Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 25 janvier 2022

Le discours dogmatique américain sur la démocratie et la pratique démocratique de la Chine

bxi.jpg

Le discours dogmatique américain sur la démocratie et la pratique démocratique de la Chine

Elif İlhamoğlu*

Ex: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/politica/36311-2021-12-24-15-56-00

The Atlantic, un site d'information et d'analyse bien connu aux États-Unis, a publié un article de fond la semaine dernière. La phrase mise en exergue dans l'article de synthèse d'Anne Applebaum intitulé "Les méchants gagnent" résume parfaitement le problème : "Si le XXe siècle a été l'histoire d'une progression lente et inégale vers la victoire de la démocratie libérale sur d'autres idéologies - communisme, fascisme, nationalisme virulent -, le XXIe siècle est, jusqu'à présent, une histoire inverse" (1). Ces observations et d'autres semblables sont devenues monnaie courante dans les médias et les groupes de réflexion occidentaux. On peut les lire dans les médias presque chaque semaine, voire chaque jour.

Il ne fait aucun doute qu'il y a une intention derrière ces publications. En effet, la stratégie actuelle de l'administration américaine est basée sur l'objectif de polariser le monde sous couvert d'un "discours démocratique". Par conséquent, il y a d'un côté les États-Unis et leurs alliés, qui appliquent la démocratie de style occidental, et de l'autre, les États qui ne se conforment pas à ces normes et qui sont classés comme rivaux ou adversaires. Le président américain Joe Biden, qui a ouvertement exprimé cette stratégie depuis son entrée en fonction, a prononcé les mots suivants en juin de cette année : "Les démocraties occidentales sont dans une course pour concurrencer les gouvernements autocratiques" (2).

Démocratie occidentale dogmatique

L'essence de cette stratégie repose sur la création d'un climat de peur et d'une image (négative) de l'ennemi. À cette fin, les discours sont créés à partir d'un point de vue dogmatique. Le dogme central est que "la bonne administration de l'État n'est possible que dans les démocraties de type occidental" ! Il s'agit d'une tentative de monopoliser le concept de "démocratie", que les États-Unis imposent selon leurs propres critères. Les États-Unis déterminent si un pays est démocratique ou non. Naturellement, cela a conduit à une polarisation mondiale, la Chine étant positionnée comme le principal adversaire ; sans parler du recours fréquent à la désinformation dans la poursuite de cette politique.

Kishore-Mahbubani-1-e1628172158615.jpg

416Ed3JD0SL._SX322_BO1,204,203,200_.jpg

Le dernier livre de Kishore Mahbubani (photo, ci-dessus), ancien bureaucrate singapourien et professeur bien connu et respecté en Occident, fait l'objet de nombreuses discussions depuis des mois. Connaissant bien l'Occident et l'Asie, Mahbubani a interprété le point de vue dogmatique américain dans son livre Has China Won ? de manière surprenante : "Est-il sage de croire qu'il existe une voie unique que toutes les sociétés doivent suivre si elles veulent croître et progresser ? Sommes-nous en train de prendre un nouveau tournant dans l'histoire de l'humanité où des modèles alternatifs de développement social et économique émergent ? ... Les penseurs et les intellectuels publics américains sont particulièrement fermés lorsqu'il s'agit de saisir et de comprendre la Chine. Lorsqu'il s'agit d'analyser les systèmes politiques, les analystes américains ont tendance à adopter une vision du monde en noir et blanc : société ouverte ou fermée, société démocratique ou totalitaire, libérale ou autoritaire. Pourtant, alors même que nous nous éloignons d'une odieuse domination occidentale de deux cents ans sur l'histoire du monde, nous nous éloignons également d'un monde en noir et blanc" (3).

Le droit de l'homme le plus vital

En quelques points simples, il est possible de rejeter le postulat américain selon lequel "la Chine n'est pas démocratique". Premièrement, le peuple chinois est à l'avant-garde des sociétés dont le niveau de bien-être croît le plus rapidement aujourd'hui. Dans la lutte contre la pauvreté et le progrès économique, des réalisations historiques ont été accomplies. En Chine, aucune personne ne vit dans la pauvreté absolue depuis 2020. 100 millions de personnes ont été sorties de la pauvreté au cours des huit dernières années, et plus de 700 millions de personnes ont été sorties de la pauvreté au cours des 40 dernières années. L'espérance de vie moyenne a augmenté (de 44 ans en 1960, elle approche aujourd'hui les 80 ans), l'accès à l'éducation s'est accru et les taux de malnutrition ont diminué. La Chine est devenue le premier pays au monde à éradiquer la pauvreté absolue. La réduction de la pauvreté est l'un des principaux objectifs de l'Agenda 2030 des Nations unies pour le développement durable.

En Chine, le revenu disponible (annuel) par habitant est passé de 98 yuans en 1956 à 171 yuans en 1978 et à 28.228 yuans l'année dernière. Cela représente une croissance annuelle de 6,1 %. Grâce à toutes ces avancées économiques, la Chine a connu le plus grand enrichissement de son histoire et possède aujourd'hui la plus grande classe moyenne du monde. Selon une étude de McKinsey, en 2000, seulement 4 % de la population urbaine chinoise faisait partie de la classe moyenne, mais en 2012, ce pourcentage était passé à 68 % (4). Il convient de noter, à titre de contraste intéressant, que si l'on considère la moitié à faible revenu de la société, les États-Unis sont le seul pays industrialisé dont le revenu moyen a diminué au cours des 30 dernières années.

Comme le stipule la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations unies, toute personne a droit à la sécurité sociale, au travail, à la protection contre le chômage, à une rémunération équitable lui assurant une existence conforme à la dignité humaine, au logement, à la santé et à l'éducation (articles 22 à 26). C'est le devoir premier et fondamental de tout État qui se veut démocratique.

danse-dans-une-ecole-en-chine_f2fc8429ce78657eb8e78cb24a0b875f6c4909e9.jpg

Liberté économique et créativité

Alors que le nombre de touristes chinois voyageant à l'étranger était d'environ 5 millions en 1995, ce nombre a atteint 169 millions en 2019 (5). Ces données indiquent sans équivoque que les revenus de la population chinoise ont augmenté. Plus important encore, chacun de ces 169 millions de touristes chinois est rentré chez lui. Ils ont choisi de ne pas s'installer ou de ne pas chercher refuge dans les pays occidentaux où ils se sont rendus. Ils ne seraient pas retournés en Chine s'ils vivaient sous une pression extrême et s'ils étaient privés de liberté dans leur propre pays, comme cela a été dit. Parallèlement, il convient de noter que 145 millions de touristes étrangers ont visité la Chine la même année. L'enseignement supérieur présente une autre statistique intéressante. Lorsque l'on regarde les chiffres de 2011, seulement la moitié des Chinois ayant étudié à l'étranger sont rentrés chez eux, aujourd'hui ce taux a dépassé les 80%.

D'autre part, certaines données sur la vie des entreprises sont également indicatives. Selon les données de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), la Chine s'est classée première dans la liste des pays ayant le plus grand nombre de demandes de brevets en 2020. Alors que la Chine compte 68.720 demandes en 2020, les États-Unis en comptent 60.000 (6). Créer une entreprise et faire des affaires est devenu plus facile en Chine, surtout ces dernières années. Un important rapport publié par la Banque mondiale en 2019 pointe du doigt les facilités accordées notamment aux petites et moyennes entreprises (7). Ces données et d'autres semblables montrent la vitalité de la société chinoise et le haut niveau de créativité individuelle. Une personne qui ne se sent pas libre et ne voit pas la possibilité de prendre des décisions indépendantes prend-elle des risques économiques ou commerciaux ?

Le soutien de la population au gouvernement

Les résultats de l'enquête, qui reposent sur des entretiens en face à face avec plus de 31.000 personnes issues de zones urbaines et rurales en Chine entre 2003 et 2016 et qui examinent la perception qu'ont les Chinois du Parti communiste chinois et de l'État, ont été publiés en 2020. Alors que 86,1 % des Chinois se déclaraient satisfaits du PCC et du gouvernement en 2003, date du début de l'étude, ce taux a atteint un niveau record de 93,1 % au cours de la dernière année de l'étude. L'enquête, préparée par le Ash Center for Democratic Governance and Innovation de la Harvard Kennedy School, révèle que les citoyens chinois considèrent que les cadres du PCC et le gouvernement sont plus compétents et plus influents que jamais sur de nombreuses questions (8).

Le-Parti-communiste-chinois-compte-88-millions-de-membres.jpg

Selon le Pew Research Center, 85 % des Chinois en 2013 étaient satisfaits de leur gouvernement, alors que seulement 35 % des Américains avaient le même sentiment à son égard. En mai 2020, une enquête de l'Université de Californie a révélé que 88 % des Chinois préféraient le système politique de leur pays. Selon le rapport Edelman Global Trust Barometer, le taux de confiance du public dans le gouvernement chinois était de 84 % en 2018, 86 % en 2019 et 90 % en 2020. Au cours de la même période, la confiance des Américains dans le gouvernement américain a oscillé entre 37% et 40%. Ces enquêtes sont menées par des organisations occidentales.

Mécanismes de prise de décision

"En Chine, le système de gouvernement est composé de congrès du peuple à tous les niveaux : des villages aux régions et des régions au gouvernement national. Les plus petites unités de gouvernement sont les comités de village dans les zones rurales et les comités de quartier dans les villes. Pour être candidat à ces comités, il n'est pas nécessaire d'être membre du CPC. L'élection des comités de village et de quartier se fait au scrutin secret avec vote ouvert. L'organe de gouvernement suprême est le Congrès du peuple. Il n'est pas nécessaire d'être membre d'un parti pour être élu. Le Congrès du peuple se tient au moins deux fois par an. L'autorité gouvernementale est assumée par un "comité permanent" élu au Congrès du peuple. Les présidents des collectivités locales sont nommés par le comité permanent et approuvés par le Congrès du peuple (9).

Dans la structure administrative de la Chine, les plus hautes autorités législatives et consultatives du pays jouent un rôle crucial. Le plus haut organe consultatif politique de la Chine, la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), se compose de 2158 membres issus de divers segments de la société. Ces membres soumettent des propositions sur diverses questions et celles qui sont approuvées sont transmises aux services gouvernementaux. La CCPPC n'a pas de pouvoir législatif, mais son influence sur la politique chinoise est croissante. Avec l'amendement constitutionnel de mars 2019, la CCPPC a reçu le pouvoir de préparer des projets de loi. Le rôle de la CCPPC peut se résumer à mettre les préoccupations et les attentes des citoyens ordinaires à l'ordre du jour du gouvernement.

0503-Chine.jpg

Le Congrès national du peuple (CNP), l'organe législatif suprême de la Chine, est chargé de réglementer les lois. Il nomme les principaux fonctionnaires de l'État et les responsables des unités administratives. Le CNP est composé de 2980 délégués, dont 742 sont des femmes et 468 des ouvriers et des agriculteurs. Les représentants de l'APN, l'organe législatif suprême de la Chine, sont composés de représentants élus des provinces, des régions autonomes, des villes centrales et de l'armée. Les membres de la CPPCC sont élus par les partis politiques et les indépendants. D'autre part, il existe un mécanisme appelé "mécanisme des deux sessions", un terme qui désigne les réunions annuelles des principaux organes législatifs et consultatifs de la Chine.

Conclusion

Chaque système a ses propres avantages et inconvénients, qui peuvent être discutés. Toutefois, le débat doit se poursuivre à l'aide de données scientifiques et réelles. Dire qu'il n'existe pas d'administration démocratique en Chine, que les élections ne sont pas organisées, que les processus de négociation politique ne sont pas mis en œuvre et que les gens ne disposent pas de libertés individuelles peut être dû à l'ignorance ou aux préjugés. Les intellectuels et les hommes politiques occidentaux devraient accepter que la "démocratie de style occidental" n'est pas la seule option correcte pour les sociétés du monde.

En conséquence, la société chinoise contemporaine est plus vivante et dynamique que jamais. Laissons le dernier mot à Kishore Mahbubani. Dans son ouvrage le plus récent, Mahbubani, un intellectuel qui connaît bien toutes les géographies du monde, a fourni l'évaluation succincte suivante de la nature des sociétés, en particulier de la Chine d'aujourd'hui : "En fin de compte, une société ne peut prospérer que lorsque les gens sentent qu'ils ont suffisamment de liberté pour poursuivre leurs rêves personnels" (10).

Notes:

1 https://www.theatlantic.com/magazine/archive/2021/12/the-autocrats-are-winning/620526/

2 https://www.reuters.com/world/biden-democratic-nations-race-compete-with-autocratic-governments-2021-06-13/

3 Mahbubani Kishore, La Chine a-t-elle gagné ? China's challenge to US primacy, Public Affairs, 2020, art. 172-173.

4 https://www.mckinsey.com/industries/retail/our-insights/mapping-chinas-middle-class

5 https://www.statista.com/estadísticas/277250/número-de-viajes-de-turistas-chinos/

6 https://www.reuters.com/article/us-un-patents-idUSKCN2AU0TM

7 https://www.worldbank.org/en/news/press-release/2018/10/31/doing-business-report-china-carries-out-record-business-reforms-edges-into-top-50 -économies

8 https://ash.harvard.edu/publications/understanding-ccp-resilience-surveying-chinese-public-opinion-through-time

9 https://unitedworldint.com/9600-democrat-elements-of-the-chinese-system/

10 Mahbubani Kishore, La Chine a-t-elle gagné ? China's challenge to US primacy, Public Affairs, 2020, art. 166.

*Elif İlhamoğlu est politologue et journaliste (Turquie). Il prépare un doctorat au département des sciences politiques et des relations internationales de l'université d'Istanbul (études du Moyen-Orient). Il s'est rendu à plusieurs reprises dans les pays du Moyen-Orient, en Syrie, au Liban et en Iran, et a réalisé des entretiens avec des dirigeants tels que Mahmoud Ahmadinejad, Hilal al-Hilal, secrétaire général du parti Ba'ath syrien.

Source : https://uwidata.com/22182-us-dogmatic-discourse-of-democracy-and-chinas-democratic-practice/

11:03 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique internationale, démocratie, états-unis, chine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire