Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 05 octobre 2021

Le sens de la musique

depositphotos_68727049-stock-photo-blond-female-violinist-in-black.jpg

Le sens de la musique

Pavel Vladimirovitch Toulaev

(discours à l'occasion du 50ème anniversaire de Pavel Vladimirovitch Toulaev)

Ex: https://ateney.ru/old/bol/bg024.htm

Qu'est-ce que la musique ? D'où vient-elle et à quoi sert-elle ? Pourquoi tous les gens écoutent-ils de la musique, la chantent-ils, sautent-ils sur ses différents rythmes ?

Tout au long de l'histoire de l'humanité, tant d'instruments de musique ont été créés, tant de compositions mélodiques (et moins mélodiques) ont été écrites, qu'aucun jury ne serait capable d'apprécier toute cette richesse.

La majorité des gens, bien sûr, n'ont pas approfondi ces questions sérieuses. Ils continuent à écouter diverses émissions musicales à la radio et à la télévision, à assister à des concerts et à des pièces de théâtre, à passer leurs nuits dans divers clubs de danse, à acheter divers CDs, à se disputer au sujet de leurs artistes préférés, etc. Tout cela se fait aussi naturellement que de manger ou de respirer. Quant à la musique, elle répond à un besoin large et universel, elle est elle-même nécessaire en tant que telle, et les théories sur ses causes et ses formes sont l'œuvre de spécialistes.

Les musiciens professionnels, en particulier les compositeurs et les critiques, tentent bien sûr de répondre aux questions posées ci-dessus, bien que leur formulation succincte ne soit pas si simple.

Voici, par exemple, la définition de Sergei Vasilievich Rachmaninoff : "La musique, c'est l'amour. La sœur de la musique est la poésie, et sa mère est le chagrin".

Rachmaninov, qui vivait à la limite entre le XIXe et le XXe siècle, n'a pas été le premier à lier la musique à l'amour. Et en fait, la musique génère non seulement de la peine mais aussi une joie éclairée, et ce à un degré considérablement plus élevé. Friedrich Nietzsche, dépassant l'éthique chrétienne fondée sur le culte de l'ascèse et de la souffrance, a réfléchi sur les principes dionysiaque et apollinien dans l'art. L'exubérance des forces vitales et le sens du beau, voilà les véritables sources de la musique, selon le fondateur de la "science joyeuse". (Sur le continent américain, d'ailleurs, toutes les formes culturelles avaient été développées plusieurs millénaires avant l'arrivée des Européens sur place).

La philosophie de la musique existe dans le monde antique au moins depuis l'époque du grand Pythagore, qui a développé la doctrine de l'harmonie des sphères.

À notre époque, la conception philosophique la plus précise du sujet qui nous intéresse est présentée par Alexei Fyodorovich Lossev++ (1893-1988), éminent théoricien et historien des doctrines esthétiques, membre actuel de l'Académie d'État des sciences de l'art et professeur au Conservatoire de Moscou. (Alexei Fyodorovich Lossev (1893-1988) - l'un des grands philosophes du XXe siècle. Ses ouvrages les plus célèbres sont : "Le cosmos antique et la science moderne", "La dialectique des formes d'art", "La dialectique des nombres chez Plotin", etc. Les écrits philosophiques d'Alexei Lossev contiennent des critiques du marxisme et du communisme et font l'objet d'attaques sévères (par exemple, le rapport de Kaganovitch L. M. au XVème congrès du parti bolchevique). En 1930, il a été arrêté et emprisonné dans un camp de travail. De ce camp, Losev est revenu gravement malade en 1933. Son Histoire de l'esthétique antique en huit volumes, une profonde étude historico-philosophique et culturelle des traditions spirituelles de l'Antiquité, occupe une place particulière dans l'héritage créatif du philosophe russe (Anton Rachev).

indlossevex.jpg

Il développe les résultats de son étude fondamentale "La musique comme objet de la logique" ("Music as an Object of Logic") dans des essais spéciaux, où il donne des formulations sommaires et des caractéristiques du phénomène musical en tant que tel. L'existence musicale - selon le philosophe russe - n'est pas directement descriptible et racontable; elle exprime plutôt certaines profondeurs dologiques du monde.

Ce que l'homme ressent en musique de manière immédiate, intuitive, n'a qu'un lointain rapport avec sa physiologie, sa psychologie et même sa logique. Lorsque sa conscience et son subconscient sont plongés dans les vagues du ravissement esthétique, la joie et la souffrance, les pensées et les souvenirs, s'animent en même temps dans son âme, les échos des sentiments exultent, les étincelles de la raison s'allument.

41Ggucn4PgL._SX351_BO1,204,203,200_.jpg

e423e2a4c76e8f39f5cd422404f0c8da.jpg

"La musique - écrit Lossev - est un rire sans fondement, une joie souffrante, un Dieu en deuil". Une définition aussi nettement provocante peut sembler erronée aux académiciens formalistes de la vieille école, mais elle exprime en fait l'essence dialectique de la musique. A son fondement, comme au fondement de l'Etre-Non-être lui-même, se trouve la contradiction donnée comme organisme. La structure formelle de l'œuvre musicale, sa description au moyen de notes et d'autres signes spécifiques, est secondaire par rapport à la mélasse primordiale qui surgit dans les profondeurs du chaos, les secrets de l'âme et le miroir du subconscient.

woman-harp.jpg

Le monde qui nous entoure a lui-même une structure mathématiquement fondée, harmonieuse, on pourrait dire musicale : ce sont les sept notes classiques et les douze demi-tons, et plus encore dans la musique indienne. Dans le déroulement fantaisiste des mélodies et des rythmes, le souffle du cosmos divin se fait entendre dans diverses tonalités.

La musique, comme les lois de la nature, n'est pas créée par l'homme mais peut être découverte par lui. Elle existe en dehors de l'individu. C'est un moyen précis d'exprimer l'information et il est équivalent à l'arsenal mathématique. Ce sont des chiffres, des formules, des pirouettes logiques. L'information sonore et ondulatoire n'a pas seulement un caractère anthropologique. Les oiseaux du ciel chantent, remplissant la forêt de leurs trilles artistiques, bien avant l'apparition de l'homme.

L'organisme de l'homme qui chante, avec son âme, son esprit et son cœur, constitue également une sorte d'instrument de musique. La physiologie de cette propriété est bien connue des chanteurs professionnels qui "accordent leur voix" et qui apprennent à chanter "non pas avec la gorge, mais avec la poitrine, avec le ventre, avec le diaphragme". Dans l'âme de l'homme, une rencontre dramatique a lieu entre le monde intérieur et le monde extérieur. C'est de là que proviennent des expressions telles que "tirer les ficelles de l'âme" et "jouer sur les nerfs".

Saraswati.jpg

La majorité des gens ne sont capables de percevoir et de reproduire que des mélodies et des rythmes primitifs, et seuls quelques musiciens, surtout les génies doués et correctement formés, perçoivent la symphonie complexe des sons - tout un festin d'harmonies et de timbres sur une variété d'instruments.

"Chaque chien a une ouïe absolue", Anatoly Ivanovich Poletaev (Prof. Anatoly Ivanovich Poletaev est un célèbre compositeur russe, chef d'orchestre de l'Orchestre académique d'État russe Boyan. En son honneur et à l'occasion de son 70ème anniversaire, Pavel Toulaev a publié la composition Russian Concerto d'Anatoly Poletayev. Bessedy o muzyke i kultura", Moscou, 2007 - Anton Rachev ; http://tulaev.ru/html.php?49).

Les chiens hurlent parfois lorsqu'une mélodie agréable est jouée, mais ces créatures à quatre pattes n'entrent pas dans la salle de concert comme des individus spirituellement développés pour devenir plus propres et meilleurs. Car pour le véritable mélomane, le monde de l'art classique est comme un temple où l'on entre en communion avec le monde spirituel de la musique.

e9aefa3ed61fdfcf00d2ad8133051f68.jpg

Selon la définition de Poletaev, la musique est un vol de l'âme, un état particulier de l'homme dans les domaines spirituels. Les sons, par eux-mêmes, même s'ils sont disposés dans un ordre harmonieux, ne peuvent être considérés comme de la musique, tout comme une rime formelle ne peut être considérée comme de la poésie. La vie est pleine de manifestations musicales de moyenne et petite envergure, mais ce n'est pas encore du grand art. La vraie musique doit être belle, sublime, harmonieuse. La musique avec une majuscule est toujours en harmonie avec les lois de la beauté, du bien et de l'amour, quel que soit le genre dans lequel elle se manifeste : qu'il s'agisse de romance, d'opéra, de chorale ou même de jazz.

En outre, il existe une musique rituelle pour les différentes occasions de la vie. Il y a des chansons pour la table, par exemple, lors des anniversaires ; il y a de la musique pour les funérailles ; il y a de la musique en période de labeur, de campagne militaire, de loisirs, de voyage, etc. Les accompagnements musicaux sont nombreux et variés dans la vie de l'homme. Parmi ceux-ci, le concert occupe une place particulière. Lorsque nous achetons des billets pour le Philharmonique ou une autre salle de concert, nous y allons non pas pour danser, disons, ni même pour une simple récréation, mais pour quelque chose de plus élevé, pour une catharsis, une purification, pour devenir meilleur, plus intelligent, plus courageux. Bien sûr, un concert peut inclure des éléments de danse ou des marches solennelles, mais en même temps, la salle de concert n'est pas un carré, une place ou une piste de danse. Il s'agit de musique dramatique, de l'âme et de l'esprit de l'homme, pas de ses pieds et de ses mains.

c74a29882a2259282a6578796bfdbd6d.jpg

Tous les hommes sont, de par leur naissance, dotés de diverses émotions animales: joie, tristesse, passion sexuelle, jalousie, peur, désespoir. Tous sont capables de rire ou de pleurer. Pourtant, rares sont ceux qui s'élèvent à la hauteur d'une personnalité spirituellement développée. Et c'est la musique qui aide les gens à atteindre ces mondes brillants, ces hauteurs célestes. Rien n'est plus édifiant spirituellement que les fêtes orchestrales. Selon M. Poletaev, même une chorale d'église ne possède pas un pouvoir spirituel aussi élevé qu'un orchestre symphonique.

L'art, l'artisanat et même la virtuosité - ce n'est toujours pas la vraie musique. L'art en tant que tel n'est qu'un degré supérieur de l'artisanat, des habitudes professionnelles établies. Tout art ne mérite pas d'être loué, soutenu et célébré. Ce n'est pas sans raison que l'on parle d'un art diabolique, d'un don et d'une technique d'exécution diabolique.

L'erreur de nombreux professionnels: compositeurs, interprètes, réalisateurs, qui sont dotés par la nature de nombreux talents, selon Poletaev, consiste dans le fait que ces personnes orientent leurs capacités multiformes vers l'acquisition de leur propre gloire et de biens terrestres. Ils vivent dans le péché, transgressent les interdits religieux et, à la fin, commencent à servir non pas Dieu mais son antipode, le diable. Ces musiciens accordent trop d'attention à la qualité de l'exécution et à la forme extérieure en général, mais ils ne veulent pas comprendre que la qualité doit avoir, avant tout, une substance. Tout contenu peut être positif ou négatif, esthétique ou laid.

A-boy-playing-a-balalaika..jpg

La beauté est la mesure de l'harmonie et de l'esthétique. En même temps, nous ne parlons pas ici d'une beauté éblouissante ou d'un aspect spectaculaire. À côté de la beauté du corps et des choses qui nous entourent, il y a aussi la beauté spirituelle, la puissance de l'exploit, de l'esprit, de la compassion. La souffrance - comme l'ascèse, comme l'exploit en vue de quelque chose de plus élevé - n'est pas une fin en soi. Le but ultime est la plénitude de la perfection, l'harmonie dieu-homme où la spiritualité et la corporalité se rejoignent dans une union merveilleuse.

Si la vie elle-même, le monde qui nous entoure, est un chaos en soi, partiellement maîtrisable par l'homme, alors la musique est une tentative d'harmonisation esthétique avec l'élément naturel. Il illumine et purifie notre âme, éveille l'esprit et réchauffe le cœur, confère la joie, l'amour et la santé, renforce les pouvoirs de l'esprit et de la volonté, donne une force supplémentaire pour le labeur, la lutte et l'exploit martial. Comme la reine des cygnes du conte de fées, la musique annonce une métamorphose à venir - le miracle de la transformation corporelle. Comme tout art humain, l'esthétique musicale n'est, en définitive, que le symbole d'une création d'ordre supérieur, c'est-à-dire d'une théurgie divine. "La transformation radicale du chaos du monde annoncée par la musique pure - affirme le philosophe russe Lossev - est une voie, non pas artistique, mais divino-humaine, et sa signification nous annonce la fin des temps." Ce miracle de transformation corporelle et spirituelle ne vient pas de lui-même et quelque part dans les royaumes intouchables, mais ici et maintenant avec notre participation consciente et active. Dans ce processus divino-humain d'ascension, que certains confondent souvent avec le progrès technique, nous sommes des collaborateurs, des co-créateurs. Nous ne sommes pas encore des dieux, mais nous nous efforçons d'être semblables à des dieux, dans leur beauté, leur perfection et leur liberté.

Lorsque j'ai parlé à Anatoly Ivanovich, je lui ai souvent fait remarquer qu'il semblait plus intéressé par le côté spirituel et moral de la créativité que par la musique elle-même. Parfois, il se laissait tellement emporter par sa prédication qu'il oubliait même la question qui lui était posée et s'éloignait du sujet.

C'est le cas, par exemple, lorsque Poletaev, dans ses réflexions, a abordé le sujet de la Justice artistique. En musique, comme dans la vie, le maestro appréciait la Justice plus que tout. Et même si l'on dit que chacun a sa propre droiture, dans son essence, la droiture est la conscience, l'honnêteté, le désir de faire le bien et de ne pas faire le mal. Ce n'est pas par hasard qu'un homme qui fait le mal cache ses intentions. Le péché, y compris le péché musical, selon l'enseignement chrétien, n'est pas une erreur, mais une dissimulation de la droiture, une action consciente du mal.

70535b1d7e9696c551eee70208082911.jpg

Une telle interprétation de la musique semble être le reflet, la manifestation d'un trait caractéristique de la pensée religieuse russe - l'éthique. Il ne s'agit pas d'une tradition primordiale issue de la vision organique et naturelle du monde, mais d'un dérivé de l'attrait de la raison pour les enseignements moraux et les sermons. Il y a quelque chose d'évangélique, de protestant dans sa nature; une vision du monde qui découle du dogmatisme biblique et du dualisme chrétien.

Tout de même, ce qui n'est pas de Dieu est du diable. On se demande alors, de quel Dieu et dans quel sens ? Pour les chrétiens conséquents, l'arbre de la connaissance lui-même est une tentation constante. Pour l'Église chrétienne, la vie elle-même est pleine du péché originel, et doit donc être surmontée. Ce n'est pas un hasard si, au Moyen Âge, les instruments de musique populaires, ces compagnons inséparables des fêtes, des mariages et des jeux de jeunesse, ont été brûlés comme étant "diaboliques" sur ordre des autorités ecclésiastiques.

Étant à l'origine, par sa formation et sa spécialisation, un représentant du mouvement folklorique dans la musique, Poletaev a traité le folklore dans l'art comme Belinsky. Pour lui, le folk est ce qui est dans l'intérêt du peuple. Dans l'intérêt du peuple, selon le maestro, ce ne sont pas seulement des paysans ou des représentants de la classe ouvrière qui créent, comme l'enseignent les dogmatiques du marxisme-léninisme, mais aussi des aristocrates comme Glinka, Moussorgski, Tchaïkovski, les meilleurs représentants de la culture allemande - comme Bach et Beethoven.

B9719700494Z.1_20190523184514_000+GUBDMIEFU.1-0.jpg

Une telle compréhension exagérée et élargie de la nation en tant que catégorie esthétique soulève de nombreuses questions et un désir d'argumenter. Il est difficile d'adhérer à l'idée que Bach et Tchaïkovski ont créé pour le peuple. Si la Messe d'église en si mineur ou le ballet Schelkunchik plaisent aux gens, améliorent leur humeur et leur esprit, cela ne signifie pas que les auteurs de ces œuvres sont des compositeurs populaires. Il est plus approprié de parler ici d'une attirance des personnes vraiment brillantes pour le spirituel et le beau en général. Dans ce sens - les mathématiques, la géométrie et l'architecture classique sont toutes complètement "folkloriques", alors on pourrait dire qu'elles servent aussi les intérêts du peuple.

L'éminent critique musical Alexandre Nikolaïevitch Serov, dont les ouvrages collectifs ont été publiés dans les dernières années du pouvoir soviétique, a proposé que les études professionnelles séparent les notions de "folk" et de "simple folk". Le simple folk est le primordial, l'archétype, qui est traditionnellement vivant dans les milieux ruraux et ouvriers : chants rituels, folklore, musique amateur. Elle peut être belle, émouvante, inspirante, interprétée de façon magistrale, mais elle ne s'élève jamais au niveau des symphonies géniales de Beethoven ou du mystère de la musique légère de Scriabine. La musique folklorique, au sens large et supérieur du terme, peut inclure les œuvres de compositeurs professionnels qui sont consciemment écrites sur les motifs des ethnomélodies ou des sujets historiques de la vie de l'une ou l'autre nation.

volksmusik.jpg

Le nationalisme idéologique des XIXe et XXe siècles a fourni de nombreux exemples de drames musicaux, d'opéras et de ballets véritablement folkloriques et patriotiques, tels que Ruslan et Ludmila de Glinka, Khovanshchina de Moussorgsky ou Snegurochka de Rimsky-Korsakov. Ici, les éléments de la culture populaire simple (mélodies, chansons, rythmes), organiquement incorporés dans une composition d'auteur beaucoup plus complexe, sont subordonnés à une conception commune qui élève la "nation" à un niveau spirituel et culturel beaucoup plus élevé.

De tout temps, la musique a été considérée non seulement comme le moyen le plus important d'éducation personnelle, mais aussi comme l'une des formes de lutte : culturelle, religieuse, idéologique. C'est une arme spirituelle et esthétique puissante. Même Confucius disait qu'avec l'aide d'une musique appropriée, même l'État pouvait être gouverné. Et dans la Grèce antique, des sanctions sévères étaient appliquées pour avoir enfreint les canons de l'éducation musicale, car cela était considéré comme une atteinte aux fondements sacrés, à la tradition, à l'ordre établi par l'État.

La musique est une arme puissante largement utilisée aujourd'hui par nos adversaires. En poussant des ignorants au pouvoir, ils instillent dans leurs têtes et leurs âmes des schémas pseudo-culturels, de fausses connaissances, une idéologie hostile. Ils remplacent la véritable élite par une pseudo-élite, transformant ses sujets en bio-robots, en zombies.

Aujourd'hui, les images typiques de personnes programmées et zombifiées prédominent devant nous, sur les écrans de télévision et sur Internet. Dans la lutte pour le pouvoir, pour l'argent, pour les biens matériels, ils sont capables de déployer des talents multiples. Mais lorsque ces bureaucrates corrompus et criminels se voient confier un pouvoir d'une sorte ou d'une autre, c'est soit par ignorance, soit par trahison réelle d'objectifs nobles et supérieurs qu'ils utilisent leur fonction à leur profit et à celui de nos ennemis.

hqdefauvmlt.jpg

De nombreux apparatchiks du ministère de la culture, des travailleurs des médias, toutes sortes d'artistes et de musiciens là-bas, ne connaissent pas et n'aiment pas la Russie. Ils inculquent délibérément le mode de pensée occidental, étranger à notre niveau de vie. Il s'agit d'une tâche globale, qui conduit à la cosmopolitisation de la culture dans le monde entier. Les porteurs d'une conscience décadente, les personnes qui cherchent à transformer la Russie en une société américanisée - ces sujets ne comprennent pas que rien de bon ne peut en résulter. Toutes leurs actions conduisent finalement à la destruction des traditions nationales et à l'avilissement du peuple.

Dans ces conditions dramatiques, on pourrait dire catastrophiques, notre tâche est d'éclairer, d'éduquer, de former les personnes qui, malgré tout, ne sont pas empoisonnées par la propagande ennemie. Nous devons aider les jeunes à résister à l'assaut insolent et cynique de la pseudo-culture, de la pseudo-musique, de la publicité pour les drogues, de toute cette dissipation et de cette licence. Des forces robustes, malgré les défaites, sont en place. Ils sont beaucoup moins nombreux qu'il y a dix ans, cinquante ans, cent ans, mais en même temps il y a des gens honnêtes dont l'âme bouillonne d'une juste colère contre l'expansion décadente. Même les héros ont disparu de Russie, même les hommes riches prêts à résister à cette hydre à plusieurs têtes de nos ennemis ouverts et secrets. A la dégradation de la culture, à la dégénérescence et à la déchéance spirituelle, nous sommes obligés d'opposer une atmosphère qualitativement différente, un cadre de vie dans lequel l'homme russe peut révéler ses potentialités - spirituelles et intellectuelles. Dans le cercle des personnes saines, fortes et intelligentes que nous avons élevées, nous élirons les dirigeants actuels et futurs de la Russie, des guerriers de l'esprit, dévoués à la patrie et aux idéaux supérieurs. C'est pour cela que nous avons besoin de la Grande Musique !

Pavel Vladimirovitch Toulaev

   Traduit du russe,
   Ruse, Bulgarie, août 2009

 

19:35 Publié dans Musique, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pavel toulaev, pavel tulaev, musique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire