Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 21 octobre 2021

Trois commentaires (amers) sur les dernières élections italiennes

EMDCD.jpg

Trois commentaires (amers) sur les dernières élections italiennes

La défaite du centre-droit en Italie: personne ne démissionne et personn ne change les équipes d'incompétents

Augusto Grandi

SOURCE : https://electomagazine.it/la-disfatta-del-centrodestra-ma-nessuno-si-dimette-e-nessuno-cambia-squadre-di-incapaci/

Pendant la campagne électorale, lorsque Electomagazine a prédit une défaite générale du centre-droit dans les cinq premières villes (Rome, Milan, Naples, Turin et Bologne), un lecteur a protesté, affirmant que les comptes ne sont faits qu'à la fin. Nous sommes arrivés à la fin et le centre-droit a perdu dans les cinq villes. Il est difficile de faire pire, notamment parce qu'il a très mal perdu. Avec de nets écarts à Rome et Turin après avoir perdu au premier tour dans les autres villes.

Et il est très difficile de renverser la réalité en prétendant que perdre Rome mais tenir bon à Trieste signifie 1:1, que perdre Turin mais gagner à Beinasco et Carmagnola signifie un triomphe. Même à Latina, le centre-droit a réussi à perdre au scrutin après avoir eu l'illusion d'avoir gagné au premier tour.

S'il y avait des hommes politiques cohérents à la tête des partis de centre-droit, l'ensemble de la classe dirigeante aurait démissionné immédiatement. Car il ne suffit pas d'aller à la télévision et d'admettre que, oui, peut-être, les candidats choisis n'étaient pas les meilleurs. Trop commode, et même pas vrai dans certains cas. Paolo Damilano, à Turin, n'était pas un mauvais candidat. La coalition qui a échoué à présenter un projet pour la ville s'est complètement trompée.

Ce qui n'allait pas partout, c'était la stratégie consistant à viser le centre, ces modérés que Berlusconi aime mais qui n'aiment pas Berlusconi. D'autre part, cette course au centre a fait perdre les voix des banlieues. Ils ne se sentent pas représentés par les majordomes de la Confindustria, qui ne se reconnaissent pas dans une politique en faveur de ceux qui font monter les prix pour profiter de la reprise fantôme.

Trois partis, plus divers autres pièges, qui ont abandonné leurs âmes pour partir à la recherche d'un électeur qui n'existe que dans les rêves nocturnes de ceux qui en ont mangé beaucoup. Même l'âme plastifiée de Forza Italia a été mise de côté pour poursuivre le politiquement correct, la sexualité fluide, la culture du cachet, toutes les bêtises imposées par les opposants et véhiculées par les " copines " du sultan. La Ligue a renoncé au fédéralisme, Meloni a coupé les racines mais sans réfléchir à la manière de nourrir l'arbre.

Tous trois - Salvini, Meloni et Berlusconi - sont convaincus que les solistes suffisent à faire gagner leurs partis respectifs et à gouverner l'Italie. Une énorme erreur. Nous avons besoin de grands chefs d'orchestre qui savent réunir d'excellents musiciens, éventuellement les meilleurs pour chaque instrument. Mais pour y parvenir, il faut renverser tout ce qui a été fait ces dernières années. Sans culture, sans préparation, sans étude, vous n'avez pas d'excellents musiciens. Et un chef d'orchestre, aussi bon soit-il, ne transformera pas un groupe d'amis d'amis qui ne savent pas jouer et ne veulent pas apprendre en un grand orchestre.

Augusto Grandi

Sans vision, sans idéologie, sans classe dirigeante, le centre-droit se réunit pour ne rien changer

par Augusto Grandi

SOURCE : https://electomagazine.it/senza-visione-senza-ideologia-senza-classe-dirigente-il-centrodestra-si-incontra-per-non-cambiare/

Le centre-droit italien se réunit pour faire le point sur la situation. En réalité, s'il y avait une once d'honnêteté intellectuelle, cela ne prendrait que le temps d'un café. Parce que l'analyse de la défaite est extrêmement simple. Avant le vote, amis et adversaires, anciens compagnons de voyage et ceux qui aimeraient encore voyager ensemble, l'avaient déjà fait. Tous sont d'accord sur un point : la classe dirigeante des trois partis concernés est désastreuse, irrémédiablement désastreuse. Chacun des analystes pouvait avoir des visions différentes sur la direction à prendre, mais il y avait unanimité sur le bas niveau des classes dirigeantes, quelle que soit leur position politique.

Mais comme c'est cette même classe dirigeante qui fera le point sur la situation, il semble peu probable que cela conduise à un suicide collectif. Dans le meilleur des cas, mais ce sera de toute façon difficile, il sera peut-être possible d'arriver à une toute petite autocritique. Déplacer la responsabilité des défaites sur les candidats et non sur ceux qui les avaient promus. Il sera beaucoup plus difficile d'avoir le courage de remettre en question la bonté des stratégies. Et il est impossible de critiquer les idéologies, pour la simple raison qu'elles n'existent dans aucun des trois partis.

Mais ils sont tous confiants de remporter les élections en 2023. Les sondages sont rassurants, comme ils l'ont été pour ce cycle électoral. Mais les électeurs en ont eu assez d'être menés en bateau et n'ont pas voté. Récompensant, de cette manière, une gauche obtuse mais constamment obtuse. A droite, en revanche, la cohérence est inconnue.

Mais 2023, c'est loin, et il devient compliqué de continuer à esquiver pour éviter de clarifier ses positions. Il n'est pas possible de concilier les slogans de la droite sociale avec les apparitions du majordome de la Confindustria qui demande moins de financement pour les personnes en difficulté et le donne aux grandes entreprises. Il est ridicule d'insister sur la souveraineté et de refuser ensuite d'accepter le fait qu'il existe des mesures pour frapper les entreprises qui délocalisent (ce qui est très différent d'une internationalisation qui ne supprime pas d'emplois en Italie). Il est stupide de demander l'annulation du revenu de citoyenneté en l'absence d'une réelle proposition de création de nouveaux emplois décemment rémunérés.

La gauche, par une opération culturelle et idéologique, a offert à sa base une vision du monde. Discutable, dangereuse, mais appréciée par la base et qui a suscité le vote. À droite, les selfies de Salvini, les bêtises du tribunal d'Arcore sur le sexe et les restrictions à la liberté de pensée, la servilité de Lollobrigida envers les patrons, ont convaincu les anciens électeurs de rester à la maison.

Mais alors, à quoi bon faire le point sur la situation ? Berlusconi s'obstine à ne pas vouloir d'un dauphin décent, le cercle de Garbatella reste retranché dans le grand périphérique de Rome, Salvini est un leader diminué de moitié qui attend de comprendre ce que Giorgetti et Zaia veulent faire quand ils seront grands. Il n'est pas question de "vision du monde". Tout ce que nous pouvons espérer, c'est un nouveau slogan banal et perdant.

Augusto Grandi

Une droite atteinte du Syndrome de Stockholm subira sans cesse des attaques dans les prochains mois

Enrico Toselli

SOURCE : https://electomagazine.it/una-destra-con-la-sindrome-di-stoccolma-sara-sotto-attacco-anche-nei-prossimi-mesi/

La droite italienne est liée aux SS. Le dogue antifasciste peut donc être déchaînée. Avant de comprendre que SS signifie Syndrome de Stockholm. Un article paraît dans Repubblica dans lequel, tout en réaffirmant la fascisterie de Fdi, il n'incite même pas à pendre tous les électeurs de droite. Non représentable, avec un parti à dissoudre mais en évitant de les exterminer. "Comme tu es bon", aurait commenté Fantozzi. Exactement comme ils l'ont commenté à droite.

Mais c'est le même syndrome de Stockholm qui émerge lorsque, dans une élection quelconque, la droite gagne. Et ils se sentent coupables envers leurs adversaires qui, jusqu'à la veille, étaient occupés à cracher sur les nouveaux vainqueurs. Ainsi, pour éviter tout sentiment de culpabilité, les rôles fondamentaux en politique sont confiés à la gauche. Dans l'espoir de s'attirer ses faveurs, d'éviter les protestations et les controverses. Qui, au contraire, sont immédiatement déclenchées.

Quand, au contraire, c'est la gauche qui gagne, elle place tous ses loyalistes à des postes clés. Comme il se doit. Mais le syndrome de Stockholm n'est pas perdu pour la droite vaincue. Il évite ainsi toute opposition sérieuse et crédible. En réalité, il s'agit d'un alibi banal. On ne s'oppose pas, non pas par respect ou par peur de ses adversaires, mais parce que ce serait fatigant. Étudier les dossiers, parcourir les villes pour vérifier les vrais problèmes, mettre en place un dispositif de contre-information. Non, trop compliqué.

Il vaudrait mieux se contenter d'attendre une protestation citoyenne spontanée et tenter ensuite de s'en sortir. Sans même vérifier si la protestation est motivée, si elle est basée sur des faits réels.

Aujourd'hui, nous votons alors que la gauche a déjà remporté trois grandes villes au premier tour. Personne n'a remarqué une intervention pour construire une véritable opposition à Milan, Naples, Bologne. Il est vrai que la campagne électorale de la gauche a été aussi sordide et partisane qu'on puisse l'imaginer, mais l'incapacité de la droite à réagir a été embarrassante.

Et si le modèle d'agression s'avère avoir fonctionné à Rome et à Turin, il est logique qu'il soit répété dans les mois à venir. Sans que la droite ait la moindre idée de comment réagir.

Enrico Toselli

Écrire un commentaire