Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 28 janvier 2022

Douguine: "Avec l'administration Biden, le conflit est devenu inéluctable"

Alexander-Dugin-am-03-07-2014-beim-Gotte.jpg

"Avec l'administration Biden, le conflit est devenu inéluctable"

Entretien d'Alexandre Douguine avec l'hebdomadaire viennois zur Zeit

Propos recueillis par Berhard Tomaschitz

Ex: https://zurzeit.at/index.php/mit-biden-regierung-wurde-der-konflikt-unausweichlich/

Le politologue russe Alexander Douguine évoque les causes et le contexte du conflit ukrainien, la lutte des élites mondialistes contre la Russie de Poutine et le rôle des Européens.

Professeur Dugin, le conflit sur l'Ukraine entre les Etats-Unis et l'OTAN d'une part et la Russie d'autre part ne cesse de s'aggraver. Quelles sont les causes de ce conflit ?

Alexander Geljewitsch Dugin : Il est surtout lié à l'administration américaine du président Biden. Naguère, des figures de proue comme le secrétaire d'État Biden ou la secrétaire d'État Nuland étaient impliquées dans tous les problèmes post-soviétiques, elles ont tenté d'encercler la Russie et elles ont suivi une stratégie néoconservatrice définie par Zbigniew Brzezinski et les soi-disant faucons libéraux. Ce que nous voyons aujourd'hui dans l'administration Biden, c'est une alliance entre les néoconservateurs et les faucons libéraux. Et cette alliance est unie par leur haine de Donald Trump, contre le concept "Make America great again", à laquelle s'ajoute l'opposition classique entre puissance maritime et puissance terrestre et l'idée d'intégrer des territoires dans l'espace post-soviétique à sa propre sphère d'influence afin d'affaiblir la position de la Russie et d'empêcher une croissance future de la position de la Russie en tant que pôle souverain dans un monde redevenu multipolaire. Cela remonte à la stratégie dite du "grand échiquier" de Brzezinski, dans laquelle l'objectif principal de l'OTAN et de l'atlantisme était clairement défini comme étant la lutte contre la Russie assortie de l'occupation militaire de l'Ukraine. Trump, en revanche, a suivi une autre approche vis-à-vis de la Russie : pour lui, le monde islamique, l'Iran et la Chine étaient des sphères plus importantes, dont il fallait s'occuper, tandis que Biden est revenu à la géopolitique atlantiste classique de Mackinder et Brzezinski.

1200px-Zbigniew_Brzezinski,_1977.jpg

81Ibw0NzVsL.jpg

Et qu'est-ce que cela signifie exactement pour la politique étrangère américaine ?

Douguine : Cela signifie que la lutte principale est désormais dirigée contre l'Eurasie, contre le "Heartland" ou "coeur du monde". Cette stratégie de l'anaconda pour encercler l'ennemi a été utilisée pour la première fois pendant la guerre civile américaine pour interdire l'accès aux mers, à l'océan. C'est une politique atlantiste classique, mais aujourd'hui, la Russie est en pleine ascension. Lorsque cette politique dite du "grand échiquier" a été appliquée dans les années 1990, la Russie était en déclin - c'était la défaite de l'Union soviétique, la destruction de l'espace impérial en Eurasie, traditionnellement contrôlé par la Russie. Et l'Occident a saisi l'occasion d'attiser les contradictions entre l'Ukraine et la Russie. La Russie était très faible et n'a pas protesté contre cette situation qui lui était de facto imposée.

Mais aujourd'hui, nous sommes dans une situation totalement différente et Poutine ne peut plus tolérer la poursuite de cette stratégie, et c'est pourquoi je pense que dans la crise actuelle, la Russie tente de renverser la tendance atlantiste existante. Avec Trump, la Russie a pu mener des discussions sur un accord mutuel sur des objectifs régionaux, ce qui a permis à Poutine d'éviter une confrontation directe avec Trump. Mais avec l'administration Biden et son cortège mêlant faucons libéraux et néoconservateurs, le conflit est devenu inévitable. Je pense que la Russie joue ici un rôle actif, car elle tente d'arrêter ce conflit, et cela n'est possible qu'en changeant le régime politique en Ukraine ou l'équilibre géopolitique, car dans la situation actuelle, la Russie n'a pas les moyens d'empêcher l'Ukraine d'adhérer à l'OTAN ou du moins d'empêcher l'installation de bases militaires de l'OTAN ou des États-Unis sur le territoire ukrainien. La Russie devrait avoir la possibilité de contrôler ces menaces, ce qui signifie que ce conflit est inévitable.

Le fait est que le dernier président soviétique, Gorbatchev, a été trop crédule vis-à-vis des Etats-Unis à la veille de la réunification allemande. La Russie se venge-t-elle à présent ? En février 1990, le secrétaire d'Etat américain Baker avait assuré à Gorbatchev que l'OTAN n'avancerait "pas d'un pouce" vers l'est.

Douguine : J'ai personnellement rencontré Zbigniew Brzezinski à Washington en 2005 et je lui ai demandé pourquoi l'Occident n'avait pas suivi les accords passés avec Gorbatchev de ne pas étendre l'OTAN vers l'Est. Brzezinski m'a répondu ouvertement que "nous l'avons mis (Gorbatchev, ndlr) en boîte". C'est le style de la politique occidentale, c'est la stratégie anglo-saxonne de ruser, de mentir et de tromper l'autre. C'est la pratique quotidienne du colonialisme anglo-saxon. Gorbatchev n'était pas faible, mais il est considéré en Russie comme un idiot et un traître parce qu'il a trahi les intérêts nationaux de la Russie. Il a cru aux mensonges de l'Occident, des États-Unis, et nous avons perdu toute notre zone de sécurité autour du noyau russe.

2680_orig.jpg

Et c'est ce que Poutine veut désormais changer ...

Douguine : ... Poutine tente désormais de restaurer la grandeur russe, c'est pourquoi il est prêt à défier la situation actuelle, car le pays de Poutine est un nouveau pays, un pays différent de la Russie des années 1990. Le pays est souverain, le pays est indépendant, le pays est un pôle du système multipolaire. Un tel pays ne peut tolérer la position dans laquelle il a été placé à l'époque de Gorbatchev et d'Eltsine. Ces deux anciens dirigeants sont vraiment détestés aujourd'hui au sein de la Fédération de Russie.

Je pense que la Russie est aujourd'hui contrainte de prouver son nouveau statut. Et ce statut est celui d'un pôle indépendant dans un système multipolaire, qui pose l'exigence tout à fait justifiée de sécuriser les frontières nationales et d'éloigner les menaces immédiates des frontières. Je pense que la Russie a préparé de nombreuses réponses symétriques et asymétriques, y compris l'extension de sa présence militaire et stratégique en Amérique centrale et en Amérique du Sud, une nouvelle stratégie en Europe occidentale, une alliance avec la Chine et l'Iran et peut-être avec le Pakistan et la Turquie.

Vous avez dit tout à l'heure que le conflit ukrainien était inéluctable, ce qui semble très pessimiste. Voyez-vous des possibilités de résoudre ce conflit ?

Douguine : Je ne vois pas de moyens raisonnables et sensés, parce que l'Occident ne peut pas laisser la Russie gagner cette escalade dans les relations diplomatiques et ne peut pas accepter publiquement un accord dans lequel il est écrit que l'Ukraine n'adhérera jamais à l'OTAN.

Cela signifierait à son tour la fin de l'OTAN, car si l'OTAN ne peut pas poursuivre son objectif militaire, la valeur de cette alliance est proche de zéro. La Russie a maintenant formulé une demande (pas d'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN, ndlr) que l'Occident ne peut tout simplement pas accepter et je pense que cette demande a été formulée intentionnellement et qu'il ne s'agit pas d'un malentendu sur les positions occidentales. Poutine a radicalement modifié l'équilibre des pouvoirs et il souhaite rétablir la grandeur de la Russie en tant que puissance eurasienne indépendante. C'est la cause de l'escalade car Biden veut exactement le contraire.

Comment voyez-vous le rôle de l'UE dans le conflit ukrainien ?

Douguine : Elle n'a visiblement aucun intérêt à une escalade. L'Union européenne a seulement envie de se tenir à l'écart et de rester en dehors du conflit. Mais l'Union européenne dépend trop des Etats-Unis, la plupart de ses membres font également partie de l'OTAN. L'Union européenne est également victime de ce conflit, car la position atlantiste radicale des Etats-Unis n'est pas seulement dirigée contre la Russie, mais aussi contre une éventuelle transformation de l'Union européenne en un pôle indépendant. Il s'agit donc aussi d'une guerre spécifique de l'Amérique contre l'Europe. Je pense que Washington - dont le mot-clé est "sanctions" - veut forcer l'Europe à rejoindre les rangs des Américains dans ce conflit. Mais je pense que ce n'est pas dans l'intérêt des peuples et des États-nations européens. Une élite mondialiste veut empêcher qu'une alliance se forme entre la Russie et une Europe indépendante. Une telle alliance est possible, mais uniquement avec une Europe indépendante et non avec une Europe entièrement sous le contrôle d'une puissance extra-européenne, comme c'est le cas avec l'OTAN ou la communauté transatlantique.

Je pense que cela va aggraver le conflit au sein des pays européens, parce que l'élite libérale, mondialiste et atlantiste qui gouverne aujourd'hui l'Europe ne correspond pas à la majorité des citoyens moyens, qui ne voient pas la Russie comme un ennemi, ne veulent pas être ennuyés par le sort de l'Ukraine et ne partagent pas cet agenda ultralibéral.

Si un conflit devait commencer, nous serions dans une toute nouvelle réalité et beaucoup de choses changeraient radicalement. Je pense que nous nous approchons d'un point historique très important, un point irréversible de changement radical dans l'équilibre du pouvoir. Cela peut déboucher sur une guerre - pas seulement une guerre locale, mais une guerre plus terrible.

L'entretien a été mené par Bernhard Tomaschitz.

Écrire un commentaire