Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 novembre 2021

Mnémosyne et Léthé: la culture du souvenir et de l'oubli dans le système occidental

Astarte_Syriaca.jpg

Mnémosyne et Léthé: la culture du souvenir et de l'oubli dans le système occidental

par Tom Sunic, Ph.D.

Ex: https://www.theoccidentalobserver.net/2021/11/25/mnemosyne-and-lethe-the-culture-of-remembrance-and-oblivion-in-the-western-system/

La culture de la mémoire façonne les fondements politiques de chaque État dans le monde. Lorsqu'on aborde la question de la culture du souvenir en Allemagne, ce qui vient immédiatement à l'esprit est la mémoire collective prescrite par les Alliés pour le peuple allemand, mise en place à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les racines psychologiques de cette culture du souvenir, instituée après-guerre, et sa signification pour les Allemands, ainsi que pour les autres peuples d'Europe, remontent loin dans leur passé. Pourquoi la culture du souvenir, par opposition à la culture de l'oubli, joue-t-elle un rôle si important en Allemagne, mais aussi, dans une moindre mesure, dans l'ensemble de l'Occident - comme si le véritable cours de l'histoire mondiale devait commencer au lendemain de 1945?

La mémoire et la mémoire collective sont les fondements du processus de formation de l'identité, indépendamment de notre haine ou de notre amour envers nos faiseurs d'opinion ou envers nos politiciens, respectivement, ou, d'ailleurs, indépendamment de l'esprit du temps qui prévaut. Il convient d'abord de clarifier quelques termes et de trier quelques noms de la mythologie et de l'histoire européennes, et de placer ce sujet dans un contexte historique et philosophique plus large. Inévitablement, il faut tenter de sauver quelques poètes et penseurs.

Dans la mythologie grecque antique, Mnémosyne est le nom de la déesse de la mémoire ; elle est le symbole de l'omniscience et de la connaissance totale. Sans Mnémosyne, il n'y a pas de vie humaine, pas de langage, pas de culture, et sans elle, tous les peuples sont condamnés à végéter comme des animaux privés de leur mémoire. Par opposition à la déesse de la mémoire Mnémosyne, la déesse Léthé est représentée comme un fleuve de l'oubli, c'est-à-dire que Léthé est le ruisseau de l'oubli qui coule notoirement dans le monde souterrain. Celui qui ose boire à ce fleuve oublie sa vie antérieure, mais aussi ses soucis et ses Weltschmerzen, dans l'espoir d'atteindre une vie relativement insouciante dans les enfers, ou de rejouer une nouvelle vie sur terre [i] Ces deux déesses sont souvent évoquées par les poètes, et au sens figuré par chacun d'entre nous au quotidien lorsqu'il s'efforce de supprimer ou d'oblitérer des événements passés embarrassants, y compris ceux de nature politique. Parallèlement, nous aspirons à ressusciter nos beaux souvenirs, ou mieux encore, à faire revivre les moments de notre bonheur passé.

dante-and-the-river-of-lethe-litz-collection.jpg

Il existe toutefois des différences entre les mémoires individuelles et collectives. Les mémoires collectives, qui sont généralement administrées lors de journées commémoratives ou de commémorations publiques, ou d'autres événements publics, sont toujours encadrées politiquement - par exemple, les innombrables journées de commémoration collective en l'honneur des victimes du fascisme ou du colonialisme dans les pays de l'ancien bloc communiste de l'Est se sont transformées en spectacles politiques - mais de nature transitoire. Le lendemain, la plupart de ces journées commémoratives ont été collectivement oubliées ou ont suscité un désintérêt général. Par la suite, les citoyens de l'ancienne Allemagne de l'Est ou de l'ancienne Yougoslavie ont plaisanté à huis clos sur ces spectacles communistes et leurs organisateurs. On se souvient des gigantesques manifestations commémoratives organisées dans l'ex-Allemagne de l'Est ou dans l'ex-Yougoslavie en l'honneur des soldats soviétiques ou des partisans communistes tombés pendant la Seconde Guerre mondiale.

EZI_PmEXsAEqxI7.jpg

Bien entendu, les commémorations publiques des victimes du communisme n'étaient pas autorisées ; les victimes anonymes du communisme étaient reléguées dans la culture de l'oubli. Dans la culture officielle du souvenir communiste, il ne pouvait y avoir aucune victime du communisme, étant donné que les termes "victime" et "mémoire" ne s'appliquaient qu'à certains héros communistes. Après la chute du mur de Berlin en 1989, ainsi que dans le sillage de l'effondrement de la Yougoslavie en 1991, les événements commémoratifs communistes ont dû être remodelés et remplacés par de nouveaux mots commémoratifs, les anciens auto-promoteurs communistes devant s'adapter au Zeitgeist libéral. Lors de ces nouveaux événements commémoratifs, l'ancien symbolisme communiste est désormais remplacé par un verbiage et une iconographie libéraux. Peu de choses ont changé, cependant, en ce qui concerne le contenu antifasciste. D'ailleurs, les journées de commémoration collective des victimes du fascisme, et en particulier l'hommage aux victimes de l'Holocauste, constituent le fondement du droit international en Europe occidentale, en Europe orientale et en Amérique.

Se souvenir des vœux pieux

Notre mémoire individuelle, en revanche, surtout si elle évoque des images de rencontres heureuses ou de moments joyeux du passé, fonctionne souvent comme une chimère, par laquelle nous projetons avec nostalgie ces images heureuses du passé dans le présent ou dans un avenir proche, dans l'espoir de les revivre une fois de plus. Tout souhait, cependant, est la conséquence logique d'une mémoire défigurée. On peut rappeler ici les paroles du poète Hölderlin dans son poème "Mnémosyne", dans lequel il exprime sa nostalgie de la renaissance des temps mythiques :

    Et il y a une loi, qui nous dit
    que les choses rampent à la manière des serpents,
    Prophétiquement, rêvant sur les collines du ciel.
    Et il y a beaucoup de choses qui doivent être conservées,
    Comme une charge de bois sur les épaules.
    Mais les chemins sont dangereux.[ii]

A chacun ses propres souvenirs, à chacun des autres aussi son interprétation de ses souvenirs. L'interprétation que je fais de mes souvenirs, de mes rencontres passées, est différente de celle composée par les individus qui ont partagé ces rencontres précédentes. Même les personnes dépourvues d'imagination ont besoin de souvenirs imaginaires, souvent à la limite de la pensée magique qui nie la réalité. Le contraste entre la réalité et les vœux pieux joue toutefois un rôle particulier dans les souvenirs individuels, car les vœux pieux sont souvent à la limite de l'auto-illusion. Pour mieux illustrer le wishful thinking, on pourrait énumérer d'innombrables poètes allemands et surtout des romantiques noirs allemands décrivant leurs souvenirs qui mènent généralement à des catastrophes, des suicides ou des décès.

De grandes déceptions surviennent en particulier avec des souvenirs liés à des opinions politiques. Beaucoup d'entre nous connaissent des collègues qui sont des critiques astucieux du système, mais dont les rêves alternatifs sur l'avenir de l'Europe ou des États-Unis sont basés sur des jugements irréels. Chaque fois que nous faisons référence aux rêves politiques, ce qui nous vient à l'esprit est le symbolisme consigné dans la nouvelle Occurence at the Owl Creek Bridge de l'écrivain américain Ambrose Bierce [iii]. Le personnage principal est un politicien local du Sud qui a été capturé et condamné à mort en pleine guerre de Sécession. Il se balance déjà sur la potence tout en imaginant comment il a habilement échappé au noeud coulant de ses bourreaux yankees, tout en savourant son retour auprès de sa famille dans le temps qui lui est imparti. Le désir de son double qui pourrait échanger sa place était une grande illusion. Il était déjà mort et parti.

8337_an_occurrence_at_owl_creek_bridge.jpg

Ambrose_Bierce-1.jpg

La différence entre la mémoire individuelle et la mémoire collective est flagrante. Nos souvenirs individuels, même s'ils ne sont pas générés par un politicien de pouvoir, peuvent aussi se transformer en cauchemar. Chaque souvenir, qu'il soit individuel ou collectif, risque de se jouer dans une notion subjective d'extension du temps. Se remémorer les moments heureux du passé dévore plus de temps que le temps réel qu'il a fallu pour les vivre. Pire encore, le fait de ruminer les moments heureux peut se transformer en un sentiment de soi déformé qui aspire à une amélioration du monde. À l'inverse, nous avons aussi envie de nous débarrasser de certains de nos mauvais souvenirs, surtout s'ils nous rappellent rétrospectivement notre comportement grotesque passé, nos rencontres maladroites précédentes ou nos anciens modes de vie politiques. Ernst Jünger décrit de manière saisissante le sentiment de temps dépassé qui résulte de la contemplation incessante de nos souvenirs.

La mémoire collective, ou une mémoire imposée par un gouvernement ou un tyran, génère facilement une psychose de masse, comme nous le vivons aujourd'hui avec les réglementations Covid décrétées par l'État. On pourrait d'ailleurs noter une série de commémorations politico-historiques dans l'UE et en Amérique en faveur des migrants non-européens et de leur histoire colonisée. En de telles occasions, les politiciens allemands aiment se poser en modèles d'une nation qui s'est auto-induite dans l'erreur ("Tätervolk") - une nation dont on attend qu'elle accomplisse en public et pour l'éternité les rituels de commémoration au nom des victimes du fascisme. Cette surenchère dans la compulsion allemande à s'acoquiner avec les étrangers est très ancienne, elle trouve ses racines dans la politique de renoncement à soi qui s'étend sur des centaines d'années d'histoire allemande sans État.

415_2012_6461_Fig1_HTML.jpg

71nhnJiyp6L.jpg

Erwin Stransky (photo, ci-dessus), un penseur et neurologue allemand d'origine juive et très sympathique envers les Allemands, a remarqué peu après la fin de la Première Guerre mondiale, c'est-à-dire bien avant que le lavage de cerveau des Alliés et la rééducation libérale-communiste ne commencent après la Deuxième Guerre mondiale. Il a noté combien les Allemands aiment s'extasier sur les extraterrestres et "qu'il n'est nulle part plus facile qu'en Allemagne d'attirer et de confondre les esprits avec des accroches pseudo-scientifiques ou pseudo-légales habilement "lancées"." [iv] Une telle mémoire défigurée est devenue aujourd'hui la marque de fabrique de tous les peuples occidentaux.

PARTIE II

La culture de l'oubli

Où en est la culture de l'oubli ? L'oubli collectif est souvent encouragé par les politiciens et les médias européens et américains, notamment en ce qui concerne les millions de victimes inconnues du communisme ou les innombrables victimes des bombardements aériens de terreur des Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Au fil des décennies, ces victimes n'ont fait l'objet que de notes de bas de page dans les médias occidentaux. Plus grotesque encore est le désir d'oubli de nombreux intellectuels et politiciens de l'establishment américain et européen, qui considèrent comme dépassées leurs anciennes opinions politiques, dont ils étaient les ardents porte-drapeaux il n'y a pas si longtemps. C'est le cas des anciens intellectuels marxistes après l'effondrement de leur mystique marxiste. La majorité d'entre eux sont désormais complètement passés à l'idéologie capitaliste du marché libre.

Le sommeil est un outil efficace pour l'oubli de soi et, surtout, il aide beaucoup à combattre les mauvais souvenirs. Le sommeil sans rêve est le meilleur moyen de se sortir des mauvais souvenirs. Les protagonistes de Shakespeare parlent souvent du sommeil comme de la meilleure méthode de salut, selon laquelle une bonne nuit de sommeil d'un prisonnier politique apporte plus de bonheur que les jours sans sommeil et mémorables d'un tyran. Hamlet, épuisé par la vie, toujours trahi et trompé par sa famille royale, se parle à lui-même :

    Dormir, rêver peut-être, voilà le problème ;
    Car dans ce sommeil de la mort, quels rêves peuvent survenir ?
    Quand nous aurons quitté cette enveloppe mortelle,
    doivent nous faire réfléchir : c'est le respect
    qui fait la calamité d'une si longue vie ;
    Car qui voudrait supporter les fouets et les mépris du temps[v].

838_hamlet.jpg

Le puissant souverain, le roi Henri IV, dans un autre drame de Shakespeare, loue encore plus le salut d'un doux sommeil :

    Combien de milliers de mes plus pauvres sujets
    Sont à cette heure endormis ! Ô sommeil, ô doux sommeil,
    Douce nourrice de la nature, comme je t'ai effrayé,
    Pour que tu ne pèses plus mes paupières.
    Et plonger mes sens dans l'oubli ?[vi]

Outre le sommeil, il existe des méthodes plus vivantes pour maîtriser le processus d'oubli et se débarrasser des mauvais souvenirs, ou du moins les garder temporairement sous contrôle. Le remède ancestral est l'alcool, ou mieux encore la drogue qu'est l'opium, qui ralentit l'écoulement du temps et tient en échec les souvenirs embarrassants. Une fois de plus, il faut se référer à Ernst Jünger, qui était non seulement le meilleur observateur de notre fin des temps, mais aussi le meilleur connaisseur allemand de nombreux narcotiques. Jünger était un gentleman raffiné qui s'est beaucoup occupé de la consommation d'"acide" - LSD - afin de mieux contourner les murs acides libéraux-communistes du temps. En outre, Jünger était très ami avec le découvreur du LSD, le Dr Albert Hoffmann (voir photo, ci-dessous). Tous deux ont vécu plus de cent ans. "L'acide, c'est génial !", disaient ses disciples accros à son nom.

zgbdc5-6az1a0u58km1hm5326nw-original-jpg.jpg

71UTJ4vQPnL.jpg

Sous l'influence des stupéfiants, le temps ralentit. La rivière coule plus doucement, les berges s'éloignent. Le temps devient sans limite, il se transforme en mer[vii].

Il faut cependant être prudent avec les voyages sous l'influence des drogues, car il y a toujours un risque d'oublier son destin[viii] L'Ulysse d'Homère a affronté ce danger avec ses marins sur le chemin du retour. Après leur long périple en mer, ils se sont tous retrouvés un jour au pays des mangeurs de lotus, des hommes qui s'adonnaient à la consommation de drogue de lotus, acquérant ainsi la capacité de se débarrasser de leurs souvenirs et de tous les soucis qui les accompagnent. Ulysse a eu beaucoup de mal à faire revenir à bord ses camarades intoxiqués et sans mémoire[ix]. En fait, ces mangeurs de lotus mythiques qu'Ulysse a rencontrés sont une image primitive des citoyens contemporains en Allemagne, dans l'UE et aux États-Unis. Plus besoin pour le Système de fabriquer des martyrs, comme c'était le cas sous le communisme ; le Système sait utiliser des méthodes bien plus élégantes pour imposer la volonté générale par l'oubli de masse forcé.

0 nJ-CwuHzRI9dcb8k.jpg

En Géorgie, dans le Caucase, où est né le tyran Staline, il existe un sol fertile propice à la culture du cannabis. Au lieu des goulags en Sibérie, Staline aurait pu avoir plus de succès en installant des champs de marijuana dans l'ancienne Union soviétique.

Plus tard, Ulysse se retrouve dans les locaux de la déesse sorcière Circé, dont les pouvoirs ont transformé ses marins échoués en cochons. Ces nouvelles créatures porcines, bien que dotées d'une intelligence humaine, ne se plaignent plus de leur nouvelle vie. Bien au contraire. Le processus d'oubli peut être bénéfique[x]. Dans un tel environnement propice à l'oubli, la célèbre phrase de Nietzsche semble bien dépassée : "Heureux les oublieux, car ils se remettent aussi de leurs bêtises". Se souvenir d'une vie antérieure sur Terre peut être un enfer pour beaucoup de gens. Le Système, avec ses récits d'amélioration du monde, utilise maintenant des méthodes homériques de la transformation en porcs pour abrutir les masses, promettant la naissance du La La Land, mais la reportant encore et encore jusqu'à un avenir indéfini où tout le mal aura été expurgé. En outre, le Système emploie des techniques raffinées pour garder ses citoyens sous contrôle, soit par l'oubli forcé, soit par la mémorisation sélective.

uncircé porcsnamed.jpg

Et ce n'est pas nouveau dans l'histoire. La Damnatio memoriae ou damnation de la mémoire était un procédé courant dans la Rome antique contre les politiciens méprisables, bien que décédés. Rares sont ceux qui ont le courage de s'attaquer aux tyrans vivants. Le même procédé consistant à maudire la mémoire des hérétiques ou des dissidents modernes continue de faire rage en force dans l'Allemagne, aux États-Unis et dans l'UE modernes. Ce qui est nouveau, cependant, c'est la montée de l'autocensure et de l'autosurveillance de la grande majorité des politiciens, mais aussi de la majorité des universitaires de l'establishment. La censure a toujours fait partie de l'oubli collectif imposé par l'État, puisqu'elle existe depuis l'Antiquité. Dans l'Occident contemporain, cependant, l'autocensure est synonyme de renoncement à soi, c'est-à-dire que même les personnes intelligentes décident, à un moment donné de leur carrière, de renoncer à leur propre personne. Le poète et médecin allemand Gottfried Benn, ainsi que de nombreux autres penseurs européens qui ont réussi à survivre aux bombardements de terreur et aux purges des Alliés pendant et après la Seconde Guerre mondiale, a écrit dans son poème Le moi perdu l'image d'un individu perdu dans le temps et l'espace, sans direction ni valeurs.

    Perdu I - explosé par les stratosphères,
    victime d'un ion - : agneau à rayons gamma - : particule et champ - : chimères et autres choses
    particule et champ - : chimères et infini
    sur ta grande pierre de Notre Dame.[xi]

Autocensure et autodénigrement

Il convient de rappeler le philologue et universitaire allemand très apprécié, le professeur Harald Weinrich, qui est souvent cité par les médias amis du système et qui a écrit un bon livre sur la culture de l'oubli et du souvenir dans la littérature européenne. Comme d'innombrables universitaires de l'establishment, il est cependant mandaté pour accomplir de temps en temps des rites expiatoires. C'est ce qui frappe l'œil au chapitre IX de son livre Lethe : The Art and Critique of Forgetting, où il s'exprime sur le souvenir perpétuel d'Auschwitz. "L'oubli n'est plus autorisé ici. Il ne peut pas y avoir d'art de l'oubli ici non plus et il ne devrait pas y en avoir." [xii] Dans ses remarques destinées aux médias, il poursuit ses déclarations de vertu : "Je ne peux donc que souscrire de tout cœur à l'interdiction absolue d'oublier le génocide"[xiii].

harald-weinrich-28359c39-ef5d-4ba5-814e-e5adf898e15-resize-750.jpg

41hfTFfliFL.jpg

De telles confessions de culpabilité à la Canossa font aujourd'hui partie du folklore politique en Allemagne. Pas un mot de Weinrich et d'autres compagnons de route antifa sur l'oubli forcé imposé par le Système à l'égard de millions d'Allemands, de Croates et d'autres Européens de l'Est pourchassés après la marche victorieuse des Alliés en 1945. Weinrich et nombre de ses semblables, avec leur religion du souvenir nouvellement acquise, correspondent à l'archétype hyper-moraliste de Nietzsche, "où cet homme de mauvaise conscience s'est emparé d'un présupposé religieux pour donner à son autotorture sa dureté et son acuité les plus horribles"[xiv] Weinrich n'est qu'un minuscule exemple de la majorité des universitaires boucs émissaires de l'UE qui rivalisent pour une visibilité médiatico-universitaire clinquante par leur auto-flagellation et leur reniement de soi. Il y a longtemps, l'allégorie de cette auto-démasculation spirituelle allemande a été décrite par le poète et peintre allemand Wilhelm Busch dans son histoire sarcastique sur Saint Antoine. L'éternel repenti saint Antoine, grand ami des animaux, décide de se fiancer à un cochon, sans doute pour mieux assurer son ascension transgenre zoophile au paradis pour l'éternité :

Bienvenue ! Entrez en paix !
Ici, aucun ami n'est séparé de son ami. Pas mal de
quelques moutons entrent,
pourquoi pas un bon cochon aussi ! [xv]

unnaantbuschmed.gif

Plusieurs auteurs ont écrit des articles critiques sur la conscience historique déformée et le processus de mémoire sélective des Blancs. Il semble que plus on parle aujourd'hui de la nécessité de se souvenir des victimes du fascisme, plus ces souvenirs antifascistes régurgités deviennent des objets d'incrédulité et de ridicule de masse. Pendant ce temps, la mémoire des millions de victimes du communisme est reléguée dans le royaume de l'oubli. Se souvenir du sort des civils allemands expulsés et tués après la Seconde Guerre mondiale ne présente progressivement plus qu'un intérêt archivistique et antiquaire, et ce de manière sporadique. Les médias allemands, américains et européens, y compris les historiens et les politiciens de l'establishment, lorsqu'ils évoquent les champs de la mort communistes, font très attention à ne jamais éclipser le souvenir du nombre de victimes de l'Holocauste. Par exemple, la catastrophe croate de l'après-guerre avec ses centaines de milliers de morts, connue chez les Croates à l'esprit nationaliste sous le nom de "tragédie de Bleiburg", n'est pratiquement jamais mentionnée comme faisant partie de la mémoire collective occidentale[xvi].

632d95836483237637cec853d1f08528-1522921305.jpg

513JwyuLBqL._SX341_BO1,204,203,200_.jpg

En Belgique, également, les innombrables victimes des bombardements anglo-saxons ne sont quasi jamais commémorées, dont les 936 victimes innocentes de Mortsel (dont de nombreux enfants) et le bombardement sauvage d'Ixelles-Etterbeek... L'historien Pieter Serrien a consacré à la tragédie de Mortsel un ouvrage poignant et très documenté, rendant hommage à presque toutes les victimes de ce crime atroce commis par l'Empire du Bien. Honte à la vermine politique qui n'y songe jamais...

En revanche, la surenchère dans les mémoires antifasciste, juive et anticoloniale, où le proverbial "mauvais Allemand" figure toujours sur le devant de la scène, joue un rôle central dans le droit international. Les mémoires anticommunistes sporadiques, qui correspondent un peu aux festivités commémoratives parrainées par le Système, sont reléguées au rang d'événements semi-mythologiques et folkloriques que l'on peut observer de temps à autre dans l'Europe de l'Est d'aujourd'hui.

Tout comme il existe des différences entre les vivants, il doit y avoir des différences entre les morts. La question se pose de savoir si le Système et ses ramifications post-communistes et libérales en Allemagne, dans l'UE et aux Etats-Unis peuvent survivre sans appeler à la rescousse les souvenirs des "bêtes fascistes" ? Sans évoquer des démons domestiques tels que Ante Pavelic, Francisco Franco, Vidkun Quisling, etc. Et sans évoquer sans cesse Adolf Hitler, le démon cosmique intemporel ? La culture du souvenir aux heures de grande écoute d'aujourd'hui, c'est-à-dire le sort des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, s'est transformée depuis longtemps en un psychodrame religieux qui va bien au-delà du souvenir historique. En outre, de nombreux peuples non-européens se battent aujourd'hui avec passion pour leur propre piédestal de victime afin de le mettre en avant comme étant le seul digne d'être rappelé au monde. Nous pouvons ici nous référer à la citation d'A. de Benoist :

L'outil favori de la surenchère victimaire est le "devoir de mémoire". La mémoire s'inscrit sur un fond d'oubli, car on ne peut se souvenir qu'en sélectionnant ce qui ne doit pas être oublié. (Une telle tâche n'aurait aucun sens si l'on devait se souvenir de tout). La mémoire est donc hautement sélective. ... L'un des points forts du "devoir de mémoire" est l'imprescriptibilité du "crime contre l'humanité" - une notion également dépourvue de sens. Strictement parlant, seul un extraterrestre pourrait commettre un crime contre l'humanité (d'ailleurs, les auteurs de tels crimes sont généralement représentés au sens métaphorique comme des "extraterrestres"). - et en totale contradiction avec la tradition culturelle européenne qui, en accordant l'amnistie, offre la forme judiciaire de l'oubli. [xvii]

Il faut rappeler ici les propos critiques de Nietzsche, lorsqu'il écrit sur la surenchère de nos mémoires " monumentales " et " antiquaires " : "La surabondance de l'histoire d'une époque me semble hostile et dangereuse pour la vie...."[xviii] L'avertissement de Nietzsche s'applique toutefois aujourd'hui à tous les peuples européens et à leurs victimologies respectives, qu'elles soient de nature antiquaire ou monumentale. Jusqu'à quel point les Européens, et surtout le peuple allemand, doivent-ils étirer leur mémoire historique ? Jusqu'au massacre des Saxons à Verden en 782, jusqu'aux millions de morts de la guerre de Trente Ans, ou jusqu'aux millions d'Allemands de souche et d'Européens de l'Est tués au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ? Le débat sur les mémoires opposées devient aujourd'hui inutile. Avec ou sans leurs morts oubliés et ressuscités, l'ensemble du système germano-euro-américain ressemble à une grande librairie d'antiquités multiculturelle et dépassée où de faux apprentis sorciers continuent à donner des conférences sur les mémoires sélectives et fausses.

NOTES :

[i] T. Sunic, Titans are in Town(A Novella andAccompanying Essays), préface de Kevin MacDonald (Londres, Budapest : Arktos, 2017).

[ii] Poèmes de Friedrich Hölderlin, choisis et traduits par James Mitchell ; bilingue, en allemand et en anglais (San Francisco : Ithuriel's Spear, 2007), p. 95.

[iii] Ambrose Bierce, An Occurrence at Owl Creek Bridge and other stories -Ein Vorfall an der Eulenfluß-Brücke und andere Erzählungen) (édité par Angela Uthe-Spencker), (München : Deutscher Taschenbuch-Verlag, bilingue 1980).

[iv] Erwin Stransky, Der Deutschenhass (Wien und Leipzig : F. Deuticke Verlag, 1919), p. 71.

[v] William Shakespeare, Hamlet (Acte III, Sc 1) (Philadelphie : J.B. Lippincott & Co., 1877) p. 210-211.

[vi] Écrits dramatiques de Shakespeare, Henri IV, 2e partie, Acte III, Sc. I, Londres : ed. John BellBritish Library, 1788), p.60.

[vii]Ernst Jünger, Annäherungen : Drogen und Rausch (München : DTV Klett-Cotta, 1990), p. 37.

[viii] Cf. Tomislav Sunic, "Rechter Rausch ; Drogen und Demokratie", Neue Ordnung (Graz, IV/2003).

[ix] The Oddyssey of HomeBook IX, avec des notes explicatives de T.A. Buckley, (Londres : George Bell and Sons, 1891). p. 118.

[x] Ibid, livre X, p. 137-146. Harald Weinrich, Lethe-Kunst und Kritik des Vergessens, (München : Verlag C.H Beck, 1997), p. 230.

[xi] Gottfried Benn, "Das verlorene Ich", Statische Gedichte (Hambourg : Luchterhand Ver., 1991), p. 48. Également traduit en anglais par Mark W. Roche : https://mroche.nd.edu/assets/286548/roche_benn_verlorenes_ich_english.pdf.

[xii] Harald Weinrich, Lethe-Kunst und Kritik des Vergessens (München : Verlag C.H Beck, 1997), p. 230.

Cf. Lethe, The Art and Critique of Forgetting (Cornell University Press, 2004).

[xiii] H. Weinrich, émission " Bayerischer Rundfunk " du 4 avril 1999.

https://www.br.de/fernsehen/ard-alpha/sendungen/alpha-forum/harald-weinrich-gespraech100~attachment.pdf ?

[xiv) Friedrich Nietzsche, De la généalogie de la morale, Deuxième essai, Section 22. Traduit par Carol Diethe (Cambridge University Press, 2007), p. 63.

[xv] Voir le texte allemand complet, Wilhelm Busch, Der Heilige Antonius von Padua, (Straßburg ; Verlag von Moritz Schauenburg, sans date), p. 72. Egalement parties en anglais : https://second.wiki/wiki/der_heilige_antonius_von_padua#:~:text=Saint%20Anthony%20of%20Padua%20is,anti%2Dclerical%20attitude%20Wilhelm%20Buschs.

[xvi] Cf. T. Sunic, "Es leben meine Toten ! - Die Antifa-Dämonologie und die kroatische Opferlehre ".Neue Ordnung (Graz, I/2015).

[xvii] Alain de Benoist, Les Démons du Bien, Paris, éd. P. Guillaume de Roux, 2013, p. 34-35.

[xviii] F. Nietzsche, De l'avantage et du désavantage de l'histoire pour la vie, section 5, trad. par P. Preuss (Indianapolis : Hackett Publishing Co., 1980), p. 28.

Écrire un commentaire