Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 17 janvier 2022

Libertarisme et transhumanisme

talos-vase.jpg

Libertarisme et transhumanisme

Illustration: Vase attique trouvé et conservé à Ruvo di Puglia. Les Argonautes, Castor et Pollux, maîtrisent l'automate Talos, l'un des nombreux artefacts robotiques forgés par Héphaïstos. Selon le mythe, Talos, lors de l'affrontement avec les Argonautes, a été vaincu par la flèche de Péante après avoir été " piraté " par la magie de Médée, qui l'aurait rendu fou. La flèche de Peante a touché son talon sur lequel il y avait une "veine" découverte.

"Le transhumanisme ou philosophie H+ est un courant de pensée né de cette confluence des critiques anti-humanistes et post-humanistes de l'humanisme, qui caractérise la civilisation occidentale depuis l'époque de Socrate [...]".

Par Fernando Rivero

Ex: https://nritalia.org/2021/11/24/libertarismo-e-transumanesimo/

Le transhumanisme est à la mode. Comme le montre le dernier roman (octobre 2019) de l'auteur portugais à succès, José Rodrigues dos Santos, Imortal, sur le thème de la prétendue "Singularité à atteindre", le dépassement de l'intelligence humaine par l'Intelligence Artificielle (I.A.), et à long terme, l'atteinte de l'immortalité, par la biotechnologie. Nous verrons que c'est l'un des thèmes principaux du transhumanisme. Il s'agit en effet d'un roman très intéressant et très documenté dans lequel, parallèlement aux méthodes totalitaires de la dictature chinoise, sont abordés les différents thèmes du transhumanisme : cyborgs, intelligence artificielle, nanotechnologies, prolongation de la vie humaine, etc.

500x.jpg

Le transhumanisme ou philosophie H+ est un courant de pensée (d'abord une philosophie, puis un mouvement culturel et actuellement un champ de recherche hautement idéologisé) né de la confluence des critiques anti-humanistes et post-humanistes de l'humanisme, qui caractérise la civilisation occidentale depuis l'époque de Socrate, avec la futurologie et la technophilie, portant à ses ultimes conséquences le progressisme et le positivisme caractéristiques des Lumières, ayant pour principes le progrès perpétuel, l'auto-transformation et l'auto-direction, le rationalisme, la technologie basée sur l'intelligence artificielle, l'optimisme et la société ouverte (Open Society de Soros).

Pour comprendre le transhumanisme, il faudrait d'abord approfondir la pensée humaniste, car le transhumanisme cherche à transcender l'humanisme, mais nous n'avons pas la place pour cela dans cet article. Disons simplement que l'auteur de cet article se considère comme un humaniste, puisque, conformément au point VIII du Manifeste de la Comunidad Vértice, il se sent héritier de la tradition gréco-romaine et de ses valeurs, telles que la dignité humaine et la liberté, tout en défendant un humanisme bio-géocentrique (centré sur la Nature), Elle s'inscrit également dans la ligne du point IX du Manifeste, qui propose une "marche sur le terrain" pour réintégrer l'homme dans la nature, re-sacraliser le monde dans lequel nous vivons, retrouver les traditions, retrouver les équilibres personnels et communautaires, sentir que la flore et les espèces animales sont des êtres avec lesquels nous pouvons partager des espaces et des expériences. Il ne se sent donc pas en faveur de l'humanisme né des Lumières (libéral, marxiste, positiviste, progressiste) ni de ses avatars transhumanistes imprégnés de libertarisme.

305@2x.jpg

On peut considérer que le fondateur du transhumanisme est le philosophe américain Max More (photo - auteur des principes du transhumanisme cités plus haut), qui a créé un mouvement transhumaniste international basé en Californie, l'Extropy Institute, qui prône un transhumanisme libertaire (liberal-libertarian en anglais, qui n'a pas grand-chose à voir avec le concept de libertarianisme plus répandu en Espagne, car bien qu'il puisse être considéré comme anarchiste ou anarchiste dans un certain sens, il est aux antipodes de l'anarcho-syndicalisme ibérique ou de l'anarchisme russe, puisqu'il se définit comme un anarcho-capitalisme, pour plus d'informations sur ces aspects, voir l'article de l'auteur publié dans le numéro 4 de la revue La Emboscadura : "Les écoles du libéralisme libertaire ou le libertarisme et son influence sur le libéralisme postmoderne"), tout comme le fait aussi Ronald Bailey, rédacteur scientifique de la revue libertaire Reason, où il défend un transhumanisme libertaire fondé sur l'amélioration de l'espèce humaine par les biotechnologies, qui comprend désormais non seulement les techniques de recombinaison de l'ADN ou de génie génétique, mais aussi l'édition génétique ou le copier-coller génétique (CRISPR-cas9) et la biologie synthétique (on trouvera une critique de l'utilisation capitaliste et libertaire de la biotechnologie dans l'excellent ouvrage du professeur José Alsina, Humanos a la carta y genes privatizados : una reflexión crítica sobre las nuevas tecnologías, préfacé par l'auteur de cet article et publié par Fides en 2016).

Un autre des promoteurs du transhumanisme dans le monde est le philosophe suédois de l'université d'Oxford, Nick Bostrom, l'un des cofondateurs de la World Transhumanist Association, qui a changé de nom en 2008 pour devenir Humanity +, qui promeut l'application et le développement des cyber- et bio-technologies dans l'amélioration des êtres humains et la prolongation de la vie humaine. Cependant, Bostrom nous avertit qu'une fois la singularité atteinte, le résultat final d'une machine superintelligente pourrait facilement être l'extinction de l'humanité.

Parmi les précurseurs du transhumanisme, on trouve les darwinistes anglais de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, comme Galton et Huxley, dont les idées ont donné naissance à l'eugénisme, le cosmiste russe Nicolaï F. Fyodorov (Никола́й Ф. Фёдоров) et selon certains, bien que cela soit très discutable, Nietzsche et sa philosophie du surhomme (Übermensch). Le cosmisme russe développe une philosophie transhumaniste basée sur le christianisme orthodoxe russe, donc très éloignée du transhumanisme athée actuel. Le cosmisme de Fiodorov a influencé les deux grands de la littérature russe, Tolstoï et Dostoïevski, et revendique l'interdépendance entre l'Homme, la Terre et le Cosmos, mais d'un point de vue de la domination de la nature, opposé donc au point de vue gaïen (de Gaïa, la Terre comme super-organisme de James Lovelock), c'est-à-dire un point de vue fortement anthropocentrique par opposition au point de vue géocentrique. D'autre part, en défendant le cosmisme, la colonisation d'autres planètes est devenue le fondement du programme spatial soviétique. Il faut dire que dans cette philosophie, du moins à ses débuts, il y avait un puissant fond orthodoxe, où l'Homme poursuivrait le processus de la création de Dieu.

1200px-1934-V_I_Vernadsky.jpg

Appartenant également à cette tradition philosophique, le géochimiste russe Vladimir Vernadsky (Photo - Влади́мир Верна́дский), auteur du concept de la noosphère, comme ensemble de toutes les créatures intelligentes. Un autre précurseur du transhumanisme aurait été le philosophe et scientifique français Theilard de Chardin, qui a repris le concept de la noosphère, avec sa proposition d'évolution vers le point oméga ou Christosphère, dans lequel l'intelligence humaine atteindrait un point où émergerait un cerveau planétaire dématérialisé.

Actuellement, ce cerveau universel qui, selon le rêve des transhumanistes, gouvernerait la planète, une fois passée la phase des gouvernements nationaux, serait l'ensemble formé par des millions d'ordinateurs en réseau répartis dans le monde entier, c'est-à-dire si l'intelligence et la conscience humaines naissaient de la croissance continue des neurones du cortex cérébral au cours du processus d'homogénéisation et des connexions en réseau de ces neurones, l'intelligence artificielle naîtrait du doublement de sa puissance tous les deux ans (dans une croissance exponentielle ou explosive) des ordinateurs ainsi que de la mise en réseau de ces mêmes ordinateurs (chacun séparément ne pourrait pas dépasser l'intelligence humaine, du moins pour l'instant) par le biais d'Internet (des projets de collaboration entre des milliers d'ordinateurs du monde entier ont déjà été réalisés pour simuler la météo ou rechercher des signes de vie extraterrestre intelligente).

Le transhumanisme actuel, comme nous l'avons mentionné dans le paragraphe précédent, trouve ses racines chez les darwinistes et les généticiens britanniques d'il y a un siècle et dans le mouvement eugénique qu'ils ont défendu (bien que les transhumanistes actuels nient le mauvais mot, soit "eugénique"). Parmi eux, citons H.B.S. Haldane, qui, dans son livre de 1923 intitulé Daedalus and Icarus : Science and the Future, a jeté les bases du transhumanisme, notamment l'application eugénique de la science pour l'amélioration de l'espèce humaine, et Julian Huxley, petit-fils de Thomas H. Huxley, qui a inventé le terme "transhumanisme" dans un article de 1957. Son frère Aldous Huxley a développé dans son roman de 1932, Brave New World, une société transhumaniste, divisée en cinq castes transhumaines, la caste Alpha étant la plus élevée et la caste Epsilon la plus basse, la plus idiote et la plus asservie. Le cristallographe communiste et sociologue des sciences d'origine séfarade, James D. Bernal, a également émis l'hypothèse, dans son livre de 1929 intitulé The World, the Flesh and the Devil, d'améliorations du corps et de l'intelligence humains grâce à la bionique (une science qui cherche à appliquer l'ingénierie aux vivants), ainsi qu'aux perspectives de colonisation spatiale.

FM2030.jpg

510YUzNzPOL._SX321_BO1,204,203,200_.jpg

Un autre des apôtres du transhumanisme est le futurologue d'origine iranienne Fereidon M. Esfandiary (photo), plus connu sous le nom robotique qu'il s'est donné: FM-2030, indiquant qu'il voulait vivre jusqu'en 2030 (pour devenir centenaire, puisqu'il est né en 1930). Ce type de nom, qui rappelle les robots de Star Wars, aurait pour fonction de ne pas révéler les origines sexuelles, ethniques ou religieuses, c'est-à-dire de rompre avec toutes les racines de l'être humain (que les transhumanistes considèrent comme des conditionnements ou des contraintes à la liberté). Il n'a pas réalisé son rêve de centenaire, puisqu'il est mort d'un cancer du pancréas en 2000, après avoir été cryogénisé en Arizona (la cryogénisation est une autre des lubies du transhumanisme).

En 1990, l'Association mondiale des transhumanistes a publié le Manifeste transhumaniste, basé sur son idéologie transhumaniste/libertaire ou extropianisme (une synthèse du transhumanisme et du néolibéralisme), qui prône un transhumanisme dans le cadre de la démocratie libérale. Le but ultime du transhumanisme serait l'évolution vers une espèce transhumaine qui supplanterait l'espèce humaine (Comment s'appellerait-elle, Homo trans-sapiens ? Certains ont déjà proposé des logos Homo. Supplanterait-il les humains ou asservirait-il ceux qui seraient gardés comme une caste d'Epsilon comme dans Brave New World?). Les philosophes transhumanistes cherchent à remplacer l'évolution induite par la sélection naturelle par une évolution dirigée par l'amélioration génétique des cellules germinales. La création d'hybrides homme-machine (les fameux cyborgs) est également au cœur de la pensée transhumaniste.

Raymond Kurzweil, théoricien du transhumanisme, fils de Juifs autrichiens ayant émigré aux États-Unis (bien qu'actuellement athée), a grandi selon les principes de l'Église unitarienne universaliste, célèbre pour son soutien précoce à la cause LGBTI ; À cet égard, il faut dire que le transhumanisme, avec sa défense de la reproduction artificielle, des nouveaux modèles familiaux, de l'individualisme poussé à l'extrême et son culte de la transgression de toutes sortes de limites, est devenu un allié non seulement des transsexuels mais de tous les lobbies queer : l'Église de la Vie Perpétuelle, en Floride, peuplée de millions de retraités fortunés, qui se décrit comme une église basée sur la science et ouverte à tous, une Église d'ouverture), prédit qu'en 2029 nous atteindrons une singularité technologique, la "Singularité", avec le triomphe ultime d'une intelligence artificielle forte, surpassant l'intelligence humaine, passant le test de Turing.

Raymond_Kurzweil_Fantastic_Voyage.jpg

51TQ+kx5hKL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

Kurzweil (photo), directeur de l'ingénierie de Google, a créé une "université" transhumaniste dans la Silicon Valley : l'Université de la Singularité, où sont étudiés les sujets privilégiés du transhumanisme tels la biotechnologie et la bioinformatique, la robotique et l'intelligence artificielle, la nanotechnologie, les neurosciences et la futurologie. Cette université informelle a créé deux branches : l'une à Tel Aviv et l'autre à Séville, dirigée par le directeur d'une prestigieuse école publique. Kurzweil est l'auteur de la loi des rendements accélérés, dans laquelle il affirme que l'innovation en informatique suit une croissance exponentielle. Kurzweil peut être considéré comme un "nouvel optimiste", car il prédit que d'ici 2050, le processus de vieillissement ralentira, puis s'arrêtera et enfin s'inversera, en partie grâce à la nanomédecine, où des nanorobots ou des nanoparticules voyageront dans notre corps pour réparer les cellules ou les tissus endommagés (ce que l'universitaire et auteur de science-fiction Isaac Asimov avait déjà prédit dans Le voyage hallucinatoire).

En 2006, une scission s'est produite dans le mouvement transhumaniste, qui s'était développé à l'UCLA (Université de Californie à Los Angeles), avec d'un côté l'Extropy Institute, qui regroupait les libertaires, et de l'autre la World Transhumanist Association (WTA), qui regroupait les libéraux progressistes. Peu après, les extropiens ont cessé leurs activités, laissant le monopole du mouvement transhumaniste à ceux de la WTA.

Les transhumanistes appellent leurs détracteurs bioconservateurs, bioluddites ou néoluddites (un exemple de néoluddite est le terroriste Unabomber, dont le manifeste, outre sa condamnation du terrorisme, n'est pas sans intérêt pour sa critique de la technophilie). La vérité est que l'amélioration individuelle des êtres humains pour les rendre transhumains peut porter l'inégalité entre les personnes à des niveaux paroxystiques : d'un côté les humains non améliorés, de l'autre les enfants des riches, biologiquement et cognitivement améliorés, de sorte que les différences ne se trouveraient pas seulement dans la richesse, mais aussi dans la beauté, la santé et l'intelligence, toutes choses qui donneraient plus d'importance à la richesse des mieux lotis. Nous marcherions inexorablement vers un Brave New World où les bénéficiaires du transhumanisme et de la mondialisation (les "élites") constitueraient la caste Alpha, et à l'autre extrême, le précariat, les nouveaux esclaves qui constitueraient la caste Epsilon, héréditaire pour ne pas avoir été génétiquement améliorés ou améliorés par des implants neuronaux.

Les "géno-riches", issus de familles riches ayant accès aux nouvelles techniques de reproduction, se situeraient à un niveau supérieur à celui des "géno-pauvres" ou des humains non améliorés, soit parce qu'ils ne possèdent pas la richesse nécessaire pour accéder à ces techniques, soit simplement parce qu'ils ont choisi de rester "naturels", créant ainsi un fossé génétique entre les deux groupes. A terme, s'il y avait isolement génétique, les mécanismes de spéciation entreraient en jeu et nous aurions deux espèces : les transhumains et les humains, les premiers voyant les seconds comme les humains voient aujourd'hui les chimpanzés.

Le transhumanisme n'est pas un mouvement monolithique ; de nombreux courants coexistent en son sein :

    - L'abolitionnisme, dont le but est de mettre fin à la douleur ;
    - L'extropianisme, qui cherche à orienter l'évolution humaine en faisant la synthèse avec le néolibéralisme ;
    - L'immortalisme, qui vise à prolonger la vie humaine et éventuellement l'immortalité, et qui est étroitement lié à la cryogénie ;
    - Le postgénérisme, qui vise à abolir le genre et même le sexe lié à la reproduction, comme l'a manifesté la féministe progressiste Donna Haraway dans son Cyborg Manifesto ; la reproduction se ferait par clonage ou parthénogenèse ("naissance vierge", comme les drones mâles ou les abeilles) ;

1_manifeste-cyborg.jpg


    - Le post-politique, proposé par Piero Gayozzo, de l'Institut d'extrapolitique et de transhumanisme de Lima, qui définit le post-politique comme le dépassement des quatre théories politiques (libéralisme, communisme, fascisme et quatrième théorie politique de Dugin ; d'ailleurs, pour la première fois, nous voyons dans une étude politique du champ académique la mention de la 4TP et du livre publié par ENR, Ediciones Nueva República, en 2013, co-traduit par l'auteur de cet article, et dont la préface de l'édition espagnole fait référence à la mise à disposition du public hispano-américain de la théorie du philosophe russe, la raison en étant connue au Pérou) ; il faut dire que Douguine fait dans son livre une critique féroce, du point de vue de la 4TP, des cyborgs, androïdes et posthumains du transhumanisme postmoderne.
    - Le singularitarisme, promu par Kurzweil et un autre athée d'origine juive, Eliezer Yudkowsky, qui prédisent que la singularité technologique se produira avant un demi-siècle et que nous devons nous y préparer. Ce courant a son point d'appui diffus dans l'Université de la Singularité mentionnée ci-dessus ;
    - Le technicisme, par opposition au néo-luddisme et à l'anarcho-primitivisme, dans lequel les problèmes seraient résolus par la technologie et le gouvernement serait entre les mains de technocrates ;
    - Le technogénisme, qui vise à résoudre les problèmes environnementaux par des propositions dangereuses de géo-ingénierie ou d'ingénierie climatique, comme la gestion de l'énergie solaire atteignant la surface de la terre : les problèmes pour l'homme et la biosphère de l'Anthropocène, l'époque géologique post-Holocène qui aurait commencé en 1950, lorsque les isotopes radioactifs des explosions nucléaires ont commencé à se déposer dans les sédiments géologiques, seraient résolus grâce aux nouvelles technologies ;
    - Le technoprogressisme, et sa version radicale, le transhumanisme démocratique du bioéthicien canadien James Hughes, qui s'oppose au transhumanisme libertaire et extropien en prônant l'intervention de l'État pour rendre les nouvelles technologies d'amélioration génétique accessibles à l'ensemble de la population, en faisant en sorte que les " inaptes " d'un point de vue eugénique aient accès à la repro-génétique (reprogrammation génétique de l'ADN, qui devient désormais possible avec la technologie CRISPR).

SH-HUGHES-LANDSCAPE--1024x576.jpg

Selon Ernesto Milá, premier analyste politique espagnol à analyser ce phénomène, auquel il a consacré plusieurs pages sur son blog INFO|KRISIS, le transhumanisme partage cinq caractéristiques avec les trois autres tendances progressistes postmodernes extrêmes (l'idéologie de l'UNESCO, le mouvement New Age et le néolibéralisme) :

    - Vision du monde ultra-progressiste (progressisme, évolutionnisme et mondialisme).
    - Perception extrêmement optimiste de l'avenir, fondée sur le scientisme et la technophilie (nouveaux optimistes).
   - Formes extrêmes d'humanisme universaliste (revendication des valeurs de la Révolution française).
    - Désillusion face à l'humain et incompréhension de la nature humaine, qu'il faut surmonter, selon les transhumanistes.
    - L'aspect problématique présent dans tous les cas est qu'ils se présentent avec une aura de rationalité, alors qu'en fin de compte ils sont imprégnés d'éléments mystiques, souvent issus de la franc-maçonnerie.

Selon Milá, le transhumanisme a plus de chances de mener à certaines des visions que nous offre l'abondante littérature cyberpunk, avec des sociétés hautement technologisées mais où règne la dégradation, qu'au "monde heureux" de Huxley (Un mundo feliz est le titre espagnol du Brave New World de Huxley - Ndlr). Il ajoute que ces quatre tendances nous mènent vers un précipice, il est donc urgent de développer une alternative à la pensée progressiste sous toutes ses formes.

Enfin, il conclut en disant que le thème du transhumanisme prend de plus en plus de place dans les revues dissidentes du NWO (New World Order, néolibéral, unipolaire et mondialiste).

Écrire un commentaire