Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 21 octobre 2021

L'artifice de la pandémie pour les banques centrales

Hausse-taux-d-interet-641x400-1.jpg

L'artifice de la pandémie pour les banques centrales

Markku Siira

Ex: https://markkusiira.com/

Pour le professeur Fabio Vighi, la crise de la pandémie n'est au fond qu'un symptôme du capitalisme financier déréglé. Plus largement, c'est le symptôme d'un monde qui n'est plus capable de croître en générant du profit à partir du travail humain et qui s'appuie donc sur la "logique compensatoire du dopage monétaire constant".

"Alors que la contraction structurelle de l'économie basée sur le travail gonfle le secteur financier, l'instabilité de ce dernier ne peut être contenue que par les urgences mondiales, la propagande de masse et la tyrannie de la biosécurité", conclut le chercheur italien.

Pour survivre par ses propres moyens, la cabale des banques centrales est prête à "sacrifier la liberté humaine et à adopter un système soutenu par la science et la technologie des entreprises, la propagande des médias et les histoires de catastrophes, accompagné d'un philanthro-capitalisme pseudo-humanitaire des plus dégoûtants".

L'introduction des passeports numériques de santé (qui, il y a seulement un an, était qualifiée de "théorie du complot" par les réchauffistes) marque un tournant décisif. Ce "marquage" est crucial si l'élite veut persuader les gens d'accepter la structure de pouvoir de plus en plus centralisée qui est présentée comme une condition préalable à la libération des restrictions imposées lors de la pandémie.

Après l'introduction de la carte d'identité numérique, l'oppression des citoyens - le principe "l'ébouillantement lent de la grenouille" - se poursuivra de manière régulière et progressive. Les plafonds de taux d'intérêt actuels sont conçus pour conditionner les masses à utiliser des portefeuilles électroniques pour contrôler non seulement l'accès aux services publics, mais aussi les dépenses des citoyens.

Le système financier mondial est une gigantesque arnaque de Ponzi: Vighi enterre les jeux du monde financier. Si ceux qui la dirigent devaient perdre le contrôle de la création de liquidités, une explosion s'ensuivrait, détruisant l'ensemble du tissu socio-économique sous-jacent. Dans le même temps, une récession écrasante priverait les politiciens des derniers vestiges de crédibilité.

Par conséquent, le seul plan viable pour l'élite semble être un effondrement économique contrôlé. Il s'agit notamment de l'affaiblissement des chaînes d'approvisionnement, qui entraînera une "pénurie de tout", et de la création d'une infrastructure numérique pour un coup d'État technocratique.

L'analyste financier Mauro Bottarelli a résumé la logique d'une économie pandémique comme suit : "Une urgence sanitaire semi-permanente vaut mieux qu'un effondrement brutal du marché, par rapport auquel le souvenir de 2008 [la crise financière] est comme une promenade tranquille dans le parc".

La fausse pandémie est donc un outil de sauvetage, essentiellement un "événement de politique monétaire conçu pour prolonger la vie d'un mode de production moribond et axé sur la finance". Avec l'aide du virus, le capitalisme cherche à se renouveler en invoquant la menace globale, mais au détriment de la vie quotidienne, du niveau de vie et de la santé (mentale) de la population.

Si et quand la bulle des taux d'intérêt éclatera enfin, que fera l'élite ? En termes plus clairs, quel nouveau spectacle les sauvera, sans que les masses humiliées ne montent aux barricades dans des conditions révolutionnaires ?

Vighi spécule sur les options : "Aliens ? Une cyber-attaque sur le système bancaire ? Un tsunami dans l'Atlantique ? Des jeux de guerre en Asie du Sud-Est ? Une nouvelle guerre contre le terrorisme ?" L'arsenal des mondialistes ne manque pas de choix, sans parler de la manipulation des masses par les médias.

Peut-on éviter une récession dévastatrice ? La réponse politique d'aujourd'hui semble s'inspirer de la sagesse séculaire selon laquelle "les situations extrêmes appellent des mesures extrêmes". Pour Vighi, cela signifie qu'"aucun crime contre l'humanité ne peut être exclu en s'obstinant à nier l'effondrement du système".

En réduisant au silence le débat public sur le sujet par la censure et l'intimidation, nous sommes conduits "vers une dystopie biotechnologique et capitaliste, dont la nature infernale sera probablement pleinement révélée lors de la prochaine crise mondiale".

L'actuelle "ségrégation de la population sur la base du statut vaccinal" est, selon M. Vighi, "une réalisation typique mais révolutionnaire des régimes totalitaires de notre époque". Si la résistance est vaincue, une carte d'identité numérique obligatoire sera introduite pour enregistrer la "vertu" du comportement des citoyens et réglementer leur participation à la société. Le coronavirus était le cheval de Troie idéal pour cette percée.

L'Alliance ID2020, soutenue par des géants tels qu'Accenture, Microsoft, la Fondation Rockefeller, MasterCard, IBM, Facebook et l'omniprésente "alliance pour les vaccins" Gavi de Bill Gates, prévoit depuis longtemps un système d'identification numérique basé sur la technologie blockchain.

L'argent numérique, lié à l'identité numérique, pose les bases d'un néo-féodalisme qui s'étendra d'abord aux chômeurs demandeurs d'emploi et éventuellement à la majorité des gens. Lorsque Larry Fink, PDG du géant de l'investissement BlackRock, déclare que "les marchés préfèrent les gouvernements totalitaires aux démocraties", il est peut-être préférable de le croire.

Les monnaies numériques permettraient aux gouverneurs des banques centrales non seulement de surveiller chaque transfert d'argent, mais aussi de bloquer l'accès à l'argent ou son utilisation pour toute raison jugée légitime. Le projet de numérisation de la vie comprendrait également un "passeport internet" qui, après des contrôles réguliers, exclurait les contenus inappropriés du web. Les interdictions de médias sociaux et les suppressions de comptes sont déjà un avant-goût des choses à venir.

Si les scores de crédit social tombent en dessous d'un certain niveau, la recherche d'un emploi, les voyages ou l'obtention d'un prêt dépendront de la volonté de la personne de participer à des "programmes de réhabilitation". On peut supposer qu'un "marché noir" des exclus de la société ne tarderait pas à apparaître (de faux certificats de vaccination sont déjà vendus en ligne).

Il semble donc bien que nous soyons entrés dans le "biofascisme" sous la direction des banquiers centraux. La pierre angulaire du fascisme historique était l'industrie contrôlée par l'État, qui restait néanmoins aux mains de particuliers. M. Vighi trouve "assez étonnant que, malgré les preuves accablantes de l'existence de portes tournantes systématiques entre les secteurs public et privé, la plupart des intellectuels n'aient pas encore compris que c'est la direction que nous prenons".

L'écrivain et réalisateur italien Ennio Flaiano a dit un jour que le mouvement fasciste était composé de deux groupes : les fascistes et les antifascistes. "Aujourd'hui, alors que la plupart de ceux qui se disent antifascistes soutiennent tacitement ou avec enthousiasme le virage autoritaire dicté par la médecine, ce paradoxe est plus pertinent que jamais", observe Vighi.

L'élite économique et ses sbires politiques ont également détourné la "science", que les citoyens effrayés sont "invités à suivre". La "science" déformée par l'élite est donc un obstacle à la prise de conscience de l'effondrement de l'ancien monde. La vraie science, qui continue d'opérer derrière un épais voile de censure, n'imposerait jamais des mandats dictatoriaux tels que ceux en vigueur aujourd'hui dans les pays qui se disent "démocratiques".

La foi aveugle dans la "science du corona" révèle donc un désir désespéré de s'accrocher au pouvoir capitaliste, même dans sa variante autoritaire. Même si l'ancien système a cessé de fonctionner, "l'illusion du corona permet au capitalisme de suspendre une fois de plus toute enquête sérieuse sur sa maladie structurelle et sur la transformation en cours".

Cette "dictature douce" est déjà monnaie courante. Ce qu'il faut, c'est une prise de conscience autocritique, une désobéissance civile courageuse et un réveil collectif, mais cela ne semble pas se produire à une échelle suffisante. Le jeu de rôle mondial de la crise pandémique, avec ses blocages et ses ouvertures sociales, va se poursuivre. Les maîtres chanteurs de l'urgence seront-ils un jour tenus responsables de leurs actes?

19:07 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, économie, finances | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire