration majeure, avec des réformes politiques de grande portée qui permettraient à ses citoyens de penser qu’ils peuvent jouer un rôle dans la destinée du pays.

Ces développements se sont étendus à de nombreux pays d’Europe, un continent qui, à cause de son engagement transatlantique, était déjà vulnérable et susceptible de turbulences géopolitiques dans le contexte actuel – dont l’émergence, au passage, est une des principales conséquences des politiques néolibérales elles-mêmes.

Stein Ringen continue sur ce sujet, « Les services financiers mondiaux exercent un pouvoir de monopoles sur les politiques nationales, sans une seule entrave de la part de la moindre apparence de pouvoir politique mondial. La confiance s’évapore, l’Union Européenne, la plus grande expérience historique en démocratie supranationale, est en train d’imploser… »

Il est intéressant de noter qu’une panique s’est emparée l’Europe de l’Ouest et les USA – la maison-mère de l’atlantisme, bien que diverses versions de cette recette de libéralisme aient été appliquées dans d’autres régions – par exemple, Singapour et le Brésil. Mais ils ne semblent pas aussi paniqués là-bas que dans l’Occident. C’est probablement parce que le modèle occidental de néolibéralisme n’accorde pas de liberté réelle de commerce, d’expression ou d’activité politique, mais impose plutôt un régime de soumission inscrit dans un cadre clairement défini. De sorte que la destruction du système actuel implique la perte de tous les dividendes précédemment acquis par les élites politiques libérales de l’Occident, qu’elles obtenaient en spéculant en bourse, par les mécanismes des paiements en devises étrangères (le système du dollar) et à travers les instruments des institutions supranationales (l’ONU, l’OMC et la Banque mondiale). Et, bien sûr, il y a des différences fondamentales dans la variété des cultures mondiales.

Dans son livre Le Dieu caché, Lucien Goldmann tire quelques conclusions intéressantes, qui suggèrent que les fondations de la culture occidentale ont des origines rationalistes et tragiques, et qu’une société immergée dans ces concepts qui a « aboli Dieu et la communauté… [voit rapidement]… la disparition de toutes les normes externes qui peuvent guider l’individu dans sa vie et ses actions ». Et, parce que de par sa nature intrinsèque, le libéralisme doit continuer, mécaniquement, à « libérer » l’individu de toute forme de structure (classes sociales, église, famille, société et genre, jusqu’à libérer l’homme de sa propre individualité), en l’absence de normes communes dissuasives, il est très logique que le monde occidental ait été destiné à se trouver en crise. Et la montée de mouvements populaires, de mesures protectionnistes et des politiques conservatrices dont Haass et d’autres mondialistes libéraux parlent ne sont rien de plus que des exemples de l’instinct d’auto-préservation de ces nations.

Aucun besoin de concocter des théories du complot sur l’ingérence de la Russie ou de Poutine dans les élections américaines (que Donald Trump a également niée, se contentant de noter que le seul soutien de la Russie s’est porté sur Hillary Clinton, et il est absolument vrai qu’une partie de son financement provenait de Russie). Les décisions politiques prises par l’Occident obéissent à la logique interne de la crise actuelle : comme toujours, les élites occidentales ont besoin d’un bouc émissaire. Ce bouleversement géopolitique a commencé en Occident à cause de la nature du projet occidental lui-même, qui portait les germes de sa propre destruction.

Mais comme des scénarios de développement alternatifs existent, ils érodent le système actuel. Et d’autres projets politiques commencent à remplir le vide idéologique qui résulte de l’échec de la vision libérale – à la fois dans la forme et sur le fond.

Il est donc assez probable que la crise actuelle du libéralisme enterrera définitivement le système de l’hégémonie unipolaire occidentale.

Et les mouvements populaires naissants, et le protectionnisme régional peuvent servir de base à un nouvel ordre mondial multipolaire.

___

Traduction Corinne Autey-Roussel pour Entelekheia.

https://wp.levilainpetitcanard.be/le-naufrage-de-lordre-l...

lundi, 26 février 2018

India and its Strategic Culture

Indian_Armyinsigne.jpg

India and its Strategic Culture
 
Ex: http://www.katehon.com

More often than not, rules of conduct in the international field are formed by historical, cultural, religious and philosophical principles of the people (the elite), rooted in a certain geographical area. The persistence with which the mistress of the seas can boast creating new colonies far away from the Albion coasts can be seen even today: Gibraltar, the Falkland Islands (Islas Malvinas in Argentina), the Commonwealth member-states; the American Frontier Spirit transformed into a relentless desire to conduct democratic reforms in the world, and keenness on the Leo Strauss’s ideas (the scientist himself claiming the need to use double standards) helped several American neoconservatives to fulfill their ideas; Jewish messianism allowed not only the creation of the State of Israel, but also to place the country on the international level.

India also has its own national strategy which, perhaps, is not quite clear to us because of the Hindu world view, although this huge country has a significant number of not only followers of ancient polytheistic tradition and its branch, but also representatives of other cultures and religions: Muslims, Sikhs, Buddhists, all kind of Christians and Jews (six different religious Judaic groups live in different parts of India, some of them are autochthonous and adopted it in the second half of the XX century).

indian-army-fast-tracking-for-clandestine-warfare-1488355993-9599.jpg

With the use of new analysis of the various doctrinal positions, it is possible to understand India's geopolitical strategy through the prism of the strategic culture of the subcontinent, which affects the entire South East of Asia in some way. Why is it important? The British theorist of international relations Professor Ken Booth gave the answer on the issue in the 1970s: “When thinking about the rational behavior of others, strategists tend to project their own cultural values ​​... but it should be apparent that one can only predict the behavior of a ‘rational man’ if both observer and the observed share the similar logical powers. Ethnocentric perception interferes in this process: they may mean that’s one own values and sense of priorities are projected onto others. By this process, ethnocentricity undermines the central act in the strategy of estimating how others will see and then will see and act.”[i]

For Hindus, the ethnocentric worldview is quite acceptable, as Hinduism is a “closed” religion, only Hindus can profess it, so the adoption of tradition is not possible. The Sikhs, having prominent positions in the government, are natives of Hindustan; the monotheistic religion began from the Islam and Hinduism contact as the response to the conflict issue. The special case is the Parsees, concentrating in the Mumbai, but, it’s interesting that the Zoroastrianism is a closed religion too; the proselytism is not recognized by the Indian Parsees. Indian Muslims and Christians are interesting in a particular way, even for external forces, because the general political strategy of the current Indian leadership is still based on the Hindu worldview in its various forms (epos, philosophy, religion, culture).

Another British geopolitical theorist, Colin Gray, involved in the connection of the cultural layers and the State strategy said: “No one and no institution can operate beyond culture”, and then added that "the nature and function of the strategy are unchanging and universal, and dynamic historical form and content are inescapably cultural".[ii]

It is necessary to try to look at the political culture of the country to understand its actions in the international arena, not only in terms of pragmatism, which mainly focuses on the supply and security of energy resources, but also in terms of the worldview.

Mahatma-Gandhi-2.jpgAfter India became independence in 1947, the country was mainly regarded as pacifist, because of the Mahatma Gandhi strategy toward the British colonialists. A non-resistance to evil with violence was popular in the various anti-war movements in Western Europe and particularly in the USA during the Vietnam War. However, Gandhi used the concept of Satyagraha (insistence on truth) as an instrument of political struggle that was not based on national and popular Hindu tradition, but on the eclectic mixture of reformist Hinduism, the Upanishads and Jainism philosophy, promoting prohibition of the living creature’s murder, including harmful insects. The post-colonial heritage is important too. In the 1980s, А. К. Коul of the University of Delhi said that the whole concept of international law was based on the rationale and justification of the lawfulness of the Third World enslavement and plunder, which has been declared uncivilized.[iii] Such a critical approach sought for new ways to solve problems, and Koul introduced the concept of international law, which aimed at solving the problems of underdeveloped countries. He was supported by the international affairs lawyer R. P Anand, noting that "since international law is now supposed to be applicable to the world-wide community of states, including the new Asian-African states, it needs their consent no less. It must be modified to suit new interests and a new community."[iv] Despite the quite reasonable thoughts, ideas of these scientists were not relevant for the era. But now these concepts may well be applied within framework of BRICS.

If you look at India's political transformation, the Constitutional model was borrowed from the USA, and it was developed considering the cultural characteristics of each region (India has 28 states, 21 official languages, and more than 1,600 dialects). The traditional caste system is preserved in fact, but legally all Indians have equal rights and possibilities, the lower castes representatives in the southern states even formed the Dalit Panthers political movement and gathered foreign assistance (incl. Soros foundation and US organizations) for the promotion of their rights.

vajpayee.jpgThroughout the independent state’s history, within Indian political circles, the fluctuation from secularism to traditionalism was also noticeable. Despite this fact, as Stephen Cohen noted, since Nehru to Rajiv Gandhi’s term and then under the Vajpayee’s Indian People's Party there was antagonism in local cultural issues (the previous ruling Congress was secular, whilst Vajpayee’s Party was culturally nationalistic – Hindutva), the international and defense policy remained the same strategic policy[v]. It is worth noting that the Indian People Party (Bharatiya Janata Party), founded in 1980, received special attention from the American analysts, as, during the Atal Bihari Vajpayee term, the relations with the US were improved. The governing of Jawaharlal Nehru, representing the left wing of the Indian National Congress, called the course to achieve a society based on the principle of continuity and the balance of change, its political program was even named the Neruvianism. It consists of supporting national entrepreneurship, protecting it from foreign competition, private sector state regulation, hard control of financial transactions, and, in the public sector, primary development of main heavy industry sectors.[vi]

However, if we are talking about strategic culture, we need to address the historical heritage of the heroic character whose images attract mass consciousness and the national leader’s thought. Therefore, it is necessary to note the central Indian epos, Mahabharata and Ramayana. The first is the story of the struggle between two clans and an eternal cycle of events where many things are already predetermined, and the second one is about the fight of the gods and their assistants against the demons. It is natural that, as the monuments of national literature, through folklore, celebrations and customs, these imperatives entered the life of the population and the elite. Moreover, the strategy development, especially in state governance and war waging, was affected by the famous work Arthashastra written by a famous Indian thinker Kautilya (IV-III c. BC), which served the interests of the Maurya dynasty. Many Indians and even foreign lawyers quote the book and as a model of pre-Roman legal norms code, the traditional law. According to US analyst Rodney Jones, who wrote a lot of works on the Indian strategy, trying to find out the Hindu code to the international relations lock, Kautilya’s advice to the governors consists of the detailed description of the correct usage of power, espionage and poisons (in modern time, it can be regarded as chemical, bacterial or nuclear weapons)[vii]. According to Kautilya, the region is to face military conflicts, therefore, it needs to be prepared for a plot twist and maybe create military alliances with other states. Naturally, in the XX century, Indian politicians took into account this factor too.

Jones himself is the president of the Policy Architects International Company, and before that he spent a lot of time visiting India, Pakistan and Sri Lanka, as he was the son of Christian missionaries sent to the countries. In the USA, before establishing his company, Jones graduated from the Columbia University, and he worked as a professor at Kansas State University, and, in the mid-1970s, he carried out research at the Council on Foreign Relations and worked on the security issues in the Carter’s administration. In addition, he worked on arms control at Georgetown University Center for Strategic and International studies. So, in spite of its Western origin, it has in a sense taken his opinion into account.

Jones identifies a number of items that are in fact philosophical and mythological, but are the fundamentals for the strategic culture of India:

1. Sacred things are a part of the Indian identity

2. Objectives are endless and have no deadlines

3. India gained its status, and did not earn it

4. Knowing the truth is the key to action and power

5. World Order is hierarchical, not egalitarian

6. Instrumental meaning

7. Indian appearance is mysterious

8. Personal interest, expressed externally, is impersonal and absolute

9. The contradictions in real life are natural and confirmed

10. Power has its place, but trick can exceed force

11. Actions have consequences; good intention does not justify offense

12. Standards of law prohibit conventional compromise (it is difficult to find the difference, though not mitigated with the quid pro quo)

13. Compromise can be easily mistaken for an internal loss (ephemeral, truth deformation, lack of sovereignty)

14. Confidence is correct knowledge and actions; it is impersonal and difficult to build or to fill in

15. Security is a sit-down (it covers the geographical situation or way of life)

16. Strategy is assimilating (external is changing, reality is constant).

Based on these provisions, Jones proposes to include such categories as war and peace when considering Indian policies. The conflict is directly related to the strategic culture, according to one of the authors of this concept, Alistair Johnston, and the answers on three important questions is at the center of it: war’s role in international relations, the enemies nature and the threats they may pose, and the use of force.[viii] Jones writes that since the 1960’s, India was preparing a defense on two fronts: against Pakistan and China.[ix] The author also notes that until January 2003, the Indian official policy on the use of nuclear weapons stated it is acceptable only if India does not fire first, it must be a response to an attack. This policy was based on India's nuclear doctrine, published in August 1999. However, in 2003, the “Implementation of the Indian nuclear doctrine” stated that nuclear weapons would be used if chemical or biological weapons are used against Indian troops, and, most importantly, even its troops are located outside the Indian territories.[x] The incident in Mumbai, when Islamic Terrorists had successfully crossed the Pakistan border and made a small "jihad" in the economic capital of India, forced the authorities to think about other measures of deterrence and control, including informational systems.

India-vs-Pakistan_Edited.jpg

However, the Pakistan issue is more or less clear. The enemy image fits in this scheme: the Indian conquerors (I do not mean the mythical Aryan invasion, but a particular Muslim army that built in the the Mughal Empire north of India) came from the current northwest territories of Afghanistan and Pakistan. They had to fight and subdue not only the followers of Hinduism, but also by the adherents of the new syncretic monotheistic religion of the Sikhism, who have their sanctuary in the Golden temple dozens kilometers from the Pakistani border, in Amritsar. If the Muslims invaded Indian lands, the “white colonizers” arrived by sea: the Portuguese, the Dutch and the British controlled the south of Hindustan one after the other, exploiting its natural resources. The China issue is more complicated. Historically, Chinese emperors did not disturb the Indians because of the natural border, the Himalayan mountain range and the impenetrable jungle in the south. Although now India has several territorial disputes with China, or rather China has more claims on India, including the Tibetan Dalai Lama, whose headquarters where we takes shelter is located in the border region, Himachal Pradesh. India is more concerned about water resources: the sources of the Brahmaputra and the Ganga starts in Chinese Tibet.

However, in India there are different points of view on the problematic relations with its neighbors. Kanti Bajpai noted that after the end of the Cold War, India had three branches of possible strategic development. He calls them Nehruvianism, hyperrealism, and neo-liberalism. Bajpai insists that the hyperrealists have the most pessimistic view of international relations: “Where Nehruvians and neoliberals believe that international relations can be transformed either by means of communication and contact, or by free market economic reforms and the logic of comparative advantage, hyperrealists see an endless cycle of repetition in interstate interactions. In fact Hinduism regards time as an eternal cycle of sequences, human souls endures these too, continually reincarnating from one essence to another, thus Westerners - with their linear understanding of time - do not understand Indian sluggishness. Conflict and rivalry between states cannot be transformed into peace and friendship, except temporarily as in an alliance against a common foe, rather they can only be managed by the threat and use of violence.”[xi] In addition, hyperrealists reject their opponents’ objections to the unrestrained spending on weapons, and expressed doubt on the roles of institutions, laws and agreements. The IR-hyperrealists take into account only power and the strength; everything else is an illusion. Accordingly, the Nehruvianists and the neoliberalist regard war as one of the possibilities that can take place between sovereign states. For Nehruvianists, a natural state of anarchy can be reduced by agreements between states, so that war preparations to the point where the balance of power becomes a central factor of security and foreign policy are wasteful and useless. The neoliberals find that competitive arming, or arms races themselves, are a conditioning factor in the natural state of anarchy among the states, in particular, since they are interdependent. Therefore, they consider that economic strength is the primary goal for a state to be vital, which should be achieved through free markets and free trade abroad.[xii] The hyperrealists have quite a different point of view. Brahma Chellaney notes that war starts when adversaries determine that the other side has become too strong or too weak.[xiii] Therefore, war preparation is a responsible and wise perspicacity, not an instigation. Therefore, aggression against neighbors, if the issue is about a territorial dispute or any other contradictions, are considered not only acceptable, but even necessary by the hyperrealists.

nehru-gandhi.jpgSo, you can extract some conclusions which are quite clear: the Indian hyperrealists can use external forces to justify the escalation of a conflict, while the Nehruvianists would try to reach a consensus, and the neoliberals would resolve issues from the pragmatic (economic) point of view. Russia has a significant advantage. It doesn’t have common borders with India, it has quite a good attitude toward it, that is based on historical experience. India, along with Russia, is part of BRICS, and is ready to participate in the development of new international rules. Russia can interact wisely with the representatives of all three branches of India's strategic culture. The hyperrealists will be extremely interested in Russian weapons, modernization programs and, generally, a wide range of military cooperation. In some cases, Russia can use smart power and send certain signals to countries like Pakistan and China, through the Indian hyperrealists. Parenthetically, Bangladesh and Nepal should not be taken into account, as they don’t have any effect on the regional balance of power. The neoliberal approach can be used from a purely pragmatic point of view: trade, economic, and industrial cooperation. Nuclear energy, as well as research and high-tech, including the aerospace industry, may be quite promising to Russia, and these interests are included in the Nehruvianists’ agenda.

In addition, India's strategic culture can give us another important lesson, which is their economic and market system. These are conducted in such a way that the majority of products and services are oriented towards the domestic consumer, so any financial catastrophe occurring in the external environment, and having a domino effect elsewhere, will not be disastrous for India. If Russia can use a reasonable approach to this issue, such a market model based on the autarky principle (self-sufficiency) may be used in a number of regions of the Russian Federation. On the other hand, external capital flows to India from migrant workers, who settled in other countries: the US, the UK, the Gulf, etc, creates an additional source of revenue for the state.

It should be noted that India is inclined to reconsider its strategies. We are not only talking about the military doctrine of the “Cold Start”, which was recently modified, but also about its strategic culture in general. The National Security Adviser, Shivshankar Menon, believes that it is important to develop a new “vocabulary” and concepts to resolve 19th century issues. According to him, due to the opportunities provided by growth in India, it needs to interact more with the Western world, but the main line of strategic culture of the country will remain unchanged, as it is “'an indigenous construct of over a millennium, modified considerably by our experiences over the last two centuries … Fortunately for us, there is no isolationist stream in our strategy”.[xiv]

Footnotes:

[i] Ken Booth, Strategy and Ethnocentrism. New York: Homes & Meier Publishers, 1979, р 65.

[ii] Colin Gray, Modern Strategy, New York: Oxford University Press, 1999, р 129.

[iii]КоulА. К. The North-South Dialogue and the NIEO//New horizons of international law and developing countries. NewDelhi, 1983. P. 171.

[iv]Anand R. P. International law and the developing countries. NewDelhi, 1986. P. 107.

[v] Stephen P. Cohen. India: Emerging Power. Washington, D.C.: The Brookings Institution, 2001.

[vi]Mukhaev R.T. Geopolitics, Moscow, 2007, p. 553

[vii] Rodney W. Jones. India’s Strategic Culture. Defense Threat Reduction Agency Advanced Systems and Concepts Office. 31 October 2006, р.5.

[viii]Alastair Iain Johnston, Cultural Realism: Strategic Culture and Grand Strategy in Chinese History, Princeton: Princeton University Press, 1995.

[ix]Rodney W. Jones. Conventional Military Imbalance and Strategic Stability in South Asia. SASSU ResearchPaperNo. 1, March 2005, р. 9.

[x]Ibid. p. 13.

[xi] Kanti Bajpai. Indian Strategic Culture. — South Asia in 2020: Future Strategic Balances and Alliances, Strategic Studies Institute, November 2002, P. 245 — 305.// http://www.stramod. ru/SP_001.html

[xii] Shiv Shankar Menon. K. Subrahmanyam and India’s Strategic Culture. National Maritime

Foundation, 19 January 2012 http://www.maritimeindia.org/article/k-subrahmanyam-andin...

[xiii] On the importance of national power or strength, См. Brahma Chellaney, .Preface,. in idem, ed., Securing India’s Future in the New Millennium, p. xviii

[xiv] India needs to modernise strategic culture. Sify News. Jan 20, 2012. http://www.sify.com/ news/india-needs-to-modernise-strategic-culture-news-national-mbus4jccahb.html

 

jeudi, 22 février 2018

Multipolarity and polycentricity

polycentricity.jpg

Leonid Savin:

Multipolarity and polycentricity

Ex: https://www.geopolitica.ru

The very term “multipolarity” is of American (Anglo-Saxon) origin, and in the third chapter we examined similar concepts that have been developed in other countries. As various scholars have indicated, varying interpretations of multipolarity have provoked certain conceptual dilemmas. For instance, a report on long-term global trends prepared by the Zurich Center for Security Studies in 2012 noted that:

The advantage of ‘multipolarity’ is that it accounts for the ongoing diffusion of power that extends beyond uni-, bi-, or- tripolarity. But the problem with the term is that it suggests a degree of autonomy and separateness of each ‘pole’ that fails to do justice to the interconnections and complexities of a globalised world. The term also conceals that rising powers are still willing to work within the Westernshaped world economic system, at least to some extent. This is why the current state of play may be better described as ‘polycentric’. Unlike ‘multipolarity’, the notion of ‘polycentricism’ says nothing about how the different centres of power relate to each other. Just as importantly, it does not elicit connotations with the famous but ill-fated multipolar system in Europe prior to 1914 that initially provided for regular great power consultation, but eventually ended in all-out war. The prospects for stable order and effective global governance are not good today. Yet, military confrontation between the great powers is not a likely scenario either, as the emerging polycentric system is tied together in ways that render a degree of international cooperation all but indispensable.

The Swiss scholars involved in this summation approached the issue from the standpoint of reviewing security issues in a globalized world and tried to find an adequate expression for contemporary trends. However, there also exist purely technical approaches and ideological theories which employ the term “polycentric”.

The concept of “polycentricity” had been used before to describe the functioning of complex economic subjects. Accordingly, if management theories are springboards for geopolitical practice, then this model’s basic elaborations already exist. In a literal sense, the term “polycentric” suggests some kind of spatial unit with several centers. However, the term does not specify what kind of centers are in question, hence the obvious need to review various concepts and starting points before discussing polycentrism.

poly2.jpg

Four levels of this concept can be discussed in the context of political-administrative approaches. The analytical-descriptive level is needed for describing, measuring, and characterizing the current state of a spatial object by means of precisely determining how long a country or capital can be “polycentric.” Secondly, this concept can be understood in a normative sense which might help, for example, in reorganizing the spatial configuration of an object, i.e., either to promote/create polycentrism or support/utilize an existing polycentric structure. Thirdly, when it comes to spatial entities, it is necessary to specify their spatial scale, i.e., at the city level, city-region, mega-regional level, or even on the national or transnational levels. Upon closer examination, the concept of polycentrism concept thus challenges our understanding of centers in urban areas, since such can concern either their roles and functional ties (relations) or their concrete morphological forms (the structure of urban fabric). This differentiation between the functional and morphological understandings of polycentrism constitutes the fourth dimension.

In the contemporary situation which features the presence of city-states and megalopoli that can easily compete with some states in the classical understanding in the most varied criteria (number of residents and their ethnic identity, length of external borders, domestic GDP, taxes, industry, transport hubs, etc.), such an approach seems wholly appropriate for more articulated geopolitical analysis. Moreover, in the framework of federal models of state governance, polycentrism serves as a marker of complex relations between all administrative centers. Regional cooperation also fits into this model since it allows subjects to “escape” mandatory compliance with a single regulator, such as in the face of a political capital, and cooperate with other subjects (including foreign ones) within a certain space.

To some extent, the idea of polycentrism is reflected in offshore zones as well. While offshores can act as “black holes” for the economies of sovereign states, on the other hand, they  can also be free economic zones removing various trade barriers clearly within the framework of the operator’s economic sovereignty.

It should also be noted that the theory of polycentrism is also well known in the form of the ideological contribution of the Italian community Palmiro Togliatti as an understanding of the relative characteristics of the working conditions facing communist parties in different countries following the de-Stalinization process in the Soviet Union in 1956. What if one were to apply such an analysis to other parties and movements? For example, in comparing Eurosceptics in the EU and the conglomerate of movements in African and Asian countries associated with Islam? Another fruitful endeavor from this perspective could be evaluating illiberal democracies and populist regimes in various parties of the world as well as monarchical regimes, a great variety of which still exist ranging from the United Kingdom’s constitutional monarchy to the hereditary autocracy of Saudi Arabia which appeared relatively recently compared to other dynastic forms of rule. Let us also note that since Togliatti the term “polycentrism” has become popular in political science, urban planning, logistics, sociology, and as an expression for unity in diversity.

eprg.jpg

In 1969, international relations and globalization expert Howard V. Perlmutter proposed the conceptual model of EPG, or Ethnocentrism-Polycentrism-Geocentrism, which he subsequently expanded with his colleague David A Heenan to include Regionalism. This model, famously known by the acronym EPRG, remains essential in international management and human resources. This theory posits that polycentrism, unlike ethnocentrism, regionalism, and geocentrism, is based on political orientation, albeit through the prism of controlling commodity-monetary flows, human resources, and labor. In this case, polycentrism can be defined as a host country’s orientation reflecting goals and objectives in relation to various management strategies and planning procedures in international operations. In this approach, polycentrism is in one way or another connected to issues of management and control.

However, insofar as forms of political control can differ, this inevitably leads to the understanding of a multiplicity of political systems and automatically rejects the monopoly of liberal parliamentarism imposed by the West as the only acceptable political system. Extending this approach, we can see that the notion of polycentrism, in addition to connoting management, is contiguous to theories of law, state governance, and administration. Canada for instance has included polycentricity in its administrative law and specifically refers to a “polycentric issue” as “one which involves a large number of interlocking and interacting interests and considerations.” For example, one of Canada’s official documents reads: “While judicial procedure is premised on a bipolar opposition of parties, interests, and factual discovery, some problems require the consideration of numerous interests simultaneously, and the promulgation of solutions which concurrently balance benefits and costs for many different parties.  Where an administrative structure more closely resembles this model, courts will exercise restraint.”

Polycentric law became world-famous thanks to Professor Tom Bell who, as a student at the University of Chicago’s law faculty, wrote a book entitled Polycentric Law in which he noted that other authors use phrases such as “de-monopolized law” to describe polycentric alternatives.

Bell outlined traditional customary law (also known as consolamentum law) before the establishment of states and in accordance with the works of Friedrich A. Hayek, Bruce L. Benson, and David D. Friedman. Bell mentioned the customary law of the Anglo-Saxons, ecclesiastical law, guild law, and trade law as examples of polycentric law. On this note, he suggests that customary and statutory law have co-existed throughout history, an example being Roman law being applied to Romans throughout the Roman Empire at the same time as indigenous peoples’ legal systems remained permitted for non-Romans.

poly3.jpg

Polycentric theory has also attracted the interest of market researchers, especially public economists. Rather paradoxically, it is from none other than ideas of a polycentric market that a number of Western scholars came to the conclusion that “Polycentricity can be utilized as a conceptual framework for drawing inspiration not only from the market but also from democracy or any other complex system incorporating the simultaneous functioning of multiple centers of governance and decision making with different interests, perspectives, and values.” In our opinion, it is very important that namely these three categories - interests, perspectives, and values - were distinguished. “Interests” as a concept is related to the realist school and paradigm in international relations, while “perspectives” suggests some kind of teleology, i.e., a goal-setting actor, and “values” are associated with the core of strategic culture or what has commonly been called the “national idea,” “cultural-historical traditions”, or irrational motives in the collective behavior of a people. For a complex society inhabited by several ethnic groups and where citizens identify with several religious confessions, or where social class differences have been preserved (to some extent they continue to exist in all types of societies, including in both the US and North Korea, but are often portrayed as between professional specialization or peculiarities of local stratification), a polycentric system appears to be a natural necessity for genuinely democratic procedures. In this context, the ability of groups to resolve their own problems on the basis of options institutionally included in the mode of self-government is fundamental to the notion of polycentrism.

Only relatively recently has polycentrism come to be used as an anti-liberal or anti-capitalist platform. In 2006, following the summit of the World Social Forum in Caracas, Michael Blanding from The Nation illustrated a confrontation between “unicentrism” characterized by imperial, neo-liberal, and neo-conservative economic and political theories and institutions, and people searching for an alternative, or adherents of “polycentrism.” As a point of interest, the World Social Forum itself was held in a genuinely polycentric format as it was held not only in Venezuela, but in parallel also in Mali and Pakistan. Although the forum mainly involved left socialists, including a large Trotskyist lobby (which is characteristic of the anti-globalist movement as a whole), the overall critique of neoliberalism and transnational corporations voiced at the forum also relied on rhetoric on the rights of peoples, social responsibility, and the search for a political alternative. At the time, this was manifested in Latin America in the Bolivarian Revolution with its emphasis on indigenism, solidarity, and anti-Americanism.

It should be noted that Russia’s political establishment also not uncommonly uses the word “polycentricity” - sometimes as a synonym for multipolarity, but also as a special, more “peace-loving” trend in global politics insofar as “polarity presumes the confrontation of poles and their binary opposition.” Meanwhile, Russian scholars recognize that comparing the emerging polycentric world order to historical examples of polycentricity is difficult. Besides the aspect of deep interdependence, the polycentricity of the early 21st century possesses a number of different, important peculiarities. These differences include global asymmetry insofar as the US still boasts overwhelming superiority in a number of fields, and a multi-level character in which there exist: (1) a military-diplomatic dimension of global politics with the evolution of quickly developing giant states; (2) an economic dimension with the growing role of transnational actors; (3) global demographic shifts; (4) a specific space representing a domain of symbols, ideals, and cultural codes and their deconstructions; and (5) a geopolitical and geo-economic level.

Here it is necessary to note that the very term “polycentricity” in itself harbors some interesting connotations. Despite being translated to mean “many”, the first part (“poly-“) etymologically refers to both “pole” and “polis” (all three words are of Ancient Greek origin), and the second part presupposes the existence of centers in the context of international politics, i.e., states or a group of states which can influence the dynamic of international relations.

MH-Parm.jpgIn his Parmenides, Martin Heidegger contributed an interesting remark in regards to the Greek term “polis”, which once again confirms the importance and necessity of serious etymological analysis. By virtue of its profundity, we shall reproduce this quote in full:

Πόλις is the πόλоς, the pole, the place around which everything appearing to the Greeks as a being turns in a peculiar way. The pole is the place around which all beings turn and precisely in such a way that in the domain of this place beings show their turning and their conditions. The pole, as this place, lets beings appear in their Being and show the totality of their condition. The pole does not produce and does not create beings in their Being, but as pole it is the abode of the unconsciousness of beings as a whole. The πόλις is the essence of the place [Ort], or, as we say, it is the settlement (Ort-schaft) of the historical dwelling of Greek humanity. Because the πόλις lets the totality of beings come in this or that way into the unconcealedness of its condition, the πόλις is therefore essentially related to the Being of beings. Between πόλις and “Being” there is a primordial relation.

Heidegger thus concludes that “polis” is not a city, state, nor a combination of the two, but the place of the history of the Greeks, the focus of their essence, and that there is a direct link between πόλις and ἀλήθεια (this Greek word is usually translated into Russian as “truth”) Thus, in order to capture polycentricity, one needs to search for the foci and distribution areas of the essence of the numerous peoples of our planet. Here we can once again mention strategic cultures and their cores. 

Translated from Russian by Jafe Arnold.

Related links:

Russia and multipolarity

Multipolarity is the best future for Europe

Iranian view on Multipolarity in the New World

South America In The Emerging Multipolar World Order

Prisoners of Friedman and Brzezinski: Neoliberal America vs. Multipolarity

Shaping the Multipolar Future of World

jeudi, 23 novembre 2017

U.S. conspiracy theories and the American mentality

Conspiracy-booklet-page-1-lg.jpg

U.S. conspiracy theories and the American mentality

Ex: http://katehon.com

History shows an increased interest in American society in conspiracy theories, no matter who is represented as the conspirator.

While there are a lot of various extravagant theories in the United States, among which we can find a fantastic story, for example, that the country's leadership are either aliens or reptilians. There is an historical continuity, which confirms that the American consciousness, whether being of the middle class, farmers and influential political circles, are deeply permeated with the idea of the conspiracy.

For example, with their conspirological mentality, Democrats and globalists gave recent statements that Russia had carried out regular hacker attacks, and that this had even affected the outcome of the election campaign in the United States. Political scientists and experts from various American think tanks try to give pseudoscientific data declarations that come from the senior management of the country. Similar operations were being held in relation to other states and even non-state actors, who caused suspicion for unknown reasons among the American establishment (Venezuela, Cuba, North Korea, Iraq, Iran, Hezbollah, the institution of Ayatollahs, the Russian Orthodox Church, Communists, right-wing parties in Europe and so on).

conspiraeder.jpg

History of the conspiracy theory in the US

This tradition began to come into being in the United States in the wake of the exclusion of former colonists from the British metropolis. In addition, the powerful stimulus to look at the causal relationships from the perspective of possible conspiracies was the idea of the enlightenment, related to desacralization and attributing all actions exclusively to human will.

Initially, the search for conspiracies with the following “witch-hunt” were peculiar to Western Europe, where, in the Middle Ages, the Inquisition was raging, and the Renaissance palace intrigues had become the norm. In Britain (where the United States largely borrowed this conspiracy tradition) there were a lot of talks about French, Irish, Jacobite and Catholic conspiracies and real attempts to organize a coup or an attack on the government. Only they confirmed rumors that such evil plans did really exist. For example, the failed plan was to blow up the Parliament, masterminded by Guy Fawkes.

According to Gordon Wood, “by the 18th century the conspiracy had become not simply a means of explaining how the rulers were overthrown; it became a commonly used tool for an explanation of how the rulers and the others who controlling political developments acted in real life”.2

Since the Renaissance, God was being gradually squeezed out of the social and political life, so the control of all processes (and promises about domain over natural elements in the future) was assigned to a person. Such a mechanistic paradigm reduced all human actions solely to purposes and motives.

Now everything was conceived in the human mind, and depended on these moral norms, prejudices and beliefs. Therefore, all social processes began to come to reflect individual passions and interests.

Some called for a curbing of these passions by offering a specific plan of socio-political activity, naturally offering themselves to manage these plans, while those first attempting to usurp power were blamed for trying to instill tyranny and oppression.

In this context, the work “the Paranoid Style in American Politics” of Columbia University Professor Richard Hofstadter3 is very interesting, where he shows that a whole generation of Americans thought in terms of conspiracies throughout the US history. In this article, firstly published in 1964, Richard Hofstadter noted: “The idea of the paranoid style as a force in politics would have little contemporary relevance or historical value if it were applied only to men with profoundly disturbed minds. It is the use of paranoid modes of expression by more or less normal people that makes the phenomenon significant. In the history of the United States one find it, for example, in the anti-Masonic movement, the nativist and anti-Catholic movement, in certain spokesmen of abolitionism who regarded the United States as being in the grip of a slaveholders’ conspiracy, in many alarmists about the Mormons, in some Greenback and Populist writers who constructed a great conspiracy of international bankers, in the exposure of a munitions makers’ conspiracy of World War I, in the popular left-wing press, in the contemporary American right wing, and on both sides of the race controversy today, among White Citizens’ Councils and Black Muslims. I do not propose to try to trace the variations of the paranoid style that can be found in all these movements, but will confine myself to a few leading episodes in our past history in which the style emerged in full and archetypal splendor”.4

American historian James Hutson considers American behavior in general as a product manifesting out of envy and suspicion towards the government power.

At the same time he pointed out that the fear of abusing political power led to the American conspiracy being viewed as “completely trustworthy”, at least until about the 1830's. Thereafter, attention was switched over to non-governmental organizations and groups such as the Masons, and the Roman Catholic Church.5 In the 19th century fears of various conspiracies united many groups in the United States. If Abraham Lincoln believed in imaginary subversive activities, then what could be the problem if an anti-Masonic league or some protestant denominations do? At the same time, protestants found the personification of the work of the devil and all sorts of dark forces directly in political activities both inside the US and abroad. Certainly, the rational explanation for this phenomenon could be found in linking this fear with some symptoms of severe social and psychological overload, in which American society was at that period of time.6

plotddddd.png

The 20th century and the new myths

The twentieth century has also been full of the conspiracy theories. At the beginning of the century, specific fears in the United States were associated with Germany, the Russian Empire, and China. It would be enough just to mention the book of Brooks Adams “The New Empire”, published in 1902, where he was talking about the need to avoid combining the interests of Russia, Germany and China.7

The situation with the Russian Empire was particularly complex because of the passport issue, which led in 1911 to the break of the US Russian-American treaty of commerce and navigation of 1832. This happened under the influence of the Jewish lobby in the US, which from the second half of the 19th century were actively defending the rights of European and Russian Jews. Naturally, such influential organizations, not without the involvement of big business - in particular money of Jacob Schiff from the American Jewish Committee - which funded the anti-Russian campaign in the media and even blackmailed President Taft, because they could force the country's leadership to meet their demands, automatically fell into the category of 'plotters' in the eyes of American citizens who had no connection with these lobby groups.8

The era of the Great Depression sharply polarized the American society, while Hollywood and its establishment were trying to project their vision of solving problems. Depending on the place of residence and social status, American citizens found their own “scapegoats” in the face of Republicans, bankers, speculator migrants. However, religious preachers thought that the cause of crop failure for several years was the scourge of God, fallen upon the American people for their sins.

Before the Second World War there was a peculiar suspicion among the military and political leadership towards Japan, although at the beginning of the century the United States supported this country during the conflict with Russia.

The era of McCarthyism was a well-known as "witch hunt", but here women were pursued for their difficult to prove relationship with the evil spirit, and those sympathetic to communist ideas. These facts were imposed on the racial issues in the United States and in its broader ideological confrontation.

The murder of John F. Kennedy and Martin Luther King, the emergence of AIDS, global warming, the role of the Trilateral Commission in the international economy, all such cases necessarily were always considered from the perspective of conspiracy theory. Accordingly, within the framework of conspiracy thinking, the murders were implemented or adjusted by CIA agents, doctors commissioned by the federal government developed the deadly virus (this issue was further developed and enriched with new facts and speculations), and the broader phenomena was considered as a kind of cover-up and supporting interests of large companies and lobby groups.

However, the Watergate scandal confirmed that the Republicans were really behind the organization of wiretapping in the room where the Democrats held their talks. In the 50's of the last century the CIA really conducted the experiment MKULTRA, where LSD and other narcotic drugs were administered to subjects in order to obtain “mind control”.9 The US Ministry of Defence plan for Operation Northwoods is also well-known to have been against Cuba in order to organize provocations with further military aggression in the Isla de la Juventud.10

The incident in Roswell (New Mexico) in 1947 is a peculiar episode. According to the official version, aliens landed, and the US government was keeping this information in secret.

Moreover, the publication of declassified documents from both official sources such as the State Department, the Defense Department, the FBI and the CIA, as well as documents of various international groups such as Bilderberg Club and the Club of Rome, show that certain secret plans on various issues were developed and implemented in reality.

In recent years, the most common topics in the United States related to conspiracies, have become the attacks of September 11th, 2001 (9/11, Truth Movement), the influence of the neo-conservatives in the adoption of decisions on the invasion in Iraq in 2003, as well as any facts concerning the corporate influence and the US military-industrial complex. Certainly, some leakage, spread with the help of the resource WikiLeaks, provide additional ground for the circulation of the view that the US establishment holds some secret game and does not work in the interest of the American society, but supply various financial and industrial groups with their preferences.

Conspiracy-Theories-and-Christians.jpg

Neoliberals’ fears and manipulations

The scandals connected with the financing of Hillary Clinton's campaign, Clinton family ties with all sorts of fund structures and involvement in dubious projects have also shown that in some organizations, the real purposes significantly are at odds with the stated principles. However, in recent years no one is surprised with such level of the corruption, especially since in the US lobbying has become protected by the law.

As these cases are also falling into the categories of the conspiracy theory, representatives of the scientific community in the US, which are connected with the policy, conduct some attempts to present the conspiracy as a “sub broad category of false beliefs”. For example, Cass R. Sunstein pointed it out in his scientific publication, published in 2008, under the auspices of Harvard and Chicago University (Law & Economics Research Paper Series Paper No. 387)11.

To make a following clarification is necessary. Cass R. Sunstein is an American lawyer and scholar, a member of the Democratic Party. In 2008, he actively opposed the attempt to impeach Bill Clinton. He served as administrator of the Information and Regulatory Policy in the White House in 2008 – 2012. Cass R. Sunstein is also a developer of the theory of “Nudge”, the latest trend in behavioral sociology of the USA.12 The main idea of which is that people can be directed to carry out any action. But at the same time, they need to consider this “boost”, as their own decision. To do this it is necessary to create the appearance of alternative choices. Precisely because of Sunstein’s theory Barack Obama signed a decree on the application of behavioral science methods in the public administration and domestic policy, on September 15th.

It was significant that Sunstein treated the possible causes of the conspiracy theory in his own way. At the same time he provides the link to the work of Richard Hofstadter, where he was warned that his proposed "paranoid style" did not refer to psychological abnormalities and diseases, and expressed the social phenomenon.

Obviously Sunstein commissioned by the government to co-author articles suggest measures to counter the conspiracy theories: “We can readily imagine a series of possible responses. (1) Government might ban conspiracy theorizing. (2) Government might impose some kind of tax, financial or otherwise, on those who disseminate such theories. (3) Government might itself engage in counterspeech, marshaling arguments to discredit conspiracy theories. (4) Government might formally hire credible private parties to engage in counterspeech. (5) Government might engage in informal communication with such parties, encouraging them to help." However, the authors advocate that each "instrument has a distinctive set of potential effects, or costs and benefits, and each will have a place under imaginable conditions. However, our main policy idea is that government should engage in cognitive infiltration of the groups that produce conspiracy theories, which involves a mix of (3), (4) and (5).”13

This article was severely criticized by the United States scientific community.

But there is no doubt that the interest to the conspiracy has remained at a fairly high level in the corridors of American power. The question is how to apply and manipulate information according to the interests of the White House.

And Donald Trump’s victory also showed that conspiracy theories were strong enough within the US society. But now the liberals are looking for those responsible within the United States (the right-wing or the conservatives), and outside, in the attempt to accuse Russia of hacking attacks and manipulation of the public opinion.

Conspiracy theories will continue to affect average Americans, as well as decision making at the highest levels.

Notes:

2 Gordon S. Wood. The Idea of America. Reflections on the Birth of the United States. New York: The Penguin Press, 2011.

3Hofstadter, Richard. The Paranoid Style in American Politics, and Other Essays. New York: Vintage Books, 2008.

5 James H. Hutson, "The American Revolution: Triumph of a Delusion? in Erich Angermann, et al., eds., New Wine in Old Skins , 179 - 194.

6 Richard O. Curry and Thomas M. Brown, eds., Conspiracy: The Fear of Subversion in American History. NY: Holt, Rinehart & Winston, 1972.

8 L. Marshall to S. Wolf. Oct. 18,1916 // Louis Marshall: Champion of Liberty. Vol. 1. P. 86.

9 George Lardner Jr. & John Jacobs, Lengthy Mind-Control Research by CIA Is Detailed, WASH. POST, Aug. 3, 1977

10 Memorandum from L. L. Lemnitzer, Chairman, Joint Chiefs of Staff, to the Secretary of Defense, Justification for U.S. Military Intervention in Cuba (Mar. 13, 1962), http://www.gwu.edu/~nsarchiv/news/20010430/northwoods.pdf.

12 Sunstein, Cass R. Why Nudge?: The Politics of Libertarian Paternalism. The Storrs Lectures Series, Yale University Press, 2014.

vendredi, 12 février 2016

Les Cinq Grands, la sécurité eurasienne et autres projets

ufa921524636277.jpg

Leonid SAVIN :
Les Cinq Grands, la sécurité eurasienne et autres projets


Effectuons un bref retour au passé, revenons en 2001 : l’un des principaux analystes du groupe bancaire américain Goldman Sachs Group Inc., Jim O’Neill, utilisait l’acronyme BRIC pour désigner les économies en croissance. Il utilisait certes cet acronyme dans le cadre du néolibéralisme globalisateur mais cela n’a pas empêché les Russes de « coopter » le terme, en proposant dans la foulée au Brésil, à l’Inde et à la Chine de mettre en œuvre un organisme de coopération multilatéral. En un temps relativement bref, un grand nombre d’initiatives ont été lancées pour développer des mécanismes d’interaction entre ces puissances et économies émergentes. Plus tard, l’Afrique du Sud a rejoint ce premier groupe de quatre pays, donnant simultanément naissance à un acronyme élargi, celui de BRICS.


Ces cinq pays couvrent 26% de la surface du globe, représentent 42% de la population mondiale et génèrent 27% du PIB mondial. On les considère généralement aujourd’hui comme le nouvel acteur collectif d’un monde tendant à redevenir multipolaire, en se basant sur un principe de décentralisation et sur la capacité à répondre aux défis du 21ème siècle. Lors de son « briefing » suite au sommet des BRICS à Oufa le 9 juillet 2015, Sergueï Riabkov, représentant le ministre russe des affaires étrangères, déclarait : « Les pratiques des BRICS n’ont aucun précurseur sur la scène de la politique internationale » ; ce groupe d’Etats, a-t-il ajouté, est devenu « un facteur important dans les relations internationales ». Les BRICS deviendront bientôt les « 8 Grands » mais assoiront leurs relations sur des bases nouvelles, celles de l’égalité, de la transparence et du consensus entre tous les membres.


Le dernier sommet d’Oufa a démontré que ce ton informel, sur lequel reposait la coopération entre les participants, n’a pas empêché de créer une association internationale à part entière, bien plus démocratique en son fonctionnement que toutes les autres alliances du siècle écoulé. A Oufa, les participants ont approuvé un plan pour de futures actions : on peut le considérer comme une sorte de résumé des « opérations matricielles » que mèneront les BRICS dans un futur proche. Le document comprend une déclaration générale quant aux finalités et à la stratégie sous-tendant le partenariat économique ; il annonce également l’ouverture d’un département virtuel, c’est-à-dire une page web officielle des BRICS qui publiera tous les documents officiels et offrira des textes pertinents pour comprendre le fonctionnement de cette association informelle. A Oufa, on a également mis sur pied la Banque des BRICS ainsi qu’un fond commun de réserves pour les échanges avec l’extérieur. Le capital combiné s’élève à 200 milliards de dollars. Les premiers projets cofinancés démarreront au printemps de 2016 et ne se limiteront pas aux cinq pays participants : ils viseront une perspective internationale. Pour l’essentiel, il s’agit là d’une alternative financière au FMI des Rotschild qui investira dans les secteurs où cela s’avèrera nécessaire et dans l’économie réelle des pays, ce qui signifie que cette alternative ne se livrera pas à des transactions d’ordre spéculatif en fournissant des prêts aux taux d’intérêt prohibitifs comme le font les banques étrangères, les bourses ou autres fonds de financement.


Entre les pays du groupe des BRICS, on cherchera en permanence à consolider la coopération en tous domaines financiers et économiques. En particulier, le directeur des « affaires européennes et centre-asiatiques », Gui Congyou rappelle que la Russie constitue une priorité pour les investissements chinois, non seulement sur le plan des infrastructures mais aussi dans l’immobilier bon marché et dans la haute technologie.


Cette année, la présidence russe des BRICS s’est montrée particulièrement dynamique. Comme l’a dit le Président Vladimir Poutine le 9 juillet 2015, « l’année de la présidence russe nous a permis d’organiser les premiers fora des BRICS sur les matières civiles et parlementaires ainsi que le forum « jeunesse ». La création du réseau universitaire des BRICS est en voie d’achèvement, de même que la mise sur pied d’un Conseil des Régions de l’organisation.


Il faut ajouter que la coopération se développe désormais non seulement dans les domaines financier et économique : il y a eu des réunions interministérielles dans les domaines de la santé, de l’enseignement, de l’agriculture, de la fiscalité, de la science et des technologies, de la sécurité sociale, des communications, du travail et de l’emploi et de la culture. La coordination accrue entre les pays ont eu un impact indirect mais réel sur toutes les questions internationales brûlantes, telles les conflits régionaux, les menaces dues au narcotrafic, le domaine spatial et la piraterie maritime. Pour faire face à ces problèmes, les participants ont délibérément évité de faire usage de techniques rendant les relations multilatérales trop bureaucratiques. Tous les dirigeants des pays BRICS ont été d’accord pour dire que le modèle actuel de négociations non bureaucratiques devait être maintenu dans l’avenir.

ufaimg110_Jul_2015_074422440gallery.jpg


Ce refus de tout bureaucratisme indique aussi que les BRICS ont des objectifs essentiellement civils. Cette thématique, abordée lors du sommet d’Oufa, a ensuite été remise sur le tapis à la veille du forum tenu à Moscou, avec la participation d’experts. Notamment grâce au « BRICS Business Council », bon nombre d’accords ont été scellés, avec les recommandations de dirigeants syndicaux adressées aux chefs d’Etat. Le Président de la Fédération des Syndicats indépendants de Russie, Mikhael Chmakov, a signalé, lors d’une entrevue avec le Président Poutine, la nécessité impérieuse qu’il y a à éviter les méthodes néolibérales, responsables de toutes les crises qui sévissent aujourd’hui dans le monde. Cette déclaration est importante car elle montre que les pays du BRICS agissent sur base d’un consensus au niveau idéologique et politique, consensus qui guidera la politique général de ces Etats.


On peut aussi considérer que les BRICS constituent un club dont les membres suivent le principe de réciprocité. Le Premier Ministre indien, Narendra Modi a indiqué, lors d’une très importante réunion des dirigeants des pays BRICS, qu’il était important de mener à bien une réforme au sein des Nations Unies et du Conseil de Sécurité. Selon Modi, une telle réforme contribuerait à résoudre plus efficacement les requêtes. Le constat du dirigeant indien est significatif quand on aborde le problème des sanctions : seules les sanctions décrétées par les Nations Unies devraient être suivies d’effets ; toute autres initiative relevant d’une tentative de certains pays d’imposer leur point de vue. C’est inacceptable. Dilma Rousseff, la Président du Brésil, a également évoqué la thématique d’une réforme des Nations Unies et a affirmé la disponibilité de son pays à participer à divers projets comme l’harmonisation des flux migratoires ou le contrôle des changements climatiques.


Il nous paraît important de souligner que d’autres pays montrent un intérêt croissant dans les BRICS. Par exemple, lors du forum financier des BRICS et du Groupe de Shanghai, qui eut lieu le 8 juin, le vice-président de la Banque de Développement Industriel turque, Cigdem Içel était présent. Qui plus est, la participation formelle des chefs des Etats du Groupe de Shanghai, qui avaient tous été invités, a puissamment contribué à rehausser le statut de l’événement. Toutefois, en dehors de l’ordre du jour officiel, les dirigeants ont pu communiquer lors d’une session informelle et discuter d’un bon nombre de sujets, tous également important pour bâtir un partenariat reposant sur la confiance mutuelle.


L’Occident s’est comporté à sa manière habituelle, en usant de deux poids deux mesures et en menant une guerre indirecte sur le plan de l’information. Exemple : la publication de Bloomberg était totalement manipulée, comme si les économies conjuguées de BRICS avaient pratiquement dépassé l’économie américaine. Ce n’est pas vrai : le FMI avait déjà déclaré depuis longtemps que la Chine seule avait dépassé les Etats-Unis en 2014. En revanche, le « Council on Foreign Relations » a tenu un langage plus réaliste, en soulignant que les BRICS visaient tout simplement à réduire l’influence de l’Occident. Le centre d’études stratégiques Stratfor, pour sa part, ajoutait que les BRICS et le Groupe de Shanghai s’étaient transformé en une sorte de plateforme pour résister aux pressions américaines. A l’évidence, les analystes américains n’ont pas entendu, ou n’ont pas voulu entendre, les discours répétés des dirigeants et ministres des BRICS, qui ont plus d’une fois déclaré que leurs efforts n’étaient dirigés contre aucun Etat ou puissance tout simplement parce leurs ordres du jour étaient clairement énoncés. De même, le Groupe de Shanghai a été créé pour résoudre des problèmes de sécurité régionale dans l’espace eurasiatique, pour réguler la production d’énergie et pour établir des corridors de communications.


Mais il est tout aussi évident que ces deux structures apporteront, le cas échéant, une réponse appropriée à toutes les tentatives de miner les assises de la souveraineté de leurs Etats et d’immixtion dans leurs affaires intérieures. Lors de ces sommets, les Russes et les Chinois ont pris le temps de se consacrer à un sujet important, celui de préserver la justice historique et de répondre immédiatement à toutes les tentatives de réécrire l’histoire et de justifier des phénomènes comme le fascisme ou le nazisme.

brics-summit-in-ufa-russia-on-july-09-2015.jpg


Le sommet du Groupe de Shanghai a eu lieu immédiatement après les réunions des BRICS à Oufa et a été marqué par la prise de décisions importantes. Pour la première fois depuis l’existence de ce Groupe, les participants ont reçu de nouveaux membres, l’Inde et le Pakistan. En plus, les participants se sont mis d’accord pour élever au statut de pays observateur la République de Belarus. Sont désormais partenaires dans le dialogue entre membres : l’Azerbaïdjan, l’Arménie, le Cambodge et le Népal. Lors d’une conférence de presse à Oufa, un journaliste occidental a soulevé une question cruciale : celle des problèmes graves subsistant entre l’Inde et le Pakistan ; et comment ces deux Etats envisagent-ils leur future coopération, si différends et conflictualités potentielles demeuraient inchangés ? Ce qu’il faut comprendre, c’est que le Groupe de Shanghai travaille d’une manière complètement différente de l’Occident qui adhère aux thèses de l’école dite « réaliste » avec son équilibre de la terreur, sa pratique de la confrontation, sa propension à créer des conflits d’intérêts, etc. Le Groupe de Shanghai, lui, cherche à promouvoir une méthode entièrement différente et nouvelle en matière de sécurité collective ; il vise à respecter les intérêts et les souverainetés existantes de tous les Etats membres de l’organisation. Cette attitude intellectuelle et morale, hissée aux dimensions « polycontinentales » des BRICS, permettra de normaliser les conflits les plus ancrés dans les réalités régionales, comme par exemple celui qui oppose l’Arménie à l’Azerbaïdjan.


Encore plus important : l’adhésion de l’Inde et du Pakistan transforme le Groupe de Shanghai une alliance informelle de quatre puissances disposant de l’arme atomique. Le Président de l’Ouzbékistan, Islam Karimov, a précisé que cette nouvelle donne pourrait modifier l’équilibre des forces dans le monde. Autre thématique de toute première importance : l’adhésion future de la République Islamique d’Iran. Téhéran subit les sanctions des Nations Unies : il est donc impossible de faire adhérer la RII dans ces conditions. Mais comme l’a dit le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, l’Iran a marqué des points dans les négociations avec six pays et l’on peut espérer, suite à ces progrès, que les problèmes seront résolus à court terme, à condition, bien sûr, que l’Occident ne tente pas de revoir le cadre des accords acquis, comme il l’a fait maintes fois auparavant.


Lors du sommet du Groupe de Shanghai, les participants se sont mis d’accord pour coopérer au sein d’un programme de lutte contre les terrorismes et les séparatismes pour la période 2016-2018. Il vaut la peine de noter que la Russie assumera la direction du Comité Exécutif du Groupe de Shanghai pendant cette période. La convention du Groupe de Shanghai, visant à lutter contre les terrorismes, a commencé à être activée, de même que le « Centre de riposte contre les menaces et les défis à la sécurité », sur base des décisions prises antérieurement au sein du RATS (= « Regional Anti-Terrorist Structure »). L’organisation terroriste qui se nomme « Etat islamiste » y a été considérée comme une menace sérieuse et tous les membres du Groupe de Shanghai ont réitéré leur intention de la combattre, ainsi que d’autres groupements extrémistes internationaux.


La stratégie de développement du Groupe de Shanghai, planifiée jusqu’en 2025, a été acceptée sous la dénomination de « Déclaration d’Oufa ». Cette stratégie prévoit que le Groupe de Shanghai travaillera à établir « un système de relations internationales polycentrique et démocratique », faisant référence aux assises d’un espace sécurisé indivisible. Il sera important, dans cette optique, de respecter l’identité et les principes structurants des Etats membres du Groupe et de leurs peuples, dans le cadre historique qui est le leur.


Dans son discours consacré aux résultats obtenus lors des deux sommets, le Président Vladimir Poutine a montré que les efforts fournis tendaient « à faire émerger une banque de développement du Groupe de Shanghai, doublé d’un Fonds de Développement. Cette idée de créer des institutions sur base de l’association interbancaire du « Centre International du Projet de Financement » du Groupe de Shanghai, est prometteuse. Le dirigeant russe a lancé un appel pour utiliser de manière plus dynamique les possibilités offertes par le Groupe de Shanghai aux Etats BRICS.


Mis à part le tandem BRICS/Groupe de Shanghai, nous verrons de nombreux projets régionaux se joindre tout naturellement aux projets. Les dirigeants russes et chinois ont déclaré qu’ils étaient prêts à œuvrer en étroite collaboration pour mettre définitivement en place deux grands projets d’intégration, l’Union Economique Eurasiatique et le Projet Economique de la Route de la Soie. Il faut ajouter à tout cela la relation triangulaire qui s’est créée entre la Russie, la Chine et la Mongolie. Dans les coulisses du sommet des BRICS, les dirigeants de ces trois pays ont trouvé un accord pour intensifier leurs coopérations à plusieurs niveaux : création de projets infrastructurels, activités culturelles communes, échanges d’informations. Le Président du gouvernement chinois, Xi Jinping, a eu une formule heureuse : « Il est nécessaire de former une communauté liée par un destin mutuel et de promouvoir la multipolarité ».


Les BRICS coordonneront la défense de leurs positions au sein du G20. Cette dernière plateforme, ils l’utiliseront pour parfaire divers projets propres à leurs Etats. Le sommet du G20 aura lieu en novembre 2015 en Turquie. Ils poursuivront leurs pourparlers afin de préparer la banque commune et les autres objectifs décidés dans la Déclaration d’Oufa.


Tout cela signifie automatiquement que toute tentative de manipulation extérieure, même sous des prétextes apparemment plausibles seront voués à l’échec (par exemple, les Etats-Unis tentent de faire triompher leur propre projet de « Route de la Soie »). Le monde, avec l’aide des BRICS et du Groupe de Shanghai sera plus sûr et plus harmonieux.


Leonid Savin.
(article paru sur http://www.katehon.com – repris en versions anglaises et espagnole sur http://euro-synergies.hautetfort.com , le 5 septembre 2015.