Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 19 novembre 2021

La communauté du renseignement américain définit ses priorités

intel-community_0.png

La communauté du renseignement américain définit ses priorités

Leonid Savin

Ex: https://www.geopolitica.ru/en/article/us-intelligence-community-sets-out-its-priorities

Le jeudi 30 septembre 2021, la commission du renseignement de la Chambre des représentants des États-Unis a approuvé le budget de l'exercice 2022 pour le renseignement et les activités liées au renseignement. Ces activités couvrent le travail du ministère de la Défense, de la CIA, du bureau du directeur du renseignement national, de la Defense Intelligence Agency, de la National Security Agency, des départements de l'armée, de la marine et de l'armée de l'air, des garde-côtes, du département d'État, du département du Trésor, du département de l'énergie, du département de la justice, du FBI, de la Drug Enforcement Administration, de la National Geospatial-Intelligence Agency, du National Reconnaissance Office et du département de la sécurité intérieure. Comme on peut le constater, on s'attend à une étroite coopération et coordination inter-agences. Avec une compréhension générale des priorités américaines en matière de renseignement, il est possible de dresser un tableau plus précis de ce que les États-Unis feront l'année prochaine: dans quelles régions ils augmenteront leur activité et sur quels domaines ils se concentreront le plus.

Le texte complet de la loi sur l'autorisation du renseignement pour l'année fiscale 2022 compte 155 pages et est disponible sur le site Web de la commission du renseignement.

Les plans de la communauté du renseignement américaine comprennent 12 grands domaines d'intervention pour lesquels des fonds seront alloués.

1. "Prise en charge des victimes d'incidents sanitaires anormaux". Le projet de loi comprend des dispositions découlant de la surveillance approfondie par le HPSCI [House Permanent Select Committee on Intelligence] de la réponse de la communauté du renseignement aux incidents de santé anormaux, qui ont touché de nombreux officiers de la CI et employés du gouvernement, leurs conjoints et leurs enfants."

Il s'agit du "syndrome de La Havane". Des responsables américains ont récemment déclaré que des employés américains avaient également eu des problèmes de santé dans d'autres pays. Officiellement, la décision a été prise afin d'améliorer et de standardiser la fourniture de soins médicaux de qualité aux fonctionnaires du gouvernement qui ont connu un incident de santé anormal. Pour la CIA en particulier, cela devrait permettre de garantir le plus haut niveau de service aux employés dans toutes les activités.

2. "Se préparer à la prochaine pandémie". Le projet de loi prend plusieurs mesures pour mettre la CI dans une position plus forte pour faire face à la prochaine pandémie. Le projet de loi renforce considérablement les pouvoirs du Centre national de lutte contre la prolifération pour qu'il puisse faire face à l'ensemble des menaces biologiques étrangères et fournir des indications et des avertissements sur les menaces biologiques émergentes. Le projet de loi comprend également un rapport évaluant la valeur de l'ajout du Bureau de la sécurité nationale du Département de la santé et des services sociaux à la Communauté du renseignement, ainsi que l'obligation de produire des rapports supplémentaires sur la position de la CI contre les menaces biologiques étrangères de toutes sortes. L'annexe classifiée comprend plusieurs dispositions sur la préparation à la pandémie et la sécurité sanitaire mondiale."

La communauté américaine du renseignement

Le président américain Joe Biden s'est adressé au personnel de la communauté du renseignement lors d'une visite au bureau du directeur du renseignement national, en Virginie, en juillet 2021.

Cela soulève un dilemme : la communauté du renseignement américaine sait-elle déjà qu'il va y avoir une nouvelle pandémie ou prend-elle simplement des mesures de précaution? À en juger par l'activité accrue des laboratoires biologiques du Pentagone dans le monde et les nouvelles données sur le coronavirus, les États-Unis pourraient bien être en train de préparer une nouvelle épidémie, d'où les nouveaux pouvoirs des autorités officielles du pays.

3. "Afghanistan - Perspectives d'avenir". Le projet de loi exige un National Intelligence Estimate ... sur les menaces et les opportunités découlant de l'Afghanistan au cours des deux prochaines années, y compris les relations entre les talibans et la Chine, l'Iran, le Pakistan et la Russie, l'approche des talibans en matière de droits de l'homme, ainsi que la sécurité et la capacité de sécuriser le transit des alliés afghans des États-Unis. Le projet de loi exige également un rapport détaillé sur notre capacité actuelle à collecter des renseignements concernant l'Afghanistan, y compris la détection et la prévention de toute menace accrue pour la patrie, et une évaluation de la façon d'améliorer nos capacités après le retrait des États-Unis."

Ce point montre que les États-Unis continueront à surveiller de près la région. Bien que les Talibans aient détruit une partie de l'infrastructure déployée par les services de renseignement américains, Washington a l'intention de rétablir une présence clandestine en Afghanistan (il existe encore quelques cellules dormantes et des agents infiltrés). Il est également intéressant de noter qu'il est question de contrôler les liens des talibans avec d'autres pays et que l'accent est mis sur certains alliés afghans, c'est-à-dire ceux qui défendent les intérêts américains dans la région.

4. "La Chine et le contre-espionnage". Le projet de loi exige que la division du contre-espionnage du FBI effectue une évaluation de la sécurité de tout produit ou service d'origine chinoise avant que le FBI ne se procure ce produit ou service. Une autre disposition prévoit un rapport sur la coopération entre la Chine et les EAU en matière de défense, de sécurité, de technologie et d'autres questions."

Il s'agit d'un problème technologique, puisque diverses entreprises chinoises soupçonnées d'espionnage se sont implantées aux États-Unis.

5. "Comprendre la suprématie blanche transnationale". Le projet de loi comprend une disposition détaillée qui comble les lacunes en matière de renseignement et permet à l'Amérique de mieux se concentrer sur les menaces extrémistes suprématistes blanches transnationales. Plus précisément, ce projet de loi améliorera la capacité des agences fédérales de renseignement à hiérarchiser les menaces extrémistes suprématistes blanches, y compris les liens avec des groupes internationaux et leurs finances. Il impose au National Counterterrorism Center - aux côtés du Federal Bureau of Investigation et du Department of Homeland Security - d'explorer et d'analyser de manière plus approfondie l'idéologie et les objectifs qui animent les groupes suprématistes blancs ayant des liens transnationaux, y compris leur direction et leur structure opérationnelle."

Assaut-au-Capitole-retour-en-images-les-evenements-de-Washington.jpg

Cette section a clairement été influencée par le parti démocrate et les mondialistes, qui ont décidé de déplacer l'attention sur la question des soi-disant "extrémistes blancs". Il est assez étrange qu'il ne soit pas fait mention du fondamentalisme islamique ou des cartels de la drogue, comme si les activités des extrémistes mentionnés représentaient une réelle menace pour la sécurité nationale des États-Unis. L'horreur causée par la prise d'assaut du Capitole américain en janvier 2021 est probablement encore bien ancrée dans l'esprit des fonctionnaires du parti démocrate. Il est plus que probable que les activités des extrémistes blancs fassent référence aux partisans de Donald Trump et du mouvement QAnon. Les théories du complot s'emparent des esprits de la communauté du renseignement américain, bien que, depuis des années, c'est exactement ce que les politiciens américains appellent des enquêtes sur l'ingérence des services de renseignement américains dans les affaires d'autres pays.

6. "Empêcher les anciens agents de renseignement de faire un mauvais usage de leurs compétences". Le projet de loi impose à certains anciens agents de renseignement, qui occupaient des postes particulièrement sensibles, de signaler tout emploi auprès d'un gouvernement étranger lié à la sécurité nationale, au renseignement ou à la sécurité intérieure. Il interdit également ce type d'emploi pendant 30 mois après avoir travaillé au sein de la CI. La disposition prévoit des sanctions pénales pour ceux qui ne la respectent pas, notamment en cas de violation du délai de réflexion, de non-déclaration d'un emploi auprès d'un gouvernement étranger ou de falsification des rapports. L'intention de la disposition est de décourager les anciens employés de la CI de fournir des services de renseignement à des adversaires ou à des pays ayant un mauvais bilan en matière de droits de l'homme."

Ce point caractérise un problème au sein de la communauté du renseignement américain, notamment les menaces d'initiés comme Edward Snowden. Le resserrement des vis au sein des agences et les nouvelles mesures restrictives feront clairement de la communauté du renseignement un lieu de travail moins attrayant pour les citoyens américains.

7. "Promouvoir les droits de l'homme". Plusieurs dispositions font progresser l'intérêt de longue date de la commission pour la protection et la promotion des droits de l'homme. Une disposition aidera le comité à comprendre comment la CI donne la priorité à l'application des sanctions relatives aux droits de l'homme prévues par la loi actuelle, telles que les sanctions globales Magnitsky et l'interdiction Khashoggi. Une autre disposition exige des rapports sur les cyber-vulnérabilités acquises par la CI et sur certains fournisseurs commerciaux étrangers de cyber-vulnérabilités dont les services peuvent être utilisés pour violer les droits de l'homme."

Il s'agit là d'un autre axe des démocrates qui se déploie à l'échelle mondiale. Auparavant, le département d'État mettait l'accent sur le thème de l'application des sanctions et de l'imposition de nouvelles sanctions. Il est clair que la question LGBT sera politisée, et que les services de renseignement américains surveilleront de plus près les représailles contre les homosexuels dans les États qui adhèrent et soutiennent les valeurs traditionnelles.

8. "Détection et surveillance des feux de forêt aux États-Unis". Le projet de loi exige que la National Geospatial Intelligence Agency dirige un examen coordonné et interagences avec le ministère de la Défense et les organisations du National Interagency Fire Center, afin d'évaluer les capacités techniques existantes et les possibilités futures de détection et de surveillance des feux de forêt. Cette mesure permet de s'assurer que le gouvernement exploite toutes les ressources possibles, dans le cadre des autorités existantes, pour fournir des informations précises et opportunes aux pompiers qui luttent contre les incendies de forêt, y compris dans l'ouest des États-Unis.

C'est probablement le seul point visant à protéger réellement les intérêts nationaux américains.

9. "La compétition entre grandes puissances dans la 'zone grise". Les États-Unis sont confrontés à de nouvelles formes de concurrence et de menaces de la part d'adversaires utilisant des tactiques qui se situent sur un spectre entre la politique ordinaire et la guerre ouverte. Le projet de loi contient une disposition rendant obligatoire un National Intelligence Estimate qui utilise les rapports classifiés de l'IC pour décrire comment les adversaires étrangers utilisent les activités de la zone grise pour faire avancer leurs intérêts et évaluer quelles réponses américaines amèneraient nos adversaires à intensifier - ou désescalader - cette activité".

27-Figure2-1.png

Nous constatons ici que l'accent est mis sur les activités des États et des acteurs non étatiques que les États-Unis jugent incompréhensibles ou inacceptables. Il s'agit notamment de la revendication par la Chine d'une partie de la mer de Chine méridionale, de la situation dans le sud-est de l'Ukraine, de la présence de la Russie en Syrie, etc. Les États-Unis entendent généralement par "zone grise" toute activité qui menace les intérêts américains de quelque manière que ce soit.

10. "Protection des employés de la CI". Une disposition vise à obtenir des informations sur les cas dans lesquels l'inspecteur général de la DIA [Defense Intelligence Agency] a étayé des allégations de représailles ou d'abus de pouvoir contre des responsables de la DIA, et sur la manière dont les décisions disciplinaires qui en ont résulté ont été prises. Cela renforce également le besoin critique d'indépendance de l'IG [inspecteur général] par rapport à la direction de l'agence. Cela a pour effet de garantir que les employés de cette agence voient leurs allégations faire l'objet d'une enquête complète et approfondie et que les hauts dirigeants et les gestionnaires à tous les niveaux soient tenus responsables de leurs actions."

Un autre problème interne à la communauté du renseignement américain qu'ils vont tenter de résoudre.

11. "Faire la lumière sur l'extrémisme saoudien". Le projet de loi exige que le directeur du renseignement national prépare un rapport détaillé sur la menace des idéologies extrémistes propagées depuis l'Arabie saoudite et sur l'échec du gouvernement saoudien à empêcher la propagation de ces idéologies.

Ce point va clairement détériorer les relations entre les États-Unis et l'Arabie saoudite. Si Riyad s'est peut-être senti à l'aise sous l'administration de Donald Trump, il est possible que les démocrates exercent une pression politique accrue, voire imposent des sanctions intelligentes à l'Arabie saoudite en réponse à certains problèmes. Cela obligera le royaume à ajuster sa politique étrangère.OVNI

12. "Poursuite persistante des phénomènes aériens inexpliqués". Suite à une audition bipartisane sur les phénomènes aériens inexpliqués (UAP), le projet de loi comporte une disposition bicamérale rendant obligatoire le partage des renseignements avec le groupe de travail UAP du ministère de la Défense. Cette disposition garantira que le groupe de travail sera en mesure de tirer pleinement parti de tous les rapports classifiés sur les UAP, alors qu'il continue à enquêter sur cette mystérieuse menace pour l'espace aérien américain et nos forces militaires".

Bien que le terme OVNI ne soit pas utilisé, c'est exactement ce dont il s'agit. Les États-Unis ont commencé à parler plus ouvertement de ces phénomènes étranges issus du domaine de la science-fiction. On ne sait pas dans quelle mesure cette approche est justifiée, mais, combinée au point sur les extrémistes blancs, cette fascination pour les phénomènes aériens inexpliqués pue le complot.

Écrire un commentaire